Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Bénin, Cour suprême, Chambre administrative, 07 février 2002, 04/CA

Imprimer

2e section contentieuse

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 04/CA
Numéro NOR : 56366 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.supreme;arret;2002-02-07;04.ca ?

Texte :

ADOUNKPE Firmin
C/
Préfet de l'Ouémé
N° 04/CA 07 février 2002
---------- La Cour, -----------------------------------------------------------
---------- Vu la requête introductive d'instance en date du 19 juillet 1993 enregistrée au Greffe de la Cour le 13 août 1993 sous n° 161/GCS, par laquelle Maître Hélène KEKE-AHOLOU, Avocat à la Cour, Conseil de ADOUNKPE Firmin, a introduit un recours pour excès de pouvoir en annulation des permis d'habiter n°s 1/033/PO et 1/034/PO du 28 mars 1986 délivrés à dame IBIKUNLE Chérifatou sur les parcelles n°s 22 et 32 du lot ABE du lotissement de Gbokou; ---------------------------------------------------
---------- Vu les lettres n° 290/GCS du 05 août 1993 invitant le Conseil du requérant à produire les originaux des pièces ainsi que le recours gracieux; --------------------------------------------------------
---------- Vu la lettre n° 360/GCS en date du 11 mars 1996, par laquelle le requérant a été mis en demeure d'avoir à produire entre autres pièces à la Cour les justificatifs du recours gracieux ainsi que son mémoire ampliatif, lequel est parvenu à la Cour le 15 mai 1996 sous n° 169/GCS; ----------------------------------------------------------
---------- Vu les communications n°s 786 et 787/GCS des 04 et 06 juin 1996 par lesquelles la requête introductive d'instance, le mémoire ampliatif ainsi que les pièces annexées du requérantont été transmis respectivement au Préfet de l'Ouémé et à dame IBIKUNLE Chérifatou pour leurs observations; ----------------------
---------- Vu la consignation légale constatée par reçu n° 491 du 30 novembre 1993; ------------------------------------------------------------
---------- Vu l'Ordonnance n° 21/PR du 26 avril 1966 organisant la procédure devant la Cour Suprême, remise en vigueur par la Loi n° 90-012 du 1er juin 1990; ---------------------------------------------------
---------- Vu toutes les autres pièces du dossier; -----------------------
---------- Ouï le Conseiller Joachim AKPAKA en son rapport; ----
---------- Ouï l'Avocat Général Louis René KEKE en ses conclusions; -----------------------------------------------------------------
---------- Après en avoir délibéré conformément à la loi; -------------
--------------------------- EN LA FORME--------------------------------
---------- Sur la recevabilité du recours --------------------------------
---------- Considérant qu'il ressort de l'examen des pièces du dossier que le requérant a adressé un recours gracieux au Préfet de l'Ouémé qui l'a reçu le 10 mai 1993; -----------------------------------
---------- Que, invité le 05 août 1993 à faire parvenir à la Cour copie de son recours gracieux et mis en demeure le 11 mars 1996 d'avoir à produire les justificatifs dudit recours, le conseil du requérant a, en réponse à la Cour, transmis la lettre n° 148/02/93/KAH/DA en date du 22 février 1993 portant recours gracieux sans que les pièces justificatives de son expédition ou de sa réception aient été produites; --------------------------------------------------------------------
---------- Qu'il en résulte que le requérant n'ayant pu apporter la preuve que ledit recours a été effectivement reçu par le Préfet le 10 mai 1993 comme il l'a déclaré, son recours doit être déclaré irrecevable; ------------------------------------------------------------------
---------- Considérant en outre que si les décisions attaquées sont intervenues depuis le 28 mars 1986, la date à laquelle le requérant est censé avoir eu connaissance des permis d'habiter querellés ne peut qu'être celle du recours gracieux, soit le 22 février 1993; ------
---------- Que cependant, entre le 22 février 1993, date présumée du recours gracieux et le 13 août 1993, date de la saisine de la Cour, il s'est écoulé plus de quatre (04) mois; -----------------------------------
---------- Que dès lors, n'ayant pas été introduit dans les forme et délai prescrits en son article 68 de l'Ordonnance n° 21/PR du 26 avril 1966 organisant la procédure devant la Cour Suprême, remise en vigueur par la Loi n° 90-012 du 1er juin 1990, le recours du requérant doit être déclaré irrecevableet les frais mis à sa charge ; -
--------------------------- PAR CES MOTIFS ---------------------------
------------------------------- D E C I D E ---------------------------------
---------- Article 1er : Le recours de ADOUNKPE Firmin en date du 19 juillet 1993 en annulation des permis d'habiter n°s 1/033/PO et 1/034/PO du 28 mars 1986 délivrés à dame IBIKOUNLE Chérifatou sur les parcelles n°s 22 et 32 du lot ABE du lotissement de GBOKOU est irrecevable. ---------------------------------------------
---------- Article 2: Les frais sont mis à la charge du requérant. -----
---------- Article 3: Notification du présent arrêt sera faite à ADOUNKPE Firmin, à IBIKUNLE Chérifatou, au Préfet de l'Ouémé et au Procureur Général près la Cour Suprême. -------------
---------- Ainsi fait et délibéré par la Cour Suprême (Chambre Administrative) composée de Messieurs: -------------------------------
---------- Samson DOSSOUMON, Conseiller à la Chambre Administrative, ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- PRESIDENT; ----
---------- Grégoire ALAYE }
et } CONSEILLERS. ----
---------- Joachim AKPAKA }
---------- Et prononcé à l'audience publique du jeudi sept février deux mille deux, la Chambre étant composée comme il est dit ci-dessus en présence de: -----------------------------------------------------
---------- Louis René KEKE, ------------------------------------------------------------------------------------------ MINISTERE PUBLIC; ----
---------- Et de Maître Irène Olga AÏTCHEDJI, --------------------------------------------------------------------------------- GREFFIER. ----
---------------------------------- Et ont signé -------------------------------
---------- Le Président, -------- Le Rapporteur,------- Le Greffier, ----
------------------------- Suivent les signatures -----------------------------
---------------------------- DE = 2.000 F -------------------------------
--------------------- Enregistré à Cotonou le 12/4/02 ----------------------------------------- F° 32 Case 1409-1 -------------------------------------------------- Reçu Deux mille francs ------------------------------
--------------------- L'Inspecteur de l'Enregistrement -------------------
----------------------------- Elisabeth DOUVI ----------------------------
---------- En conséquence, la République du Bénin mande et ordonne à toutes personnes légalement habilitées et requises de mettre ledit arrêt à exécution, aux Procureurs Généraux, aux Procureurs de la République d'y tenir la main, à tous Commandants et Officiers de la Force Publique de prêter main forte lorsqu'ils en seront régulièrement requis. -----------------------------------------------
---------- Pour une première grosse ------------------------------------------------- Délivrée à Madame IBIKOUNLE Chérifatou ------------------------- Cotonou, le 15 avril 2002 ------------------------------------------------- Le Greffier en Chef, ---------------------------------------------
---------- F. TCHIBOZO-QUENUM -----------------------------------

Origine de la décision

Formation : Chambre administrative
Date de la décision : 07/02/2002
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.