Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. v. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6049/73
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1974-12-14;6049.73 ?

Parties :

Demandeurs : X. v. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 6099/ 73 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY X . c/REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGN E DECISION of 14 December 1974 on the admissibility of the application DECISION du 14 décembre 1974 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph 7, of the Convention : Length of civil proceedings. Long delay, due to the preparetion of an expert opinion . Applicant having refused that another expert be appointed. Applicant must be taken to have consented to the necessa ry delay. Article 76 of the Convention : The hierarchical complaint )"Dienstaufsichtsbeschwerde" in German law) against a judge in a civil suit of law, is not an effective remedy when it applies to matters within which the judge exercises his judicial disçretion .
Articie 6 paragraphe 1, de la Convention : Durée d'une procédure civile . Le long délai nécessaire au dép6t d'un rapport d'expertise est censé accepté par le plaideur qui a refusé son consentement à la désignation d'un autre expert . Article 16 de la Convention : Dans un procés civil, le recours hiérarchique (e Dientsaufsichtsbeschwerde » du droit allemand) dirigé contre un juge n est pas un recours efficace, s'il concerne une matiére où s'exerce son pouvoir discrétionnaire. Summary of the facts
(français : voir p. 69)
Landlord suing the tenant about the amount of the rent payable for flat . His claim was dismissed. On the Landlord's appeal, the court of Appeal ordered, in November 1971, that a written expert opinion should be obtained . It commissioned the Senator for Construction and Housing to render that opinion. The time-limit was initially fixed for the end of March 1972. In March 1972, the senator requested an extension of time of four to six months, on the ground that he had only one qualified expert official at his disposal for this purpose . That official was fully occupied . In October 1972, the Court reminded the senator to submit the opinion. However, the seantor requested a new extension of time, on the ground that the qualified official had been ill for some time . . The Presiding Judge of the Division then proposed that a private expert be commissioned. While the plaintiff agreed, the applicant refused . Since the quafified official had again falfeir ill, the senator succeeded in getting another expert to render the opinion. He intimated that the opinion might be submitted in August 1973. In the meenwhile, the applicant had sued her barrister before the District Court in W - This court ordered the return of the court files which had been previously fonvarded to the senator. The court files were returned in June 1973 . finaffy, the expert could not start preparing the opinion until the beginning of 1974 . The opinion was actually rendered in June 1974 .
THE LAW The applicant's complaint is that the expert opinion has not yet been submitted and that the appeal proceedings were thereby unduly delayed and consequently that there has been a violation of Art . 6(1) of the Convention . The Government have first alleged that the applicant failed to exhaust domestic remedies within the meaning of Art . 26 of the Convention as she had the possibility of lodging a"Dienstaufsichtsbeschwerde" (hierarchical complaint) against the Presiding Judge .
-
56
-
The Commission finds however that the informal remedy called "Dienstaufsichtsbeschwerde" in German law cannot be considered a remedy in the sense of A rt . 26 if directed against judges . Judges are independent and can only be supervised IDiensteufsichtl to such an extent as this independence is not being encroached upon . (S . Secs . 25, 26 of the Judges Act = Deutsches Richtergesetz) . According to the Government's arguments the applicant could have complained that the Presiding Judge did not oblige the Senator for Construction and Housing by way of disciplina ry action to submit the expe rt opinion quickly . It has first to be noted that, according to the Government's statements concerning the facts, the Presiding Judge has repeatedly reminded the Senator for Construction and Housing to ensure that the expert opinion be submitted . On the other hand, it was within his judicial discretion to decide whether in the circumstances it appeared to be necessa ry and justified so to oblige the Senator for Construction and Housing . An"irectives to the Presiding Judge in this respect would therefore have violated his independence ( S . Schmidt-Rëntsch, Deutsches Richtergesetz, Kommentar, 2 . Auflage, 1973, para . 26, RAnm . 23) . It follows that a "Dienstaufsichtsbeschwerde" would not have been an effective remedy .
The Government have fu rt her argued that the applicant failed to lodge such a disciplina ry action against the Senator for Construction and Housing . However the Senator, being a minister, is the highest organ in the administrative hierarchy and therefore not subject to supervision . A"Dienstaufsichtsbeschwerdé' against the official concerned was not possible because he was apparently not known to the applicant . In any case it has to be noted that there was no legal relation between the applicant and the Senator because it was the Court of Appeal which had requested the expert opinion . The applicant therefore was not bound to lodge a "Dienstaufsichtsbeschwerde" even if such action had at all been possible . The Commission finds therefore that the application cannot be declared inadmissible on the ground that the applicant failed to exhaust domestic remedies . The Commission has then considered whether the application is manifestly ill-founded under Art . 27 (2) of the Convention as is submitted by the Government . The Commission notes that, although in civil proceedings it is the duty of the parties to offer evidence, the courts may decide ex officio to have an expert opinion prepared (S . Baumbach-Lauterbach, Zivilprozessordnung, 1973, No . 403, Anm . 11, and an expert is always chosen by the courts (Sec . 404 ZPO) . The courts therefore have the responsibility to supervise that expert opinions are prepared and submitted in due time and may fine the expert for not complying whh the court order (S . Sec . 411 of the Code on Civil Procedure = ZPO) . In the present case the Court of Appeal was informed in March 1972 that the preparation of the expert opinion would still take from four to six months because the only expert available was too heavily occupied . In October 1972 the Court of Appeal reminded the Senator that he was to submit the expert opinion . As this was, according to the Senator's reply, still not possible, the court requested the parties to state whether they would agree to have a private expert appointed . However, according to the Government's uncontested statement, the applicant strongly rejected this proposal in a letter of . . . November 1972 . The applicant must have known that her refusal could prolong the proceedings . The Commission is therefore of the opinion that in the circumstances it cannot be found that the Court of Appeal neglected its duty to speed up the proceedings . It was the choice of the applicant not to agree that an expert be found who could have prepared the opinion earlier . Since the applicant expressed the wish to have the Senator's opinion, she must be taken to have consented to the necessary delay . It should be mentioned also that, in June 1973, another delay was caused due to proceedings which the applicant had instituted before the District Court at W .
- 57 -
An examination by the Commission of this complaint as it has been submitted, including an examination made ex officio, does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Convention and in particular in the above Article . It follows that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE . Résumé des faits Procés entre un propriétaire et son locataire, portant sur le montant du toyer de l'appartement loué . Débouté en première instance, le propriétaire interjette appe% En novembre 1971, la cour d'appel ordonne une expertise, qu élle confie au Ministre (Senator) de la construction et du logement . Délai d'expertise fixé d'abord 6 fin mars 1972 . En mars 1972, le Ministre demande un délai supplémentaire de quatre B six mois, au motif qu ïl ne dispose que d'un seul fonctionnaire spécialisé, lequel est surchargé . En octobre 1972, la cour d'appel retance te Ministre. Celui-ci demande un nouveau délai au printemps 1973, le fonctionnaire spécialisé ayant été longuement malade . Le président de chambre propose alors la désignetion d'un nouvel expert, personne privée . La partie adverse accepte, la requé2nte refuse . Nouvelle maladie du fonctionnaire spécialisé et le Minisrre annonce le dép6t du rapport pour août 1973 car il a pu confier l'expertise 9 un autre fonctionnaire . Entre-temps, la requérante a introduit action contre son ancien avocat devant le tribunal de W. Ce tribunal ordonne l'apport du dossier qui avait été confié au Ministre pour les besoins de l'expertise et celui-ci doit s'en dessaisir en juin 19 73. En définitive, le trevaif d'expertise ne peut commencer qu'au début de 1974. Le rapport est déposé en juin 1974.
(TRADUCTION ) EN DROIT Le requérant se plaint que le rapport d'expertise n'a pas encore été déposé et que la procédure d'appel subit de ce fait un retard indù, de sorte qu'il y a violation de l'article 6, paragraphe 1, de la Convention . Le Gouvernement mis en cause soutient en premier lieu que la requérante n'a pas épuisé les voies de recours internes, au sens de l'article 26 de la Convention, car il lui eùt été possible de former un recours hiérarchique (a Dienstaufsichtsbeschwerde e) contre le président de chambre . La Commission estime toutefois que la plainte - qui n'est soumise é aucune fonne spéciale - appelée en droit allemand « Dienstaufsichtsbeschwerde » ne peut pas être considérée comme une voie de recours interne, au sens de l'article 26, lorsqu'elle est dirigée contre un juge . Les juges jouissent de l'indépendance et ne sont soumis à surveillance (Dienstaufsicht) que dans la mesure où cette indépendance n'a pas é en souffrir (cf . articles 25 et 26 de la loi allemande sur la magistrature ( a Deutsches Richtergesetz ») . Selon le Gouvernement, la requérante aurait pu se plaindre que le président de chambre n'avait pas obligé le Ministre de la construction et du logement, par voie d'action disciplinaire, é faire diligence dans la production du rapport d'expertise . II faut relever d'abord que, selon la version des faits présentée par le Gouvernement, le président de chambre a relancé il plusieurs reprises le Ministre de la construction et'du logement pour obtenir le dépôt du rapport d'expertise . Mais en outre, il dépendait de son pouvoir discrétionnaire de décider si les circonstances faisaient apparaitre comme justifiées ou nécessaires des mesures de contrainte é l'égard du Ministre de la construction et du logement . Toute injonction adressée sur ce sujet au président de chambre aurait donc constitué une violation de son indépendance (cf . Schmidt-Réutsch, Deutsches Richtergesetz, Kommentar, 20me édition, 1972, paragraphe 26, note 23) .
-
58
-
Il s'ensuit qu'un recours hiérarchique (Dienstaufsichtsbeschwerde) n'aurait pas constitué un recours efficace . Le Gouvernement souléve comme deuxiéme moyen que la requérante a manqué d'introduire une action disciplinaire contre le Ministre de la construction et du lôgement . Toutefois, le Ministre, tel étant son rang, est l'organe le plus élevé de la hiérarchi e administrative et échappe à toute surveillance . Quant au fonctionnaire chargé de l'expertise, il n'e6t pas été possible d'introduire contre lui un recours hiérarchique (Dienstaufsichtsbeschwerde), sont identité n'étant, semble-t-il, pas connue de la requérante . . Au demeurant, on notera qu'il n'existait aucun rapport juridique entre la requérante et le Ministre, puisqu'aussi bien c'était la cour d'appel qui avait requis l'expertise . La requérante n'avait donc pas à former un recours hiérarchique, é supposer même qu'un tel recours e0t été possible . La Commission en conclut que la requête ne peut être rejetée pour non-épuisement des voies de recours internes . La Commission examine ensuite si la requête n'est pas manifestement mel fondée larticle 27, par . 2, de la Convention), ainsi que le soutient le Gouvernement . Elle reléve qu'en matiére civile, s'il appartient aux parties de faire des offres de preuve, les tribunaux peuvent ordonner d'office une expertise (cf . Baumbach-Lauberbach, Zivilprozessordnung, 1973, N° 403, note 1) et que c'est é eux qû appartient toujours le choix de l'ezpert (cf . article 404 du code de procédure civile) . C'est donc aux tribunaux qu'incombe la responsabilité de s'assurer de l'exécution diligente des missions d'expertise ; ils peuvent mettre é l'amende un expert qui n'aurait pas donné suite à leurs injonctions (cf . article 411 du code de procédure civile) . En l'espèce, la cour d'appel fut informée en mars 1972 que la préparation du rapport d'expertise prendrait encore quatre é six mois, le seul expert disponible étant surchargé . En octobre 1972, la cour d'appel rappelait au Ministre d'avoir à déposer le rapport . Ce dernier ayant fait savoir que ce n'était pas encore possible, la cour demanda aux parties si elles donneraient leur consentement à la désignation d'un expert privé . Selon les déclarations non contestées du Gouvernement, la requérante s'y opposa catégoriquement, dans une lettre du 1 8 novembre 1972 . Elle devait savoir qu'un tel refus pouvait entrainer une prolongation de la durée de la procédure . La Commission n'est donc pas d'avis que la cour d'appel a manqué à son devoir d'activer la procédure . C'est de propos délibéré que la requérante a refusé de donner son consentement 9 la désignation d'un expert qui aurait pu déposer son rapport plus tôt . Ayant tormellement demandé que le rapport provint du Ministre, elle doit être réputée avoir accepté le retard qui en découlait . On notere enfin qu'en juin 1973, la procédure introduite par la requérante devant le tribunal cantonal de W . devait être la cause d'un nouveau retard .
L'examen de la requête auquel elle a procédé, soit sur la base des arguments présentés soit d'office, ne permet donc pas à la Commission de discerner l'apparence d'une violation des droits et libenés garantis par la Convention et en particulier par l'article visé ci-dessus . Il s'ensuit que la requête est manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REQUETE IRRECEVABLE .
-
59
-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 14/12/1974

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.