Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. DANEMARK

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7639/76
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-10-05;7639.76 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : DANEMARK

Texte :

APPLICATION/REOUÉTE N° 7639/7 6 X . v/DENMAR K X .c/DANEMAR K DECISION of 5 October 1977 on the admissibility of the application DECISION du 5 octobre 1977 sur la recevabilité de la requêt e
Article 26 of the Convention : A person, who complains of decisions taken by a Danish administrative authority but who has failed to seek judicial review on the basis of article 63 of the Danish Constitution, has not exhausted domestic remedies .
Article 26 de la Convention : N'a pas épuisé les voies de recours internes celui qut; se plaignant de décisions prises par une administration danoise, n'a pas renté un recours judiciaire en se fondant sur l'article 63 de la Constitution danotse .
(français : voir p. 172)
Summary of the facts
The applicant is a citizen of the United States and his wife is Danish . They have two young children . In April 1975, while the spouses were resident in the United States, the applicant's wife left the family home taking the children with her and arrived with them in Denmark . lt turned out that at her request, the Danish Embassy in Washington had included the two children in her passport with the consent of the Danish Minrstry of Justice . The Copenhagen County Administration decided that the custody of the children was provisionally to be awarded to the mother and granted the right of access to the applicanr who, in the meantime, had come to Denmark as well. However, in October 1975, the Ministry of Justice suspended the exercise of his right, as there was reason to belief that the applicant intended to kidnap the children .
- 169 -
The spouses were legally separated in November 1975, and the custody of the children was awarded ro the morher . This was followed by a series of proceedings before the County administrations of Copenhagen in which the applicant requested the extenrion of the right of access ro the children, while their mother objected to it
THE LA W 1 . The Commission has in the first place considered the complaint that the Copenhagen County Administration and the Minisiry of Justice have refused the applicant a normal right of access to his children . Several decisions regarding the extent of the applicant's right to see his children have been given by these authorities ever since 1975 . It further appears that the question about access is, for the present, again pending before the Ministry of Justice . It is true that Article 8 111 of the Convention guarantees generally the right of everyone to respect for his family life . However, the Commission is not required to decide whether or not the facts alleged by the applicant disclose any appearance of a violation of this provision as, under Article 26 of the Convention, it may only deal with a matter, after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international la w In the present case the respondent Government have argued that both the decision which will soon be given by the Ministry of Justice as well as all previous decisions taken by the said Ministry and by the Copenhagen Couniy Administration during the past two years regarding the applicant's right to visit his children and the reasons why he was only granted limited access, can be challenged by the applicant before Danish courts of law under Article 63 of the Danish Constitution . As he has failed to seek judicial review of any of these decisions he has not, in the view of the Government, exhausted his domestic remedies . The applicant has argued, on the other hand, that it is not possible for him to challenge the decisions in question before the courts as ihe courts can only examine the validity of an administrative act in case of formal errors, incompetence or disability . To review discretionary decisions such as those in his case would fall outside their competenc e The Commission first recalls that it has frequently held thai, in order to comply with the requirements of Article 26 of the Convention, an applicant is obliged to exhaust every domestic remedy which cannot clearly be said to lack any prospect of success Isee e .g, the decision on admissibility of applications No . 712/60, Retimag S .A . v . the Federal Republic of Germany, Yearbook 4, pp . 384, 400 and No . 2257/64, Soltikow v . the Federal Republic of Germany, Yearbook 11, pp . 180, 2241 .
- 170 -
It is clear that in the present case the applicant has not brought any proceedings before the Danish courts in regard to the matter of which he complains . The Commission finds that, although it has been discussed whether the remedy indicated by the Government is effective, it cannot be said that it would clearly have been without any prospect of success . Consequently, the applicant cannot be considered to have exhausted the remedies available to him under Danish law . Moreover, an examination of the case as it has been submitted, including an examination ex ot/icio, does not disclose the existence of any special circumstances which might have absolved the applicant according to the generally recognised rules of international law, from exhausting this remedy . It follows that the applicant has not complied with the condition as to the exhaustion of domestic remedies and this part of the application must in this respect be rejected under Article 27 (3) of the Convention . 2 . The Commission has next considered the allegation that the applicant's children were "kidnapped" from the United States by the Danish Government . It is clear that, following a request from the applicant's wife, the Danish Embassy in Washington sought and obtained, on her behalf, the permission of the Danish Ministry of Justice to have the children's names inserted in her Danish passport . She was thereby enabled to leave the United States with her children without her hunsband's knowledge . Even assuming that these facts could raise an issue under the Convention, the Commission recalls that it is not required to decide whether or not they disclose any appearance of a violation of the provisions of the Convention as, under Article 26 thereof, it may only deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law . Again, however, the applicant has not shown that he has brought any proceedings before the Danish courts under Article 63 of the Danish Constitution in respect of the decision of the Ministry of Justice to permit the Embassy to insert the children's names in their mother's passport and he cannot, therefore, in this respect either, be considered to have exhausted the remedies at his disposal under Danish law . Moreover, an examination of the case, as it has been submitted, including an examination made ex o//icio, does not disclose the existence of any special circumstances which might have exempted the applicant, according to the generally recognised rules of international law, from exhausting the remedy in question . It follows that the applicant has not complied with the condition as to the exhaustion of domestic remedies and also the remainder of his application must ihereforé be rejected under Article 27 131 of the Convention . For these reasons, the Commission DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
- 171 -
il
Résumé des fait s Le requérant est citoyen des Etats-Unis et sa femme est danotse Ils ont deux jeunes enfants . En avril 1975, alors que les époux résidaient aux Etats-Unts, la /emme du requérant quitta le domicile cornjugal en emmenant les deux enfants et gagna avec eux le Danemark. Il s'avéra qu'à sa demande, l'Ambassade du Danemark à Washington avait inscrit les deux enfants sur son passeport avec l'autorisation du Ministêre danois de la Justice . L'admintsrrarion du district de Copenhague confia provisoirement la garde des enfants 9/a mére et accorda un droit de vtsite au requérant qur ; entre-temps, était venu lui aussi au Danemark routelors, en acrobre 1975, le Minrstère de la Justice suspendit l'exercice de ce droit de visite, certains indices latssant supposer que le requérant projetait d'enlever les enlants . La séparation de corps des époux ayant été prononcée en novembre 1975, la garde des enfants lut attribuée à la mére . Il s'ensuivit une série de procédures devant l'administration du district de Copenhague et le Ministêre de la Justice, le requérant demandant un droit de visite étendu aux enfants, leur mére s'y opposant .
(TRADUCTION) EN DROI T La Conimission a examiné en premier lieu le grief selon lequel l'administration 1 du district de Copenhague et le Ministêre de la Justice auraient refusé au requérant l'exercice d'un droit normal de visite à ses enfants . Ces services ont depuis 1975 rendu plusieurs décisions concernant le droit de visite accordé au requéram à l'égard de ses enfants Cette question du droit de visite semble être à nouveau en instance devant le Ministére de la Justice .
Il est vrai que l'article 8 paragraphe 1 de la Convention garantit d'une façon générale le droit de toute personne au respect de sa vie familial e La Commission n'est toutefois pas appelée à décider si les faits allégués par le requérani révélent une apparence de violation de cette disposition puisqu'aux termes de l'article 26 de la Conventlon, elle ne peut étre saisie d'une affaire qu'aprés épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus . En l'espéce, le Gouvernement délendeur fait valoir que le requérant peut, conformément à l'article 63 de la Constitution danoise, contester devant les tribunaux danois la décision que rendra prochainement le Ministêre de la Justice ,
- 172-
ainsi d'ailleurs que toutes les décisions prises ces deux derniéres années par ce Ministére et par l'Administration du district de Copenhague à propos du droit de visite du requérant à ses enfants et les raisons pour lesquelles il ne lui a été accordé qu'un droit de visite restreint . Comme le requérant n'a cherché à soumettre à un tribunal aucune de ces décisions, le Gouvernement estime qu'il n'a pas épuisé les voies de recours internes à sa disposition . A cela le requérant réplique qu'il ne lui est pas possible de contester devant les tribunaux les décisions en question car la justice ne peut examiner que la validité d'un acte administratif entaché d'un vice de forme, d'incompétence ou d'incapacité de son auteur . Le réexamen de décisions discrétionnaires, comme celles qui ont été prises à son endroit, ne reléverait pas de la compétence des tribunaux . La Commission rappelle d'abord avoir souvent déclaré que pour remplir les conditions de l'article 26 de la Convention, un requérant est tenu d'épuiser toutes les voirs de recours internes qui ne peuvent pas être considérées comme manifestement vouées à l'échec (voir, par exemple, la décision sur la recevabilité des requétes N° 712/60 Retimag S .A . c . République Fédérale d'Allemagne . Annuaire 4 pp . 384, 400 et N° 2257/64, Soltikow c/République Fédérale d'Allemagne, Annuaire 11, pp . 180, 224) . En l'espéce le requérant n'a, à l'évidence, entamé devant les tribunaux danois aucune action concernant l'affaire dont il se plaint . La Commission estime que, même s'il a été discuté de l'efficacité du recours indiqué par le Gouvernement, on ne peut pas affirmer qu'un tel recourseûtété dépourvu de toute chance de succés . Aussi ne saurait-on considérer que le requérant a épuisé les voies de recours à sa disposition en droit danols . En outre, un examen de l'aftaire telle qu'elle a été présemée, y compris un examen d'office, ne révèle pas l'existence de circonstances particulières qui auraient pu, conformément aux régles de droit international généralement reconnues, dispenser le requérant d'épuiser cette voie de recours . II s'ensuit que le requérant n'a pas satisfait à la condition relative à l'épuisement des voies de recours internes et que cette partie de la requête doit à cet égard ètre rejetée conformément à l'article 27, paragraphe 3 de la Convention . 2 . La Commission a examiné en second lieu l'allégarion du requérant selon laquelle ses enfants auraient été « enlevés » des Etats-Unis par le Gouvernement danois . Il n'est pas contesté qu'9 la suite d'une demande déposée par l'épouse du requérant, l'Ambassade du Danemark à Washington a demandé et obtenu pour elle l'autorisation du Ministére danois de la Justice de faire inscrire ses enfants sur son passeport danois . L'épouse du requérant pouvait ainsi quitter les Etats-Unis avec ses enfants à l'insu de son mari . A supposer méme que ces faits puissent soulever un probléme au regard de la Convention, la Commission reléve toutefois qu'elle n'est pas appelée de décider s'ils révélent une quelconque apparence de violation des dispositions de la Convention puisqu'en vertu de l'article 26, elle ne peut être saisie qu'aprés l'épuisement des voie s
- 173 -
de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus . Or, sur ce point également, le requérant n'a pas montré qu'il avait, conformément à l'article 63 de la Constitution danoise, entamé devant les tribunaux danois une quelconque procédure concernant la décision du Ministére de la Justice d'autoriser l'Ambassade à inscrire les noms des enfants sur le passeport de leur mère . On ne saurait donc, là encore, considérer qu'il a épuisé les voies de recours à sa disposition en droit danois . Par ailleurs, un examen de l'affaire telle qu'elle a été présentée, y compris un examen d'office, ne révéle pas l'existence de circonstances particuliéres qui auraient pu, conformément aux règles de droit international généralement reconnues, dispenser le requérant d'épuiser la voie de recours en question .
Il en découle que le requérant n'a pas satisfait à la condition relative à l'épuisement des voies de recours internes et que le reste de sa requéte doit donc étre également rejeté conformément à l'article 27, paragraphe 3 de la Conventio n
Par ces motifs, la Commissio n DECLARE LA RE Q UÉTEIRRECEVABLE .
- 174 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 05/10/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.