Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable ; requête jointe à la requête n° 6878/75

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7694/76
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-10-14;7694.76 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X. A.G., Y. A.G., Z. A.G., GmbH

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 7694/76 X . A .G . ) v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY Y A .G . I . Z GmbH 1 c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISI,~,,,N of 14 October 1977 on the admissibility of the applicatlon DÉCISION du 14 octobre 1977 sur la recevabiGté de la requêt e
Article 1 of the First Protocof : A person complaining of an interference with his propeny must show that such right extsled . Article 74 of the Convention in conjunction with Article 1 of the First Protocof : No discrimination in the compensation of owners of property affected by the war 1"Reparationsschadengesetz" of 12 February 19691 . Article 1 du Protocol eddtionnef : Ce/ui qui se plaint d'une atteinte à son droit de propriété doit démontrer qu'un tel droit existait . Article 14 de /a Convention, combiné avec Pa rticfe 1 du Protocole additionnef : Absence de dlscrimination dans l'indemnisation des propriétaires de biens affectés par la guerre I"Reparationsschédengesetz", du 12 février 19691 .
I francais : voir p . 735 1
Summary of the facts
The two first applicants are German companies, which until the end of the second world war ran important industrial enterprises . The third applicant, a limited company, partly Swiss-owned, ran a drapery interprise in Germany . The niajority of the assets of these three companies was conhscated affer the war by the allied Powers for purposes of war repatations . In 7957, Law No. 63, issued by the Allied High Commission declared that the rights of proprieters in respect of property thus confiscated were exringutshed. This law was maintained in force by the "Convention on the Settlement of Matters arlsing out of the war and the Occupation", the socalled "Transitory Agreement" IÜberleitungsvertragl, signed at Paris on 23 October 7954.
- 131 -
Article 5 of Chapter 6 of the "Transitory Agreement" provides that the Federal Republic of Germany shall ensure that the former owners of property thus seized shaU be compensated . The compensation problem was settled by rhe German Act on 72 February 7969, entitled "ReparationsschAdengesetz" . This Act provides tor compensation payments only to natural persons but not to legal persons . The three applicant companies introduced consritutional appeals against thrs Act . These were dismissed by the Federal Constitutional Court on 73 January and 74 June 1976. Be%re the Commission, rhe applicant companies submir rhat by the Act of 72 February 1965 and the decisions of the Federal Constitutional Court, they have been deprived of claims to compensation, that constitute possessions, within the meaning of Article 1 of the First Protocol . They complain in addition of discrimination in the way in which the compensation of owners of property a/lected by the war has been treated .
THE LA W 1 The applicant companies complain of legislation enacted in 1969 which in their submission deprives them of established and well-founded claims for compensation which they allegedly have against the Federal Republic of Germany on account of measures taken against their property in the eaily years after the War by the Allied Powers for purposes of reparations . They have invoked Article 1 of Protocol No . 1 and Article 14 of the Convention . Article 1 of Protocol No 1 provides that every natural or legal person is entitled to the peaceful enjoyment of his possessions, and that no one shall be deprived of his possessions except in the public interest and subject to the conditions provided for by law and by the general principles ef international law . Article 14 guarantees the enjoyment of the rights and freedoms set forth in the Convention without discrimination . 2 . The Commission first observes that the applicant companies donot complain of the original confiscation or seizure by the Allied Powers of their properties . The application does not therefore concern an alleged deprivation of possessions prior to the entry into force of Protocol No . 1 with regard to the Federal Republic of Germany, on 13 Februâry 1957, or by authorities which did'not act as organs of one of the High Contracting Parties . The Commission's competence to deal with the application is not therefore excluded ratione rempons or ,atione personae. - 132-
3 . The applicant companies allege that the Act on Compensation in Reparalion Matters of 12 February 1969 had the immediate and direct effect of depriving them of their compensation ciaims which in their subrnission constituted possessions within the meaning of Article 1 of the Protoco i The applicani companies filed cnnstitutional appeals against the above Act and have thereby exhausted domestic remedies . They have also observed the six months iime limit (Art . 26 of the Conventionl . The Commission must therefore examine the substance of the applicant companies' complaints . 4 . The applicant companies' complaint that they have been deprived of possessions rests on the assertion that they had established and well-founded claims to compensation prior to the Act of 1969 . The Federal Constitutional Courl has denied the existence of such claims under the German law, and the Commission is therefore seized with the question whether the applicant companies' expectation to obtain compensation nevertheless constituted a "possession" within the meaning of Article 1 of Protocol No 1 In this connection the term "possession" has to be interpreted in two respects : - The first question is whether in consequence of the seizure of the applicants' properties by foreign powers they obtained any immediate claims against the respondent Government, for restitution of unjustified gains or for any other legal reason, and if so, whther these claims constitute such possessions . - The second question is whether the applicants obtained any claims under the "Transitory Agreement" signed on 23 October 1954 in Paris, and if so, whether these claims consotute such possessions . As regards the first question, the Commission refers to its constan t jurisprudence according to which it is not competent ratione ternpons and rarione mareriae to examine complaints relaling to the refusal or denial of compensation claims based on facts that occurred prior to the entry into force of the Convention with respect to the respondent Government . The Commission cannot therefore establish whether or not the applicants obtained any compensation claims against the Federal Republic prior to 3 September 1953 (cf . e .g . the Commission's decisions on the admissibility of applications No .899/60, Yearbook 5, pp . 136, 142 ; and No .2457/65 . Collection of Decisions, Vol . 24, pp . 43, 45) . As regards the second question the Commission first finds that according to judgment given by the Federal Constitutlonal Court there were no claims under German law resulting from the "Transitory Agreement" . The Commission also agrees with the reasoning given by the Federal Consitutional Court that provisions of international treaties such as Article 5 of Chapter 6 of the "Transitory Agreement" do not create individual rights to compensatio n
-1 33 -
on the part of the persons concerned . The wording "The Federal Republic shall ensure that the former owners of property seized pursuant to measures referred to in Articles 2 and 3 of this Chapter shall be contpensated" clearly shows that the Agreement only established a treaty obligation between the Federal Republic and the other Contracting Parties This has already been confirmed by the Commission in its decision on the admissibility of application No . 472/59 (Yearbook 3, p . 2061 to which the applicant companies have referred . The Commission does not see any reason to revise its earlier position . In panicular, it cannot follow ihe applicant companies' argument that ihe above treaty provision, although not self-executing, could be invoked by the persons concerned after the implementing legislation has been enacted . The alleged failure of the German legislator to comply with the treaty obligation to its full extent can only be vindicated by the other Contracting Parties It can therefore not be taken as established that the "Transitory Agreement" created any property rights in the applicants' favour which might entitle them to invoke the right to the peaceful enjoyment of possessions as guaranteed in Article 1 of Protocol No 1 . Consequently there is no basis upon which it would be open to the Commission to conclude thai the applicant companies had been victims of a violation of the said Article . It tollows that the applicant companies' complaints under Article 1 of the Protocol are manifestly ill-founded and must be rejected in accordance with Article 27 (2) of the Convention . 5 . The applicant companies have aiso complained ot different treatment in relation to other groups affected by war damages which they consider to amount to discrimination within the meaning of Article 14 of the Conventio n Article 14 is only applicable where ii is alleged that there is discrimination with regard to one of the rights or freedoms guaranteed by the Convention As the Commission has just found that the applicant companies were not deprived of possessions within the meaning of Article 1 of the Protocol which they had prior to the Act of 1969, there is also no basis to deal with any alleged discrimination concerning the claims which would have constituted these possessions, as such . Even assuming, however, that the compensation claims newly created by the 1969 Act for other categories of persons and the simultaneous exclusion of the applicant companies from the regulation could raise an issue of discrimination with regard to propeny rights, the Commission nevertheless considers that the different treatment of the applicant companies in relation to other groups of persons was not arbitrary, but rested on good reasons of public policy . In particular as regards the different treatment of companies in relation to natural persons, the Commission accepts that there may be economic and social reasons which justify the granting of compensation only to the latter As regards the distinction between companies which suffere d
- 134 _
damage in German territory or in enemy states, and those which suffered damage in neutral staies the Commission considers that the legal situation of the two categories is not coniparable . Compensation for property seized in neutral countries was not paid to the companies concerned directly by the Federal Republic, but by the neutral states in question under agreements which they had concluded with the Federal Republic Finally, as regards the withholding of the benefit of reduction of the property contribution from the companies with reparation damages, in contradistinction to all other groups included in the equalization legislation, the Commission considers that an exemption from the duty to pay certain contributions is by its very nature no property right, and therefore there can also be no question of a discrimination with regard to property rights . It lollows that the applicant companies' complaints under Article 14, read in conjunction with Article 1 of the Protocol, are also manifestly ill-founded within the meanmg of Article 27 121 of the Conventio n For these reasons, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
Résumé des faits Les deux premiéres requérantes sont des sociétés anonymes allemandes qui exploitaient, jusqu'à la fin de la deuxiéme guerre mondiale, d'importantes entreprises industrielles. La troisième requérante, une société à responsabilité limitée en partie en mains suisses, exploitait en Allemagne une entrepn'se de l'industrie textile . La plupart des biens de ces sociétés furent confisqués aprés la guerre par les Puissances alliées au titre des réparations. En 1951, la loi N° 63 promulguée par la Haute Commission interalliée déclara éteints les droits des propriétaires de biens ainsi confisqués . Cette loi fut maintenue en vigueur par la Convention sur le réglement des questions issues de la guerre et de l'occupation, communément appelée «Accord transitoire» (Oberleitungsverrag), signée B Paris le 23 octobre 1954. L'artic/e 5 du chapitre 6 de l'Accord transitoire fait obligation à la République Fédérale d'Allemagne de veiller à ce que les anciens propriétaires de biens ainsi confisqués soient indemnisés. La question de l'indemnisation fut réglée par la loi allemande du 12 février 1969 dite nReparationsschâdengesetz .u . Cette loi n âccorde une indemnité qu'aux personnes physiques mais non aux personnes morales .
- 135 -
Les trois sociétés requérantes introduisirenr des recours constitutionnels contre cette loi Ceux-ci lùrent rejetés par la Cour constitutionnelle fédérale les 13 janvier et 14 juin 1976, respectivement. Devant la Commission, les sociétés requérantes ont soutenu que par l'effet de la loi du 12 février 1969 et des arrêts de ia Cour constitutionnelle fédérale elles avaient été privées de créances en indemnisation, qui constituent des biens, au sens de l'article ler du Protocole additionnel. Elles se plaignent en outre d'une discrimination dans la maniére dont a été réglée l'indemnisation des propriéraires de biens affectés par la guerre .
(TRADUCTION ) EN DROI T Les sociétés requérantes se plaignent de dispositions législatives promulguées en 1969 et qui les privent, selon elles, des droits légitimes et bien établis à indemnité qu'elles prétendent détenir à l'égard de la République Fédérale d'Allemagne du chef des mesures dont leurs biens ont fait l'objet a,autiredsépon,lartdesPuincalé,pers guerre . Elles invoquent l'article 1^ , du Protocole additionnel el l'article 14 de la Convention . L'article 1e 1 du Protocole additionnel dispose que toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens, et que nul ne peut ètre privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . L'article 14 garantit la jouissance des droits et libertés reconnus dans la Convention, sans distinction aucune . 2 . La Commission reléve tout d'abord que les sociétés requérantes ne se plaignent pas de la confiscation ou de la saisie de leurs biens par les Puissances alliées . La requête ne vise donc pas une privation de propriété qui serait intervenue avant l'entrée en vigueur du Protocole additionnel à l'égard de la République Fédérale d'Allemagne, le 13 février 1957, ou qui aurail été opérée par des autorités n'agissant pas en tant qu'organes d'une des Hautes Parties Contractantes . L'examen de la requête n'échappe donc pas à la compétence ratione temporis ou ratione personnae de la Commission . 3 . Les sociétés requérantes allèguent que la loi du 12 février 1969 sur l'indemnisation des dommages subis au titre des réparations a eu pour effet direct et immédiat de les priver de leurs droits à indemnité, droits qui représentaient, selon elles, des biens au sens de l'a rt icle 1er du Protocole .
- 136 -
Les sociétés requérantes, qui ont formé des recours constitutionnels contre la loi susmentionnée, ont épuisé de ce fait les voies de recours internes . Par ailleurs, elles ont respecté le délai de six mois (article 26 de la Conventionl . La Commission doit donc examiner le contenu de leurs griefs . 4 Le grief des sociétés requérantes tiré de la privation de leurs biens se fonde sur la thése selon laquelle elles détenaient des droits légitimes à indemnité antérieurement à la loi de 1969 . La Cour constitutionnelle fédérale a nié l'existence de ces droits au regard de la législation allemande ; la Commission est donc saisie de la question de savoir si l'espoir que les sociétés requérantes avaient d'obtenir une indemnité représentait néanmoins un «bien» au sens de l'article 1er du Protocole additionnel . A cet égard, pour interpréter le terme abiemt, il convient de se poser deux questions - la première est celle de savoir si par suite de la saisie de leurs biens par des Puissances étrangéres, les sociétés requérantes ont acquis des droits directs à l'égard du Gouvernement défendeur pour cause d'enrichissement injustifié ou pour toute autre raison juridique et si, dans l'affirmative, ces droits représentent des «biens» ;
- la seconde question a trait au point de savoir si l'«Accord transitoiren, signé à Paris le 23 octobre 1954, a conféré des droits aux requérants et si, dans l'affirmative, ces droits représentent des «biens» . Sur la première question, la Commission renvoie à sa jurisprudence constante suivant laquelle elle n'est pas compétente ratione temporis et ratione materiae pour examiner des griefs tirés d'un refus de faire droit à des demandes d'indemnité basées sur des faits intervenus avant l'entrée en vigueur de la Convention à l'égard du Gouvernement défendeur . La Commission ne peut donc pas rechercher si les requérants ont acquis des droits à indemnité vis-9-vis de la République Fédérale antérieurement au 3 septembre 1953 (cf . par exemple les décisions de la Commission sur la recevabilité des requêtes N° 2457/65, Recueil 24, pp. 43, 45) . En ce qui concerne la seconde question, la Commission reléve, tout d'abord qu'aux termes de l'arrét de la Cour constitutionnelle fédérale, l'eAccord transitoire» n'a donné naissance à aucun droit dans le cadre de la législation allemande . Par ailleurs, la Commission souscrit au raisonnement de la Cour constitutionnelle fédérale selon lequel les dispositions des traités internationaux, comme l'article 5 du Chapitre 6 de l'«Accord transitoire», ne font pas naPtre de droits individuels à indemnité sur la tête des personnes concernées . Il ressort clairement du libellé «La République Fédérale veillera à ce que les anciens propriétaires de biens saisis en exécution des mesures visées aux articles 2 et 3 du p,ésent Chapitre reçoivent une indemnisation» que l'Accord a purement et simplement fait naPtre une obligation convention-
- 137-
nelle entre la République Fédérale et les autres Parties Contractantes . Ceci a déjà été confirmA par la Commission dans sa décision sur la recevabilité de la requête N° 472/59 (Annuaire 3, p . 207), à laquelle les sociétés requérantes ont lait référence . La Commission ne voit aucune raison de modifier sa position antérieure . En particulier, elle ne saurait souscrire à la thése des sociétés requérantes selon laquelle la disposition conventionnelle susmentionnée, bien que non directement applicable, pouvait être invoquée par les personnes concernées aprés l'entrée en vigueur des mesures d'application . Si, comme il est allégué, le législateur fédéral ne s'est pas acquitté pleinement de l'obligation conventionnelle, ce manquement ne peut étre attaqué que par les autres Parties Contractantes . On ne saurait donc tenir pour établi que l'aAccord transitoire» a conféré aux requérants des droits patrimoniaux au titre desquels ils pourraient invoquer le droit de toute personne au respect de ses biens, reconnu à l'articlé 1er du Protocole additionnel . En conséquence, il n'existe aucune base permettant à la Commission de conclure que les sociétés requérantes ont été victimes d'une violation dudit article . Il s'ensuit que les griefs des sociétés requérantes tirés de l'article 1°' du Protocole sont manifestement mal fondés et qu'ils doivent être rejetés conformément à l'article 27 (2) de la Convention . 5 . Par ailleurs, les sociétés requérantes se sont plaintes qu'onait réservA un traitement différent à d'autres groupes qui ont subi des dommages résultant de faits de guerre, et elles estiment que cette différence de traitement équivaut à une discrimination au sens de l'article 14 de la Convention . L'anicle 14 n'est applicable que pour autant qu'il est allégué qu'il y a discrimination dans la jouissance de l'un des droits ou libertés garantis par la Convention . Comme la Commission vient de constater que les sociétés requérantes n'ont pas été privées de biens, au sens de l'article 1 - du Protocole, qu'elles détenaient antérieurement à la loi de 1969, il n'existe aucune base non plus pour examiner une quelconque discrimination en ce qui concerne les prétentions qui auraient constitué de tels biens . Ceci étant, même à supposer que la création, par la loi de 1969, de droits à indemnité en faveur d'autres catégories de personnes, ainsi que l'exclusion simultanée des sociétés requérantes du bénéfice de la réglementation, puissent soulever un probléme de discrimination au regard des droits patrimcniaux, la Commission n'en considère pas moins que la différence entre le traitement réservé aux sociétés requérantes et celui accordé à d'autres groupes de personnes n'a pas eu un caractére arbitraire, mais a été inspirée par l'intérèt général bien compris . S'agissant en particulier de la différence entre le traitement réservé aux sociétés requérantes et celui accordé aux personnes physiques, la Commission reconnait qu'il peut y avoir des raisons sociales et économiques qui justifient l'octroi d'une indemnité aux seules personnes physiques . En c e
qui concerne la distinction faite entre les sociétés qui ont subi des dommages sur le territoire allemand ou sur celui de pays ennemis et celles qui ont subi des dommages sur le territoire de pays neutres, la Commission considére que la situation juridique des deux catégories n'est pas comparable . Les indemnités au titre des biens saisis dans les pays neutres n'ont pas été versées aux sociétés directement par la République Fédérale, mais par les Etats neutres aux termes d'accords qu'ils avaient conclus avec la République Fédérale . En dernier lieu, s'agissant du refus de faire bénéficier de la réduction de l'impôt sur le capital les sociétés ayant subi des dommages dans le cadre des réparaiions, par opposition à l'ensemble des autres groupes visés par la législation sur la péréquatio .i des charges, la Commission considére que l'exemption de l'obligation de verser certaines contributions n'est pas, de par sa nature mème, un droit patrimonial, et qu'il ne peut donc pas y avoir de discrimination au regard des droits patrimoniaux . Il s'ensuit que les griefs des sociétés requérantes sur le terrain de l'article 14 combiné à l'article 1« du Protocole sont eux aussi manifestement mal fondés au sens de l'article 27 (2) de la Convention . Par ces motifs, la Commission DÉCLARE LA REDUETE IRRECEVABLE .
- 139 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 14/10/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.