Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ BUCHHOLZ c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7759/77
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-12-07;7759.77 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : BUCHHOLZ
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATIQN/REQU ETE N° 7759/77 Walter BUCHHOLZ v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY' Walter BUCHHOLZ c/REPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGNE ' DECISION ol 7 December 1977 on the admissibility of the application DÉCISIQN du 7 décembre 1977 sur la recevabilité de la requêt e
A rtic% 6, paragraph 1 of the Convention : Reasonable time Icivill . Criteria for assessmen t a) the steps raken by the applicant in order to expedite proceedings ; b)
the question whether the applicant himself can be held responsible for the delays IApplication declared admissib/el .
Articfe 6, paragraphe 1 de la Convention : Délai raisonnable (au civil) . Critéres d'appréciation retenus :
al les démarches faites par le requérant pour activer la procédure et bl la question de savoir si les retards ne sont pas imputables au requérant lui-m@me . IRequéte déclarée recevablel .
Summary of the facts
f frani;7a/s : voir p . 7661
The applicant, who is resident in Hamburg is an
office employee .
In June 1974, he was informed by his employer that he was dismissed with effect from 37 December 1974 as he had been made redundant as a result of rationatisation measures . It appears that the applicant protested strongly against this measure, as a result of which he was served on 30 September 7974 with an extraordinary notice of termination of employmen t
' The appl-cant is represented before the Commission by 1+1r K . Soika, a lavryer practisinp in Hamburg . Le requérant eat représenté devant la Commission par Me K . Sojka, avocat A Hambourg .
- 163 -
effective forthwith The applicant brought an action before the Hamburg Labour Courr who decided in his favour on 8 January 7975 . The employer appealed upon which the applicant crossappealed . When the Labour Court of Appeal had already held three hearings and an attempt at friendly settlement had failed, the applicant appealed to the Federal Constitutional Court complaining of the length of the proceedings. This appeal was dismissed in November 1976 by a panel of three judges as having no chance of success . The judges held that the length of the proceedings were mainly due to the fact that the applicant had continuously amended his submissions and his applications for taking evidence . The proceedings continued before the Court of Appeal who, in June 1977, had reached the stage of appointing an expert .
THE LA W The applicant has complained that the delays in his proceedings before the Labour Courts have violated his rights under Article 6 111 01 the Convention and had repercussions on his rights under Article 8 . The Commission does not consider that any issue arises for consideration separately under Article 8 . Article 6 (1) guarantees, in particular, that in the determination ot his civil rights and obligations everyone is eqtitled to a hearing within a reasonable time by a tribunal . It is not in dispute that the proceedings, with which the present application is concerned, are proceedings to which this guarantee applies . Apart from the proceedings before the Labour Court at Hamburg, which lasted for some six months, the proceedings before the Labour Court of Appeal at Hamburg have been pending since 11 March 1975, or for more than two and a halt years and no end is approaching . In its case law on the admissibility of complaints regarding the reasonableness of the duration of civil proceedings the Commission's assessment has been made by reference to two tactors . The first factor is whether or not the interested party has taken himself the necessary steps duly to pursue the action . The second factor is whether or r•.ot the application discloses elements indicating that delays have occurred for which the applicant himself cannot be held responsible (See the decisions on the admissibility ol Applications No . 1794/63 . Collection of Decisions 20 p 8 ; 2472/65, Collection 23 p . 42 , 4859/71, Collection 44 p . 1 ; 6248/73, Coliection 46 p 215 ; 7666/76, Decision of 7 March 1977) . The respondent Government have explained that the delays in the case were due first to the unsuccessful attempt at a settlement which took som e
- 164 -
eight months . Secondly, the applicant introduced a new issue (being whether he had received his second notice in correct timel . Thirdly, when he had abandoned this issue, again after some eight months, it became necessary to obtain the expert evidence (on the justification of his second notice) . In the Government's submission the delays were caused by holidays at one time and were moreover the logical consequence of the applicant's conlusing conduct of his case . The Government concluded that the application was manifestly illlounded and inadmissible . The applicant submits that he had asked that the expert evidence be obtained from the beginning, that he repeatedly requested hearings to be fixed at early dates, that the Labour Court should disregard holidays and that the delays were caused by changes of judges and lack of staff . The applicant maintains that his application is well-founded and admissible . The Commission has carried out a preliminary examination in the light ol its case law of the information and arguments submitted to it by the parties concerning the applicant's complaint under Article 6 111 of the Convention . The Commission observes that the applicant has asked for the expert to be appointed at the outset of the proceedings and made various requests for hearings to be fixed at early dates and that there were delays totalling some twenty months, the reasons for which remain unexplained or disputed . Consequently, it is not satisfied that the information given so far concerning the course of proceedings shows that these progressed with reasonable speed . Therefore, the Commission does not on the material before it come to the conclusion that the application is manitestly ill-founded and inadmissible on Ihat ground . For these reasons and without prejudging in any way the merits of the case, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION ADMISSIBLE .
- 165-
Résumé des faits Le requérant, qui habite é Hambourg, est emp/oyé de bureau En juin 1974 il fut informé par son employeur qu'il était licencié avec effet au 31 décembre 1974, son poste de travail ayant été supprimé par mesure de rationnalisation . Le requérant semble avoir protesté avec véhémence contre cette mesure, é/a suite de quoi il reçut le 30 seprembre 1974 une lettre de congé avec effet immédiat. Le requérant introduisit acrion devant le tribunal du rravail de Hambourg et obtinr gain de cause par jugement du 8 janvier 1975 . L'employeur inrerjeta appel, sur quoi le requérant fit appel incident. Alors que la cour d'appel du travail avait déjA tenu trois audiences et qu'une tentative de conciliation avait échoué, le requémnt se plaignit de la durée de la procédure par la voré d'un recours 3/a Cour constitutionnelle fédérale . Ce recours fut écarté en novembre 1976 par un comité de trois juges comme dépourvu de chances de succés ; les juges expliquaient la durée de la procédure comme étant essentiellement due aux changements d'arguments et d'offres de preuve du requérant . La procédure se poursuivit devant la cour d'appel qui, en juin 1977, en était à la désignation d'un expert .
I TRADUCTIONI EN DROIT Le requérant se plaint que les retards subis par son procés devant les tribunaux du travail ont violé les droits que lui reconnaît l'article 6, paragraphe 1 de la Convention et ont eu des répercussions sur les droits que lui reconnait l'anicle 8 . La Commission estime qu'il n'y a pas lieu en l'espéce d'examiner un grief distinct sous l'angle de l'anicle 8 . L'article 6, paragraphe 1 prévoit notamment que toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue dans un délai raisonnable par un tribunal qui décidera des contestations sur ses droits et obligations de caractére civil . Les panies s'accordent à admettre que la procédure visée par la présente requête est de celles auxquelles cette garantie s'applique . Abstraction faite de la procédure devant le tribunal du travail d e Hambourg, qui a duré quelque six mois, la procédure devant la cour d'appel du travail de Hambourg est pendante depuis le 11 mars 1975, soit depuis plus de deux ans et demi, et le terme n'en semble pas proche .
- 1 66 -
Dans sa jurisprudence concernant la recevabilité de griefs portant sur le caractére raisonnable de la durée d'une procédure civile, la Commission apprécie les faits en fonction de deux critéres . Le premier critére consiste à vérifier si la partie intéressée a, de son cBté, pris les mesures nécessaires à la poursuite de son action . Le second critére consiste à se demander si la requête contient des éléments de fait dont il ressort qu'il s'est produit des retards dont le requérant ne peut être tenu pour resporisable (voir les décisions sur la recevabilité des requêtes N° 1794/63, Recueil 20, p . 8 ; N° 2472/65, Recueil 23, p 42 ; N° 4859/71, Recueil 44, p . 1 ; N° 6248/73, Recueil 46, p . 215 ; N° 7666/76, Décision du 7 mars 19771 . Le Gouvernement défendeur a expliqué que les retards subis par cette affaire sont dus d'abord aux teritatives infructueuses de conciliation qui ont demandé huit mois environ . En second lieu, le requérant a soulevé un nouveau grief (portant sur le point de savoir s'il avait ou non reçu le second préavis dans les délais légaux) . En troisiéme lieu, lorsqu'il renonça à ce grief, là encore, au bout de huit mois environ, il a fallu ordonner une expertise (sur la justification de ce second préavis) . D'aprés le Gouvernement, les retards ne sont dus aux vacances que dans un cas et sont plut6t la conséquence logique de la maniére embrouillée dont le requérant a conduit son affaire . Le Gouvernement a conclu que la requéte est manifestement mal fondée et irrecevable . Le requérant soutient qu'il a sollicité une expertise d'entrée de cause, qu'il a demandé à plusieurs reprises que des audiences soient fixées à bref délai, que les tribunaux du travail ne doivent pas tenir compte des féries ludiciiires et que les retards sont dus au changement de juges et à une pénurie de personnel . Le requérant soutient que sa requête est bien fondée et recevabl e La Commission a procédé, à la lumière de sa jurisprudence, à un premier examen des informations et arguments que lui ont communiqués les parties concernant le grief du requérant tiré de l'article 6, paragraphe 1 de la Convention . La Commission observe que le requérant a demandé, dès le début de la procédure, qu'un expert soit désigné, qu'il a formulé plusieurs demandes visant à ce que des audiences soient fixées à bref délai et que des retards de quelque vingt mois au total demeurent inexpliqués ou contestés . La Commission n'est donc pas convaincue que les informations qui lui ont été communiquées jusqu'ici concernant le déroulement de lâ procédure montrent que celle-ci ait été menée à une allure raisonnable . Au vu des éléments dont elle dispose, la Commission ne peut donc arriver à la conclusion que la requ@te est manifestement mal fondée et irrecevable pour cette raison .
Par ces motifs et tout moyen de fond étant réservé, la Commissio n DECLARE LA REOUETE RECEVABLE . - 167-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 07/12/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.