Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7782/77
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1978-05-02;7782.77 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 7782/7 7 X . v/the UNITED KINGDO M X . c/ROYAUME-UN I DECISION of 2 May 1978 on the admissibility of the application DÉCISION du 2 mai 1978 sur la recevabilité de la requêt e
Article 2 of the Additional Protoco/ : States are not obliged to subsidise a particular form of education in order to respect the religious and phitosophical convictions of parents : it is sufficient that they respect the said convictions within the existing and developing system of education. Article 14 of the Convention, in conjunction with Article 2 of Protocol N° 1 : There ts no discrimination where the State makes lesser grants to private educational institutions than to public ones .
Article 2 du Protocole additionnel : Pour respecter les convictions religieuses et philosophiques des parents les Etats n'ont pas l'obligation de subventionner une forme particuliére d'enseignement ; il suffit qu'ils respectent lesdites convictions dans l'enseignement tel qu'il existe et se développe. Article 14 de la Convention, combiné avec l'article 2 du Protocole N° 1 : ll n'y a pas discrimination lorsque l'Etat accorde aux étabG'ssements privés d'enseignement une aide financière moindre qu'aux établissements publics .
I francais : voir p. 183 1
Summary of the facts
The applicant states that he is one of a group of parents who are anxious to see the development in Northern Ireland of non-denominational schools. According to him, state schools, most of which were formerly private protestant schools, have remained under that religious influence whereas private catholic schools are under the influence of that religtbn. The former, controlled by public authonties, are entirely state-maintained, wherea s
- 179 -
the latter, in which private bodies havé a controlling interest, receive financial aid from the State, representing 85% of capital expenditure and 1 0 7% of their recurrent costs . Private bodies wishing to set up a non-denominational ("integrated" ) school must therefore, bear 15% of the capital costs themselves which in the eyes of the applicant represents an unsurmountable obstacle .
THE LA W 1 . The applicant complains that the failure of the education authority to provide a 100% grant for a parent controlled integrated school results in his religious and philosophical beliefs, and those of other parents, not being respected, contrary to Article 2 of the First Protocol . He submits correspondence with the various authorities responsible for education in Northern Ireland as evidence of his attempt to establish an integrated primary school on the basis of a 100% Government grant . Article 2 of the First Protocol provides as fol ow s "No person shall be denied the right to education . In the exercise of any functions which it assumes in relation to education and to teaching, the State shall respect the right of parents to ensure such education and teaching in conformity with their own religious and philosophical , ' considerations ." - It is clear from the interpretation given to Article 2 by the Europea n Kjeldsen, Busk Madsen and Pedersen Court of Human Rights in the case of (the Danish Sex Education Cases) that the second sentence of Article 2 is an adjunct of the fundamental right to education and that the Artiçle should be interpreted, as a v4hole (see judgment of 7 December 1976 Series A, No . 23, pp . 25-261 . In the interpretation of the first sentence of Article 2 the Court also made it clear, in the Belgian Linguistic Case, that there is no obligation on the State to "establish at their own expense, or to subsidise, education of any particular type or at any particular level" (see judgment of 23 July 1968, p . 31) . Accordingly, interpreting the Article as a whole, there is no positive obligation on the State, in relation to the second sentence of Article 2, to subsidise any particular form of education in order to respect the religious and philosophical beliefs of parents . It is sufficient for the Statein order to comply with its obligations under Article 2 to evidence respect for the religious and philosophical beliefs of parents within the existing anddeveloping system of education . . . ,-180
Furthermore, the Commission recalls the cautious acceptance by the United Kingdom Government of the obligations involved in the second sentence of Article 2 expressed in the following reservation : "At the time of signing the present (First) Protocol, I declare that, in view of certain provisions of the Education Acts in force in the United Kingdom, the principle affirmed in the second sentence of Article 2 is accepted by the United Kingdom only so far as it is compatible with the provision of efficient instruction and training, and the avoidance of unreasonable public expendituré" Isee Collected Texts, p . 608, 1977) . The Commission observes that, in fact, a considerable financial subsid y (85% capital costs and 100% recurrent costs), assuming a proposed schem oeyetohavbnprdtheDamnofEducti,savlb
parents wishing to establish a voluntary integrated school . 2 . The Commission has also examined, ex olJicio, whether the difference in subsidy available to State schools on the one hand and voluntary schools on the other hand, is a breach of Article 14 of the Convention in conjunction with the second sentence of Article 2 of the First Protocol . Article 14 provides as follows : "The enjoyment of the rights and freedoms set forth in this Convention shall be secured without discrimination on any ground such as sex, race, colour, language, religion, political or other opinion, national or social origin, association with a national minority, property, birth or other status . " In the circumstances of the present case, the Commission has not considered it necessary to determine whether the applicant could have sought a remedy under S . 17(1) of the Northern Ireland Constitution Act (1973), as it considers that the application is inadmissible on other grounds . The Commission has had regard to the principles governing the interpretation of Article 14 as elaborated by the European Court of Human Rights in the Belgian Linguistic Case (see, Judgment of 23 July 1968, pp . 32-35) . In particular, the Commission recalls the view expressed by the Court tha t " . . . a measure which in itself is in conformity with the requirements of the Article enshrining the right or freedom in question may however infringe this Article when read in conjunction with Article 14 for the reason that it is of a discriminatory nature . "
and tha t "It is as though (Artcile 14) formed an integral pa rt of each of the Articles laying down rights and freedoms . No distinctions should b e
- 181 -
made in this respect according to the nature of these rights and freedoms and of their correlative obligations, and for instance as to whether the respect due to the right concerned implies positive action or mere abstention ." Iloc . cit . pp . 33 and 34) . It follows therefore that, in the present case, when it is clear that Article 2 of the First Protocol does not give rise to an obligation to subsidise any particular type of education, Article 14 would require that the authoritiés do not discriminate in the provision of available financial subsidies . However, it is established that there is a difference in the grant available to bodies who want to set up a voluntary school (85% capital costs and 100% recurrent costs) and the grant available to controlled schools 1100"/o capital and recurrent costs) . In its determination whether there is discrimination within the meaning of Article 14 in the present case, the Commission considers that it is legitimate for the State to exercise substantial control in the ownership and management of schools for which it provides a full 100% subsidy . Conversely, the Commission is of the opinion that it is reasonable for the State, in relation to bodies that seek ownership and decisive control over minagement policy in voluntary schools, to require some degree of financial contribution . The Commission does not consider that the requirement of a 15% contribution capital costs is an unreasonable or disproportionate requirement, taking into consideration that ownership of the school would be vested in trustees representative of the body concerned and the exercise of two thirds control in the governing body . Accordingly the Commission is of the opinion that there has been no discrimination within the meaning of Article 14 . 3 . . It follows therefore that the application must be considered as manifeslty ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . . For these reasons ; the Commissio n
- 182 -
Résumé des faits Le requérant déclare faire partie d'un groupe de parents désireux de promouvoir la création, en Irlande du Nord, d'écoles sans tendance retigieuse prépondérante. Selon lui, les écoles publiques, qui sont pour la plupart d'anciennes écoles privées protestantes, demeurent sous l'influence de cette religion alors que les écoles privées catholiques sont sous l'influence de cette autre religion . Les premiéres, contrôlées par les pouvoirs publics, sont entièrement entretenues par l'Etar, tandis que les secondes, où les milieux privés ont un pouvoir majoritaire, reçoivent de l'Etat une subvention égale à 85 °/u des investissement et à 10 7 o des frais de fonctionnement. Les milieux privés qui désireraient créer une école sans tendance religieuse prépondérante (rc école polyvalente y ) devraient donc supporter eux-mémes 15 % des investissements, ce qui, aux yeux du requérant, représente un obstacle insurmontable .
(TRADUCTION ) EN DROI T 1 . Le requérant se plaint que le fait que les Services officiels de l'enseignement n'ont pas accordé une subvention de 100 % pour la création d'une école polyvalente' sous contrôle des parents aboutit à ce que ses convictions religieuses et philosophiques, ainsi que celles d'autres parents, ne sont pas respectées, comme l'exige l'article 2 du Protocole additionnel . Il soumet à la Commission une correspondance échangée avec les divers services responsables de l'enseignement en Irlande du Nord pour prouver qu'il a essayé de créer une école primaire polyvalente, subventionnée à 100 % par les autorités .
L'article 2 du Protocole additionnel stipule : « Nul ne peut se voir refuser le droit à l'instruction . L'Etat, dans l'exercice des fonctions qu'il assumera dans le domaine de l'éducation et de l'enseignement, respectera le droit des parents d'assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques . » Selon l'interprétation que la Cour européenne des Droits de l'Homme a donnée de cet article, dans l'affaire Kjeldsen, Susk Madsen et Pedersen (Affaire concernant l'éducation sexuelle au Danemarkl, le droit énoncé par la seconde phrase de l'article 2 se greffe sur le droit fondamental à l'instruction et cet article doit étre interprété comme un tout (voir arrêt du 7 décembre 1976 , ' e Ecole polwelente » treduil ici l'expreaaion enpleise e intepreted school » , dédpnant toute 6cole eens tendance relipieuae prAdominente Inafe du ped.l .
-1 83 -
Série A, pp . 25-26) . Dans l'interprétation de la premiére phrase de l'article 2 qu'elle a donnée dans l'A/laire linguistique belge, la Cour a indiqué clairement que rien n'oblige l'Etat à « organiser à ses frais, et à subventionner, un enseignement d'une forme ou d'un échelon déterminés n(voir Arrét du 23 juillet 1968, p . 31) . En conséquence, si .l'on interpréte l'article comme un tout, les Etats n'ont pas une obligation positive à teneur de la deuxiéme phrase de l'article 2, de subventionner une forme particulière d'enseignement pour respecter les convictions religieuses et philosophiques des parents . II leur suffit, pour s'acquitter des obligations qui leur incombent au titre de l'article 2, de montrer qu'ils respectent les convictions religieuses et philosophiques des parents dans l'enseignement tel qu'il existe et qu'il se développe . En outre, la Commission rappelle la prudence manifestée par le Gouvernementdu Royaume-Uni qui, en acceptant les obligations contenues dans la deuxième phrase de l'article 2, a formulé la réserve suivante : « Au moment de signer le présent (Premier) Protocole, je déclare qu'e n raison de certaines dispositions des lois sur l'enseignement eri vigueur au Royaume-Uni, le principe posé dans la seconde phrase de l'article 2 n'est accepté que dans la mesure où il est compatible avec l'octroi d'une instruction et d'une formation efficaces et n'entraîne pas de dépenses publiques démesurées n(voir Recueil de textes, p . 608, 1977 ) . La Commission fait remarquer qu'en réalité, lorsque le Ministére d e l'Education approuve le plan proposé, une subvention trés imponante (85 % des investissements et 100% des frais de fonctionnement), est mise à la disposition des parents désireux de créer une école privée polyvalente . . 2 . La Commission a également examiné, d'office, si la différence entre les subventions que l'Etat accorde aux écoles publiques d'une part et aux écoles privées de l'autre constitue une violation de l'article 14 de la Convention combiné à la deuxiéme phrase de l'article 2 du Protocole additionnel . L'article 14 stipule : « La jouissance des droits et libenés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation . » Dans les circonstances de l'espéce„la Commission n'a pas jugé né~essaire de trancher le point de savoir si le requérânt aurait pu utiliser le recours que prévoit l'article 1^' de la loi sur la Constitution de l'Irlande duNord (1973), étant donné qu'elle considère la requête irrecevable pour d'autres motifs . - 184 -
La Commission a tenu compte des principes régissant l'interprétation de l'article 14, tels que les a fixés la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'A/laire linguistique be/ge (voir son Arrêt du 23 juillet 1968, pp . 32-35) . La Commission rappelle notamment le point de vue exprimé par la Cour selon lequel : « . . . Une mesure conforme en elle-même aux exigences de l'articl e consacrant le droit ou la liberté en question peut cependant enfreindre cet article, combiné avec l'article 14, pour les motifs qu'elle revêt un caractére discriminatoire . n et « Tout se passe comme si 11'article 14) faisait partie intégrante de chacun des articles consacrant des droits ou libertés . Il n'y a pas lieu, à cet égard, de distinguer selon la nature de ces droits et libertés et des obligations qui y correspondent, et par exemple suivant que le respect du droit dont il s'agit implique une action positive ou une simple abstention . » floc . cit . pp . 33 et 34 ) II en découle qu'en l'occurrence, s'il est clair que l'article 2 du Protocole additionnel ne crée pas une obligation de subventionner un type précis d'enseignement, l'article 14 exigerait que les pouvoirs publics ne fassent pas de discrimination lorsqu'ils accordent des subventions . Or, il est é tabli qu'il existe une différence entre la subvention dont bénéficient les organismes qui désirent créer une école privée (85 % des investissements et 100 Y des frais de fonctionnement) et celle que peuvent . obtenir lesécoles publiques I100 % des investissements et des frais de fonctionnement) . Appelée à dire s'il existe en l'espéce une discrimination au sens de l'article 14, la Commission exprime l'avis qu'il est légitime que l'Etat exerce un droit de regard important sur la propriété et l'administration des établissements qu'il finance à 100'/a . Inversement, la Commission estime raisonnable que l'Etat exige une certaine contribution financiére des organismes qui désirent être propriétaires d'écoles privées et veulent exercer un pouvoir déterminant sur la gestion de ces établissements . La Commission ne trouve pas qu'exiger une contribution de 15 Yu aux investissements soit déraisonnable ou disproportionné, étant donné que la propriété de l'école sera confiée à des représentants de l'organisme en question, qui exerceront leur contrôle à concurrence des deux tiers du conseil d'administration . En conséquence, la Commission estime qu'il n'y a pas eu discrimination au sens de l'article 14 . 3. Il s'ensuit donc que la requête doit être considérée comme manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REQUETE IRRECEVABLE . - 185-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 02/05/1978

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.