Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8295/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1978-10-09;8295.78 ?

Analyses :

(Art. 13) DROIT A UN RECOURS EFFECTIF, (Art. 34) RECOURS, (Art. 34) VICTIME, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) SECURITE NATIONALE, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE PRIVEE, (Art. 8-1) RESPECT DU DOMICILE, (Art. 8-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 8-2) INGERENCE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVENTION DES INFRACTIONS PENALES


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N°8295/78 X . v/the UNITED KINGDO M -X . c/ROYAUME-UN I DECISION of 9 October 1978 on the admissibility of the applicatio n DÉCISION du 9 octobre 1978 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6 paragraph 3 (c) of the Convention : The right to choose freely one's defence counsel is not an absolute one . The fact that a particufar .fawyer, is not allowed, given his personal interest in a case, to repmsent an accused person does not violate this provfsion . .. ,
Competence ratione personae of the Commission : Does the decision of an organ of the English Bar I Professiona/ Conduct Committee of the Bar Senate) entail the internationaf responsability of the United Kingdom ? (Question not pursued)
Article 6, paragraphe 3, fitt. (c) de la Convention : Le droit de choisir son défenseur n'est pas absolu . L'interdiction faite à un avocat déterminé, . vu son intérêt personnel à l'affaire, de représenter un accusé ne viole pas cette disposition . Compétence ratione personae de la Commission : La décision d'un organe du Barreau anglais IProfessionaf Conduct Committee of the Bar Senate) engaget-elle la responsabilité internationale du Royaume-Uni ?(Question non résolue )
Summa ry of the relevant fact
I français : voir p. 244)
The applicant accompanied by his wife, was caught one night when painting a slogan on a wall protesting against the manner in which his son had been treated in a civil dispute.
Being prosecuted for causing criminaf damage, he wanted to be represented by his son, who ts a barrister. However the Professional Conduc t - 242 -
Committee of the Bar Senate opposed this for reasons of professiona/ ethics in view of the persona/ interest which the applicant's son had in the case. The applicant defended himse/f in person. He complains to the Commisstbn that he was not assisted by the counsel of his choice.
THE LAW (Extract ) 1 . The applicant alleges a breach of Article 6 13) Icl, entailing the responsibility of the United Kingdom Government, by the decision of the Professional Conduct Committee of the Bar Senate, which held that it would be improper for Dr . Y . to defend the applicant, his father, in view of Dr . Y .' personal involvement in the subject-matter of the charge . Article 6 (3) (c) guarantees to everyone charged with a criminal otfence the right "to defend himself in person or through legal assistance of his own choosing or, if he has not sufficient means to pay for legal assistance, to be given it free when the interests of justice so require " The Commission does not consider that it is called upon to decide whether this decision of the Bar Senate Committee in the present case incurs the responsibility of the State . It suffices to note that the decision was against Dr . Y . who could neveriheless have lawfully represented the applicant before the criminal courts although he may have incurred disciplinary sanctions afterwards for failing to respect this professional ruling . The Commission notes however that the decision of the Committee does not appear to be unreasonable for the "personal involvement" in question was not the filial relationship as such, but the fact that the applicant was being tried on a charge intimately tied to Dr . Y .' own grievance . Insofar as the Committeé s decision had practical repercussions on the criminal proceedings against the applicant, the Commission has considered the question whether the domestic court incurred the responsibility of the State under Article 6(31 Icl in failing to take up the question of the applicant's representation by his son . There would appear to be no domestic remedy against this failure as the criminal courts would not interfere with the organisation of the legal profession and professional rulings of this nature . Their duty is only to ensure that the defence is adequately conducted . The Commission therefore leaves aside the fact that at the present stage the applicant has noi exhausted available domestic remedies by appealing against his conviction and sentence, as this specific matter could not constitute a valid ground of appeal .
- 243 -
The Commission refers to its previous jurisprudence that the right to legal representation of one's own choosing ensured by Article 6(3) (c) is not of an absolute nature . In dismissing application No . 5923/72 (X . v . Norway, 3 Decisions and Reports, p . 43) the Commission referred to certain generally applicable principles established in previous cases concerning representation at appeal proceedings . In examining questions under Article 6(3 ) (c) the Commission takes "account of the treatment of the defence as a whole rather than the position of the accused taken in isolation" with "particular regard to the principle of equality of arms as included in the concept of a fair hearing" . Thus Article 6(3 ) (c) "guarantees that proceedings against the accused will not take place without adequate representation for the defence, but does not give the accused the right to decide himself in what manner his defence should be assured" (Ibid . p . 44) . Considering the applicant's defence as a whole thérefore, the Commission notes that he was given an ample opportunity to present his own case . The restriction imposed on the applicant's choice of representation was limited to excluding his son on reasonable grounds of professional etiquette . The applicant could have chosen any other barrister to represent him but apparently made no effort to do so . An examination of the trial transcript does not disclose any disadvantege to the defence or unfairness in this respect . The Commission finds therefore that the exclusion of the applicant's son from representing the applicant at his trial does not disclose any appearance of a violation of Article 6(3)(c) of the Convention within the meaning of Article 27 ( 2) of the Convention .
Résumé des faits pertinents
. It fol ows that this part of the application is manifestly il -founde d . . .
,
Le requérant, accompagné de sa femme, fut surpris une nuit en train de peindre :sur un mur un slogan protestant contre la manière dont avait été jugé un procès civil auquel son fils était partie . Poursuivi pénalement pour dommages B/apropriété, il voulut se fair e représenter par son fils, qui est avocat . Toutefois l'Ordre des avocats s'y opposa pour des raisons d'éthique professionnelle, étant donné l'intér2t personnel indirect du fils du requérant dans Paffaile de son choix.
à la Commission de n âvoir pu être assisté par le défenseur .lsepaint . .
_2qy_
(TRADUCTION)
EN DROIT (Extrait ) 1 . Le requérant allégue une violation de l'article 6 par . 3 (c), entratnant la responsabilité du Gouvernement du Royaume-Uni, par suite de la décision du Professional Conduct Committee of the Bar Senate (Comité de conduite professionnelle du Conseil de l'ordre des avocats) qui avait jugé déplacé que le D' Y . défende le requérant, son pére, en raison de l'implication personnelle du D l Y . dans les circonstances qui étaient à la base de l'accusation . L'article 6, par . 3 (c) garantit à tout accusé le droit de « se défendre luimême ou avoir l'assistance d'un défenseur de son choix et, s'il n'a pas les moyens de rémunérer un défenseur de pouvoir être assisté gratuitement par un avocat d'office, lorsque les intéréts de la justice l'exigent » . La Commission ne s'estime pas appelée à se prononcer sur la question de savoir si cette décision du comité de l'Ordre engage la responsabilité de l'Etat dans le cas présent . Il suffit de noter que la décision visait le D , Y ., lequel aurait néanmoins pu représenter légalement le requérant devant les tribunaux pénaux, sauf à encourir des sanctions disciplinaires par la suite pour n'avoir pas respecté cette régle professionnelle . La Commission note cependant que la décision du comité n'apparait pas déraisonnable car « l'implication personnelle » dont il s'agit n'était pas la relation de filiation, mais le fait que le requérant était jugé sur un chef d'accusation étroitement lié à des griefs personnels du Dr Y . Dans la mesure où la décision du comité a eu des répercussions pratiques sur la procédure pénale contre le requérant, la Commission a examiné la question de savoir si le tribunal a engagé la responsabilité de l'Etat au titre de l'article 6, par . 3 (c) en ne se saissisant pas de la question de la représentation du requérant par son fils . Il apparait qu'il n'existait aucun recours interne contre pareille omission étant donné que les tribunaux pénaux ne s'immiscent pas dans l'organisation de la profession d'avocat et les régles professionnelles de cette nature . Leur devoir est seulement de s'assurer que la défense est correctement assurée . La Commission peut donc négliger le fait qu'9 l'heure actuelle le requérant n'a pas épuisé les voies de recours internes dont il disposait, en interjetant appel contre sa condamnation, étant donné que le grief en question ne pouvait guére constituer un motif d'appel . La Commission renvoie à sa précédente jurisprudence, selon laquelle le droit à être assisté par un défenseur de son choix, garanti par l'article 6, par . 3 (c) n'a pas un caractére absolu . En rejetant la requête N° 5923/72 (X . c . Norvège, Décisions et Rapports N° 3, p . 441 la Commission s'est référée à certains principes d'application générale établis à l'occasion d e
- 245 -
requêtes précédentes concernant la représentation dans des procédures de recours . En examinant les questions qui surgissent sur le terrain de l'article 6, par . 3 Icl, la Commission tient « compte de l'ensemble de la situation faite à la défense plutôt qûe de la position du seul accusé n et se référe « tout particuliérement au principe de l'égalité des armes contenu dans la,notion de procés équitable » . Ainsi, l'article 6, par . 3(c) « interdit qu'une procédure pénale se déroule sans une représentation appropriée de la défense"mais ne garantit pas pour autant à-l'accusé le droit de décider lui-mème de quelle maniére sa dAfense sera assuiée x (Ibid . p . 45) . .. . . . .Envisageant en conséquence la défense du requérant dans son ensemble, la Commission constate que celui-ci a eu amplement l'occasion de faire valoir ses moyens la réstriction apportée au choix de son défenseur s'est limitée à exclure son fils pour des motifs raisonnables d'éthique professionnelle . Le requérant aurait pu choisir tout autre avocat pour le représenter mais n'a apparemment faitaucune tentative dans ce sens . Un examen du compte-rendu du procés ne révélé aucun désavantage pour la défense ou injustice à cet égard . La Commission estime donc que l'exclusion du fils du requérant comme représentant du requérant à son procés ne révéle aucune apparence de violation de l'anicle 6, par . 3 (c) de la Convention . .
Il s'ensuit que cette partie de la requète est manifestement mal fondée . 2 de la Convention . ,ausendl'rtic27,pa
-246-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 09/10/1978

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.