Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ A., B., C., D., E., F., G., H. et I. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 5573/72
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1976-07-16;5573.72 ?

Analyses :

(Art. 10-1) LIBERTE D'EXPRESSION, (Art. 10-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 10-2) INGERENCE, (Art. 10-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 10-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 11) LIBERTE DE REUNION ET D'ASSOCIATION, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 17) DESTRUCTION DES DROITS ET LIBERTES, (Art. 18) RESTRICTIONS DANS UN BUT NON PREVU, (Art. 5-1) ARRESTATION OU DETENTION REGULIERE, (Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS, (Art. 6-1) ACCUSATION EN MATIERE PENALE, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL, (Art. 6-1) TRIBUNAL INDEPENDANT, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE, (Art. 6-3-b) FACILITES NECESSAIRES, (Art. 6-3-b) TEMPS NECESSAIRE, (Art. 6-3-c) SE DEFENDRE SOI-MEME, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS


Parties :

Demandeurs : A., B., C., D., E., F., G., H. et I.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATIONS Nos . 55T!/72 and 6670/72 (joined) REQUETES N° 5673/71 et 5670/ 72 (jointes ) A ., B ., C ., D ., E ., F ., G ., H . and I . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY A ., B ., C ., D ., E ., F ., G ., H . et I . c/RÉPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGN E DECISION of 16 July 1976 on the admissibility of the applications DECISION du 16 juillet 1976 sur la recevabilitb des requ0te s
Articfe 5 of the Conventton : The words "liberty end security"rmust be read as a whole and refer only to physical liberty and security . Articfe 6, paragraph 1 of the Convention : al Civil rights and obligations : Does this provision apply both to the administrative and the judicial part of the restitution proceedings institutédunder .the Federel Restitution Act (Bundesrtlckerstattungsgesetz) ? (Question not pursuedl b) Fair trial (civil) : An amendment of the law occurring-during the proceedings cannot, as such, lead to an infringement of the principle of a feir trial . c) Reasonable time Icivifl : Various elements taken into consideration in order to assess whether the delay is reasonable. . Article 26 of the convention : Exhaustion of domestic remedies.'tn order to have exhausted the domestic remedies the person concerned must have raised, at least in substance, before the national authorities the complaint he puts to the Commission . The domestic remedies that do not offer a possibility of redressing the alleged violation of the Convention need not be exhausted. Artfcte I of the Finrt Protoeof : Can a claim under the Federal Restitution Act IBundestickerstattungsgesetzl be considered as a'possession" 1 :'biens"I in the meaning of this provision ? (Question not pursued) . An Act whose purpose is to specify the conditions of,a,ctaim under the Federal Compensation Act I Bundesnïckerstattungsgesetzl after . expiry of • the time-limit for making an application under the Act in such a trdy . thaF it affects the chances of success of the cYaim, does not amount to a deprivation of property . Art/cle 5 de la Convention : les mots - la liberté et, .la+sOre té • doivent être compris comme formant un tout et ne visent que le liberté et la .sécurité physiques de l . aperson Article 6, paragraphe 1, de la Convention : a) Droits et obligations de caractére civit : Cet article est-il applicable tant à taphase administrative qum la phase judicieire de la procédure d'examen d'une i demande
-8-
dérivant de ta loi fédérale allemande sur les restitutions (Bundesrückerstattungsgesetz ) ? (Question non résolue) . b) Procés équitable (civil) : Une modl/ication législative survenant au cours de la procédure ne saurait, en elle-même, entrainer une atteinte au principe du procés équitable. cl Délai raisonnable (civill : Divers éléments pris en considéretion pour juger du carac tére raisonnable du délai. Articte 26 de la Convention : Epuisement des voies de recours internes . Pour avoir épuisé les voies de recours internes, /'intéressé doit avoir fait vatoir, au moins en substance, devant les instances nationales le grief qu'il soumet à la Commission . N'ont pas é être exercés des recours internes qui ne sauraient conduire à un redressement de la violation alléguée de la Convention. Article fer du Protocole additionne/ : Une prétention dérivant de la loi fédérale allemande sur les restitutions (Bundesrückerstattungsgesetz) peut-elle étre considérée comme un rr bien a (' possession'1, au sens de cette disposition 7(Question non résolue) . N'entrefne pas une privation de propriété, au sens de cette disposition, une loi ayant pour objet de préciser, aprés l'échéence du délai de forclusion, les conditions d'une demande dérivant de la loi fédérale allemande sur tes restitutions (Bundesrückerstattungsgesetz), de telle maniére que les chances de succés de ce tte demande s'en trouvent affectées .
THE FACTS (Fxtract )
(frenCais : voir p . 29)
1. The facts presented by the parties and apparently not in dispute between them may be summarised as follows : 1 . The applicants are Israeli citizens residing in Israel, with the exception of Mr C ., who is a US citizen living in New York . In the proceedings before the Commission they are represented by MM . X ., Y . and Z ., who are lawyers practising in Tel-Aviv, Hannover and Munich respectively and act under powers-of-attorney duly signed by all applicants . The applications concern certain provisions of the Federal Restitution Act (Bundesriickerstattungsgesetzl, both in its original version and as amended in 1969, and administrative and court proceedings under this Act . 2. The Federal Restitution Act forms part of the regulations issued after 1945 in the Federal Republic of Germany for the redress of wrongs inflicted by the Nazi regime . These rules distinguish between : - claims arising from the deprivation of identifiable property . These must in principle be pursued in restitution proceedings which, until 1957, were governed by Restitution Laws enacted by the Allied Occupation Powers . In 1957 the Federal Restitution Act superseded those Law s - other claims based on such grounds as injury to body and health, deprivation or restriction of liberty .These must in principle be asserted under the Federal Act on Compensation for Victims of Nazi Persecution (Bundesentschédigungsgesetz) of 1956 (hereinafter referred to as "Federal Compensation Act") .
-9 -
3 . The applicants alleged before the authorities of the Federal Republic of Germany that they or their parents had been deprived by the authorities of the German Reich, outside the territory of the Reich as of 1937, of property of a value of about 10,000 DM in each case, without receiving any compensation . Their restitution claims were, however, refused, essentially on the ground that they had failed to comply with certain procedural requirements . Details of the relevant administrative and court proceedings, and the parallel development of the case-law and legislation, were as follows . 4 . The applicants did not file any property claims on the ground of deprivation under the Allied Restitution Laws . The time allowed for filing claims under the Federal Restitution Act, which would originally have expired on 1 April 1957 or three months later for persons residing abroad, was later extended to 1 April 1959 .
5 . On . . . February 1958 the applicants, through their counsel, filed claims under the Federal Compensation Act . On the application forms they also alleged globally "loss of or damage to property" (Schaden an Eigentum und Vermbgen) . The time allowed for filing claims under the Federal Compensation Act expired on 1 April 1958 . 6 . The Applicants A ., B ., C ., G . and H . substantiated their claims under the restitution procedure on . . . December 1959, the applicant I . in 1961 and the applicants D ., E . and F . in 1964. 7 . The Federal Restitution Act, in its original version, provided in Art . 30 (1 ) "Where . . . . . . a restitution claim . . . . . . has been filed in accordance with Arts . 18 9 and 231 of the Federal Compensation Act, it shall be deemed an application filed within the period prescribed by the present Act . " 8 . On expiry of the time-limit for the filing of restitution claims the question arose whether restitution claims filed under the compensation procedure had, as regards their contents, to comply with the rules of the restitution procedure, i .e . whether they had to include a detailed description of the effected property items permitting their identification . Art . 30 (1 ) of the Federal Restitution Act did not contain a clear answer and the German Restitution Courts arrived at different conclusions . The Supreme Restitution Courts finally decided that a global claim for property loss, if made within the prescribed time-limit, was sufficient to constitute a valid application also for the purpose of restitution proceedings, and this ruling was followed by the German Courts• . 9 . The decision on the applicants' claims was, however, further delayed by the determination of another issue : the question whether Art . 30 (1) of the Federal Restitution Act was meant to protect only those claimants who had filed their claims in compensation proceedings not knowing that they should be filed in restitution proceedings-i .e . who had been in error regarding the legal nature of their claim or the competence of the authority-or whether the existence of such an error was immaterial . The Supreme Restitution Courts arrived at different results in their decisions on this question . Contrary to the Supreme Restitution Court in Herford, the Berlin Supreme Restitution Court held that the error was material•• . ' Cf . the judgment of the Federal Conatitutionel Court of 24 JuN 196B-file No . I Bvfl 537/65-i n Fntacheidunpen des Bundesvedasaunpseerichts 24, pp .75, 80-81 . " Cf . the judgment of the Federal Conatrtutional Coun loc . c11 . p .90 .
- 10 -
10 . With regard to the issues mentioned in paras . 8 and 9 above, the legislator intervened by the Third Amendment to the Federal Restitution Act of 2 October 1961 . The express requirements for an effective filing of a claim under Art . 30 (1) of the Act were supplemented retroactively in that : - the filing in compensation proceedings must have been made erroneously ; and - the application must disclose the identifiable property for which compensation is sought . The amended version of Art . 30 ( 1) stated as follow s "Where . . . . . . a restitution claim . . . . . . has erroneously been filed . . . . . in accordance with Arts . 189 and 231 of the Federal Compensation Act, it shall be deemed a petition filed within the period prescribed by Arts . 27 and 29, provided that the application discloses the identiflable property for which compensation is sought . . . . . . .. 11 . After the promulgation of the Third Amendment the claims of the applicants A ., B ., C ., G ., H . and I . were dismissed by the Regional Court (Landgericht) of Berlin on the basis of that Amendment . In the case of the applicants D ., E . and F . the administrative authority expressed doubts as to the constitutionality of the Amendment and suspended the proceedings pending a ruling of the Federal Constitutional Court IBundesverfassungsgerichtl on this question . 12 . The Federal Constitutional Court decided in a separate case in 1968• that the new version of Art . 30 111 of the Federal Restitution Act was unconstitutional, in so far as it required specification of the property, but constitutional in so far as it required an error as to the proper procedure. The Court held that the insertion, with retroactive effect, of the requirement that the application "discloses the identifiable property for which compensation is sought" was incompatible with the rule of law (Rechtsstaatsprinzip), an essential element of which was certainty under the law ; it thus violated Art . 2 (1) of the Basic Law (Grundgesetz)' .'
The Court held on the other hand that the requirement of an error as to the proper procedure was implied in the original version of Art . 30 (1) and concluded that the insertion of the word "erroneously" in the new version was a clarification which the legislator was authorised to make in view of the divergence in the case-law of the Supreme Restitution Courts . (t observed in this connection that the difference between compensation and restitution claims, and between the relevant procedures, had not been clear to many victims of Nazi persecution . The legislator had been aware of this situation when drafting the old version of Art . 30 and it was clear from the context of this provision that its only object had been to protect applicants, who were not familiar with the above difference, against the risk of choosing the wrong procedure when filing their claim . The intention was to prevent a situation in which time-limits were regarded as having expired simply because an application had been filed with the wrong authorities . This exceptional provision was, however, not intended to give injured parties a further opportunity of making an application as and when they chose . A person cognizant of the strict regulations in respect of applications who deliberately filed a restitution clai m ' Judgment of 24 July 19fi8-file No . 1 BvR 537/65-loc . cit . pp . Ba et sea . Art . 2 (1) provides :"Evervone has the right to the free development of his personelity in eo fer ea he does not violate the rights of others or offend against the constitutionel order or the moral code . "
- 11 -
not under the restitution procedure but under the compensation procedure should not in its view be protected by the original wording of Art . 30 ( 1) . 13 . The Federal Constitutional Court having passed its judgment, the Restitution Authorities and Courts resumed the restitution proceedings which-as in the cases of the present applicants-were based on applications made under Art . 30 and had been stayed pending the above constitutional review of the Third Amendment . The decisions of the Regional Court dismissing the claims of the applicants A ., B ., C ., G ., H . and I . on the basis of that Amendment were now quashed by the Court of Appeal (Kammergericht) of Berlin and the cases were returned for re-examination either to the Regional Court (A ., B ., C . and I .) or to the administrative authority (G . and H .) . 14 . Following the decision of the Federal Constitutional Court, it was clear that "general applications" ("Globalanmeldungen") under Art . 30-like those of the present applicants-were valid if they had been filed erroneously under the compensation procedure . In the course of the further examination of these cases, however, a new question arose, namely, how the existence of an error in the sense of Art . 30-i .e . as to the legal nature of the claim or as to the authority competent to receive it-should be established . The Restitution Authorities and some Courts of Appeal considered that the burden of proving the error rested, according to general principles of law, on the claimant . The Supreme Restitution Courts, however, held in 1969 that an error was evident simply from the fact of an application being filed under the compensation, instead of the restitution, procedure and did not need to be specially proved . 15 . In the cases of the applicants A ., B . and C . the Regional court, finding in accordance with the above case-law of the Supreme Restitution Courts that an error with respect to the legal nature of their claims had to be presumed, granted these claims in part on . . . June 1969 and ordered an expert opinion with regard to the remainder . The Federal Minister of Finance appealed to the Court of Appeal . In the cases of the applicants D ., E . and F . the Regional Court, on . . . July 1969, invited the applicants to substantiate their claims and to produce more evidence . 16 . With regard to the issue mentioned in para . 14 above, the legislator intervened by the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act of 3 September 1969, which again amended Art . 30 of this Act . The new provision of Art . 30 (3) did not require that a restitution claim filed under the compensation procedure describes the affected property in compliance with the strict rules of the restitution procedure . However, apart from certain presumptions inapplicable to applications introduced from abroad after 23 October 1957, like those of the present applicants, it must be shown : "that at the time the application was filed the person filing it knew the facts the statement of which would have been required for a proper application under the provisions of restitution law" . If the application was filed by a representative, Art . 166 of the Civil Code IB(irgerliches Gesetzbuch) applied mutatis mutandis, i .e . the knowledge of the representative, and not of the person represented, had to be taken into account . 17 . The Report of the competent Committee of the Bundestag shows that it was the purpose of the new Art . 30 (3) to exclude the protection of persons who, cognizant of the strict regulations of the restitution procedure, had deliberately filed restitution claims under the compensation procedure because they could not give a description o f
- 12 -
the affected property as required by the restitution procedure . At the same time the legislator intended to correct the case-law of the Supreme Restitution Courts regarding the establishment of an error in the sense of Art . 30, on the ground that it did not correspond to the legislator's intention• . 18 . An . II (2) of the Fourth Amendment provided that applications under Art . 30 of the Federal Restitution Act which had not been finally decided should in principle be referred back to the Restitution Authorities for a determination whether the error required by Art . 30 (3) of the Act, as introduced by the Amendment, in fact existed . In accordance with this provision, the cases of all the present applicants were returned to the Restitution Authorities . 19 . The applicants now addressed themselves to the Federal Constitutional Court . In their constitutional appeals IVerfassungsbeschwerdenl of . . . August 1970 they submitted that Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment, and Art . II (2) of that Amendment were unconstitutional . They alleged violations of : - Art . 2(1 ) of the Basic Law"and the principle of the rule of law ; and - Art . 3(1 ) of the Basic Law (equality before the law) . 20 . On . . . February 1972 a committee of three judges of the Federal Constitutional Court carried out a preliminary examination of the constitutional appeals . Assuming their admissibility it found that they did not offer a sufficient prospect of success and consequently did not accept the appeals for decision . No reasons were given . 21 . On 8 June 1972 the applicants addressed themselves to this Commission . 22 . In 1973 the applicants A ., B . and C . withdrew their restitution claims . The details and effects of this withdrawal are disputed between the parties . The claims filed by the applicants D ., E ., F ., G ., H . and I . were dismissed by the Restitution Authority on the ground that the claimants had failed to establish an error in the sense of Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act . These decisions were confirmed in 1973 by the Regional Court and by the Court of Appeal . The applicants did not file appeals with the Supreme Restitution Court against the decisions of the Court of Appeal . 23 . All the applicants finally resumed their petitions for ex-gratia payments IHërteausgleichl, made in 1966 under Art . 44 (a) of the Federal Restitution Act, and, with the exception of one of them, they were all granted such payments, amounting to about 2,000 to 3,000 DM in each case .
COMPLAINT S The applicants complain that the authorities of the Federal Republic of Germany violated the following provisions of the Convention : - Art . 1 of Protocol No . 1 to the Convention, in that the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act affected, contrary to the decisions of the Supreme Resti- See the Repon of the 7th Committee (Ausschuee fûr Krieps- und VerfolpunOs+châden) of the Bundestep of 26.6 .1918- Bundestepsdruckaacha V/4486, Depe 2 . •- Cf . pere .12 above .
- 13 -
tution Courts, the applicants' restitution claims, which they consider as "possessions" within the meaning of this provisio n - Art . 5 of the Convention (security of person) ; - Art . 6 (1) of the Convention . The applicants consider that their restitution claims are "civil rights" within the meaning of this provision . They refer to the course of their restitution proceedings and to the parallel development of the case-law and legislation and submit that, in the determination of their restitution claims, they were denied the right to a fair hearing within a reasonable time in several ways, namely : by protraction of the restitution proceedings by the German administrative, judicial and legislative authorities (in this connection they also refer to Art . II (2) of the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act) ; by legislative interference with the jurisprudence of the Supreme Restitution Court (Art . 30 (3) of the Act as introduced by that Amendment) ; and by the Federal Constitutional Court's refusal to accept their constitutional appeals for decision ; - Art . 14 of the Convention, in that the Federal Restitution Act, both in its original version and as amended by the Fourth Amendment, contains discriminatory provisions . They refer in this respect to the freedom from costs in restitution proceedings provided for by the Act, to different time-limits in Art . 30 (3) as introduced by the Fourth Amendment, and to the distinction made in Art . 30 (3) between losses suffered within the German Reich and abroad . PROCEEDINGS BEFORE THE COMMISSIO N 1 . On 28 February 1974 a preliminary examination of the admissibility of the applications was carried out by a single member of the Commission appointed as Rapporteur. On his instructions the applicants were requested to indicate, with respect to their complaint under Art . 6 (1) of the Convention, whether they had taken any steps with a view to expediting the proceedings before the administrative authorities and the courts . In this connection, reference was also made to Art . II (2) of the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act (promulgated in 1969, i .e . more than ten years after the applicants had filed their claims)•. 2. Counsel for the applicants, in his reply of 21 March 1974, did not make any statement with regard to the period between 1958 (filing of the claims) and 1969 (promulgation of the Fourth Amendment) . With regard to Art . II (2) of the Fourth Amendment, and the period since its promulgation, he observed that, under this provision, the Court could only abstain from returning a case to the Restitution Authority if both parties agreed . It was, however, the practice of the defendant expressly to apply for such return . 3 . On 9 July 1974 the Commission considered the applications in the light of the Rapporteur's first Report . It decided : a) to order the joinder of the application s b) to declare inadmissible the applicants' complaints under Arts . 5 and 6 of th e Convention and their complaints under Art . 14 concerning the original version of the Federal Restitution Act ; Cf . 1, para . 19 atave .
- 14 -
c) to invite the respondent Government to submit their written observations on the applicants' remaining complaints, under Art . 1 of Protocol No . 1 and Art . 14 of the Convention, concerning Art . 30 (3) of the said Act, as inserted by the Fourth Amendment . 4 . The Government's observations arrived on 25 November 1974 . The applicants' reply of 16 January was received on 30 January 1975 . The Government's supplementary observations of 4 June arrived on 9 June 1975 . 5. On 29 May 1975 a preliminary examination of the parties' submissions was carried out by the Rapporteur . On his instructions the Government were requested to indicate, with regard to the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act, whether the 7th Committee of the Bundestag had considered the effect of Art . 30 (3) of the Act, as inserted by that Amendment, on the situation which had been brought about by the decisions of the Supreme Restitution Courts . 6 . The Government's reply of 3 July arrived on 7 July 1975. The applicants' comments of 15 September were received on 17 September 1975 . 7 . On 16 July 1976 the Commission resumed its examination of the applications in the light of the parties' submissions (paras . 4 and 6 above) and the Rapporteur's second Report of 21 May 1976 .
SUBMISSIONS OF THE PARTIES ' A . As to the exhaustion of domestic remedies 1. The Government submit that the applicants, in respect of their communicated complaints about the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act, did not avail themselves of all domestic remedies, for two reasons :
1 . "After their constitutional appeals had failed the applicants A ., B . and C . did not make any attempt whatsoever to prove under Art . 30 (3), third sentence, of the Federal Restitution Act that they had been in error, which proof would have been required by the Act also in their cases, in order to satisfy thereby the requirements for the assertion of their restitution claims . The fact that there was a direct temporal connection between the applicants' withdrawal of their petitions for restitution and the fact that they resumed and continued to pursue their dormant applications for hardship relief to be granted, allows the conclusion to be drawn that they, considering their chances of success in proving an error to be nil, deliberately and intentionally abstained from lodging the legal remedies available to them . The applicants D ., E ., F ., G . and H . did have the rightfulness of the decisions of the Restitution Agencies, by which their claims were dismissed, reviewed by courts, but they failed to challenge the decisions of the Court of Appeal by petitioning the Berlin Supreme Restitution Court for review . These applicants, too, resumed and continued to pursue, in a direct temporal connection with the withdrawal of their petitions for restitution, their dormant applications for hardship relief to be granted under Art . 44 lal of the Federal Restitution Act . It is, therefore, quite natural to assume that, for the above stated reasons, also these applicants deliberately and intentionally abstained from petitioning the Supreme Restitution Court for review of the decisions of the Court of Appeal . On the aemiscibilitv of the communicated complaints .
- 15 -
Should the applicants argue against this that in view of their unsuccessful constitutional appeals there was no need for them to avail themselves of all domestic remedies, this view cannot be accepted . The fact that in spite of their unsuccessful constitutional appeals the applicants D ., E ., F ., G ., H . and I . tried to prove an error in accordance with Art . 30 131, third sentence, of the Federal Restitution Act suggests that, independently of the question whether or not this provision is constitutional, both the national courts and the Supreme Restitution Courts could, on the basis of the concrete circumstances of each individual case, have arrived at the conclusion that the requirements of Art . 30 of the Federal Restitution Act have been satisfied . In these cases it is, therefore, evident that the applicants should have lodged a legal remedy against the decision of the Court of Appeal .
But even if it is taken for granted that in the cases of D ., E ., F ., G ., H . and I . the Supreme Restitution Court could no longer have examined questions of fact, the applicants should nevertheless have lodged a legal remedy against the decision of the Court of Appeal . 2 . Moreover, as far as could be ascertained, the applicants did not complain in their constitutional appeals before the Federal Constitutional Court, not even in substance at least, of the alleged violations of human rights, which are the subject matter of the present proceedings . This, however, they would have been obliged to do in order to satisfy the requirements of Art . 26 of the Convention . " The applicants submit in reply : 1 . "That it is a well established practice of the Commission to absolve the applicant under certain special circumstances from the necessity to exhaust all domestic remedies (Application 27/55 of 31 May 1956) . The existence of such special circumstances in this case can hardly be contested . Contrary to the allegations in the Federal Republic of Germany pleadings, all the applicants, and in particular also the applicants D ., E ., F ., G ., H . and I . asked the Court of Appeal for the review of the lower court judgments . Their principal contention-in accordance with the jurisprudence of the Supreme Restitution Court from the time before the enacting of the Fourth Amendment-was that the fact of filing the claim under the Compensation linstead of Restitution) procedure is in itself sufficient proof of error, at least in lack of the evidence to the contrary . Moreover, in all cases other evidence of bona fide error was presented ahernatively . All that evidence was rejected as insufficient under the amended legislation . The fact that the applicants accepted certain ex-gratia payments does not change the legal situation . What the applicants claimed and claim is the full compensation due to them of right under the law . That compensation is in any case different from ex-gratia payments . However, the applicants declare themselves ready to have the said ex-gratia payments deducted from the amounts paid to them in final settlement of their claims. The applicant E . did not receive any ex-gratia payment, and never withdrew her original claim . 2 . The Federal Republic of Germany alleges that this application is inadmissible because the applicants failed to mention in their appeal to the Federal Constitutional Court the violations of the Convention as alleged by them . It seems that concerning this point the interpretation of the jurisprudence of the Commission by the Federa l
- 16 -
Republic of Germany is wholly erroneous . There is certainly no necessity in the course of the domestic proceedings to point out the separate provisions or articles of the Convention allegedly violated . It is, however, enough-as i .a . also stated in the Federal Republic of Germany pleadings-to challenge the relevant violations themselves . All the applicants challenged those violations not only in their petition to the Federal Constitutional Court, but in their pleadings before the Supreme Restitution Court, Court of Appeal and even Regional Court as well . The said petition and indeed at least the majority of all other pleadings of the applicants refer expressly to the violation of their right to enjoy property by means of retroactive legislation, and to discriminatory treatment by the same legislation and by deliberately protracted procedure . " B . As to the alleged violation of Art . 1 of Protocol No . 1 The Government first submit that the applications are incompatible with the 1. provisions of the Convention within the meaning of Art . 27 121 . They refer in this connection to the Commission's case-law concerning compensation claims by victims of Nazi persecution (Application No . 899/50, Yearbook 5, pp . 136, 142) . In the alternative, the Government submit that the applications are manifestly illfounded in the sense of Art . 27 (2) . They consider that Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as inserted by the Fourth Amendment, is a purely procedural provision and therefore irrelevant under Art . 1 of Protocol No . 1 . A clause "which merely lays dnwn the procedural basis for the assertion of a claim under the law of property does not . . . . . . . . . as such create a right to property" . The argument that non-fulfilment of the procedural provision may indirectly affect the substantive right is not considered relevant by the Government :"If, having regard to such indirect effect, one were to include in the procedural provision the element of deprivation, this would lead to the unacceptable result that all provisions concerning time-limits and periods of limitation may include an encroachment upon the right to property . "
The Government further submit that the rule expressly made in Art . 30 (3) "was already inherent, in substance" in the old version of Art . 30 . The applicants also cannot rely on the case-law of the Supreme Restitution Courts because these decisions, "which deviated from the general rules of evidencé", were given after the time allowed for filing claims had expired . The Government finally observe that "none of the Allied Powers raised any obiections" to the Fourth Amendment to the Federal Restitutiori Act . In particular, the Allied Powers "did not raise any objections" to the Amendment "being taken over by the Land Berlin whose Supreme Restitution Court was competent for all the restitution proceedings of the applicants" . Moreover, "none of the Supreme Restitution Courts, whose composition is an international one and who are not bound by the decisions of the Federal Constitutional court, has ever expressed any doubts regarding the validity of the amended Art . 30 . . . . . . . . . On the contrary, the Berlin Supreme Restitution Court, expressly referring to the decision of the Federal Constitutional Court, supported the validity of Art . 30 . . . . . . . . as amended . . . . . . . . (cf . ORG/A/6524, Decisions of the Berlin Supreme Restitution Court, vol . 30, p . 106 = RzW 1973 p . 166) . " II . The applicants submit in reply that the relevant German legislation "is within the jurisdiction of the Commission" . With regard to Art . 1 of Protocol No . 1, they accept that "a rule of procedure in itself regulates only the way of access to property, but cannot create the right o f
- 17 -
property as such" . They submit, however, that a rule which not merely bars a remedy but extinguishes a right is a provision of substantive law . They refer in this connection to Dicey and Morris on the Conflict of Lews•. The applicants consider that, when filing their claims, they "did fully comply with the rules of procedures then in force . What they object to and consider violation of the Convention is the retroactive changing of the material law under the disguise of those rules with the manifest intention to extinguish their material right to property guaranteed under the Convention . " C . As to the alleged violation of Art . 14 of the Conventio n The Government first argue that, as Art . 1 of Protocol No . 1 does not apply, 1. Art . 14 of the Convention, owing to its accessory nature, is equally inapplicable . In the alternative, they submit that the differentiations made in Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment, are in the circumstances justified . In particular : - The time-limits in that provision are based on the consideration that, prior to the enactment of the Federal Restitution Act, it was possible to be in error assuming that restitution claims against the German Reich or a legal entity of equal status could only be asserted under the Federal Compensation Act . For such an error there was, as a rule, no reason any more for claimants and their legal representatives residing within the area of application of the Federal Restitution Act after this Act had been promulgated on 23 July 1957 . Only as far as claimants residing abroad were concerned, it could not be presumed that they would immediately obtain knowledge of the enactment and of the content of the Act . The exclusion of the presumption of error was therefore postponed by three months for this group of persons only . Apart from that the Government consider that the applicants' complaint "is defeated by the fact that before 1 April 1959 they could have remedied the defect of the petition dated . . . February 1958 by asserting and spec'rfying their claims to property" under the Restitution Act . "As all of the applicants were represented by counsel who are familiar with restitution law such an action would clearly have suggested itself . " - The clause limiting the presumption of error in Art . 30 (3) to deprivations of property which took place inside the territory of the German Reich as of 1937 is based on the consideration that in cases of deprivation of identifiable property outside that territory claims under the Federal Compensation Act do not, according to Arts . 51 and 56 of that Act, lie . Consequently, in such cases an error as to the law under which the claim would come was rather unlikely . The Government add that the deprivation of identifiable property could not in principte be regarded as a special levy (Sonderebgebe) in the sense of Art . 59 of the Federal Compensation Act, invoked by the applicants . II . The applicants submit in reply that "it is a customary rulé" in the relevant German legislation "to allow at least one full year as time-limit to file the respective claims . . . . . . . . . There is not even one single case, apart from the said amended Art . 30 , The relevant permges 19th ed . 197d1 are at pp. 1099, 110e-11e7 .
- 1fi-
where the time-limit was fixed for three months only . . . . . . . . . IThisl discriminatory provision aimed alone at barring claims filed on . . . February 1958 ." The applicants consider that the Government failed to explain "why, while claims generally could be filed till 1 April 1959, there was need to restrict the possibility to prove an error in registration one and a half years before the expiration of the deadline for the registration itself . " The limitation of the presumption of error in Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act to deprivations of property on the territory of the German Reich cannot in the applicants' view be justified by the scope of the Federel Compensation Act . Art . 59 of the Federal Compensation Act, concerning compensation for special levies, contains no such territorial limitation . The applicants also point out that their representatives in the proceedings before the German authorities, MM . W . and X ., were not, as described by the Government, "familiar with restitution law" but foreign lawyers without any education in German legal doctrine and legislation and with practice limited to compensation claims .
THE LAW A . As to the orlginal version of the Federal Restitution Ac t 1 . The applicants complain that the original version of the Federal Restitution Act contains discriminatory provisions ; in particular, the freedom from costs in restitution proceedings provided for by the Act only prima facie benefits both the claimants and the State while, in fact, it means a disadvantage for claimants . 2 . It is true that Art . 14 prohibits discrimination with regard to the rights and freedoms set forth in the Convention . However, the Commission is not required to decide whether or not provisions of the original version of the Act disclose any appearance of a violation of this provision as, under Art . 26 of the Convention, it may only deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law . The mere fact that the applicants have submitted their case to the various competent German courts does not of itseH constitute compliance with this rule . It is also required that the substance of any complaint made before the Commission should have been raised during the proceedings concerned . In this respect the Commission refers to its constant jurisprudence (see e .g . decisions on the admissibility of Applications No . 263/57, Yearbook 1, pp . 146, 147 and No . 1103 /61, Yearbook 5, pp . 1 69, 1 861 . 3 . In the present case the applicants did not raise either in form or in substance, in the proceedings before the German courts, in particular the Federal Constitutional Court, the complaint which they now make before the Commission . Moreover, an examination of the case does not disclose the existence of any special circumstances which might have absolved the applicants, according to the generally recognised rules of international law, from raising this complaint in the proceedings referred to . 4. It follows that the applicants have not complied with the condition as to the exhaustion of domestic remedies and their application must in this respect be rejected under Art . 27 (3) of the Convention .
-19-
B . As to the Fourth Amendment to the Federal Restitution Ac t 1 . As to the exhaustion of domestic remedie s 5 . The Government submit that the applicants, with regard to their complaints concerning the Fourth Amendment, did not avail themselves of all domestic remedies, in that : - they failed to pursue their claims in the restitution proceedings, an d - they did not complain before the Federal Constitutional Court of the violations of human rights alleged in the present applications .
6 . The rule requiring the exhaustion of domestic remedies means in principle that remedies, which are shown to exist within the legal system of the respondent State, must be used and exhausted in the normal way before the Commission is seized of a case ; on the other hand, remedies which do not offer a possibility of redressing the alleged injury or damage cannot be regarded as effective or sufficient and need not, therefore, be exhausted (cf . the Commission's decision on the admissibility of Applications Nos . 6780/74 and 6950/75 - Cyprus v . Turkey - Decisions and Reports 2, pp. 125, 137-138) . 7. The present complaint does not concern an administrative or judicial decision but an act of the Federal legislator-the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act . Under German law the only effective domestic remedy against a law enacted by the Federal Parliament is the constitutional appeal to the Federal Constitutional Court, which may lead to a declaration of nullity of the law concerned-cf . Art. 95 (3) of the Act on the Federal Constitutional Court IGesetz iiber das Bundesverfassungsgericht) . The other remedies indicated by the Government (appeals in restitution proceedings) do not offer such a possibility and can therefore not be considered as effective for the purposes of the present complaint . 0 . The applicants have duly availed themselves of the above remedy in respect of their complaints regarding the Fourth Amendment : they filed constitutional appeals with the Federal Constitutional Court raising in substance the complaints which they now make before the Commission . It appears from the text of their appeals, which have been submitted to the Commission, that the applicants, in the proceedings before the Federal Constitutional Court : - expres ly aleged violations of Art . 3 (1) of the Basic law (equality before the law) - did not expressly invoke Art . 14 of the Basic Law (protection of property) . However, in connection with the alleged violation of Art . 2 (1) of the Basic Law and of the principle of the rule of law IRechtsstaatsprinzipl, they complained of a retroactive change in their legal position making it more difficult to pursue possible claims successfully . This is the issue which in the present proceedings has been considered by the Commission under Art . 1 of Protocol No . 1 (see under II below) . 9 . The Commission concludes that the applicants, in respect of their complaints about the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act, have exhausted the only effective remedy at their disposal under German law and have thus complied with Art . 26 of the Convention . Il . As to the alleged violation of A rt. I of Protocol No . I 10 . Under Art . 1 of Protocol No . 1, eve ryone is entitled to the peaceful enjoyment of his "possessions" ( in the French text : "biens") .
-20 -
In the present case the Commission is not concerned with an alleged deprivation of possessions before the entry into force of the Convention, as in Application No . 899/50 invoked by the Government, but with the alleged effect on possessions of a law enacted in the Federal Republic of Germany after that date, the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act . In this connection, the term "possession" has to be interpreted in two respects - the first question is whether the applicants' claims under the Federal Restitution Act might, if established, constitute such "possessions" ; - the second question is whether the situation brought about by the decisions of the Supreme Restitution Courts, whereby the applicants may have been able to assume that their general applications were valid, can also be regarded as a "possession" in the sense of Art . 1 . 11 . The Commission considers that a violation of Art . 1 can only arise if a positive reply is given to both questions : the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act could only be regarded as a violation of Art . 1 if the applicants' claims under this Act would, if established, constitute "possessions" and if, furthermore, the situation previously brought about by the decisions of the Supreme Restitution Courts with respect to the applicants' general applications could in itself be treated as a"possession" . 12 . The applicants submit that their claims under the Federal Restitution Act for the restitution of unlawfully confiscated property must be regarded as "possessions" in the sense of Art . 1 of Protocol No . 1 to the Convention . The Commission, without deciding this question, assumes that these claims might, if established, constitute such "possessions" . 13 . The Commission has therefore examined the further question whether the situation brought about by the decisions of the Supreme Restitution Courts, whereby the applicants may have been able to assume that their general applications were valid, can also be regarded as a"pos .session" in the sense of Art . 1 . 14 . The Government contest this possibility . They submit that Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment following the above decisions of the Supreme Restitution Courts, is a purely procedural provision and therefore irrelevant under Art . 1 of Protocol No . 1 . They consider that a clause "which merely lays down the procedural basis for the assertion of a claim under the law of property does not . . . . . . . . . as such create a right to property" . The argument that non-fulfilment of the procedural provision may indirectly affect the substantive right is not considered relevant by the Government :"If, having regard to such indirect effect, one were to include in the procedural provision the element of deprivation, this would lead to the unacceptable result that all provisions concerning time-limits and periods of limitation may include an encroachment upon the right to property . " 15 . The applicants accept that "a rule of procedure in itself regulates only the way of access to property, but cannot create the right of property as such" . They submit, however, that a rule which not merely bars a remedy but extinguishes a right is a provision of substantive law . 16 . Art . 30 (31 of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment, provides' : ' Cf . 1, para . 19 of THE FACTS .
-21-
"It is presumed that the application was filed erroneously within the meaning of paragraphs (1) and (21, if it contains a description of the lost property which satisfies the requirements of restitution law for the filing of claims or if the loss for which compensation is sought occurred inside the territory of the Reich as it existed on 31 December 1937 . The same presumption shall apply if the application was filed before 23 July 1957• or, if it was not filed from within the area of operation of this Act, before 23 October 1957 . Where these requirements are not fulfilled an application shall be deemed to have filed erroneously within the meaning of paragraphs (1) and (2) only if the claimant shows that at the time the application was filed the person filing it knew the facts the statement of which would have been required for a proper application under the provisions of restitution law ; where the application was filed by a representative, Article 166 of the Civil Code shall apply mutatis mutandis . " 17 . As regards the difference, discussed in the parties' above observations, between rules of procedure and rules of substance, the Commission has had regard to its case-law including its decision on the admissibility of Application No . 4045/69 (X v . Federal Republic of Germany, Collection 34, pp . 33-37), although that decision did not concern a rule of evidence, comparable to Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act as introduced by the Fourth Amendment, but a time-limit . The applicant in Application No . 4045/69 complained of the time-limit, fixed by Art . 189 of the Federal Act on Compensation for Victims of Nazi Persecution (Bundesentschsdigungsgesetz), for the lodging of compensation claims by victims of such persecutions . She invoked Arts . 6(1 ) and 14 of the Convention . The Commission first held that there was no violation of Art . 6 (1) :"even assuming that the applicants' alleged right to compensation constitutes a civil right within the meaning of Art . 6 (1) of the Convention, the time-limit laid down in Art . 189 is not relevant in this connection as it only prevents access to the court after a certain date ; while the applicant had previously the opportunity to submit her claim to the German authorities and courts" Iloc . cit . p . 36) . The Commission then referred to its earlier decision on the admissibility of Application No . 3332/67 (X v . the United Kingdom, Collection 34, pp . 1-9) where it held (p . 9) that, in the distribution of a limited fund to a large number of claimants, "it was reasonable for the government to impose a strict time-limit which had the result of excluding any claimants who attempted to register their claims subsequently" . The Commission concluded that there was no appearance of a violation of art . 6 (1) in the court proceedings concerned . In its further examination, under Art . 14 of the Convention, the Commission also referred to Art . 1 of Protocol No . 1 (ibid . pp . 36-371 :"the question therefore arises whether the applicant's claim for compensation and the proceedings concerned relate to rights and freedoms set forth in the Convention . . . . . . . . . the Commission has already essumed that the refusal of the applicant's claim could . . . . . . . . . be considered under Art . 6 (1) and it assumes, further, that it could also be considered under Art . 1 of the First Protocol" . 18 . The present applicants' complaint concerning the rule of evidence in Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment, has been considered by the Commission primarily under Art . 1 of Protocol No . 1 . The Commission observes in this connection that, if the earlier general applications are to be regarded as originally valid, the legislation complained of could b e • i .e . the dete of the promulpation of the Federal Rewitution Act .
- 22 -
classified as a denial of justice since claims are foreclosed by what amounts to a retroactive declaration as invalid of the general applications . An infringement of this kind could be a deprivation of property . Art . 30 ( 3) of the Federal Restitution Act has consequently not been regarded by the Commission as a purely procedural provision, as argued by the Government . 19 . In the examination of the effect of this provision under Art . 1 of Protocol No . 1, the question therefore remains whether the situation brought about by the decisions of the Supreme Restitution Courts, whereby the applicants may have been able to assume that their original applications were valid, had created an established interest (and thereby a"possession" in the sense of Art . 1 of Protocol No . 1) or whether, since the situation remained unclear for a long time, such an interest had not been created before the ent ry into force of the Fourth Amendment introducing Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act . 20 . In its determination of this question, the Commission finds it useful to recall the legislative development, the relevant case-law of the Restitution cou rts and the Federal Constitutional Cou rt , and the dates of the filing, and the substantiation, of the applicants' claims . These were as follows : a. A rt . 30 (1) of the Federal Restitution Act, in the version of 19 July 1967, provided that a restitution claim filed in accordance with Arts . 189 and 231 of the Federal Compensation Act "shall be deemed an application filed within the period prescribed by the present Act" (i .e . the Restitution Act) . b. On . . . Februa ry 19 58 counsel for the applicants filed (global) claims for restitution, not under the restitution procedure but under the compensation procedure . c. The time allowed for filing claims under the Federal Compensation Act expired . on 1 April 1958 . d. The time allowed for filing claims under the Federal Restitution Act expired on 1 Aprll 1959 . e. The applicants A ., B ., C ., G . and H . substantiated their claims under the restitution procedure on . . . December 1969 Ithe applicant I . in 1961 and the applicants D ., E . and F . in 1964) . f. In the examination of restitution claims filed under the compensation procedure, the question arose whether such claims had, as regards their content, to comply with the restitution procedure, i .e . whether they had to contain a description of the prope rty concerned . After different views had been expressed on this question by German Courts of Appeal, the Supreme Restitution Cou rts of Herford and Berlin, by decisions published in 1962- 63 , ruled that a global claim for "prope rt y loss" was sufficient' . g. On a fu rt her issue the two Supreme Restitution Cou rt s arrived at different results : the question whether Art . 30 of the Federal Restitution Act was meant to protect only those claimants who had filed their claims in compensation proceedings not knowing that they should be filed in restitution proceedings, or whether the existence of such an error was immaterial . Contra ry to the Supreme Restitution Cou rt of He rf ord, the Berlin Restitution Cou rt held that the error was material' .• ' Cf . the Îudpment of the Federal Conati[utional Coun of 24 July 1969, loc. cit . pp . 848 1 . Ibid . p . ea.
- 23 -
h. With reaard to the issues mentioned under f and g above, the legislator intervened by the Third Amendment to the Federal Restitution Act of 2 October 1964 . The amended version of Art . 30 (1) of the Act provided that the filing of a restitution claim under the compensation procedure could only be regarded as valid if it had been made erroneously and if the application permitted identification of the property concerned . i. The Federal Constitutional Court decided on 24 July 1968 that the new version of Art . 3Q 111 of the Federal Restitution Act was unconstitutional, in so far as it required specification of the property, but constitutional in so far as it required an error as to the proper procedure . The Court observed with regard to the latter requirement that the difference between compensation and restitution claims, and between the relevant procedures, had not been clear to many victims of Nazi persecution . The legislator had been aware of this situation when drafting the old version of Art . 30 and it was clear from the context of this provision that its only object had been to protect applicants, who were not familiar with the above difference ; against the risk of choosing the wrong procedure when filing their claim' .
The Court also observed that the purpose of the old version of Art . 30 was not to give injured parties a further opportunity of making an application as and when they choose ; a person cognizant of the strict regulations in respect of applications who deliberately filed a restitution claim not under the restitution but under the compensation procedure should not be protected• .• j. The question now arose as to how the existence of the error referred to in Art . 30 should be established . The Restitution Authorities and some Courts of Appeal considered that the burden of proving the error rested, according to general principles of law, on the claimant . The Supreme Restitution Courts, however, held in 1969 that an error was evident simply from the fact of an application being filed under the compensation, instead of the restitution procedure and did not need to be specially proved . k. With regard to this issue the legislator intervened by the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act of 3 September 1989 (set out in para . 16 above) . /. The Federal Constitutional Court decided on 24 Februa ry 1971 not to accept a constitutional appeal against the Fourth Amendment . 21 . The above schedule of the relevant legislation and case-law shows that the legal situation as regards claims for restitution filed under the compensation procedure has undergone various changes and developments between 1957 and 1972 as a result of legislative action and of the case-law of the Supreme Restitution Courts and the Federal Constitutional Court . 22 . With respect to the provisions of Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, introduced by the Fourth Amendment in 1969, the Commission notes in pa rt icular that a. the express requirement of an error as to the proper procedure was introduced by the Third Amendment in 1964 and upheld by the Federal Constitutional Court in 1966 . Its confirmation by the Fourth Amendment in 1969 could consequently not affect any "established interest" of persons who had wrongly filed restitution claims under the compensation procedure ; '
Ibid . pp. 91-93 . Ibid . p. 91 .
_24_
b. the provision concerning the establishment of the error as to the proper procedure was contrary to the case-law of the Supreme Restitution Courts of 1969 (referred to in para . 20,j above) . It was, however, within the framework of the observations made by the Federal Constitutional Court in its judgment of 19 69 (mentioned in para . 20 .i above) . This becomes clear if one compares those observations with the purpose of the new provision as stated in the Bundestag . The Report of the competent Committee of the Bundestag shows that it was the purpose of the new Art . 30 (3) to exctude the protection of persons who, cognizant of the strict regulations of the restitution procedure, had deliberately filed restitution claims under the compensation procedure because they could not give a description of the affected property as required by the restitution procedure' . The Federal Constitutional Court, in its judgment of 1968, had already stated that such a protection should not be granted ; c. the new provision of Art . 30 (3) does not require that a restitution claim filed under the compensation procedure describes the affected property in compliance with the strict rules of the restitution procedure . It must, however, be shown that the person tiling the claim could at that time have provided this information ; d. it follows from the Federal Constitutional Court's decision of 1972 (mentioned in para . 20 ./ above) that the Court accepted the new provision of Art . 30 (3) as valid . One can therefore assume that the Court also considered this provision as in conformity with its earlier judgment of 19 68. 23 . In these circumstances the Commission does not find that the decisions of the Supreme Restitution Courts of 1969 had, irrespective of the earlier judgment of the Federal Constitutional Court of 1968, created such an "established interest" of the applicants that the legislator, by immediately (i .e . in 1969) enacting the Fourth Amendment in implementation of the said judgment of the Federal Constitutional Court, violated the applicants' right to peaceful enjoyment of their "possessions" in the sense of Art . 1 of Protocol No . 1 .
24 . The Commission notes in this connection that none of the applicants was a party to the above proceedings before the Supreme Restitution Courts and that the question of legislative interference with court decisions which have acquired the force of res judicata thus does not arise . 25 . The Commission further observes that the applicants' global claims were filed in 1958 and that the decisions of the Supreme Restitution Courts, which they now invoke, were given in 1969-eleven years after the filing of their claims and ten years after the expiry of the time allowed for making applications under the Federal Restitution Act . It follows that, when filing their claims and until expiry of the relevant time-limit, the applicants could not rely on the said case-law of the supreme Restitution Courts .
26 . The Commission concludes that the legislation complained of did not deprive the applicants of any "possessions" and that Art . 1 of Protocol No . 1 has therefore not been violated . It follows that this complaint is "manifestly ill-founded" within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention . ' See the Relwrt of the 7th Gomminee tAusechues fûr Kriepsund VerfolpunOSSchëdenl of the Bundestep of 26 .6 .1969-Bundestapsdruckseche V/44&ri, pepe 2 .
- 25 -
Ill .
As to the alleged violation of Art. 5 of the Convention
27 . The applicants complain that the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act and the subsequent proceedings in the Federal Constitutional Court infringed their right to security of person under Art . 5 of the Convention . 28 . The Commission, referring to its decisions on the admissibility of Applications No . 5058/71 (X v . Federal Republic of Germany, Collection 40, p . 60) and No . 5877/72 (X v . United Kingdom, Collection 45, pp . 90, 93), observes that Art . 5 (1) guarantees to everyone "the right to liberty and security of person" . The term "liberty and security of person" in this provision must be read as a whole and, in view of its context, as referring only to physical liberty and security . "Liberty of person" in Art . 5 (1) thus means freedom from arrest and detention, and "security of person" the protection against arbitrary interference with this liberty .
29 . The Commission finds that neither the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act nor the subsequent proceedings in the Federal Constitutional Court raised any issue of the applicants' physical liberty or security . It follows that there is no appearance of a violation of Art . 5 (1) and that this complaint is, consequently, also manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention . . IV .
As to the alleged violations of Art . 6 of the Conventio n (1) Legislative interference with the jurisprudence of the Supreme Restitution Courts 30 . The applicants submit that Art . 30 (31 of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment, is contrary to the Supreme Restitution Courts' case-law on presumption of error and thus constitutes a violation of their right to a fair hearing under Art . 6 11) of the Convention . 31 . The Commission does not find it necessary to examine in the present case whether Art. 6 (1) prohibits legislative interference with final judgments . It notes that, under this provision, everyone is entitled to a fair hearing in the determination of "his" civil rights . It is clear from this text that it relates exclusively to proceedings to which the protected person is a party . 32 . The Commission observes that, prior to the Fourth Amendment, no final judgment had been given in the restitution proceedings instituted by the present applicants . The jurisprudence of the Supreme Restitution Courts, which was affected by the Fourth Amendment, had been developed in other cases to which they were not parties (cf . paras . 20 .j, 22 .b and 24 above) . It follows that the effect of the Fourth Amendment on the said jurisprudence cannot raise any issue under Art . 6 (1) with regard to the present applicants . 33 . The Commission concludes that this complaint is incompatible ratione materiae with the provisions of the Convention within the meaning of Art . 27 (2) . (2) Art . II (2) of the Fourth Amendmen t 34 . The applicants, again invoking Art . 6 (1) of the Convention, complain that, in pursuance of Art . II (2) of the Fourth Amendment, all restitution cases were referred back to the Restitution Authorities for a determination whether the error required by Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as introduced by this Amendment, in fact existed . 35 . The Commission first observes, with regard to the applicant I ., that the decision to remand his case, though based on the above German legislation, was given by th e
- 26 -
Supreme Restitution Cou rt of Berlin, an international tribunal outside the jurisdiction of the Federal Republic of Germany . According to the Commission's case-law, the Federal Republic is not responsible in law for acts or omissions of that Court ( Application No . 2095/63, Yearbook B. pp . 272, 282) . 36 . With regard to the enactment of A rt . II ( 2) of the Fou rt h Amendment by the German legislator, and its application by the Regional Cou rt of Berlin in the cases of the other applicants, the Commission obse rves that, under A rt . 6 (1) of the Convention, eve ry one is entitled to a hearing "within a reasonable time" in the determination of his "civil" rights . 37 . The Commission does not find it necessa ry in the present case to decide the questions whether the applicants' claims under the Federal Restitution Act constitute "civil" rights in the sense of A rt . 6 (1) and, if so, whether this provision applies both to the administrative and the judicial pa rt of restitution proceedings or whether it covers only the proceedings in cou rt . Even assuming that the applicants' restitution claims constitute "civil rights", and that the period referred to in A rt . 6 (1) includes proceedings before the Restitution Authorities, the Commission does not consider that the enactment, and application in the applicants' cases, of A rt . II (2) of the Fou rt h Amendment unreasonably prolonged the period required for the determination of their claims . The Commission observes in this connection that A rt . 30 ( 3) of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fou rt h Amendment, clarified a legal situation which had remained unclear for a long time ( cf . paras . 19-23 above) and that it was therefore reasonable that pending restitution claims be re-examined in the light of this provision by the competent administrative authorities . 38 . The Commission concludes that there is no appearance, in the enactment and application of A rt . 2 (2) of the Fou rt h Amendment by German authorities, of a violation of A rt . 6(1 ) of the Convention and that this complaint is consequently manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) . (3) Dismissal of the constitutional appea l . The applicants submit that the rejection, by three judges of the Federal Consti39 tutional Cou rt , of their constitutional appeal against the Fou rt h Amendment violated their right, under A rt . 6 (1) of the Convention, to a fair hearing in the determination of their claims . 40 . The Commission, in its examination of this complaint, again does not find it necessa ry to decide whether the applicants' restitution claims constitute "civil rights" in the sense of A rt . 6 ( 1), not does it feel called upon to determine whether acces .s to, and proceedings before, the Federal Constitutional Cou rt generally fall outside the scope of A rt . 6, on the ground that they do not concern civil rights and obligations, or criminal charges, within the meaning of this provision, but only constitutional rights under the Basic Law ( Grundgesetz) of the Federal Republic of Germany . Even assuming that "civil rights" of the applicants were involved in the proceedings before the Federal Constitutional Court, the Commission finds no appearance of a violation of Art . 6(1) of the Convention in these proceedings . 41 . It follows that this complaint is also manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) .
_27_
As to the alleged violation of Art . 14 of the Conventio n 42 . The applicants submit that Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment, contains several provisions which are contrary to Art . 14 of the Convention . The discrimination complained of consists in particular in different time-limits and in the distinction made between losses suffered within the German Reich (in its boundaries of 1937) and abroad . 43 . The Government submit that, as Art . 1 of Protocol No . 1 does not apply, Art . 14 of the Convention, owing to its accessory nature, is equally inapplicable . In any case, the said differentiations are in the circumstances justified .
44 . The Commission observes that the prohibition of discrimination in Art . 14 of the Convention relates solely to "the rights and freedoms set forth in this Convention" . It has already found that Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act, as introduced by the Fourth Amendment : - did not affect any "possessions" of the applicants within the meaning of Art . 1 of Protocol No . 1 to the Convention (para . 23 above) ; - did not raise any issue, under Art . 5 (1) of the Convention, of the applicants' physical liberty or security (para . 29) ; an d - did not raise any issue under Art . 6 (1) of the Convention with regard to the applicants (para . 32) . It follows that Art . 30 (3) of the Federal Restitution Act cannot be considered as a"discrimination", in the sense of Art . 14 of the Convention, in the enjoyment of any of the applicants' above rights . 45 . The Commission concludes that Art . 14 of the Convention has not been violated by the legislation complained of and that this part of the applications is therefore also manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) . C . As to the length of the reetitution proceedings (Art . 6 of the Convention) 46 . Apart from their separate complaint concerning the effect of Art . 2 12) of the Fourth Amendment to the Federal Restitution Act (cf . paras . 34-38 above), the applicants, in their submissions under Art . 6 ( 1) of the Convention, also complain generally of long delays in their restitution proceedings . 47 . The Commission, in its examination of this complaint, has again not found it necessary to decide the questions whether the applicants' restitution claims constitute "civil rights" in the sense of Art . 6 (1), and whether this provision applies only to proceedings in court or also to administrative proceedings . Even assuming that Art . 6 (1) covers the restitution proceedings as a whole, the Commission does not find that they have been unreasonably prolonged by the German administrative or judicial authorities . 48 . In reaching this decision, the Commission has noted that these proceedings took in fact a considerable period of time-over ten years in each case . On the other hand, the Commission has also taken into account that : - the proceedings concerned complex questions of law and fact ; - in most cases the applicants themselves made use of the remedies provided for under German law by appealing to the Regional Court and the Court of Appeal ; - the applicants have failed to show that they took any steps to expedite the proceedings, even though they were invited to provide information on this point ;
-26-
- the legal situation with respect to restitution claims filed erroneously with compensation authorities remained unclear for a long time (cf . paras . 19-23 above) and important delays in the restitution proceedings resulted from the coinciding legislative amendments and the declaration of parts of the Third Amendment to the Federal Restitution Act as unconstitutional . The Commission does not find it unreasonable that restitution proceedings may have been suspended pending the enactment of new legislation designed to clarify the situation, or pending the decision of the Federal Constitutional Court on the constitutionality of the Third Amendment . 49 . The Commission concludes that the applicants' right to a hearing within a reasonable time in the determination of their civil rights has not been violated in their restitution proceedings . It follows that the remainder of their applications is also manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) . For these reasons, the Commission DECLARES THE APPLICATIONS INADMISSIBL E
(TRADUCTION)
EN FAIT (Extrait ) 1 . Les faits, tels que présentés par les parties et apparemment non contestés entre elles, peuvent se résumer comme suit : 1 . A l'exception de M . C . . . ., ressortissant américain vivant à New York, les requérants sont ressort issants israéliens résidant en Israél . MM . X ., Y . et Z ., avocats exerçant respectivement à Tel Aviv, Hanovre et Munich, agissant sur procuration dûment signée par tous les requérants, les représentent dans tous les actes de la procédure devant la Commission .
Les requêtes portent sur a) certaines dispositions de la loi fédérale sur les restitutions IBundesriickerstattungsgesetzl, tant leur version originale que celle contenue dans l'amendement de 1969, et b) les procédures administratives et judiciaires prévues par la loi. 2 . La loi fédérale sur les restitutions fait partie des dispositions édictées après 1945 en République Fédérale d'Allemagne pour réparer les torts commis par le régime nazi . Ces dispositions distinguent entre : - les demandes de réparation nées de la dépossession des biens identifiables . Ces demandes doivent en principe faire l'objet des procédures de restitution qui étaient, jusqu'en 1957, régies par les lois sur la restitution des biens, promulguées par les Puissances d'occupation alliées, et depuis 1957, par la loi fédérale sur les restitutions ; - d'autres actions intentées en raison de dommages corporels et d'atteintes à la santé, de privation et de restriction de liberté . II faut en principe que ces actions s'appuient sur la loi fédérale de 1956 sur l'indemnisetion des victimes des persécutions nazies (Bundesentschiidigungsgesetz) Ici-aprés désignée sous le nom de « loi fédérale sur les indemnisations W . 3 . Les requérants ont allégué devant les autorités de la République Fédérale d'Allemagne qu'à partir de 1937, en dehors du territoire du Reich, les autorités du Reich allemand les avaient dépossédés, eux-mêmes ou leurs parents, de biens estimé s
_29-
à 10 .000 DM dans chaque cas, et sans leur allouer aucune indemnisation . Ils ont toutefois été déboutés dans leur demande d'indemnisation, essentiellement parce qu'ils n'avaient pas satisfait à certaines exigences de procédure . Voici quelques détails sur les procédures administratives et judiciaires incriminée s et sur le développement paralléle de la jurisprudence et de la législation y afférentes . 4 . Les requérants n'ont déposé aucune demande en restitution de biens pour raison de dépossession au titre des lois alliées sur les restitutions . Le délai imparti pour déposer une demande au titre de la loi fédérale sur les restitutions, qui devait initialement expirer le 1• 1 avril 1957 ou trois mois plus tard pour les personnes résidant à l'étranger, fut ultérieurement prorogé jusqu'au 1•' avril 1959 . 5 . Le 15 février 1958, les requérants ont, par l'intermédiaire de leur avocat, déposé une demande au titre de la loi fédérale sur les indemnisations . Sur les formulaires de demandes, ils ont également allégué globalement a une perte des biens ou dommages causés à des biens » (Schaden an Eigentum und Vermtigenl . Le délai imparti pour le dépôt des demandes au titre de la loi fédérale sur les indemnisations expirait le 1•r avril 1958 . 6 . Les requérants A ., B ., C ., G . et H . ont fourni tous arguments à l'appui de leurs demandes au titre de la procédure de restitution le 13 décembre 1959, le requérant I . en 1961 et les requérants D ., E . et F . en 1964 . 7 . La loi fédérale sur les restitutions, premiére version, disposait en son article 30, paragraphe 1 - que : « Lorsqu'une demande de restitution . . . a été déposée conformément au x articles 189 et 231 de la loi fédérale sur les indemnisations, elle est présumée constituer une requéte déposée dans le délai prescrit par la présente loi . » 8 . A l'expiration du délai imparti pour le dépOt des demandes de restitution, la question s'est posée de savoir si les demandes en restitution déposée conformément à la procédure d'indemnisation devaient, quant à leur contenu, satisfaire aux régles prévues pour la procédure de restitution, c'est-à-dire si elles devaient comporter une description détaillée des différents biens touchés permettant de les identifier . L'article 31, § 1 de la loi fédérale sur les restitutions ne répond pas nettement à la question et les tribunaux allemands des restitutions sont parvenus à des conclusions différentes . Les Cours suprêmes des restitutions ont finalement décidé qû é condition qu'elle fOt faite dans le délai prescrit, une demande globale d'indemnisation pour pertes de biens suffisait à consthuer une demande valable aussi en matière de procédure de restitution, et c'est cette décision que suivirent les juridictions allemandes• . 9 . Toutefois, la décision sur la demande d'indemnisation présentée par les requérants fut encore retardée par la décision à prendre sur un autre problème : le point de savoir si l'article 30, § 1• 1 de la loi fédérale sur les restitutions ne protégeait que les plaignants qui avaient déposé leur demande dans le cadre de la procédure des indemnisations en ignorant qu'ils devaient te faire selon la procédure des restitutions - c'est-à-dire qui avaient fait erreur sur la nature juridique de leur demande ou sur l'autorité compétente ou si au contraire, cette erreur était sans importance . Les Cours suprêmes des restitutions rendirent sur ce point des arrêts divergents . Contrairement à la Cour de Herford, la Cour de Berlin décida que cette erreur avait son importance' . ' Voir l'arr&t de la Cour constitutionnelle fad4rale du 241uillet 1968 - douier N° 1 BvR 537/85 - dans : Entscheidunpen des Bundesverfassuneseerichts 24, pp . 75, 80 et 81 . ' Voir l'arrdt de la Cour fAdArale constitutionnelle, loc . cit . p . 90 .
- 30 -
10 . Pour trancher les problèmes évoqués ci-dessus aux paragraphes 8 et 9, le législateur ajouta le 2 octobre 1964 un troisième amendement à la loi fédérale sur les restitutions . Les conditions expresses pour qu'une demande soit valablement déposée au titre de l'article 30, § 1 de la loi étaient complétées rétroectivement en ce sens que : - le dépôt de la demande selon la procédure d'indemnisation devait avoir été fait par erreur ; e t - la requéte devait indiquer pour quels biens identifiables l'indemnisation était demandée . La version mod'rfiée de l'article 30, § 1^ disposai t « Lorsqu'une demande en restitution . . . a par erreur été déposée conformément aux articles 189 et 231 de la loi fAdérale sur les indemnisations, elle est considérée comme une demande déposée dans le délai prescrit par les articles 27 et 29 sous réserve que la requête indique les biens identifiables faisant l'objet de la demande d'indemnisation . . . e 11 . Après promulgation du troisième amendement, la tribunal régional (Landgericht) de Berlin rejeta les demandes des requérants A ., B ., C ., G ., H . et I . sur la base de ce texte . Pour les requérants D ., E . et F ., l'instance administrative émit des doutes quant à la constitutionnalité de l'amendement et suspendit la procédure en attendant que se prononce à ce sujet la Cour constitutionnelle féd0rale (Bundesverfassungsgericht) . 12 . La Cour constitutionnelle fédérale décida dans une autre affaire en 1968 • que le nouveau texte de l'article 30, § 1 de la loi fédérale sur les restitutiors Atait contraire à la Constitution en ce qu'il exigeait de prAciser les biens, mais conforme à la Constitution en ce qu'il exigeait l'existence d'une erreur sur la procédure adéquate . La Cour décida que rajouter, avec effet rétroactif, la condition que la requ9te « indique les biens identifiables faisant l'objet de la demande d'indemnisation » était incompatible avec la régle de la primauté du droit Ifiechtsstaatsprinzipl, dont une composante essentielle est la certitude que doit procurer la loi ; l'amendement violait donc l'article 2, § 1, de la Loi fondamentale (Grundgesetz)' .'
La Cour décida par ailleurs que la version originale de l'article 30, § 1 impliquait déjA l'exigence d'une erreur sur la procédure adéquate et en concluait que l'insertion du mot « par erreur » dans le nouveau texte était un éclaircissement que le Iégislateur était en droit de donner vu les divergences jurisprudentielles des Cours suprêmes des restitutions . Elle fit observer à cet égard que bien des victimes de la persécution nazie n'avaient pas clairement vu la différence entre demande d'indemnisation et demande de restitution, ni compris la différence entre les deux procédures . Le législateur en avait eu conscience lorsqû il avait rAdigé la premiére version de l'article 30 et il ressortait nettement du contexte de cette disposition qu'elle n'avait d'autre but que de protéger les requérants qui, ne connaissant pas bien la diffArence précitée, risquaient de choisir la mauvaise proc0dure en déposant leur demande . L'idée était d'empêcher une situation de forclusion résultant du fait que la requéte n'a pas été déposée auprès de l'autorité compétente . Par contre, cette disposition exceptionnelle n evait pas pour but de fournir aux victimes une occasion supplémentaire de déposer une requête dans les formes et au moment où elles le choisiraient . La Cour estima que le libellé initial d e • Arr9t du 24 iuillet 1 96 B - doeaier N° 1 BvR 537/tiri - loc . cit . pp . Ba et suiv . •- L'erticle 2 § 1 dispose : e Chacun a droB au libre d6veloppement de ce pe mnnelhd, puurvu qu'il no viole pee les droits d'autrui ni n'enfreigne l'ordre conetautionnel ou la loi morele . x
- 31 -
l'article 30 § 1 n'aurait pas protégé une personne qui, connaissant les règlements trés stricts en matière de demandes, aurait délibérément déposé une demande en restitution selon la procédure prévue pour les indemnisations . 13 . La Cour constitutionnelle fédérale ayant tranché, les autorités et les cours des restitutions reprirent les procédures de restitution qui, comme c'est le cas pour les requérants actuels, se fondaient sur des requêtes formulées en vertu de l'article 30 et avaient été ajournées en attendant que soit examinée la constitutionnalité du troisième amendement . Les décisions du tribunal régionel de rejeter, en se fondant sur cet amendement, les demandes des requérants A ., B ., C ., G ., H . et I . furent alors annulées par la cour d'appel (Kammergericht) de Berlin et les dossiers renvoyés pour nouvel examen soit au Tribunal régional Ipour A ., B ., C . et I .) soit à l'instance administrative (G . et H .) . 14 . Après l'arrêt de la Cour constitutionnelle fédérale, il était clair que les « n :quétes globales » la Globalanmeldungen ») présentées au titre de l'article 30 - à l'instar de celles des présents requérants - étaient valables si elles avaient été déposées par erreur confonnément à la procédure d'indemnisation . Toutefois, lors du nouvel examen de ces dossiers, une autre question se posa : comment établir l'existence d'une erreur au sens de l'article 30 - c'est-é-dire d'une erreur sur la nature juridique de la demande ou sur l'autorité compétente pour recevoir la demande 7 Les autorhés de restitutions et certaines cours d'appel estimèrent que, conformément aux principes généraux du droit, c'était au demandeur qu'incombait la charge de prouver l'erreur . Par contre, les Cours suprêmes des restitutions décidèrent en 1969 que l'erreur ressortait de la somple constatation du fait qu'une requéte avait été déposée dans le cadre de la procédure d'indemnisetion et non de restitution, et qu'il n Atait pas besoin de prouver cette erreur . 15 . Dans le cas des requérants A ., B . et C ., le tribunal régional, se rangeant à la jurisprudence des Cours suprêmes des restitutions selon laquelle l'erreur sur la nature juridique de la requéte devait être présumée, fit partiellement droit à ces requêtes le . . . juin 1969 et ordonna une expertise pour le reste . Le Ministre fédéral des finances en appela à la cour d'appel . Dans le cas des requérents D ., E . et F ., le tribunal régional invita le . . . juillet 1969 les requérants à développer leurs demandes et à fournir des moyens de preuve supplémentaires . 16 . En ce qui concerne le point évoqué au paragraphe 14 ci-dessus, le législateur a tranché en adoptant le 3 septembre 1969 le quatrième amendement à la loi fédérale sur les restitutions, qui modifiait à nouveau le texte de l'article 30 . La nouvelle disposition de l'article 30, § 3, n'exige pas qu'une demande en restitution, déposée conformément à la procédure d'indemnisation, décrive les biens concernés comme l'exigent les régles strictes de la procédure prévue en matiére de restitution . Toutefois, hormis certaines présomptions inapplicables aux requétes déposées de l'étranger après le 23 octobre 1957, comme c'est le cas des présents requérants, il faut démontre r « qu'au moment du dépOt de la demande, le requérant connaissait les faits dont l'exposé aurait été exigé pour déposer une demande en bonne et due forme selon les dispositions de la loi sur les restitutions » . Si la demande était déposée par un représentant, l'article 166 du Code civil (Bürgerliches Gesetzbuch) s'appliquait mutatis mutandis, c'est-à-dire qu'il fallait tenir compte de ce que savait le représentant, et non pas le représenté .
- 32 -
17 . Le rapport de la commission compétente du Bundestag montre que le nouvel article 30, § 3, visait à exclure de la protection de la loi les personnes qui, bien au fait des réglements stricts de la procédure des restitutions, avaient délibérément déposé des demandes de restitution dans le cadre de la procédure d'indemnisation parce qu'il ne leur était pas possible de décrire les biens dont il s'agissait, comme l'exigeait la procédure de restitution . En méme temps, le IAgislateur se proposait de corriger la jurisprudence des Cours suprêmes des restitutions concernant la preuve d'une erreur au sens de l'article 30, pour le motif qu'elle ne correspondait pas à l'intention du législateur• . 18 . L'article II, § 2, du quatrième amendement prévoyait que les demandes déposées au titre de l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions et sur lesquelles il n'avait pas été encore statué devaient en principe être renvoyées aux autorités de restitution, pour qu'il soit décidé de l'existence de l'erreur exigée par l'article 30, § 2 amendé . Conformément à cette disposition, tous les dossiers des présents requérants furent renvoyés aux autorités de restitution . 19 . Les requérants s'adressèrent alors eux-mêmes à la Cour constitutionnelle fédérale . Dans leurs recours (VeAassungsbeschwerden) du . . . août 1970, ils firent valoir que l'article 30, § 3, de la Loi fédérale sur les restitutions, introduit par le quatrième amendement, et l'article II, § 2, dudit amendement étaient inconstitutionnels . Ils alléguaient en conséquence des violations de : - l'article 2, § 1 de la Loi fondamentale" et du principe de la prééminence du droit et de - l'article 3, § 1 de la Loi fondamentale légalité devant la loi) . 20 . Le . . . février 1972, un comité de trois juges de la Cour constitutionnelle fédérale procéda à un examen préliminaire des recours constitutionnels . En admettant qu'ils fussent recevables, le comité estima qu'ils n'avaient pas suffisamment de chances de succès et refusa de les présenter à la Cour pour décision . Le comité ne motiva pas son refus .
21 . Le 8 juin 1972, les requérants saisirent la Commission des Droits de l'Homme . 22 . En 1973, les requérants A ., B . et C . retirérent leurs demandes en restitution . Les détails et les conséquences de ce retrait sont contestés entre les parties . Les demandes déposées par les requérants D ., E ., F ., J ., H . et I . furent rejetées par l'Autorité de restitution pour le motif que les plaignants n'avaient pas prouvé l'existence d ûne erreur au sens de l'anicle 30, § 3, de la loi fédérale sur les restitutions . Ces décisions furent confirmées en 1973 par le tribunal régional d'abord et la cour d'appel ensuite . Les requérants n'ont pas interjeté appel des décisions de la cour d'appel devant la Cour suprême des restitutions . 23 . Finalement, tous les requérents reprirent leurs demandes tendant à un paiement à titre gracieux (Hërteausgleich), déposées en 1966 confortnément à l'article 44 a) de la loi fAdérale sur les restitutions et tous sauf un se virent accorder une somme comprise dans chaque cas entre 2 000 et 3 000 DM .
• Voir la rappon de la 7àme Commission (Ausschuse für Krieps- und Verfolpunpsschâden) du Bundestep, en date du 26 .6 .1969 - Bundestapsdruckseche V/4485, page 2. " Cr . ci-dessus peraprephe 12.
- 33 -
GRIEFS Les requérants se plaignent que les autorités de la République Fédéral e d'Allemagne aient violé les dispositions suivantes de la Convention : - Article 1•' du Protocole additionnel à la Convention, en ce sens que le quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutions affectait, contrairement aux décisions des Cou rs suprêmes des restitutions, les demandes en restitution des requérants, que ceux-ci considèrent comme « des biens » au sens de l'a rt icle 1• 1 ;
- l'anicle 5 de la Convention (sOreté de la personne) ; - l'article 6, § 1 de la Convention . Les requérants estiment que leurs demandes en restitution sont li des droits de caractére civil » au sens de cette disposition . Ils renvoient au déroulement de la procédure en matiére de restitution et au développement parallèle de la jurisprudence et de la législation . Ils font valoir que, lorsqu'il s'est agi de décider sur leurs demandes en restitution, ils se sont vu refuser le droit à ce que leur cause fût entendue équitablement et dans un délai raisonnable, et ceci à plusieurs égards : a) longueur des procédures de restitution au niveau des autorités administratives, judiciaires et législatives allemandes (ils renvoient également à cet égard à l'article II, § 2 du quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutions) ; b) ingérence du législateur dans la jurisprudence des Cours suprémes des restitutions (article 30, § 3 de la loi telle que l'a introduit cet amendement) ; et enfin c) refus de la Cour constitutionnelle fédérale de recevoir le recours constitutionnel ; - article 14 de la Convention, en ce que la loi fédérale sur tes restitutions, tant dans sa version initiale que dans le texte du quatrième amendement, renferme des dispositions discriminatoires . Les requérants visent à cet égard l'exonération légale des frais prévue pour la procédure de restitution, les différents délais prescrits par le troisième paragraphe que le quatriéme amendement a ajouté à l'article 30, et enfin la distinction opérée par l'article 30, § 3, entre les pertes subies sur le territoire du Reich allemand et celles subies à l'étranger . PROCEDURE DEVANT LA COMMISSIO N 1 . Le 28 février 1974, un membre de la Commission, agissant en qualité de Rapport eur, a procédé à un examen préliminaire de la recevabilité de ces requêtes . Sur ses instructions, les requérants furent priés d'indiquer, en ce qui concerne le grief tiré de l'a rt icle 6, § 1 de la Convention, s'ils avaient pris des mesures tendant à accélérer la procédure devant les autorités administratives et judiciaires . A cet égard, renvoi était également fait à l'a rticle Il § 2 du quatriéme amendement à la loi fédérale sur les resthutions ( promulguée en 1969, soit plus de dix ans aprés que les requérants aient déposé leurs demandes de restitution ) ' . 2 . Dans sa réponse du 21 mars 1974, l'avocat des requérants n'a fait aucune déclaration concernant la période comprise entre 1958 (dépôt des demandes) et 1969 ( promulgation du quatrième amendement) . En ce qui concerne l'a rticle II, § 2, du quatrième amendement et la période écoulée depuis sa promulgation, l'avocat fait observer qu'en ve rt u de cette disposition, le tribunal ne peut s'abstenir de renvoyer un dossier devant l'Autorité de restitution que si les deux pa rties sont d'accord . Une pratique s'est toutefois instaurée que le défendeur demande expressément ce renvoi . Cf . I, ci-dessus 5 18 .
-34-
3 . Le 9 juillet 1974, la Commission a examiné les requêtes à la lumière du premier rapport établi par le Rapporteur . Elle a décidé a) d'ordonner la jonction des requêtes ; b) de déclarer irrecevables les griefs formulés par les requérants au titre des articles 5 et 6 de la Convention et ceux tirés de l'article 14 dans la mesure où ils visaient la version initiale de la loi fédérale sur les restitutions ; c) d'inviter le Gouvernement défendeur à présenter ses observations écrites sur les autres griefs des requérants tirés de l'a rt icle 1° du Protocole additionnel et de l'article 14 de la Convention, et relatifs au § 3 que le quatrième amendement a ajouté à la loi précitée . 4 . Les observations du Gouvernement sont parvenues à la Commission le 25 novembre 1974 et la réponse des requérants, datée du 16 janvier, a été reçue le 30 janvier 1975 . • La Commission a, par ailleurs, reçu le 9 juin 1975 des observations complémentaires du Gouvernement datées du 4 juin . 5 . Le 29 mai 1975, le Rapporteur procéda à un examen préliminaire des conclusions des parties . Sur ses instmctions, le Gouvernement fut prié d'indiquer, en ce qui concerne le quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutions, si la Septiéme commission du Bundestag avait étudié les incidences du nouveau texte de l'article 30, § 3, de la loi, tel qu'inséré par l'amendement précité, sur la situation créée par les décisions des Cours suprêmes des restitutions . 6 . La réponse du Gouvernement, datée du 3 juillet, est arr'rvée le 7 juillet 1975 . La Commission a reçu le 17 septembre 1975 les commentaires des requérants en date du 15 septembre . 7 . Le 16 juillet 1976, la Commission a repris son examen des requétes à la lumière des conclusions des parties (§4 4 et 6 ci-dessus) et du deuxième rapport établi par le Rapporteur le 21 mai 1976 .
ARGUMENTATION DES PARTIES ' A . Quant à l'épuisement des voies de recoure interne s 1. Le Gouvernement fait valoir que les requérants n'ont pas, en ce qui concerne les griefs relatifs au quatrième amendement à la loi fédérale sur les restitutions, utilisé tous les recours à leur disposition en droit interne, pour deux raisons : « Après le rejet de leur recours constitutionnel, les requérants A ., B . et C . n'ont 1. nullement essayé de prouver, conformément à l'article 30, § 3, troisiéme phrase, de la loi fédérale sur les restitutions, qu'ils avaient commis une erreur, preuve qui aurait, dans leur cas, été requise par la loi pour répondre aux conditions nécessaires à la reconnaissance de leurs droits en matière de restitution . Le fait qu'il y ait un lien temporel direct entre le retrait par les requérants de leurs demandes de restitution et la reprise de leurs demendes, jusque-là en sommeil, tendant à des secours, permet de conclure qu'estimant n'avoir aucune chance de succès en essayent de prouver leur erreur, les requérants se sont délibérément abstenus d'utiliser les voies de droit à leur disposition . ' Sur le recevabilit6 dea griefs expoab .
- 35 -
Les requérants D ., E ., F ., G . et H . ont pu faire examiner par les tribunaux le bien-fondé des décisions de rejet de leurs demandes par les organismes de restitution, mais ils ont omis de contester les décisions de la cour d'appel en en demandant la révision devant la Cour suprême des restitutions à Berlin . Ces requérants ont, eux aussi, repris à une époque directement liée avec le retrait de leurs demandes de restitution, leurs requêtes, jusqu'ici en sommeil, tendant à des secours au titre de l'article 44 a) de la loi fédérele sur les restitutions . II est donc parfaitement naturel de supposer que, pour les raisons précitées, ces requérants se sont, eux aussi, délibérément abstenus de se pourvoir devant la Cour suprême des restitutions pour faire réexaminer les décisions de la cour d'appel . Par ailleurs, si les requérants prétendaient que, vu l'insuccès de leurs recours constitutionnels, il ne leur était pas nécessaire de faire usage de toutes les voies de recours internes, ce point de vue ne saureit étre accepté . Le fait que, malgré l'insuccès de leurs recours constitutionnels les requérants D ., E ., F ., G ., H . et 1 . ont essayé de prouver leur erreur conformément à l'article 30, § 3, troisiéme phrese, de la loi fédé2le sur les restitutions, donne à penser qu'indépendamment du point de savoir si cette disposition est ou non confonne à la Constitution, tant les tribunaux nationaux que les Cours suprêmes des restitutions auraient pu, w les circonstances de chaque espéce, pervenir à la conclusion que les conditions prescrites par l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions étaient bien remplies . Il est donc évident qu'en pareil cas les requé2nts auraient dû se pourvoir contre l'arrêt de la cour d'appel . Même en admettant que, dans les cas de D ., E ., F ., G ., H . et I ., la Cour suprême des restitutions n'ait plus été habilitée à examiner des questions de fait, les requérants auraient néanmoins d0 se pourvoir contre d'arrêt de la cour d'appel . 2 . En outre, pour autant qu'on puisse l'établir, les requérants ne se sont pas plaints, dans leur recours à la Cour constitutionnelle fédérale, pas même en substance, de violations des droits de l'homme, ce qui fait l'objet de la présente affaire . Or, c'est ce qu'ils auraient dû faire pour satisfaire aux conditions de l'article 26 de la Convention . n Il . Les requérants font valoir en réponse : 1 . « Que c'est une pretique bien établie de la Commission de relever le requérant, dans certaines circonstances, de l'obligation d'épuiser toutes les voies de recours internes à sa disposition (Requête N° 27/55 du 31 mai 1956) . Or, on ne peut guére contester en l'occurrence l'existence de circonstances particulières . Contrairement à ce que soutient le Gouvernement de la République Fédérale d'Allemagne, tous les requérants, et notamment D ., E ., F ., G ., H . et I ., ont demandé à la cour d'appel la révision des arrêts rendus par les juridictions inférieures . Leur argumentation principale - aui est conforme à la jurisprudence de la Cour suprême des restitutions dans la période précédant la promulgation du quatrième amendement consistait à dire que le simple fait d'avoir déposé leur demande selon la procédure d'indemnisation (au lieu de celle de restitution) constituait en lui-même une preuve suffisante de leur erreur, du moins en l'absence de preuve contraire . En outre, dans la totalité des cas, d'autres moyens ont été présentés à titre subsidiaire pour prouver l'existence d'une erreur commise en bonne foi . L'ensemble de ces moyens de preuve ont été rejetés comme insuffisants en application de la législation modifiée . Le fait que les requérants aient accepté certains paiements à titre gracieux ne modifie pas la situation juridique en l'espèce . Ce que réclamaient et que réclament les requérants, c'est l'indemnisation intégrale qui leur est due au titre de la loi . Cette
-36-
indemnisation est, quoi qu'il en soit, différente des paiements effectués à titre gracieux . Néanmoins, les requérants se déclarent prêts à déduire les montants reçus ex gratia des sommes qui leur seront payées en règlement définitif de leur créance . Le requérant E . n'a reçu aucun paiement é titre gracieux et n'a jamais retiré sa requête initiale . 2 . La République Fédérale d'Allemagne prétend que la requête est irrecevable parce que les requérants ont omis de mentionner dans leur recours é la Cour constitutionnelle fédérale les violations de le Convention qu'ils alléguent maintenant . Il semble que, sur ce point, l'interprétation que donne la République Fédérale d'Allemagne de la jurisprudence de la Commission soit totalement erronée . Il n'est absolument pas nécessaire, au cours d'une procédure interne, de spécifier les différentes dispositions ou articles de la Convention dont les requérants alléguent la violation . Il suffit toutefois - comme l'indique également le mémoire du Gouvernement - de se plaindre des violations elles-mêmes . Or, tous les requérants se sont plaints de ces violations, non seulement dans leur recours à la Cour constitutionnelle fédérale, mais aussi dans leur argumentation devant la Cour suprême des restitutions, la cour d'appel et même le tribunal régional . Ledit recours et la majorité au moins de tous les autres mémoires des requérants mentionnent expressément la violation de leur droit de jouir de leurs biens en raison de la rétroactivité d'une loi et le traitement discriminatoire dont ils sont victimes du fait de cette loi et de la durée délibérément prolongée de la procédure . » B . Quant à la violation alléguée de l'article 7•r du Protocole additionne l 1. Selon le Gouvernement, les requêtes sont incompatibles avec les dispositions de la Convention, au sens de l'article 27, § 2 . II se référe à cet égard é la jurisprudence de la Commission relative aux demendes d'indemnisetion présentées par des victimes des persécutions nazies (requête N° 899/50, Annuaire 5, pp . 136, 142) .
Subsidiairement, le Gouvernement soutient que les requêtes sont manifestement mal fondées, au sens de l'article 27, § 2 . II estime que le § 3 que le quatrième amendement a ajouté à l'article 30, § 3, de la loi fédérale sur les restitutions est une disposition de simple procédure et qu'il n'a donc rien à voir avec l'article 1r' du Protocole additionnel . Une clause a qui ne fait que fixer le cadre procédural permettant de formuler une revendication au titre de la législation sur la propriété ne crée pas . . ., en tant que telle, un droit é la propriété » . Le Gouvernement rejette également l'argument selon lequel la non-observation de cette disposition de procédure pourrait indirectement affecter le contenu même du droit : « Si, compte tenu d'un tel effet indirect, on devait inclure dans la disposition procédurale cet élément de dépossession, on aboutirait au résultat inadmissible que toutes les dispositions relatives à des délais et à des forclusions pourraient emporter atteinte au droit à la propriété » . Le Gouvernement soutient au surplus que la régle expressément stipulée à l'article 30, § 3 a était déjà contenue en substance » dans l'ancien Iibellé de l'article 30 . Les requérants ne sauraient se fonder sur la jurisprudence des Cours suprêmes des restitutions parce que les arrêts de ces juridictions « qui s'écartent des règles générales de la preuve » ont été rendus après l'expiration du délai imparti pour déposer les demandes. Le Gouvernement fait enfin remarquer a qu'aucune des Puissances alliées n'a soulevé d'objection » au quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutions . Les Puissances alliées, notamment, a n'ont pas fait opposition a à ce que l'amendement a soit repris par le Land de Berlin, dont la Cour suprême des restitutions étai t
- 37 -
compétente pour connaitre de toutes les procédures de restitution entamées par les requérants » . Par ailleurs, « aucune des Cours suprêmes des restitutions, dont la composition est internationale et qui ne sont pas liées par les décisions de la Cour constitutionnelle fédérale, n'a jamais exprimé de doute sur la validité de l'article 30 nouvelle version . . . Au contraire, la Cour supréme des restitutions é Berlin, se référnnt expressément à l'arrêt de la Cour constitutionnelle fédérale, s'est prononcée en faveur de la validité de l'article 30 amendé . . . (cf . ORG/A/6524, arrêts de la Cour suprême des restitutions à Berlin, Vol . 30, p . 106 = RzW 1973, p . 166) . » Il . Les requérants font valoir en réponse que la législation allemande visée « relève de la compétence de la Commission » .
En ce qui concerne l'article 1•' du Protocole additionnel, ils admettent qu'une règle de procédure ne régrt en soi que la manière d'accéder à la propriété, sans pour autant créer un droit à la propriété en tant que tel . Ils soutiennent toutefois qu'une régle qui non seulement fait obstacle à une voie de recours mais éteint un droit est bien une disposition de fond . Ils renvoient à cet égard à l'ouvrage de Dicey et Morris sur le Droit international privé• . Les requérants estiment qu'en déposant leurs demandes, ils « ont pleinement respecté les règles de procédure alors en vigueur . Ce contre quoi ils s'élèvent et qu'ils estiment être une violation de la Convention, c'est la modification rétroact'rve d'une règle de fond, sous couvert de règles de procédure, dans l'intention manifeste d'éteindre le droit effectif à la propriété que leur garantit la Convention . » C . Quant à le violation alléguée de l'article 14 de la Conventio n 1. Le Gouvernement soutient d'abord qu'étant donné que l'article 1•' du Protocole additionnel ne s'applique pas en l'espèce, l'article 14 de la Convention est également inapplicable en raison de son caractére accessoire . A titre subsidiaire, le Gouvernement fait valoir que les différenciations établies par le § 3 que le quatriéme amendement a ajouté à l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions se justifient vu les circonstances et que notamment : - les délais que prescrit cette disposition se fondent sur l'idée qu'avant la promulgation de la loi fédérale sur les restitutions, il était possible de se tromper en supposant que l'on ne pouvait faire valoir ses droits à la restitution contre le Reich allemand ou une personne juridique de statut équivalent qu'en se fondant sur la loi fédérale sur les indemnisations . D'une manière générale, après promulgation, le 23 juillet 1957, de la loi fédérale sur les restitutions, une telle erreur ne pouvait plus être commise par des demandeurs ou leurs représentants résidant dans le ressort d'application de la loi . C'est seulement pour les demandeurs résidant à l'étranger que l'on ne pouvait pas présumer qu'ils auraient eu immédiatement connaissance de la promulgation et de la teneur de ce texte . C'est donc pour ce seul groupe de personnes que l'on a retardé de trois mois l'exclusion de la présomption d'erreur . En outre, le Gouvernement estime que le reproche des requérants tombe à faux, du fait qu'avant le 1•1 avril 1959 ils auraient pu remédier au vice entachant la requéte du . . . février 1958 en faisant valoir leurs droits et en prAcisant que leurs revendications sur les biens étaient présentées en vertu de la loi sur les restitutions . « Etant donné que tous les requérants étaient représentés par des avocats bien informés de la législation sur les restitutions, pareille action aurait paru aller de soi . » • Les passages correspandents 19ème 6dition 19731 figurent aux pages 1e99, 1103 et 11e4 .
-3B-
- la clause de l'article 30, 4 3, limitant la présomption d'erreur aux dépossessions ayant eu lieu sur le territoire du Reich allemand dans ses frontières de 1937 s'appuie sur l'idée qu'en cas de dépossession de biens identifiables situés hors du territoire allemand, les revendications présentées conformément à la loi fédérale sur les indemnisations ne sont pas recevables aux termes des articles 51 et 56 de cette loi . En conséquence, une erreur concernant le texte en vertu duquel il fallait présenter la demande était assez improbable en pareil cas . Le Gouvernement ajoute que la dépossession de biens identifiables ne saurait en principe être considérée comme une réquisition spéciale ISonderabgabel, au sens de l'article 59 de la loi fédérale sur les indemnisations qu'invoquent les requérants . Il . Les mquArents font valoir en réponse « que c'est une règle coutumiére» dans la législation allemande en la matière « de prévoir un délai d'au moins une année compléte pour le dépOt des différentes demandes . . . Hormis l'article 30 amendé, il n'y a absolument pas d'autre cas où le délai soit fixé à trois mois seulement . . . (Cette) disposition discriminatoire n'avait d'autre but que de déclarer irrecevables les demandes déposées le . . . février 1958 n . Les requérants estiment que le Gouvernement n'a pas expliqué a pourquoi, alors que les demandes pouvaient en général être déposées jusqu'au 1• , avril 1959, il était nécessaire de limiter la possibilité de prouver une erreur dans la présentation de la demande dix-huit mois avant l'expiration du délai prévu pour cette présentation elle-même a . Le fait que l'article 30, 43, de la loi fédérale sur les restitutions limite la présomption d'erreur aux dépossessions de biens ayant eu lieu sur le territoire du Reich allemand ne saurait, selon les requérants, se justifier par le champ d'application de la loi fédérale sur les indemnisations . L'article 59 de cette dernière loi, qui concerne l'indemnisation pour réquisitions spéciales, ne renferme pas de limitation territoriale de ce genre . Les requérants soulignent également que leurs représentants dans les procédures devant les autorités allemandes, Maîtres W . et X ., n'étaient pas, comme le laisse entendre le Gouvernement, a bien infortnées de la législation sur les restitutions s, mais des avocats étrangers ne connaissant ni la doctrine ni la législation allemandes et dont l'expérience se limitait aux demandes d'indemnisation .
EN DROI T A . Quant è le version originelle de la lol fédérale sur les restltution s 1 . Les requérants se plaignent de ce que la version originelle de la loi fédérale sur les restitutions renferme des dispositions discriminatoires et notamment que si l'exonération des frais prévus par la loi pour les procédures de restitution avantage à premiére vue aussi bien les demandeurs que l'Etat, en fait elle se traduit par un désavantage pour les demandeurs . 2 . II est vrai que l'article 14 interdit toute discrimination en ce qui concerne les droits et libertés reconnus dans la Convention . Toutefois, la Commission n'est pas appelée à trancher le point de savoir si les dispositions de la version originelle de la loi révélent ou non l'apparence d'une violation de cet article car, en vertu de l'article 26 de la Convention, elle ne peut être saisie qu'après l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus . Le seul fait que les requérants aient saisi les différents tribunaux allemands compétents ne suffit pas, en soi, à montrer que cette régle a été respectée . Il fau t
- 39 -
également que tout grief formulé devant la Commission ait été soulevé en substance lors des procédures suivies en droit interne . La Commission renvoie à cet égard à sa jurisprudence constante (voir par exemple ses décisions sur la recevabilité des requétes N° 263/57, Annuaire 1, pp . 146, 147 et N° 1103/61, Annuaire 5, pp . 168, 186) . 3 . En l'espèce, lors des procédures devant les tribunaux allemands et notamment devant la Cour constitutionnelle fédérale, les requérants n'ont soulevé, ni formellement ni en substance, le grief qu'ils exposent maintenant à la Commission . Au surplus, l'examen du dossier ne permet pas de dégager l'existence de circonstances particulières de nature à relever les requérants, selon les principes de droit international générelement reconnus, de l'obligation de soulever ce grief dans les procédures visées . 4 . II s'ensuit que les requérants n'ont pas satisfait à la condition relative à l'épuisement des voies de recours internes et qu'il y a lieu dés lors de rejeter leur requête par application de l'article 27, paragraphe 3, de la Convention . B . Quant au quatrléme amendement à le loi fédérale sur les restitutions 1 . Quant à l'épuisement des voies de recours interne s 5 . Le Gouvernement fait valoir qu'en ce qui concerne le grief concernant le quatriéme amendement, les requérants n'ont pas utilisé tous les recours à leur disposition en droit interne, en ce sens que : - ils ont négligé de persister dans leur demande dans la procédure de restitution et - ils ne se sont pas plaints devant la Cour constitutionnelle fédérale des violations des droits de l'homme qu'ils allèguent maintenant devant la Commission . 6 . La règle de l'épuisement des voies de recours internes signifie en principe que les recours qui existent dans le système juridique de l'Etat défendeur doivent avoir été utilisés et épuisés normalement avant que la Commission ne soit saisie d'une affaire . En revanche, des recours ne pennettant pas d'obtenir réparation du préjudice ou du dommage allégué ne sauraient être considérés comme efficaces ou suffisants et partant, il n'est pas nécessaire qu'ils aient été épuisés (voir la décision de la Commission sur la recevabilité des requêtes N° 6780/74 et N° 6950/75 - Chypre c/Turquie - Décisions et Rapports 2, pp . 125, 137 et 138) . 7 . Le présent grief ne concerne pas une décision judiciaire ou administrative mais un acte du législateur fédéral, à savoir le quatriéme amendement de la loi fédérale sur les restitutions . Or, en droit allemand, la seule voie de recours efficace contre un acte du Parlement fédéral est le recours constitutionnel à la Cour constitutionnelle fédérale, recoursqui peut aboutir à faire prononcer la nullité de la loi en question - cf . l'article 95 4 3 de la loi relative à la Cour constitutionnelle fédérale (Gesetz über das Bundesverfassungsgericht) . Les autres voies de recours indiquées par le Gouvernement (recours prévus dans les procédures de restitution) n'offrant pas cette possibilité, elles ne sauraient dés lors être considérées comme efficaces aux fins de la présente requête . 8 . Les requérants ont dûment utilisé le recours précité pour exposer leurs griefs relatifs au quatrième amendement : ils ont introduit un recours constitutionnel à la Cour constitutionnelle fédérale en soulevant en substance les griefs qu'ils formulent à présent devant la Commission . II ressort du texte de ces recours, qui a été soumis à la Commission, que dans la procédure devant la Cour constitutionnelle fédérale les requérants : - ont expressément allégué des violations de l'article 3, § 3, de la Loi fondamentate (égalité devant la loi) ;
- 40 -
- n'ont pas expressément invoqué l'article 14 de la Loi fondamentale (protection de la propriété) . Toutefois, en liaison avec la violation alléguée de l'article 2, § 1, de la Loi fondamentale et du principe de la prééminence du droit (Rechtsstaatsprinzip), les requérants se sont plaints d'une modification rétroactive de leur situation juridique qui a compromis les chances de succés de leurs revendications . Or, c'est précisément ce problème qui est envisagé dans la présente affaire par la Commission sous l'angle de l'article 1 du Protocole additionnel (voir ci-aprés sous II .) . 9 . La Commission en conclut qu'en ce qui concerne les griefs visant le quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutions, les requérants ont bien épuisé la seule voie de recours efficace à leur disposition en droit allemand et qu'ils ont dés lors satisfait aux prescriptions de l'article 26 de la Convention . Il . Quant é la violation alléguée de l'article 1 du Protocole additionne l 10 . Aux termes de l'article 1 du Protocole N° 1, toute personne a droit au respect de ses « biens » (en anglais a possessions ») . En l'espéce, la Commission n'est pas, comme dans la requête N° 899/50 citée par le Gouvernement, saisie d'une allégation de privation des biens avant la date de l'entrée en vigueur de la Convention, mais de l'effet prétendument exercé sur les biens par une loi promulguée en République Fédérale d'Allemagne aprés cette date : le quatrième amendement à la loi fédérale sur les restitutions . A cet égard, il convient d'interpréter le mot « biens » en rapport avec deux questions distinctes : a) les revendications des requérants formulées au titre de la loi fédérale sur les restitutions pourraient-elles, si leur bien-fondé était établi, constituer des « biens e 7 b) la situation créée par les décisions des Cour suprêmes des restitutions, qui auraien t pu permetire aux requérants de supposer que leurs demandes globales étaient valables, peut-elle égelement être considérée comme un « bien » au sens de l'article 1 t 11 . La Commission estime qu'il n'y a lieu de parler de violation de l'article 1 que si . l'on répond affirmativement aux deux questions : le quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutions ne saurait être considéré comme une violation de l'article 1 que si, d'une part, les revendications des requérants présentées au titre de cette loi constituent des « biens e, si leur bien-fondé est établi, et si, d'autre part, la situation antérieurement créée par les décisions des Cours suprèmes des restitutions en ce qui concerne les demandes globales déposées par les requérants peut en soi être considérée comme un « bien » . 12 . Selon les requérants, les prétentions qu'ils ont formulées au titre de la loi fédérale sur les restitutions pour se voir restituer des biens illégalement confisqués doivent être considérées comme des rr biens » au sens de l'article 1 du Protocole additionnel à la Convention . Sans se prononcer sur cette question, la Commission part de l'hypothèse que si leur bien-fondé était établi, ces prétentions pourraient constituer des a biens n au sens de l'article 1• 1 . 13 . La Commission a donc examiné la deuxiéme question, celle de savoir si la situation créée par les décisions des Cours suprêmes des restitutions, qui aurait permis aux requérants de supposer que leurs demandes globales étaient valables, peut également être considérée comme un « bien x au sens de l'article 1 .
- 41 -
14 . Le Gouvernement conteste cette possibilité . Il fait valoir que le paragraphe 3, que le quatriéme amendement a ajouté à la loi fédérale sur les restitutions aprés les décisions précitées des Cours suprêmes des restitutions, est une disposition purement procédurale et qu'elle n'a dés lors rien à voir avec l'article 1 du Protocole additionnel . Le Gouvernement estime qu'une clause a qui ne fait que fixer le cadre procédural permettant de formuler une revendication au titre de la législation sur la propriété ne crée pas . . . pour autant un droit à la propriété n . Le Gouvernement ne considére pas comme pertinent l'argument selon lequel l'inobservation de cette disposition de procédure pourrait affecter indirectement le fond même du droit : a si compte tenu d'un effet indirect, on devait inclure dans la disposition procédurale cet élément de dépossession, on aboutirait au résultat inadmissible que toutes les dispositions relatives à des délais et à des forclusions pourraient emporter atteinte au droit à la propriété a . 15 . Les requérants admettent a qu'une régle de procédure ne régit en soi que la manière d'accéder à la propriété sans pour autant créer un droit à la propriété en tant que tel n . Ils soutiennent toutefois qu'une règle qui non seulement fait obstacle à une voie de recours mais éteint un droit est bien une disposition de fond . 16 . L'article 30, § 3, de la loi fédérale sur les restitutions, dans la version résultant du quatrième amendement, dispose' : a Il est présumé que la requéte a été introduite par erreur, au sens des paragraphes 1 et 2, si elle donne une description des biens perdus qui satisfait aux exigences de la loi sur les restitutions pour le dép6t des demandes de restitution ou si le préjudice pour lequel l'indemnisation est sollicitée a été subi sur le territoire du Reich dans ses frontières du 31 décembre 1937 . La même présomption s'applique si la demande a été déposée avant le 23 juillet 1957••, ou avant le 23 octobre 1957 si elle provient d'un lieu situé en-dehors du champ d'application territorial de cette loi . Lorsque ces conditions ne sont pas remplies, la demande ne sera supposée avoir été déposée par erreur, au sens des paragraphes 1 et 2, que si le demandeur établit qu'à l'époque du dépôt de sa demande, la personne qui l'a déposée connaisseit les faits dont l'exposé aurait été exigé pour l'introduction d'une demande en bonne et due forme selon les dispositions de la loi sur les restitutions ; lorsque la demande a été déposée par un représentant, l'article 166 du Code civil s'applique mutatis mutandis . n 17 . En ce qui concerne la différence, controversée dans les observations précitées des parties, entre régles de procédure et régles de fond, la Commission a eu égard à sa propre jurisprudence et notamment à sa décision sur la recevabilité de la requéte N° 4045/69 (X . c/République Fédérale d'Allemagne, Recueil 34, pp . 33 à 37), encore que cette décision concernât un délai et non point une régle de preuve, comparable à celle que le quatriéme amendement a introduite dans l'article 30, 5 3, de la loi fédérale sur les restitutions . Dans la requéte N° 4045/69, la requérante se plaignait du délai que fixait l'article 189 de la loi fédérale sur l'indemnisation des victimes de la persécution nazie IBundesentschiidigungsgesetzl pour le dépôt des demandes d'indemnisation par les victimes de ces persécutions. La requérante invoquait l'article 6, § 1, et l'article 14 de la Convention .
Cf .l . parapraphe 16 de EN FAIT . Date de la promulgation de la loi fédérale sur les restitutions .
- 42 -
La Commission a d'abord déclaré qu'il n'y avait pas en l'espéce violation de l'article 6(1) : e é supposer méme que le droit à réparation allégué par la requérante constitue un droit de caractére civil, au sens de l'article 6, § 1, de la Convention, le délai fixé par l'article 189 de la loi fédérale est sans pertinence à cet égard puisqu'il ne fait qu'interdire le recours au tribunal après une certaine date ; or, la requérante avait antérieurement la possibilité de présenter sa demande aux autorités et aux juridictions allemandes » (op . cit . p . 36) . La Commission renvoyait alors à sa décision antérieure sur la recevabilité de la requête N° 3332/67 (X . c/Royaume-Uni, Recueil 34, pp . 1 à 9) selon laquelle, dans la répartition d'une certaine somme entre un grand nombre de personnes, « il est raisonnable que le Gouvernement fixe un délai impératif ayant pour effet de déclarer forclose toute personne qui tente de déposer sa demande par la suite » . La Commission en a conclu qu'il n'y avait pas apparence de violation de l'article 6 . § 1, dans les procédures judiciaires incriminées . Dans son examen complémentaire effectué sous l'angle de l'article 14 de la Convention, la Commission s'est référée également à l'article 1• 1 du Protocole additionnel (ibid . pp . 36 et 37) : a Il faut donc se demander si la demande d'indemnisation présentée par le requérant et les procédures y afférentes concernent des droits et libertés inscrits dans la Convention . . . . La Commission a déjé admis que le refus opposé à la demande du requérant pourrait . . . être examiné sous l'angle de l'article 6, 5 1, et elle reconnait au surplus qu'il pourrait également être considéré sous l'angle de l'article 1•' du Protocole additionnel » . 18 . C'est essentiellement sous l'angle de l'article 1• , du Protocol additionnel que la Commission a examiné le grief des présents requérants concernant la régle de preuve que le quatrième amendement a introduite dans l'article 30, 4 3, de la loi fédérale sur les restitutions .
La Commission fait observer à cet égard que si les demandes globales présentées antérieurement doivent étre considérées comme valables à l'origine, la législation incriminée pourrait étre considérée comme un déni de justice, puisque les demandes se heurtent à une forclusion du fait de ce qui constitue une déclaration rétroactive invalidant les demandes globales . Une atteinte de ce type pourrait constituer effectivement une privation de propriété . L'article 30, § 3, de la loi fédérale sur les restitutions n'a donc pas été considéré par la Commission comme une disposition d'ordre purement procédural, comme le soutenait le Gouvernement . 19 . Dans l'examen des effets de cette disposition sous l'angle de l'article 1•' du Protocole additionnel, la question demeure donc de savoir si la situation créée par les décisions des Cours suprêmes des restitutions, qui aurait permis aux requérants de supposer que leum demandes initiales étaient valables, a donné naissance à un intérét acquis (et donc à un a bien » au sens de l'article 1•' du Protocole additionnel) ou si, la situation étant demeurée longtemps incertaine, cet intérét n'avait pas été établi avant l'entrée en vigueur du quatriéme amendement ajoutant le paregraphe 3 à l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions . 20 . Pour trancher cette question, la Commission juge utile de rappeler ci-après l'évolution législative, la jurisprudence y afférente des Cours des restitutions et de la Cour constitutionnelle fédérale et enfin les dates de dép6t des demandes et l'argumentation présentée par les requérants pour les étayer .
- 43 -
a) L'article 30, § 1, de la loi fédérale sur les restitutions prévoyait, dans sa vers ion du 19 juillet 1957, qu'une demande de restitution déposée confonnément aux a rticles 189 et 231 de la loi fédérale sur les indemnisations « est considérée comme une demande déposée dans le délai prescrit par la présente loi a(c'est-é-dire la loi sur les restitutions) . b) Le . . . février 1958, l'avocat des requérants déposa des demandes globales de restitution, non pas dans le cadre de la procédure prévue pour les restitutions mais dans celle prévue pour les indemnisations . c) Le délai imparti pour le dépCt des demandes dans le cadre de la loi fédérale sur les indemnisations expirait le le1 avril 1958 . d) Le délai imparti pour le dépôt des demandes dans le cadre de la loi fédérale sur les restitutions expirait le 1• 1 avril 1959 .
e) Les requérants A ., B ., C ., G . et H . ont développé leurs demandes dans le cadre de la procédure de restitution le . . . décembre 1959 Ile requérant I . en 1961 et les D ., E . et F . en 1964) . f) Dans l'examen des demandes de restitution déposées dans le cadre de la procédure d'indemnisation, la question se posa de savoir si ces demandes devaient, quant à leur teneur, être conformes à la procédure prévue pour les restitutions, c'est-à-dire si elles devaient donner une description des biens concernés . Différents points de vue ayant été exprimés à cet égard par les cours d'appel allemandes, les Cours suprêmes des restitutions de Herford et Berlin décidérent, par arrêts publiés en 19152/ 6 3, qu'il était suffisent d'avoir présenté une demande globale pour e pertes de biens n• . g) Sur une autre question, les deux Cours suprêmes des restitutions arrivérent à des conclusions divergentes : celle de savoir si l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions visait à ne protéger que les personnes ayant déposé leur demande dans le cadre de la procédure d'indemnisation en ignorant qu'elles devaient le faire dans le cadre de la procédure prévue pour les restitutions, ou si l'existence d'une telle erreur était saru importance . Contrairement à la Cour suprême des restitutions de Herford, la Cour de Berlin décida que l'erreur avait une importance•• . h) Sur les questions mentionnées sous (f) et Ig), le législateur intervint par le troisième amendement apporté le 2 octobre 1964 à la loi fédérale sur les restitutions . La version amendée de l'article 30, § 1, prévoyait que le dép0t d'une demande de restitution dans le cadre de la procédure d'indemnisation ne pouvait être considéré comme valable que s'il avait été effectué par erreur et que si la demande permettait d'identifier les biens concernés . i) Le 24juillet 19 68, la Cour constitutionnelle fédérale décida que le nouveau texte de l'article 30, § 1, de la loi fédérale sur les restitutions était contraire à la Constitution en ce qu'il exigeait de préciser les biens concernés mais en revanche conforme à la Constitution en ce qu'il exigeait l'existence d'une erreur quant à la procédure adéquate . En ce qui concerne cette dernière condition, la Cour fit observer que la distinction entre demandes d'indemnisation et demandes de restitution et entre procédures correspondantes n'avait pas été bien comprise par nombre de victimes des persécutions nazies . • CI . l'arrdt da la Cour constitutionnelle fédArale en dete du 24 juille[ 1 96a, op. ch . pp . 6a er a1 . •• Ibid . p . 90 .
-
44
-
Le législateur en avait eu conscience lors de la rédaction de la version initiale de l'article 30 ; il ressort clairement du contexte de cette disposition qu'elle n'avait d'autre but que de protéger les demandeurs qui n'étaient pas très au courant de la distinction précitée et qui risquaient autrement de choisir la mauvaise procédure pour déposer leur demande' . La Cour fit également observer que la premiére version de l'article 30 ne visait pas 8 donner aux victimes une autre occasion de formuler une demande dans les conditions et au moment de leur choix ; ne pouvait pas bénéficier de cette protection la personne qui connaissait la réglementation stricte relative au dép0t des demandes et qui avait délibérément déposé une demande de restitution, non pas dans le cadre de la procédure de restitution mais dans celle de l'indemnisation•• . j) La question s'est alors posée de savoir comment établir l'existence de l'erreur mentionnée é l'article 30 . Les autorités en matiére de restitution et certaines cours d'appel estimaient que, conformément aux principes généraux du droit, c'était au demandeur de prouver l'erreur . Les Cours suprêmes des restitutions décidérent toutefois en 1969 que l'erreur ressortah du simple fait qu'il était établi qu'une requéte avait été déposée dans le cadre de la procédure d'indemnisation et non pas de restitution et que cette erreur n'avait pas besoin d'btre spécialement prouvée . k) Pour trancher la question, le législateur intervient en adoptant le 3 septembra 1965 le quatrième amendement à la loi fédérale sur les restitutions lindiqué ci-dessus au paragraphe 16 .) . II La Cour constitutionnelle fédérale décida le 24 l6vrier 1972 de ne pas recevoir un recours constitutionnel contre le quatriéme amendement .
21 . Cet inventaire de la législation et de la jurisprudence en la matiére montre que la situation juridique des demandes de restitution déposées dans le cadre de la procédure d'indemnisation a beaucoup varié et évolué entre 1957 et 1972 sous l'action du législateur et de la jurisprudence des Cours suprêmes des restitutions et de la Cour constitutionnelle fédérale . 22 . En ce qui concerne les dispositions de l'article 30, § 3, de la loi fédérale sur les restitutions, dans la version du quatriéme amendement de 1969, la Commission reléve notamment que :
a) La condition expresse de l'existence d'une erreur sur la procédure à suivre fut introduite en 1964 par le troisiéme amendement et confirmée en 1968 par la Cour constitutionnelle fédérale . Sa confirmation en 1969 par le quatrième amendement ne pouvait dès lors pas affecter un quelconque « intérêt acquis » de personnes ayant à tort déposé des demandes de restitution dans le cadre de la procédure des indemnisations ; b) La disposition relative à l'Ateb/issement de l'existence d'une erreur quant à la procédure à suivre était contraire aux arrêts rendus en 1969 par les Cours suprêmes des restitutions (évoqués ci-dessus au paragraphe 20 Ijll . Elle rentrait toutefois dans le cadre des observations formulées par la Cour constitutionnelle fédérale dans l'arrêt qu'elle rendit en 1968 (évoqué ci-dessus au paragraphe 20 (il) . C'est ce qui apparait clairement lorsqû on compare ces observations avec le but de la nouvelle disposition, tel qu'il fut exposé devant le Bundestag . En effet, le rapport de l a ' Ibid. pp . 91 et 92 . Ibid . p. 91 .
- 45 -
commission compétente du Bundestag montre que le nouvel article 30, § 3, avait pour but d'exclure de la protection de la loi les personnes qui, connaissant bien la réglementation stricte relative à la procédure de restitution, avaient délibérément déposé leur demande de restitution dans le cadre de la procédure d'indemnisation parce qu'elles ne pouvaient pas fournir une description des biens concernés, comme l'exigeait la procédure de restitution": Dans son arrêt de 1968, la Cour constitutionnelle fédérale s'était déjA prononcée en faveur du refus d'une telle protection ;
cl La nouvelle disposition de l'article 30, § 3, n'exige pas qu'une demande de restitution déposée dans le cadre de la procédure d'indemnisation donne une description des biens concernés conformément aux régles impératives de la procédure de restitution . Il doit toutefois apparaître que la personne qui a déposé la demande aurait pu, à cette époque, fournir ces renseignements ; dl Il découle de l'arrêt rendu en 1972 par la Cour constitutionnelle fédérale Icité ci-dessus au paragraphe 20 (11) que la Cour a reconnu comme valable la nouvelle disposition de l'article 30, § 3 . On peut dès lors admettre que la Cour a également estimé cette disposition conforme à son arrêt antérieur de 1968 . 23 . Dans ces conditions, la Commission n'estime pas que les décisions rendues en 1969 par les Cours suprémes des restitutions avaient, indépendamment de l'arrêt antérieur rendu en 1968 par la Cour constitutionnelle fédérale, donné naissance pour les requérants à un « intérêt acquis » tel que le IégisWteur, en adoptant immédiatement aprés (c'est-à-dire en 1969) le quatrième amendement mettant en o^uvre ledit arrét de la Cour constitutionnelle fédérale, aurait violé le droit des requérants au respect de leurs a biens » au sens de l'article 1 - du Protocole additionnel . 24 . La Commission reléve à cet égard qu'aucun des requérants n'a été partie aux procédures précitées devant les Cours suprSmes des restitutions et que la question de l'ingérence du législateur dans des décisions judiciaires ayant acquis autorité de chose jugée ne se pose donc pas en l'espèce . 25 . La Commission fait en outre observer que les demandes globales des requérants ont été déposées en 1958 et que les décisions des Cours supr8mes des restitutions qu'ils invoquent maintenant datent de 1969 - soit onze ans aprés le dépOt de leurs demandes et dix ans après l'expiration du délai imparti pour présenter des demandes au titre de la loi fédérale sur les restitutions . Il s'ensuit que, lorsqu'ils ont déposé leurs demandes et jusqu'à l'expiration du délai y afférent, les requérants ne pouvaient pas invoquer cette jurisprudence des Cours suprêmes des restitutions . 26 . La Commission en conclut que la législation incriminée n'a privé les requérants d'aucun a bien » et qu'il n'y a eu dès lors aucune violation de l'article 1 - du Protocole additionnel . Il s'ensuit que ce grief est « manifestement mal fondé », au sens de l'article 27 § 2 de la Convention . III . Quant è la violation alléguée de l'article 5 de la Conventio n 27 . Les requérants se plaignent que le quatrième amendement à la loi fédérale sur les restitutions et les procédures ultérieures devant la Cour constitutionnelle fédérale ont porté atteinte au droit à la sOreté que leur reconnait l'a rt icle 5 de la Convention . • Voir le rapport de la 7dme commission du Bundestap IAusschuss für Kriegs- und Verfolpunpsschëden) en date du 26 juin 1969 - BundesrapstlrucWache V/4485, page 2 .
-46-
26. Renvoyant à ses décisions sur la recevabilité des requêtes N° 5058/71 (X . c/République Fédérale d'Allemagne, Recueil 40, p . 80) et N° 5877/72 (X . c/Royaume-Uni, Recueil 45, pp . 90, 93), la Commission fait observer que l'article 5 garantit que a toute personne a droit à la liberté et à la sOreté » . L'expression « liberté et sOreté » doit dans cette disposition être lue comme formant un tout et, vu son contexte, comme ne visant que la liberté et la sécurité physiques . Aussi dans l'article 5, § 1, les mots « liberté de la personne » signifient donc absence d'arrestation et de détention et « sécurité de la personne » signifie protection contre toute ingérence arbitraire dans cette liberté . 29 . La Commission estime que ni le quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutiorts, ni les procédures ultérieures devant la Cour constitutionnelle fédérale n'ont soulevé le problème de la liberté et de la sûreté physiques des requérants . Il s'ensuit qu'il n'y a pas apparence de violation de l'article 5 (1) et que ce grief est lui aussi manifestement mal fondé au sens de l'article 27 § 2 de la Convention . IV . Quant aux violations elléguées de l'article 6 de le Convention 1 . Ingérence du législateur dans la jurisprudence des Cours suprêmes des restitution s 30 . Les requérants font valoir que l'article 30, § 3, de la loi fédérale sur les restitutions, tel qu'il a été introduit par le quatriéme amendement, est contraire à 1a jurisprudence des Cours suprêmes des restitutions concernant la présomption de l'erreur et constitue donc une violation du droit des requérants 8 être équhablement entendus, droit que leur reconnait l'article 6,§ 1, de la Convention . 31 . La Commission ne juge pas nécessaire d'examiner en l'espèce si l'article 6, § 1, interdit l'ingérence du législateur dans des arrêts rendus en dernier ressort . Elle reléve qu'en vertu de cette disposition, toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement lorsqu'il s'agit de décider de a ses a droits de caractère civil . Il ressort clairement de ce texte qu'il ne vise que les procédures auxquelles la personne protégée est partie . 32 . Or, la Commission remarque qu'avant le quatriéme amendement aucun arrêt n'avait été rendu en dernier ressort dans les procédures de restitution entamées par les présents requérants . La jurisprudence des Cours suprêmes des restitutions, qu'a modifiée le quatrième amendement, a été élaborée dans d'autres affaires, auxquelles les requérants n'étaient pas partie (voir ci-dessus paragraphes 20 (j), 22 (b) et 24) . II s'ensuit que l'effet du quatrième emendment sur cette jurisprudence ne saurait poser un probléme au regard de l'article 6, § 1, en ce qui concerne les présents requérants . 33 . La Commission en conclut que ce grief est incompatible ratione materiae avec les dispositions de la Convention au sens de l'article 27 § 2 . 2 . Article II (2) du quatriéme amendemen t 34 . Les requérants, invoquant à nouveau l'article 6, § 1, de la Convention, se plaignent qu'en application de l'article II (2) du quatriéme amendement, tous les dossiers concernant les cas de restitution ont été renvoyés aux Autorités de restitution pour qu'elles décident de la réalité de l'erreur exigée par le paragraphe 3 ajouté par le quatriéme amendment à l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions . 35 . La Commission fait d'abord observer, en ce qui concerne le requérant I ., que la décision de renvoyer son dossier, tout en étant fondée sur la législation allemande précitée, a été rendue par la Cour suprPme des restitutions de Bedin, tribunal international qui ne relbve pas de la juridiction de la République Fédérale d'Allemagne .
_47_
Selon la jurisprudence de la Commission, la République fédérale n'est pas juridiquement responsable des actes ou omissions de cette Cour (Requête N° 2095/63, Annuaire 8, pp . 272, 282) . 36 . En ce qui concerne l'adoption de l'article II (2) du quatriéme amendement par le législateur allemand et son application par le tribunal régional de Berlin dans les affaires des autres requérants, la Commission relève que, selon l'article 6, § 1, de la Convention, toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue « dans un délai raisonnable n pour décider des contestations sur ses droits de caractère « civil » . 37 . La Commission n'estime pas nécessaire, en l'espéce, de se prononcer sur le point de savoir si les prétentions des requérants présentées au titre de la loi fédérale sur les restitutions constituent des droits de caractére civil au sens de l'article 6, § 1, et si, dans l'affirmative, cette disposition s'applique aussi bien é la phase administrative qu'à la phase judiciaire des procédures de restitution, ou si elle ne concerne que les procédures judiciaires . A supposer même que les demandes de restitution présentées par les requérants portent sur des « droits de caractère civil », et que le délai auquel se référe l'article 6, § 1, englobe les procédures devant les autorités administratives de restitution, la Commission n'estime pas que l'adoption, puis l'application aux requérants de l'article II (2) du quatrième amendement ait prolongé de maniére déraisonnable le temps nécessaire pour décider de la suite à donner à leurs demandes . La Commission fait observer à cet égard que le paragraphe 3 que le quatriéme amendement a ajouté à l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions a clarifié une situation juridique demeurée longtemps obscure (voir ci-dessus §§ 19 à 23) et qu'il était donc raisonnable que les autorités administratives compétentes réexaminent les demandes de restitution en suspens i! la lumiére de cette disposition nouvelle . 38 . La Commission en conclut que, ni dans l'adoption ni dans l'application par les autorités allemandes de l'article II, § 2, du quatriéme amendement, il n'y a apparence de violation de l'article 6, § 1, de la Convention et que, dés lors, ce grief est manifestement mal fondé, au sens de l'article 27 § 2 . 3 . Rejet du recours constitutionne l 39 . Les requérants prétendent que le rejet, par trois juges de la Cour constitutionnelle fédérale, de leurs recours constitutionnel contre le quatriéme amendement a violé le droit que leur reconnait l'article 6, § 1, de la Convention à ce que leur cause soit équitablement entendue pour déterminer le bien-fondé de leurs prétentions . 40 . Dans son examen de ce grief, la Commission n'estime pas nécessaire de décider du point de savoir si les demandes en restitution présentées par les requérants constituent des « droits de caractére civil » au sens de l'article 6, § 1 . Elle ne se croit pas non plus appelée à décider de l'accès à la Cour constitutionnelle fédérale, et les procédures devant cette juridiction, rentrent d'une manière générale dans le champ d'application de l'article 6 en raison du fait qu'il ne s'agirait là ni de droits et obligations de caractére civil, ni d'accusations en matiére pénale au sens de cette disposition, mais seulement de droits constitutionnels garantis par la Loi fondamentale (Grundgesetz) de la République Fédérale d'Allemagne . En supposant méme que « des droits de caractère civil » soient en cause dans les procédures entamées par les requérents devant la Cour constitutionnelle fédérale, la Commission ne trouve dans ces procédures aucune apparence de violation de l'article 6, § 1, de la Convention . 41 . II s'ensuit que ce grief est lui aussi manifestement mal fondé, au sens de l'article 27 § 2 .
-48-
V . Quent à la violation ettéguée de l'artic% 14 de la Conventio n 42 . Les requérants prétendent que le paragraphe 3 que le quatrième amendement a ajouté à l'article 30 de la loi fédérale sur les restitutions renferme plusieurs dispositions contraires à l'article 14 de la Convention . La discrimination dont ils se plaignent porte notamment sur différents délais et sur la distinction opérée entre les pertes subies sur le territoire du Reich allemand (dans ses frontiéres de 1937) et à l'étranger . 43 . Le Gouvernement soutient que, puisque l'article 1 du Protocole additionnel ne s'applique pas en l'espèce, il en est de même de l'article 14 de la Convention, vu son caractère accessoire . En tout état de cause, les distinctions en question se justifient en raison des circonstances . 44 . La Commission fait observer que l'interdiction de toute discrimination contenue dans l'a rt icle 14 de la Convention ne concerne que « les droits et libe rt és reconnus dans la présente Convention s . Or, elle est déjé parvenue à la conclusion que le paragraphe 3 ajouté par le quatrième amendement à l'a rticle 30 de la loi fédérale sur les restitutions :
- ne concerne aucun des « biens e des requérants, au sens de l'article 1 du Protocole additionnel à la Convention (voir ci-dessus § 23) ; - ne pose aucun probléme sous l'angle de l'article 5, § 1, de la Convention, concernant la liberté ou la sOreté physique des requérants (§ 29) ; et - ne pose aucun problème au regard de l'article 6, § 1, de la Convention en ce qui concerne les requérants (§ 32) . Il s'ensuit que l'article 30, § 3, de la loi fédérale sur les restitutions ne saureit être considéré comme discriminatoire, au sens de l'article 14 de la Convention, quant à la jouissance des droits précités de l'un quelconque des requérants . 45 . La Commission en conclut que la législation incriminée ne viole pas l'article 14 de la Convention et que, dès lors, cette partie de la requête est également manifestement mal fondée, au sens de l'article 27 § 2 .
C . Q.uant à la durée des procédures de restitution (article 6 de la Convention ) 46 . Outre leurs griefs spécifiques, relatifs aux effets de l'article II § 2 du quatriéme amendement à la loi fédérale sur les restitutions (voir ci-dessus §§ 34-38), les requérants se plaignent également, d'une maniére générale, dans leur argumentation présentée sous l'angle de l'article 6, § 1, de la Convention, des importants retards qu'ont subis les procédures de restitution . 47 . Dans l'examen de ce grief également, la Commission n'a pas jugé nécessaire de décider du point de savoir si les demandes en restitution présentées par les requérants portent sur des « droits de carectére civil » au sens de l'article 6, § 1, et du point de savoir si cette disposition ne s'applique qu'é la phase judiciaire ou également à la phase administrative . A supposer même que l'article 6, § 1, s'applique aux procédures de restitution dans leur ensemble, la Commission n'estime pas que celles-ci aient été prolongées de maniére déraisonnable par les autorités administratives ou judiciaires allemandes . 48 . Tout en parvenant à cette conclusion, la Commission a relevé que ces procédures se sont certes étendues sur un laps de temps considérable - plus de dix ans
- 49 -
dans chaque cas . D'un autre côté, la Commission a également tenu compte de ce que : - les procédures concernaient des questions complexes de droit et de fai t - dans le plupart des cas, les requérants ont eux-mêmes fait usage des voies de recours prévues par le droit allemand en interjetant appel auprès du tribunal régional et de la cour d'appel ; - les requérants n'ont pas montré qu'ils avaient pris toutes mesures nécessaires pour activer la procédure, bien qu'ils aient été invités à fournir des renseignements sur ce point ;
- la situation juridique concernant les demandes en restitution déposées par erreur auprès des autorités chergées des indemnisations et demeurée longtemps obscure (voir ci-dessus §4 19-23) et les procédures de restitution doivent une bonne partie de leur retard au fait que des amendements législatifs ont coïncidé avec la déclaration d'inconstitutionnalité de certaines parties du troisième amendement à la loi fédérale sur les restitutions . La Commission ne trouve pas déraisonnable que des procédures de restitution aient pu être suspendues dans l'attente soit de l'adoption d'une nouvelle législation destinée à clarifier la situation, soit de la décision de la Cour constitutionnelle fédérale sur la constitutionnalité du troisiéme amendement . 49 . Elle en conclut que les procédures de restitution n'ont pas violé le droit des requérants à ce que leur ceuse soit entendu dans un délai raisonnable pour déterminer le bien-fondé de leurs droits de caractère civil . Il s'ensuit que le restant de leur requête est manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, § 2 n DECLARE LES REQUETES IRRECEVABLES .
-50-
.Parcesmotif,lC

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 16/07/1976

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.