Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Bénin, Cour suprême, Chambre administrative, 28 juillet 1972, 21

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 21
Numéro NOR : 173080 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.supreme;arret;1972-07-28;21 ?

Texte :

Recours pour excès de pouvoir - Fonction publique - Retrait d'un acte de reclassement - Procédure - Délais légaux - Violation - Annulation.

En la forme: Est recevable le recours pour excès de pouvoir formé dans les délais prévus par la loi.
Au fond: Doit être annulé, parce que pris en violation des délais légaux, l'acte portant retrait d'une décision de reclassement ayant crée des droits au profit d'agents de l'Etat.

N°21/CA du 28 juillet 1972

NOUDOFININ Christian
DIDE Barthélémy
GODJO Honoré
DEGBOE Justin
AKLAMAVO Mathias
AKPO Silas
C/
Décret n° 69/19-PR-MFPRATdu 8 février 1969

Vu les requêtes et mémoires présentés par les sieurs:

1 - NOUDOFININ Christian, Intendant à l'école normale F. NADJO à Porto-Novo
2 - DIDE Barthélemy, Directeur de la Librairie Nationale à Porto-Novo

3 - GODJO Honoré, Intendant à l'Ecole des Sciences de Porto-Novo

4 - DEGBOE Justin, Intendant à l'Office du Baccalauréat à Porto-Novo

5 - AKLAMAVO Mathias, Intendant au lycée Toffa 1er de Porto-Novo

6 - AKPO Silas, Intendant au Centre Agricole de Ouidah

Lesdits requêtes et mémoires enregistrés les 09 mai 1969 et 20 février 1971, et tendant à l'annulation pour excès de pouvoir du décret n° 69-19/PR/MFPRAT-DP-2 du 3 février 1969 les ayant déclassés du grade d'Attachés Universitaires qu'ils étaient par décret n°223 et 224/PR/MFPTT/DP2 du 29 juillet 1968 et les a ramenés dans le corps des secrétaires, par les moyens que désignés les uns aux choix, les autres sur concours pour suivre un stage à l'institut national d'Administration Scolaire, ils ont, à l'issue de ce stage, passé avec succès le concours français de recrutement d'Attachés d'Intendance Gestionnaire;

Que l'article 31 alinéa 1er du décret n° 278/PC/MFPTAS du 14 Août 1965 stipule: «En application des dispositions de l'article 55 du statut général de la Fonction Publique et dans les conditions fixées pour leur application par le décret n° 59-218 du 15 décembre 1959 susvisé, seront reclassés dans le corps des attachés de l'Administration Hospitalière, Universitaire et d'Intendance à compter du 1er janvier 1965, les fonctionnaires reçus au concours d'Attachés d'un Etablissement d'Administration Hospitalière Universitaire ou Intendance agréé par l'Etat»;

Que le décret n° 367/PR/MFPT du 30 septembre 1966 donne la liste des Etablissements agréés par l'Etat;

Qu'à leur retour en 1964 et 1965, ils ont été reclassés Secrétaires d'Administration Hospitalière Universitaire et d'Intendance, par décret n° 6/PR/MTFP/DP2 du 07 janvier 1966;

Que constatant qu'un préjudice leur a été causé, ils en ont demandé réparation en demandant leur reclassement dans le corps des attachés, par lettre du 18 janvier 1966;

Que leurs requêtes successives n'ont trouvé une suite favorable que le 16 mars 1968, date à laquelle une commission inter-ministérielle a siégé à cet effet, qu'ainsi les décrets n° 223 et 224/PR/MFPTT/DP2 du 29 juillet 1968 portait leur reclassement dans le corps des attachés universitaires et d'intendance;

Que par décret n° 69/19/PR/MFPRAT du 03 février 1969, ils ont été déclassés et ramenés dans le corps des secrétaires;

Que ne connaissant pas les raisons de ce déclassement, ils ont introduit un recours gracieux, par lettre du 23 février 1969;

Qu'ils s'étonnent que leurs collègues SASSE Bruno, intégré par décret n° 319/MFPTT du 08 mai n'ait pas été désintégré, alors que le titre le nommant a été pris dans les même formes que les leurs;

Qu'ils considèrent qu'il y a injustice flagrante du fait que des avantages du fait que des avantages acquis dans les formes prévues par le décret n° 278/PC/MFPTAS du 14 Août 1965, leurs aient été retirés cinq mois plus tard;

Vu les observations du ministre de la fonction publique, enregistrées comme ci-dessus le 06 mars 1970 tendant au rejet du recours des requérants par les moyens que les requérants ont réussi le concours d'Attachés d'Intendance; Que les dispositions de l'article 31 du décret n° 278 du 14/08/1965 combinées avec celles du décret n° 367 du 23 septembre 1966 permettent d'intégration des requérants dans le corps des attachés;

Que cependant les requérants n'ont pas été envoyés à Paris pour faire stage d'Attachés;

Qu'étant de la catégorie C, de la fonction Publique, il leur était assigné de faire un stage de secrétaire d'Administration universitaire (Catégorie B) par décision n° 49/PR-MEN/P du 25 septembre 1963 du Ministre de l'Education que les requérants ont passé outre l'esprit et la lettre de cette décision sans se référer à l'avis préalable du gouvernement, plaçant celui-ci devant le fait accompli; que l'administration ne pouvait entériner purement et simplement cet acte d'indiscipline; que le ministre de l'éducation reste hostile à l'intégration des requérants dans le corps des attachés; que le chef de l'Etat jugeant souverainement cette affaire a ordonné le reclassement des intéressés dans le corps des secrétaires d'Administration;

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier;

Vu l'ordonnance 21/PR du 26 avril 1966 portant Composition, organisation, fonctionnement et attribution de la Cour Suprême;

Ouï à l'audience publique du vendredi 28 juillet mil neuf cent soixante douze, Monsieur le Conseiller BOUSSARI en son rapport;

Monsieur le Procureur Général GBENOU en ses conclusions;

Et après en avoir délibéré conformément à la loi;

SUR LA RECEVABILITE DU RECOURS

En la forme:

Considérant que le décret n° 69-19/PR-MFPRAT déféré à la sanction de la Cour Suprême, est du 03 février 1969; que le recours hiérarchique des requérants adressé au Président de la République le 25 février 1969 l'a été dans les délais de la loi;

Considérant que le recours contentieux des susnommés enregistré comme ci-dessus, le 09 mai 1969 après un silence de plus de deux mois à la suite de leur recours hiérarchique est intervenu dans les délais prescrits par l'article 68 de l'ordonnance n° 21/PR du 26 avril 1966 organisant la Cour suprême;

Que ledit recours est recevable en la forme;

Au fond:

Sur l'unique moyen tiré du retrait retro-actif des Décrets n° 223 et 224/PR-MFPTT-DP2 du 29 juillet 1968 par le décret N° 69-19/PR-MFPTRA/DP2 du 03 février 1969;

Considérant que si l'acte administratif est irrégulier, il peut être retiré rétroactivement par son auteur car du fait de son irrégularité, l'acte n'a pu créer de droit; qu'il s'agit d'un retrait abrogation;

Considérant que le retrait de l'acte irrégulier est considéré comme une véritable sanction de l'illégalité de l'acte permettant à son auteur de réaliser lui-même ce que ferait le juge de l'excès de pouvoir s'il était saisi d'un recours contentieux en annulation;

Qu'il appartient aux Ministres, lorsqu'une décision administrative ayant créé des droits est entachée d'une illégalité de nature à entraîner l'annulation par voie contentieuse, de prononcer eux mêmes cette annulation;

Considérant cependant que le retrait-sanction de l'illégalité avec l'annulation juridictionnelle ne peut être prononcé que dans les délais du recours contentieux, c'est-à-dire dans les deux mois qui constituent le délai du recours pour excès de pouvoir;

Que cette règle est de jurisprudence constante depuis les célèbre arrêt Cachet;

Considérant que les décrets ayant créé des droits aux requérants sont du 29 juillet 1968;

Que le décret n° 69-19 incriminé est du 3 février 1969, c'est à dire six mois après la signature des décrets prétendus irréguliers;

Que le retrait est intervenu hors délai;

Qu'en conséquence le décret n° 69-19/PR-MFPRAT/DP2 du 3 février 1969, doit être annulé;

PAR CES MOTIFS

Décide

Article 1er: La requête susvisée, enregistrée le 09 mai 1969 est recevable en al forme;

Article 2: Le décret n° 69-19/PR-MFPRAT/DP2 du 3 février 1969 est annulé;

Article 3: Les dépens sont mis à la charge du Trésor Public;

Article 4: La présente décision sera notifiée aux requérants et au Ministre de la Fonction Publique;

Ainsi fait et délibéré par la Cour Suprême (Chambre Administrative) composée de Messieurs:

Cyprien AÏNADOU, Président de la Cour Suprême: PRESIDENT

Corneille T. BOUSSARI et Gaston FOURN : CONSEILLERS

La Chambre étant composée comme il est dit ci-dessus en présence de Monsieur:

Grégoire GBENOU: PROCUREUR GENERAL

Et maître P. V. AHEHEHINNOU: GREFFIER

Et ont signé

Le Président Le Conseiller rapporteur

C. AÏNADOU C.T. BOUSSARI

Le Greffier

H. GERO AMOUSSOUGA

Origine de la décision

Formation : Chambre administrative
Date de la décision : 28/07/1972
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.