Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ 40 MERES c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6853/74
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-03-09;6853.74 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : 40 MERES
Défendeurs : SUEDE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 6853/7 4 40 mothers v/SWEDE N 40 mAres de famille c/SUED E DECISION of 9 March 1977 on the admissibility of the applicatio n DÉCISION du 9 mars 1977 sur la recevabilité de la requète
A rticle 25 of the Convention : The Commission is not competent to examine in abstracto the question of conformity of a national law with the Convention . Artic% 2 of the First Protocol : This provision applies to both voluntary and compulsory public education . States are not obliged to grant subsidies ro private education . They have a large discretion in making regulations for their public educational system, but should abstain from any indoctrinarion that could hurt the parents' religious and philosophical convictions.
Article 25 de la Convention : La Commission ne saurait examiner in abstracto la conformité d'une loi nationale à la Convention . Article 2 du Protocole additionnef : Certe disposition s'applique à l'enseignement public aussi bien facultatif qu'obligatoire . Les Erats n'ont pas t'obligation de subventionner l'enseignement privé . Ils drsposenr d'un large pouvoir d'appréciation dans la régtemenration de l'enseignemenr public mais doivent s'abstenir de tout endoctrinement pouvant blesser les convictions religieuses et philosophiques des parents .
_27 -
I franGats : voir p . 32 )
Summary of the facts
By an Act issued on 20 December 1973, the Swedish Parliament IRiksdagl decided thar every municipality was obliged to provide for a public nursery school for al1 children having reached the age of six as from autumn 1975. Attendance was to be on a volunrary basis. Parliament equally adopted general directives as regards the application of this Act. The pre-school instruction was to comprise at least 15 hours a week and 525 hours a year . Religious communities were recommended not to arrange their activities of the same kind at a time which would coincide with those of the new nursery schools . The applicants, 40 in number, are mother of 53 children born between 1967 and 1974 and reside at H., near Stockholm . They allege a violation of their right to ensure for their children's education in conformity with their religious and philosophical convicrions . They contend in rhis respect that they are in iact not free to send their chiidren to the nursery school of their choice ior once tne municipal schools are created, private religious schools will be jeopardised for lack of public financial support . In the applicants' submissions, the instruction provided by the municipaf schools will be tinged with agnosticism .
THE LA W The applicants have alleged that the Act of 20 December 1973 on PreSchool Activities which entered into force on 1 July 1975, as well as the directives for its implementation constitute a violation of their rights as parents to have their children educated in a manner corresponding to their religious and philosophical convictions . They have invoked Art . 2 of Protocol No . 1 to the Convention which provides that : "No one shall be denied the right to education . In the exercise of any functions which it assumes in relation to education and to teaching, the State shall respect the right of parents to ensure such education and teaching in conformity with their own religious and philosophical convictions . " 1 The Commission has in the first place had regard to the question as to whether the applicants are "victims" within the meaning of Art . 25 of the Convention . Under Art . 25 of the Convention the Commission may receive application s "from any person, non-governmental organisation of group of individuals ciaiming to be the victim of a violation by one of the High Contracting Parties of the rights set forth in this Convention provided that the High Contracting Party against which the complaint has been lodged has declared that it recognises the competence of the Commission to receive such petitions" .
- 28 -
Therefore, as has constantly been held by the Commission, it is competent to examine the compatibility of domestic legislation only with respect to its application to a person, non-governmental organisation of group of individuals and only insofar as its application is alleged to constitute a violation of the Convention in regard to the person, organisation or group in question (cf . Applications Nos . 290/57, X . v . Iceland, Yearbook 3, pp . 214, 220 and 867/60, X . v Norway, Coll . of Decisions 6, p . 34) . a . In the present case the nine applicants in group 1 have only children born in 1967 and 1968 . Their children had thus passed the pre-school age already at the entry into force on 1 July 1975 of the Pre-School Act . The Commission moreover notes that these applicants have not even pretended that they themselves are in any way victims of the said Act . The Commission is not competent to examine in abstracto the question of the conformity of the Pre-School Act with the provisions of the Convention . It follows that this part of the application is incompatible ratione personae with the Convention within the meaning of Art . 27 121 . b . The second group of applicants consists of thirteen mothers to children who had not yet reached the pre-school age when the legislation complained of entered into force . The Commission understands that these applicants consider themselves to be victims of a violation of the Convention in that the Act on Pre-School Activities may affect them in the future . The Commission notes that the children of these applicants in some cases might have reached pre-school age in the course of the proceedings before the Commission . However, having regard to the fact that the applicants in Group 3 can be considered to be victims within the meaning of Art . 25 of the Convention for the purpose of the present application, the Commission can abstain from examining as to whether the applicants in Group 2 also can be so considered . 2 . The eighteen applicants in the third group then, had all children of pre-school age when the Act of 1973 entered into force . a . The Government has submitted that the present applicants cannot either be considered as vicitms as they are not obliged to let their children attend the municipal nursery schoo l The Commission does not share this view, however, as it would necessarily imply that Art . 2 of the Protocol would not apply to the education and the teaching in voluntary public schools . In this connection the Commission refers to the judgment of the European Court of Human Rights in the Case of Kjeldsen and others Icf . Judgment of 7 December 1976, para . 50) . In this case the Court held that "the second sentence of Art . 2 is binding upon the Contracting States in the exercise of each and every function-it speaks of "any functions" -that they undertake in the sphere of education and teaching, including that consisting o f
- 29 -
the organisation and financing of public education" . It is true that this sentence must be read together with the first sentence of the Article which provides that "no one shall be denied the right to education" . The Commission notes in particular however, that none of the sentences makes any distinction between compulsory and voluntary schools . Having regard to this and considering moreover that the second sentence of Art . 2 of the Protocol aims at "safeguarding the possibility of pluralism in education which possibility is essential for the preservation of the 'democratic society' " as understood by the Convention Icf . the above Judgment, para . 50), the Commission concludes that the education given in public nurseries, in spite of its non-compulsory character, must conform to the conditions laid down in Art . 2 of the Protocol . For these reasons, it is now the Commission's task to examine the applicants' allegations in the light of the said Article . b . Although admitting that they are not formally obliged to send their children to the municipal nursery school, the applicants contend that they are in fact obliged to do so They stale that their children cannot simultaneously attend different nurseries . As the State furthermore does not subsidise pre-schools run by idealistic organisations and religious congregations, the functioning of such private pre-schools becomes impossible . The Commission recalls, however, that Art . 2 of the Protocol does not go as far as to oblige the High Contracting Parties to subsidise any private education or teaching Icf . Judgment of 23 July 1968 of the European Court of Human Rights in the Belgian Linguistic Case, Yearbook 11, p . 832 (858, 8821 and the Judgment of 7 December 1976 of the Court in the Case of Kjeldsen and others, para 501 . A refusal of a State to grant subsidies for the establishment and running of private education is therefore not incompatuble with the requirements of Art . 2 of the Protocol . The Commission observes that there appears to be no other obstacles whatever to the setting up and running of private nursery schools in Sweden . Given the facts in the case, the mere recommendation to idealistic organisations and religious congregations not to arrange their pre-school activities at a time which would conflict with the activities of the public nursery school can hardly be considered as being such an obstacle . The Commission is therefore satisfied that there is no appearance of any violation of Art . 2 of the Protocol in this respect . c. It has then been contended by the applicants that the pedagogic programme for the implementation of the Pre-School Act will not provide a religious and philosophical education conformable to their wishes They fear that their children will be indocrinated with agnosticism and that the staff of the nursery school will convey their own norms to the children .
- 30 -
In the submission of the respondent Government Art . 2 of the Protocol cannot be violated in this case as the municipal pre-school is voluntary and as it moreover is based on the principle of tolerance and respect for the beliefs of other people . The Commission has previously found that Art . 2 of the First Protocol is applicable to the education and teaching given in voluntary public schools . The Slate has, on ihe other hand, a large discretion in making regulations for its educational system although this right is circumscribed by an obligation to respect the rights and freedoms set forth in the Convention and particularly in the second sentence of Art . 2 of Protocol No . I Icf . the Judgment of 23 July 1968 of the European Court of Human Rights in the Belgian Linguistic Case, Yearbook 11, p . 832 186011 . This implies ihat in regard to education and teaching care musi be taken "that information or knowledge included in the curriculum is conveyed in an objective, critical and pluralistic manner" . A High Contracting Party is, in other words, not allowed to pursue an aim of indoctrination which would not respect parents' religious and philosophical convictions Icf . the Judgment in the Case of Kjeldsen and others, para . 531 . The Commission, having examined the submissions of the parties, has found nothing to indicate that the nursery school as established by the 1973 Act on Pre-School Activities aims at influencing the children with any particular faith or belief but, rather, that it was the intention of the framers of the legislation that the children should learn to respect and tolerate the views and beliefs of others . In the absence of any evidence in support of ihe applicants' fear that their children would be indoctrinated with an anti-Christian or materialistic outlook on life the Commission fails to find anything to show that the conditions of Art . 2 of ihe Protocol have not been met with in the present case .
The Commission is aware of the possibility that a particular school or staff member of a school may abuse the manner of applying given instructions as to the education and teaching . The Commission notes that it is the task of the competent authorities to supervise that parents' religious and philosophical convictions are not disregarded by such abuses (cf . the Judgment in the Kjeldsen Case, para 54) . As to the present case, however, the applicants have failed to show that any incident whatever of that kind has occurred in regard to themselves . In view of all the above considerations, an examination by the Commission of this part of ihe application as it has been submined, including an examination made ex officio, does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Convention and in particular in Art . 2 of the First Protocol .
- 31 -
It follows that the remainder of the application is within the meaning of Art . 27 121 of the Conventio n
manifesily ill-founded
For these reasons, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
Résumé des faits Par une loi du 20 décembre 1973, le Parlement suédois IRiksdagl a décidé que chaque commune devrait entretenir une école maternelle publique, ouverte aux enfants de six ans, dés l'automne 1975 . La fréquentation de ces éco%s serait facultative . Le Parlement a également adopté des directives générales d'application de la loi. Cet enseignement préscolaire comprend au moins 15 heures par semaine et 525 heures par an . Les communautés religieuses ont été invitées é ne pas faire coïncider les heures de leurs activités de même genre avec celles des nouvelles éco/es maternelles . Les requérantes, au nombre de 40, sont mères de 53 enfants nés entre 1967 et 1974 et résident à H ., une localité des environs de Stockholm . El/es alléguent une violation de leur droit d'assurer l'éducation de leurs enfants conformément A leurs convictions religieuses et philosophiques . Elles prétendent à ce sujet qu'e1/es ne seront pas libres, en fait, d'envoyer leurs enfants à /'éco% maternelle de leur choix car, une fois les éco/es municipales créées, les éco%s privées religieuses péricliteront faute de subventions officielles . Or les écoles municipales, 8/eur avis, dispenseront un enseignement teinté d'agnosticisme .
1 TRADUCTIONI EN DROI T Les requérantes allèguent que la loi du 20 décembre 1973 sur les activités préscolaires, entrée en vigueur le 1e r juillet 1975, ainsi que les directives données pour son application, constituent une violation des droits dont elles disposent en tant que parents de faire instruire leurs enfants conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques . Elles invoquent à cet égard l'article 2 du Protocole additionnel à la Convention qui stipule : « Nul ne peut se voir refuser le droit à l'instruction . L'Etat, dans l'exercice des fonctions qu'il assumera dans le domaine de l'éducation et de l'enseigne-
- 32 -
ment, respectera le droit des parents d'assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques . » 1 . La Commission a tout d'abord examiné si les requérantes sont des « victimes », au sens de l'article 25 de la Convention . D'après l'article 25, en effet, la Commission peut être saisie de requêtes adressées par « toute personne physique, toute organisation non gouvernementale ou tout groupe de particuliers, qui se prétendvictime d'une violation par l'une des Haules Parties contractantes des droits reconnus dans la présente Convention, dans le cas où la Haute Partie contractante mise en cause a déclaré reconnaître la compétence de la Commission dans cette matiére v . Comme la Commission l'a toujours reconnu, elle ne peut examiner la compatibilité d'une loi interne avec la Convention qu'au regard de son application à une personne physique, une organisation non gouvernementale ou à un groupe de particuliers et seulement si le requérant prétend que son application constitue une violation de la Convention au regard de la personne, de Porganisation ou du groupe en question Icf . Requêtes N° 290/57, X . c/Islande, Annuaire 3, pp . 214, 220 et N° 867/60, X . c/Norvège, Rec . de déc . 6, p 34) . a . En l'espéce, les neuf requérantes du groupe 1 n'ont que des enfants nés en 1967 et 1968, qui avaient donc dépassé l'âge préscolaire lors de l'entrée en vigueur de la loi sur les activités préscolaires le 1 - juillet 1975 . La Commission reléve en outre que ces requérantes elles-mêmes n'ont nullement prétendu étre victimes de ladite loi . Or, la Commission ne peut pas examiner in abstracro la compatibilité de la loi sur les activités préscolaires avec les dispositions de la Convention . II s'ensuit que cette partie de la requête est incompatible ratione personae avec la Convention, au sens de l'article 27, 4 2 . b . Le deuxiéme groupe de requérantes comprend treize mères dont les enfants n'avaient pas encore atteint l'âge préscolaire au moment où la législation incriminée est entrée en vigueur . La Commission pense que ces requérantes s'estiment victimes d'une violation de la Convention en ce sens que la loi sur les activités préscolaires pourra les affecter dans l'avenir . Elle reléve d'ailleurs que les enfants de ces requérantes sont peut-être arrivés à l'âge préscolaire pendant le déroulement des procédures devant la Commission . Comme les requérantes du groupe 3 peuvent être, aux fins de la présente requéte, considérées comme des victimes, au sens de l'anicle 25 de la Convention, la Commission peut s'abstenir d'examiner si les requérantes du groupe 2 peuvent également être ainsi qualifiées . 2 . Les dix-huit requérantes du troisiéme groupe avaient toutes des enfants d'àge préscolaire au moment où la loi de 1973_est entrée en vigueur . a . Le Gouvernement a fait valoir que ces requérantes ne sauraient pas non plus @tre considérées comme des victimes puisqu'elles ne sont pas tenues d'envoyer leurs enfants à l'école maternelle municioale .
- 33 -
La Commission ne partage pas ce point de vue car il faudrait alors sous-entendre que l'article 2 du Protocole ne s'appliquerait pas à l'instruction et à l'enseignement dans les écoles publiques lacu/tatives . La Commission se référe à cet égard à l'arrêt rendu par la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'affaire Kjeldsen et autres Icf . arrêt du 7 décembre 1976, § 50) . Dans cette affaire, la Cour a décidé que « la seconde phrase de l'article 2 s'impose aux Etats contractants dans l'exercice de l'ensemble « des fonctions n- en anglais "any functions" - dont ils se chargent en matiére d'éducation et d'enseignement, y compris celle qui consiste à organiser et financer un enseignement public n . II est vrai que cette phrase doit se lire en combinaison avec la premiére qui stipule que a nul ne peut se voir refuser le droit à l'instruction » . Mais la Commission reléve qu'aucune de ces deux phrases ne distingue entre écoles obligatoires et écoles facultatives . Compte tenu de ce qui précède et considérant en outre que la seconde phrase de l'anicle 2 du Protocole vise « à sauvegarder la possibilité d'un pluralisme éducatif, essentielle à la préservation de la 'société démocratique' telle que la conçoit la Convention » Icf . l'arrêt précité, § 501, la Commission arrive B la conclusion que, nonobstant son caractère facultatif, l'enseignement donné dans les écoles maternelles publiques doit se conformer aux conditions stipulées à l'article 2 du Protocole . C'est pourquoi il incombe maintenant à la Commission d'examiner les allégations des requérantes dans l'optique de cet article . b . Tout en admettant qu'elles ne sont pas juridiquement obligées d'envoyer leurs enfants à l'école maternelle municipale, les requérantes prétendent qu'elles y sont obligées en fait . D'une part, leurs enfants ne peuvent pas fréquenter simultanément plusieurs écoles maternelles . D'autres part, comme l'Etat ne subventionne pas les établissements préscolaires gérés par des organisations à but idéal et des congrégations religieuses, le fonctionnement de ces établissements privés devient impossible . La Commission rappelle toutefois que l'article 2 du Protocole ne va pas jusqu'9 obliger les Hautes Parties contractantes à subventionner quelque enseignement privé que ce soit Icf . arrêt du 23 juillet 1968 rendu par la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'Affaire linguistique belge, Annuaire 11, p . 832 (858, 882) et arrêt du 7 décembre 1976 rendu par la Cour dans l'affaire Kjeldsen et autres, § 50) . Le refus par l'Etat d'accorder une subvention pour créer et gérer des établissements d'enseignement privé n'est donc pas contraire aux exigences de l'anicle 2 du Protocole . La Commission fait observer qu'il ne parait pas y avoir d'autres obstacles à la création et au fonctionnement d'écoles maternelles privées en Suéde . Vu les faits de la cause, on ne saurait guère considérer comme un tel obstacle la simple recommandation faite aux organisations à but idéal et aux congrégations reli-
-34-
gieuses de ne pas placer leurs activités préscolaires à une heure qui coïnciderait avec celles de l'école maternelle publique . La Commission est donc convaincue qu'il n'y a, à cet égard, aucune apparence de violation de l'article 2 du Protocole . c. Les requérantes prétendent en outre que le programme pédagogique de mise en ceuvre de la loi sur les activités préscolaires ne comportera pas un enseignement religieux et philosophique conforme à leurs désirs . Elles redoutent de voir leurs enfants endoctrinés dans l'agnosticisme et les enseignants de l'école maternelle inculquer leurs propres valeurs à leurs enfants . De l'avis du Gouvernement défendeur, il ne saurait y avoir en l'espéce violation de l'article 2 du Protocole, puisque l'école maternelle municipale est facultative et qu'elle se fonde en outre sur les principes de tolérance et de respect des convictions d'autrui . La Commission vient de constater que l'article 2 du Protocole additionnel s'applique à l'instruction et à l'enseignement dispensés dans les écoles publiques facultatives . L'Etat dispose, d'autre part, d'un large pouvoir d'appréciation en édictant les réglements régissant son systéme d'instruction, encore que ce pouvoir soit limité par l'obligation de respecter les droits et libertés énoncés dans la Convention et notamment dans la seconde phrase de l'article 2 du Protocole additionnel (cf . arrèt du 23 juillet 1968 rendu par la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'Affaire linguistique belge, Annuaire 11 et 832 I86011 . Ceci implique que dans l'instruction et dans l'enseignement, il convient de veiller à ce que les ninformations ou connaissances figurant au programme soient diffusées de maniére objective, critique et pluraliste» . En d'autres termes, une Haute Partie contractante n'est pas autorisée à poursuivre un but d'endoctrinement qui ne respecterait pas les convictions religieuses et philosophiques des parents (cf . arrét rendu dans l'affaire Kjeldsen et autres, § 53) . Aprés avoir examiné les arguments des parties, la Commission n'a rien trouvé qui indiquerait que l'école maternelle, telle qu'elle a été créée par la loi de 1973 sur les activités préscolaires, vise à influencer les enfants dans une foi ou une croyance particuliéres . Elle a plutôt constaté que l'intention des auteurs de ce texte était de voir les enfants apprendre à respecter et à tolérer les idées et les croyances d'autrui . En l'absence de tout élément de preuve à l'appui des craintes manifestées par les requérantes de voir leurs enfants endoctrinés selon une conception anti-chrétienne ou matérialiste de l'existence, la Commission n'a rien trouvé qui montrerait que les exigences de l'article 2 du Protocole n'ont pas été satisfaites en l'espéce . Il n'échappe pas à la Commission que des abus peuvent se produire dans la façon dont telle école ou tel maitre applique les instructions données quant à l'instruction et à l'enseignement qu'il ou elle dispense . La Commission relève qu'il incombe aux autorités compétentes de veiller à ce que des abus de ce genre ne viennent pas heurter les convictions religieuses et philosophiques des parents (cf . l'arrêt rendu dans l'affaire Kjeldsen, § 54) . Dans la présente affaire toutefois, les requérantes n'ont pas démontré qu'un incident de ce genre se soit produit en ce qui'les concerne .
- 35 -
En raison de ce qui précéde, l'examen par la Commission de cette partie de la requête, telle que les parties la lui ont présentée, y compris un examen d'office, n'a révélé aucune apparence de violation des droits et libertés énoncés dans la Convention, notamment dans l'article 2 du Protocole additionnel . Il s'ensuit que le restant de la requête est manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, § 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REOUETEIRRECEVABLE .
- 36 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 09/03/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.