Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. et Y. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable ; requête jointe à la requête n° 6878/75

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7816/77
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-05-19;7816.77 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : X. et Y.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 7816/7 7 X . and Y . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . et Y . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 19 May 1977 on the admissibility of the application DÉCISION du 19 mai 1977 sur la recevabilité de la requêt e
Article 8, paragraph 1 of the Cônvention : To require a married man to leave a State, even if only for the duration of appeal proceedings, constitutes an interference with the right to respect for family life if his wife and child are unable to follow him . Artic% 8, paragraph 2 of the Convention : The expulsion of an alien found guilty of dealing in heroin and living off the proceeds may be considered as necessary for the prevention of crime and for the protection of health . Right not guarenteed : No right of an alien to enter or to reside in a particular country, nor a right not to be expelled from a particular country is as such guaranteed by rhe Convention.
Artic% 8, paragraphe 1, de la Convention : Constitue une atteinte au droit au respect de la vie familiale l'obligation faite à un homme marié de quitter le pays, ne fOt-ce que pendant la durée d'une procédure de recours, lorsque son épouse et son enfant sont empéchés de le suivre. Article 8, paragraphe 2, de la Convention : L'expulsion d'un étranger condamné pour trafic d'héroine par métier peut être considérée comme nécessaire à la prévention des infractions pénafes et é/a protection de la santé . Droit non garanti : La Convention ne garantit, comme tel, aucun droit pour un étranger d'entrer ou de résider dans un pays déterminé ou de ne pas en être expulsé .
- 219 -
I françats : voir p. 221 1
Summa ry of the facts
The applicant X . is a citizen of the United States . The applicant Y ., his wife, is a German national. Before lodging their application, X . and Y. lived with their 8 years old daughter in Ludwigshafen IFRGI . In 1975, X . was convicted of dealing in drugs and living off the proceeds and in August 1976, the authorities of Ludwigshafen refused to extend his residence permit . X . appealed to the administrative court . The suspensive effect of this remedy was refused and in respect of this point X . lodged in vain a constiturional appeal to the Federal Constitutional Court . Insofar as the merits are concerned, his appeal is still pending before the administrative courts. X . was asked to leave the territory of the Federal Republic of Germany at the latest on . January 1977
THE LAW The applicants have complained that the authorities of the Federal Republic of Germany have refused to the first applicant, Mr . X ., a renewal of his residence permit and have ordered him to leave the country . They allege that this decision has the effect of breaking up their family life, because serious obstacles hinder the second applicant, Mrs Y ., and their daughter from leaving the country as well . The Commission first observes that the measure of which the applicant complains is, for the moment, of provisional character, because the competent court continues to be seized of the appeal against expulsion . The question before the Commission is therefore whether the obligation imposed on the first applicant, namely to leave the territory of the Federal Republic immediately, i .e . before the expulsion has become final, reveals an appearance of a violation of the Convention . It is true that no right of an alien to enter or to reside in a particular country, nor a right not to be expelled from a particular country is a such guaranteed by the Convention (cf . e .g . application Nos . 4314/69, Collection of Decisions 32, p . 96 ; 4403/70 and others, Coll . of Decs . 36, p . 92 ; and 5269/64, Coll of Decs . 39, p . 104) . However, Article 8 of the Convention guarantees to everyone, amongst others, a right to respect for his family life . In this connection the Commission has said already several times that the exclusion of a person from a country in which his close relatives live could involve a violation of this provision . In a number of cases the Commission has considered situations where, as in this case, a married man is obliged to leave a State in which he has been living with his wife . In such cases the Commission has considered as a relevant factor the possibility of the wife to follow her husband Icf . e .g . application No . 5269/71, Coll . of Decs . 39 , p . 104) . This principle applies also where one of the two
- 220 -
persons concerned is a national of the country ordering the expulsion of the other person (cf . applications Nos . 312/57, Yearbook 2, p . 352 ; and 3535/65, Coll . of Decs . 17, p . 28) . In the present case the second applicant and the child are of German nationality . It is further alleged that serious obstacles hinder the second applicant from leaving the country with the first applicant .
The Commission therefore accepts that the applicants' family life has been interfered with . The Commission recalls, however, that under Article 8, paragraph 2, there may be an interference by a public authority with the exercise of this right, if such interference is in accordance with the law and is necessary in a democratic society for the prevention of disorder and crime, for the protection of health and morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . The obligation to leave the Federal Republic of Germany was imposed on the applicant X . in accordance with section 10 (2) No . 2 of the Aliens Act (Auslândergesetz) which provides that an alien may be expelled, if he has been convicted of a criminal offence . It was further intended as a measure for the prevention of crime and for the protection of health . The Commission observes in this respect that the applicant had been found guilty of dealing in heroin and living off the proceeds . It is to be observed that this drug constitutes a grave danger to its users . Having thus assessed the grounds on which the German authorities based their decision and having taken account of its consequences for the applicant's family life, the Commission concludes that this measure constitutes an interference which is justified under Article 8, paragraph 2 of the Convention . It follows that the application is manitestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . For these reasons, the Commissio n
DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBL E
Résumé des faits Le requérant X. est ressortissant des Etats-Unis . La requérante Y., son épouse, est de nationalité allemande . Avant l'introduction de leur requête, X . et Y . vivaient avec leur fille de 8 ans à Ludwigshafen (RFA) .
En 1975, X . a été condamné pour trafic d'héroine par métier et, en août 1976, les autorités de Ludwigshafen ont refusé de prolonger son permis de séjour . X . a recouru au tribunal administratif. L'effet suspensif de ce recours a été refusé et, sur ce point, X . a recouru en vain jusqu'B la Cour constitutionnell e
- 221 -
lédérale . Au /ond, son recours demeure pendant devant les juridictions administratives . X. a été invité à quitter le territoire de la République fédérale au plus tard le . . . janvier 1977. ~
(TRADUCTION) EN DROI T Les requérants se plaignent que les autorités de la République Fédérale d'Allemagne ont refusé le renouvellement du permis de séjour au premier requérant, M . X ., et lui ont ordonné de quitter le pays . Ils alléguent que cette décision a eu pour effet de briser leur vie familiale car de sérieux obstacles empêchent la deuxiéme requérante, Mme Y ., et leur fille, de quitter également le pays . La Commission fait d'abord observer que la mesure dont se plaignent les requérants revét, pour le moment, un caractére provisoire puisque le tribunal compétent demeure saisi d'un recours contre la décision d'expulsion . La question posée à la Commission est donc celle de savoir si l'obligation faite au premier requérant de quitter le territoire de la République Fédérale immédiatement, c'est-à-dire sans attendre que l'arrété d'expulsion devienne définitif, révéle une apparence de violation de la Convention . Certes, la Convention ne garantit, en tant que tel, aucun droit pour un étranger d'entrer ou de résider dans un pays déterminé, ni celui de ne pas en être expulsé Icf . par exemple les requêtes N° 4314/69, Recueil 32, p . 96 ; 4403/70 et autres, Recueil 36, p . 92 et 5269/64, Recueil 39, p . 104) . Toutefois, l'article 8 de la Convention garantit à toute personne notamment le droit au respect de sa vie familiale . A cet égard, la Commission a déjB reconnu à plusieurs reprises qu'exclure une personne d'un pays où vivent ses proches parents pourrait entraîner une violation de cette disposition . A plusieurs reprises, la Commission a eu à examiner des cas où, comme en l'espèce, un homme marié est obligé de quitter un Etat où il vivait avec son épouse . La Commission a estimé alors qu'il fallait prendre en considération la possibilitA pour l'épouse de suivre son mari Ivoir par exemple requête N° 5269/71, Recueil 39, p . 104) . Ce principe vaut également lorsque l'un des deux intéressés est un ressortissant du pays qui ordonne l'expulsion du conjoint (voir requêtes N° 312/57, Annuaire 2, p . 352 ; et 3535/65 Recueil 17, p . 28) . En l'occurrence, la seconde requérante et son enfant sont de nationalité allemande . Il est allégué en outre que de sérieux obstacles les empêchent de quitter le pays avec le premier requérant .
- 222 -
r
La Commission admet donc qu'il y a eu atteinte à la vie familiale des requérants . Elle rappelle cependant qu'en vertu de l'article 8, paragraphe 2, il peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce dr6it pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle est, dans une société démocratique, nécessaire 9 la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale ou à la protection des droits et libertés d'autrui . Or, l'obligation de quitter la République Fédérale d'Allemagne a été faite au requérant X . conformément à l'article 10, paragraphe 2, chapitre 2 de la loi relative aux étrangers IAusléndergesetzl, qui stipule qu'un étranger peut étre expulsé s'il a été condamné pour une infraction pénale . D'autre part, la mesure prise était destinée à prévenir les infractions pénales et à protéger la santé . La Commission reléve en effet que le requérant a été reconnu coupable de faire le trafic de l'héroïne par métier, alors que cette drogue constitue un danger grave pour ceux qui l'utilisent . Aprés avoir ainsi apprécié les raisons pour lesquelles les autorités allemandes ont pris leur décision et après avoir tenu compte des effets de cette décision sur la vie familiale du requérant, la Commission conclut que la mesure incriminée constitue une ingérence qui se justifie par application de l'article 8, paragraphe 2, de la Convention . Il s'ensuit que la requête est manilestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
Par ces motifs, la Commission DÉCLARE LA REQUETE IRRECEVABLE .
- 223 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 19/05/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.