Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ PREIKHZAS c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6504/74
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-12-07;6504.74 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : PREIKHZAS
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE No . 6504/74 Dieter PREIKHZAS v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY' Dieter PREIKHZAS c/RÉPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE '
DECISION of 7 December 1977 on the admissibility of the applicatio n DÉCISION du 7 décembre 1977 sur la recevabilité de la requêt e
An'icte 5, paragraph 1 of the Convention : Question whether a dispute between a public admintstration and one of its employees under contract concerns the determination of the latter's civil righrs and obligations . Length of proceedings before labour courts. Importance attached to the sreps undertaken by the applicant in order to speed up proceedings Icomplaint declared admissible) . Article 26 of the Convention : Exhaustion of domestic remedies . No effective remedy available to speed up proceedings before the labour courts .
Article 6, paragraphe 1 de la Convention : Question de savoir si un Iitige entre une administration publique et l'un de ses employés sous contrat porte sur des droits et obligations de caractère civil de ce dernier . Uurée d'une procédure devant les tribunaux du travail . Importance accordée aux démarches ellectuées par le requérant pour activer la procédure . (Grief déc/aré recevable) . Article 26 de la Convention : Epuisement des voies de recours internes absence de recours efficace pour accélérer le déroulement d'une procédure devant les tribunaux du travail .
• The applicant is repreaented before the Commission by Mr Werner Kordt, a barrister practising in làsen . Le repuérant est représenté devant la Commission par Me Werner Kordt, avocat é Fssen .
-5-
Summary of the facts (français : voir p . 10) The applicant was employed on the basis of a contract with the Social Insurance Office of Lower Saxony . As he was employed for life and was subject to Service Regulations of a public law nature IDienstordnungl, he enjoyed a status close to that of a civil servant. In 1971 he was transferred to a higher post and shortly afterwards was transferred back again . This gave rise to a dispute as a result of which his employer, by notice of 27 April 1972, decided by way of a drsciplinary measure to suspend him on half pay . On 24 May 1974 he was dismrsse d The applicant brought the following actions : a . A request for an interim injunction before the Labour Court at Celle which ordered on 2 April 1977 that the applicant be maintained in rhe post to which he had been promoted. This order was however revoked on 19 April 1971 on appeal lodged by the employer . b. An action challenging his reduction in grade which was dismissed by the Labour Court on 4 October 1971 and by the Labour Court of Appeal ILandesarbeitsgerichtl in Lower Saxony on 30 August 1973. c . An action challenging the reduction of pay filed with the Labour Court on 10 June 1973 After various incidents and a decision to stay the proceedings pending a decision on the action referred to under d), the applicant's claim was dismissed by the Labour Court on 13 July 7977. He has lodged an appeal. d . An action challenging his dismissal, filed on 30 May 1974 A judgment in the applicant's favour was given by rhe Labour Courr on 13 November 1975 . The employer lodged an appeal Before the Commission the applicant complains of the length of proceedings before the labour courts and invokes Article 6, paragraph 1, of the Convention . He also invokes Article 10 alleging that he was dismissed for having complained of his superiors . The application was introduced on 14 February 1974, but was in view of supplementary information submitted by the applicant brought to the attention of the Commission for the first time on 9 May 1977 .
THE LAW 1 . The applicant was employed by a social insurance agency (Allgemeine Ortskrankenkasse) which is an organisation of public law He had, however, a contract of employment . In 1971 he engaged in a dispute with his employer about his transfer to another post In 1972 he was subjected to disciplinary proceedings which resulted provisionally in the reduction of his salary and i n
-6-
his dismissal . Labour law was applicable to both these measures and the applicant brought actions challenging them in the Labour Courts in June 1973 and May 1974 . To date there is no final decision . He complained that these actions were not being determined within a reasonable time . 2 . The Commission invited the respondent Government to submit its observations on the admissibility of the applicant's complaint under Article 6 111 of the Convention concerning the length of the proceeding s The respondent Government submitted that the application was inadmissible for the reasons that the application was premature and the requirements ot Article 26 of the Convention had not been fulfilled and that the application was manifestly ill-founded . The matter of applicability of Article 6 111 of the Convention was therefore irrelevant, but could be dealt with if the application was admitted and after judgment had been pronounced in the Kdnig case which was pending before the European Court of Human Rights IApplication No . 6232/73, Eberhard Kbnig against Federal Republic of Germany, Report of the Commission, adopted on 14 December 1976) . The applicant maintained his complaint . 3 . The Commission has carried out a preliminary examination of the information and arguments supplied by the parties . 4 . Considering the argument that the application does not fulfill the requirements of Article 26 of the Convention 7he Commission makes the following remark : If the Commission receives an application concerning the length of proceedings and if the situation is developing while the files are being prepared, it will have to assess further factual circumstances which come to its knowledge . The Government does not suggest that the applicant had a specific remedy to speed up the proceedings whereby he challenged his dismissal . These were the proceedings which began on 30 May 1974 and in which judgment was given in favour of the applicant on 13 November 1975 and in which the appeal is pendinq since . The Government mentions the Constitutional Appeal without, however, explaining on what basis and at which time the applicant could have used this as an effective remedy . Concerning the proceedings whereby the applicant made a claim tor salary, the Government argues that he should have appealed against the decision to stay the proceedings on 14 October 1974 and to give priority to the dismissal case . The Commission is of the opinion, however, that it was in principle reasonable to stay the salary case in order to await the outcome of the dismissal case . It does not seem, therefore, that the applicant had an effective remedy for speeding up the salary proceedings . - 7 -
The Commission cannot therefore declare the application inadmissible under Article 27 131 for non-compliance with the condition as to the exhaustion of domestic remedies laid down in Article 26 of the Convention . 5 . The Commission has then considered the duration of the applicant's proceedings in the light of its case law . It observes that ihe applicant's actions concerning his transfer took almost two-and-a-half years . The only relevant gap in these proceedings was between the judgment on 4 October 1971 and the hearing of the appeal on 16 August 1973 or nearly two years . However, there is in the first place no indication in the observations of the parties that the applicant felt aggrieved by this delay and took any steps to pursue his action . This part of the application is therefore manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention and inadmissible on that ground . The pay case began on 21 June 1973 and was dismissed in the court of first instance on 13 July 1977 . This period is slightly longer than four years . During these proceedings the applicant made repeated requests that the case be heard at an early date . The information available gives no satisfactory explanation for delays adding up to some three-and-a-half years . The Commission is not, therefore, satisfied that it has been shown that this action is being determined within a reasonable time . The action challenging dismissal began on 30 May 1974 and a second hearing on appeal is scheduled for 5 April 1978 This period is almost four years . Apparently the applicant made no request to have these proceedings hastened, but to an extent their duration seems to have been outside the control of the parties . The information available gives no clear and satisfactory explanation for delays, which might add up to some three years . The Commission is not, therefore, satisfied that it has been shown that this action is being determined within a reasonable time either . In both cases it cannot, therefore, come to the conclusion that the application is manifesrly ill-founded . 6 . It will therefore also be necessary to consider as a preliminary issue the applicability of Article 6 111 to the applicant's legal actions . The Commission observes that the relationship between the applicant and his employer is a contractual relationship and disputes about it are governed by labour law and the Labour Couns are competent to determine them . It cannot, therefore, be said that complaints concerning such disputes clearly fall outside the scope of Article 6 (1) and are incompatible rarione mareriae with the provisions of the Convention . It is a question of interpretation of Article 6(1 ) whether its application may be restricted because of the nature of the applicant's contract and his functions . This is an important question under the Convention and it canno t
-8-
be decided without further argument . In this respect the application is not, therefore, manifestly ill-founded within the meaning of Arucle 27 121 of the Convention . 7 . The applicant also alleged that he was dismissed because he had expressed his opinion by lodging various complaints against his superiors . In his view, consequently, Article 10 of the Convention had been violated . Article 10 of the Convention provides that everyone has the right to freedom ot expression and that the exercise of this freedom may be subject to certain specified restrictions . However, in the present case the applicant was not prevented from expressing his opinion or punished for having done so, but the number and forms of his various complaints were considered to be contrary to his duties . There is not, therefore, any appearance of a violation of the applicant's right to freedom of expression and this aspect of the application is manifestly ill-founded and inadmissible under Article 27 (2) of the Convention . 8
For these reasons, the Commissio n DECLARES INADMISSIBLE :
I
the part of the application whlch concerns the transfer proceedings which were terminated in the Labour Court of Appeal on 30 August 1973 ;
ii . the complaint that the applicant's dismissal was a penalty contrary to Article 10 of the Convention for his having expressed his opinio n an d DECLARES ADMISSIBLE and retains for an examination of their merits, without prejudging the merits in any way, those parts of the application which raise : J . the question whether the employment situation of the applicant was a matter of civil rights and obligations within the meaning of Article 6 111, and if so , ii . the question whether in the proceedings before the labour courts the applicant's actions challenging dismissal and reduction of pay were being determined within a reasonable time within the meaning o f Article 6 (1) of the Convention .
- 9 -
Résumé des faits Le requérant était employé sous contrat par une caisse publique d'assurance-maladie de Basse-Saxe . Titulaire d'un emploi permanent et soumis aux réglements du service public (Dienstordnung), il jouissait d'un statut voisin de celui d'un fonctionnaire. En 1971 il fut promu à un poste plus é/evé puis rétrogradé peu aprés . 7/ s'ensuivit un conflit à la suite duquel son employeur, par avis du 27 avril 1972, prit contre lui une mesure disciplinaire de suspension et de mise à la demisolde . Le 24 mai 1974 il fut congédié . Le requérant exerca les recours suivants : a. Une demande de mesure provisoire au tribunal du travail de Celle, qui ordonna le 2 avril 1971 le maintien du requérant au poste auquel il avait été promu . Cette ordonnance fur révoquée le 19 avril 1971 sur opposition de f'employeur. b . Une action contestam sa rétrogradation, qui fut rejetée par le tribunal du travail le 4 octobre 1971 et par la cour d'appel du travail ILandesarbeitsgerichtl de Basse-Saxe le 30 août 1973. c Une action en contestation de la mise é la demi-solde introduite devant le tribunal du travail le 10 juin 1973. Après divers incidents et une suspension de la procédure dans l'attente d'une décision sur le recours mentionné cidessous sub dl, le requérant fut débouté par le tribunal du travail le 13 juillet 1977. ll a fait appel. d. Une action en contestation de son licenciement, introduire le 30 mai 1974 . Un jugement favorable au requémnt fur rendu par le tribunal du travail le 13 novembre 1975 . L'employeur a interjeté appel se plaint de.DevantlComis,erquéant la durée des procédures devant les juridictions du travail et invoque l'arttcle 6, § 1, de la Convention . Il invoque également l'article 10 en faisant valoir qu'il aurait été congédié pour s'étre plaint de ses supérieurs . La requête a été introduite le 14 février 1974 mais en raison des exposés complémentaires du requérant, elle fut soumise à la Commission pour la premiére fois le 9 mai 1977.
(TRADUCTION) EN DROI T 1 . Le requérant était employé par une caisse d'assurance-maladie IAllgemeine Ortskrankenkassel, établissement de droit public . Il était toutefois
- 10 -
titulaire d'un contrat de travail En 1971 il eut un différend avec son employeur à propos de sa mutation à un autre poste . En 1972 il lit l'objet d'une procédure disciplinaire qui aboutit provisoirement à une réduction de salaire et à son licenciement Le droit du travail était applicable à ces deux mesures et le requérant les a contestées par des actions introduites devant les tribunaux du travail en juin 1973 et mai 1974 . Aucune décision définitive n'a été rendue à ce jour . II s'est plaint que ces actions n'aient pas donné lieu à une décision dans un délai raisonable . 2 . La Commission a invité le Gouvernement défendeur à présenter ses observations sur la recevabilité du grief du requérant tiré de l'article 6 § 1 de la Convention et concernant la durée de la procédure . Le Gouvernement défendeur a soutenu que la requète était irrecevable au motif qu'elle était prématurée et que les conditions de l'article 26 de la Convention n'avaient pas été remplies, et que la requéte était manifestement mal fondée . La question de l'applicabilité de l'article 6 § 1 de la Convention pouvait donc être laissée de cdté, mais pourrait ètre examinée si la requéte était déclarée recevable et après que l'arrét aurait été prononcé dans l'affaire Kônig, pendante devant la Cour européenne des Droits de l'Homme IRequète N° 6232/73, Eberhard Kbnig contre République Fédérale d'Allemagne, rapport de la Commission adopté le 14 décembre 1976 ) Le requérant a confirmé ses griefs . 3 . La Commission a procédé à un examen préliminaire des informations et arguments fournis par les parties . 4 . Pour ce qui est de l'argument selon lequel la requête ne satisfait pas aux cond~tions de l'article 26 de la Convention la Commission fait la remarque suivante : si la Commission reçoit une requête portant sur la durée d'une procédure et si la situation continue à évoluer pendant la préparation des dossiers, la Commission devra apprécier les nouveaux éléments de fait qui viennent à sa connaissance . Le Gouvernement ne prétend pas que le requérant avait 9 sa disposition un recours spécifique pour accélérer la procédure dans laquelle il contestait son licenciement, c'est-é-dire la procédure entamée le 30 mai 1974, où un jugement favorable au requérant a été prononcé le 13 novembre 1975 et où un appel est pendant depuis lors . S'il est vrai que le Gouvernement mentionne la voie du recours constitutionnel, il n'explique pas sur quelle base et à quel moment le requérant aurait pu s'en prévaloir comme d'un recours etficace . Concernant la procédure par laquelle le requérant a formulé une demande de salaire, le Gouvernement soutient qu'il aurait dù recourir contre
la décision de suspendre la procédure et d'accorder la priorité à l'affaire du licenciement, prise le 14 octobre 1974 . La Commission estime toutefois qu'il était, en principe, raisonnable de suspendre la procédure concernant le salaire pour attendre l'issue de la procédure concernant le licenciement . Il ne semble donc pas que le requérant ail disposé d'un recours efficace lui permettant de hàter la procédure relative au salalre . La Commission ne peut donc déclarer la requête irrecevable, selon l'article 27 § 3, pour non-respect de la condition de l'épuisement des voies de recours internes posée par l'article 26 de la Convention . 5 . La Commission a ensuite examiné, à la lumière de sa jurisprudence, la durée de la procédure concernant le requéran t Elle fait obse rv er que la procédure concernant la mutation du requérant a pris presque deux ans et demi . Le seul vide dans cette procédure se situe entre le jugement du 4 octobre 1971 et l'audience d'appel du 16 aoùt 1973, soit presque deux ans . Cependant, rien dans les obse rvations des parties n'indique que le requérant se soit ému de ce retard et ait pris des mesures pour faire progresser l'affaire . Cette part ie de la requète est donc manifestement mal fondée, au sens de l'article 27 § 2, de la Convention, et irrecevable pour ce motif . L'affaire concernant le salaire a commencé le 21 juin 1973 et le requérant a été débouté en premiére instance le 13 juillet 1977, soit un peu plus de quatre ans aprés . Au cours de cette procédure, le requérant a demandé à plusieurs reprises que l'affaire fùt plus rapidement entendue Les explications fournies ne justifient pas de facon satisfaisante les retards, qui représentent au total quelque trois ans et demi . La Commission n'est donc pas convaincue que cette affaiie ait été tranchée dans un délai raisonnable . L'action contestant le licenciement a été engagée le 30 mai 1974 et une seconde audience, en appel, est prévue pour le 5 avril 1978, soit presque quatre ans aprés . Le requérant n'a apparemment formulé aucune demande visant à ce que la procédure soit accélérée mais, dans une certaine mesure, les parties ne semblent pas avoir pu agir sur sa durée . Les informations fournies n'expliquent pas clairement et de façon satisfaisante les retards, qui pourraient atteindre trois ans environ . Ici également, la Commission n'est pas convaincue que cette affaire soit tranchée dans un délai raisonnable . Dans ces deux cas elle ne peut donc conclure que la requéte est manifestement mal fondée . 6 . La Commission devra donc examiner préalablement l'applicabilité de l'article 6§ 1 aux actions judiciaires intentées par le requérant . Elle fait observer que les rapports entre le requérant et son employeur sont des rapports contractuels, que les différends auxquels ils peuvent donner Ile u
- 12 -
sont régis par le droit du travail et que les tribunaux du travail sont compétents pour en connaitre . Elle ne peut donc dire que les griefs relatifs à ces différends sortent manifestement du domaine de l'article 6 § 1 et que le grief est incompatible ratione materiae avec les disposilions de la Convention . Constitue une question d'interprétation de l'article 6§ 1 celle de savoir si l'application de cet article peul étre limitée en raison de la nature du contrat du requérant et de ses fonctions . C'est là une question importante au regard de la Convention et on ne saurait en décider sans autre argument . A cet égard, la requête n'est donc pas manifestement mal fondée, au sens de Particle 27 § 2 de la Convention . 7 . Le requérant a aussi allégué qu'il avait été licencié pour avoir exprimé son opinion en portant plusieurs plaintes contre ses supérieurs . Selon lui, l'article 10 de la Convention aurait donc été violé . Selon l'article 10, toute personne a droit à la liberté d'expression et l'exercice de ceue liberté peut étre soumis à certaines restrictions déterminées . En l'espéce, toutefois, le requérant n'a pas été empèché d'exprimer son opinion ni sanctionné pour l'avoir fait, mais le nombre de ses différentes plaintes ont été considérés comme contraires à ses devoirs . Il n'y a donc aucune apparence de violation du droit du requérant à la liberté d'expression et cetle partie de la requéte est manifestement mal fondée, donc irrecevable selon l'article 27 § 2 de la Convention . 8 . Par ces motifs, la Commission DECLAREIRRECEVABLES : i . la partie de la requéte qui concerne la procédure relative à la mutation, procédure qui s'est terminée devant la cour d'appel du travail le 30 août 1973 ; ii . le grief selon lequel le licenciement du requérant constituait une sanction contraire à l'article 10 de la Convention, parce qu'il avait exprimé son opinion ;
DÉCLARE RECEVABLES et retient, tout moyen de fond étant réservé, les parties de la requête qui soulèvent : i . la question de savoir si les conditions d'emploi du requérant concernent des droits et obligations de caractère civil au sens de l'article 6 § 1 et, dans l'affirmative , ii . la question de savoir si, au cours des procédures devant les tribunaux du travail, les actions du requérant contestant le licenciement et la réduction de salaire ont été tranchées dans un délai raisonnable, au sens de la'article 6 § 1 de !a Convention .
- 13 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 07/12/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.