Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ États-Unis d'Amérique c. Tsioubris, 2001 CSC 20 (5 avril 2001)

Imprimer

Sens de l'arrêt : Le pourvoi est accueilli

Numérotation :

Référence neutre : 2001 CSC 20 ?
Numéro d'affaire : 27774
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;2001-04-05;2001.csc.20 ?

Analyses :

Droit constitutionnel - Charte des droits - Justice fondamentale - Réparations - Extradition - Les considérations de justice fondamentale entrent‑elles en jeu à l’étape de l’incarcération du processus d’extradition? - Le juge d’extradition aurait‑il dû attendre la décision du ministre sur l’extradition avant d’ordonner l’arrêt des procédures? - Charte canadienne des droits et libertés, art. 7, 24 - Loi sur l’extradition, L.R.C. 1985, ch. E-23, art. 9(3).

Extradition - Processus d’extradition - Étendue de la compétence du juge d’extradition en matière d’application de la Charte à l’étape de l’incarcération - Le juge d’extradition avait-il compétence pour examiner des considérations de justice fondamentale à l’étape de l’incarcération du processus d’extradition et pour remédier à l’atteinte à la justice fondamentale par l’arrêt des procédures? - Le juge d’extradition aurait‑il dû attendre la décision du ministre sur l’extradition avant d’ordonner l’arrêt des procédures? - Charte canadienne des droits et libertés, art. 7, 24 - Loi sur l’extradition, L.R.C. 1985, ch. E-23, art. 9(3).

Extradition - Processus d’extradition - Abus de procédure - Peut-on invoquer la règle de l’abus de procédure à l’étape de l’incarcération du processus d’extradition? - Le juge d’extradition aurait‑il dû attendre la décision du ministre sur l’extradition avant d’ordonner l’arrêt des procédures?.

Les faits et questions en litige sont identiques à ceux de l’arrêt connexe États‑Unis d’Amérique c. Cobb, [2001] 1 R.C.S. 587, 2001 CSC 19. L’appelant est un citoyen canadien qui conteste son extradition aux États‑Unis, où il est accusé de fraude et de complot de fraude. Le juge d’extradition conclut que les États‑Unis ont établi prima facie le bien‑fondé de la demande d’extradition de l’appelant, mais il ordonne l’arrêt des procédures en raison de déclarations faites par le juge et le procureur américains. La Cour d’appel annule l’arrêt des procédures et renvoie l’affaire au juge d’extradition afin qu’il délivre un mandat d’incarcération.

Arrêt : Le pourvoi est accueilli.

Pour les motifs de l’arrêt Cobb, l’ordonnance prononçant l’arrêt des procédures d’extradition doit être rétablie.


Parties :

Demandeurs : États-Unis d'Amérique
Défendeurs : Tsioubris

Texte :

États-Unis d’Amérique c. Tsioubris, [2001] 1 R.C.S. 613, 2001 CSC 20

James Tsioubris Appelant

c.

États-Unis d’Amérique Intimé

Répertorié : États-Unis d’Amérique c. Tsioubris

Référence neutre : 2001 CSC 20.

No du greffe : 27774.

2000 : 24 mars; 2001 : 5 avril.

Présents : Le juge en chef McLachlin et les juges Gonthier, Iacobucci, Major, Bastarache, Binnie et Arbour.

en appel de la cour d’appel de l’ontario

POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (1999), 139 C.C.C. (3d) 283 (sub nom. États‑Unis d’Amérique c. Cobb), 125 O.A.C. 122, qui a accueilli l’appel de l’intimé contre un jugement de la Cour de l’Ontario (Division générale) (1997), 11 C.R. (5th) 310, accordant un arrêt des procédures. Pourvoi accueilli.

James Stribopoulos et Paul Cooper, pour l’appelant.

David Littlefield et Kevin Wilson, pour l’intimé.

Version française du jugement de la Cour rendu par

Le juge Arbour — Le présent pourvoi a été entendu conjointement avec trois autres pourvois dans lesquels nous rendons nos décisions simultanément : États‑Unis d’Amérique c. Kwok, [2001] 1 R.C.S. 532, 2001 CSC 18, États-Unis d’Amérique c. Cobb, [2001] 1 R.C.S. 587, 2001 CSC 19, et États-Unis d’Amérique c. Shulman, [2001] 1 R.C.S. 616, 2001 CSC 21. L’appelant est un citoyen canadien qui conteste son extradition aux États‑Unis, où il est accusé de fraude et de complot en vue de commettre une fraude.

1 J’ai énoncé les faits du présent pourvoi dans l’affaire connexe Cobb. L’appelant, James Tsioubris, était l’une des personnes accusées de fraude postale et téléphonique dans un acte d’accusation de la Pennsylvanie. Son extradition a été sollicitée dans la même note diplomatique que celle de Cobb et de Grossman, et son audience d’extradition ainsi que son appel auprès de la Cour d’appel de l’Ontario ont été joints aux leurs. Même si Tsioubris n’a pas demandé l’autorisation d’interjeter appel devant notre Cour en même temps que les deux autres, ses moyens d’appel sont essentiellement les mêmes.

2 En conséquence, pour les motifs de l’arrêt connexe Cobb, je suis d’avis d’accueillir le pourvoi, d’annuler l’ordonnance de la Cour d’appel de l’Ontario et de rétablir l’ordonnance du juge Hawkins prononçant l’arrêt des procédures d’extradition.

Pourvoi accueilli.

Procureurs de l’appelant : Fleming, Breen, Toronto.

Procureur de l’intimé : Le ministère de la Justice, Toronto.

Références :

Jurisprudence
Arrêt suivi : États‑Unis d’Amérique c. Cobb, [2001] 1 R.C.S. 587, 2001 CSC 19
arrêts mentionnés : États‑Unis d’Amérique c. Kwok, [2001] 1 R.C.S. 532, 2001 CSC 18
États‑Unis d’Amérique c. Shulman, [2001] 1 R.C.S. 616, 2001 CSC 21.

Proposition de citation de la décision: États-Unis d'Amérique c. Tsioubris, 2001 CSC 20 (5 avril 2001)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais

Origine de la décision

Date de la décision : 05/04/2001
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.