Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Bénin, Cour suprême, Chambre judiciaire, 16 mars 1963, 9

Imprimer

Pénale

Sens de l'arrêt : Rejet

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9
Numéro NOR : 172466 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.supreme;arret;1963-03-16;9 ?

Analyses :

CASSATION. - Pourvoi, délai, force majeure, recevabilité.

Le pourvoi enregistré hors du délai de 3 jours francs imparti par l'article 373 du Code d'Instruction Criminelle local est recevable, dès lors qu'il est établi, que formulé le jour même du prononcé de l'arrêt attaqué, le retard apporté à son enregistrement n'est dû qu'à un évènement de force majeure, en l'espèce la carence de l'Administration pénitentiaire.

CASSATION. - Moyen, moyen nouveau, irrégularité de l'assignation du requérant, irrégularité non invoquée en appel.

Constitue un moyen nouveau et à ce titre, irrecevable, le moyen non produit devant les juges du fond et tiré de l'irrégularité de l'assignation du requérant devant la Cour d'Appel.


Parties :

Demandeurs : sieur Ahodi Michel
Défendeurs : Ministère de la Justice

Texte :

Pourvoi en Cassation du sieur Ahodi Michel contre un arrêt de la Cour d'Appel de Cotonou en date du 30 septembre 1960, confirmant sur son appel, un jugement du Tribunal de Cotonou, section d'Abomey, le condamnant à 5 ans d'emprisonnement pour vol avec récidive.
« Sur la recevabilité;

Attendu que la déclaration de pourvoi du sieur Ahodi contre l'arrêt susvisé de la Cour d'Appel de Cotonou du 30 septembre 1960 n 'a été enregistré au Greffe de ladite Cour que le 6 octobre suivant, soit après l'expiration du délai de 3 jours francs imparti par l'article 373, alors en vigueur, du Code d'Instruction Criminelle; qu'il ressort toutefois des pièces du dossier, que dès le 30 septembre 1960, le sieur Ahodi a manifesté sa volonté de se pourvoir en cassation contre ledit arrêt en déposant une demande en ce sens à la Prison de Cotonou où il était alors détenu, et que c'est uniquement par le fait de l'Administration pénitentiaire que l'enregistrement de ladite déclaration au Greffe de la Cour d'Appel a été retardé jusqu'au 6 octobre; que l'intéressé s'est ainsi trouvé empêché de se conformer aux prescriptions de l'article 373 du Code d'Instruction Criminelle par un événement de force majeure et que, dès lors, son pourvoi est recevable;

« Sur le moyen tiré de l'irrégularité de l'assignation du requérant devant la Cour d'Appel,

Attendu que ce moyen n'a pas été soulevé devant la Cour d'Appel et qu'il n'est pas au nombre de ceux qui peuvent être soulevés pour la première fois en cassation ; qu'il est, dès lors, irrecevable.

Références :

Décision attaquée : Cour d'Appel de Cotonou, 30 septembre 1960

Origine de la décision

Formation : Chambre judiciaire
Date de la décision : 16/03/1963
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.