Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8081/77
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-12-12;8081.77 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 9-1) LIBERTE DE RELIGION


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 8081/7 7 X . v/the UNITED KINGDOM '
X . c/ROYAUME-UNI ' DECISION of 12 December 1977 on the admissibility of the application DÉCISION du 12 décembre 1977 sur la recevabilité de la requêt e
A rticle 5 paragraph 1(J) of the Convention : Only the existence of extradition or deportation proceedings justifies detention according to this provision . The detention may cease to be jusri/iéd if the proceedings are not conducted wirh the necessary diligence . Examination of the development of those proceedings in the present case .
Article 5 paragraphe 1, litt . f) de la Convention : Seule l'existence d'ur~e procédure d'extradition ou d'expulsion justifie une détention aux termes de cette disposition La dérenrion peut cesser d'être justi(iée si la procédure n'est pas menée avec la diligence requise . Examen du déroulemenr de cette procédure en 1'espéce.
llranGars : voir p . 210)
Summary of the relevant facts
The applicant, a citizen of Pakistan, belongs to the Pathans ethnic minority and led a prominenr activist campaign in favour of this minority. In November 1975 he went to the United Kingdom where, in January 1976, he married X ., a United Kingdom citizen . An enqui ry revealed that the sole purpose of this tnarriage was ro provide the applicant with grounds for requesting an authorisation to stay . In November 1976, the applicant was informed that the Home Secretary envisaged his expulsion and he was arrested. He appealed to the /mmigrarion The applicant was reoresented before the Commission by Mr C . Thornberrv, barrister-et-law, London .
Le re°uérant btan représenté devant la Commissiun par M . C . Thornbenv, barrister é Londres .
- 207 -
Appeals Tribunal and the United Nations High Commissioner for Refugees intervened in the proceedings . The Office of the High Commissioner continued to follow rhe applicant's case, having regard, in particular, to the change in the political regime which had occurred in Pakistan in July 1977. In October 1977, the Home Secreta ry decided to , deporr rhe applicant but the execution of his decision was stayed in order to enable the officer of the High Commissioner to complete their enqui ry. Before the Commission, the applicant complained, inrer alia, of h!s detention with a view to his deportation . -
THE LAW (Extract)
.
'
-
1 . The applicant has complained of various circumstances connected with his detention and envisaged deponation to Pakistan . He has submitted that the order to detain him was not made in accordance with a procedure prescribed by law within the meaning of article 5 111 of the Convention because the order was discretionary and the proceedings lacked judicial safeguards . Article 5 111 of .the Convention provides tha t "Everyone has the right to liberty and security of person . No-one shall be deprived of his liberty save in the following cases and in accordance with a procedure prescribed by law" Iselon les voies légalesl . Among these cases i s "I11 the lawful arrest or detention of a person against whom actio n is being taken with a view to deportation . . . " In the present application the legal provision referred to in the orde r tor the applicant's arrest is para . 2(2) of Schedule 3 to the Immigration Act 1971 . This paragraph provides in relevant pans tha t "where notice has been given to a person . . of a decision to make a deportation order against him . . he may be detained under the authority of the Secretary of State pending the making of the deportation order ." Icf . Halsbury's Statutes of England, 3rd Edition, Vol . 41, Continuation volume 1971, _Butterworth's, London 1972, at p . 77) . Any change in this provision is not known to the Commission . It appears, consequently, that the applicant was deprived of his liberty in accordance with the authorisation of the Secretary of State and that thi s
- 208 -
is a procedure prescribed by law . Article 5 111 does not in terms in addition provide in this part that the procedure should be judicial as suggested by the applicant . The authorities justified the applicant's arrest and detention by referring to the risk that he might go into hiding, and in addition by giving consideration to the safety of Mrs X . The Commission confirms here its view (expressed in Application No . 7917/75, Lynas v . Switzerland, Decisions and Reports 6, p . 1411 that only the existence of extradition proceedings, or, as in this application, deportation proceedings, justifies deprivation of liberty under Article 5 I111f1 . This means that a person to be deported can only be detained for the purpose of securing his deportation . The Commission also confirms that it might have cause to consider whether the detention ceases to be justifiable under Article 5 1111f1 if the proceedings are not conducted with the requisite diligence . In the present case, it was held that the applicant might also endanger the safety of others . If this reason militates against his release there is all the more reason for a speedy handling of the matter . The applicant has spent more than ten months in detention waiting for the final decision on his case . However, the Commission recalls first that it was not until a year after his arrival that he for the first time made a claim for political asylum fin his appeal against the deportation order) and he has stated that his case was not fully presented . It is possible that a significant portion of the investigation would have been avoided, if he had presented a straightforward asylum case from the beginning . Later the situation in Pakistan changed and had to be assessed . The applicant has especially complained that it took the Home Office some six months to render its decision of October 1977 . However, the Commission accepts that it was necessary to carry out enquiries and that these were extensive . The Commission also observes that the applicant has assumed that the Home Office have checked his story in his home town of Haripur . If this is so, there is cenainly a reasonable explanation for a considerable part of the time consumed in the action taken against him . Then came the interventions by the United Nations High Commissioner for Refugees in October 1977 and at a later date which apparently caused the Home Office to give further consideration to the applicant's case . Having regard to these circumstances the Commission forms the view that the delays in the applicant's deportation proceedings were partly caused by the applicant's own conduct of the matter and are partly explained by it s
_2og_
complicated nature . There is no clear appearance of any-lack of diligence on the part of the authorities in handling the applicant's cas e Consequently there is no appearance that his detention has ceased to be justified and that therefore Article 5 1111f1 of the Convention has been violate d It follows that this complaint is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 121 of the Conventio n
Résumé des faits pertinents Le requérant, citoyen pakistana~s, appartient à la minorité ethnique des Pathans et a mené en faveur de celle-ci une activité militante . En novembre 1975, il se rendit au Royaume-Uni et y épousa en 1976 une dame X ., ressôrtissante britannique Une enquête révéla que ce mariage avait pour seul but de fournir au requérant un motif pour demander'une autorisation de séjour. . En novembre 1976, le requérant 1ut informé que le Home Secrerary envisageait son expulsion et arrêté . Il recourut à la cour d'appel en matiére d'immigration et le Haut-Commissaite des Nations-Unies pour les réfugiés intervint à la procédure . Ce recours fut rejeté en février 1977. Néanmoins les services du Haut-Commissaire suivirent l'affaire du requé2nt, eu égard, notamment, au changement de régime politique intervenu au Pakistan en juillet 1977. En octobre 1977, le Home Secretary décida l'expulsion du requérant mais l'exécution en fur différée pour permettre aux services du HautCommissaire de compléter leur enquéte . Devant la Commission, le requérants'est plaint, entre autre, de sa détention en vue d'expulsion .
(TRADUCTION)
EN DROIT IExtrait l 1 . Le requérant se plaint de diverses circonstances liées à sa détention et à la mesure d'expulsion vers le Pakistan qu'il est envisagé de prendre à son encontre . .
-210-
II fait valoir que l'ordonnance de détention dont il a fait l'objet n'a pas été prise selon les voies légales (in accordance with a procedure prescribed by law) au sens de l'article 5, paragraphe 1 de la Convention, au motif que cette ordonnance a revêtu un motif discrétionnaire et que la procédure n'a pas été entourée de garanties judiciaires . L'article 5, paragraphe 1 de la Convention est ainsi libell é a Toute personne a droit à la liberté et à la sOreté . Nul ne .peut étre privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales n Iln accordance with a procedure prescribed by lawl .
Parmi ces cas figure le suivan t rr Ifl s'il s'agit de l'arrestation ou de la détention régulière d'une personne . . . contre laquelle une procédure d'expulsion est en cours n . Dans la présente requête, la disposition invoquée par l'ordonnanc e prescrivant l'arrestation du requérant est l'article 2 de l'Annexe 3 à la loi de 1971 sur l'immigration, ainsi libell é « Lorsqu'une personne a été avisée . . d'une décision de prendre une ordonnance d'expulsion à son encontre . . . elle peut étre mise en détention par l'autorité du Ministre jusqu'à la prise de l'ordonnance d'expulsion . » Icf . Halsbury's Statutes of England, 3rd Edition, Vol . 41, Continuation volume 1971, Butterworth's, Londres 1972, p . 77) . A la connaissance de la Commission, cette disposition n'a pas été mod if iée . Il apparaît donc que le requérant a été privé de sa liberté avec !'autorisation du Ministre et que cette mesure a été prise selon les voies légales Iprocedure prescribed by law) . L'article 5, paragraphe 1 n'ajoute pas expressément dans cet alinéa, contrairement à ce que le requérant laisse entendre, que la mesure doit étre prise « à la suite d'une procédure judiciaire » Pour justifier l'arrestation et la détention du requérant, les autorités ont invoqué le risque de voir celui-ci disparaître pour se cacher ; elles ont également eu égard à la sécurité de Mme X . La Commission confirme ici son point de vue lexprimé à l'occasion de l'examen de la Requête N° 7917/75, Lynas contre la Suisse, Décisions et rapports 6, p . 141), selon lequel seule l'existence d'une procédure d'extradition ou, comme en l'espéce, d'une procédure d'expulsion, justifie une privation de liberté sous l'angle de l'article 5, paragraphe 1 (f) . Cela signifie qu'on ne peut mettre en détention une personne destinée à être expulsée que dans le but d'assurer son expulsio n Par ailleurs, la Commission confirme qu'elle pourrait avoir des raisons de rechercher si la détention cesse d'être justifiée au regard de l'article 5 , - 211 -
paragraphe 1 Ifl, lorsque la procédure n'est pas conduite avec la diligence nécessaire . En l'espéce, il a été jugé que le requérant pouvait aussi compromettre la sécurité d'autres personnes . Si un tel motif milite contre son élargissement, c'est une raison de plus pour régler rapidement l'affaire . Le requérant a attendu plus de dix mo ;s en détention que son cas fasse l'objet d'une décision définitive . Ceci étant, la Commission rappelle, tout d'abord, que c'est seulement un an après son arrivée qu'il a demandé l'asile politique pour la première fois Idans son acte d'appel contré l'ordonnance d'expulsion) et qu'il a déclaré que la présentation de son cas n'était pas complète . Une partie appréciable de l'enquète aurait peut-être été évitée, s'il avaitformulé dès le départ une véritable demande d'asile politique . Ultérieurement, la situation au Pékistan s'est modifiée et a dû être réévaluée . Le requérant se plaint particulièrement que le Home Office ait mis quelque six mois pour rendre sa décision, en octobre 1977 . . Toutefois, la Commission reconnait qu'il a fallu faire des enquêtes et que celles-ci ont été longues . ' . La Commission reléve, par ailleurs, que le requérant pense que le Hom e Office .a vérifié son .histoire dans sa ville natale d'Haripur . .S'il .en .est bien ainsi, c'est 19 certainement une explication raisonnable d'une partie considérable du temps qu'a duré la procédure dirigée contre lui . Puis il y a eu les interventions du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, en octobre 1977 -et à une date ultérieure, qui ont apparemment incité le Home Office à examiner plus avant le cas du requérant . Eu égard à ces circonstances, la Commission estime que les retards intervenus dans la procédure d'expulsion s'expliquent en partie . par la conduite de l'affaire par le requérant et en partie par sa complexité . II n'y a pas d'indice clair d'un manque de diligence de la part des autorités dans la conduite de cette affafre . En conséquence, il n'apparait pas que sa détention ait cessé d'étre jusufiée et que l'article 5, paragraphe 1 Ifl de la Convention ait été violé . Il s'ensuit que ce grief est manifestement mal fondé au sens de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention .
- 212 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 12/12/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.