Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. v. SUISSE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7370/76
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-02-28;7370.76 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : X. v. SUISSE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 7370/7 6 X . v/SWITZERLAN D X . c/SUISS E DECISION of 28 February 1977 on the admissibility of the application DÉCISION du 28 février 1977 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph I of the Convention : a . The right to appear in person in a civil case in which one is a party is not, as such, guaranteed . However, in particular circumstances, this may be implied in the right to a fair trial. b . In civil matters, the exercise of the righr to a fair hearing within a reasonable time is dependent on the diligence of the interested party .
Article 6, paragraphe 1, de la Convention : a . Le droit de comparaitre personnellement dans une instance civile à laquelle on est partie n'est pas, comme te% garanti . ll peut toutefois, dans des circonstances particuliéres, dériver du droit à un procès équitable . b . En matière civile, l'exercice du droit à ce que sa cause soit entendue dans un délai raisonnable est subordonné à la diligence de la partie intéressée .
IEnglish : see p . 97)
Résumé des faits pertinents
En 1946, le requérant a été condamné par la Cour pénale fédérale suisse à vingt ans de réclusion pour espionnage, service de renseignements militaires, etc . . En 1954, alors qu'il purgeait sa peine, il s'est évadé et s'est installé en Autriche . En 1968, il a intenté, en rapport avec sa condamnation, une action en dommages-intérérs contre la Suisse. Celle-ci /ut portée devant la chambre de droit adminrsrratif du Tribunal (édéral . La procédure, qui connut de nombreux incidents et recours, prit fin par un arrét rendu en juin 1975 qui débouta le requérant . Au cours de la procédure, le requérant avait formulé auprès des autorités suisses des demandes de saut-conduit pour pouvoir comparaître personnellement devant le Tribunal lédéral. Elles furent rejetées .
- 95 -
EN DROIT (Extrait ) La Commission estime qu'il n'est pas nécessaire de décider dans la présente affaire si l'action du requérant portait sur des droits et obligations de caractére civil au sens de l'article 6, § 1 . En effet, à supposer mème que cette disposition soit d'application en l'espéce, les griefs du requérant sont irrecevables pour défaut manifeste de fondement pour les raisons suivantes . Pour autant que le requérant se plaint que le Tribunal fédéral lui a refusé un sauf-conduit pour l'audience principale, que cette audience a eu lieu en son absence et que le Tribunal n'a pas tenu compte de l'attestation médicale produite par le requérant pour ajourner une nouvelle fois l'audience, la Commission se référe à sa décision du 30 juin 1959 sur la recevabilité de la requête N° 434/58 (Ann . 2, pp . 355, 371) dans laquelle elle a estimé que le droit de comparaitre en personne dans une action civile n'était pas garanti en tant que tel, mais que le droit à un procés équitable pouvait impliquer, dans certaines catégories d'affaires ou dans certaines circonstances, le droit de comparaître en personne, notamment dans des affaires où le caractére et le comportement personnel de l'une des parties contribuent directement à former l'opinion du Tribunal . Dans l'affaire susmentionnée ( N° 434/58) le requérant, qui avait intenté une actlon devant la justice suédoise en vue d'obtenir le droit de visiter son enfant, s'est vu refuser le visa d'entrée en Suède . Or, dans la présente affaire le requérant n'a pas été empéché d'entrer sur le territoire suisse pour comparaitre devant le Tribunal fédéral ; au contraire, il demandait un sauf-conduit afin de se soustraire à l'exécution d'une peine qui lui avait été infligée par une juridiction suisse . En outre, le requérant n'a pas démontré que sa présence personnelle était indispensable à la conduite convenable de la procédure et rien ne permet de penser que le Tribunal fédéral aurait conclu à tort que la présence personnelle des parties n'était pas requise . Par ailleurs, il était loisible au requérant de se faire représenter par un avocat, le cas échéant en demandant l'assistance judiciaire . Pour autant que le requérant se plaint de la longueur de la procédure, la Commission rappelle qu'elle ne peut examiner que la période postérieure au 28 novembre 1974, date de l'entrée en vigueur de la Convention 8 l'égard de la Suisse . Toutefois, pour apprécier le caractére raisonnable de cette durée, la Commission peut tenir compte du degré d'avancement de la procédure à cette date . La Commission estime que l'exercice du droit à ce que sa cause soit emendue « dans un délai raisonnable » (article 6, § 1, de la Convention) est subordonné, singuliérement en matière civile, à la diligence de la partie intéressée (cf . par exemple, la décision sur la recevabilité de la requête N° 1794/63 X contre la République Fédérale d'Allemagne, Ann . 9, pp . 179, 213) . D'autre part, la Commission a considéré dans de nombreuses décisions que pour apprécier la durée raisonnable d'une procédure il faut prendre en considération les circonstances particuliéres de l'affaire , autrement dit, la longueur d'une procédure doit étre appréciée non pas in abstracto, mais à la lumière des circonstances propres à
- 96 -
l'affaire (cf . par exemple, la décision sur la recevabilité de la requête N° 2614/65, Ringeisen contre l'Autriche, Ann . 11, pp . 269, 315) . En l'espèce, la Commission estime que par ses nombreuses demandes et recours présentés au cours de la procédure, le requérant a provoqué lui-méme les ajournements successifs de l'audience principale de sorte que la responsabilité de la longueur n'incombe pas, dans l'ensemble, au Tribunal lédéral . La durée de la procédure, en particulier celle qui est postérieure à l'entrée en vigueur de la Convention à l'égard de la Suisse, ne saurait donc étre considérée comme déraisonnable vu les circonstances spécifiques de l'affaire . L'examen des griefs par la Commission ne permet donc de déceler, mème d'office, aucune apparence de violation des droits et libertés garantis par la Convention et notamment par l'article 6 . II s'ensuit que cette partie de la requéte est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, § 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REtJUÉTE IRRECEVABLE .
Summary of the relevant facts In 7946, the applicant was convicted and sentenced by the Swiss Federal Criminal Court to 20 years imprisonment for espionage, revealing military secrets, etc . . . ln 1954, whilst serving his sentence, he .escaped and took up residence in Austria . In 1968, he instituted an action for damages against the Swiss State in respect of his conviction . This claim was brought before the administrative chamber of the Federal Court . The proceedings, which'involved numerous incidents and appeals, ended with a decision taken in une1975, dismissing the applicant's claim . In the course of proceedings, the applicant had applied on a number of occasions to the Swiss authorities for a safe-conduct in order to appear in person before the Federal Court . These applicatrbns were rejected .
_97_
(TRANSLATION ) THE LAW (Extract ) The Commission does not feel called upon to decide in the present case whether the proceedings instituted by the applicant related to civil rights and obligations within the meaning of Article 6, paragraph (1) . Even assuming that this provision were applicable, the complaints of the applicant are inadmissible as being manifestly ill-founded for the following reasons . In sofar as the applicant complains that the Federal Court has refused t o grant him a safe-conduct for the main hearing, that this hearing took place in his absence and that the Federal Court did not take into account the medical cenificate produced by the applicant in order to adjourn once more the hearing, the Commission refers to its decision of 30 June 1959 on the admissibility of application No . 434/58 (Yearbook 2, p . 354, 3701 where it held that the right to be present in person in civil proceedings is not as such guaranteed, but that the right to a fair trial may imply, in certain classes of cases or in certain sets of circumstances the right to be present in person, in particular in those cases where the personal character and manner of life of the party concerned is directly relevant to the formation of the Court's opinion . In the above mentioned case (No . 434/581 the applicant, who had instituted proceedings before the Swedish Courts in order to obtain the right of access to his child, was refused an entry permit into Sweden . In the present case, the applicant has not been prevented from entering Swiss territory in order to appear in person before the Swiss Federal Court . On the contrary, he applied for a safe-conduct in order to avoid the execution of a sentence imposed upon him by a Swiss Court . Moreover, the applicant has not shown that his personal presence was indispensable for the proper conduct of the proceedings and there is no reason to believe that the Federal Court has concluded wrongly that the personal presence of the parties was not required . In any case, the applicant was free to be represented by counsel applying, if necessary, for legal aid . In so far as the applicant complains of the length of proceedings, the Commission recalls that it can only take into consideration the period after 28 November 1974, the date on which the Convention came into force in respect of Switzerland . However, in order to assess the reasonale character of this period, the Commission may take into account the stage the proceedings had reached at that date . The Commission is of the opinion that the exercise of the right to a hearing "within a reasonable time" (Article 6, paragraph 111 of the Convention) is, particularly in civil matters, dependent on the diligence of the interested party (see, for example, the decision on admissibility of application No 1794/63, X . v/Federal Republic of Germany, Yearbook 9, p .178,212) . On the other hand, the Commission has held in numerous decisions that in order to determine the reasonable character of the length of proceedings regard must be had to the particular circumstances of the case ; in other words, the length of proceedings must be examined not in abstracto, but in the light of the particular circumstances of th e
- 98 -
case concerned Isee, for example, the decision on the admissibility of application No . 2614/65, Ringeisen v . Austria, Yearbook 11, p . 268, 314) . In the present case, the Commission is of the opinion that by his numerous requests and appeals presented in the course of the proceedings, the applicant himself provoked the successive adjournments of the main hearPrig so that the responsibility for time taken does not, as a whole, lie with the Federal Court . The length of the proceedings, in particular after the entry into force of the Convention in respect of Switzerland, cannot therefore be considered unreasonable, in view of the particular circumstances of the case . An examination by the Commission of the complaints, including an examination made ex officio, does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Convention and in particular in Article 6 . It follows that this part of the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n
DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
- 99 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 28/02/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.