Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ W., X., Y. et Z. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7427/76
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1976-09-27;7427.76 ?

Analyses :

(Art. 10-1) LIBERTE D'EXPRESSION, (Art. 10-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 10-2) INGERENCE, (Art. 10-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 10-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 11) LIBERTE DE REUNION ET D'ASSOCIATION, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 17) DESTRUCTION DES DROITS ET LIBERTES, (Art. 18) RESTRICTIONS DANS UN BUT NON PREVU, (Art. 5-1) ARRESTATION OU DETENTION REGULIERE, (Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS, (Art. 6-1) ACCUSATION EN MATIERE PENALE, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL, (Art. 6-1) TRIBUNAL INDEPENDANT, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE, (Art. 6-3-b) FACILITES NECESSAIRES, (Art. 6-3-b) TEMPS NECESSAIRE, (Art. 6-3-c) SE DEFENDRE SOI-MEME, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS


Parties :

Demandeurs : W., X., Y. et Z.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 7427/76 Four companies v/AUSTRIA Sociétés W ., X ., Y . et Z. c/AUTRICH E DECISION of 27 September 1976 on the admissibility of the application DÉCISION du 27 septembre 1976 sur la recevabilité de la requêt e
Articfe 4, paragraph 3 (d) of the Convention : The obligation for employers to withhold tax on wages and other contributions of their employees is not compulsory labour and does not go beyond normal civic obligations .
Article I of the Firat Protocof : Even assuming that the losses suffered by the employers in connection with this obligation can be regarded as deprivations of property, this obligation is considered as being necessary to secure the payment of taxes and other contributions . Artfcfe 14 of the Convention, in conjunction with Article 4 of the Convention and A rticfe I of the First Protocof : This obligation is not discriminatory, as it applies to all employers. Article 4, paragraph 3 Idl, de la Convention : L'obfigation faite sans contrepartie aux employeurs de percevoir des impôts et contributions sur les salaires de leurs employés n'est pas un travail obligatoire et n'excéde pas les obligations civiques normales. Article 1 du Protocole additionnef : Méme si l'on admet que les pertes résuftant pour l'employeur de l'exécution de ce tte obligation soient assimilables à une privation de propriété, ce tte obligation est considérée comme nécessaire pour assurer le paie . ment des impôts et autres contributions . Articie 14 de la Convention, combiné avec l'article 4 de la Convention et l'article 1 du Protocole edditionnef : Cette obligation n'est pas discriminatoire, dans la mesure où elle frappe également tous les employeurs . I francais : voir p. 150)
Summery of the facts
The application has been introduced by four industrial companies registered in Austria, represented jointly before the Commission by two managerial agents of the Chamber of Trade and Industry of Upper Austria . The applicant companies complain that under legal regulations existing in Austria they are obliged, without any return to themselves, to calculate and withhold from the wages and salaries of their employees the tax on wages, the contributions to the socia l
- 148 _
security and other simifar contributions and to pay them to the competent authorities ; to withhold from wages and salaries any sums taken in execution of a court judgment ; to pay to their employees family allowences and wages and selaries in case of sickness and to claim compensation from the competent public authorities . The epplicant companies claim that the execution of these various obligations constitutes compulso ry labour going beyond normal civic obligations (Article 4, para . 31d1 of the Convention) and entails an increase of general costs amounting to a deprivation of proper ty (A rtic% 1 of the First Protocol) . In addition this duty is alleged to be of discriminatory nature (Article 14 of the Convention) to the detriment of employers.
THE LAW 1 . The applicant companies have first complained that the legal obligations imposed on them in their quality of employers to calculate and withhold certain taxes, social security contributions etc . from the salaries and wages of their employees amount to compulsory labour . It is true that Art . 4 (2) of the Convention provides that no one shall be forced to perform forced or compulsory labour . Art . 4(3 ) of the Convention contains certain limitations of this right and provides inter alia that any work or service which forms part of normal civic obligations does not constitute "forced or compulsory labour" (Art . 4 (3) Idll . However, even assuming that the concept of forced labour is applicable at all in a case like the present one where the applicants are not natural persons but corporate bodies, and where the duty to do certain work is not a personal obligation but can be carried out with the assistance of employees, the Commission considers that the deduction of taxes, social security contributions etc . from salaries and wages cannot in itself be considered as forced or compulsory labour . The Commission therefore finds that the facts of the present case as they have been submitted by the applicant companies do not disclose any appearance of a violation of the Convention on the ground that the duties imposed on the applicant companies go beyond normal civic obligations within the meaning of Art . 4(3 ) Idl of the Convention . It follows that this complaint of the applicant companies is manifestly ill-founded within the meaning of Art. 27 121 of the Convention . 2 . The applicant companies have further complained that their property rights are violated because they are required to perform the above duties without return considerations and in some cases even suffer an effective loss . It is true that Art . 1 of the Protocol provides that every natural or legal person is entitled to the peaceful enjoyment of his possessions, and that no one shall be deprived of his possessions except in the public interest and subject to the conditions provided for by law and by the general principles of international law . The Commission, however, observes that under para . (2) of the above Article, the right of a State to enforce such laws as it deems necessary inter alia to secure the payment of taxes or other contributions shall not in any way be impaired . In this respect, the Commission has examined the argument put forward by the applicant companies that the exception contained in para . (2) of Art . 1 of the Protocol should be interpreted in such a way that it would only justify the actual withholding of taxes etc . ,
-14g-
and not the imposition of the costs of their collection to persons who are not the tax debtors . The Commission finds, however, that even assuming that losses of property or income suffered by the applicant companies in connection with their above obligations can be regarded as deprivations of possessions within the meaning of Art . 1, para . (1) of Protocol No . 1, they are covered by the exception provided for in Art . 1, para . 12) of the Protocol as being necessary to secure the payment of taxes and contributions . It follows that this complaint of the applicant companies is also manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 12) of the Convention .
3 . The applicant companies have finally complained that the duty to perform certain work imposed on them by the Austrian legislation violates the Convention because it only exists for the employers and thereby does not respect the principle of equality . The Commission has examined this complaint under Art . 14 in conjunction with Art . 4 121 and (3) of the Convention and Art . 1 of the Protocol . Art . 14 provides that the rights and freedoms set forth in the Convention shall be secured without discrimination on any ground such as sex, race, colour, language, religion, political or other opinion, national or social origin, association with a national minority, property, birth or other status . However, the Commission does not consider that the laws applicable in the present case differentiate in any way between groups of persons which can be considered as comparable . Indeed, the Austrian legislation makes no distinction between different categories of employers or companies and any distinction existing between employers and employees, or between employers and social security agencies, are not relevant in this context . This complaint of the applicant companies is therefore equally manifestly illfounded within the meaning of Art . 27 ( 2) of the Convention . For these reasons, the Commission therefore DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE . Résumé des faits La requête a été introduite par quatre entreprises industrielles établies en Autriche, représentées conjointement devant la Commission par deux dirigeants de la Chambre de commerce et d'industrie de Haute-Autriche . Les sociétés requérantes se plaignent qu'aux termes de la réglementation en vigueur en Autriche, elles sont tenues, sans aucun avantage en contrepartie, de calculer et de retenir sur le salaire de leurs ouvriers et employés les imp6ts perçus à la source, les cotisations B la sécurité sociale et autres contributions ane%gues et de les verser aux administrations compétentes de retenir sur les salaires les montants saisis dans le cadre d'une exécution torcée ; de payer à leur personnel des allocations familiales et des salaires en ces de maladie et d'en obtenir remboursement auprés des institutions publiques compétentes . Les sociétés requérantes alléguent que l'exécution de ces diverses obligations constitue un travail forcé dépassant les obligations civiques normales (art . 4, par. 3(d) de la Convention) et entraine un surcroft de frais généraux Aquivalent é une privation de propriété (art. 1 du Protocole additionnel) . Elle aurait en outre un caractére discriminatoire (art . 14 de la Convention) au détriment des seuls employeurs .
_15p_
(TRADUCTION) EN DROI T 1 . Les sociétés requérantes se plaignent en premier lieu que l'obligation légale qui leur est faite, en leur qualité d'employeurs, de calculer et de retenir certains impôts, contributions de sécurité sociale, etc . sur les salaires de leurs employés équivaut à un travail obligatoire . Il est vrai que l'article 4, par . 2 de la Convention stipule que nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire . L'articte 4, par . 3 de la Convention contient certaines limitations à ce droit et précise entre autres que tout travail ou service formant partie des obligations civiques normales ne constitue pas un •travail forcé ou obligatoire- (art . 4, par . 3, litt . d) . Toutefois, à supposer même que la notion de travail forcé ou obligatoire soit applicable dans un cas où, comme en l'espèce, les requérants ne sont pas des personnes physiques mais des sociétés et où l'obligation d'effectuer un certain travail n'a pas un caractére personnel et peut être remplie avec l'aide d'employés, W Commission estime que la perception d'impOts, de contributions de sécurité sociâle, etc . sur les salaires ne peut pas Ptre considérée en elle-même comme un travail forcé ou obligatoire . La Commission est donc d'avis que les faits de la cause, tels qu'ils ont été exposés par les sociétés requérantes, ne révélent aucune apparence de violation de la Convention, en ce que les t8ches imposées aux sociétés requérantes excéderaient les obligations civiques normales, au sens de l'article 4, par . 3 Idl de la Convention . II s'ensuit que cette partie de la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention . 2 . Les sociétés requérantes se plaignenten deuxième lieu que leur droit au respect de leurs biens est violé du fait qu'elles sont obligées d'effectuer les t8ches décrites plus haut sans contrepartie et, dans certains cas, au prix de pertes réelles . Il est vrai que l'article 1 du Protocole additionnel garantit é toute personne physique ou morale le droit au respect de ses biens et que nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . La Commission rappelle toutefois qu'aux termes du paragraphe 2 de cette disposition, le droit des Etats de mettre en vigueur les lois qu'ils jugent nécessaires pour assurer le paiement des impôts ou d'autres contributions est entiérement réservé . A ce sujet, la Commission a examiné l'argument, avancé par les société requérentes, selon lequel la réserve contenue au second paragraphe de l'article 1 du Protocole devrait être interprétée comme se bornant à permettre le fait de percevoir des taxes, sans autoriser pour autant que les frais de leur perception soit mis à la charge de personnes qui ne sont pas débitrices des taxes . De l'avis de la Commission, cependant, même si l'on admet que les pertes en biens ou en revenus subies par les compagnies requérantes du fait de l'obligation en question puissent être considérées comme privation de propriété, au sens de l'article 1, par . 1, du Protocole, elles bénéficient de la réserve du paragraphe 2, comme étant nécessaires pour assurer le paiement d'impôts ou de contributions . Il s'ensuit que ce grief est, lui aussi, manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention
. - 151 -
3 . Les sociétés requérantes se plaignent enfin que l'obligation d'effectuer certaines tiches, que leur impose la législation autrichienne, viole la Convention parce qu'elle ne frappe que les employeurs et n'est donc pas conforme au principe de l'égalité . La Commission a eaaminé ce grief sous l'angle de l'article 14, pris conjointement avec l'article 4, par . 2 et 3, de la Convention et l'article 1 du Protocole additionnel . L'article 14 stipule que la jouissance des droits et libertés reconnus dans la Convention doit être assurée sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation . La Commission estime cependant que les dispositions légales ici visées n'établissent en aucune manière des différences entre des groupes de personnes comparables les uns aux autres . Cette législation autrichienne, en effet, ne distingue pas entre différentes catégories d'employeurs ou d'entreprises ; la différence existant entre employeurs et employés ou entre employeurs et organismes de sécurité sociale est ici sans pertinence .
Cette partie de la requête est donc, elle aussi, manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, par . 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REDUETEIRRECEVABLE .
_1 52 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 27/09/1976

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.