Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Heppner c. La Reine, [1978] 2 R.C.S. 702 (2 mai 1978)

Imprimer

Numérotation :

Référence neutre : [1978] 2 R.C.S. 702 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;1978-05-02;.1978..2.r.c.s..702 ?

Analyses :

Droit criminel - Accusation de meurtre - Ivresse de l’accusé - Culpabilité - Justesse de l’exposé au jury - Aucune erreur entraînant cassation.

Pourvoi - Appel de plein droit en matière criminelle - Le jugement formel de la Cour d’appel doit spécifier tout motif de droit sur lequel repose la dissidence - Code criminel, S.R.C. 1970, c. C-34, art. 606, 618(1)a).

POURVOI à l’encontre d’un arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique[1] qui a rejeté l’appel de l’appelant de sa déclaration de culpabilité pour meurtre punissable d’un emprisonnement à perpétuité. Le pourvoi est rejeté.

B.A. Crane, c.r., pour l’appelant.

W.H. Deverell, pour l’intimée.

Le jugement de la Cour a été rendu oralement par

LE JUGE EN CHEF — Me Deverell, nous n’avons pas besoin de vous entendre. Nous sommes tous d’avis que vu les faits de cette affaire, la seule question en litige est l’effet de l’ivresse de l’accusé sur sa culpabilité pour meurtre. Le juge du procès n’a pas commis d’erreur entraînant cassation dans son exposé du droit, notamment son résumé final au jury, ni dans son analyse de la preuve par rapport à la portée limitée de la défense. Le pourvoi doit donc échouer et être rejeté.

Avant de terminer, nous voulons souligner que lorsqu’un appel en matière criminelle est interjeté de plein droit en vertu de l’al. 618(1)a) du Code criminel en raison d’une dissidence sur une question de droit en Cour d’appel, on doit le formuler en conformité de l’art. 606 du Code criminel selon

[Page 703]

lequel le jugement formel doit spécifier tout motif de droit sur lequel repose cette dissidence. Cela n’a pas été fait en l’espèce et cette Cour a déjà eu l’occasion de se plaindre de semblable omission dans d’autres affaires, où parfois il n’était pas clair que les motifs de la dissidence portaient sur une question de droit.

Jugement en conséquence.

Procureur de l’appelant: A. McEachern, Vancouver.

Procureur de l’intimée: W.H. Deverell, Vancouver.

[1] (1975), 28 C.C.C. (2d) 23.


Parties :

Demandeurs : Heppner
Défendeurs : Sa Majesté la Reine

Texte :

Cour suprême du Canada

Heppner c. La Reine, [1978] 2 R.C.S. 702

Date: 1978-05-02

Brian Wayne Heppner Appelant;

et

Sa Majesté La Reine Intimée.

1978: 2 mai.

Présents: Le juge en chef Laskin et les juges Martland, Ritchie, Spence, Pigeon, Dickson, Beetz, Estey et Pratte.

EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE

Proposition de citation de la décision: Heppner c. La Reine, [1978] 2 R.C.S. 702 (2 mai 1978)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais

Origine de la décision

Date de la décision : 02/05/1978
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.