Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ HAASE c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partly admissible ; partly inadmissible

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7412/76
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1976-12-11;7412.76 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : HAASE
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 7412/76 Dieter HAASE v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN YDietrHASEc/RPUBLIQFDEA'LMGN E DECISION of 11 December 1976 on the admissibility of the application DECISION du 11 décembre 1976 sur la recevabilité de la requ9t e
Article 5, paragraph 3 of the Convention : Reasonable time . Applicant accused of espionege kept in detention on remend 3 times for a total length of 28 months . Complaint declared admissible . Articfe 6, paragraph 1, of the Convention : Reasonable time (criminal) . Proceedings having lasted 6 yeers and two months, from first arrest till conviction in first instance . Complaint declared admissible . Article 5, paragraphe 3 de la Convention : Délai raisonnable . tncufpé d'espionnage maintenu en détention provisoire B trois reprises pendant 28 mois au total . Grief déclaré recevebte . Article 6, paregrephe 1, de la Convention : DAtai reisonneble IpAneh . Procédure ayant duré 6 ans et 2 mois, de la premiPrrr arrestation B la condamnation en première instance . Grief dAclaré recevebte . Ifrançais : voirp . 1371
THE FACTS
The facts of the case as presented by the Parties and apparently not in dispute between them may be summarised as follows : The applicant is a German national, born in 1937 and at present detained in prison on remand in Munich . He is a lew graduate and a reserve captain of the Federal armed forces . He is divorced . He is represented before the Commission by Mr K . Hagen, a barrister practising in Munich .
A . As concerns the applicant's detentio n 1970 1 . The applirant was provisionally apprehended on 26 March 1970 and, by virtue of the warrant of arrest issued by the investigating judge of the Federal Court of Justice of 27 March 1970, remanded in custody . It appear that he was suspected of having committed espionage for an intelligence service of the German Democratic Republic since 1962 . It was considered that there was a danger of his absconding, in particular as he was divorced and had no children ; his professional ties were not strong enough to restrain him ; and it was known that agents for eastern intelligence were inclined to obey calls to escape to East Berlin or the Soviet occupied zone .
_127_
On 14 July 1970 the applicant requested to be released from detention . By order of 24 July 1970 the investigating judge refused the request . On 12 August 1970 upon the applicant's request, an oral remand hearing was held before the investigating judge of the Federal Court of Justice . On 13 October 1970, by way of the statuto ry examination of the detention on remand, the 3rd criminal division of the Federal Cou rt of Justice ordered that detention on remand should continue . The applicant raised an objection IBeschwerdel against this order and on 12 November 1970 the objection was rejected as inadmissible . On 16 December 1970, on the applicant's request, an oral remand hearing was again held . The applicant then challenged the juges who had pa rt icipated in the decision of 12 November 1970 alleging that they were biased . 1971 On 25 January 1971 this challenge was dismissed as unfounded . By order of 16 February 1971 the 3rd criminal division of the Federal Court of Justice ordered the continuation of detention on remand . On 23 March 1971, in the remand prison at Cologne, the applicant was heard by the investigating judge on his situation as to detention . Again on 27 May and 9 September 1951 this court took decisions continuing the applicant's detention . On 9 November 1971 the investigating judge at the Bavarian Supreme Land Court added to the reason given for detaining the applicant the further reason that there also was risk of collusion . However, the enforcement of the warrant of arrest was conditionally suspended . The applicant was released from remand custody on condition i .a . that he refrained from contacting his previous principals in East Berlin . 1973 2 . On 20 September 1973 the Federal Prosecutor's Office requested the investigating judge to revoke the suspension of the enforcement of the warrant of arrest . Thereupon, under order of 18 October 1973, the warrant of arrest was again enforced . The judge held that the applicant had grossly breached the conditions for release in that he had not only written but also sent an envoy six times to East Berlin . The applicant was taken into custody on 22 October 1973 and brought before the investigating judge on the following day . However, on 26 November 1973, the 3rd criminal division of the Federal Court of Justice, having consulted the parties, decided to again conditionally suspend the enforcement of the original warrant of arrest . Although the applicant was still under heavy suspicion the court found no sufficient risk of collusion . There was still the risk of his absconding but the court held that the restrictions imposed on the applicant were sufficient to restrain him . 3 . Following the filing of the indictment by the Federal Prosecutor's Office against the applicant with the 3rd criminal division of the Bavarian Supreme Land Court, this court issued on 25 September 1975a new warrant for the applicant's arrest . The court held that the applicant might abscond even considering the length of his previous detention . The applicant was now enabled to predict the length of his sentence in case of conviction and it was clear that the new situation contrasted with his previous understanding of the penal consequences of his behaviour . The court also pointed out that the applicant had n o
- 128 _
lasting employment and no fixed family relations and, moreover, good knowledge of several foreign languages . Thus, the applicant was again arrested on 29 September 1975 and brought before a judge on the following day . On 1 October 1975 the 3rd criminal division of the Bavarian Supreme Land Court having heard the applicant upheld the renewed execution of the warrant of arrest and submitted the files to the Federal Court of Justice for e remand hearing . It was added that the continued detention of the applicant was not disproportional to the importance of the case and a sentence he might expect . 1975 On 7 November 1975 the Federal Court of Justice, having consulted the parties, decided that the applicant should be kept in continued custody on remand and that their next review would be in three months . Up to that time the reviews would be made through the Bavarian Supreme Land Court . The reasons for further detaining the applicant were in particular that he was heavily suspected of having committed the acts described in the indictment . It was true that the applicant had withdrawn certain confessions but the suspicion of treason was based on statements by several witnesses . The court related the risk of the applicant's absconding to the severe charges made against him, his loose family ties, his knowledge of languages, his possible trust that he might receive assistance from the GDR and a statement that he had put money aside . In these circumstances the court gave no weight to a statement by a professor B . Idated 30 October 1975) who excluded from a medical point of view any risk that the applicant might abscond . The court stated that the applicant's fitness for detention would be examined in connection with an examination on his criminal responsibility which had previously been ordered (cf . below) . The court concluded that the continuation of the applicant's detention in these circumstances was not out of proportion to the importance of the case, the severity of the charges and, in case of conviction, the sentence which might be expected . On 29 December 1975 the Bavarian Supreme Land Court held an oral remand hearing following a request by the applicant . 1976 This court then ordered on 5 January 1976 the continuation of the remand custody . Finally on 28 January the Federal Court of Justice dismissed i .a . the applicants objection to that order as unfounded . The applicant's trial began on 5 February 1976 before the Bavarian Supreme Land Court and on 19 May 1976 he was convicted of treason against the State of an especially serious nature in a unity of deed with continuous violation of official secrecy and continuous corruption, and sentenced to 11 years' imprisonment . Ae concerns certaln medical evidenc e Finally the applicant has submitted various medical documents . It appears i .a . that the Cologne Prison Psychiatrist Dr . J . examined the applicant on 31 March 1971 and considered that his deprivation of liberty caused precarious detention damage Ibedenkliche Haftschiidenl . Further, on 22 December 1975 Dr . W . e neurologist in Hannover found the applicant to be suffering from cyclothymia (manic-depressive illness) and the doctor expressed his considerable doubts (erhebliche Bedenken) about the continued detention of the applicant .
- 129-
As concerns the determination of the charge s Concurrently with the proceedings outlined under A . above, the authorities also proceeded with the investigation of their suspicions against the applicant . 1970 Following his apprehension on 26 March 1970 the applicant was brought before the investigating judge on 27 March 1970 and he denied the allegations made against him . Thereupon, he was interrogated on three days in April, five days in May, eight days in June, five days in July (when he was also refused release) and (apart from the remand hearing) two days in August 1970 . On 16 September 1970 the Federal Prosecutor's Office asked the expert in the Federal Ministry of Defence to give an expert opinion on papers seized from the applicant and originating in the Federal Armed Forces . The applicant was interrogated again on two days in October and November 1970 Ileaving aside the detention proceedings) . On 16 November 1970 the Federal Bureau of Criminal Investigations, rendered an interim report and transmitted the papers to the Federal Prosecutor's Office where they were received on 20 November 1970 . By that time 269 persons had been interrogated, some by the police, others by a judge . By letter of 2 December 1970 the Federal Prosecutor's Office asked the Federal Minister of Defence when the expert opinion would be ready . The applicant was again interrogated once in December still denying the acts of treason with which he was charged land there was a remand hearing) . On 22 December 1970 the Federal Prosecutor's Office applied to the investigating judge of the Bavarian Supreme Land Court for judicial preliminary investigation proceedings . 1971 By order of 4 January 1971 these proceedings were opened, and on 11 January the expert of the Federal Ministry of Defence rendered a provisional expert opinion . By letter of 16 February 1971 (which was the same day as continued detention was ordered) the applicant's counsel submitted that the Bavarian Supreme Land Court had no local jurisdiction, which submission was adoped by the applicant on 19 February . On 8 March 1971 this submission was rejected by the 3rd criminal division of the Bavarian Supreme Land Court . On 10 March 1971 the applicant informed the investigating judge that from then on he would make no more statements . On 22 and 23 March 1971, in the rooms of the Federal Bureau of Criminal Investigation, the investigating judge sifted the seized documents and property, and on 6 April 1971 the evidence seized was taken to Munich . On the same day the investigating judge sent the files of the case to the Federal Bureau of Criminal Investigation for inspection by counsel for the defence (who finished on 23 April 1971) . On the following two days the judge examined an important witness . The applicant, by letter of 25 April 1971, informed the investigating judge that he would make no more statements before 30 May 1971 . On 6 May 1971 the investigating judge sent the files to the Federal Prosecutor's Office for the remand hearing before the Federal Court of Justice .
- 130 -
Interrogation of the applicant continued on nine days in June 1971 and on 8 July the applicant declared that he was now determined to make a confession . Then the applicant was interrogated on ten deys in July, twelve days in August and further on twenty-one days in September 1971 (during which month there also was a decision on his detention) . Further interrogations of the applicant followed on 14 days in October . His divorced wNe was heard on two days in November and the applicant once again before he was released . 1972 Once in February and five times in March 1972 the applicant's wife was heard again . The applicant was also interrogated again on nine days in July 1972 . Then he was seriously injured in a traffic accident and could not be heard for a considerable time . In the meanwhile on 18 May 1972 the investigating judge asked the Federal Prosecutor's Office for its observations on the proposed release of certain documents and property seized from the applicant . The observations were made on 23 June 1972 . 1973 On 24 April 1973 the investigating judge ordered the release to the applicant of a great number of seized documents and property . The applicant was interrogated egain twice in May 1973 and a particularwitness was heard on five days in September . Events in the remainder of the year concerned the applicants rearrest and further release . 1974 On 22 February 1974 the judicial preliminary investigation was closed . The investigating judge's report on the progress and the result of the judicial preliminary investigations ran to 294 pages . He also rendered an extensive documentation of the applicant's activities from 1958 to 1970 . The report and documentation together amounted to about 900 pages . According to the findings made in the judicial preliminary investigation the applicant, in the course of ten years, delivered to the people employing him as a spy about 80,000 pages of a variety of reports and papers . The volume of documents which had to be examined was about the same size . On 25 February 1974 the applicant challenged the investigating judge alleging that he was biased . The challenge was later dismissed as being devoid of substance . The applicant was interrogated on two occasions in April 1974 . On 9 April 1974 the Federal Prosecutor's Office requested the expert in the Federal Ministry of Defence to give a final expert opinion on the applicant's treacherous activities and in November 1974 the Federal Prosecutor's Office asked the Minister of Defence to increase the personnel of the expert section of the Ministry in view of the extraordinary dimensions of the applicant's activities on which the expert opinion was to be rendered . 1975 This was implemented in January 1975 and the expert opinion was delivered on 4 June 1975 . On 25 August 1975 the Federal Prosecutor's Office closed the investigation and filed an indictment against the applicant with the 3rd criminal division of the Bavarian Supreme Land Court charging him with treason against the State of an especiall y
- 131 -
serious nature, continuous violation of official secrecy and continuous corruption . The files for the proceedings comprised 38 volumes of case-files, 7 volumes of supplementary or special files and 60 volumes of evidence . The indictment was received by the court on 2 September 1975 . (lt is recalled that the applicant was subsequently arrested for the third time and there were remand proceedings . ) On 9 October 1975 the 3rd criminal division of the Bavarian Supreme Land Court ordered that the applicant be examined as to his criminal responsibility . On the next day Prof . Dr . M . of the Institute for Forensic Medicine of Munich was appointed to give his opinion .
In October the apartment of the applicant's mother was searched and in particular on 23 October 1975 a barrister, Mr B ., was assigned to the applicant as appointed defence counsel . The applicant's chosen counsel, Mr Hagen, filed a notice of objection dated 4 November 1975 against that appointment . This was rejected as inadmissible by the Federal Court of Justice on 1 December 1975 . On 4 December 1975 the expert Prof . Dr . M . gave the court a short version of the results of his examination . On 9 December 1975 the applicant challenged the reporting judge of the 3rd criminal division of the Bavarian Supreme Land Court alleging that he was biased . The applicant also challenged on 11 December the presiding judge and two associate judges on similar grounds . These challenges were dismissed on 22 December 1975 as unfounded .
In the meantime on 12 December 1975 the indictment preferred by the Federal Prosecutor was admitted and the main proceedings opened . On 15 December counsel appointed to defend the applicant requested to be relieved on account of the applicant's distrustful behaviour towards him . On the same day this request was granted and two other lawyers MM . P . and F . were designated as appointed detence counsels . By order of 19 December 1975 the oral hearing was fixed for 5 February 1976 and the following days . (It is recalled that on 29 December the court heard the applicant concerning his detention . ) Finally on 30 December 1975 the applicant challenged the reporting judge again and also the court clerk alleging that they were both biased . 1976 The Bavarian Supreme Court rejected on 8 January 1976 the above challenges as inadmissible (having previously ordered the applicant's continued detention) . Professor Dr . M .'s neurologic medical expert opinion comprising 166 pages was received on 14 January 1976 . On 2B January 1976 the Federal Courtof Justice dismissed the applirant's objection against the seizure of letters (and also his objection against detention) . On 5 February 1976, as previously stated, the applicant's trial began . It lasted three and a haN months . 62 witnesses were questioned and 16 expert witnesses heard . The applicant preferred a total of 20 challenges against members of the divisional court and some expert witnesses . All the challenges were dismissed, some of them being rejected as inadmissible because they were made with intention to delay the proceedings . It is finally recalled that the Bavarian Supreme Land Court convicted and sentenced the applicant on 19 May 1976 . The applicant has lodged an appeal (Revision) to the Federal Court of Justice .
_132_
THE COMPLAINT S The applicant alleges violations of - Art . 3 of the Convention in that he is detained although he is suffering from a spinal disease and cyclothymia, neither of which is adequately treated by the prison doctor• ; - of An . 5111, (3) and (4) of the Convention in that there exist no valid reasons for his arrest since November 1971 ; and - Art . 6 (1), (2) and (3) (b, c and d) of the Convention in that he has been treated for more than 2,145•• days contrary to the presumption of innocence and that his attempts to lead a normal life and to found a family have been frustrated by his repeated arrest . He alleges that he is not capable of taking part in the proceedings and defending himsel( because of his state of health ; he cannot inspect the files and discuss them with his defence counsel . ill . THE PROCEEDING S The application was introduced on 22 January 1976 . The Rapporteur carried out his first preliminary examination as to the admissibility of the application on 3 March 1976 and the application was registered on 4 March 1976 . The Rapporteur presented his Report, provided for in Rule 40 of the Commission's Rules of Procedure, to the Commission . On 20 May 1976 the Commission, having deliberated, decided to give notice of the application, in accordance with Rule 42 (2) (b), to the Government of the Federal Republic of Germany, and to invite the Government to submit before 19 July 1976 its observations in writing on the admissibility of the complaints made under Arts . 6 (1) and 5 (3) of the Convention concerning the length of the applicant's proceedings . The respondent Government submitted their observations on the date so fixed . In accordance with the irutructions of the Commission's President these observations were communicated to the applicant who was invited to submit before 23 August 1976 any written observations he might wish to make in repty . Following the applicant's request the President agreed on 20 August 1976 to extend the applicant's time limit to 10 September 1976 . Observations were submitted by the applicant on 24 August and 8 September 1976 . The Rapporteur presented his second report dated 28 September 1976 to the Commission . By letter of 4 November 1976 the respondent Government submitted a reply to the applicant's observations in reply on the admissibility, which was communicated to the applicant for information . The applicant submitted further argument on 6 December 1976. The Rapporteur informed the Commission of these recent development in his report dated 23 November 1976 and orally at the present session .
• It vwuld seem, ahhouah, that the applicant is not pursuinp this allegation (under An . 31 since he is planning to take anion under anicle 23 of the Introductory Act to the Judicature Act . •' A1 the tirne of lodging the appiicetion .
-133-
IV . THE SUBMISSIONS OF THE PARTIE S A . Observetions by the respondent Government As to Art. 5 (3) of the Conventio n The respondent Government observed that the applicant had been in remand custody three times . In judging the length of his pre-trial detention they relied on the judgment of the European Court of Human Rights in the Wemhoff Case (Yearbook 1968 pp . 802, 8031 . Accordingly the period of detention, with which Art . 5 (3) was concerned, ends with the day the charge is determined by a court of first instance . a) The period of detention from 26 March 1970 to 9 November 197 1 The respondent Government referred to the jurisprudence of the Wemhoff Case (Yearbook 1968, pp . 604-6071 according to which the question of a violation of Art . 5 (3) depends on whether the reasons given by the national authorities to justify continued detention are relevant and sufficient to show that detention was not unreasonably prolonged . They alsorecalled that even detention on account of danger of suppression of evidence may be justified in view of the character of the offences charged and the extreme complexity of the case . The Government submitted that these requirements were fulfilled as regards this first period of detention . They pointed in particular to the exceptionally extensive investigations under this period . Reference was made to the report by the investigating judge . Accordingly, in order to clear up the offences, 269 persons were heard from March to December 1970 alone, apart from the applicant who was i .a . continuously interrogated from June 1971 to his release . The Government also pointed to the delaying tactics of the applicant and when it was found out that his confessions were largely false, another 50 days of interrogations were required . The Government finally mentioned, referring to the Wemhoff Case, that the interests of the accused should not stand in the way of the efforts of the judges to clarity fully the facts . b) The period of detention from 22 October to 26 November 1970 The respondent Government observed that this period of detention was relatively short and the applicant's re-arrest was solely due to his own behaviour-in that he grossly breached the conditions of his release . Thus, they submitted that a violation of Art . 5 (3) was out of the question . The Government stressed that the applicant-as on the other arrests-was brought promptly before a judge . c) The period of detention from 29 September 1975 to 19 May 1976 The respondent Government recalled that when the indictment had been filed, there was a considerable danger that the applicant might flee to the German Democratic Republic . They also pointed out that in spite of the applicant's many attempts to delay the progress of the proceedings by making unfounded or inadmissible applications, the proceedings were expedited with considerable energy . The Government did not consider that the trial itseH was unreasonably long having regard to the applicant's attempts to obstruct the proceedings and the complexity of the case . 2 . As to Art. 6 ( 1) of the Conventio n The respondent Government re-stated, referring to Art . 6 I11, that the applicant's right to have the charges determined within a reasonable time was not violated in respect of the time during which he was detained . Consequenth , in their fu rt he r
-134-
submissions, as far as the length of proceedings is concerned, the question arises whether du ri ng the time from his release on 9 November 1971 to his arrest on 25 September 1975, there has been an unreasonable delay . In the Government's view this was not the case . 1972 They recalled that in 1972 and 1973 the judicial preliminary investigation which could not be closed before 1974, was continued . In this investigation considerable d'rfficulties had to be overcome . The judge in charge of the investigation reported on 5 February 1974 that his initial, rough evaluation of the applicant's statements, which was supplemented by extensive interrogation of witnesses in March 1972, showed that large parts of the applicant's revelations were false . The applicant, whose occupation had to be taken into consideration, was heard again in July in the presence of a military expert and he now gave new versions incriminating third persons . The judge also reported that the statements of the applicant had been taken down in shorthand and the transcription took some time . Then the defence was granted inspection of the files in September and October 1972 . The statements taken down in shorthand had to be confirmed and the applicant was interrogated on 29 December . However, as the applicant had purposefully and systematically obscured and confused large parts of his deeds, the authorities therefore proceeded to an extensive analysis and documentation of the evidence which was concluded in April 1973 . Parallel with this work notes made by the applicant and banking vouchers were thoroughly exemined . This took many months, but brought the most valuable knowledge .
1973 Finally, according to the report of the judge, the provisional result required further interrogation on a number of further offences which had been discovered . This interrogation was held on 2 and 3 May 1973, but was brusquely broken off by the applicant who was very depressed by the results of the analysis . He promised, however, to make further statements, but no further statements on the case were made by him thereafter . The respondent Government pointed out that it was lawful for the applicant to deny the charge but, on the other hand, he must then put up with delays of the proceedings caused by his deceptive and obscuring mano3uvres . 1974/75 The respondent Government observed that in 1974/75 the speedy progress of the proceedings was hindered by the inability of the expert in the Federal Ministry of Defence to render his opinion in a short time . However, the Prosecutor had successfully urged a speedy delivery of the expert opinion and, therefore, in the Government's submission, the requirements which can reasonably be set up under Art . 6 (1) were fulfilled . Finally the Government referred to the facts submitting that these show that the further proceedings were expeditiously conducted with the result that, not quite a year later, the applicant was sentenced to 11 years' imprisonment .
- 1 35 -
3 . Conclusio n The respondent Government concluded that the facts did not give reason to assume that the Federal Republic of Germany had violated Art . 5 (3) and Art . 6 11) of the Convention, and they submitted that the application should be considered inadmissible in accordance with Art . 27 because it was man'rfestly ill-founded . B . Observations in reply by the applican t The applicant submitted in reply that the length of his detention was inhuman and he apparently considers that his detention, as well as his sentence, was out of proportion .
In particular he considers that his detention has hit him hard and he refers to the medical cenificates of Mr J . and Dr . W . He maintains that he is still not being given sufficient medical attention and he is requesting remission of his detention . The applicant states that he had on the material before the Court estimated that he could expect a sentence of three-and-a-half years, and he recalls that the prosecutor, subsequent to the confessions, had thought that six years could be expected . He refers also to the length of his detention seen in relation to the break in his professional activity and his considerably reduced criminal responsibility, as confirmed by Professor M . The applicant has difficulty in understanding the point made by the respondent Government when citing the report of the examining judge . He points out that his revelations and confessions were substantially included in the indictment and not disregarded by the Court later . He points out that he had been in solitary confinement for quite some time and the judge encouraged him to make statements which he exaggerated because he wanted to get out of detention . His later withdrawal of his confessions was due to the disappointment with being back in jail and could not be held against him since he was in bad mental condition . V . THE LA W 1 . The applicant was first arrested on 26 March 1970 on a charge of having committed espionage for an intelligence service of the German Democratic Republic since 1962 . On 25 August 1975 the Federal Prosecutor's Office filed the indictment against the applicant with the Bavarian Supreme Land Court acting as the Court of first instance . The applicant was convicted in this Court on 19 May 1976 . In the meantime he had been released on 9 November 1971 . He had, however, been detained again from 22 October 1973 to 26 November 1973 . He had been rearrested on 29 September 1975 . 2 . The Commission invited the respondent Government to submit its observations on the admissibility of the applicant's complaints made under Arts . 6 (1) and 5 (3) of the Convention concerning the length of the proceedings . The respondent Government submitted that the proceedings against the applicant were not unduly prolonged . In particular, the applicant's first period of detention was not unreasonably prolonged having regard to the exceptionally extensive investigations and the applicant's delaying tactics . His second arrest was solely due to his own behaviour and as concerns his third arrest there was a considerable risk of his absconding .
- 136-
Further, in the respondent Government's submission, the applicant's right to have the charges determined within a reasonable time had not been violated in respect of the time during which he was detained, and there had not otherwise been any unreasonable delay . The Government pointed to the considerable difficulties in the investigations caused in particular by the extraordina ry volume of the case and the applicant's systematical deceptive manosuvres . They stressed that the proceedings eventually were expedited with considerable energy. The Government concluded that the complaints were manifestly ill-founded . 3 . The Commission has carried out a prelimina ry examination of the information and arguments submitted to it by the pa rties concerning the applicant's complaints under Arts . 6 (1) and 5 (3) of the Convention . 4 . In establishing the length of the proceedings the Commission has to take into account the time from 26 March 1970 to 19 May 1976, which is more than six years . The Commission is not satisfied that the information given concerning the procedure of investigation shows that this period of time was reasonable in the sense of Art . 6 111 of the Convention . Therefore, the Commission does not on the material before it come to the conclusion that the application is man'rfestly ill-founded and inadmissible on that ground . Concerning Art . 5 (3) the Commission is of the opinion that the period of detention cannot be judged in isolation from the totality of the proceedings . 5 . For these reasons and without prejudging in any way the merits of the case, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION ADMISSIBLE . ( TRADUCTION) EN FAI T Les faits de la cause tels qu'ils ont été présentés par les parties, et apparemment non contestés entre elles, peuvent se résumer comme suit : Le requérant, citoyen allemand, né en 1937, est actuellement en détention provisoire à Munich . II est licencié en droit et capitaine de réserve des forces armées fédérales . II est divorcé . II est représenté devant la Commission par M• K . Hagen, avocat à Munich . A . Concernant la détention du requéran t 1970 1 . Le requérant a été mis en état d'arrestation provisoire le 26 mars 1970 et, en vertu d'un mandat d'arrêt décerné par le juge d'instruction de la Cour fédérale de Justice le 27 mars 1970, placé en détention provisoire . Il apparait qu'il était soupçonné d'avoir espionné depuis 1962 pour le compte d'un service de renseignements de la République démocratique allemande . On estimait qu'il y avait un danger de fuite, en particulier du fait qu'il était divorcé et n'avait pas d'enfant ; ses attaches professionnelles n'étaient pas suffisamment fortes pour l'en empêcher et il était connu que des agents des services de renseignements orientaux étaient enclins à obéir à des invitations à passer à Berlin-Est ou à la zone d'occupation soviétique .
- 137-
Le 14 juillet 1970, le requérant a demandé sa mise en libe rté . Par une ordonnance du 24 juillet 1970 le juge d'instruction a rejeté la demande . Le 12 aoùt 1970, à la demande du requérant, la question de la détention provisoire a fait l'objet d'une audience devant le juge d'instruction de la Cour fédérale de Justice . Le 13 octobre 1970, au cours de l'examen réglementaire de la détention provisoire, la troisième Chambre criminelle de la Cour fédérale de Justice a ordonné la poursuite de la détention provisoire . Le requérant a intenté un recours ( Beschwerde ) contre ce tte ordonnance et, le 12 novembre 1970, son recours a été rejeté comme irrecevable .
Le 16 décembre 1970, à la demande du requérant, s'est tenue une nouvelle audience à propos de la détention provisoire . Le requérant a alors récusé les magistrats qui avaient pris pa rt à la décision du 12 novembre 1970, en les accusant de partialité . 1971 Le 25 janvier 1971 la récusation a été rejetée comme mal fondée . Par une ordonnance du 16 février 1971, la troisiéme Chambre criminelle de la Cour fédérale de Justice a ordonné le maintien du requérant en détention provisoire .
Le 23 mars 1971, à la maison d'arrèt de Cologne, le requérant a été entendu par le juge d'instruction sur sa situation en ce qui concerne sa détention . Les 27 mai et 9 septembre 1971 la Cour a à nouveau décidé le maintien du requérant en détention . Le 9 novembre 1971, le juge d'instruction de la cour d'appel de Baviére a ajouté le risque de collusion aux motifs pour lesquels le requérant était détenu . Cependant il a été sursis sous condition à l'exécution du mandat d'arrêt . Le requérant a été mis en liberté provisoire à condition notamment qu'il s'abstienne d'entrer en contact avec ses anciens chefs de Berlin-Est .
1973 2 . Le 20 septembre 1973, le parquet fédéral a demandé au juge d'instruction de révoquer la suspension de l'exécution du mandat d'arrêt . C'est pourquoi, par une ordonnance du 18 octobre 1973, le mandat d'arrêt a de nouveau été mis à exécution . Le juge a déclaré que le requérant avait nettement enfreint les conditions de sa mise en liberté parce qu'il avait non seulement écrit à Berlin-Est mais y avait envoyé un messaqer à six reprises . Le requérant a été placé en détention le 22 octobre 1973 et il a comparu devant le juge d'instruction le lendemain . Cependant, le 26 novembre 1973, la troisiéme Chambre criminelle de la Cour fédérale de Justice, aprés avoir consulté les parties, a décidé de surseoir conditionellement à l'exécution du mandat d'arrêt initial . Bien que le requérant fût encore fortement soupçonné, la Cour a estimé que le risque de collusion n'était pas suffisant . Le danger de fuite existait encore mais la Cour a estimé que les restrictions imposées au requérant suffiraient à le retenir . 3 . Aprés que le parquet fédéral a déposé l'acte d'accusation contre le requérant auprés de la troisiéme chambre criminelle de la cour d'appel de Baviére, celle-ci a décerné, le 25 septembre 1975 un nouveau mandat d'arrêt contre le requérant . La Cour, tout en ayant à l'esprit la durée de sa précédente détention, estimait que l e
-138_
requérant pouvait prendre la fuite . Le requérant était maintenant à même de prévoir la durée de sa peine en cas de condamnation et il comprenait évidemment mieux qu'auparavant les conséquences pénales de son comportement . La Cour relevait aussi que le requérant n'avait pas d'emploi stable ni de relations familiales fixes, qu'il avait en outre une bonne connaissance de plusieurs langues étrangères . Le requérant a donc été arr0té de nouveau le 29 septembre 1975 et traduit devant un juge le lendemain . Le 1•' octobre 1975, la troisième Chambre criminelle de la cour d'appel de Bavière, après avoir entendu le requérant, a confirmé la reprise de l'exécution du mandat d'arrêt et a transmis les dossiers à la Cour fédérale de Justice pour qu'elle statue sur la détention provisoire . Elle ajoutait que la poursuite de la détention du requérant n'était pas hors de proportion avec l'importance de l'affaire et la peine à laquelle il pouvait s'attendre . 197 5 Le 7 novembre 1975, la Cour fédérale de Justice, après avoir pris l'avis des parties, a décidé que le requérant devait être maintenu en détention provisoire et qu'elle examinerait à nouveau son cas trois mois plus tard . Jusque-là, les réexamens de la détention seraient assurés par la Cour d'appel de Baviére . Parmi les raisons de maintenir le requérant en détention figurait en particulier le fait qu'il était fortement soupçonné des agissements décrits dans l'acte d'accusation . Certes, le requérant était revenu sur certains aveux mais le soupçon de trahison se fondait sur les déclarations de plusieurs témoins . La Cour mentionnait le danger que le requérant ne prit la fuite vu les graves accusations portées contre lui, le relachement de ses liens familiaux, sa connaissance de langues étrangéres, l'espoir qu'il avait peut-être de recevoir l'assistance de la RDA et une déclaretion selon laquelle il avait mis de l'argent de cbté . Dans ces circonstances, la Cour n'accordait aucun poids à une déclaration du Professeur B, (en date du 30 octobre 1975) qui excluait du point de vue médical tout risque que le requérant ne prSt la fuite . La Cour déclarait que l'on examinerait l'aptitude du requérant à la détention en mbme temps que sa responsabilité pénale dont l'examen avait été ordonné précédemment (voir ci-dessous) . La Cour concluait que dans ces circonstances la poursuite de la détention du requérant n'était pas disproportionnée à l'importance de l'affaire, é la gravité des accusations et, dans le cas d'une condamnation, à la peine à laquelle on pouvait s'attendre . Le 29 décembre 1975, la cour d'appel de Baviére a examiné la question de la détention provisoire à la demande du requérent . 1976 Cette Cour ordonna ensuite, le 5 janvier 1976, la poursuite de la détention provisoire . Enfin, le 28 janvier la Cour fédérale de Justice a rejeté entre autres le recours du requérant contre cette ordonnance, comme n'étant pas fondé . Le procés du requérant s'ouvrit le 5 février 1976 devant la cour d'appel de Beviére et le 19 mai 1976 il a été reconnu coupable de trahison contre l'Etat d'une gravité toute particuliére, et constituant un concours d'infractions composé de la violation prolongée de secrets officiels et d'une corruption continue, et il a été çondamné à 11 ans de prison .
_139_
B . Concernant certaines pièces médicale s Enfin, le requérant a produit plusieurs piéces médicales . Il en ressort entre autres que le psychiatre de la prison de Cologne, le Dr J ., a examiné le requérant le 31 mars 1971 et a estimé que sa privation de liberté lui portait un grave préjudice (bedenkliche Haftsch5den) . En outre, le 22 décembre 1975, le Dr W ., neurologue à Hanovre, a trouvé que le requérant souffrait de cyclothymie (anomalie ou constitution psychique qui fait alterner les périodes d'excitation et de dépression) et le médecin a exprimé de sérieux doutes (erhebliche Bedenken) quant à l'aptitude du requérant à être maintenu en détention .
C . Concernant la décision sur les accusation s Parallèlement à la procédure retracée sous A . ci-dessus, les autorités procédaient à l'instruction des chefs d'inculpation qui pesaient sur le requérant . 1970 A la suite de son arrestation le 26 mars 1970, le requérant a été traduit devant le juge d'instruction le 27 mars 1970 et il a nié les accusations portées contre lui . Lé-dessus, il a été interrogé trois jours en avril, cinq jours en mai, huit jours en juin, cinq jours en juillet (moment auquel on lui a également refusé sa mise en liberté provisoire) et (outre l'audience relative à la question de la détention) deux jours en aoùt 1970 . Le 16 septembre 1970, le parquet fédéral a demandé é l'expert du ministére fédéral de la défense d'établir un rapport sur les papiers saisis chez le requérant et émanant des forces armées fédérales . Le requérant a été interrogé à nouveau deux jours en octobre et novembre 1970 (indépendamment de la procédure sur la détention) . Le 16 novembre 1970, le Bureau fédéral des enqu8tes criminelles, chargé jusquelé de l'enquéte, a remis un rapport provisoire et communiqué les papiers au parquet fédéral qui les a reçus le 20 novembre 1970 . A cette date, 269 personnes avaient été interrogées soit par la police, soit par un magistrat . Par une lettre du 2 décembre 1970, le parquet fédéral a demandé au Ministre fédéral de la défense de lui indiquer quand l'expertise serait terminée . Le requérant a été à nouveau interrogé en décembre ; il a continué à nier les actes de trahison dont il était accusé (et il y a eu une audience à propos de la détention) . Le 22 décembre 1970, le parquet fédéral a demandé au juge d'instruction de la cour d'appel de Baviére l'ouverture d'une instruction judiciaire préparatoire . 1971 Cette instruction a été ouverte par ordonnance du 4 janvier 1971 et le 11 janvier l'expert du ministére fédéral de la défense a remis un rapport provisoire . Par une lettre du 16 février 1971 (date à laquelle a aussi été ordonné le maintien en détention), l'avocat du requérant a soutenu que la cour d'appel de Bavière était incompétente ratione loci, conclusion que le requérant a faite sienne le 19 février . Le 8 mars 1971, cette conclusion a été rejetée par la troisième chambre criminelle de la cour d'appel de Baviére . Le 10 mars 1971, le requérant a informé le juge d'instruction qu'il ne ferait plus de déclarations à l'avenir .
_140_
Les 22 et 23 mars 1971, dans les locaux du Bureau fédéral des enquêtes criminelles, le juge d'instruction a passé au crible les documents et effets saisis, et le 6 avril 1971 les pièces é conviction saisies ont été envoyées à Munich . Le même jour, le juge d'instruction a adressé le dossier de l'affaire au Bureau fédéral des enquêtes criminelles pour que l'avocat de la défense les examine (cet examen a pris fin le 23 avril 1971) . Les deux jours suivants, le juge a entendu un témoin important . Par une lettre en date du 25 avril 1971, le requérant a informé le magistrat instructeur qu'il ne ferait pas de nouvelle déclaration avant le 30 mai 1971 . Le 6 mai 1971, le juge d'instruction a envoyé les dossiers au parquet fédéral en vue de l'audience concernant la détention provisoire qui devait avoir lieu devant la Cour fédérale de Justice . L'interrogatoire du requérant s'est poursuivi pendant neuf jours en juin 1971, et le 8 juillet le requérant a déclaré qu'il était prêt à faire des aveux . Il a alors été interrogé pendant dix jours en juillet, douze jours en août et à nouveau pendant vingt et un jours en septembre 1971 (une décision sur sa détention a également été prise ce mois-là) . De nouveaux interrogatoires du requérant ont eu lieu pendant quatorxe jours en octobre . Son ex-femme a été entendue deux jours en novembre et le requérant a été entendu une fois encore avant d'être mis en liberté . 1972 La femme du requérant a été entendue à nouveau une fois en février et à cinq reprises en mars 1972 . Le requérant a lui aussi été interrogé à nouveau neuf jours en juillet 1972 . II a alors été grièvement blessé dans un accident de la circulation et n'a pu être entendu pendant fort longtemps .
Entre-temps, le 18 mai 1972, le magistrat instructeur avait demandé au parquet fédéral de présenter ses observations sur le projet de donner mainlevée de la saisie de certains documents et effets trouvés chez le requérant . Ces observations ont été présentées le 23 juin 1972 . 1973 Le 24 avril 1973, le magistrat instructeur a ordonné la remise au requérant d'un grand nombre de documents et effets saisis à nouveau .Lerquéantiog à deux reprises en mai 1973 et un témoi n a été entendu cinq jours en septembre . Les événements marquants du reste de l'année sont la nouvelle arrestation du requérant, suivie de sa remise en liberté . 1974 Le 22 février 1974, l'instruction judiciaire préperatoire a été close . Le rapport du juge d'instruction sur la progression et le résultat de cette instruction ne comptait pas moins de 294 pages . Le juge a fait aussi un compte rendu détaillé des activités du requérant de 1958 à 1970 . Le rapport et le compte rendu totalisaient quelque 900 pages . Selon les conclusions de l'instruction judiciaire préparatoire le requérant avait, en dix ans, remis aux personnes qui l'employaient en qualité d'espion environ 80000 pages de divers rapports et documents . La masse des documents qui devaient être examinés était de la même importance . Le 25 février 1974, le requérant a récusé le juge d'instruction, en invoquant sa partialité . Cette récusation a été rejetée comme dénuée de fondement . Le requérant a été interrogé à deux reprises en avril 1974 .
- 141 -
Le 9 avril 1974, le parquet fédéral a demandé à l'expert du ministère fédéral de la défense de remettre un rapport définitif sur les trahisons du requérant et en novembre 1974, le parquet fédéral a demandé au ministre de la défense de renforcer le personnel de la section d'expertise du ministére en raison de l'importance extraordinaire des activités du requérant sur lesquelles devait porter l'expertise . 1975 Le personnel a été renforcé en janvier 1975 et l'expertise remise le 4 juin 1975 . Le 25 août 1975, le parquet fédéral a clos l'instruction et déposé un act e
d'accusation contre le requérant auprés de la troisiéme chambre criminelle de la cour d'appel de Baviére l'accusant de trahison contre l'Etat d'une gravité toute particuliére, d'une violation continue de secrets officiels et de corruption continue . Les dossiers de la procédure comprenaient 38 volumes de dossiers proprement dits, 7 volumes de documents complémentaires ou particuliers et 60 volumes d'éléments de preuve . La Cour a reçu l'acte d'accusation le 2 septembre 1975 . 1II est rappelé que le requérant a été ultérieurement arrété pour la troisiéme fois et que la question de la détention a fait l'objet d'un novel examen) . Le 9 octobre 1975, la troisiéme chambre criminelle de la cour d'appel de Baviére a ordonné l'examen de la responsabilité pénale du requérant . Le lendemain, le Professeur M ., de l'institut de médecine légale de Munich, a été désigné pour donner un avis . En octobre, l'appartement de la mére du requérant a fait l'objet d'une perquisition et, le 23 octobre 1975, un avocat, M• B ., a été désigné pour défendre le requérant . L'avocat choisi par celui-ci, M• Hagen, a fait opposition le 4 novembre 1975 à cette désignation . La Cour fédérale de Justice a rejeté cette opposition comme irrecevable le 1•, décembre 1975 . Le 4 décembre 1975, le Professeur M ., expert, a résumé à la Cour les résultats de son examen . Le 9 décembre 1975, le requérant a récusé le juge rapporteur de la troisième chambre criminelle de la cour d'appel de Bavière en alléguant sa partialité . Il a aussi récusé le 11 décembre le juge président et deux juges assesseurs pour les mêmes motifs . Ces récusations ont été rejetées le 22 décembre 1975 comme non fondées . Entre-temps, le 12 décembre 1975, l'acte d'accusation établi par le chef du parquet fédéral avait été déposé et la procédure principale avait débuté . Le 15 décembre, le conseil désigné pour défendre le requérant a demandé à être déchargé de cette tâche en raison du comportement défiant du requérant à son égard . Il a été fait droit à sa demande le même jour et deux autres avocats Maitres P . et F ., ont été désignés pour la défense du requérant . Par une ordonnance du 19 décembre 1975, l'audience a été fixée au 5 février 1976 et aux jours suivants . (11 est rappelé que le 29 décembre, la Cour avait entendu le requérant à propos de sa détention . ) Enfin le 30 décembre 1975, le requérant a à nouveau récusé le juge rapporteur ainsi que le greffier de la Cour, prétendant qu'ils étaient tous les deux partiaux . 1976 La cour d'appel de Bavière, aprés avoir ordonné le maintien du requérant en détention, a rejeté le 8 janvier 1976 les récusations ci-dessus comme étant irrecevables . L'expertise neurologique du Professeur M . comprenant 166 pages, a été reçue le 14 janvier 1976 .
- 142 -
Le 28 janvier 1976, la Cour fédérale de Justice a débouté le requérant de son recours contre la saisie de lettres (et de son recours contre la détention) . Le 5 février 1976, comme il est dit plus haut, a commencé le procès du requérant . Il a duré trois mois et demi . 62 témoins ont été interrogés et 16 experts entendus . Le requérant a émis au total 20 récusations contre des membres de la chambre criminelle et certains experts . Toutes les récusations ont été rejetées, certaines comme étant irrecevables parce qu'elles étaient présentées dans l'intention de retarder la procédure . Il est enfin rappelé que la cour d'appel de Baviére a reconnu le requérant coupable et l'a condamné le 19 mai 1976 . Le requérant a interjeté appel IRevision) auprés de la Cour fédérale de Justice . Il .
GRIEFS
Le requérant allègue la violatio n - de l'article 3 de la Convention parce qu'il est détenu bien que souffrant d'une maladie de la moelle épinière et de cyclothymie, qui ne sont ni l'une ni l'autre traitées convenablement par le médecin de la prison• , - de l'article 5, §§ 1, 3 et 4 de la Convention parce que son arrestation ne trouve pas de motifs valables depuis novembre 1971 ; et - de l'article 6, §§ 1, 2 et 3 (b, c et d) de la Convention parce qu'il a été traité pendant plus de 2145 jours•• contrairement au principe de la présomption d'innocence et parce que ses tentatives pour mener une vie normale et fonder une famille ont été entravées par ses arrestations répétées . li prétend ne pas être à même de participer à la procédure ni de se défendre à cause de son état de santé ; il ne pourrait examiner les dossiers ni en discuter avec son défenseur .
III . LA PROCEDUR E La requête a été introduite le 22 janvier 1976 . Le Rapporteur a procédé à son premier examen préliminaire de la recevabilité le 3 mars 1976 et la requête a été enregistrée le 4 mars 1976 . Le Rapporteur a soumis à la Commission son rapport conformément à l'article 40 du règlement intérieur de la Commission . Le 20 mai 1976 la Commission, après avoir délibéré, a décidé, conformément à l'article 42, § 2 bl, de donner connaissance de la requéte au Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et d'inviter celui-ci à lui présenter par écrit avant le 19 juillet 1976 ses observations sur la recevabilité des griefs au titre des articles 6 § 1 et 5§ 3 de la Convention concernant la durée de la procédure contre le requérant . Le Gouvernement défendeur a présenté ses observations à la date fixée . Conformément aux instructions du Président de la Commission, ces observations ont été communiquées au requérant, qui a été invité à présenter par écrit avant le 23 ao0t 1976 toutes observations qu'il aurait souhaité formuler en réponse . • II semble cependant que le reouérant ne maintienne Oes cette allégation lau titre de l'article 3) perce qû il enviaepe d'engager une action en vertu de l'erticle 73 da la loi introductive A la loi sur l'organisation judiciair9 . •• A la dete de l'introduclion de le requEte .
-1q3-
A la demande du requérant, le Président a accepté le 20 aoùt 1976 de prolonger le délai ainsi imparti jusqu'au 10 septembre 1976 . Le requérant a présenté ses observations les 24 aoùt et 8 septembre 1976 . Le Rapporteur a soumis à la Commission son second rapport daté du 28 septembre 1976 . Par une lettre du 4 novembre 1976, le Gouvernement défendeur a adressé sa réponse aux observations du requérant sur la recevabilité, réponse qui a été communiquée à ce dernier pour information . Le requérant a présenté d'autres arguments le 6 décembre 1976 .
Le Rapporteur a informé la Commission de ces derniers faits dans son rapport daté du 23 novembre 1976 puis oralement à la présente session . IV . ARGUMENTATION DES PARTIE S A . Obeervatione du Gouvernement défendeu r Quant à t érticie 5 § 3 de fe Conventio n Le Gouvernement défendeur a relevé que le requérant a été placé en détention provisoire à trois reprises . Pour juger de la durée de sa détention avant le procès, il s'est fondé sur l'arr8t de la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'affaire Wemhoff (Annuaire 1968, pp . 802, 803) . D'aprés cet arrêt, la période de détention à examiner sur le plan de l'a rt icle 5 § 3 prend fin le jour où une juridiction de premiére instance statue sur l'accusation . a) Le pAriode de détention entre le 26 mars 1970 et le 9 novembre 197 1 Le Gouvernement défendeur s'est référé à la jurisprudence de l'affaire Wemhoff (Annuaire 1968, pp . 804-807) selon laquelle, pour apprécier la question d'une violation de l'article 5§ 3, il faut savoir a si les motifs donnés par les autorités nationales pour justifier le maintien en détention sont pertinents et suffisants pour faire admettre que la détention n'a pas dépassé les limites raisonnables . » Il a aussi rappelé que même la détention à cause du danger de suppression de preuves peut se justifier par la nature des infractions dont un requérant est accusé et l'extréme complexité de l'affaire . Le Gouvernement a soutenu que ces conditions étaient remplies pour cette premiére période de détention .
Il a en particulier mis en évidence l'instruction exceptionnellement approfondie au cours de cette période . Il a renvoyé au rapport du magistrat instructeur . A la suite de celui-ci, pour élucider les infractions, rien qu'entre mars et décembre 1970, 269 personnes ont été entendues en plus du requérant, qui a été notamment interrogé de façon ininterrompue de juin 1971 à son élargissement . Le Gouvernement a aussi insisté sur les procédés dilatoires du requérant et lorsqu'il s'est révélé que ses aveux étaient en grande partie mensongers, il a fallu 50 autres jours d'interrogatoire . Se référant à l'affaire Wemhoff, le Gouvernement a enfin déclaré que les intéréts de l'accusé ne doivent pas nuire aux efforts poursuivis par les magistrats afin de faire pleinement la lumiére sur les faits dénoncés . b) La pAriode de détention entre le 22 octobre et le 26 novembre 1970 Le Gouvernement défendeur a fait remarquer que cette période de détention est relativement bréve et que la nouvelle arrestation du requérant n'est due qu'é son propre comportement, en ce qu'il a grossiérement enfreint les conditions de so n
- 144 _
élargissement . II n'était donc pas question d'une violation de l'article 5 § 3 . Le Gouvernement a précisé que le requérant - comme lors des autres arrestations - a été rapidement traduit devant un juge . cl La période de dAtention entre le 29 septembre 1975 et le 79 mei 1 976 Le Gouvernement défendeur a rappelé que lors du dép6t de l'acte d'accusation, il y avait un danger considérable que le requérant ne s'enfuit en République démocratique allemande . Il a également fait observer que, bien que le requérant ait à de nombreuses reprises tenté de retarder les progrès de la procédure en présentant des demandes non fondées ou irrecevables, la procédure a été menée avec beaucoup d'énergie et de célérhé . Le Gouvernement n'estime pas que le procès lui-même ait été déraisonnablement long vu les tentatives du requérant pour gêner la procédure et vu la complexité de l'affaire . Quent A/ érYlc/e 6§ 1 de la Conventio n A propos de l'article 6 § 1, le Gouvernement défendeur a de nouveau affirmé que le droit du requérant à obtenir dans un délai raisonnable une décision sur les accusations pesant contre lui n'a pas été violé à cause de la durée de sa détention . En conséquence, poursuh-il, pour ce qui est de la durée de la procédure se pose la question de savoir si, entre la mise en liberté du requérant le 9 novembre 1971 et son arrestation le 25 septembre 1975, il s'est écoulé un délai déraisonnable . Selon le Gouvernement, cela n'a pas été le cas . 1972 Il rappelle qu'en 1972 et 1973 s'est poursuivie l'instruction judiciaire préparatoire, qui n'a pu se terminer avant 1974 . Au cours de cette instruction, il a fallu surmonter des difficultés considérebles . Le juge chargé de l'instruction a rapporté le 5 février 1974 que de sa premiére et grossiére appréciation des déclarations du requérant, complétées par un interrogatoire approfondi de témoins en mars 1972, il ressortait que les révéletions du requérant étaient en grande partie fausses . Le requérant, dont l'activité professionnelle devait étre prise en considération, a été entendu à nouveau en juillet en présence d'un expert militaire et il a alors donné de nouvelles versions mettant des tiers en cause . Le juge a également rapporté que les déclarations du requérent avaient été prises en sténographie et que la transcription prenait un certain temps . Puis la défense a été autorisée à examiner les dossiers en septembre et octobre 1972 . Les déclarations prises en sténographie devaient être confirmées et le requérant a été interrogé le 29 décembre. Toutefois, comme le requérant avait délibérément et systématiquement obscurci et rendue confuse une grande partie de son activité, les autorités ont dû procéder à une analyse et à une vérification approfondie des éléments de preuve, qu'elles ont achevées en avril 1973 . Parallèlement, des notes prises par le requérant et des papiers bancaires ont été examinés avec le plus grand soin . Ce travail a pris plusieurs mois mais a fourni des renseignements précieux . 1973 Enfin, selon le rapport du juge, les résultats provisoires nécessitaient un nouvel interrogatoire sur plusieurs autres infractions qui avaient été découvertes . Cet interrogatoire a eu lieu les 2 et 3 mai 1973 mais a été brusquement interrompu par le requérant, fortement déprimé par les résultats de l'analyse . Il a cependant promis de faire de nouvelles déclarations mais il ne devait plus en faire par la suite .
- 14rt-
Le Gouvernement défendeur a relevé qu'il était légitime pour le requérant de nier l'accusation mais qu'en revanche il devait alors s'accommoder des retards de la procédure dus à ses manœuvres de tromperie et d'obscurcissement . 1974/1975 Le Gouvernement défendeur a fait observer qu'en 1974/1975 la procédure n'a pu avancer rapidement parce que l'expert du ministére fédéral de la défense n'a pu remettre son expertise dans un bref délai . Toutefois, le chef du parquet avait ensuite réussi à ce que l'expertise soit soumise rapidement et, selon le Gouvernement, les conditions qui peuvent raisonnablement être imposées au regard de l'article 6 § 1 ont donc é té satisfaites .
Enfin, d'après le Gouvernement, les faits montrent que la suite de la procédure a été menée avec diligence si bien que, moins d'une année plus tard, le requérant a été condamné à 11 ans de prison . 3 . Conclusio n Le Gouvernement défendeur a conclu que les faits ne perme ttent pas de supposer que la République fédérale d'Allemagne a violé l'a rt icle 5 § 3 ou l'a rt icle 6 § 1 de la Convention, et il a soutenu que la requête doit être considérée comme irrecevable, conformément à l'article 27, parce que manifestement mal fondée . Observations du requérant en réponse Le requérant a fait valoir en réponse que la durée de sa détention était inhumaine et il semble estimer que sa détention, de même que sa peine, sont disproportionnées aux accusations portées .
Il estime en particulier que sa détention l'a sérieusement atteint et il invoque les certificats médicaux de M . J . et du Dr W . . Il soutient qu'il ne reçoit pas encore de soins médicaux suffisants et il demande une remise de peine . Il déclare qû étant donné les éléments soumis à la Cour, il avait estimé pouvoir s'attendre à une peine de trois ans et demi, et il rappelle qu'aprés ses aveux, le chef du parquet avait estimé qu'il pouvait s'attendre à six ans de prison . Il souligne aussi la durée de sa détention vue sous l'angle de ses activités professionnelles, qu'elle a interrompues, et de sa responsabilité pénale considérablement réduite, comme l'a confirmé le Professeur M . Le requérant voit mal pourquoi le Gouvernement défendeur cite le rapport du juge qui a procédé à l'examen . Il fait remarquer que ses révélations et ses aveux ont été repris en substance dans l'acte d'accusation et qu'ils n'ont pas été négligés par la Cour ultérieurement . Il a été détenu à l'isolement pendant un certain temps et aurait été pressé par le juge de faire des déclarations ; il aurait alors fait des déclarations exagérées parce qu'il souhaitait que sa détention prenne fin . S'il est revenu sur ses aveux, ce serait parce qu'il a été déçu de se retrouver en prison et cela ne pourrait être retenu contre lui en raison de son mauvais état mental . V . EN DROIT 1 . Le requérant a été arrété pour la premiére fois le 26 mars 1970 comme soupçonné d'espionnage pour le compte d'un service de renseignements de la République démocratique allemande depuis 1962 . Le 25 aoùt 1975, le parquet fédéral a déposé l'acte
- 146 -
d'accusation contre le requérant auprès de la cour d'appel de Baviére, qui agissait comme juridiction de premiére instance . Le requérant a été condamné par cette cour le 19 mai 1976 . Entre-temps, il avait été mis en liberté, le 9 novembre 1971 . II avait toutefois été détenu à nouveau du 22 octobre au 26 novembre 1973, puis arrété une nouvelle fois le 29 septembre 1975 . 2 . La Commission a invité le Gouvernement défendeur é présenter ses observations sur la recevabilité des griefs du requérant au titre des articles 6§ 1 et 5 § 3 de la Convention concernant la durée de la procédure . Le Gouvernement défendeur a soutenu que la procédure dirigée contre la requérant ne s'est pas indùment prolongée . En particulier, la première période de détention du requérant n'aurait pas été déraisonnablement longue eu égard à l'étendue exceptionnelle de l'instruction et aux procédés dilatoires du requérant . La seconde arrestation ne serait imputable qu'au propre comportement de celui-ci et la troisiéme arrestation serait justifiée par le grand danger qu'il ne prit la fuite . En outre, selon le Gouvernement défendeur, le droit du requérant à ce qu'il soit statué sur les accusations dans un délai raisonnable n'a pas été violé à cause de la durée de sa détention, et il n'y aurait pas eu d'autre retard déraisonnable . La Gouvernement a mis en relief les difficultés considérables de l'instruction dues en particulier à l'importance peu commune de l'affaire et aux manosuvres trompeuses et systématiques du requérant . Il a souligné que la procédure a finalement été menée avec une grande diligence .
Le Gouvernement a conclu que les griefs étaient manifestment mal fondés . 3 . La Commission a prooédé à un examen préliminaire des renseignements et arguments qui lui avaient été communiqués par les parties concernant les griefs du requérant au titre des articles 6 § 1 et 5§ 3 de la Convention . 4 . En appréciant la durée de la procédure, la Commission doit tenir compte de la période du 26 mars 1970 au 19 mai 1976, soit plus de six ans . La Commission n'est pas convaincue que les informations fournies sur la procAdure d'instruction montrent que cette durée ait été raisonnable, au sens de l'article 6 § 1 de la Convention . Au vu des éléments dont elle dispose, la Commission n'en arrive donc pas à la conclusion que la requéte est manifestement mal fondée et irrecevable de ce chef . Concernant l'article 5 § 3, la Commission estime que la durée de la détention ne peut être appréciée séparément de l'ensemble de la procédure . 5 . Par ces motifs et sans préjuger le fond de l'affaire, la Commissio n DECLARE LA RE Q UETE RECEVABLE .
- 147 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 11/12/1976

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.