Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 5759/72
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1976-05-20;5759.72 ?

Analyses :

(Art. 11) LIBERTE DE REUNION ET D'ASSOCIATION, (Art. 11-1) FONDER ET S'AFFILIER A DES SYNDICATS, (Art. 11-1) INTERET DES MEMBRES


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 5759/72 X . v/AUSTRIA X . c/AUTRICH E DECISION OF 20 May 1976 on the admissibility of the application DECISION du 20 mai 1976 sur la recevabilité de la requête
Articte 26 of the Convention : Period of six months : a) When there is no remedy, the period begins from the date of the decision complained against. b) /n the case of judgment detivered in open court in the presence of the applicant's lawyer, the period starts to run from the date of delivery if the applicant would understand from the spoken judgment that he was not in receipt of a remedy for his grievance. Article 26 de la Convention : Délai de six mois :
a) Lorsqu'il n'existe pas de voie de recours, le délai se compte à partir de la décision critiquée. b) S'agissant d'un arrêt prononcé en audience publique en présence de l'avocat du requérant, le délai court à partir du prononcé si celui-ci permet au requérant de constater qu'il n'a pas été remédié à la situation contestée. I français : voir p. 171
Summary of the relevant facts
At the end of a trial which lasted five days, the applicant was sentenced in May 1971 by the Regional Court of Graz to two years in prison on 33 counts of fraud . The applicant filed an appeal and, at the same time, a plea of nullity (Nichtigkeitsbeschwerde) with the Supreme Court . In his plea of nullity the applicant alleged that the transcript of the trial was incomplete in that it did not mention that the defence had complained about the lack of sufficient time for preparation . He also alleged that the court had refused to hear certain witnesses and experts and that the decision contained both contradictions and errors of law . The Supreme Court rejected the plea of nullity in anuary 1972 in a decision given in open court, in the presence of the applicant's counse % The applicant reiterated his complaints before the Commission . He also complained that the court has subjected him to an exhausting hearing on five consecutive days from morning to evening in spite of his bad state of health which the court was aware of.
- 15 -
THE LAW ( Extract ) The applicant has Ifirstl complained that the conduct of the trial in his case by the Graz Regional Court amounted to an inhuman or degrading treatment, and that the trial was unfair, in particular because he was not given adequate opportunity to defend himself, and because witnesses of the defence allegedly were not summoned or heard under the same conditions as witnesses of the prosecution . It is true that Article 3 of the Convention prohibits inhuman or degrading treatment, and that Article 6 affords an accused certain procedural guarantees in the determination of any criminal charge against him, including the right to a fair and public hearing (Article 6(1 ) 1, the right to have adequate time and facilities for the preparation of the defence (Article 6 (3) (b)) and the right to examine or have examined witnesses against him and to obtain the attendance and examination of witnesses on his behalf under the same conditions as witnesses against him (Article 6 (3) (d) .
However, the Commission is not required to decide whether or not the facts alleged by the applicant disclose any appearance of a violation of these provisions, as Article 26 of the Convention provides that the Commission "may only deal with the matter . . . within a period of six months from the date on which the final decision was taken" . (a) Insofar as elements of the trial proceedings of which the applicant now complains, such as e .g . the conduct of the trial in a very concentrated form during five consecutive days in spite of the applicant's bad state of health, were not subject to appeal under Austrian law, the relevant procedural rulings (prozessleitende Verfügungenl of the court's president must be regarded as the final domestic decisions . Now, the Commission states that these trial proceedings terminated on . . . May 1971, whereas the present application was submitted to the Commission only on 31 August 1972, that is more than six months after that date . (b) Insofar as the applicant complains of elements in the trial proceedings which were covered by the plea of nullity (e .g . the refusal to hear certain witnesses and experts, cf . . . .), the final domestic decision under Article 26 of the Convention is the Supreme Court's decision of . . . January 1972 given in the applicant's case . Since this decision was immediately known to his counsel, acting for him ; since it necessarily showed that elements in the trial proceedings, dealt with by the Supreme Court and regarded by the applicant as contrary to the Convention, had not been corrected or remedied ; and since the motivation of the Supreme Court decision, given to the applicant's counsel on . . March 1972, was therefore not essential to the filing of his application with the Commission, though, of course, material to its full presentation at a later stage, there is nothing to show that the applicarit was prevented from raising his complaints to the Commission in this respect immediately after the pronunciation of the Supreme Court's decision on . . . January 1972 . However, the present application was only brought on 31 August 1972, that is more than six months after that date . (c) Finally, insofar as the applicant could be regarded as complaining, in addition, of the conduct of its proceedings by the Supreme Court itself, it is again to be observed that these proceedings terminated in effect on . . . January 1972, hence more than six months before the filing of the present application . It follows that all the applicant's complaints relating to the conduct of certain criminal proceedings have been brought out of time, having regard to the provisions o f
- 16-
Article 26 of the Convention . Furthermore, an examination of the case does not disclose the existence of any special circumstances which might have interrupted or suspended the running of the six months' period provided for in that Article . It follows that this pa rt of the application must be rejected under Article 27, paragraph (3) of the Convention . Résumé des faits pertinents A/'issue d'un procés qui dura 5 jours, le requérant a été condamné en mai 1971 par le tribunal régional de Graz à 2 ans de réclusion pour escroquerie commise é 33 reprises . Le requérant a interjeté appel et, simultanément, s'est pourvu en cassation (Nichtigkeitsbeschwerde) euprés de la Cour supréme . A l'appui de son pourvoi, le requérant alléguait que le compte-rendu d'audience, incomplet, ne mentionnait pas que la délense s'était plainte de n'avoir pas disposé d'un temps de préparation sul/isant . // e//éguait en outre que le tribunal avait refusé d'entendre certains témoins et experts et que le jugement contenait des contradictions et des erreurs de droit . La Cour Supréme rejeta le pourvoi au cours d'une audience publique, tenue en janvier 1971, à laquelle assistait le conseil du requérant .
Le requérant réitére ses griefs devant la Commission . ll se plaint en outre que le tribunal lui ait imposé un procés épuisant durant 5 jours du matin au soir en dépit de son mauvais état de santé, que le tribunal connaissait . (TRADUCTION) EN DROIT IExtrait l Le requérant se plaint len premier lieul que la conduite de son procés par le tribunal régional de Graz a constitué un traitement inhumain ou dégradant et que ce procès n'a pas été équitable, en particulier, parce que la défense n'a pu être assurée convenablement et que, selon le requérant, des témoins de la défense n'ont pas été convoqués ni entendus dans les mêmes conditions que les témoins de l'accusation . Il est vrai que l'article 3 de la Convention interdit les traitements inhumains ou dégradants et que l'article 6 accorde à l'accusé certaines garanties de procédure dans la détermination des charges qui pèsent contre lui, y compris le droit à un procés équitable et public ( a rt icle 6, paragraphe 1), le droit au temps et aux facilités nécessaires à la préparation de sa défense la rt icle 6, paragraphe 3 ( b) et le droit d'interroger ou faire interroger les témoins 9 charge et obtenir la convocation et l'interrogation des témoins à décharge dans les mémes conditions que les témoins à charge (article 6, paragraphe 31d1 .
Toutefois, la Commission n'est pas appelée à décider si les faits allégués par le requérant révélent l'apparence d'une violation de ces dispositions . En effet, aux termes de l'article 26 de la Convention, "la Commission ne peut être saisie que . . . dans le délai de six mois, à partir de la date de la décision interne définitivé" . (a) Dans la mesure où le requérant se plaint de circonstances du procés qui ne peuvent faire l'objet d'un recours en droit autrichien - comme par exemple, la conduite du procés durant 5 jours d'une manière trés condensée, malgré la mauvaise santé du requérant - ce sont les ordonnances du président du tribunal relatives à l'organi . sation de la procédure (Prozessleitende Verfügungenl qui doivent être considérée s
- 17 -
comme les décisions internes définitives . Or, la Commission constate que le procés a pris fin le . . . mai 1971, alors que la présente requête n'a été introduite devant la Commission que le 31 août 1972, soit plus de six mois plus tard . (b) Dans la mesure où le requérant se plaint de circonstances du procés qui ont été contestées dans son pourvoi en cassation (p . ex . le refus d'entendre certains témoins et experts, cf . . .), la décision interne définitive, au sens de l'article 26 de la Convention, est l'arr8t de la Cour Supréme rendu le . . . janvier 1972 dans la cause du requérant . Or le conseil du requérant, représentant ce dernier, a eu immédiatement connaissance de cet arrét, dont il ressortait nécessairement qu'il n'avait pas été remédié aux circonstances du procés soumises à l'appréciation de la Cour Supréme et en quoi le requérant voit une violation de la Convention ; les motrfs de l'arrét de la Cour Suprême, notifiés au conseil du requérant le . . . mars 1972, n'étaient pas indispensables à l'introduction de la requête devant la Commission, encore qu'ils aient pu être utiles, bien sûr, au développement de la requête à un stade ultérieur . Il découle de ce qui pnlcéde que rien ne permet de penser que le requérant fut empéché de faire valoir devant la Commission ses griefs à ce sujet immédiatement après le prononcé de l'arrêt de la Cour Supréme du . . . janvier 1972 . Pourtant, la présente requéte n'a été introduite que le 31 aoùt 1972, soit plus de six mois plus tard .
(c) Enfin, dans la mesure où le requérant parait se plaindre, en outre, de la conduite de son affaire par la Cour Suprême elle-même, on observera derechef que cette procédure a pris fin le . . . janvier 1972, soit plus de six mois avant l'introduction de la présente requéte . Il s'ensuit que tous les griefs du requérant relatifs à certaines procédures pénales sont tardifs, vu l'article 26 de la Convention . De plus, l'examen de l'affaire ne permet de discerner aucune circonstance de nature à interrompre ou à suspendre le cours du délai de six mois prévu dans cette disposition . Cette partie de la requête doit donc ètre rejetée en application de l'article 27, paragraphe 3, de la Convention .
- 18 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 20/05/1976

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.