Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Université de la Saskatchewan c. Section locale 1975 du Syndicat canadien de la Fonction publique et autres, [1978] 2 R.C.S. 834 (15 juin 1978)

Imprimer

Numérotation :

Référence neutre : [1978] 2 R.C.S. 834 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;1978-06-15;.1978..2.r.c.s..834 ?

Analyses :

Droit du travail - Syndicat accrédité comme agent négociateur des employés visés par une nouvelle unité de négociation - Ordonnance rendue sans preuve que le syndicat représentait la majorité des employés de l’unité de négociation - Excès de compétence de la part du Conseil des relations de travail - The Trade Union Act, 1972 (Sask.), c. 137, art. 5(b).

POURVOI à l’encontre d’un arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, rendu le 13 octobre 1977, rejetant majoritairement une requête pour obtenir un bref de certiorari visant l’annulation de certaines ordonnances du Conseil des relations de travail de la Saskatchewan. Pourvoi accueilli.

R.H. McKercher, c.r., et N.G. Gabrielson, pour l’appelante.

L.T. Priel, pour la section locale 1975 du Syndicat canadien de la Fonction publique.

W.T. Molloy, pour l’Association du personnel d’administration et de supervision de l’Université de la Saskatchewan.

T. Zarzeczny, pour le Conseil des relations du travail.

[Page 835]

Le jugement de la Cour a été rendu oralement par

LE JUGE MARTLAND — Nous sommes tous d’avis que, ainsi que le juge Bayda l’a déclaré dans sa dissidence, lorsque le Conseil des relations du travail a accrédité le syndicat intimé comme agent négociateur des employés de l’unité de négociation définie dans son ordonnance du 6 juillet 1976, il a prétendu agir en vertu de l’art. 5(b) de The Trade Union Act, 1972, sans preuve que le syndicat intimé représentait une majorité d’employés de l’unité de négociation en question.

Le pourvoi est accueilli, l’arrêt de la Cour d’appel est infirmé et les ordonnances du Conseil attaquées en l’espèce sont annulées.

Le syndicat intimé devra verser à l’appelante et à l’intimée, l’Association du personnel d’administration et de supervision de l’Université de la Saskatchewan, leurs dépens en cette Cour et en Cour d’appel.

Jugement en conséquence.

Procureurs de l’appelante: McKercher, McKercher, Stack, Korchin & Laing, Saskatoon.

Procureurs de la section locale 1975 du Syndicat canadien de la Fonction publique: Halyk, Priel, Stevenson & Hood, Saskatoon.

Procureurs de l’Association du personnel d’administration et de supervision de l’Université de la Saskatchewan: MacDermid, Wright, Dickson, Molloy & Biss, Saskatoon.

Procureurs du Conseil des relations du travail: Graf & Zarzeczny, Regina.


Parties :

Demandeurs : Université de la Saskatchewan
Défendeurs : Section locale 1975 du Syndicat canadien de la Fonction publique et autres

Texte :

Cour suprême du Canada

Université de la Saskatchewan c. Section locale 1975 du Syndicat canadien de la Fonction publique et autres, [1978] 2 R.C.S. 834

Date: 1978-06-15

L’Université de la Saskatchewan Appelante;

et

La section locale 1975 du Syndicat canadien de la Fonction publique

et

L’Association du personnel d’administration et de supervision de l’Université de la Saskatchewan

et

Le Conseil des relations du travail de la province de la Saskatchewan Intimées.

1978: 15 juin.

Présents: Les juges Martland, Ritchie, Spence, Dickson, Beetz, Estey et Pratte.

EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DE LA SASKATCHEWAN

Proposition de citation de la décision: Université de la Saskatchewan c. Section locale 1975 du Syndicat canadien de la Fonction publique et autres, [1978] 2 R.C.S. 834 (15 juin 1978)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais

Origine de la décision

Date de la décision : 15/06/1978
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.