Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Bénin, Cour suprême, Chambre judiciaire, 09 mars 2007, 08

Imprimer

Civile moderne

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 08
Numéro NOR : 173538 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.supreme;arret;2007-03-09;08 ?

Texte :

N° 08/CJ-CM du répertoire REPUBLIQUE DU BENIN

N°2000-55/CJ-CM du greffe AU NOM DU PEUPLE BENINOIS
Arrêt du 09 mars 2007 COUR SUPREME

Affaire: Alexis AGBOTON CHAMBRE JUDICIAIRE
C/ (Civil moderne)
Mathilde SOUROU épouse BANKOLE

La Cour,

Vu la déclaration enregistrée le 25 avril 2000 au Greffe de la cour d'appel de Cotonou, par laquelle Léopold OLORY-TOGBE, conseil de Alexis AGBOTON a élevé pourvoi en cassation contre les dispositions de l'arrêt n° 89/2000 rendu le 18 juillet 2002 par la chambre civile de cette cour;

Vu la transmission du dossier à la Cour suprême;

Vu l'arrêt attaqué;

Vu la loi n° 90-012 du 1er juin 1990 portant remise en vigueur et modification des ordonnances n°s 21/PR du 26 avril 1966 et 70-16 du 14 mars 1970 définissant la composition, l'organisation, les attributions et le fonctionnement de la Cour suprême;

Vu les pièces du dossier;

Ouï à l'audience publique du vendredi 09 mars 2007, le président Edwige BOUSSARI en son rapport;

Ouï l'avocat général René Louis KEKE en ses conclusions;

Et après en avoir délibéré conformément à la loi;

Attendu que suivant l'acte n° 35/2000 du 25 avril 2000 du greffe de la cour d'Appel de Cotonou, Maître OLORY-TOGBE Léopold, conseil de Alexis AGBOTON, a élevé pourvoi en cassation contre les dispositions de l'arrêt n°89/2000 rendu le 30 mars 2000 par la chambre civile de cette cour;

Que par lettre n° 1791/GCS du 13 juillet 2000, Maître OLORY-TOGBE a été mis en demeure d'avoir à consigner dans un délai de quinze 15 jours et à produire son mémoire ampliatif dans un délai d'un (1) mois, le tout, conformément aux dispositions des articles 42, 45 et 51 de l'ordonnance n°21/PR du 26 avril 1966 organisant la Cour suprême;

Attendu que la consignation a été payée ;

Que les mémoires ampliatif et en défense ont été produits par les parties;

Que le dossier est en état .

EN LA FORME

Attendu que le présent pourvoi ayant été élevé dans les formes et délais de la loi, il y a lieu de le recevoir;

AU FOND

FAITS ET PROCEDURE

Attendu que Alexis AGBOTON a saisi le juge des référés pour faire cesser les voies de fait que Mathilde SOUROU lui ferait subir;

Que le juge des référés par ordonnance n° 125/1eCC du 29 octobre 1998 a fait droit à sa demande;

Que sur appel de Mathilde SOUROU, la Cour d'Appel a infirmé l'ordonnance au motif que l'intimé ne rapporte pas la preuve de ce qu'il est l'administrateur des biens de sa mère précédée;

Que c'est contre cet arrêt de la Cour d'Appel que le demandeur a élevé pourvoi en cassation;

DISCUSSION DES MOYENS

1er MOYEN: violation des formes légales

Attendu que le demandeur soutient que selon les règles de procédure civile applicable au Bénin, le ministre public doit être entendu;

Que les juges d'appel prétendent avoir entendu le ministère public;

Qu'en fait il ne s'agit que d'une déclaration de complaisance dans la mesure où les rapports qui sont produits sont silencieux sur ce qu'à pu dire le ministère public;

Mais attendu que par le jeu des présomptions de régularité, il est admis que la simple mention du nom du représentant du ministère public fait présumer la communication;

Que le simple fait que les juges d'appel aient expressément mentionné dans leur arrêt: «ouï le ministère public en son rapport à justice», fait présumer l'existence des réquisitions du ministère public;

Qu'il s'ensuit que le moyen n'est pas fondé et mérite rejet.

2e MOYEN: sur la qualité de Alexis AGBOTON pour ester en justice

Attendu que le demandeur soutient que pour rendre l'arrêt infirmatif, la Cour d'Appel a prétendu:

«que dans le cas d'espèce, même si Monsieur Alexis AGBOTON peut venir en représentation de sa feue mère à la succession de son grand-père, il ne rapporte toutefois pas la preuve de ce qu'il est l'administrateur des biens de sa mère prédécédée»;

Que dès lors, en prenant une telle décision, les juges de la cour d'Appel ont délibérément violé la loi de la représentation successorale en son article 739 du Code civile;

Mais attendu que la qualité d'héritier se distingue de la qualité pour agir;

Que c'est dans l'exercice de son pouvoir souverain que la cour d'Appel a décidé, au regard des éléments du dossier que Alexis AGBOTON n'a pas rapporté la preuve de sa qualité d'administrateur des biens de sa mère prédécédée;


Par ces motifs:

Reçoit en la forme le présent pourvoi;

Le rejette quant au fond;

Met les frais à la charge de Alexis AGBOTON;


Ordonne la notification du présent arrêt au procureur général près la cour d'appel de Cotonou ainsi qu'aux parties;

Ordonne la transmission en retour du dossier au procureur général près la cour d'appel de Cotonou;

Ainsi fait et délibéré par la Cour suprême (chambre judiciaire) composée de:

Edwige BOUSSARI, président de la chambre judiciaire,
PRESIDENT;

Claire S. AGBIDINOUKOUN-DEGLA
et
Vincent K. DEGBEY,
CONSEILLERS;

Et prononcé à l'audience publique du vendredi neuf mars deux mille sept, la chambre étant composée comme il est dit ci-dessus en présence de:

René Louis KEKE,

AVOCAT GENERAL ; Laurent AZOMAHOU,
GREFFIER ;

Et ont signé,

Le président-rapporteur Le Greffier

Edwige BOUSSARI Laurent AZOMAHOU

Origine de la décision

Formation : Chambre judiciaire
Date de la décision : 09/03/2007
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.