Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partly admissible ; partly inadmissible

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7045/75
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1976-12-10;7045.75 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 7046/7 6 X . v/AUSTRIA X . c/AUTRICH E DECISION of 10 December 1976 on the admissibility of the application DECISION du 10 décembre 1976 sur la recevabilité de la requête
Article 25 of the Convention : The Commission cannot examine in abstracto the compatibility of law with the Convention . The person who is unable to demonstrete that he is personelly affected by the application of the law he criticises, cannot claim to be a victim of a viofation of the Convention. Article 25 de la Convention : La Commission ne peut examiner in ebstrecto la compatibilité d'une loi avec la Convention. Ne peut se prEtendre victime d'une violation de la Convention celui qui est incapable de montrer quil est personnellement affecté par l'application de fa loi quïf critique.
Summery of the facts ( franpeis : voir p. 89 1 Sections 96 to 98 of the new Austrian Penal Code, promulgated on 29 January 1974 (BGBI, N° 60/1974) and entered into force on 1 January 1975, decriminalise, under certain conditions, the voluntary interruption of pregnency carried out by a physician within the first three months after its beginning . An objection made to these provisions wes re%cted by the Austrian Constitutionel Court on 11 October 1974 (Collection of Decisions of the said Court, case N° 74Ltl/ 19741 . The applicant, born in 1925, married and father of three chiidren, is member of a civic association . In asking the Commission to find the new legislation contrary to the Convention, the applicant considers that he is fudiifing a duty incumbent on every Austrian citizen .
THE LAW The applicant complains that the adoption by the Austrian legislation of new rules governing the punishability of abortion (introduction of a three-months period of impunity if the interruption of pregnancy is carried out under certain conditions) violates on the one hand the right to life, and on the other hand the right to the respect for private and family life as guaranteed by the Convention . The applicant invokes Art . 2 (1) of the Convention which provides that everyone's right to life shall be protected by law . Intentional deprivation of life is not permitted
- 87 -
under the Convention except in certain cases enumerated in the second sentence of Art . 2 (1) and in Articles 2 (2) and 15 (2) of the Convention . The applicant further invokes Art . 8 of the Convention which ensures everyone's right to respect for i .a . his private and family life, and which allows public interferences with the exercise of this right only in accordance with the law and where it is necessary in a democratic society for certain purposes including the protection of heahh and morals and the protection of the rights and freedoms of others . However, it is clear from Article 25, para ( 1) of the Convention that the Commission can receive an application from a person, non-governmental organisation or group of individuals only if such person, non governmental organisation or group of individuals claims to be a victim of a violation by one of the High Contracting Parties of the rights set forth in the Convention .
In this respect the Commission recalls its earlier case law according to which the Commission is competent to examine the compatibility of domestic legislation with the Convention onty with respect to its application in a concrete case, while it is not competent to examine in abstracto its compatibility with the Convention . The Commission would in particular refer to its decision of 29 May 1961 concerning a similar rase with regard to the introduction of new abortion legislation in Norway where the above principle was applied (application No . 867/60, Collection of Decisions vol . 6, p . 34) . The Commission would also refer to its recent decision of 19 May 1976 as to the admissibility of application No . 6959/75 ID .R . 5 p . 103) where it developed the above principle in the sense that application of the law in a concrete case must not necessarily mean its application by a judicial or other authority . It is sufficient that the applicant is immediately concerned by it . The Commission has examined the present case under the criteria laid down in the decision just mentioned . Both as regards the right to life and the right to respect for private and family life the applicant in the present case does not pretend that the relevant provisions of the new Austrian Penal Code have been, or will be, applied in a case in which he has a personal interest, or that they otherwise affect himself or his own private and family l'rfe . The arguments submitted by the applicant in order to show that he is concerned by this legislation am styled in a rather general way . In fact he says that every citizen of Austria is concerned by the new legislation because of its effect for the future of the nation and for the moral and legal standard of the nation . He also says that he is prepared to be nominated curetor to act on behalf of the unborn in general . With regard to private and family life he has stated that the new legislation interfered with the private and family life of every family in Austria because it left the decision on abortion to the wife andd daughter alone . However respectable the applicant's motives may be, his above-mentioned arguments do not show that he can claim to be affected by the new legislation in another way than any other citizen of Austria . They rather tend to prove that it is his intention to bring an actio populeris against the provisions concerning the impunity of certain cases of abortion . In these circumstances the Commission concludes that the matters raised by the applicant are abstrect questions within the meaning of the Commission's constant case law . It follows that the applicant cannot with regard to these matters pretend to be a victim of violations of the Convention . The application is therefore ratione persone e
- 88 -
incompatible with the provisions of the Convention and must consequently be rejected under Art . 27 para . (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE . Résumé des talts Les articles 96 à 98 du nouveau code pénal autrichien, publié le 29 janvier 1974 (BGBI., N° 60/1974) et entré en vigueur le 1 - janvier 1975, déciarent non punissable, sous certaines conditions, l'interruption volontaire de la grossesse pratiquée par un médecin durant les trois premiers mois de celle-ci . Un recours contre ces dispositions a été rejeté par la Cour constitutionnelle autrichienne le 11 octobre 1974 (Recueil des arrêts de cede Cour, attaire N° 7400/1974) .
Le requérent, né en 1975, marié et pére de trois enfants, est membre d'une association de cerectére civique. En demandent é la Commission de dire que la nouvelle législation est contraire é la Convention, il estime remplir un devoir incombant A tout citoyen autrichien.
(TRADUCTION ) EN DROI T Le requérant se plaint que l'adoption par le Législatif autrichien de nouvelles dispositions relatives au caractère punissable de l'avortement (introduction d'un délai de trois mois durant lequel l'interruption de la grossesse n'est pas puniaaable si elle est effectuée dans certaines conditions) viole d'une part le droit à la vie, d'autre part le droit à la vie privée et familiale, tels que ces droits sont garantis par la Convention . Le requérant invoque l'article 2, § 1, de la Convention, aux termes duquel le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi . La mort ne peut être infligée intentionnellement, selon la Convention, que dans certains cas énumérés dans la deuxiéme phrase de l'article 2, § 1, dans le deuxième paragraphe de l'article 2 et dans le deuxième paregraphe de l'article 15 de la Convention . Le requérant invoque en outre l'article 8 de la Convention, qui reconnalt à toute personne le droit au respect de sa vie privée et familiale et n'autorise l'ingérence d'autorités publiques dans l'exercice de ce droit que si cette ingérence est prévue par la loi et est nécessaire, dans une société démocratique, pour certains motifs parmi lesquels la protection de la santé et de la morale ou celle des droits et libertés d'autrui . Cependant, il résulte sans équivoque de l'article 25, § 1, de la Convention que la Commission ne peut recevoir une requête émanant d'un particulier, d'une organisation non gouvernementale ou d'un groupe de particuliers que si ceux-ci se prétendent victime d'une violation, par une Haute Partie Contrectante, d'un des droits et libertés énoncés dans la Convention . La Commission rappelle à ce sujet sa jurisprudence antérieure selon laquelle la Commission n'est compétente pour examiner la compatibilité d'une loi nationale avec la Convention que dans l'application de cette loi à un cas concret, mais qu'elle ne l'est pas pour examiner in ebstrecto la compatibilité de cette loi avec la Convention . La Commission se référe en particulier à sa décision du 29 mai 1961 concernant une situation analogue : l'introduction en Norvége d'une nouvelle législation sur l'avorte-
-89-
ment, où il a été fait application du principe ci-dessus (Requête N° 867/60, Recueil 6 p . 34) . Elle se réfère également à sa récente décision du 19 mai 1976 sur la recevabilité de la requête N' 6959/75 (D .R 5 p . 10 où elle a développé ce principe en ce sens .31 que l'application de le loi à un ces concret ne signifie pas nécessairement son application par une autorité judiciaire ou autre . Il suffit que le requérant soit directement visé par ladite loi . La Commission a examiné la présente requête en faisant application des critére . sdévelopancisquvetd'êré En ce qui concerne tent le droit à la vie que le droit au respect de la vie privée et familiale, le présent requérant ne prétend nullement que les dispositions pertinentes du nouveau code pénal autrichien ont été ou seront appliquées dans un cas où il a un intért?t personnel ou que, de toute autre maniére, elles l'affectent lui-même ou sa propre vie privée et familiale .
Les arguments avancés par le requérant pour montrer qu'il est visé par cette législation sont fonnulés en termes assez généraux . Il prétend en réalité que tout citoyen autrichien est visé par les nouvelles dispositions en raison de leurs conséquences pour l'avenir du pays et pour les norrnes moreles et juridiques qui y prévalent . Il déclare ensuite qu'il est prêt à être désigné comme curateur agissant pour le compte des enfants à naPtre en général . Quant à la vie privée et familiale, il soutient que la nouvelle législation constitue une ingérence dans la vie privée et familiale de toutes les familles autrichiennes parce qu'elle réserve aux seules femmes et filles la décision de provoquer un avortement . Quelque honorables que puissent être les prêoccupations du requérant, les arguments qu'il avance ne montrent nullement qu'il peut prétendre être affecté par les dispositions nouvelles autrement que comme n'importe quel autre citoyen autrichien . Ils témoignent plutôt de son intention d'exercer une « actio popuiaris » contre les dispositions prévoyant l'impunité pour certains cas d'avortement . La Commission en conclut que les questions soulevées par le requérant constituent un probléme abstrait, au sens de la jurisprudence constante de la Commission . Il s'ensuit qu'en ce qui concerne ces questions, le requérent ne peut se prétendre victime de violations de la Convention . La requête est donc incompatible ratione personae avec les dispositions de la Convention et doit être rejetée conformément à l'article 27, § 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REQUETEIRRECEVABLE .
-9g-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 10/12/1976

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.