Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Recevable ; requête jointe à la requête n° 6210/73

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7116/75
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1976-10-04;7116.75 ?

Analyses :

(Art. 10-1) LIBERTE D'EXPRESSION, (Art. 10-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 10-2) INGERENCE, (Art. 10-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 10-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 11) LIBERTE DE REUNION ET D'ASSOCIATION, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 17) DESTRUCTION DES DROITS ET LIBERTES, (Art. 18) RESTRICTIONS DANS UN BUT NON PREVU, (Art. 5-1) ARRESTATION OU DETENTION REGULIERE, (Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS, (Art. 6-1) ACCUSATION EN MATIERE PENALE, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL, (Art. 6-1) TRIBUNAL INDEPENDANT, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE, (Art. 6-3-b) FACILITES NECESSAIRES, (Art. 6-3-b) TEMPS NECESSAIRE, (Art. 6-3-c) SE DEFENDRE SOI-MEME, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 7116/7 5 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY X . c/REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGN E DECISION of 4 October 1976 on the admissibility of the application DECISION du 4 octobre 1976 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paregreph 1 of the Convention : Although in general the right to enjoy a good reputetion is a "civil right", private prosecution proceedings whose purpose is to punish the person who has committed the offence of defamation do not fall within the scope of article 6, pera. (1) (New jurisprudencel . The right of access to courts, contained in article 6, pare . (1), does not include any right to bring criminal proceedings against a third person . Article 6, paragraphe 1, de la Convention : Bien qu'en général le droit de jouir d'une bonne rAputation soit un « droit de caractère civil », la proc6dure de poursuites privées tendant Afe punition de l'auteur de l'atteinte B l'honneur Echeppe à Yepp/ication de lartic% 6, § 1 INouve/k jurisprudence).
Le droit d'acc@s A un tribunal, contenu dans l'article 6, 4 1, ne s'Atend pas au droit de provoquer contre un tiers l'exercice de poursuites pénales .
I franpais : voir p . 93 )
THE FACTS
The applicant is a German citizen, born in 1919 and resident at H . In 1974 he applied to the District Court (Amtsgericht) of H . to issue a summons against a certain Turkish woman for the private prosecution offence of verbal insult which she allegedly had committed against him . The District Court, however, by a decision of . . . February 1975 refused to issue a summons against the person concerned, for the reason that there was no sufficient suspicion of her having committed the offence . The Court stated that no eye-witnesses were available, and that it was not excluded that the applicant himself had also insulted the woman, as she had stated in a hearing before the police. The applicant's appeal (sofortige Beschwerde) against this decision was rejected by the Regional Court (Landgericht) on . . . May 1975 . The Regional Court stated that a summons could only be issued if there was sufficient suspicion against the offender . In the present case, however, there was not enough evidence to make the woman's conviction probable . The District Court had therefore been right in refusing to issue a summons . -
_91_
The applicant now complains, without making express reference to any Article of the Convention, of the alleged injustice of the courts' decisions and of a bias of the courts in favour of the Turkish woman .
THE LAW The Commission has examined whether the applicant's complaints could be considered under Art . 6 (1) of the Convention which provides for certain procedural guarantees 'in the determination of his civil rights and obligations or of any criminal charge against him . '
The Commission first observes that the applicant is not charged with a criminal offence but, on the contrary, was attempting to introduce criminal proceedings against a third person, being a private individual . However, in this respect, the Commission, whose competence to receive complaints from individual applicants under Art . 25 of the Convention is limited to alleged violations of the rights and freedoms defined in Section I of the Convention, has consistently decided that, as no right to institute criminal proceedings is as such guaranteed by the Convention, it consequently has no competence ratione materiae to examine such a claim . It is true that in its decision on the admissibility of Application No . 608/60, Isop v . Austria (Yearbook 5, pp . 108 et seq .) the Commission held that the applicant in that case could validly invoke Art . 6(1 ) of the Convention as applicable in those proceedings which equally concerned a private prosecution . Indeed, the Commission found that the applicant in the Isop case had 'alleged that his opponent had defamed his good name and reputation by the use of highly injurious words and . . . . . . . . . intended by the means given to him by Austrian law to seek the rehabilitation of his honour .' The Commission concluded that 'the right to enjoy a good reputation and the right to have determined before a tribunal the justification of attacks upon such reputation must be considered to be civil rights within the meaning of Art . 6, paragraph (1) of the Convention . '
In the present case the Commission, whilst maintaining the general principle that the right to enjoy a good reputation constitutes a 'civil right' within the meaning of the above provision, considers nevertheless that the proceedings chosen by the present applicant to seek rehabilitation against alleged attacks on his honour, namely by way of private prosecution proceedings, do not fall within the scope of Art . 6 (1) of the Convention . Unlike a civil action for making defamatory remarks which could also have been brought by the applicant unaer Art . 823 of the Civil Code (BGB), a private prosecution is dealt with in normal criminal proceedings and its purpose is to punish the accused person concerned for having committed a criminal offence . However, the right of access to the courts which Art. 6(1 ) of the Convention grants to anyone who seeks the determination of his civil rights does not include any right to bring criminal proceedings against a third person, either by means of a public prosecution or by means of a private prosecution . It follows that the Commission has no competence retione materiae to examine the applicant's complaints and that the application must be rejected as being incompatible with the provisions of the Convention within the meaning of Art . 27 (2) . The Commission therefor e DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
- 92 -
(TRADUCTION ) EN FAIT Le requérant est un ressortissant allemand né en 1919 et demeurant à H . En 1974 il a invité le tribunal cantonal (Amtsgericht) de H . à citer à comparaitre une certaine ressortissante turque en vue d'exercer des poursuites privées pour insultes proférées contre lui . Par décision du . . . février 1975, le tribunal cantonal a refusé de citer cette personne à comparaître, au motif qu'il n'existait pas contre elle de soupçons suffisants . Le tribunal relevait qu'il n'existait aucun témoin oculaire et qu'il n'était pas exclu que le requérant lui-même ait aussi insulté la femme en question, ainsi qu'elle l'avait déclaré à la police . Un recours de requérant contre cette décision (sofortige Beschwerde) fut rejeté pa r le tribunal régional (Landgericht) le . . . mai 1975 . Le tribunal régional notait qu'une citation ne peut étre adressée que s'il existe des soupçons suffisants contre la personne visée . En l'espèce, il n'existait pés de moyens de preuve suffisants pour rendre probable une condamnation de la femme . C'était donc à bon droit que le tribunal cantonal avait refusé de citer . Sans invoquer expressément aucune disposition de la Convention, le requérant se plaint devant la Commission des décisions prétendument injustes des tribunaux, qu'il estime favorables à la ressortissante turque en question . EN DROI T La Commission s'est posé la question de savoir si la présente requête peut être examinée sous l'angle de l'article 6, par . 1, de la Convention, qui reconnait à toute pe rsonne ce rtaines garanties de procédure, s'agissant « soit des contestations sur ses droits et obligations de caractére civil, soit du bien-fondé de toute accusation en matiére pénale dirigée contre elle » .
La Commission relève en premier lieu que le requérant n'est pas sous le coup d'une accusation pénale mais au contraire qu'en tant que pa rt iculier il s'efforçait d'exercer des poursuites pénales contre un tiers . A ce sujet, la Commission, dont la compétence pour examiner des requêtes émanant de pa rt iculiers selon l'a rt icle 25 de la Convention est limitée à la viotation alléguée d'une violation des droits et libe rtés énoncés au Titre I de celle-ci, a toujours estimé qu'elle n'était pas compétente ratione materiae pour examiner une requ0te de ce genre, parce que la Convention ne garantit, comme tel, aucun droit à exercer des poursuites pénales . II est vrai que dans sa décision sur la recevabilité de la requête N° 606/60, Isop contre Autriche (Annuaire 5, pp . 109 et ss .), la Commission é tait d'avis que l'article 6, par . 1, pouvait valablement être invoqué dans une procédure concernant également des poursuites privées . En effet, dans l'affaire Isop, la Commission avait relevé que « le requérant a soutenu que son adversaire avait po rt é a tt einte à sa bonne réputation en employant des mots extrêmement injurieux et que, par les moyens que lui offrait la loi autrichienne, il entendait réhabiliter son honneur » . La Commission avait trouvé que « le droit de jouir d'une bonne réputation et le droit d'obtenir qu'un tribunal décide si l'atteinte portée à cette réputation correspond 9 la vérité doivent être considérés comme des droits de caractére civil, au sens de l'a rt icle 6, par. 1, de la Convention » . En l'espèce, la Commission, tout en persistant à penser que, d'une manière générale, le droit de jouir d'une bonne réputation constitue un a droit de caractère
- 93 -
civil n, au sens de la disposition susmentionnée, considére néanmoins que la procédure choisie par le présent requérant pour obtenir la réhabilitation de son honneur aprés les attaques dont il avait été l'objet, c'est-à-dire la procédure de poursuites privées, ne tombe pas sous le coup de l'article 6, par . 1, de la Convention . Contrairement à une action civile pour propos diffamatoires, action que le requérant aurait pu intenter en application de l'article 823 du code civil (BGB), les poursuites privées s'exercent par la voie d'une procédure pénale normale dont le but est de conduire à la punition d'une personne accusée d'avoir commis une infraction pénale . Or le droit d'accés à un tribunal, que l'article 6, per . 1, reconnaît à toute personne qui désire obtenir une décision portant sur ses droits de caractére civil, ne s'étend pas à un droit de provoquer contre un tiers l'exercice de poursuites pénales, qu'il s'agisse de poursuites privées ou de l'exercice de l'action publique . Il s'ensuit que la Commission n'a pas compétence ratione materiae pour examiner la requéte et que celle-ci doit être rejetée comme incompatible avec les dispositions de la Convention, au sens de son article 27, par . 2 .
Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REOUETE IRRECEVABLE .
- 94 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 04/10/1976

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.