Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6998/75
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-05-14;6998.75 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : X
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 6998/75 X . v/the UNITED KINGDOM X . c/ROYAUME-UN I DECISION of 14 May 1977 on the admissibility of the application DECISION du 14 mai 1977 sur la recevabilité de la requête
Article 5, paregraph 1(a ) of the Convention : Is this provision applicable to a person whose detention in a psychiatric clinic has been ordered by a megistrate on the basis of the Mental Health Act 1959 in the context of criminal proceedings instituted against him ?
Articte 5, paragraph 1 ( e) of the Convention : If a person of unsound mind, released from a psychiatric clinic is recalled to the institution after severat years on the basis of an order issued by an administrative authority, what guarantees against arbitrary detention must be conferred ? Article 5, paragraph 2 of the Convention : What is the scope of the information that must be given to a person who has been recalted to a psychiatric clinic as a person of unsound mind ? Article 5, paragraph 4, of the Convention : Concerning detention for reasons of mental heahh, does the prompt judicial control (habeas corpus) based only on the lawfullness of the detention but not on its merits satisfy the requirements of Article 5, paragraph 4 ? Application declared admissible . Article 5, paragraphe 1, fitt . a) de la Convention : Ce tte disposition est-elle applicable au cas d'une détention en clinique psychiatrique ordonnée par le juge, en vertu d'une loi sur les malades mentaux IMental Heatth Act, 19591, dans le cadre d'une procédure pénale dirigée contre l'intéressé ? Article 5, paragraphe 1, titt . e), de la Convention : Lorsqu'un aiiéné libéré d'une clinique psychiatrique y est réintégré aprés plusieurs années sur ordre d'une autorité administrative, quelles garanties contre une détention arbitraire doivent être accordées ? Article 5, paragraphe 2, de la Convention : Quelle est l'étendue des informations qui doivent étre données à une personne réintégrée en clinique psychiatrique comme malade mental ? Article 5, paragraphe 4, de la Convention : S âgissant d'une détention pour maladie mentale, un contrôle judiciaire immédiet (Habeas corpus) ne portent que sur la tégafité de la détention, mais non sur son bien-fondé, répond-ilaux exigences de l'article 5 § 4? Requête déclarée recevable.
_1p8_
(français : voir p . 115)
THE FACTS
The applicant is a United Kingdom citizen born in 1934 and at the time of lodging his application was detained in Broadmoor Hospital . He is represented before the Commission by Mr T .M . Napier, Solicitor, of Messrs . Irwin Mitchell & Co ., Solicitors, Sheffield . The facts as submitted by the applicant and summarised in a letter from the National Council of Civil Liberties to the Home Office are as follows : On 22 October 1968 Mr X . appeared at Sheffield City Assizes and pleaded guilty to a charge of wounding with intent under Section 18 of the Offences Against the Person Act 1861 . The case was head by Sebag Shaw J . and was then adjourned for a week for medical reports . At the adjourned hearing on 7 November 19 68 an order was made by the Court under Section 60 of the Mental Health Act 1959, by which the applicant was ordered to be detained in Broadmoor Hospital because of his mental health . On 19 May 1971 in pursuance of Section 66 (2) of the Mental Health Act 1959 the Secretary of State for the Home Office granted Mr X . a conditional discharge from Broadmoor, the conditions being that he should live at a specified address with his wife, that he should be under the supervision of a Probation Officer and that he should attend a psychiatric out-patient clinic in Sheffield . The warrant of conditional discharge was issued by the Home Office on the recommendation of Doctor U ., the Psychiatrist in charge of Mr X . at Broadmoor . It was possible for the discharge to be made conditional because when the orde r
of detention in Broadmoor was made in 1968, the trial Judge also made a restriction order under Section 65 of the Mental Health Act without limit of time . If, therefore, he was ever to be recalled to Broadmoor after his conditional discharge the power to recall him, according to Section 66 (3 ) , was vested solely in the Secretary of State as well as the responsible medical officer (Dr U .) . With this background, therefore, Mr X . was released on 19 May 1971 . Between that date and 5 April 1974, when he was arrested by police officers at his home in Sheffield, he committed no criminal offence . Although he was unable to find employment immediately after his release he did settle down into regular employment eventually and prior to the date of his arrest on 5 April 1974 had been continuously employed for sixteen months as a grinder at the F . Works in Sheffield and, for the last two weeks prior to his arrest, at the British Steel Corporation's S . works near Sheffield . Shortly after the applicant's return from work on the evening of 5 April 1974 he was arrested by the police, detained overnight and the following day escorted to Broadmoor Hospital . He was informed that his recall had been ordered by the Secretary of State as a result of information received from the applicant's probation officer . Immediately after he was arrested he applied for an emergency civil legal aid certificate to apply for a writ of Habeas Corpus . The certificate was granted and the application was heard by the Divisional Court on 24 May 1974 . The Court adjourned the application until further information could be obtained as to the reason for the recall .
- 107 -
With this authority from the Court it was possible to ask the Home Office to give reasons for Mr X .'s detention . In a letter dated 31 May 1974 from the Home Office it was stated : "In April 1974 the supervising Probation Officer reported to the responsible consultant psychiatrist at Broadmoor that Mr X .'s condition was giving cause for concern . In the light of the advice subsequently received from the consultant the Home Secretary considered it necessary for the protection of the public and in Mr X .'s own interests that he should be recalled to hospital immediately for further observation and treatment . " The Home Office did not state what it was about Mr X .'s condition that was giving cause for concern and the Probation Service in Sheffield declined to give any information on the facts that are supposed to have come to the notice of the Probation Officer .
On 18 June 1974 the adjourned application for a Writ of Habeas Corpus was heard in the Divisional Court consisting of James Ormond, L .J .J . and Waller, J . The Court had before it the letter from the Home Office of 31 May 1974, letters from three of Mr X .'s workmates at F . stating that they found nothing unusual about his behaviour and that he was a perfectly normal workmate, and affidavits from Mr X .'s general practitioner, Dr R ., and Professor J ., Consultant Psychiatrist, exhibiting recent medical reports dealing with their contacts with him, between the date of conditional discharge and date of recall . On this occasion the Court rejected the application without stating full reasons . It was not made clear whether they felt that there was no jurisdiction after all or whether they felt that on the evidence before them that the recall should not be questioned . It was stated that the Probation Officer was responsible for the applicant and that it was for him to sound the alarm . The applicant claims therefore, that he was returned after three years without going before any legal authority or any doctor who certified that he was of unsound mind . The Habeas Corpus proceedings did not investigate the merits of the Secretary of State's decision but had to accept the legality of it as it was made in accordance with the provisions of the Mental Health Act 1959 . The applicant submits that he has no other remedy because although he could ask the Secretary of State to refer his case for examination to the Mental Health Review Tribunal, the Secretary of State is not bound by the opinion the tribunal might reach, nor does it appear that the Home Secretary's decision can be challenged in the courts .
Complaints The applicant complains of his recall to detention in Broadmoor and invokes Arts . 3, 5 111 Icl and (e), 5 121 and 5 131 . PROCEEDINGS BEFORE THE COMMISSIO N The present application was lodged with the Commission on 14 July 1974 and registered on 2 May 1975 . On 11 March 1976 the Commission decided' to declare the application inadmissible insofar as the applicant complained of a breach of Article 3 of the Convention . It ' Decision not oublished
- 108-
also decided, in accordance with Rule 42 para . 2 (b) of its Rules of Procedure, to communicate the application to the United Kingdom Government and to invite them to present their observations on the admissibility of the application in the light of paras . (1) Icl, (1) (e), (2) and (4) of Article 5 of the Convention . The United Kingdom Government's observations on admissibility are dated 11 May 1976 . They submitted further observations on the admissibility of the application on 25 August 1976 . In accordance with Rule 7 of the Legal Aid Addendum of the Commission's Rules of Procedure the Acting President of the Commission, on 7 September 1976, granted the applicant legal aid for the presentation of his observations on admissibility by Messrs . Irwin Mitchell & Co ., Solicitors, Sheffield . The applicant's reply to the United Kingdom Government's observations on admissibility were forwarded to the Commission on 24 September 1976 . On 4 March 1977 the Commission decided, in accordance with Art . 42 (2) (b), in fine, of its Rules of Procedure, to invite the parties to appear before it to present observations on the admissibility and merits of the application under Art . 5 of the Convention, together with such observations as they might have on three other related cases from mental health patients against the United Kingdom . The hearing was held on 11 and 12 May 1977 and the present decision was reached after deliberations on 14 May 1977 . A . The submissions of the Respondent Government (a) The facts The respondent Government sets out the relevant domestic law and practice, as well as the facts considered relevant to the applicant's complaint . It appears that the respondent Government agrees with the facts as stated . It does, however, provide further information relating to the events of Friday 5 April 1974 the date of the applicant's recall . That day the probation officer was informed by the applicant's wife and her son by a previous marriage that her previous progress reports on her husband were untrue. In fact, she said that he had remained "deluded and threatening", accusing her of being a "loose woman" . He was also being obscene and drinking rather heavily, particularly on Friday nights. She wanted him out of the house and stated her intention to leave him the next day but was afraid to return home to him that night . As a result the probation officer reported this immediately to the consultant at Broadmoor who, being aware of the applicant's background and alarmed at the possible consequences, immediately contacted the Home Office, whereupon a warrant was issued for the applicant's recall .
(b) The la w 1 . Article 5111 (c ) The United Kingdom Government do not seek to argue in this case that the applicant's recall was for the purpose of bringing him before a competent legal authority since it is accepted that there was never any suspicion that the applicant had committed an offence between his conditional discharge and 5 April 1974 when he was recalled
.
-
109-
2. Anic%5 ( 1) (e ) The respondent Government submit that the applicant was at the time of his recall, still subject to detention as a person of unsound mind and held lawfully within the context of Art . 5 111 (e) . The respondent Government rely on the principles set out by the Commission and the Court in the "Vagrancy" cases against Belgium to support this submission .
3 . Article 5 (2) It is claimed that Art . 5 as a whole appears to draw a distinction between arrest and detention and the respondent Government submit that there is some doubt whether the wording of para . 2 is apt to cover the cases of detention referred to in para . 1(e) . If the view is taken that it is apt, then the respondent Government contend that in the case of a person of unsound mind, particularly when they are violent or deluded, reasons need only be given in very general terms . Consequently the information provided to the applicant as to the reasons for his recall satisfied the requirements of Art . 5 (2) . Any complaint under this head is therefore manifestly ill-founded .
4 . Article 514) The lawfulness of the applicant's detention was speedily decided in that an application for a writ of Habeas Corpus was made on behalf of the applicant before the Queen's Bench Division of the High Court of Justice . This application was unsuccessful because, in the view of the court, the Home Secretary's recall was lawful and in accordance with the provisions of Section 66 of the Mental Health Act 1959 . In its further observations on the admissibility of the application, the respondent Government supplied more detailed information relating to Habeas Corpus proceedings in the context of Art . 5 141 . It is submitted that, in the established case-law of the Commission and the Court, the requirement of Art . 5 (4) is satisfied where a detention has been ordered by a court following proper judicial procedure . Reference is made to para . 76 of the Judgment of the Court in the "Vagrancy" cases that Art . 5 (4) is observed if the detention is ordered by a"court" within the meaning of para . 4 . Further reference is also made to para . 77 of the Court's judgment in the case of Engel and others. After his recall the applicant continued to be detained under the hospital order made by a court on 7 November 1968 . This order had been reviewed on appeal by the Court of Appeal on 14 October 1969 and his appeal was dismissed . The purpose of Art . 5 (4) is to guarantee the right of a person arrested or detained to have a court consider, in cases where the arrest or detention was not ordered by a court following the correct judicial procedures, whether the arrest or detention is legal under his own domestic law . It is submitted that the object of Habeas Corpus proceedings is the same, and that it is indisputable that the applicant was lawfully detained under English law . The lawfulness of the applicant's detention in terms of technical legal justification was dealt with by the Habeas Corpus proceedings . If the applicant had been able to disclose a prima facie case that he was being illegally detained, the hospital authorities who would then have had to file an affidavit annexing the hospital order, the restriction order and the warrant of recall . It would then have been for the applicant to show that there was some illegality underlying the procedure .
- 110 -
It is the submission of the respondent Government that the "material justification" for the continuing detention or the recall of a person of unsound mind lawfully detained under Art . 5 (1) (e) is not part of the "lawfulness" which is susceptible to review by a court under Art . 5(4) . The Home Secretary may at any time refer a case to the Mental Health Review Tribunal for advice, and must do so if requested by the applicant . In the case of a recalled patient, he may not make such a request until six months after readmission . The respondent Government submit that this is a reasonable time during which the responsible medical officer and others may reassess the mental condition of the patient . They refer to the Commission's jurisprudence in a similar case (presumably the case of X . v . Belgium, Application No . 6692/74 ) ' in which the Commission stated that the right of a mental health patient to reapply for a review of his case only after six months have elapsed is not contrary to the obligation to have the lawfulness of detention decided speedily . The respondent Government further submit that whilst the technical lawfulness of the recall of a mental patient may be subject to immediate review by a court, the material justification cannot be so subject . The recall may arise from suspicion that the person is deteriorating mentally and that the risk of leaving him in the community is no longer an acceptable one . In any event, a court is not a suitable body to review a person's mental condition which may be subject from week to week to amelioration or deterioration . 5 . Artic% 5 ( 1) (a ) Although the Commission did not request the respondent Government to address observations to sub-paragraph (a) of Art . 5 111 the Government submit that the said sub-paragraph is relevant to Mr X .'s application . In so far as the applicant alleges that he was unlawfully deprived of his liberty , the respondent Government in addition justify his detention by reference to the provisions of Art . 5 111 (a) in that he was continuously subject to detention by virtue of the hospital order made on 7 November 1968 under Section 60 (1) of the Mental Health Act 1959 . This, it is submitted, was a lawful detention of a person after conviction by a competent court . The applicant's submission s
(a) Facts relevant to the applicant's complaints It appears that the facts are as such not in dispute between the parties . However, it is stated on behalf of the applicant that the information contained in the respondent Government's observations on admissibility was precisely the information which should have been made available to Mr X . and/or his legal advisers immediately on the arrest or at the subsequent Habeas Corpus proceedings . The reasons for Mr X .'s recall were at the time limited to a brief stitement that "Mr X's condition was giving cause for concern" and did not include additional information such as the opinion expressed by the applicant's wife to his probation officer that the applicant had remained deluded and had threatened her . If Mr X . was mentally deluded, it is submitted that there was nothing to prevent the Home Office from disclosing the detailed information set out in the Government's observations . Had the more detailed information been available at the Habeas Corpus proceedings i t ' See D .R .2/109 .
- 111 -
would have been possible to comment on the possibility that the applicant's wife might have exploited the certainty of recall to have her husband removed from the home when the marriage had broken down . It is significant that the correspondence annexed to the applicant's submissions, especially the letters of 13 and 15 April 1974 written by Mr X . to his solicitors, indicate that the applicant thought that his wife and her son (by a previous marriage) had been responsible for his recall . His mother informed him that his wife was seeking a divorce and that it looked as if the action taken by his wife had been carefully planned .
In addition the applicant's solicitor refers, by way of comment on existing domestic law, to ce rt ain passages of the report of the Committee on Mentally Abnormal Offenders presented to the United Kingdom Parliament by the Secretary of State for the Home Department and the Secreta ry of State for Social Affairs in October 1975 (Cmnd 6244) . The Committee was of the opinion that the present system of recall by the Home Secretary requires modification taking into account the safety of the public and the right to liberty of the individual . It considered, for example, recourse to independent professional advice is essential . Ibl The la w 1 . Article 5 ( 1) Ic) It is accepted on the applicant's behalf that any complaint under Art . 5 (1) (c) of the Convention is inappropriate .
2 . Article 5111 ( e) There is no doubt that the recall of the applicant was in accordance with domestic law . However, it is submitted that there has been no indication of any psychiatric evidence to suggest that between the date of conditional discharge and the date of recall the applicant acted in such a way as to give cause for concern . To satisfy the requirements of Art . 5 (1) (e) it was necessary to be certain at the time of the applicant's detention on 5 April 1974 that he was a person of unsound mind . It could not be assumed that he was of unsound mind from the date of the original court order in November 1968 indefinitely . It is submitted that the recall was decided upon in an arbitrary manner . There had been no opportunity for an independent psychiatric examination of the applicant to establish whether he was on 5 April 1974 of unsound mind . It is also submitted that there was no check on the applicant's state of mental health between arrest in Sheffield on 5 April 1974 and his arrival at Broadmoor on the following day (note of the telephone conversation on 8 April 1974 between Mr Napier of Irwin & Mitchell and Co . and Dr U ., annexed to the observations) . It is only in the United Kingdom Government's first set of observations, paragraph 18, that it is stated for the first time that the Broadmoor authorities took the view that on recall the applicant was still psychotic and remained so for some time . The applicant contends that the information relied on provided by the Government did not adequately determine the state of his mental health . 3 . Article 5 (2 ) It is submitted that the distinction between arrest and detention suggested by the United Kingdom Government in their submissions is misguided . The fact is that there was no way in which Mr X . could have been deprived of his liberty on 5 April 1974 ,
- 112 -
other than by his arrest by the Sheffield police and his subsequent detention until officers from Broadmoor collected him and returned him to the hospital where his detention continued . It is submi tt ed that A rt . 5(2 ) implies the inclusion of the word detention as an alternative to arrest . The reasons given to his solicitors and to the applicant by his doctor were so brief and vague that they could not even be described as reasons given in very general terms . The applicant does not accept that at the time of his recall he was violent or deluded . It was his wife who apparently described him in such a way but he states that she was not qualified to say whether he was deluded, nor was any information given as to the instances of delusion . Even if the applicant had been violent and deluded it is submitted that there could be no objection to supplying his solicito rs with full information even if this were given on the understanding that it should not be disclosed to the applicant himself . It is not understood how the safety of the public is affected by the giving of reasons for recall . 4 . Article 5 (4) It is submi tt ed that A rt . 5 (4) requires the lawfulness of detention, which includes, of necessity, the material reasons for the detention, to be decided by a court . Habeas Corpus proceedings merely examine the technical legal justification of detention and the Mental Health Review Tribunal cannot examine the material justification of detention until six months have elapsed and even then can only advise the Home Secreta ry about the case . The applicant submits that such safeguards do not fulfil the requirements of Art . 5(41 .
5 . Artic% 511 1 It is submitted that the provision applicable to Mr X . under Art . 5 (1) is sub-section ( e) and not sub-section ( a) as submitted by the United Kingdom Government in that Art . 5( 1 ) (e) refers to, inter alia, persons of unsound mind, thereby distinguishing these persons from the pe rsons envisaged in Art . 5 (1) (a) . The applicant contends that Art . 5( 1 ) (e) has been violated in his case as there had been no verification that he was a person of unsound mind at the time of his , recall to Broadmoor .
SUMMARY OF POINTS IN DISPUT E As regards Article 5(1) (a), the Government submit that this provision is relevant to Mr X .'s application in that since the applicant was continuously subject to detention by virtue of the hospital order of 7 November 1968 under Section 60 (1) of the Mental Health Act 1959, the detention was the lawful detention of a person after conviction by a competent court . The applicant maintains that this sub-paragraph is inapplicable and that sub-paragraph (e) is relevant in his case . As regards Article 5 (1) (el, both the applicant and respondent Government agree that the recall of Mr X . was lawful according to United Kingdom law, although the applicant claims that the recall was unlawful for the purposes of Art . 5(1) (e) as it was arbitrary, there having been no check on the applicant's state of mental health between arrest in Sheffied) on 5 April 1974 and his arrival at Broadmoor on the following day .
- 113 -
As regards Article 5(2), the respondent Government doubt whether the wording of this paragraph is apt to cover the cases of detention referred to in paragraph 1 lel, while the applicant maintains that the distinction made by the United Kingdom Government between arrest and detention is misguided . The respondent Government further claim that even if the wording of this paragraph did cover cases of detention referred to in paragraph 1 (e) the reasons for the detention of a person of unsound mind need only be given in very general terms . The applicant disputes this and claims that the brief and vague reasons given for recall could not even be described as reasons given in very general terms, and fall short of the requirements of this paragraph of the Article .
Finally, as regards Article 5(4), it is submitted on behalf of the applicant that the combination of Habeas Corpus proceedings, and the possibility of a referral to the Mental Health Review Tribunal six months after recall is an inadequate system to satisfy the requirements of this Article . The respondent Government submit that whilst the lawfulness of the recall of a mental patient may be subject to immediate review by a court IHabeas Corpus proceedingsl the material justification on grounds following recall cannot be so subject . THE LA W The Commission has carried out a preliminary examination of the information and arguments submitted by the parties . It also had regard to its partial decision of 11 March 1976 on the admissibility of the application and finds that the remainder of the application raises complex issues of law and fact under Art . 5 of the Convention whose determination necessitate an examination on the merits . It follows that in the circumstances of the case these aspects of the application cannot be regarded as being manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention, and must therefore be deemed admissible, no other ground for declaring them inadmissible having been established . For these reasons the Commissio n DECLARES ADMISSIBLE and retains the remainder of the application, without in any way prejudging the merits of the case .
- 114 -
(TRADUCTION ) EN FAI T Le requérant, ressortissant britannique, né en 1934, était, à l'époque où il a introduit sa requête, détenu à l'hôpital psychiatrique de Broadmoor . II est représenté devant la Commission par M . T .M . Napier, solicitor du Cabinet de MM . Irwin Mitchell et Cie ., solicitors à Sheffield . Les faits, tels qu'ils ont été présentés par le requérant et résumés dans une lettre adressée par le Conseil National des Libertés civiques (National Council of Civil Liberties) au Ministère de l'Intérieur, sont les suivants : Le 22 octobre 1968, M . X . comparaissait devant les assises de Sheffield et plaidait coupable sur accusation de blessures avec préméditation, délit puni par l'article 18 de la Loi de 1861 sur les atteintes aux personnes (offences against the person act) . L'affaire fut entendue par le juge Sebag Shaw, puis ajournée à une semaine pour obtenir des rapports médicaux . A la nouvelle audience du 7 novembre 1968, le tribunal décida que, conformément à l'article 60 de la Loi de 1959 relative aux malades mentaux (Mental Health Act), le requérant serait détenu à l'hôpital de Broadmoor pour déficience mentale . Le 19 mai 1971, conformément à l'article 66, § 2, de la Loi de 1959 sur les malades mentaux, le Ministre de l'Intérieur accorda à M . X . le bénéfice de la libération conditionnelle : l'intéressé quittait Broadmoor à condition de vivre avec sa femme en un endroit déterminé, d'être placé sour la surveillance d'un agent de probation et de se rendre périodiquement A la consultation externe d'une clinique psychiatrique de Sheffield . L'ordonnance de libération conditionnelle fut délivrée par le Ministère de l'Intérieur sur recommandation du D l U ., le psychiatre chargé à Broadmoor de M . X .
La libération put ètre rendue conditionnelle, parce qu'en ordonnant l'internement à Broadmoor en 1968, le juge du procés avait également, en vertu de l'article 65 de la Loi sur les malades mentaux, émis pour une période indéterminée une ordonnance dite restrictive Irestriction order) . Si donc il s'avérait un jour nécessaire de rappeler l'intéressé à Broadmoor aprés sa libération conditionnelle, selon l'article 66, § 3, seul le Ministre serait habilité à le faire de concert avec le médecin responsable du détenu (D' U .) . Voilé dans quel contexte M . X . fut libéré le 19 mai 1971 . Entre cette date et le 5 avril 1974, date à laquelle il fut arrêté par des agents de police à son domicile à Sheffield, il ne commit aucune infraction pénale . II ne put, il est vrai, trouver un emploi aussitôt aprés sa libération mais en fin de compte, il se mit réguliérement au travail et il avait, avant son arrestation le 5 avril 1974 . travaillé sans interruption pendant seize mois comme affûteur aux acieries F . à Sheffield et, pendant les deux semaines précédant son arrestation, aux Usines S . de la British Steel Corporation près de Sheffield . Peu après étre rentré du travail le soir du 5 avril 1974, le requérant fut err9té par la police, gardé au commissariat toute une nuit et escorté le lendemain à l'hôpital de Broadmoor . II fut informé que son réinternement avait été ordonné par le Ministre de l'Intérieur à la suite des renseignements fournis par l'agent de probation chargé du requérant .
Immédiatement après son arrestation, le requérant demanda l'octroi d'une assistance judiciaire d'urgence pour solliciter une ordonnance d'habeas corpus . Le certificat lui fut délivré et sa cause fut entendue par la « Divisional Court » le 24 mai 1974 . La cour ajourna l'examen de l'affaire jusqu'à ce qu'elle ait obtenu davantage de renseignements sur les raisons du réinternement du requérant .
- 115 -
Gr®ce à cette décision du tribunal, il fut possible de demander au Ministére de l'Intérieur de fournir les raisons de la détention de M . X . Le Ministére de l'Intérieur répondit par lettre datée du 31 mai 1974 que : « En avril 1974, l'agent de probation chargé de la surveillance de l'intéressé a indiqué dans son rapport au psychiatre attaché à Broadmoor que l'état de M . X . donnait des motifs d'inquiétude . Au vu de l'avis que lui communiqua par la suite le psychiatre consulté, le Ministre de l'Intérieur a jugé nécessaire à la protection du public et dans l'intérét de M . X . lui-méme de rappeler ce dernier immédiatement à l'h6pital pour mise en observation et traitements complémentaires . n
Le Ministére de l'Intérieur ne précisa pas ce qui, dans l'état de M . X ., donnait des motifs d'inquiétude et le service de probation à Sheffield ne voulut point fournir d'information sur les faits supposés avoir été signalés à l'agent de probation . Le 18 juin 1974, la demande d'ordonnance d'habeas corpus, qui avait été ajournée, fut entendue par la « Divisional Court » composée des juges Ormond et Waller . Le tribunal avait eu communication de la lettre du Ministére de l'Intérieur du 31 mai 1974, des lettres émanant de trois des camarades de travail de M . X . à F ., déclarant n'avoir rien constaté d'anormal dans le comportement de leur camarade et des attestations sous serment du médecin généraliste de M . X ., le Dr R ., et du Prof . J ., psychiatre consultant, transmettant des rapports médicaux récents faisant état de leurs contacts avec l'intéressé entre la date de sa libération conditionnelle et celle de son réinternement . Le tribunal rejeta cette fois la demande sans pleinement exposer ses motifs . Il ne disait pas clairement s'il s'estimait finalement incompétent ou s'il jugeait qu'au vu des moyens de preuves fournis, il ne pouvait pas contester le réinternement . La décision indiquait que l'agent de probation étant responsable du requérant, c'était bien à lui de donner l'alarme .
Le requérant se plaint donc d'avoir été, après trois ans passés en liberté, réinterné sans avoir comparu devant aucune instance juridique et sans qu'aucun médecin ait certifié qu'il n'était pas sain d'esprit . La procédure d'habeas corpus n'a pas permis d'examiner le bien-fondé de la décision du Ministre mais a dû en reconnaitre la légalité comme étant conforme aux dispositions de la Loi de 1959 sur les malades mentaux . Le requérant fait valoir qu'il n'a pas d'autre recours puisque, s'il peut demander au Ministre de déférer son dossier à l'examen du Mental Health Review Tribunal', le Ministre n'est pas tenu de suivre l'avis de cet organe et il ne semble pas que la décision du Ministre de l'Intérieur puisse être contestée en justice . GRIEFS Le requérant se plaint d'avoir été réinterné à Broadmoor et invoque les articles 3, 5 § 1 cletel,5§2et5§3 . PROCÉDURE DEVANT LA COMMISSIO N La présente requ0te a été introduite auprés de la Commission le 14 juillet 1974 et enregistrée le 2 mai 1975 . Le 11 mars 1976, la Commission a décidé" de déclarer la requête irrecevable pour autant que le requérant se plaignait d'une violation de l'article 3 de la Convention . ' Organe de recours en matiAre d'internement . " Décision non publiEe .
- 116 -
Elle a également décidé, conformément à l'article 42, § 2 b) de son Règlement intérieur, de donner connaissance de la requ®te au Gouvernement du Royaume-Uni et de l'inviter à lui présenter ses observations sur la recevabilité de ladite requête en tenant compte des paragraphes 1 cl, 1 e), 2 et 4 de l'article 5 de la Convention . Les observations du Gouvernement britannique sur la recevabilité sont datées du 11 mai 1976. Des observations complémentaires sur la recevabilité de la requête ont ité présentées le 25 ao0t 1976 . Conformément à l'article 7 de l'Addendum au Règlement intérieur de la Commission, le Présldent par intérim de la Commission a, le 7 septembre 1976, accordé l'assistance judiciaire gratuite au requérant pour faire présenter ses observations sur la recevabilité par MM . Irwin Mitchell et Cie, solicitors à Sheffield . La réponse du requérant aux observations du Gouvernement du Royaume-Uni sur la recevabilhé a été adressée à la Commission le 24 septembre 1976 . Le 4 mars 1977, conformément à l'article 42, § 2 b) in fine de son Réglement intérieur, la Commission a décidé d'inviter les parties à comparaitre devant elle pour lui présenter des observations sur la recevabilité et sur le bien-fondé de la requête sous l'angle de l'article 5 de la Convention, ainsi que les observations qu'elles pourraient avoir à faire sur trois autres affaires connexes introduites par des malades mentaux contre le Royaume-Uni . L'audience s'est tenue les 11 et 12 mai 1977 et la présente décision a été prise à l'issue des délibérotions du 14 mai 1977 . A . ARGUMENTATION DU GOUVERNEMENT DÉFENDEUR a) En fait Le Gouvernement défendeur a exposé la législation et la pratique internes pertinentes et les faits qui, selon lui, se rapportent aux griefs du requérant . Le Gouvernement défendeur semble d'accord sur les faits tels qu'ils ont été présentés . Il apporte toutefois des précisions sur les événements du vendredi 5 avril 1974, date du réinternement psychiatrique du requérant . Ce jour-là, l'épouse du requérent et son fils d'un premier lit informérent l'agent de probation qu'elle n'avait pas dit la vérité dans ses prAcédents rapports sur son mari . En réalité, dit-elle, il était resté « halluciné et violent », l'accusant d'être une « femme de mauvaise vie » . Il se montrait également obscène et buvait plutôt sec, notamment le vendredi soir . Elle ne voulait plus le voir à la maison et elle indiqua son intention de le quitter le lendemain mais avait peur de le retrouver ce soir-là à leur domicile . L'agent de probation rapporta sur-le-champ cet entretien eu psychiatre ettaché à Broadmoor qui, connaissant les antécédents du requérant et alarmé par les conséquences possibles, prit immédiatement contact avec le Ministère de l'intérieur, lequel prit alors la décision de réinterner le requérant à l'hôpital . b)
En droit
1 . Article 5§ 1 c ) Le Gouvernement du Royaume-Uni ne prétend nullement qu'en l'occurrence le réinternement du requérant avait pour objet de le conduire devant une autorité judiciaire compétente puisqu'il est admis qu'il n'y a jamais eu lieu de soupçonner que l'intéressé ait commis une infraction entre sa IibAration conditionnelle et le 5 avril 1974, date de son réinternement .
- 117 -
2 . Artic/e 5 § 1 e l Le Gouvernement défendeur soutient qu'é l'époque de son réinternement, le requérant était encore soumis à détention en tant qu'aliéné et réguliérement détenu dans le contexte de l'article 5§ 1 e) . Le Gouvernement invoque à l'appui de sa thése les principes établis par la Commission et par la Cour dans les Affaires de « vagabondage n intentées contre la Belgique . 3 . Article 5 § 2 Le Gouvernement soutient que l'article 5 dans son ensemble distingue, semble-t-il, entre arrestation et détention et qu'il y a lieu de se demander si le libellé du paragraphe 2 peut englober les cas de détention évoqués au paragraphe 1 e) . Si tel est le cas, le Gouvernement défendeur soutient que, s'agissant d'un aliéné, notamment lorsqu'il est violent ou halluciné, il ne faut indiquer les raisons de son arrestation qu'en termes généraux . En conséquence, les informations fournies au requérant sur les raisons de son réinternement remplissaient bien les conditions prescrites à l'article 5§ 2 . Tout grief invoquant cet argument est donc manifestement mal fondé . 4 . Artic%5§ 4 Il a bien été statué à bref délai sur la légalité de la détention du requérant puisqu'une demande d'ordonnance d'habeas corpus a été présentée au nom du requérant à la « Queen's Bench Division » de la Haute Cour de Justice . La demande a été rejetée, le tribunal estimant que le réinternement ordonné par le Ministre de l'Intérieur était légal et conforme aux dispositions de l'article 66 de la Loi de 1954 relative aux malades mentaux . Dans ses observations complémentaires sur la recevabilité de la requête, le Gouvernement défendeur a donné des précisions sur la procédure d'habeas corpus envisagée sous l'angle de l'article 5 § 4 . Le Gouvernement estime que, conformément à la jurisprudence constante de la Commission et de la Cour, les exigences de l'article 5§ 4 sont satisfaites lorsque la détention a été ordonnée par un tribunal à l'issue d'une procédure judiciaire réguliére . Il renvoie au paragraphe 76 de l'arrét rendu par la Cour dans les Affaires de « vagabondage », selon lequel l'article 5 § 4 est respecté si la détention est ordonnée par un « tribunal n au sens du paragraphe 4 . II est fait en outre référence au paragraphe 77 de l'arret rendu par la Cour dans l'Affaire Engel et autres. Aprés son réinternement, c'est toujours en vertu de l'ordonnance d'internement psychiatrique rendue par un tribunal le 7 novembre 1968 que le requérant a été détenu . Cette ordonnance a été réexaminée en appel par la cour d'appel le 14 octobre 1969 et l'appel a été rejeté .
Le but de l'article 5§ 4 est de garantir à toute personne arrétée ou détenue le droit de faire examiner par un tribunal la légalité de l'arrestation ou de la détention lorsque celle-ci n'a pas été ordonnée par un tribunal à l'issue d'une procédure judiciaire réguliére . Le Gouvernement fait valoir que la procédure d'habeas corpus a le même objectif et qu'il est donc indiscutable que le requérant était bien légalement détenu en vertu du droit anglais . La légalité de la détention du requérant, au sens de « techniquement conforme à la loi », a été examinée au cours de la procédure d'habeas corpus . Si le requérant avah pu prouver qu'il y avait apparence de détention illégale, les autorités hospitaliéres auraient dù alors déposer une attestation sous serment et y joindre l'ordonnanc e
- 118 -
d'internement psvchiatrique, l'ordonnance dite restrictive et l'arrété de réinternement . C'est alors au requérant qu'aurait incombé la charge de prouver l'existence d'une illégalité dans la procédure . Le Gouvernement défendeur fait valoir que « la justification matérielle » du maintien en détention ou du réinternement d'un aliéné légalement détenu selon l'article 5 § 1 e) ne fait pas partie de la « légalité » sur laquelle un tribunal a é se prononcer aux termes de l'article 5§ 4 . Le Ministre de l'Intérieur peut à tout moment consulter le « Mental Health Review Tribunal » et il y est tenu si le requérant le lui demande . Lorsqu'il s'agit d'un malade réinterné, la requête ne peut étre présentée que six mois aprés la réadmission 9 l'hôpital . Le Gouvernement défendeur fait valoir que c'est lé un délai raisonnable permettant au médecin responsable et aux autres personnes compétentes de faire le point de la situation mentale du malade . Il renvoie à la jurisprudence de la Commission dans une affaire analogue (X . contre la Belgique, requête N° 6692/741', dans laquelle la Commission a déclaré que le droit pour un malade mental de ne demander le réexamen de son dossier qu'après le délai de six mois n'est pas contraire à l'obligation prescrite par la Convention de statuer é bref délai sur la légalité d'une détention . Le Gouvernement défendeur fait valoir en outre que, si la légalité technique du réinternement d'un malade mental peut faire l'objet d'un recours immédiat devant un tribunal, la justification matérielle du réinternement ne saurait être réexaminée . Le réinternement peut être dù à ce que l'on soupçonne que l'état mental d'une personne se détériore et que l'on ne peut plus tolérer le risque de la laisser en liberté dans la société . Au demeurant, un tribunal n'est pas un organe apte à apprécier l'état mental d'un individu, lequel est susceptible de s'améliorer ou de se détériorer d'une semaine é l'autre .
5 . Article5§7a l La Commission n'a pas demandé au Gouvernement défendeur de lui adresser ses observations sur l'alinéa a) de l'article 5 § 1 mais le Gouvernement estime que cet alinéa s'applique bien é la requéte de M . X . Dans la mesure en effet où le requérant allègue avoir été illégalement privé de sa liberté, le Gouvernement défendeur justifie en outre cette détention en se référant aux dispositions de l'article 5§ 1 a), l'intéressé ayant été maintenu en détention en vertu d'une ordonnance d'internement rendue le 7 novembre 1968 conformément à l'article 60 § 1 de la Loi de 1959 relative aux malades mentaux . Il s'agit bieh, selon le Gouvernement, de la détention réguliére d'une personne aprés condamnation par un tribunal compétent . B . ARGUMENTATION DU REOUERAN T
al
Faits pe rt inents pour l'examen des griefs du requérant Il semble que les faits ne soient pas, en tant que tels, contestés par les parties .
Toutefois, les représentants du requérant déclarent que les renseignements figurant dans les observations du Gouvernement défendeur sur la recevabilité sont précisément ceux qui auraient dû Btre communiqués à M . X : et/ou à ses conseils immédiatement aprés son arrestation ou lors de la procédure ultérieure d'habeas corpus . Les motifs du réinternement de M . X . tenaient à l'époque dans une courte phrase indiquant que e l'état de M . X . donnait lieu à inquiétude » sans fournir de précisions complémentaires, par exemple, l'information donnée par l'épouse du requérant à sor i Voir D .R ., 2/10B .
- 119 -
agent de probation selon laquelle le requérant était toujours halluciné et l'avait menacée . Si M . X . souffrait d'hallucinations mentales, rien n'empêchait le Ministére de l'Intérieur de fournir les précisions apportées dans les observations du Gouvernement . Si ces précisions avaient été données lors de la procédure d'habeas corpus, il aurait été possible de faire valoir que l'épouse du requérant avait pu exploiter l'idée que son mari serait certainement réinterné pour le chasser du foyer lorsqu'il y a eu faillite de l'union conjugale . Il est important de noter que la correspondance annexée à l'argumentation du requérant, notamment les lettres des 13 et 15 avril 1974 écrites par M . X . à ses avocats, indique que, selon le requérant, les responsables de son réinternement étaient son épouse et son beau-fils (né d'un précédent mariage) . Sa mére l'avait informé en effet que sa femme cherchait 8 divorcer et que les mesures qu'elle prenait semblaient soigneusement préméditées .
En outre, l'avocat du requérant renvoie, en guise de commentaire sur le droit interne en vigueur, à ce rt ains passages du rapport de la Commission sur les délinquants souffrant d'anomalies mentales, présenté au Parlement britannique par le Ministre de l'Intérieur et le Ministre des affaires sociales en octobre 1975 ICmnd 62441 . Cette commission est d'avis que l'actuel systéme de réinternement par le Ministre de l'Intérieur a besoin d'étre modifié pour tenir compte de la sécurité du public et du droit de chacun à la liberté . Elle estime par exemple qu'il est essentiel de recourir à l'avis de spécialistes indépendants . b)
En droi t
1 . Arttc% 5§ 1 c l Il est admis, de la pa rt du requérant, qu'il n'y a pas lieu de formuler un grief au titre de l'a rticle 5 § 1 cl de la Convention . 2 . Arric%5§7e ) II ne fait aucun doute que le réinternement du requérant était conforme au droit interne . Rien dans les avis psychiatriques n'indique toutefois qu'entre la date de la libération conditionnelle et celle du réinternement, le requérant ait agi de maniére à donner des motifs d'inquiétude . Pour qu'il soh satisfait aux conditions posées par l'article 5 § 1 e), il fallait étre sùr, à l'époque de la détention du requérant le 5 avril 1974, qu'il s'agissait bien d'un aliéné . On ne pouvait pas présumer en effet que l'intéressé serait indéfiniment aliéné mental à dater de l'émission de l'ordonnance par le tribunal en novembre 1968 . Le requérant soutient donc que le réinternement a été décidé de maniére arbitraire . II n'a pas eu l'occasion d'étre examiné par un psychiatre indépendant qui aurait décidé s'il était effectivement aliéné le 5 avril 1974n Selon ses représentants, il n'y a pas eu non plus vérification de l'état de santé mentale du requérant entre l'arrestation à Sheffield le 5 avril 1974 et son arrivée à Broadmoor le lendemain . (Note sur la conversation téléphonique qui a eu lieu Ie8 avril 1974 entre M . Napier, du Cabinet Irwin, Mitchell et Cie, et le D' U ., note annexée aux observations . l C'est seulement dans le premier mémoire d'observations présentées par le Gouvernement britannique que pour la premiére fois il est dit, au paragraphe 18, que les autorités de Broadmoor estimaient qu'au moment du réinternement, le requérant était encore psychotique et qu'il le demeura quelque temps .
Le requérant affirme que les renseignements fournis par le Gouvernement et qui ont motivé son internement ne permettent pas d'apprécier convenablement son état mental .
- 120 -
3 . Artic%5§ 2 Le requérant estime que la distinction entre arrestation et détention, que le Gouvernement propose dans son argumentation, n'est pas judicieuse . Le fait est qu'il n'y avait absolument pas d'autre moyen de priver M . X . de sa liberté le 5 avril 1974 que celui de le faire arrêter par la police de Sheffield et de le faire ensuite détenir jusqu'à ce que les responsables de Broadmoor viennent le chercher pour le ramener à l'hôpital où se poursuivrait sa détention . Selon le requérant, l'article 5 § 2 doit être compris en ce sens que le mot détention pourrait se substituer à celui d'arrestation .
Les raisons de l'internement données à ses avocats et au requérant par le médecin étaient tellement brèves et vagues que l'on ne saurait pas même les qualifier de raisons données en termes trés généraux . Le requérant ne reconnait pas avoir été violent ou halluciné au moment de son réinternement . C'est sa femme qui semble l'avoir ainsi décrit mais il affirme qu'elle n'était pas qualifiée pour dire s'il était halluciné et aucune information n'a été fournie sur les cas de prétendues hallucinations . Méme si le requérant avait été violent et halluciné, il n'y avait pas de raison de cacher à ses avocats les renseignements complets, qui pouvaient d'ailleurs être fournis à la condition de ne pas être communiqués au requérant lui-même . On ne voit pas comment la sécurité du public serait compromise par le fait de donner les raisons d'un réinternement . 4 . Article 5 § 4 Selon le requérant, l'article 5 § 4 exige que le tribunal décide de la légalité de la détention, ce qui inclut nécessairement les raisons matérielles de la détention . La procédure d'habeas corpus se limite à l'examen de la conformité technique de la détention avec ID droit et le « Mental Health Review Tribunal » ne peut examiner la just'rfication matérielle de la détention qu'aprés un délais de six mois . Même alors, il ne peut que fournir un avis au Ministre de l'Intérieur . Le requérant fait valoir que ces garanties ne satisfont pas aux conditions stipulées à l'article 5 § 4 .
5 . Article 5 § 7 Selon le requérant, la disposition de l'article 5 § 1 qui lui est applicable est l'alinéa e) et non l'alinéa a) comme le soutient le Gouvernement du Royaume-Uni : en effet, l'article 5 § 1 e) vise notamment les aliénés, ce qui les distingue des autres personnes envisagées à l'article 5 § 1 a) . Le requérant soutient que l'article 5 4 1 e) a été enfreint en l'espèce puisque personne n'a vérifié s'il était effectivement un aliéné à l'époque de son réinternement à Broadmoor . RESUME DES POINTS EN LITIG E En ce qui concerne l'article 5 § 1 a), le Gouvernement fait valoir que cette disposition s'applique au cas de M . X ., puisque le requérant était détenu en permanence en vertu de l'ordonnance d'internement psychiatrique délivrée le 7 novembre 19 68 conformément à l'article 60 § 1 de la Loi de 1959 relative aux malades mentaux et qu'il s'agissait de la détention réguliére d'un individu aprés condamnation par un tribunal compétent . Le requérant soutient que cet alinéa lui est inapplicable et que son cas ressortit à l'alinéa e) . En ce qui concerne l'article 5§ 1 e), le requérant comme le Gouvernement défendeur reconnaissent que le réinternement de M . X . était conforme au droit britannique . Par contre, le requérant prétend que son internement n'était pas conforme à
- 121 -
l'article 5 § 1 e), en ce sens qu'il était arbitraire puisqu'il n'y a pas eu de vérification de son état mental entre son arrestation à Sheffield le 5 avril 1974 et son arrivée à Broadmoor le lendemain . En ce qui concerne l'article 5§ 2, le Gouvernement défendeur doute que le libellé de ce paragraphe englobe les cas de détention visés au paraqraphe 1 e) . tandis que le requérant soutient que la distinction faite par le Gouvernement du Royaume-Uni entre arrestation et détention n'est pas justifiée . Le Gouvernement défendeur soutient en outre que même si le libellé de ce paragraphe n'englobe pas les cas de détention visés au paragraphe 1 el, il suffit de donner en termes trés généraux les raisons de l'internement d'un aliéné . Le requérant le conteste et fait valoir que les raisons vagues et bréves fournies pour justifier son réinternement ne peuvent pas même être qualifiées de raisons données en termes trés généraux et ne remplissent donc pas les conditions exigées par cet alinéa .
Enfin, en ce qui concerne l'anicle 5§ 4, le requérant soutient que la combinaison des procédures d'habeas corpus et la possibilité d'un renvoi du dossier au « Mental Health Review Tribunal r six mois aprés le réinternement est un systéme qui ne satisfait pas aux prescriptions de cet article . Le Gouvernement défendeur prétend, quant à lui, que si la légalité du réinternement d'un malade mental peut faire l'objet d'une révision immédiate par un tribunal (procédure d'habeas corpus), il ne saurait en être de même de la justification matérielle des motifs de réinternement . EN DROI T La Commission a procédé à un examen préliminaire des renseignements et arguments fournis par les parties . Elle a également tenu compte de sa décision partielle du 11 mars 1976 sur la recevabilité de la requéte et estime que le reste de la requéte pose des problémes complexes de droit et de fait au regard de l'article 5 de la Convention, problémes dont la solution nécessite un examen au fond . Il découle qu'en l'espéce, cette partie de la requète ne saurait ètre considérée comme manifestement mal fondée, au sens de l'article 27 § 2 de la Convention . Elle doit donc être déclarée recevable, aucun autre motif d'irrecevabilité n'ayant été constaté . Par ces mot'rfs, la Commissio n DÉCLARE RECEVABLE et retient le reste de la requPte, tous moyens de fond étant réservés .
-122_

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 14/05/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.