Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ R. c. Solomon, [1997] 3 R.C.S. 696 (10 octobre 1997)

Imprimer

Numérotation :

Référence neutre : [1997] 3 R.C.S. 696 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;1997-10-10;.1997..3.r.c.s..696 ?

Analyses :

Droit constitutionnel - Charte des droits - Fouilles, perquisitions et saisies - Admissibilité de la preuve - Conversations téléphoniques - Charte canadienne des droits et libertés, art. 8, 24(2).

Lois et règlements cités

Charte canadienne des droits et libertés, art. 8, 24(2).

POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Québec, [1996] R.J.Q. 1789, 139 D.L.R. (4th) 625, 110 C.C.C. (3d) 354, [1996] A.Q. no 2131 (QL), qui a annulé l’acquittement de l’accusé et ordonné la tenue d’un nouveau procès. Pourvoi rejeté.

Jean Villeneuve, pour l’appelant.

Yves Briand et Gaétan Plouffe, pour l’intimée.

//Le juge Iacobucci//

Le jugement de la Cour a été rendu oralement par

1 Le juge Iacobucci — Nous sommes tous d’avis que ce pourvoi de plein droit doit être rejeté.

2 En présumant qu’il y a eu une violation de l’art. 8 de la Charte canadienne des droits et libertés, vu les circonstances de cette affaire, les trois appels téléphoniques provenant du Québec étaient admissibles en vertu du par. 24(2) de la Charte.

Jugement en conséquence.

Procureurs de l’appelant: Shadley & Boro, Montréal.

Procureurs de l’intimée: Yves Briand et Germain Tremblay, Montréal.


Parties :

Demandeurs : Sa Majesté la Reine
Défendeurs : Solomon

Texte :

R. c. Solomon, [1997] 3 R.C.S. 696

Eddy Solomon Appelant

c.

Sa Majesté la Reine Intimée

Répertorié: R. c. Solomon

No du greffe: 25515.

1997: 10 octobre.

Présents: Les juges L’Heureux‑Dubé, Gonthier, Cory, McLachlin, Iacobucci, Major et Bastarache.

en appel de la cour d’appel du québec

Proposition de citation de la décision: R. c. Solomon, [1997] 3 R.C.S. 696 (10 octobre 1997)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais

Origine de la décision

Date de la décision : 10/10/1997
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.