Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ BAADER, MEINS, MEINHOF, GRUNDMANN c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 6-1 ; Violation de l'Art. 8 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6166/73
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1975-05-30;6166.73 ?

Analyses :

(Art. 6-1) ACCES A UN TRIBUNAL, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) PROCES PUBLIC, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE, (Art. 8-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 8-2) INGERENCE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVENTION DES INFRACTIONS PENALES


Parties :

Demandeurs : BAADER, MEINS, MEINHOF, GRUNDMANN
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 6166/7 3 Andreas BAADER, Holger MEINS, Ulrike MEINHOF, Wolfgang GRUNDMANN v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y c/REPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 30 May 1975 on the admissibility of the application DECISION du 30 mai 1975 sur la recevabilité de la requèt e
Articles 8 and 10 of the Convention : The restrictive measures imposed on the applicants did not amount to sensory isolation nor to a break of contacts both inside and outside the prison. Given the fact that the applicants were very dangerous, these measures were necessary for the prevention of disorder and crime . They were thus justified under paragraph 2 of these provisions . Article 25 of the Convention : The death of an applicant does not automatically dispose of his complaint . In principle it is for the applicant's legal successor to decide whether to maintain his or to allow it ro be struck off the list. Articfe 26 of the Convention : Where atl applicants have appealed ro the Federal Constitutional Court in respect of various aspects of their complaints and where all aspects of the complaints have been preferred to that court by one or other of the applicants, there might be doubt as to the effectiveness of any further appeal by an applicant in respect of other aspects of his complaints which have already been rejected in similar cases .
Articfes B et 10 de la Convention : Les mesures restrictives prises à l'égard des requérants n'ont comporté ni isolement sensoriel ni rupture des contacts tant à l'intérieur de la prison qu'avec le monde extérieur . Eu égard au caractére parricutiérement dangereux des requérants, ces mesures é taient nécessaires à la protection de l'ordre et à la prévention des infraction pénales . Elles étaient donc justifiées, conformément aux paragraphes 2 de ces dispositions . Articfe 25 de la Convention : Le décés d'un requérant n'éteint pas automatiquement son action . Il appartient en principe à ses ayants droit de décider de maintenir la requête ou d'en permettre la radiation du rôle. Articfe 26 de la Convention : Lorsque tous les requérants ont saisi la Cour Constitutionnelle Fédérafe de certains aspects de leurs griefs et que tous les aspects de ces griefs ont été déférés à cette Cour par l'un ou l'autre requérant, il est douteux qu'un nouveau recours présenté par un requérant relativement é d'autres aspects de ses griefs, déjà rejetés dans des cas similaires, puisse étre efficace .
Summa ry of the facts
Ifrançais : voir p, 631
.
At the time of introducing his application, Mr Baader was serving a prison sentence . The other applicants were detained on remand . Att applicants are suspected of being members of a criminal organisation which is known as the Red Army Fraction or the Baader-Meinhof Group. On 12 June 1971 the investigating judge (Ermitttungsrichter) of the Federat Court made the following order concerning the applicants Baader and Meins :
(1 ) The accused may only have visits from their parents . ( 2) The correspondence of the accused (in and out going) is restricted to correspondence with parents and official authorities . ( 3) The accused may order newspapers and journals only through the prison authorities . - 58 -
This order has in the meantime been amended to the effect that the accused may a/so order books through their defence counsels . On 20 June 1972 the investigating judge ordered the same restrictions with regard to Ulrike Meinhof . On 20 October 1972, the District Court supervising the applicant Gründmann's detention on remand ordered for him similar restrictions as had been imposed by the investigating judge of the Federal Court . Appeals against the above decisions (Mrs Meinhof only complained of the restrictions concerning her correspondence) were dismrssed. In its decisions rejecting the appeals, the Federal Court pointed out that Baader had already been /reed once on 14 May 1970 with the use of weapons and that further plaris to free members of the Baader-Meinhof Group had been reported. For these reasons the above nrentionned restrictions were necessary because it was not otherwise possible to prevent a misuse of visits, correspondence and exchange of reading material in connection with plans for escape . The constitutional appeals lodged by all applicants were joined and rejected by the Federal Constitutional Court on 14 March 1973 . The Court found that the measures taken were in accordance with constitutional /aw . It pointed out however that the decisions complained of had no definite effect I weder formelle noch materielle Rechtskra/tl . Therefore the investigating judge of the Federal Court or the district court in the case of Grundmann, were bound to make exceptions to the restrictions whenever these exceptions were justified by the factual circumstances of each particular case . The investigating ludge was also obliged to examine at regular intervals whether the circumstances necessitating the general restrictions still continued ro exist or whether the situation had changed in the meantime to the effect that the general restriction was no longer justified. Insofar as the applicant Grundmann had also complained of his isolation from other prisoners the Federal Constitutional Court pointed out that he had not exhaust the remedies in this respect . Summary of the Applicants' compfaints The applicants allege that the measures in question exceed the purpose of detention on remand. They are of the opinion that these measures aim at isolating permanently political prisoners from other detainees and persons . The authorities thus create a status of political prisoners whose rights are reduced in comparison to other prisoners . They point out that the isolation from the outside world is supplemented by an isolation within the prison, where they are allegedly excluded from the prison community life . Some of the political prisoners would even be kept in separate parts of the prison were they do not hear the normal noise of human beings around them .
They further state that their defence counsels have a difficuft stand because they have been defamed by the General Attorney (Generalbundesanwalt) who allegedly called them accomplices to the criminal organisation . Those barristers who have publically denounced the mental torture by isolation are now themselves subject to criminal prosecution . The applicants are of the opinion that the above-mentionned decisions given by the German cou rts against them violate Arts . 3, 6, 8 and 10 of the Convention . Proceedings before the Commissio n The Commission decided on 17 July 1974 to communicate the application to th e Federal Gouvernment for observations on admissibility . The respondent Government were consequently invited tu submit their observations by 20 September 1974 . After an extension of this time-limit until 25 October 1974, the observations were received at the end of that month . The applicants were invited by letter of 7 November 1974 to submit their observations in reply before 10 December 1974 . Their counsels had already announced in a letter of 9 October 1974 that they intended to submit further information and that the applicants ha d
_5g_
started a hunger strike . By letter of 18 December 1974 the applicants' counsels requested an extension of the time-limit staring that in view of the applicants' hunger strike it was not possible to prepare the reply . An extension was granted until 20 January 1975 . On 23 January 1975 the applicants' counsels requested another extension of the time-limit. They stated that the Federal Attorney (Generalbundesanwalt) considered to change the conditions of the applicants' detention . Such changes, so they said, might give reason no longer to pursue the application . They added that the applicant Meins had died on 9 November 1974 and that his applicarion was thereby settled . Another extension of the timelimit was granted until28 February 1975 . As no communication was received by that date the Secretary informed the applicants' counsels on 16 April 1975 that the case would be put before the Commission in the present state of the file . Summary of the observations of the Federal Government on the admissibility of the applicatio n In a statement of facts, the Government first describe the offences of which the applicants or the Baader-Meinhof Group are accused . In their opinion, this shows the applicants' being extraordinarih dangerous . Attention is drawn in particular to the following facts . On 31 October 1968, Baader was convicted of arson and sentenced to three years' penitentiary . On 14 May 1970, he was liberated by force of arms by the applicant Meinhof and three accomplices . Together with other members of the group the applicants took part in several raids on banks and committed robbery as well as numerous other offences . When Grundmann was arrested, a policeman was fatally shot by another member of the Group . Several persons were seriously injured or killed by bomb attaks . In every one of these cases the Red Army Group in subsequent letters to press agencies confessed to these bombings . Baader and Meins were arrested after exchanging shots with the police . When the applicant Mainhof was apprehended, she was carrying a self-made bomb in a beauty case . Two more explosive charges were discovered in her handluggage . In the meanwhile a bill of indictment had been preferred against the applicants . They were accused i.a . of murder, robbery with aggravated violence and membership in a criminal association . The Government submit that this shows the dangerousness of the applicants who are charged with the gravest criminal offences . Their dangerousness is increased, however, by their continued attempts to realise their aims with the aid of sympathisers and group members even from out of their detention . Moreover, the liberation of detained group members is one of the declared aims of the Red Army Fraction . As a matter of fact, in addition to the findings contained in various court orders, there is a considerable amount of evidence indicating preparation or attempts of liberation .
The Government therefore put forth that the applicants' dangerousness as well as their activities while in custody justify the restrictive measures ordered against them . They further ooint out that these orders are no longer in force in their original form. It has thus been possible step by step to loosen the restrictions of detention imposed on the applicants and partly to set them aside altogether especially because, as the investigations progressed, the danger of suppression of evidence diminished . It should be noted however that the applicants did not avail themselves of all the alleviations of the conditions of detention granted them. In March 1973 the applicants were thus given an opportunity of being in the company, for one hour daily, of another remand prisoner who was not one of their co-accused . None of the applicants, however, availed himseN of this opportunity . As a reason, they stated that they could be spied on . It also appears that no applications have been made for exceptional permits to allow visits by, and correspondence with, certain persons not suspected of supporting the Red Army Group . By court decision dated 6 May 1974, previous orders of the investigating judge were amended in favour of the applicants Baader, Meinhof and Meins . According thereto, visits and correspondence ara generelly permitted to a large extent .
- 60 -
Visits to, and correspondence with applicant Grundmann are in principle still restricted to next-of-kin and public authorities but this does not exclude persmtssion of getting in touch with other people in an individua/ case . Besides, further alleviations of detention were permitted Grundmann, especially as regards ordering newspapers, periodicals and books . He has not so far availed himseN of the opportunities of contacts with prison staff, especially social workers, chaplains and the prison psychologist . In this connection, the Government indicate that the conditions of detention to which the applicants are subject are not entirely identical . The applicant Meinhof for instance was permitted to spend four hours each day with her co-accused Ensslin . The applicant Meins might spend his daily outdoor exercise time together with other remand prisoners . As far as is known he has not availed himself of the opportunity . As regards the applicants Baader and Grundmann they still can spend their time outside only alone. Baader has been permitted, however, to watch television in the morning for two hours in the presence of a staff member. It is further submitted that the applicants are sufficiently in contact with the outside world . The applicant Baader may serve as an example in this respect : besides the monthly visits by his mother he is visited at least twice a week by his lawyers who often confer with him for hours. The situation was not radically different for the other applicants .
The Government finally maintain that the applicants are not cut off from the usual noises of human life in prison . They are indeed excluded from joint activities of the prison population because supervision would not be possible. But, of course, they have every opportunity of religious welfare and medical care . Besides, they are ahaays in touch with what happens outside through visits, broadcasts and the press . Altogether, the applicants were in no way treated worse than other very dangerous prisoners, suspected of especially grave crimes . lt was not true, either, that the applicants' lawyers were prosecuted for seditious utterances I Staatsver/eumdungl . Rather, it was right that some ol the defence counsels of Red Army Group Members have become suspected of criminal aiding and abetting or other criminal offences . In conclusion, the application was manifestly ill-founded to the extent that it was not already inadmissible lor non-exhaustion of the domestic remedies .
THE LA W 1 . The applicant Holger Meins died while the case was being dealt with by the Commission, but this fact did not automatically dispose of his complaint . On the contrary, it would have been for his legal successor to decide whether to maintain his complaint or allow it to be struck off the list . However, no communication was received from his legal successor nor did the Commission seek to clarify this situation . The Commission in fact considered that, since Holger Meins' complaint is identical with those made by the other applicants, no separate decision was necessary and it dealt with his complaint in the same way as if it had been maintained by his legal successor . In the following reasoning, therefore, no distinction is made between his and the other applicants' complaints .
2 . According to Article 26 of the Convention it is a precondition of any individual petition that all domestic remedies must have been exhausted before the Commission can deal with the application concerned . The respondent Government has claimed that the applicants did not exhaust legal remedies available to them under German law in relation to certain of their complaints . However, each applicant has appealed to the Federal Constitutional Court in respect of various aspects of his complaints and there might therefore be doubt as to the effectiveness of any further appeal by an applicant in respect of other aspects of his complaints which have already been rejected in similar cases . The Commission further considers that it need not go further into this question as in any event the application must be rejected as manifestly ill-founded for the reasons set out below . 3 . The applicants alleged that as "political prisoners" they were being subjected to the torture of isolation and that they were cut off from contacts both inside and outside the prison . They also claimed that it was being made difficult if not impossible for their defenc e
- 61 -
lawyers to protect the rights to which they are entitled under the German Constitution or which are guaranteed them by the Convention . With respect to the latter allegation the Commission finds that the applicants representatives were clearly not prevented from lodging a detailed application . On the other hand they failed to produce any reply to the exhaustive statement made by the respondent Government regarding the admissibility of the application although they were given adequate opportunity to file an answer in that repeated extensions of the time-limit were granted to them . In their requests for extensions of the time-limits the applicants' representatives never claimed that it had been made impossible for them to reply . It must therefore be found that the whole of the facts as stated by the respondent Government were accepted by the applicants without substantiated contradiction . With regard to the applicants' allegation that as "political prisoners" they are being subjected to torture by isolation, the Commission finds first of all that, according to the unchallenged statement made by the respondent Government, all the applicants are charged with grave offences, including murder, attempted murder, robbery and membership of a criminal association . The applicants are thus not in custody because of their political convictions but because they are suspected of offences dangerous to the community . For this reason they cannot be regarded as "political prisoners" . According to the statement of the respondent Government, the measures attacked in this application were applied for the purpose of making their detention secure . In this connection the respondent Government has stressed, inter alia, that once before Andreas Baader had been freed from custody by force of arms, that he and Holger Meins resisted arrest by using firearms, that a policeman was fatally wounded when the applicant Grundmann was arrested, and that the applicant Meinhof was carrying a home-made bomb and two other explosives when she was arrested . According to the statement made by the respondent Government, Ulrike Meinhof also had in her possession at the time of her arrest a document emanating from Gudrun Ensslin, who had been imprisoned earlier, dealing, inter alia, with the seizure of hostages in order to free imprisoned members of the so-called .Baader-Meinhof or "Red Army" Group .
The fact that Andreas Baader was freed by the use of force is not challenged in the application nor are the other facts mentioned in the above paragraph . The Commission thus finds that these tacts can be regarded as established . The circumstances described show that the applicants are particularly dangerous and, combined with the further unchallenged statement made by the respondent Government concerning proposals and in some cases attempts to free the prisoners, they indicate the necessity for guarding against attempts by the applicants to break out of prison . , According to the undisputed statement made by the respondent Government the security measures complained of have since been relaxed . Each applicant has been allowed, since March 1973, to spend one hour every day with another prisoner . Besides this they have opportunities for contacts with spiritual and medical advisers . They are not subject to sensory isolation in sound-proof cells . From radio and newspapers they know what is happening in the outside world and Baader and Meinhof are even allowed to watch television .
Apart from visits by relatives they have close contacts with the outside world in the form of numerous visits from a large number of lawyers . Except in the case of Grundmann, restrictions on their mail have largely been removed . Even if it is assumed that their mail is confined to communicating with relatives and official authorities, it must not be overlooked that, after the decision given by the Federal Constitutional Court on 14 March 1973, it has been possible for them to apply for exemptions from the general restrictions on correspondence . The applicants have not alleged that they have made any such requests which have been arbitrarily rejected . The Commission therefore holds that in the present case the restrictions placed on the rights guaranteed by Article 8 (1) and Article 10 111 of the Convention are permissible measures that were necessary for the prevention of disorder or crime within the meaning of paragraphs 2 of Articles 8 and 10 . An examination by the Commission of the complaints as they have been submitted does for the above reasons not disclose any appearance of a violation of Articles 3, 6 (1
)_62-
and (2), 8 (1) or 10 111 of the Convention . It follows that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBL E Résumé des faits Lors de l'introduction de sa requéte, M. Baader était détenu en exécution d'une condamnation antérieure . Les autres requérants se trouvaient en détention préventive . lls sont tous soupçonnés d'appartenir é une organisation criminelle connue sous le nom de « fraction de l'armée rouge u ou de « Bande Beeder-Meinhof » . Le 12 juin 1972, le juge d'instruction I Eimitttungsrichter) prés la Cour Fédérale a pris la décision suivante relativement à MM. Baader et Meins : 1 1) Les inculpés seront uniquement autorisés é recevoir la visite de leurs parents . (2) La correspondance des inculpés sera réduite è un échange de courrier avec leurs parents et les autorités.
(3) Les inculpés ne pourront commander des journaux et revues que par l'intermédiaire de l'administration pénitentiaire . Cette décision a depuis lors été modifiée en ce sens que les inculpés peuvent également se procurer des livres par l'intermédiaire de leurs avocats .
Le 20 juin 1972, le juge d'instruction a pris des dispositions restrictives identiques é l'égard d'Ulrike Meinhof. Le 20 octobre 1972, le tribunal cantonal compétent a lui aussi pris des décisions identiques é l'égard de Grundmann . Les recours formés contre ces décisions ont tous été rejetés (U . Meinhof avait exclusivement contesté les restrictions de correspondance) . Dans les décisions rendues sur ces recours, la cour Fédérale a relevé que Baader avait été déjé libéré le 14 mai 1970 par la force des armes et que des plans de libération d'autres membres du groupe étaient connus . Pour ces motifs, les restrictions mises en cause étaient nécessaires. Il n'était pas possible, en effet, d'empécher autrement les ebus de visites, d'utilisation du courrier ou d'échange de documents de toutes sortes qui pourraient étre commis dans le cadre de la préparetion d'évasions.
Le 14 mars 1973, la cour constitutionnelle fédérale a rejeté, eprés les avoir joints, les recours constitutionnels formés par tous les requérants . La Cour a estimé que les mesures incriminées n'étaient pas contraires à la Constitution . Elle a toutefois souligné que les décisions générales mises en cause névaient pas définitivement acquis force de droit (weder formelle noch materielle Rechtskraft) . Le juge d'instruction prés la Cour Fédérale, ou le tribunal cantonal dans le ces de Grundmenn, était dés lors tenu d'accorder des dérogations à ces mesures, chaque fois eue de telles dérogations pareissaient justifiées par les circonstances de fait. Le juge d'instmction était par ailleura également obligé d'examiner A intervades réguliers si les circonstances rendant nécessaires les mesures générales de restriction se trouvaient toujours réunies ou si, au contraire, la situation s'était modifiée en sorte que de telles mesures ne se trouvaient plus justifiées. En ce qui concerne le grief de Gmndmann relatif à son isolement, la Cour Constitutionnelle a déclaré que le requérant n'evait pas épuisé les voies de recours préalables sur ce point.
Résumé des griefs des requérant s Les requérents prétendent que les mesures en question sont inconciliables avec l'objet et la fonction de la détention préventive . Elles visent, selon eux, é isoler de façon permanente les prisonniers politiques des autres détenus et des autres personnes en général. Les autorités créent ainsi un statut du prisonnier politique dont les droits se trouvent réduits pa r
- 63 -
rapport aux autres détenus . lls soulignent que cet isolement du monde extérieur se double d'un isolement à l'intérieur même de la prison puisqu'ils sont, disent-ils, exclus de la vie sociale de cette prison. Certains prisonniers politiques seraient méme soumis à un véritable isolement acoustique de toute activité humaine dans des locaux spéciaux . Les requérants font valoir par ailleurs que leurs avocats se trouvent dans une situation difficile suite aux déc/arations de lAvocat Général (Generalbundesanwalt) qui aurait traité ceux-ci de complices d'une organisation criminelle . Les avocats qui ont dénoncé publiquement la torture morale constituée par l'isolement se trouvent au reste eux-mêmes soumis à des poursuites judiciaires.
Les requérants estiment que les décisions déjA citées prises à leur encontre par les tribunaux allemands violent les articles 3, 6, 8 et 10 de la Convention . Procédure devant la Commission La Commission a décidé le 17juillet 1974 de porter la présente requéte à la connaissance du Gouvernement Fédéral afin de lui permettre de présenter des observations sur la recevabilité . Le Gouvernement a ainsi été invité é présenter par écrit avant le 20 septembre 1974 ses observations sur la recevabilité de la requête . Cette échéance a été repoussée au 25 octobre 1974 et le mémoire du Gouvernement est pervenu à la fin du mois d'octobra . Par lettre du 7 novembre 1974, les requérants ont alors été invités à soumettre leurs observations en réponse avant le 10 décembre 1974. Dans une lettre du 9 octobre, leurs avocats avaient déjè indiqué leur intention de produire des renseignements complémentaires . //s informaient également la Commission d'une gréve de la faim entamée par les requérants . Le 18 décembre 1974, ces mémes avocats ont demandé une prorogation de délai en faisant valoir que la gréve de la faim de leurs clients rendait impossible la préparation des observations en réponse . L'échéance a été reportée au 20 janvier 1975. Le 23 janvier 1975, les avocats ont sollicité un nouveau report d'échéance . Signalant que l'Avocat Général envisageait une modification des conditions de détention des requérants, ils indiquaient que de telles modifications pourraient motiver un retrait de la requête . l/s ajoutaient que Meins était décédé le 9 novembre 1974 et que sa requéte se trouvait ainsi éteinte . Une prorogation de délai au 28 février 1975 fut accordée . A l'échéance de ce délai, aucune communication n'était cependant pervenue. Par lettre du 16 avril 1975, le Secrétaire a alors informé les avocats des requérants que l'affaire serait soumise à la Commission sur base du dossier constitué par les parties é cette date.
Résumé des observations du Gouvernement Fédéral sur fe recevabilité de fa requéte Dans un exposé des faits, le Gouvernement fait tout d'abord un relevé des crimes imputables aux requérants et, d'une façon générale, à la Bande Baader-Meinhof. Ce relevé doit mettre en lumiére le caractére extrémement dangereux des requérants. Les éléments suivants doivent en être soulignés . Le 31 octobre 1968, Baader a été reconnu coupable du crime d'incendie volontaire et condamné à 3 ans de maison de réclusion . Le 14 mai 1970, il a été libéré par une intervention armée d'U. Meinhof assistée de 3 complices. Par la suite, les requérants ont procédé 6 divers hold-ups, attaques de banques et autres crimes, avec l'aide d'autres membres de la bande . Lors de l'arrestation de Grundmann, un policier a été mortellement blessé par un coup de feu tiré par un membre du groupe . De nombreuses personnes ont été tuées ou sérieusement blessées lors d'attentats A l'aide d'explosifs, toujours revendiqués auprés de la prasse par la fraction de l'armée rouge . Baader et Meins ont été arrété aprés un échange de coups de feux avec la police . Lors de l'arrestation de U. Meinhof on a trouvé dans ses bagages personnels une bombe artisanale et deux autres charges explosives . A ce tt e époque un acte d'accusation avait été établi contre les requérants, à charge desquels étaient notamment retenus les chefs d'inculpation suivants : homicide volontaire, vol qualifié avec violences, association de maffaiteurs . Le Gouvernement conclut que cet exposé de faits établit à suffisance le danger représenté par les requérants, accusés des crimes les plus graves . Ce danger est d'autant plus important que, en dépit de leu r
- 64 -
détention, il s'efforcent encore en permanence de réaliser leurs objectifs A l'aide de membres de la bande ou de sympathisants . La libération des membres du groupe emprisonnés constitue au surplus un des objectifs dAc/arés de la fraction de l'armée rouge . Outre les conclusions de différents tribunaux, les autorités disposent ainsi d'un volume considérable de preuves relatives A des préparatifs de libération . Le Gouvernement Fédéral soutient dés lors que le caractére dangereux des requérants et la poursuite de leurs activités durent leur détention justifient les restrictions qui leur ont étA imposées. ll fait observer en outre que ces mesures ne sont plus en vigueur dans leur forme originale. En effet, il a été progressivement possible de rAduire voire de supprimer partiellement les restrictions imposées aux requArants, en particulier à raison du fait que, avec les progrés de l'instruction, les dangers de voir dissimuler ou détruire des éléments de preuve devenaient p/us limités . I/ convient de remarquer cependant que les requérants n'ont pas usé de tous le s assouplissements aux conditions de détention qui leur ont été accordés . Ainst; bien que A partir de mars 1973, ils aient eu la possibilité de passer une heure par jour avec un autre détenu, à l'exception de leurs co-accusés, aucun des requérants n'a fait usage de cette facu/té. lls ont fait valoir à cet égard le risque d'étre espionné . Pareillement aucune demande d'autorisation exceptionnelle n'a jamais été faite pour obtenir la visite ou l'échange de correspondance avec des personnes,non suspectes de soutien A la fraction de l'armée rouge . Les premiéres décisions du juge d'instruction ont étA modifiées par décision judiciaire du 6 mai 1974, en faveur des requérants Baader, Meinhof et Meins . Les visites et la correspondance sont désormais autorisées dans une large mesure . Visites et correspondance sont au contraire encore limitées en principe aux proches parents et aux autorités en ce qui concerne Grundmann. Ceci n'exclut toutefois pas l'octroi de certaines autorisations de rencontrer d'autres personnes . Grundmann bénéficie d'ailleurs d'eutres allAgements des conditions de dAtention, notamment pour la commande de quotidiens, de périodiques et de livres . ll n'a pas, A ce jour, usé de la faculté qui lui est offerte d'entrer en contact avec le personnel pénitentiaire et notamment les assistants sociaux, les aumôniers et le psychologue de la prison . Le Gouvernement souligne à ce sujet que les conditions de détention ne sont pas identiques pour tous les requérants. Ainsi /a requérante Meinhof est-elle autorisée A passer quotidiennement quatre heures avec une de ses co-accusés, Mlle Ensslin . Le requérant Meins peut pratiquement passer son heure d'exercices extérieurs quotidiens en compagnie d'autres personnes détenues à titre prAventif. Il n'a, semble-t-il, jamais fait usage de cette possibi/itA . Baader et Grundmann, au contreire, doivent passer seuls leur temps d'exercice au grand air . Baader peut toutefois suivre les programmes té/évisAs durant deux heures tous les matins en présence d'un membre du personne%
Le Gouvernement soutient en outre que les requérants ont suffisamment de contact avec le monde extérieur. // cite le cas de Baader A titre d'exemple . Outre les visites bi-mensuelles de se mére, ce requérant reçoit au minimum 2 fois par semaine ses avocats avec lesquels il confére durant plusieurs heures . La situation des autres requérants n'est pas trés diffArente . ll est par ailleurs erronA, selon le Gouvernement, que les requérents soient isolés acoustiquement de toute activité humaine. Sans doute ne peuvent-ils participer aux activités de groupe des détenus, pour des raisons de contrôle . Mais ils peuvent disposer d'une assistance religieuse et médicale et sont au courent des AvAnements du monde extérieur par l'intermédiaire des visites, des émissions de radio et de la presse . D'une façon générale, les requérants ne seraient donc pas treités plus durement que tout autre prisonnier dangereux soupçonné d'avoir commis des crimes aussi graves . Le Gouvernement réfute également l'assertion selon laquelle les avocats des requérants seraient poursuivis pour atteinte A l'honneur de l'Etat ( Staatsverteumdung) . La vérité est que plusieurs de ces avocats de la fraction de l'ermAe rouge sont devenus suspects de complicité criminelle ou d'autres détits . En conclusion, la requéte devrait Etre dAclerAe manifestement mal fondée dans la mesure oJ elle ne serait pas dé/A irrecevable pour non-épuisement des voies de recours internes .
- 65 -
I TRADUCTION I EN DROIT 1 . Le requérant Holger Meins est décédé ati cours de l'instance devant la Commission . Sa requête ne se trouvait pas automatiquement éteinte de ce fah . II appartenait au contraire é son ou ses ayant-droits de décider de maintenir la requéte ou d'en autoriser la radiation du rôle . Aucune communication n'a toutefois été reçue des ayants-droits et la Commission n'a pas cherché à clar'rfier la situation é cet égard . En fait, la Commission a estimé qu'aucune décision distincte n'était nécessaire, puisque les griefs d'Holger Meins sont identiques à ceux des autres requérants . Elle a examiné sa requête comme si elle avait été maintenue par les ayants-droits . Dans le raisonnement ci-aprés, aucune distinction n'a dès lors été faite entre la requéte présentée par Holger Meins et celles des autres requérants . En vertu de l'anicle 26 de la Convention, la Commission ne peut être saisie d'un e .2 requête individuelle qu'après l'épuisement des voies de recours internes . Le Gouvernement défendeur a fait valoir que, pour certains griefs, les requérants n'avaient pas épuisé les voies de recours disponibles en droit allemand . Chacun des requérants s'est toutefois pourvu devant la Cour Constitutionnelle Fédérale é propos de divers aspects de ses griefs . On peut dés lors avoir de sérieux doutes quant à l'efficacité de tout nouveau recours présenté par un requérant sur d'autres aspects de ses griefs, déjé rejetés dans des cas similaires . La Commission estime par ailleurs superflu d'approfondir cette question, la requêt e devant en toute hypothèse être rejetée pour défaut manHeste de fondement, confortnément aux raisons exposées ci-après . 3 . Les requérants exposent que, en tant que prisonniers politiques, ils ont été soumis à la torture de l'isolement et privés de tout contact tant à l'intérieur de la prison qu'avec le monde extérieur . Il aurait en outre été pratiquement impossible à leurs avocats d'assurer la défense des droits qui leur sont reconnus par la Constitution allemande ou garantis par la Convention . , Sur ce dernier point, la Commission constate que les défenseurs des requérants n'ont nullement été emp8chés de présenter une requête détaillée . Par contre, ils n'ont produit aucune réponse aux observations très fouillées du Gouvernement sur la recevabilité de la requête, bien qu'ils en aient eu amplement l'occasion puisque l'échéance pour la production d'une telle réponse a été reportée à diverses reprises . Au reste, en demandant des reports de l'échéance, les défenseurs n'ont jamais prétendu être dans l'impossibilité de soumettre des observations en réponse . Il faut en conclure que les faits, tels qu'ils ont été exposés par le Gouvernement, ne font l'objet d'aucune contestation substantielle de la part des requérants . En ce qui concerne le grief des requérants selon lequel ils auraient été soumis, en tant que prisonniers politiques, é la torture par isolement, la Commission relève en premier lieu que tout les requérants sont inculpés de crimes particulièrement graves et notamment de meurtre, tentative de meurtre, vol qualifié et association de malfaiteurs . Ceci résulte des observations non contestées du Gouvernement . Les requérents ne sont donc pas détenus en raison de leurs opinions politiques, mais parce qu'ils sont soupçonnés d'avoir commis des infractions représentant un danger social . A ce titre, ils ne peuvent être considérés comme des « prisonniers politiques » . Selon le Gouvernement défendeur, les mesures ettaquées dans cette affaire ont été mises en œuvre afin de rendre la détention des requérants parfaitement sûre . Le Gouvernement fait valoir, à ce sujet, que Andreas Baader a été antérieurement libéré par la force des armes, que Holger Meins s'est opposé à son arrestation en utilisant une anne à feu, qu'un policier a été mortellement blessé au cours de l'arrestation de Grundmann, que Meinhof, enfin, transportait une bombe artisanale et deux charges explosives lorsqu'elle a été arrêtée . Il ressort également des observations du Gouvernement qu'Ulrike Meinhof possédait lors de son arrestation un document rédigé par Gudrun Ensslin, détenue auparavant, et traitant d'une prise d'otages en vue de la libération de divers membres de la Bande Baader-Meinhof ou a Groupe de l'Armée Rouge ir . _66_
La libération armée d'Andreas Baader n'est pas contestée dans la requbte . Les autres faits mentionnés au paragraphe précédent ne le sont pas davantage . Ces faits peuvent,donc être considérés comme établis . Ces différents éléments prouvent que les requérants sont dangereux . Si on les rapproche des propositions et tentatives de libération des prisonniers mentionnées par le Gouvernement et non contestées, ils permettent de constater la nécessité de mesures de garde destinées à prévenir des tentatives d'évasion . Ainsi qu'il ressort des explications non contredites du Gouvernement, les mesures de sécurité mises en cause ont été progressivement assouplies . Depuis le mois de mars 1973, les requérants sont individuellement autorisés à passer une heure par jour avec un autre détenu . Ils peuvent avoir des contacts avec des médecins et des conseillers spirituels . Ils ne sont pas soumis à un isolement sensoriel dans des cellules insonorisées . Les journaux et la radio leur permettent de connaitre les événements extérieurs . Baader et Meinhof sont méme autorisés à regarder la télévision . Outre les visites des parents, leurs contacts avec le monde extérjeur comprennent de multiples visites d'un grand nombre d'avocats . Sauf dans le cas de Grundmann, les restrictions de correspondance ont été largement supprimées . Mi'me si l'on admet que leur courrier est limité en principe aux communications avec les parents et les autorités, il convient de ne pas oublier que, depuis la décision du 14 mars 1973 de la Cour Constitutionnelle Fédérale, les requérants ont la possibilité de demander des dérogations au systéme des restrictions générales de correspondance . Les requérants n'ont pas prétendu avoir formulé de telles demandes de dérogations qui auraient été arbitrairement rejetées . La Commission estime dés lors que les restrictions imposées en l'espéce aux droits garantis par les articles 8 § 1 et 10 § 1 de la Convention constituent des mesures autorisées, nécessaires à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales au sens des paragraphes 2 des articles 8 et 10 . Un examen des griefs tels qu'ils ont été présentés ne permet donc pas à la Commission de déceler une apparence de violation des articles 3, 6 4 1, 8 4 1 ou 10 § 1 de la Convention . Il s'ensuit que la requête est manifestement mal fondée au sens de l'article 27 § 2 de la Convention .
Par ces motifs, la Commission DÉCLARE LA REOUETEIRRECEVABLE .
- 67 -

Origine de la décision

Formation : Cour (plénière)
Date de la décision : 30/05/1975

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.