Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Québec (Procureur géneral) c. Brunet; Québec (Procureur général) c. Albert; Québec (Procureur général) c. Collier, [1990] 1 R.C.S. 260 (28 février 1990)

Imprimer

Numérotation :

Référence neutre : [1990] 1 R.C.S. 260 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;1990-02-28;.1990..1.r.c.s..260 ?

Analyses :

Droit constitutionnel - Droits linguistiques - Lois québécoises adoptées en français et en anglais - Documents sessionnels constituant la substance même de ces lois déposés à l'Assemblée nationale en français seulement - Les lois québécoises sont‑elles compatibles avec l'art. 133 de la Loi constitutionnelle de 1867 - Loi concernant la rémunération dans le secteur public, L.Q. 1982, ch. 35 - Loi concernant les conditions de travail dans le secteur public, L.Q. 1982, ch. 45.

Lois et règlements cités

Loi concernant la rémunération dans le secteur public, L.Q. 1982, ch. 35.

Loi concernant les conditions de travail dans le secteur public, L.Q. 1982, ch. 45.

Loi constitutionnelle de 1867, art. 133.

POURVOI contre un arrêt de la Cour d'appel du Québec, [1985] C.A. 559, 23 D.L.R. (4th) 339, qui a accueilli l'appel de l'intimé Brunet à l'encontre d'un jugement de la Cour supérieure, J.E. 84‑62, D.T.E. 84T‑38, qui avait accueilli un appel par voie de procès de novo à l'encontre de l'acquittement de l'intimé Brunet, J.E. 83‑510, D.T.E. 83T‑373, relativement à une plainte d'avoir participé à une grève illégale. Pourvoi rejeté.

POURVOI contre un arrêt de la Cour d'appel du Québec, [1985] C.A. 559, 23 D.L.R. (4th) 339, qui a accueilli l'appel de l'intimé Albert à l'encontre d'un jugement de la Cour supérieure, [1983] C.S. 359, qui avait accueilli un appel par voie de procès de novo à l'encontre de l'acquittement de l'intimé Albert, [1983] C.S.P. 1017, relativement à une plainte d'avoir participé à une grève illégale. Pourvoi rejeté.

POURVOI contre un arrêt de la Cour d'appel du Québec, [1985] C.A. 559, 23 D.L.R. (4th) 339, qui a rejeté l'appel de l'appelant à l'encontre d'un jugement de la Cour supérieure, [1983] C.S. 366, qui avait rejeté un appel par voie de procès de novo à l'encontre de l'acquittement de l'intimée Collier, [1983] C.S.P. 1005, relativement à une plainte d'avoir participé à une grève illégale. Pourvoi rejeté.

Jean Bouchard, Paul Monty et Françoise St‑Martin, pour l'appelant.

Louise Otis, pour l'intimé Brunet.

Gilles Grenier, pour l'intimé Albert.

Jean L'Heureux, pour l'intimée Collier.

Gaspard Côté, c.r., et Warren J. Newman, pour l'intervenant le procureur général du Canada.

Gabriel Bourgeois, pour l'intervenant le procureur général du Nouveau‑Brunswick.

Donna J. Miller et Deborah Carlson, pour l'intervenant le procureur général du Manitoba.

Le jugement de la Cour a été rendu oralement par

Le Juge en chef — Il ne sera pas nécessaire d'entendre les intimés, le Canada et le Nouveau‑Brunswick. La Cour est prête à rendre jugement. Mon collègue, le juge Lamer, prononcera le jugement de la Cour.

Le juge Lamer — Pour les raisons exposées dans les motifs du juge Paré de la Cour d'appel du Québec, nous entérinons les jugements prononcés en l'espèce par la Cour d'appel du Québec. Les pourvois sont rejetés avec dépens dans toutes les cours. Il n'y aura cependant de dépens qu'en faveur des intimés, le procureur général du Canada y ayant renoncé, et le procureur général du Nouveau‑Brunswick ne les ayant point demandés. La question constitutionnelle formulée par le Juge en chef reçoit la réponse suivante:

Question:La Loi concernant la rémunération dans le secteur public, L.Q. 1982, ch. 35, et la Loi concernant les conditions de travail dans le secteur public, L.Q. 1982, ch. 45, y compris les documents sessionnels 350, 650, 651, 653 et 665, sont‑elles incompatibles avec les dispositions de l'art. 133 de la Loi constitutionnelle de 1867 et partant, inconstitutionnelles ou inopérantes en tout ou en partie?

Réponse:Oui, elles sont inconstitutionnelles.

Jugements en conséquence.

Procureur de l'appelant: Le ministère de la Justice, Ste‑Foy.

Procureurs des intimés Brunet et Albert: Trudel, Nadeau, Lesage, Cleary, Larivière & Associés, Québec.

Procureurs de l'intimée Collier: Malo, Dansereau, Montréal.

Procureur de l'intervenant le procureur général du Canada: John C. Tait, Ottawa.

Procureur de l'intervenant le procureur général du Nouveau‑Brunswick: Le ministère de la Justice et du Procureur général, Fredericton.

Procureur de l'intervenant le procureur général du Manitoba: Le ministère de la Justice, Winnipeg.


Parties :

Demandeurs : Québec (Procureur géneral)
Défendeurs : Brunet; Québec (Procureur général)

Texte :

Québec (Procureur général) c. Brunet; Québec (Procureur général) c. Albert; Québec (Procureur général) c. Collier, [1990] 1 R.C.S. 260

Le procureur général du Québec Appelant

c.

Pierre Brunet Intimé

et

Le procureur général du Canada, le procureur

général du Nouveau‑Brunswick et le

procureur général du Manitoba Intervenants

et entre

Le procureur général du Québec Appelant

c.

Louis Albert Intimé

et

Le procureur général du Canada, le procureur

général du Nouveau‑Brunswick et le

procureur général du Manitoba Intervenants

et entre

Le procureur général du Québec Appelant

c.

Linda Collier Intimée

et

Le procureur général du Canada, le procureur

général du Nouveau‑Brunswick et le

procureur général du Manitoba Intervenants

Répertorié: Québec (Procureur géneral) c. Brunet; Québec (Procureur général) c. Albert; Québec (Procureur général) c. Collier

Nos du greffe: 19652, 19653, 19654.

1990: 28 février.

Présents: Le juge en chef Dickson et les juges Lamer, Wilson, La Forest, L'Heureux‑Dubé, Sopinka, Gonthier, Cory et McLachlin.

en appel de la cour d'appel du québec

Proposition de citation de la décision: Québec (Procureur géneral) c. Brunet; Québec (Procureur général) c. Albert; Québec (Procureur général) c. Collier, [1990] 1 R.C.S. 260 (28 février 1990)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais

Origine de la décision

Date de la décision : 28/02/1990
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.