Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ BELKACEM c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Recevable ; jointe à la requête n° 6210/73

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6877/75;6210/73;7132/75
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1976-10-04;6877.75 ?

Analyses :

(Art. 10-1) LIBERTE D'EXPRESSION, (Art. 10-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 10-2) INGERENCE, (Art. 10-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 10-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 11) LIBERTE DE REUNION ET D'ASSOCIATION, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 17) DESTRUCTION DES DROITS ET LIBERTES, (Art. 18) RESTRICTIONS DANS UN BUT NON PREVU, (Art. 5-1) ARRESTATION OU DETENTION REGULIERE, (Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS, (Art. 6-1) ACCUSATION EN MATIERE PENALE, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL, (Art. 6-1) TRIBUNAL INDEPENDANT, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE, (Art. 6-3-b) FACILITES NECESSAIRES, (Art. 6-3-b) TEMPS NECESSAIRE, (Art. 6-3-c) SE DEFENDRE SOI-MEME, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS


Parties :

Demandeurs : BELKACEM
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 6877/75 Mohamed BELKACEM v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY Mohamed BELKACEM c/REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGN E DECISION of 4 October 1976 on the admissibility of the application DECISION DU 4 octobre 1976 sur la recevabilité de la requét e
Article 6, paragraph 3, titt. ( e) of the Convention : Does this provision require definitive or merely provisional freedom from liability to pay the costs of an interpreter T (Application declared admissible ) Article 6 peregrephe 3, litt. e) de la Convention : Cette disposition exige-t-elle la dispense définitive ou seulement provisoire d'avoir à payer les frais d'interpréte ? (Requête déclarée recevable) .
Résumé des faits
(English : see p . 77)
Ressortissant algérien domicilié à Berlin, le requérant a été condamné le 8 avrit 1974 par le tribunal de Bertin-Tierganen à quatre semaines de prison et 500 DM d'amende pour lésions corporelles . Il avait été assisté d'un interpréte durant le procés. Le requérant fut également condamné aux hais et dépens en 665,63 DM, dont 321,95 DM pour les frais d'interpréte . Sur recours, le tribunal régional a contirmé cet état des frais . Devant la Commission, le requérant soutient qu'aux termes de l'article 6, paragraphe 3 (e), de la Convention, la dispense définitive des frais dïnterpréte devait lui étre accordée .
EN DROI T Le requérant se plaint de ne pas avoir été assisté gratuitement d'un interpréte dans la procédure pénale dont il a fait l'objet . II allégue la violation de l'article 6, § 3 e) de la Convention . Le requérant prétend également être victime d'une discrimination par rapport aux nationaux qui comprennent la langue employée à l'audience . La Commission constate que la présente requête souléve les mémes problémes que la requète N° 6210/73, Luedicke c/République Fédérale d'Allemagne, qui a été déclarée recevable par décision du 11 mars 1976' . Dans cette décision la Commissio n
Cf D .R . 4 P . 200 .
- 76 -
a constaté que la requête soulevait des questions, d'une part sous l'angle de l'article 6, 4 3 e), de la Convention, particuliérement en ce qui concerne l'interprétation du terme «gratuitement» figurant dans cette disposition et, d'autre part, sous l'angle de l'article 14 de la Convention pour ce qui concerne la situation des étrangers . La Commission a estimé que les problèmes juridiques soulevés ne pouvaient être tranchés sans un examen de la requête au tond . La Commission a trouvé que la requête n'était ni incompatible avec la Convention, ni manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, § 2, de la Convention et qu'il n'y avait pas d'autres mot'rfs de la déclarer irrecevable . La Commission est d'avis que les motifs qui l'ont conduite à déclarer recevable la requête N° 6210/73 valent également pour la présente requête et que celle-ci doit aussi être déclarée recevable . Dans ces conditions, la Commission estime qu'il est superflu, pour l'instant, d'inviter le requérant à répondre aux observations du Gouvernement défendeur sur la recevabilité de la requéte . Elle note d'autre part que l'une et l'autre de ces requêtes sont dirigées contre la République Fédérale d'Allemagne, dont le Gouvernement, dans la présente affaire, a d'ailleurs déclaré se référer aux observations qu'il avait présentées sur la recevabilité de la requête N° 6210/73 . Vu l'ensemble des similitudes que présentent les deux requêtes, il convient donc que leur examen se poursuive conjointement . Celles-ci seront jointes, conformément à l'article 29 du Règlement intérieur de la Commission . En conséquence, la Commission, tout moyen de fond étant réservé, 1 . DÉCLARE LA PRÉSENTE RECEVABLE . 2 . PRONONCE LA JONCTION DE LA PRÉSENTE REQUETE A LA REQUÊTE N° 6210/73, LUEDICKE contre RÉPUBLIQUE FÉDERALE D'ALLEMAGNE .
Summary of relevant fact s The applicant, an Algerian national domiciled in Berlin was on the 8th April 1974 sentenced to four weeks in prison by the Bedin-Tiergarten court and fined 5Q7 DM for grievous bodily harm . During his trial he had been assisted by an interpreter . The applicant had also been ordered to pay legal costs of 665,63 DM of which 321,95 DM were interpreters fees . On appeal the regional court upheld the statement of costs . Before the Commission, the appticant claims that under Article B, paragraph 3 (e) of the Convention interpreter's fees ought to be waived .
(TRANSLATION ) THE LAW The applicant complains that he was not given the free assistance of an interpreter during the criminal proceedings against him . He has alleged a violation of Article 6 (3) (e) of the Convention . He also claims to be discriminated against on the basis that nationals can understand the language used in the hearing .
-T7-
The Commission finds that the present application raises the same problems as application N° 6210/73, Luedicke against the Federal Republic of Germany', which was declared admissible on 11 March 1976 . In its decision the Commission considered that the application on the one hand raised questions under A rt icle 6 (3) (e) of the Convention, in pa rticular with regard to the interpretation of the term "free" in that provision and on the other hand under Article 14 of the Convention insofar as the provision of foreigne rs is concerned . The Commission found that the legal problems raised could not be se tt led without an examination of the merits of the application . The Commission therefore concluded that the application was neither incompatible with the Convention nor manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention and that there was no other ground for declaring it inadmissible . It is the view of the Commission that the reasons for declaring the application N° 6210/73 admissible also hold good in respect of the present application which, as a consequence, has to be declared admissible . In these circumstances the Commission does not consider it necessa ry to invite the applicant at the present stage to reply to the observations of the respondent Government on the admissiblity of the application . The Commission notes on the other hand that both applirations are lodged against the Federal Republic of Germany and that the respondent Government in the present case have submitted that they refer to their observations on the admissibility of application N' 6210/73 . Having thus regard to all the similarities between the two applications the Commission considers it advisable that they be examined jointly and orders their joinder in accordance with A rt icle 29 of the Rules of Procedure of the Commission . Now, therefore, the Commission without prejudging the merits, 1 . DECLARES THE APPLICATION ADMISSIBLE ; 2 . DECIDES TO JOIN THE PRESENT APPLICATION WITH APPLICATION N° 6210/i3, LUEDICKE AGAINST THE FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY .
See D .R . 4 p . 200
-78=

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 04/10/1976

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.