Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ R. c. Paquette, [1990] 2 R.C.S. 1103 (2 octobre 1990)

Imprimer

Numérotation :

Référence neutre : [1990] 2 R.C.S. 1103 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;1990-10-02;.1990..2.r.c.s..1103 ?

Analyses :

Droit constitutionnel - Droits linguistiques - Tribunaux de l'Alberta - Infraction fédérale - L'accusé a‑t‑il le droit d'utiliser le français dans les procédures devant les tribunaux de l'Alberta? - Acte des territoires du Nord‑Ouest, S.R.C. 1886, ch. 50, art. 110.

Droit criminel - Procédure - Droits linguistiques - Tribunaux de l'Alberta - Possession d'un stupéfiant pour en faire le trafic - L'accusé a‑t‑il le droit d'utiliser le français dans les procédures devant les tribunaux de l'Alberta? - Acte des territoires du Nord‑Ouest, S.R.C. 1886, ch. 50, art. 110.


Parties :

Demandeurs : Sa Majesté la Reine
Défendeurs : Paquette

Texte :

R. c. Paquette, [1990] 2 R.C.S. 1103

Luc Paquette Appelant

c.

Le procureur général du Canada et le

procureur général de l'Alberta Intimés

Répertorié: R. c. Paquette

No du greffe: 20623.

1990: 2 octobre.

Présents: Le juge en chef Lamer et les juges Wilson, La Forest, L'Heureux‑Dubé, Sopinka, Gonthier et Cory.

en appel de la cour d'appel de l'alberta

POURVOI contre un arrêt de la Cour d'appel de l'Alberta (1987), 55 Alta. L.R. (2d) 1, 81 A.R. 12, [1988] 1 W.W.R. 97, 46 D.L.R. (4th) 47, 38 C.C.C. (3d) 333, qui a accueilli l'appel des intimés et rejeté l'appel de l'accusé à l'encontre d'une ordonnance de la Cour du Banc de la Reine (1985), 40 Alta. L.R. (2d) 38, 63 A.R. 258, [1985] 6 W.W.R. 594, 22 D.L.R. (4th) 67, 22 C.C.C. (3d) 27, relative aux droits de l'accusé en vertu de l'art. 110 de l'Acte des territoires du Nord‑Ouest. Pourvoi rejeté.

Mary T. Moreau, pour l'appelant.

D. Martin Low, c.r., et Isabelle Plante, pour l'intimé le procureur général du Canada.

Peter T. Costigan et Larry A. Reynolds, pour l'intimé le procureur général de l'Alberta.

Le jugement de la Cour a été rendu oralement par

Le juge en chef Lamer — Eu égard au fait que le procureur général du Canada partage l'avis de l'appelant et que, par ailleurs, le procureur général de l'Alberta ne le conteste pas, nous sommes d'avis de répondre à la question constitutionnelle comme suit:

Question:L'article 110 de l'Acte des territoires du Nord‑Ouest, S.R.C. 1886, ch. 50, modifié par S.C. 1891, ch. 22, art. 18, est‑il en vigueur en Alberta en ce qui concerne les procédures intentées selon les lois fédérales de nature criminelle ou qui comportent des conséquences pénales?

Réponse:Oui.

La véritable question qui nous est soumise dans ce pourvoi est ainsi formulée par l'appelant dans son mémoire: est‑ce que «l'article 110, dans le contexte d'une procédure criminelle, oblige le tribunal, soit le juge, soit le juge et jury, à comprendre l'accusé dans sa langue officielle sans l'aide d'un interprète ou de la traduction simultanée et oblige le juge et le procureur de la Couronne à s'adresser à la cour dans la langue officielle de l'accusé durant toutes les étapes d'une poursuite criminelle»?

Nous sommes tous d'avis que l'arrêt R. c. Mercure, [1988] 1 R.C.S. 234, une décision récente de notre Cour, dispose de cette question.

Le pourvoi est donc rejeté.

Jugement en conséquence.

Procureurs de l'appelant: Rand Moreau, Edmonton.

Procureur de l'intimé le procureur général du Canada: John C. Tait, Ottawa.

Procureur de l'intimé le procureur général de l'Alberta: Peter T. Costigan, Edmonton.

Références :

Jurisprudence
Arrêt appliqué: R. c. Mercure, [1988] 1 R.C.S. 234.
Lois et règlements cités
Acte des territoires du Nord‑Ouest, S.R.C. 1886, ch. 50, art. 110 [abr. & rempl. 1891, ch. 22, art. 18].

Proposition de citation de la décision: R. c. Paquette, [1990] 2 R.C.S. 1103 (2 octobre 1990)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais

Origine de la décision

Date de la décision : 02/10/1990
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.