Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ COLNE c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7052/75;5947/72;6205/73;...
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-10-04;7052.75 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : COLNE
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 7052/7 5 Judith COLNE v/the UNITED KINGDO M Judith COLNE c/ROYAUME-UN I DECISION of 4 October 1977 on the admissibility of the application' DÉCISION du 4 octobre 1977 sur la recevabilité de la requéte '
A rtic% 8 of the Convention : Stopping by rhe prlson authorities, of letters addressed to a prisoner. Application declared admrssrble .
Artic% 8 de la Convention : lntercepubn par les autorités pénitentiaires de /ettres adressées à un détenu . Requ@te déclarée recevabl e
THE FACTS
(1ranCars : voir p . 1581
The applicant is an Australian citizen, born in 1927 and residing in Londo n She is represented by Messrs . Bindman B Partners, Solicitors, London, and is a school-teacher by occupation . The applicant's complaints are about the censorship of correspondence between herself and a certain W ., a prisoner and a brother of a friend of hers . She began corresponding wilh Mr W . in May 1974 without any interference from the prison authorities They exchanged letters about every two weeks and she also sent him books and magazines . On 5 July 1974 Mr W was transferred to Albany Prison without warning The applicant immediately asked to visit him and she was informed by the prison aulhorities that her application had been sent to the Home Office . Meanwhile their correspondence still passed freely The applicant complained to the Home Office about the transfer as it had distressed Mr W and she asked the reasons for it . ' This decia/on, published as en exempte, forms pert o f e series of deci.tions dederinp admissible applications concerninp Prisoners' correspondance in the United Kingdom .
Cette décis/on, publiée d titre d'exemple, leit pertie d'une série de décisions déc/erenr recevebles des reouéres portant sur la correspondence des détenus au Roveume-Uni.
- 154 -
By a letter of 29 July 1974 she was informed by the Home Office that in accordance with the Prison Rules only relatives or persons known to a prisoner before imprisonment could write or visit him . As the applicant was neither, she was refused such facilities and her letters were returned to her by the prison authorities . Despite her personal application to the Prison Department offices of the Home Office and requests to the prison governor, they were not allowed to correspond . She was informed that the earlier correspondence had been allowed in error . On 25 August 1974 Mr W . was transferred to Wakefield Prison where he was immediately placed in the controversial control unit . (This unit was part of an experiment keeping recalcitrant trouble-makers in especially spartan conditions of solitary confinement for a minimum of 90 days . The public outcry was such that the Home Office recently had to close these units down .) Some correspondence passed unhindered between the m On 11 September 1974 the Home Office replied to the applicant's earlier requests to visit and correspond with Mr W ., which were refused . Thereafter they were unable to correspond . The applicant contacted Lord Brockway to pursue her complaint with the Home Office . ILord Brockway, it appears, was also concerned in the campaign against the new control units . ) Mr W . was transferred to Parkhurst Prison after which the applicant renewed her requests to the Home Office . Permission to visit and correspond were again refused and the applicant was so informed by way of a letter to Lord Brockway (rom the Home Office dated 5 March 1975 which she submits is the final decision in the matter . The applicant also submits that as the Home Secretary is the sole person responsible (or such matters under the Prison Act 1952, she has exhausted her domestic remedie s She submits that no reasons in line with the provisions of Art . 8 121 have ever been given for this interference with her correspondence . Indeed, she claims, none could have been given . She has no criminal convictions and is a qualified teacher with the Inner London Education Authority . She has corresponded freely with W .'s brother, who is also a prisoner in Chelmsford Prison without any harmful effects either to him or to the good order of that prison . The copies of letters she has enclosed with her application show that she wrote of very personal matters such as her teaching life and problems, her philosophy of life, as well as comments on Mr W .'s problems . Letters from Mr W . to her are of a similar nature . Complaints The applicant complains of an interference with her correspondence by the prison authorities in violation of Art 8 of the Convention .
- 155-
OBSERVATIONS OF THE GOVERNMEN T Whilst Mr W . was detained as a Category A prisoner (maximum security risk) in H .M . Prison Albany, he corresponded with Mrs Colne Mrs Colne was known to be corresponding with Mr Ws brother who was also serving a prison sentence . On Mr W .'s transfer to HM . Prison Hull he asked that Mrs Colne be placed on his approved visitors' list, at which time the prison authorities realised that the two had not known each other before Mr W entered prison "Having regard to all the circumstances of the case", the authorities decided that "there were adequate grounds for believing that the correspondence could lead 10 the prejudice of Mr W .'s secure custody or to the encouragement of disorder within the prison" . The correspondence was thus stopped by the prison authorities on the ground that Mrs Colne was not a member of Mr W .'s family or a friend before he entered prison (Rule 34 (8 ) , Prison Rules 1964) . On Mr W .'s transfer to H .M . Prison Wakefield 15 letters passed between them by error . This was stopped when the error was realised . The Government acknowledge that there was an interference with the correspondence between Mr W and Mrs Colne but contend that they were entitled to do so as Mr W was a prisoner and that such interference fell wilhin the terms of paragraph 2 of Art . B . Accordingly, they submit that Mrs Colne's complaints are manifestly ill-founded (Art 27 121) . OBSERVATIONS OF THE APPLICANT IN REPL Y The applicant notes the Government's acknowledgement that her correspondence was censored contrary to Art . 8 111 of the Convention . She contends, by way ot introduction, that it is insufficient for the Government to cite the whole of Art 8 (2) lustifying this censorship as Art 8(2) refers to specific criteria Nor is relerence to the Prison Rules sufficient to justify under the Convention the actual instances of censorship . She adds that the full regulations on censorship of prisoners' correspondence are not available to prisoners or the public and therefore prisoners are not aware of the extent of the restrictions upon them . A copy of extracts of these regulations, the Prison Standing Orders, is annexed to her observations The applicant submits that, viewed in the light of the Prison Standing Orders and the Prison Rules, censorship of correspondence falls largely within the absolute discretion of the Prison Governor and that there is no domestic remedy controlling the exercise of that discretion for the aggrieved person . As to the facts, the applicant states that she was engaged to be married to Mr W's brother at the material time and therefore could have been considered as close family or friend She points out thatthe Government have not specified the "circumstances" they took into account or the "adequate grounds" which led to the conclusion that Mr W .'s security or prison order would be in jeopardy as a
- 156-
result of his correspondence with her . Moreover the applicant queries whether there was any such problem as a result of the actual correspondence that passed between them . On admissibility the applicant submits that the censorship of her correspondence with Mr W . was not in accordance with the law : stopping the correspondence because she was not in the family or a friend of Mr W . is contrary to Rule 31 121 of the Prison Rules which encourages the establishment of outside contacts with prisoners to enable social rehabilitation . Even if it were said that the interference with their correspondence was in accordance with the law, it was certainly without any justification under Art . 8 (2) of the Convention . As submitted above, reference to the whole of Art . 8 (2) constitutes no justification whatsoeve r
THE LA W The applicant has complained of the censorship of her correspondence between herlself and a prisoner, W . contrary to Art . 8 of the Convention . Article 8 of the Convention provides that : "1 . Everyone has the right to respect for . . . his correspondence . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as in accordance with the law and is necessary in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of the country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the rights and freedoms of others" . The Government have acknowledged that some of the applicant's letters to Mr W . were not given to him as Mrs Colne was not a relative or friend of Mr W . prior to his imprisonment . However insofar as this censorship was an interference with the applicant's right the Government submit that it was justified under the exceptions provided for in Art . 8 (2) . The Commission finds that the applicant's right to respect for correspondence was interlered with by the withholding of her correspondence in several instances from Mr W . The questions whether this interference was however justified under one or several of the limitations to this right set out in Art . 8 (2) and whether it involves other issues under the Convention are substantial matters of law which necessitate an examination of the application on its merits together with the six other cases against the United Kingdom Government concerning censorship of prisoners' correspondence .
- 157 -
It follows that the application cannot be regarded as manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 121 of the Convention and must therefore be declared admissible, no other ground for declaring it inadmissible having been established . For these reasons, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION ADMISSIBLE .
1 TRADUCTION I EN FAI T La requérante, de nationalité australienne, est née en 1927 et réside à Londres Elle est représentée par MM . Bindman B Partners, Solicitors à Londres, et exerce la profession d'institutric e Ses griefs ont trait à la censure de sa correspondance avec un certain W ., détenu et frére d'un de ses amis . La requérante a commencé à correspondre avec M . W . en mai 1974 sans aucune entrave de la part des autorités pénitentiaires Ils ont échangé des lettres tous les quinze jours environ et elle lui a également envoyé des livres et des revues Le 5 juillet 1974, M . W . a été transféré à la prison d'Albany sans préavis . La requérante a immédiatement demandé à lui rendre visite et les autorités pénitenuaires l'ont informée que sa demande avait été communiquée au Ministére de l'intérieur . Entre temps, ils ont pu continuer à correspondre librement . La requérante s'est plainte auprés du Ministére de l'intérieur du transfert de M . W . car celui-ci en avait beaucoup souffert et elle a demandé ce qui l'avait motivé . Par lettre du 29 juillet 1974, le Ministére de l'intérieur a informé la requérante que, conformément au Réglement pénitentiaire, seuls les parents d'un détenu ou les personnes qu'il connaissait avant son emprisonnement étaient autorisés à lui écrire ou à lui rendre visite . La requérante ne remplissant aucune de ces conditions, elle s'est vu refuser cette autorisation et ses lettres lui ont été renvoyées par les autorités pénitentiaires . Malgré les démarches qu'elle a effectuées auprés de la Direction des services pénitentiaires au Ministére de l'intérieur et les demandes qu'elle a adressées au directeur de la prison, il leur a été interdit de correspondre . Elle a été informée que c'était par erreur qu'ils avaient été autorisés à correspondre auparavant
- 158 _
Le 25 aoùt 1974, M . W . a été transféré à la prison de Wakefield où il a immédiatement été placé dans le quartier disciplinaire . (Les quartiers disciplinaires, trés controversés, avaient été créés dans le cadre d'une expérience consistant à soumettre les fauteurs de désordre récalcitrants à un emprisonnement cellulaire particuliérement rigoureux pendant un minimum de 90 jours . Les protestations du public ont été telles que le Ministère de l'intérieur s'est récemment vu contraint de supprimer ces quartiers) . Ils ont pu échanger librement quelques lettres . Le 11 septembre 1974, le Ministére de l'intérieur a répondu par la négative aux demandes d'autorisation de rendre visite à M . W . et de correspondre avec lui, que la requérante lui avait adressées auparavant . A partir de ce moment, ils n'ont plus pu correspondre . La requérante a pris contact avec Lord Brockway pour faire aboutir sa plainte auprès du Ministère de l'intérieur . (Lord Brockway participait, semble-t-il, à la campagne de protestation contre les nouveaux quartiers disciplinairesl . Après le transfert de M . W . à la prison de Parkhurst, la requérante a renouvelé ses demandes auprés du Ministère de l'intérieur . Elle s'est vu à nouveau refuser l'autorisation de lui rendre visite et de correspondre avec lui et a été informée de ce refus par une lettre adressée à Lord Brockway par le Ministére de l'intérieur en date du 5 mars 1975, refus qui, selon elle, constitue la décision définitive en l'espéce . La requérante fait également valoir que, le Ministre de l'intérieur étant la seule personne compétente pour ces questions en vertu de la loi de 1952 sur les prisons (Prison Act), elle a épuisé les voies de recours que lui offrait le droit interne . Elle soutient qu'aucun motif conforme aux dispositions del'article 8, par . 2, ne lui a jamais été fourni pour justifier cette ingérence dans sa correspondance . A l'en croire, aucune raison valable n'aurait d'ailleurs pu lui être donnée . Son casier judiciaire est vierge et elle est une institutrice qualifiée employée par l'a Inner London Education Authority » . Elle a correspondu librement avec le frére de M . W ., qui est détenu à la prison de Chelmsford, sans que ceci ait le moindre effet nocif sur lui-mème ou sur l'ordre à l'intérieur de cette prison . Les copies de lettres qu'elle a jointes à sa requéte montrent qu'elle a parlé de questions trés personnelles telles que sa vie d'enseignante et les problémes qu'elle rencontre à cet égard, et sa philosophie de la vie, et qu'elle a aussi commenté les problémes de M . W . Les lettres que M . W . lui a adressées sont de nature analogue .
GRIEF S La requérante se plaint d'une ingérence, contraire à l'a rticle 8 de la Convention, des autorités pénitentiaires dans l'exercice de son droit au respect de sa correspondance
.
-
159
-
OBSERVATIONS DU GOUVERNEMEN T Pendant sa détention à la prison d'Albany en tant que détenu de la catégorie A (détenu à haut risque), M . W . a correspondu avec Mme Colne On savait que Mme Colne correspondait avec le frére de M W ., qui purgeait également une peine d'emprisonnement . Lors du transfert de M . W . à la prison de Hull, celui-ci a demandé que Mme Colne soit inscrite sur la liste des visiteurs agréés et c'est alors que les autorités pénitentiaires se sont rendu compte que M . W ne connaissait pas Mme Colne avant son incarcération « Eu égard à toutes les circonstances de l'affaire n, les autorités ont estimé qu'a il y avait des motifs suffisants de penser que cette correspondance pourrait nuire à la sécurité de la détention de M . W . ou encourager des désordres dans la prison » Elles oni donc mis fin à la correspondance au motif que Mme Colne n'étail pas une parente de M . W, ni une de ses amies avant son emprisonnement (article 34, paragraphe 8, du Réglement pénitentiaire IPrison Rulesl de 1964) . Lors du transfert de M W . à la prison de Wakefield, 15 lettres ont pu être échangées entre la requérante et celui-ci, à la faveur d'une erreur . Il a été mis fin à la correspondance lorsque cette erreur à été connue . Le Gouvernement reconnaît qu'il y a eu ingérence dans la correspondance entre M W . et Mme Colne, mais il soutient que cette ingérence é tait justifiée parce que M . W était un détenu et qu'elle relevait des exceptions prévues au paragraphe 2 de l'article 8 II soutient en conséquence que les griefs de Mme Colne sont manifestement mal fondés (article 27, paragraphe 2) .
OBSERVATIONS EN RÉPONSE DE LA REQUÉRANT E La requérante prend acte de ce que le Gouvernement reconnaït avoir censuré sa correspondance contrairement à l'article 8, paragraphe 1, de la Convention . Elle soutient, pour commencer, qu'il ne suffit pas que le Gouvernement cite l'ensemble du paragraphe 2 de l'article 8 pour justifier cette censure, car cette disposition vise des cas précis La référence au Règlement pénitentiaire ne suffit pas non plus à justifier, au regard de la Convention, les cas concrets de censure . Elle ajoute que le texte complet de la réglementation en matiére de censure de la correspondance des détenus n'est pas communiqué à ceux-ci ni au public et que les détenus ignorent donc I'étendue des restrictions qui leur sont Imposées Un extrait de cette réglementation, le Réglement intérieur des prisons IPrison standing Orderl est annexé à ses observations. La requérante soutient que, considérée à la lumière du Réglement intérieur des prisons et du Règlement pénitentiaire (Prison Rules), la censure de la correspondance reléve dans une large mesure du pouvoir discrétionnaire du directeur de la prison et qu'il n'existe pas au protit de la victime une voie de recours interne permettant de soumettre l'exercice de ce pouvoir à un contrôle .
_160_
En ce qui concerne les faits, la requérante déclare qu'8 l'époque, elle était fiancée au frère de M . W . et qu'elle aurait donc pu étre considérée comme une parente ou une amie ; elle fait observer que le Gouvernement n'a pas précisé les « circonstances » dont il a tenu compte ni les « motifs suffisants » qui l'ont amené à conclure que la correspondance de M . W . avec elle risquait de compromettre la sécurité de la détention de celui-ci ou l'ordre à l'intérieur de la prison . La requérante demande en outre s'il s'est posé le moindre probléme à ce sujet à la suite des lettres qu'ils ont effectivement pu échanger . En ce qui concerne la recevabilité, la requérante soutient que la censure de sa correspondance avec M . W . était contraire à la loi : intercepter le courrier parce qu'elle n'est ni une parente, ni une amie de M . W . viole l'articlé 31 12) du Réglement pénitentiaire, qui encourage l'établissement de contacts extérieurs avec les détenus pour permettre leur réinsertion dans la société . A supposer même que cette ingérence dans leur correspondance fût conforme à la loi, elle ne se justifiait certainement pas au regard de l'a rt icle 8 121 de la Convention . Comme il a été indiqué plus haut, faire référence à l'ensemble du paragraphe 2 de l'article 8 ne saurait en aucune façon constituer une justification .
EN DROI T La requérante s'est plainte de la censure, qu'elle estime contraire à l'article 8 de la Convention, de sa correspondance avec un détenu, M . W .
L'article 8 de la Convention stipule : « 1 . Toute personne a droit au respect . . . de sa correspondance . 2 . II ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sOreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infrections pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui . n Le Gouvernement a reconnu que certaines des lettres de la requérante à M . W . ne lui ont pas été remises car Mme Colne n'était pas une parente de celui-ci, ni une de ses amies avant son emprisonnement . Cependant, pour autant que cette censure a constitué une ingérence dans l'exercice du droit de la requérante au respect de sa correspondance, il soutient qu'elle était justifiée car elle relevait des exceptions prévues au paragraphe 2 de l'anicle 8 . La Commission constate qu'il y a eu ingérence dans l'exercice du droit de la requérante au respect de sa correspondance du fait que plusieurs de ses lettres n'ont pas été remises à M W . La question de savoir si cette ingérence était néanmoins justifiée parce qu'elle relevait d'une ou de plusieurs des restrictions à
- 161 -
ce droit énoncées au paragraphe 2 de l'article B et celle de savoir si elle souléve d'autres problémes sous l'angle de la Convention constituent d'importants points de droit qui exigent que cette requéte soit examinée au fond, conjointement avec six autres requêtes dirigées contre le Gouvernement britannique et relatives à la censure de la correspondance de détenu s Il s'ensuit que cette requête ne peut être considérée comme manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention et qu'elle doit dès lors étre déclarée recevable, aucun autre motif d'irrecevabillté n'ayant été constaté . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARELA REQUETE RECEVABLE .
- 162 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 04/10/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.