Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. PAYS-BAS

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7721/76
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-12-12;7721.76 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATIQN/REQUETE N° 7721/7 6 X . v/the NETHERLAND S X .c/PAYS-RA S DECISION of 12 December 1977 on the admissibility of the application DECISION du 12 décembre 1977 sur la recevabilité de la requét e
Article 7, paragraph 1 of the Convention : No violation of this provision, the applicant having failed in hfs attempt to show that the legal provision on the basis of which he was convicted had become obsolete through constant practice . Article 14 of the Convention in conjunction with article 7 of the Convention : In criminal matters, discrimination could not arise from the fact that an analogous case has been decided differentfy. Article 1, paragraphe 2 of the First Protocof : Application of this provision to the provtsiona/ seizure of a ship in rhe framework of criminal proceedings .
Article 7, paragraphe 1, de la Convention : Absence de violation de cette disposition, le requérant ayant échoué dans sa tentative de montrer que la disposition légale en venu de laquelle il a été condamné ne serait plus appliquée et cela de pratique constante . Article 14 de la Convention, combiné avec l'article 7 de la Convention : En mattére pénale, une discrimination ne saurait résulter du fait qu'un cas analogue a été tranché différemment .
Article 1, paragraphe 2, du Protocole additionnef : Application de ce paragraphe à la mise sous séquestre provisoire d'un navire dans le cadre de poursuites péna/es .
I franpats : voir p. 212)
Summary of the fects
The applicant is a member of a company owing a ship anchored in the North Sea equiped with a radio equipment . .
ln April 1974, the company decided to abandon its broadcasting . The Dutch custom authorities and the General Directorate of the Postal Services of this
_2p9_
coutry allegedly aurhorised the repair of the ship in a Dutch port, on condition thar the broadcasting equipment was dismantled and sealed . The ship entered Dutch rerritorial warers on 9 September 1974 In October the public prosecutor gave an order for provisional seizure and started criminal proceedings against the applicant. The latter was convicted in December 7974 and sentenced to a fine or substitute detention on the basis of Article 3 ter of rhe Dutch Telegraph and Telephone Act 1904 for having been unlawfully in the possession of broadcasting equipment His appeals were dismissed The applicant claims in parricular that at the rime when the offence was commirred Article 3 ter had become obsolete and invokes as evidence of this rhe non-application of thrs provision in the case of "Radio Veronica" which had preceded his case . He also submits that the "European Agreement for rhe Prevention of Broadcasting transmitted from stations outside territorial waters" of 22 January 1965 is not applicable ro him since the equipment was not in working order and that this treaty had come into force with respect to the Netherlands only on 22 September 1974, whilst the impugned facrs occured on 9 September .
THE LAW 1 . The applicant has complained that he was wrongly convicted of a violation of the Dutch provisions concerning radio transmissions He maintains in particular that he is Innocent because he had no guilty intent, that he was convicted on the basis of an extensive interpretation of Article 3 ter of the Dutch Telegraph and Telephone Act and that his conviction created inequality before the law . In this respect he refers to the case of "Radio Veronica" . With regard to the applicant's contention that he is innocent, the Commission recalls that, In accordance with Article 19 of the Convention, its only task is to ensure the observance of the obligations undertaken by the Parties in the Convention . In particular, it is not competent to deal with an application alleging that errors of law or fact have been committed by domestic courts, except where it considers that such errors might have involved a possible violation of any of the rights and freedoms set out in the Convention The Commission refers, on this point, to its constant jurisprudence Isee e .g . declsions on the admissibility of Applications No . 458/59, Yearbook 3, pp . 222, 232 and No . 1140/61, Collection of Decisions, 8, pp . 57, 62) . It is true that in this case the applicant also complains that he was convicted on the basis of an extensive interpretation of Article 3 ter of the Dutch Telegraph and Telephone Act . He has concluded that the Dutch courts violated Article 7 of the Convention, whlch includes, according to the applicant, the principle "nulla poena sine lege" and guarantees the restrictive interpretation of criminal law . Article 7 of the Convention provides that "No one shall be held guilty of any criminal offence on account of any act or omission which did not constitute a criminal offence under national or international law at the time when it wa s
- 210 -
committed . Nor shall a heavier penalty be imposed than the one that was applicable at the time the criminal offence was committed . " In this respect the Commission recalls its case-law according to which Article 7(1 ) "does not merely prohibit-except as provided in paragraph (21retroactive applicauon of the criminal law to the detriment of the accused ; it also confirms, in a more general way, the principle of the statutory nature of offences and punishment l'nullum crimen, nulla poena sine lege'1, and prohibits, in particular, extension of the application of the criminal law 'in malam partem' by analogy" (cf . for instance Application No . 1852/63, Yearbook 8, pp . 190, 198) . The Commission has already held that "no distinction (is) made in Article 7(1 ) between an act or omission which no longer constituted a criminal offence and an act or omission which did not yet constitute one ." It has added that "it is immaterial whether the abrogation of a criminal law be express or implicit, provided that the latter form of abrogation is known to the municipal law of the State concerned" (cf . Application No . 1169/61, Yearbook 6, pp . 529, 588) . In the present case, the Commission does not find it necessary to examine whether in Dutch law a statute can fall into disuse as the applicant, referring to the one case of "Radio Veronica", has not succeeded in producing prima facie evidence to suppon the allegation that in the Netherlands a constant practice existed not to apply Article 3 ter of the Dutch Telegraph and Telephone Act, thus making this provision obsolete . An examination by the Commission of this complaint as it has been submitted, including an examination made ex officio, does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the above Article . The applicant alleges that his conviction created inequality before the law having regard to the case of "Radio Veronica" . The Commission has examined this complaint ex o//icio under Article 7 in conjunction with Article 14 of the Convention, which prohibits any discrimination in the enjoyment of the rights and freedoms set forth in the Convention . However the Commission has already noted that the applicant has not succeeded in producing prima facie evidence showing that he was convicted contrary to a constant practice of non prosecution, of which the case of "Radio Veronica" was an example . Moreover, it is a general principle that decisions in criminal matters are taken on the basis of the particular circumstances of each case . An examination of the present complaint, including an examination ex officio, does not therefore disclose any appearance of a violation of Article 14 in conjunction with Article 7 of the Convention . It follows that this part of the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . 2 . The applicant has also complained that the provisional confiscation of the ship took place only after the termination of expensive repairs .
- 211 -
It is true that Article 1 of the Protocol No . 1 provides tha t "Every natural or legal person is entitled to the peaceful enjoyment of his possessions . No one should be deprived of his possessions except in the public interest and subject to the conditions provided for by law and by the general principles of international law . The preceding provisions shall not, however, in any way impair the right of a State to enforce such laws as it deems necessary to control the use of property in accordance with the general interest or to secure the payment ot taxes or other contributions or penalties "
The Commission recalls that the seizure complained of was provisional . It did no more than prevent the applicant, for a period, from enjoying and using as he pleased possessions of which he remained the owner . Having regard to the jurisprudence of the European Court of Human Rights in the Handyside case (see Eur . Court H .R ., Handyside case, decision of 29 April 1976 . Series A, No . 24, p . 291, the Commission is of the view that the second sentence of the first paragraph of Article 1 does not come into consideration in this case . On the other hand the seizure did relate to the "use of property" and thus falls within the ambit of the second paragraph . The Commission is of the opinion that the contested measure was ordered pursuant to Dutch law and following procedings which were in accordance with the law . The aim of the seizure was to pursue criminal proceedings against the applicant . This is covered by the notion of the "general interest" within the meaning of the second paragraph of Article 1 of the Protocol . An examination by the Commission of this complaint as it has been submitted, including an examination made ex officio, does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Convention and in particular in the above Article . It is follows that the remainder of the application is also manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARE THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
Résumé des faits Le requérant est membre d'une sociéré propriétaire d'un navire qui se trouvait ancré en Mer du Nord et à bord duquel se trouvait un émerteur de radiodiffusion .
- 212 -
En avril 1974, /a société aurait décidé de mettre fin à ses émissions . Elle aurait obtenu des Douanes néerlandaises et de la Direction des PTT de ce pays l'autorisation de faire réparer /e navire dans un port néerlandais, à condition que les installations d'émission fussent mises hors d'état de fonctionner et p/acées sous scellés . Le navire pénétra dans les eaux territoria/es néer/andaises le 9 septembre 7974 . En octobre, le parquet ordonna sa mise sous séquestre provisoire et poursuivit le requérant. Ce/ut-ci fut condamné en décembre 1974 à une amende convertible en arrêts, en vertu de l'article 3 ter de la loi néerlandaise de 1904 sur le télégraphe et le téféphone, pour avoir été en possession illicite d'une installation de radiodiffusion . Ses recours furent rejetés. Le requérant fait valoir notamment qu'é l'époque des faits l'article 3 ter susmentionné était tombé en désuétude et il en veut pour preuve sa non-application au cas de « Radio Veronica », qui lui est antérieur . ll affirme également que l'rr Accord européen pour la répression des émissions de 2diodiffusion effectuées par des stations hors des territoires nationaux u, du 22 janvier 1965, ne lui serait pas applicable puisque les installations du navire étaient hors d'état de fonctionner et que ce traité ne serait entré en vigueur aux Pays-Bas que le 22 septembre 1974, alors que les faits incriminés remontent au 9 septembre.
(TRADUCTION ) EN DROIT 1 . Le requérant se plaint d'avoir été condamné à tort pour violation de la législation néerlandaise relative à la radiodiffusion . II soutient notamment que n'ayant pas eu d'intention coupable, il est innocent, qu'il a été condamné sur la base d'une interprétation extensive de l'article 3 ter de la loi néerlandaise sur le télégraphe et le téléphone et que sa condamnation a créé une inégalité devant la loi . Il se référe à cet égard à l'affaire « Radio Veronica n . En ce qui concerne l'affirmation du requérant selon laquelle il est innocent, la Commission rappelle qu'elle a pour seule lâche, conformément à l'article 19 de la Convention, d'assurer le respect des engagements résultant de la Conventions pour les Parties contractantes . En particulier, elle n'est pas compAtente pour examiner une requête relative à des erreurs de fait ou de droit prétendument commises par une juridiction interne, saut si et dans la mesure où ces erreurs lui semblent susceptibles d'avoir entrainé une atteinte aux droits et libertés garantis par la Convention . La Commission se référe sur ce point à sa jurisprudence constante Icf . par exemple les décisions sur la recevabilité des requëtes N° 458/59, Annuaire 3, pp . 223, 233 et N° 1140/61, Recueil de décisions 8, pp . 57, 62) .
- 213 -
II est vrai qu'en l'espéce, le requérant se plaint également d'avoir été condamné sur la base d'une interprétation extensive de l'article 3 ter de la loi néerlandaise sur le télégraphe el le téléphone . Il conclut que les tribunaux néerlandais ont violé l'article 7 de la Convention, qui, selon lui, consacre le principe « nulla poena sine lege » et garantit une interprétation restrictive du droit péna l L'article 7 de la Convention dispose notamment « Nul ne peut étre condamné pour une action ou une omission qui, au moment où elle a Até commise, ne constituait pas une infraction d'après le droit national ou international . De méme, il n'est infligé aucune peine plus torte que celle qui était applicable au moment où l'infraction a été commise . » A cet égard, la Commission rappelle sa jurisprudence selon laquelle l'article 7, paragraphe 1, « ne se contente pas d'interdire - exception faite de ce qui est prévu au paragraphe 2 - l'application rétroactive du droit pénal au détriment de l'accusé ; (ce paragraphel confirme également, d'une façon plus générale, le principe de la légalité des délits et des peines ( « nullum crimen, nulla poena sine lege n) et . interdit, en particulier, l'applicatlon extensive de la loi pénale « in malampartemn par voie d'analogie» (voir par exemple la requète N° 1852/63, Annuaire 8, pp 191, 199 ) . La Commission a déjA dit que « l'article 7, paragraphe 1 ne distingue pas entre l'action ou omission qui ne constituait plus une infraction et celle qui n'en constituait pas encore une . » Elle a ajouté qu'a il importe peu, d'autre part, que l'abrogation d'une loi pénale soit expresse ou implicite, pourvu que le droit interne de l'Etat intéressé n'ignore pas cette dernière forme d'abrogation » Ivoir la requête N° 1169/61, Annuaire 6, pp . 521, 5891 . En l'espèce, la Commission ne juge pas nécessaire de déterminer si, en droit néerlandais, une loi peut tomber en désuétude car le requérant, en se référant à la seule affaire « Radio Veronica n, n'a pas réussi à apporter un commencement de preuve à l'appui de son allégation selon laquelle il est de pratique constante aux Pays-Bas de ne pas appliquer l'article 3 ter de la loi néerlandaise sur le télégraphe et le téléphone, ce qui rendrait cette disposition caduque . L'examen par la Commission de ce grief tel qu'il a été présenté ne permet donc pas de dégager, mème d'office, l'apparence d'une violation d'un des droits et libertés garanGs par l'article précité . Le requérant fait valoir en outre que sa condamnation a créé une inégalité devant la loi, compte tenu de l'affaire « Radio Veronica » . La Commission a examiné d'office ce grief sous l'angle de l'article 7 combiné avec l'article 14 de la Convention, qui interdit toute discrimination dans la jouissance des droits et libertés reconnus dans la Convention . La Commission a cependant déjà noté que le requérant n'avait pas réussi à apporter un commencement de preuve à l'appui de son allégation selon laquelle il aurait été condamné en violation d'une pratique constante de ne pas poursuivre et dont l'affaire « Radio Veronica » fournirait une illustration . En outre, il est de régl e
- 214 -
que les décisions en matiére pénale soient prises compte tenu des circonstances particuliéres de chaque affaire . Par conséquent, l'examen de ce grief, ne permet pas de dégager, même d'office, l'apparence d'une violation de l'article 14 combiné avec l'article 7 de la Convention . II s'ensuit que cette partie de la requéte est manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention . 2 . Le requérant se plaint d'autre part que la saisie provisoire du navire ne soit intervenue qu'une fois effectuées des réparations co0teuses . Il est vrai que l'article 1 du Protocole N° 1 dispose : a Toute personne physique ou morale a droit au respect de, ses biens . Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte au droit que possédent les Etats de mettre en vigueur les lois qu'ils jugent nécessaires pour réglememer l'usage des biens conformément à l'imérét général ou pour assurer le paiement des impôts ou d'autres contributions ou des amendes . » La Commission rappelle que la saisie litigieuse présentait un caractére provi . soire . Elle a, sans plus, empéché le requérant, pour un temps, de jouir et disposer à sa guise de biens dont in demeurait le propriétaire . Eu Agard à la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'affaire Handyside (voir Cour Eur . D .H ., Aflaire Handyside, arrêt du 29 avril 1976, Série A, N° 24, p . 29), la Commission estime que la seconde phrase du paragraphe premier de l'article 1 ne joue pas en l'occurrence . En revanche, la saisie avait trait à « l'usage Ide) biens u ; elle entre donc dans le domaine du second paragraphe . La Commission considére que la mesure incriminée a été ordonnée conformément à la législation néerlandaise et à l'issue d'une procédure réguliére . Le but de la saisie Atait de garantir la bonne fin des poursuites pénales contre le requérant . Ce cas est couvert par la notion d'a intérét général n au sens du second alinéa de l'article 1 du Protocole . L'examen par la Commission de ce grief tel qu'il a été présenté ne perme t donc pas de dégager, même d'office, l'apparence d'une violation d'un des droits et libertés garantis par la Convention et, en particulier, par l'article précité . II s'ensuit que le reste de la requête est aussi manifestement mal fondé au sens de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARELA REQUÉTEIRRECEVABLE .
- 215 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 12/12/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.