Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. PAYS-BAS

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6852/74
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1978-12-05;6852.74 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 34) VICTIME, (Art. 6-1) ACCES A UN TRIBUNAL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATIQN/REQUETE N° 6852/7 4 X .v/NETHERLANDS ' X .c/PAYS-BAS ' DECISION of 5 December 1978 on the admissibility of the application DECISIQN du 5 décembre 1978 sur la recevabilité de la requ0t e
Article 5 paragraph 1 (e) of the Convention : a . The "placing at the disposal of the Government" with a view to treatment, for reason of defective mental development or mental illness is equivalent to the "detention of a person of unsound mind" . b . In crder not to keep a person of unsound mind arbitrarily in detention it must be medically established that his mental state continues to require that detention . c . As regards the lawfulness of the detention, Article 5, paragraph 1 lel refers mainly to national legislation . A detention does not cease to be lawful for the mere non-compliance with a formality, the disregard of which does not render the decisions nutl and void under domestic law . Arttcte 26 of the Convention : Where no domestic remedy is available the 6 months' period runs from the act alleged to constitute a violation of the Convention . Where it concerns a continuing situation, it runs from the end of that situation .
Article 5, paragraphe 1(e ) de la Convention : a . La nmise à la disposition du gouvernement», en vue d'un traitement, pour cause d'arriération ou de maladie mentale équivaut à la «détention d'un aliéné» .
' The apoFCant was represented before the Commission by Mrs Bakker-Weesin8, a lawver praclisIng in Amsterdam . Le repuérant élail représenté devant la Commission par Me Bakker-Weesine . avocate 8 Amsterdam .
-5-
b . Pour maintenir sans arbitraire un aliéné en détention, il doit être médicalement établi que son état continue à l'exiger. c . Quant à la régularité de la détention, l'article 5, paragraphe 1 (e), renvoie essentiellement au droit interne. Une détention ne cesse pas d'être régulière du seul fait de l'omission d'une formalité non prévue à peine de nullité en droit interne . Article 26 de la Convention : Lorsqu'il n'existe aucun mcours en droit interne, le détai de six mois court à partir de l'acte dont il est allégué qu'il viole la Convention . S'il s'agit d'une situation continue, il court à partir de la fin de celle-ci.
Summary of the relevant facts
(français : voir p . 10)
In 1955, the applicant -then 21 years old- was convicted of theft and sentenced to a 6 months' prison term . The Court ordered that at the expiry of his sentence the applicant be "placed at the dlsposa/ of the Government" (T. B . R. - ter beschikkingstelling van de Regering) by virtue of Sections 37 (a), paras. 1 and Z and 37, para . 3 of the Penal Code concerning the treatment of persons who are mentally retarded or suffer from mental illness and are considered to be dangerous to public order (openbare orde) . The duration of such measure is two years . It can be prolonged for periods of one or two years . According to Section 37 (l) such prolongation must be requested by the public prosecutor at least one month before its expiry and according to Section 37 (h), the Court must decide on that request within a period of two months. The applicant, who died in the course of the proceedings, alleged that his confinement had been unlawfully maintained .
THE LAW (Extract )
The Commission observes that there can be no doubt that the applicant's sentence to 6 months' imprisonment falls within the scope of Article 5, para . 1(a) of the Convention providing that a person may be deprived of his liberty in case of his lawful detention after conviction by a competent court .
However, insofar as the additional measure of being put at the disposal of the Government for treatment is concerned, the definition of Section 37 (a) (2) in conjunction with Sections 37 (a) (1) and 37 (3) of the (Penal Code), base d -6-
as they are on a need for treatment and on a need for protection of the public order, does not, in the Commission's opinion, appear in any way to be incompatible with a reasonable interpretation of the term "person of unsound mind" . The Commission considers therefore that the detention of a person who is put at the disposal of the Government for treatment because he is suffering from a defective development or morbid disturbance of his mental faculties within the meaning of Section 37 of the Act, in principle falls within the scope of the exception provided for in Article 5, para . 1 lel of the Convention . Even so, any detention so authorised or extended for further periods of 1 or 2 years (Section 37 (b) (2)) must not be arbitrary i .e . the person must not have been detained, still less kept in detention for treatment without its having been medically established and confirmed that his mental state was such as to justify such further detention . In the present case the measure of being put at the disposal of the Government for treatment IT .B .R .1 was apparently extended 9 times by decision of the competent court on the subsequent requests of the Public Prosecutor under Section 37 (f) of the Act and executed in different psychiatric institutions from 1955 to 1973 . It further appears that when taking the decisions on extension the Court had regard to medical reports by the psychiatric institutions concerned recommending further treatment . In 1970 the Court also asked 3 different psychiatrists to give their expert opinion on the applicant's mental state . Their report concluded that further treatment was necessary . It may be true that because of the frequent transfers to and treatments in the different psychiatric institutions the applicant's mental state did not improve as expected or even deteriorated . In this respect the Government has admitted that the applicant's situation when being detained in the V . Clinic in G . was unsatisfactory and that attempts were made to find a more suitable treatment . But, even if this be so, the Commission can only conclude that throughout the period of his detention for treatment the applicant must be considered as having been detained as a person of unsound mind within the meaning of Article 5, para . 1 (e) of the Convention . The Commission has next to establish whether the applicant's deprivation of liberty was carried out in accordance with a procedure prescribed by law, i .e . by virtue of decisions taken by the competent authority and in accordance with the procedure prescribed by Netherlands law (cf . European Court H .R ., "Vagrancy Cases", Judgment of 18 June 1971, para . 69) .
- 7 -
The applicant's initial detention for treatment for a period of 2 years was ordered by the trial court at Z . The applicant did not appeal against this decision and can be considered as having accepted at that time that he needed , treatment . Furthermore, he does not dispute that the various decisions on the extension of his detention for treatment were taken by the competent authority . He alleges, however, that on two occasions, on 23 August 1957 an d 23 AUgust 1961, the Regional Court in Z . exceeded by several days the time-limit of 2 months as prescribed by Section 37 (h) of the Netherlands Penal Code before taking a decision on the extension of the applicant's detention for treatment . In the applicant's opinion all court decisions taken after 23 August 1957 were, therefore, null and void and his further detention for treatment was, consequently, unlawful .
He further alleges that neither had the Public Prosecution been heard on several occasions contrary to the same Section of the Code, nor that he himself been heard . The Commission first observes that the procedure laid down for such cases by the Netherlands law contains few mandatory provisions . The law merely prescribes that only the Public Prosecutor is entitled to apply for an extension of the detention for treatment, within what period such application must be submitted to the court and what conditions the medical reports must satisfy ; it also stipulates that the judge must hear the public prosecutor and must give his decision within a period of 2 months . For the rest, it lays down the judge's discretionary powers concerning the calling of witnesses or experts and the hearing of the person concerned . Without prejudice to the above observations regarding the necessity for medical reports, the Commission considers that Article 5, para . 1(e) itself does not lay down any minimum procedural guarantees but merely refers in this respect to the national legislation . The Commission must therefore consider whether the mandatory provisions of the Netherlands Penal Code have been complied with in the present case . As regards the applicant's above allegation that the judge had not respected Section 37 (h), -a mandatory provision of the Netherlands Penal Code, the Commission notes that in 1971 the applicant's lawyer instituted injunction proceedings interalia to have the applicant's detention for treatment declared unlawful as from the date that the Regiônal Court had exceeded the time-limit in question . The Supreme Court finally concluded in its decision of 14 June 1974 that this could not be the case since court decisions against which no appeal was possible -as were the decisions of the Regional Court according to Section 37 Ihl of the Penal Code- would generally not be null and void because of some formal or material defect . The Court further stated that such a decision would only have been void if the detention for treatmen t
-8-
had come to an end before the decision concerned was taken, quod non, as according to Section 37 (b) (4) of the Penal Code a person the extension of whose detention for treatment has been demanded, remains at the disposal of the Government until the judge has taken a decision in this respect . As to the applicant's grievance that on several occasions the Public Prosecutor had not been heard, the Court stated that this defect, if it had at all happened, could not have rendered the Court decisions concerned (which were not subject to appeal with a high Court) null and void . In view of the Supreme Court's observations the Commission considers that the mandatory provisions of the Penal Code regarding the procedure for extension were complied with in the present case . The applicant was therefore deprived of his liberty in accordance with a procedure prescribed by law, as referred to in Article 5, para . 1 of the Convention . It follows that this part of the application is manifestly illfounded within the meaning of Article 27, para . 2 of the Convention . 2 . The applicant must be understood to complain further that the proceedings concerning the extension of his detention for treatment did not meet the standard set by Article 5, para . 4 of the Convention .
Article 5, para . 4 provides that : "Everyone who is deprived of his liberty by arrest or detention shall be entitled to take proceedings by which the lawfulness of his detention shall be decided speedily by a court and his release ordered if the detention is not lawful . " However, the Commission is not required to decide whether or not the facts alleged by the applicant disclose any appearance of a violation of this provision as Article 26 of the Convention provides that the Commission "may only deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law, and within a period of six months from the date on which the final decision was taken" . According to the Commission's constant case-law only a remedy which is "effective and sufficient" can be considered for this purpose (cf . e .g . the decision on the admissibility of applications Nos . 918/60, Collection of Decisions 7, pp . 108, 110 and 654/59, Yearbook 4, pp . 277, 283) . Where no domestic remedy is available, the six months' period mentioned in Article 26 runs from the act or the decision which is itself alleged to be in violation of the Convention (Decision on admissibility, application No . 7379/76, Decisions and Reports 8, p . 211, 213) . In the present case, the applicant alleges that the proceedings concerning the extension of his detention for treatment did not meet th e
-9-
requirements of Article 5, para . 4 of the Convention and that no ôther remedy which could have satisfied these requirements was available to him . However, the right guaranteed in Article 5, para . 4 can only be invoked by persons deprived of their liberty . It appears therefore that the applicant is in fact complaining of a continuing situation which ended on 23 August 1973 when he was released . In the Commission's view, it follows from its case-law quoted above that where, as in the present case, the violation complained of consists of a continuing situation against which no domestic remedy is available, the six months' period laid down in Article 26 runs from the end of this continuing situation . As the present application was introduced on 11 December 1974, i .e . more than six months after 23 August 1973, it has been lodged out of time and must be rejected in this respect under Article 27, para . 3 of the Convention .
Résumé des faits pertinents En 1855le requé2nt - alors 8gé de 21 ans - a été condamné pour vol à six mois d'emprisonnement. Le tribunal a ordonné qu'à l'expiration de sa peine le requérant serait Rmis à la disposition du gouvernement» IT.B .R . - ter beschikkingstelling ven de Regering) en vertu des articles 371a1, par. 1 et 2, et 37, par. 3, du code pénal, concernant les mesures à prendre dans l'intérêt de l'ordre public, à l'égard des personnes souffrant d'arriération ou de maladie mentale et dangereuses pour l'ordre public . La durée d'une telle mesure est de deux ans ; elle peut étre prolongée par périodes de un ou deux ans . Selon l'article 371l1, le parquet doit demander la prolongation au moins un mois avant l'expiration et, selon l'article 371 h1, le tribunal doit statuer dans les deux mois . Le requérant, qui est décédé au cours de la procédure, a allégué que son internement avait é té illégalement maintenu .
(TRADUCTION)
EN DROIT (Extrait ) La Commission admet qu'il ne fait pas de doute que la peine de 6 mois de prison infligée au requérant reléve de l'article 5, par . 1 (a), de la Convention, qu i - 10 -
dispose qu'une personne peut être privée de sa liberté si elle est détenue régulièrement après condamnation par le tribunal compétent . Toutefois, en ce qui concerne la mesure supplémentaire de mise à la disposition du gouvernement pour traitement, la définition figurant à l'article 37 (a), par . 2 (du Code Pénal néerlandais) combiné avec les articles 37 (a), par . 1 et 37 par . 3 de cette loi, qui se fonde sur la nécessité d'un traitement et sur la nécessité de protéger l'ordre public ne semble en aucune maniére, de l'avis de la Commission, incompatible avec une interprétation raisonnable du terme d'aaliénén . La Commission considére donc que la détention d'une personne mise à la disposition du gouvernement pour traitement en raison d'une arriération mentale ou d'un déréglement morbide de ses facultés mentales, au sens de l'article 37 de la loi, reléve en principe de l'exception prévue à l'article 5, par . 1(e), de la Convention . Cela étant, toute détention ainsi autorisée ou prolongée pour de nouvelles périodes de un ou deux ans (article 37 (b), par . 2) ne doit pas étre arbitraire, autrement dit la personne ne doit pas être détenue et encore moins être maintenue en détention pour être traitée sans qu'il ait été établi et confirmé médicalement que son état mental justifie une prolongation de la détention . En l'espéce, la mesure de mise à la disposition du gouvernement pour traitement (T .B .R .) a été, semble-t-il, prolongée 9 fois par décision du tribunal compétent à la demande du parquet en vertu de l'article 37 (f) du Code et exécutée dans différents établissements psychiatriques de 1955 à 1973 . Il apparait en outre qu'en se prononçant sur les prolongations, le tribunal a eu égard aux rapports médicaux provenant des établissements psychiatriques en question et recommandant la poursuite du traitement . En 1970, le tribunal a également demandé à 3 psychiatres différents de formuler un avis d'experts sur l'état mental du requérant . Ils ont conclu dans leur rapport à la nécessité de poursuivre le traitement . Il se peut qu'en raison de la fréquence des changements de traitement et d'établissement psychiatrique, l'état mental du .requérant n'ait pas connu d'amélioration attendue et se soit même dégradé . A cet égard, le Gouvernement défendeur a admis qu'au moment de sa détention dans la clinique V . à G ., la situation du requérant n'était pas satisfaisante et qu'il a été tenté de trouver un traitement mieux adapté . Néanmoins, même dans ces circonstances, la Commission ne peut que conclure que pendant toute la période au cours de laquelle il a été détenu pour traitement, le requérant doit être considéré comme ayant été détenu comme aliéné au sens de l'article 5, par . 1(e), de la Convention . Il appartient ensuite à la Commission d'établir si le requérant a été privé de sa liberté selon les voies légales, c'est-é-dire en vertu de décisions prises par l'autorité compétente et conformément à la procédure prescrite par le droit
néerlandais (cf . Cour Européenne des Droits de l'Homme, affaires de avagabondage,, arrêt du 18 juin 1971, paragraphe 69) . La premiére période d'internement pour traitement, d'une durée de deux ans, a été ordonnée par le tribunal de Z . Le requérant n'a pas recouru contre cette décision et l'on peut donc considérer qu'il a admis, à l'époque, qu'il avait besoin d'être soigné . En outre, il ne conteste pas que les diverses décisions sur la prolongation de son internement pour traitement aient été prises par l'autorité compétente . Il soutient toutefois qu'à deux occasions, le 23 août 1957 et le 23 août 1961, le tribunal régional de Z . a dépassé de plusieurs jours le délai de deux mois prescrit par l'article 37 (h) du Code Pénal néerlandais avant de se prononcer sur la prolongation de l'internement pour traitement . De l'avis du requérant, toutes les décisions judiciaires prises aprés le 23 août 1957, étaient donc nulles et la prolongation de son internement pour traitement était donc illégale .
Il soutient en outre qu'à plusieurs occasions ni le ministére public ni lui-même n'ont été entendus, contrairement au même article du Code . La Commission constate tout d'abord que la procédure prévue en pareil cas par le droit néerlandais contient peu de dispositions impératives . La loi se borne à indiquer que seul le ministére public peut demander une prolongation de l'internement pour traitement et à préciser dans quel délai une telle demande doit être présentée au tribunal et quelles conditions les rapports médicaux doivent remplir ; elle dispose également que le juge doit entendre le ministère public et statuer dans un délai de deux mois . Pour le surplus, elle laisse au juge un pouvoir discrétionnaire quant à la convocation de témoins ou d'experts et9 l'audition de l'intéressé . Sans préjudice des observations faites ci-avant concernant la nécessité de rapports médicaux, la Commission constate que l'article 5, par . 1 (e) ne fixe pas en lui-même de garanties minimales de procédure mais qu'il se renvoie essentiellement, sur ce point, à la législation nationale . Il s'ensuit que la Commission doit examiner la question de savoir si les dispositions impératives du Code Pénal néerlandais ont été respectées en l'espéce . En ce qui concerne l'allégation sus-mentionnée du requérant, selon laquelle le juge n'aurait pas respecté l'article 37 (h), disposition impérative du Code Pénal néerlandais, la Commission reléve qu'en 1971, l'avocat du requérant a déposé une demande visant notamment à faire déclarer illégal l'internement du requérant pour traitement à compter de la date à laquelle le tribunal régional avait dépassé le délai en question . La Cour Suprême a finalement estimé, dans son arrét du 14 juin 1974, qu'il ne pouvait en @tre ainsi, puisque d'une maniére générale, les . décisions de justice contre lesquelles il n'est pas possible d'interjeter appel - comme c'est le cas pou r
- 12 -
les décisions du tribunal régional, rendues en application de l'article 37 (h) du Code Pénal, - ne sont pas entachées de nullité en raison d'un vice de forme ou d'une erreur de fond . La Cour a estimé qu'une telle décision n'aurait été nulle que si l'internement pour traitement était arrivé à son terme avant que fOt prise la décision en question, ce qui n'était pas le cas puisque, en vertu de l'article 37 (b) (4) du Code Pénal, une personne dont la prolongation de l'internement pour traitement a été demandée reste à la disposition du gouvernement jusqu'à ce que le juge ait statué . Quant au grief du requérant selon lequel, à plusieurs reprises, le ministére public n'aurait pas été entendu, la Cour a estimé que, même si tel avait été le cas, les décisions de justice en question (qui ne pouvaient faire l'objet d'un appel devant une juridiction supérieure) n'auraient pas pour autant été entachées de nullité . Compte tenu des observations de la Cour Suprême, la Commission considére que les dispositions impératives du Code Pénal concernant la procédure de prolongation ont été respectées en l'espèce . Le requérant a donc été privé de sa liberté selon les voies légales, comme le prévoit l'article 5, par . 1, de la Convention . Il s'ensuit que cette partie de la requête est manifestement mal fondée au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention . Le requérant paraît se plaindre, d'autre part, que la procédure concer.2 nant la prolongation de son internement pour traitement n'ait pas rempli les conditions imposées par l'article 5, par . 4, de la Convention . L'article 5, par . 4 dispose que : « Toute personne privée de sa libe rt é par arrestation ou détention a le droit d'introduire un recou rs devant un tribunal, afin qu'il statue à bref délai sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale . » Cependant, la Commission n'est pas appelée à se prononcer sur le point de savoir si l'examen des faits allégués par le requérant permet de dégager l'apparence d'une violation de cette disposition . En effet, l'a rticle 26 de la Convention dispose que la Commission « ne peut être saisie qu'aprés l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus et dans le délai de six mois à pa rt ir de la date de la décision interne définitivex . Selon la jurisprudence constante de la Commission, seul un recours «efficace et suffisant» peut é tre pris en considération à cet effet Ivoir par exemple les décisions sur la recevabilité des requêtes N° 918/60, Recueil 7, pp . 108, 110 et N° 654/59, Annuaire 4, pp . 277, 2831 .
- 13 -
Lorsqu'il n'existe pas de recours interne, le délai de 6 mois prévu à l'a rt icle 26 court à partir de l'acte ou de la décision prétendument incompatible avec la Convention ( Décision sur la recevabilité de la requête N° 7379/76, Décisions et Rapports 8, pp. 211, 215) . Dans l'espéce, le requérant prétend que la procédure concernant la prolongation de son internement pour traitement répondait aux conditions de l'article 5, par . 4, de la Convention et qu'il ne disposait d'aucun autre recours qui aurait pu remplir ces conditions . Toutefois, le droit garanti à l'article 5, par . 4 ne peut étre invoqué que par des personnes privées de leur liberté . Il apparaît donc que le requérant se plaint en réalité d'une situation continue, qui a cessé le 23 ao0t 1973, date de sa libération .
De l'avis de la Commission, il découle de la jurisprudence rappelée ci-dessus que lorsque la violation alléguée consiste, comme dans le cas d'espèce, en une situation continue contre laquelle il n'existe pas de voie de recours interne, le délai de 6 mois prévu à l'article 26 court à partir du moment où cette situation continue a pris fin . Etant donné que la présente requéte a été déposée le 11 décembre 1974, soit plus de 6 mois après le 23 août 1973, elle est tardive et doit étre rejetée, sur ce point, en vertu de l'article 27, par . 3, de la Convention .
- 14 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 05/12/1978

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.