Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ SPORRONG & LÖNNROTH c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7151/75;7152/75
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1979-03-05;7151.75 ?

Analyses :

(Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 34) VICTIME, (Art. 6-1) ACCES A UN TRIBUNAL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE


Parties :

Demandeurs : SPORRONG & LÖNNROTH
Défendeurs : SUEDE

Texte :

APPLICATIONS/REOUE'TES Nw 7151/75 et 7152/75 Qolnedl)olntes) Estate of E . SPORRONG and I .M . LONNROTH v/SWEDE N
Hoirie E . SPORRONG et I .M . LONNROTH c/SUÈD E DECISION of 5 March 1979 on the admissibility of the applications DÉCISION du 5 mars 1979 sur la recevabilité des requête s
Article 6, paragraph 1 of the Convention : Question whether a dispute concerns the determination of civil rights and obfigations must be decided by reference to the substantive content and effects of the right concerned . In the case in point : right to a decision on expropriation and right to compensation for threat of future expropriation accompanied by prohibition on construction. (Question joined to the merits of the case) . Article 26 of the Convention : Where an appfication concerns a continuing situation and where this state of affairs cannot be considered to be the result of a particular decision or event, the appfication cannot be rejected for nonobservance of the six months rule . Article 1, paragraph 1 of the First Protocof : In the course of expropriation proceedings and pending a decision on expropriation there ts no deprivation of possessions . Question whether a threat to expropriate, accompanied by a prohibition on construction, by its very duration constitutes an interference with the right to peaceful enjoyment of the applicant's possessions. Articfe 1, paragraph 2 of the First Protocof : Where it has been established that /egislation on the use of property is lawful and has a legitimate purpose, is it appropriate to examine whether the legislation goes beyond that /egitimate purpose or whether it is disproportionate to it ?
A rtfcle 6, paragraphe 1, de la Convention: La question de savoir si une contestation porte sur des droits et obligations de caractère civil doit Atre tranchée par référence au contenu matérief du droit litigieux et à ses effets . En l'espèce : droit à ce qu'une décision soit prise en matiére d'expropriation et droit è une indemnité pour menace d'expropriation avec interdiction de construire . IOuestion renvoyée è l'examen du fond de l'affaire) .
- 15 -
Article 26 de la Convention : Lorsque la requête a pour objet la durée d'une situation actuelle et que cette durée ne peut être considérée comme la conséquence d'une décision ou d'un fait précis, la requête ne peut étre rejetée pour inobservation du délai de six mois. Article 1, paragraphe 1, du Protocole additionnef : Pendant une procédure tendant à l'expropriation et tant que celle-ci n'a pas eu lieu, il n'y a pas privation de propriété. Une menace d'expropriation accompagnée d'une interdiction de construire, peut-elle, par sa durée, constituer une atteinte au droit au respect des biens ? Article 1, paragraphe 2, du Pro tocole additionnel : Lorsqu'une réglementation de l'usage des biens est légale et a un but tégitime, y a-t-il lieu de rechercher encore si elle outrepasse son but ou lui est disproportionnée ?
I françats : voir p . 25 l
THE FACTS
The facts as they have been submitted by the applicants are apparantly not in dispute between the parties and may be summarised as follows : The first application (No . 7151/75) is lodged by the Estate of E . Sporrong, Deceased, Stockholm, which is an association of the heirs Mrs M . Sporrong, Mr C .O . Sporrong and Mrs B . Atmer, who reside in Stockholm and its environs . The applicant is the owner of a property in Stockholm called "Riddaren No . 8" . The second application (No . 7152/75) is lodged by Mrs I .M . Ldnnroth,who also resides in Stockholm and is the owner of three quarters of a property in Stockholm called "Barnhuset No . 6" .
Both applicants are represented in the proceedings before the Commission by Mr M . Hernmarck, who is a barrister practising in Stockholm . Particulars of the fi rst application The applicant states that on 31 July 1956 the Swedish Government granted the Municipality of Stockholm a zone expropriation permit in accordance with the Building Act (then Sect . 44) for urban redevelopment in Stockholm comprising 164 properties including the property owned by the applicant . The permit was valid as from the application for expropriation which was filed with the Government on 6 June 1955 . According to the plans, the intention was to demolish the applicant's building . In pursuance of the provisions of the Expropriation Act 1917 the Government fixed the timelimit for redemption (within which the Municipality should summon the owners to appear in court to settle their compensation and in default o f
- 16 -
which the permit would become void) at five years, although according to the applicants the established practice had been to fix such time limits at one year . The expropriation permit was also combined with a building ban issued by the Municipality in accordance with the Building Act specifying and strengthening the restrictions against building investment during the period of redemption . Subsequently at requests of the Municipality the Government repeatedly prolonged the validity of the redemption permit . In 1961 a three-year prolongation was granted and in 1964 a five-year prolongation . Finally, on 14 May 1971, the permit was prolonged by ten years (from the date of the request) until 31 July 1979 . The Municipality then presented modified plans lin May 1975) and according to these the use of the property concerned should not be altered and the existing building should be preserved . The applicant submits that there is no possibility of having .the expropriation permit reviewed and refers in this respect to an unsuccessful request made by the second applicant (cf . below) . Pa rticulars of the second applicatio n In this case the Swedish Government IMinistry for Physical Planning and Local Government) decided on 24 September 1971 to grant the Municipality of Stockholm the right of redemption concerning 129 properties including the property owned by the applicant . This permit was also valid as from the application for expropriation which was filed with the Government on 22 January 1968 . The Government ordered that applications for summons to appear in court should follow not later than 31 December 1979 . This permit was also combined with a building ban . According to the plans a parking house would be erected on the applicant's property . However, the works in the area were postponed and new plans wer e being considered . The applicant's property was in urgent need of repair and she lodged a request that her property be exempted from the redemption permit . The municipality replied that existing plans did not allow any exception . The Government (National Housing Boardl rejected the request on 20 February 1975 for the reason that the redemption permit could not be revoked without the direct consent of the Municipality .
The alleged position of the authorities and its consequences The applicants explain that the prolongations of the expropriation permits were made for several reasons . Initially the Municipality did not hav e
- 17 -
sufficient resources for realising the extensive restructuring which their application for expropriation in 1955 had foreseen . In 1962 a new city plan was adopted which included changed intentions of the Municipality owing to the development of motor traffic . In 1967 these plans were funher elaborated and since 1975 they are being revised because of new policies to limit motor car traffic in the city . The applicants submit that as a result of long-term expropriation permits they lose their security in possession-in pa rt icular their possibility of assessing the value of investments-by being held in suspense for 23 years and 12 years respectively as to whether, and if so, when, the expropriation will be followed up in court . They also lose their share in the development possibilities of the property . Instead the Municipality will benefit from the situation and maintain long-term expropriation permits since the rules for compensation fix the amount of compensation in proportionto the value of the property at the date of the granting of the zone expropriation permit . The applicants also submit that they lose their possibilities of participating in the urban development . Further, by the building bans they lose their possibilities of making use of the building rights given in the town plan, and building permits are combined with forced agreements limiting the future compensation . The applicants point out that the Parliament Ombudsman (J .o .l has criticised the long-term building bans and suggested that these should be combined with a right to compensation . The applicants also state that they lose their possibilities of selling the property on the normal free market terms . The applicants ihen submit that these restrictions have the result that the capital invested in the property cannot be made available for other purposes . They describe their legal position as being that their earlier ownership has beed transformed into a limited right to dispose of the property during an indefinite period of time . They finally submit that Swedish law provides them with no possibility of obtaining compensation either for the limitations of their ownership or for the economic consequences of long-term expropriation permits .
COMPLAINT S The applicants' complaints may be summarised as follows : Concerning civil proceedings They complain that 23 years and 12 years, respectively, will pass without a trial of their compensation claims . They submit that these periods . of time are unreasonable and contrary to Anicle 6 (1) of the Convention .
- 18 -
Concerning ownership They also complain that compensation has not been paid "promptly" in accordance with general principles of international law, which is contrary to Article 1 of the Protocol No . 1 to the Convention . They complain that the public expropriation powers have been misused to limit the rights inherent in ownership to a far greater extent than is necessary in order to effect the expropriation, which is contrary to Article 17 of the Convention . They also complain .that the "public interest", e .g . the original grounds for the expropriation, no longer applies and the continued use of the expropriation permit is a restriction of their rights for alien aims, which is contrary to Article 18 of the Convention . They complain that the consequences of the long-term expropriation permits deprive them of their right to peaceful enjoyment of their possessions, which is a further violation of Article 1 of Protocol No . 1 . They complain that through the forced agreements regarding the influence of building measures on the compensation, the Municipality has, without legal authority, exercised control of the claims, thereby dispossessing the individual of his property under other conditions than those provided by law and consequently in violation of Article 1 of Protocol No . 1 . In addition the first applicant complains that the prolongations of the expropriation permits were made without legal authority and therefore dispossessed it of its property under other conditions than those provided by law and consequently in violation of Article 1 of Protocol No . 1 .
Concerning compensation Both applicants then complain that the lack of compensation for loss of a great part of their right to dispose of the property is not in conformity with general principles of international law concerning "just compensation" and consequently a violation of Article 1 of the Protocol No . 1 .
Conceming alleged discriminatio n The applicants finally complain that in comparison with property owners who are not affected by long-term expropriation permits, they are subject to very far-reaching special treatment in violation of Article 14 of the Convention . .. . ... . . . . . . . . .
THE LAW 1 . The applicants complain of the effects on their ownership of properties caused by long-term expropriation permits accompanied by the prohibition of construction, which have by now been effective during a period totallin g
- 19 _
23 years in the first applicant's case and 12 years in the second applicant's case . The applicants have alleged violations ot Article 1 of Protocol No . 1 to the Convention taken either alone or in conjunction with Articles 14, 17 and 18 of the Convention . a . The respondent Government have submitted in the first place that the applicants have failed to observe the six months' time limit provided for in Artcile 26 of the Convention, since the last decisions regarding the prolongation of the expropriation permits were given on 14 May 1971 in the first applicant's case and on 24 September 1971 in the second applicant's case . The applicants have argued, on the other hand, that there is no final decision in their cases within the meaning of Article 26 of the Convention and that they have no power to demand such a decision to be taken . Article 26 of the Convention provides as follows
"The Commission may only deal with the matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law, and within a period of six months from the date on which the final decision was taken" . The Commission notes that it is not in dispute between the parties that the applicants do not have any effective remedy at their disposal under Swedish law to bring an end to the state of affairs of which they are complaining . In these cicumstances, there cannot, in the Commission's view, be any final decision for the purposes of Article 26 connected with the exhaustion of domestic remedies . Consequently, the question arises whether the six months' period is applicable in the present cases . The Commission recalls that it has previously held that the six months' rule specified in Article 26 of the Convention "is justified by the wish of the High Contracting Parties to prevent the past judgments being constantly called into question" (cf . the De Becker Case, Yearbook 2, p . 215 at p . 244) . In that case it was also stated by the Commission, however, that this legitimate concern for order, stability and peace cannot be allowed to stand in the way of the consideration, by the Commission, of a continuing situation of which the applicant complains, insofar as this state of affairs is not a thing of the past but still exists without there being any domestic remedies available to the applicant libidl . It is true, on the other hand, that the Commission has recently held that, when there is no remedy, the period of the six months begins from the date of the decision complained of (cf . application No . 5759/72, X v/Austria, Decisions and Reports6, p . 15 .) .
In the opinion of the Commission, however, the latter finding can only apply to cases where the complaint is directed against a decision as such or another particular event and not where, as in the present cases, the grievance s
- 20 -
result more gradually with the passing of time from the accumulation of renewed delays of expropriation combined with prohibition on construction which affect the applicants as property owners . The state of affairs complained of by the present applicants is neither a thing of the past, nor was it created by the latest decisions referred to by the respondent Government or by any other particular decision or event .
The Commission concludes from the above considerations that the present applications cannot be rejected for non-compliance with the six months' rule referred to in Article 26 of the Convention . b . The applicants have submitted that, contrary to Article 1 of the Protocol, they have not been paid just and prompt compensation in accordance with the general principles of international law . The first applicant has stated, in addition, that the prolongations of the expropriation permits have been made without legal authority and that he has therefore been dispossessed of his property contrary to Article 1 of the Protocol . The applicants have furthermore contended that the existence during a protracted period of the unused expropriation permits and the accompanying prohibition on construction has caused inconvenience with regard to their properties to such a degree that they amount to an unjustified interference with their right to peaceful enjoyment of their possessions . In the applicants' view the permits and prohibition were in no way necessary either under Swedish law or under the Convention and they consider consequently that they contravene Articles 17 and 18 of the Convention . The respondent Government have stated, on the other hand, that expropriation permits and prohibition on construction do not affect the applicants' rights as property owners and that they, therefore, do not restrict the applicants' right to peaceful enjoyment of their possessions . This does in the Government's view hold true irrespective of the length of time during which an expropriation permit is maintained . Even if it were shown that the length of time during which an expropriation permit is in effect could be regarded as a limitation of the use of property, such a limitation must, in the submission of the Government, be considered as necessary to control the use of property in accordance with the general interest as permitted by the second paragraph of Article 1 of the Protocol . It would seem to follow that the Government consider the applications to be incompatible with this Article . Moreover, in the opinion of the respondent Government, Articles 17 and 18 of the Convention have no bearing on the present case . Article 1 of the First Protocol to the Convention reads as follows "Every natural or legal person is entitled to the peaceful enjoyment of his possessions . No one shall be deprived of his possessions except in the public interest and subject to the conditions provided for by law and by the general principles of international law .
- 21 -
The preceding provisions shall not, however, in any way impair the right of a State to enforce such laws as it deems necessary to control the use of property in accordance with the general interest or to secure the payment of taxes or other contributions or penalties . " The Commission observes in the first place that the question whether or not the applicants' properties will eventually be subjected to expropriation, depends on a decision to make use of the expropriation permits, a decision which will be taken by the Municipality of Stockholm in the future . Pending a decision of the Municipality to make use of the said permits, the applicants will remain the owners of the properties concerned . It is therefore clear that the applicants have not as yet been deprived of their possessions . It follows that there is no appearance of a violation of the rights set forth in the second sentence of the first paragraph of Article 1 of the Protocol . The Commission wil now turn to the question whether or not th e length of time during which the expropriation permits and the prohibition on construction have been in force without being used, can be considered as amounting to an interference with the applicants' right to peaceful enjoyment of their possessions as guaranteed by the first sentence of the first paragraph of Article 1 of the Protocol . Any such interference by way of a limitation on the use of the property question would then have to be considered by the Commission under the second paragraph of Article 1 of the Protocol and could only be justified on the conditions set out therein . In connection with such an examination the Commission might also have to consider Articles 17 and 18 of the Convention . The Commission observes that while the necessity for such legislation seems to be left to the discretion of the State, Article 1 appears to provide for a limited supervision of the enforcement measures as regards their lawfulness and purpose . Even where their lawfulness is beyohd doubt and the purpose at the outset appears legitimate, the question may ârise whether the prolonged existence of restrictions amounts to an interference which could become ûnjustified as going beyond or being disproportionate to their legitimate purpose . However, the Commission considers that these questions thus arising under Article 1 of the Protocol No : 1 taken either alone or in conjunction with Articles 17 and 18 of the Convention are complex questions concerning the interpretation of the Convention, the determination of which should depend on an examination of the merits of the case . It follows that this part of the applications cannot be regarded as manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 121 of the Convention and must therefore be declared admissible, no other ground for declaring them inadmssible having been established .
_22_
2 . The applicants have further complained that the matters of expropriation and compensation-and at the same time their civil rights-have not been determined within a reasonable time . They have stated that they have no admissible claim in the civil courts before the Municipality of Stockholm decides to make use of its expropriation permits . In their own view, however, they are entitled to a fair and public hearing within a reasonable time as prescribed by Article 6 (1) of the Convention ever since the time when the expropriation process began, namely, as from the dates when the expropriation permits were granted to the Municipality . The respondent Government have argued that Article 6 (1) of the Convention cannot be so interpreted as to require that the Municipality should decide within a reasonable time whether or not to expropriate the applicants' properties . They submit furthermore that the applicants' legal rights remain unaffected by the expropriation permits and that the building bans have to be tolerated although they may reduce the value of the properties concerned . In the submission of the Government, the applicants have consequently no basis for their claim for compensation . The Government state furthermore that, since there is no civil right in issue in the present cases, the applicants are not entitled to a hearing at the present stage . The first sentence of Article 6 (1) of the Convention reads as follows : "In the determination of his civil rights and obligations or of . any criminal charge against him, everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable time by an independent and impartial tribunal established by law" . The first question is whether the complaint concerns a "civil right" within the meaning of this provision . The concept of "civil rights and obligations" cannot be interpreted solely by reference to the domestic law of the respondent State . It has constantly been held by the Commission, and also recently by the European Court of Human Rights (cf . K6nig Case, judgment of 28 June 1978, para . 88), that the notion of civil right is autonomous . This does on the other hand not mean that the legislation of the State concerned is without importance . Whether or not a right is to be regarded as a civil one within the meaning of Article 6 111 of the Convention must be determined by reference to the substantive content and effects of the right under the domestic law concerned . In the exercise of its supervisory functions, the Commission must also take account of the object and purpose of the Convention and of the national legal systems of other Contracting States (cf . the above-mentioned Kbnig Case judgment, para . 89) .
Whether, in the present cases, a civil right is, at all, in issue, depends on the claims raised by the applicants either by reason of the possible future
- 23 -
expropriation ot the applicants' properties or, for instance, by reason of any claims, such as claims for compensation, that the applicants may raise because of any possible unjustified interference with their right to peaceful enjoyment of their possessions under Article 1 of the Protocol No . 1 of the Convention . If one or more of the applicants' claims constitute a pretended civi l right within the meaning of this expression in the Convention it follows from Article 6 that the applicants are entitled to access to the courts for the purpose of having this civil right determined within a reasonable time . The Commission reralls that the right to access to the courts constitutes an element which is inherent in the right stated by Article 6 (1) of the Convention (cf . Eur . Court H .R ., judgment of 7 May 1974 in the Golder Case, Series A, Vol . 18, p . 18, para . 36) . However, having examined the information and arguments presented by the parties, the Commission considers that the questions whether the applicants' claims fall within the scope of the Convention, in particular of its Article 6 111 and, if so, whether or not there has been a violation of the Convention in the present cases are complex questions concerning the interpretation of the Convention, the determination of which should depend on an examination of the merits . It follows that this part of the applications must therefore be declared admissible . 3. The applicants have also complained that they are being discriminated against contrary to Article 14 of the Convention not only in relation to those who do not have their properties expropriated but also in relation to those who have their properties expropriated in a way which is acceptable under both Swedish law and the terms of the Convention .
The Government have stated that there is no appearance of a violation of Article 14 of the Convention in the present cases, since any distinction made between the applicants and other property owners against whom similar measures have not been taken is based on reasonable and objective grounds . Article 14 provides that the "enjoyment of the rights and freedoms set forth in this Convention shall be secured without discrimination on any ground such as sex, race, colour, language, religion, political or other opinion, national or social origin, association with a national minority, property, birth or other status" .
The Commission has already accepted the applications as raising questions under various Articles securing substantive rights under the Convention . The allegations made by the applicants in the context of Article 1 4 _24_
of the Convention relate to the same facts and circumstances as those made in the context of the other Articles . Having regard to the interpretation which the European Court of Human Rights has given to its jurisdiction under Article 45 of the Convention (cf . De Wilde, Ooms and Versyp judgment of 18 June 1971, Series A, No . 12, pp . 29-30, paras . 49 and 51 ; Handyside judgment of 7 December 1976, Series A, No . 24, p . 20, para . 41) the Commission finds that the determination of the above question should not be made at the admissibility stage of the applications but should depend on an examination of their merits . For these reasons, the Commissio n DECLARES ADMISSIBLE and retains the applications, without in any way prejudging their merits .
(TRADUCTION) EN FAI T Les faits de la cause, tels qu'ils ont été exposés par les requérants et qui ne font apparemment l'objet d'aucune contestation entre les parties, peuvent se résumer comme suit : La premiére requête IN° 7151/75) a été présentée par l'Hoirie E . Sporrong, Stockholm, formée de Mme M . Sporrong, M . C .-0 . Sporrong et Mme B . Atmer, qui résident à Stockholm ou dans les environs . L'hoirie requérante est propriétaire à Stockholm d'un immeuble sis « Riddaren N° 8n . La deuxiéme requête IN° 7152/75) a été introduite par Mme I .M . Lônnroth, qui réside également à Stockholm où elle est propriétaire pour les trois-quarts d'un immeuble sis « Barnhuset N° 6x . L'une et l'autre requérantes sont représentées devant la Commission par M- M . Hernmarck, avocat à Stockholm . Détails de la première requ8te La requérante déclare que, le 31 juillet 1956, le Gouvernement suédois a, conformément à l'article 44 de la loi sur la construction, accordé à la municipalité de Stockholm un permis d'exproprier pour la rénovation urbaine de 164 immeubles, dont celui que posséde l'hoirie requérante . Ce permis était valable à partir de la demande d'expropriation, déposée aupré s
- 25 -
du Gouvernement le 6 juin 1955 . Selon les plans, il était prévu de démolir le bétiment de la requérante . Conformément aux dispositions de la loi de 1917 sur l'expropriation, le Gouvernement fixa ce délai de rachat (pendant lequel la municipalité devait citer les propriétaires à comparaitre devant le tribunal pour la fixation des indemnités faute de quoi le permis serait nul et de nul effet . Les requérantes prétendent que l'usage est de fixer ce délai à un-an . Le permis d'exproprier était as orti d'une interdiction de construir e émise par la municipalité conformément à la loi sur la construction, qui précisait et renforçait les interdictions d'investir en construction pendant le délai de rachat . Par la suite, à la demande de la municipalité, le Gouvernement prolongea à diverses reprises la validité de l'autorisation de rachat . En 1961 fut accordée une prolongation de trois ans et en 1964 une prolongation de cinq ans . Enfin, le 14 mai 1971, l'autorisation fut prorogée de dix ans là partir de la date de la demande), soit jusqu'au 31 juillet 1979 . La municipalité présenta (en mai 1975) des plans modifiés selon lesquels l'usage des immeubles visés ne pouvait être modifié, le bâtiment existant devait étre conservé . La requérante déclare n'avoir pas eu la possibilité de faire réviser le permis d'exproprier et se référe à cet égard à une requête infructuéuse présentée par la deuxiéme requérante (voir ci-dessous) .
Détails de la deuxième requêt e Dans ce cas, le Gouvernement suédois (le Ministére de l'aménagement du territoire et de l'administration locale) décida, le 24 septembre 1971, d'accorder à la municipalité de Stockholm un droit de rachat portant sur 129 immeubles, dont celui que posséde la requérante . Ce permis était, lui aussi, valable à dater de la demande d'expropriation, déposée auprès du Gouvernement le 22 janvier 1968 . Le Gouvernement décida que les demandes de citations à comparaître devant le tribunal devraient être déposées avant le 31 décembre 1979 . Ce permis était, lui aussi, assorti d'une interdiction de construire . Selo n les plans, un silo à voitures devait être érigé sur l'emplacement de l'immeuble de la requérante . Toutefois, les travaux dans ce quartier ont été retardés et de nouveaux plans sont à l'étude . L'immeuble de la requérante ayant besoin de réparations urgentes, sa propriétaire déposa une demande tendant 8 ce que son immeuble échappe à l'autorisation de rachat . La municipalité répondit que les plans existants n'autorisaient aucune exception . Le Gouvernement (Commission nationale de l'habitat) rejeta la demande de la requérante le 20 février 197 5
- 26 -
au motif que l'autorisation de rachat ne pouvait pas être révoquée sans le consentement de la municipalité . L'a ttitude prétendument adoptée par les autorités et ses conséquence s Les requérantes expliquent que la validité des permis d'exproprier a été prorogée pour diverses raisons . A l'origine, la municipalité n'avait pas les crédits nécessaires pour exécuter les grands travaux de rénovation que prévoyait sa demande d'expropriation en 1955 . En 1962, un nouveau plan d'urbanisme a été adopté qui comportait des modifications apportées par la municipalité en raison du développement de la circulation automobile . Ces plans ont été complétés en 1967 et sont en cours de révision depuis 1975 du fait des nouvelles mesures tendant à restreindre la circulation automobile dans la ville . Les requérantes font valoir qu'en conséquence des autorisations d'expropriation de longue durée, elles ont perdu toute sécurité dans la propriété de leurs biens et notamment toute possibilité d'estimer leur valeur, du fait d'avoir été tenues en haleine pendant 23 et 12 ans, respectivement sans savoir si la procédure judiciaire d'expropriation serait engagée et, si oui, à quel moment . Elles ont également perdu la possibilité de participer aux possibilités de plus-value de leur propriété . En revanche, la municipalité va tirer profit de la situation et faire durer les permis d'exproprier car la réglementation prévoit que l'indemnité sera proportionnelle à la valeur du bien à la date d'octroi de l'autorisation générale d'expropriation . Les requérantes prétendent aussi avoir perdu la possibilité de tirer parti du développement urbain . Elles ont en outre, du fait des interdictions de construire, perdu toute possibilité d'utiliser les droits de construction résultant du plan d'urbanisme ; d'ailleurs, les permis de construire sont assortis d'accords imposés limitant une indemnisation future . Les requérantes soulignent que l'ombudsman parlementaire a critiqué la durée excessive des interdictions de construire et propose de leur adjoindre un droit à indemnisation . Les requérantes déclarent également avoir perdu toute possibilité de vendre leur immeuble aux conditions normales du marché libre . Elles ajoutent que ces restrictions aboutissent à ce que le capital investi dans les immeubles n'est pas disponible à d'autres fins . Elles décrivent leur situation juridique comme étant la suivante : leur droit de propriété a été transformé en un droit limité, pendant une période de temps indéfinie, de disposer de leurs biens . Elles alléguent enfin que le droit suédois ne leur laisse aucune possibilité d'obtenir une indemnisation, ni pour les limitations apportées à leur droit de propriété, ni pour les conséquences économiques de la durée excessive des permis d'exproprier .
_27_
GRIEFS Les griefs des requérantes peuvent se résumer comme suit ~ Quant à une procédure civile Elles se plaignent que 23 ans et 12 ans respectivement se sont écoulés sans procédure judiciaire concernant une indemnisation . Ces délais soni, d'aprés elles, déraisonnables et contraires à l'anicle 6, par . 1, de la Convention . Ouanr au droit de propriété Les requérantes se plaignent également qu'elles n'aient pas été « promptement » indemnisées, conformément aux principes généraux du droit international, ce qui est contraire à l'article 1^' du Protocole additionnel à la Convention . Elles allèguent un abus du pouvoir d'expropriation en ce sens que les droits inhérents à leur propriété ont été limités beaucoup plus qu'il n'est nécessaire pour mener à bien une expropriation, ce qui est coritraire à l'article 17 de la Convention . Elles font également valoir que s l'utilité publique n, motif initial de l'expropriation, ne peut plus être invoqué et que le recours permanent au permis d'exproprier est une restriction à leurs droits à des fins étrangéres, ce qui est contraire à l'article 18 de la Convention . Les requérantes se plaignent aussi de ce que les effets de la durée excessive des permis d'exproprier les privent du droit au respect de leurs biens, ce qui constitue une autre violation de l'article 1 - du Protocole additionnel . Elles alléguent enfin que, par les accords imposés concernant l'influence des régles sur les constructions sur une éventuelle indemnisation, la municipalité a, sans base juridique, modéré les créances en indemnisation, dépossédant ainsi le particulier de son bien dans des conditions autres qûe celles que prévoit la loi et, partant, en violation de l'article 1^ du Protocole additionnel . Au surplus, la premiére requérante se plaint que les prolongations des permis d'exproprier aient été faites sans base légale, de sorte qu'elles a été dépossédée de ses biens dans des conditions autres que celles prévues par la loi et, en conséquence contrairement à l'article 1^ du Protocole additionnel .
Quant à l'indemnisation Les deux requérants alléguent que l'absence d'indemnisation pour la pert e d'une grande pa rt ie de leur droit à disposer librement de leurs biens n'est pas conforme aux principes généraux du droit international concernan t
- 28 -
« une juste indemnité » et qu'elle constitue donc une violation de l'article 1^' du Protocole additionnel . Quant 8 une prétendue discrimination Les requérantes se plaignent enfin que, par comparaison avec les propriétaires d'immeubles non touchés par les permis d'exproprier à long terme, elles ont été soumises à un traitement spécial d'une portée considérable et contraire à l'article 14 de la Convention .
EN DROI T 1 . Les requérantes se plaignent des effets, sur leur droit de propriété de permis d'exproprier de longue durée assortis d'une interdiction de construire, permis en vigueur maintenant depuis 23 ans pour la premiére requérante et du 12 ans pour la seconde . Elles allèguent la violation de l'article 1• 1 Protocole additionnel, considéré soit isolément soit en liaison avec les articles 14, 17 et 18 de la Convention . a . Le Gouvernement défendeur a fait valoir tout d'abord que les requérantes n'ont pas respecté le délai de six mois prévu à l'article 26 de la Convention, puisque les dernières décisions concernant la prolongation de la validité des permis d'exproprier datent du 14 mai 1971 pour la première requérante et du 24 septembre 1971 pour la seconde . Les requérantes ont répliqué qu'il n'y a pas eu, en l'espèce, de décision définitive, au sens de l'article 26 de la Convention, et qu'elles n'avaient pas la possibilité d'exiger une telle décision . L'article 26 de la Convention stipule : s La Commission ne peut être saisie qu'aprés l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus et dans le délai de six mois, à partir de la date de la décision interne définitive u . La Commission reléve qu'il n'est pas contesté entre les parties que le droit suédois n'offre pas aux requérants un recours efficace pour mettre un terme à la situation incriminée . Elle estime que, dans ces conditions, il ne saurait y avoir de décision définitive, au sens de l'article 26, lié à l'épuisement des voies de recours internes . En conséquence la question se pose de savoir si le délai de six mois est applicable en l'espéce . La Commission rappelle avoir déclaré antérieurement que la régle des six mois précisée à l'article 26 de la Convention e s'explique par le souci de s
_29_
Hautes Parties Contractantes d'empécher la constante remise en cause du passév . (Cf . l'affaire De Becker, Annuaire 2, p . 215, à la page 244) . Dans cette affaire toutefois la Commission a également déclaré que cette préoccupation légitime d'ordre, de stabilité et de paix ne saurait faire obstacle à l'examen, par la Commission d'une situation continue qu'incrimine le requérant, pour autant que cette situation ne relève point du passé mais persiste sans qu'aucun recours interne ne s'offre au requérant . (/bidem) . Il est vrai que la Commission a récemment déclaré, par ailleurs, qu'en l'absence de voie de recours, le délai de six mois court à partir de la date de la décision incriminée (voir requête N° 5759/72, X . contre l'Autriche, Décisions et Rapports 6, p . 15) . La Commission estime toutefois que cette derniére conclusion ne saurait s'appliquer qu'aux affaires où la plainte est dirigée contre une décision en tant que telle ou contre tout autre évAnement précis et non pas, comme en l'espéce, lorsque les griefs résultent progressivement, au fur et à mesure que le temps s'écoule, de l'accumulation de rétards dans l'expropriation, assortis d'une interdiction de construire affectant les requérants en tant que piopriétaires . La situation dont se plaignent les requérantes ne reléve pas du passé et n'a pas été créée non plus par les derniéres décisions évoquées par le Gouvernerrient défendeur, ni par toute autre décision ou événement spécifique . Vu ce qui précéde, la Commission estime que les présentes requêtes ne sauraient Etre rejetées pour inobservation du délai de six mois prévu par l'article 26 de la Convention . b . Les requérants ont fait valoir que, contrairement à l'article 1• 1 du Protocole, il ne leur a pas été versé promptement une juste indemnité, conformément aux principes généraux du droit international . La premiére requérante a déclaré en outre que, les prolongations des permis d'exproprier étant intervenues sans base légale, elle a donc été dépossédée de ses biens contrairement à l'article 1• 1 .du Protocole . Les requérantes ont soutenu au surplus que l'existence, pendant une longue période, 'de permis d'exproprier inutilisés et les interdictions de construire qui les accompagnent, ont créé, en ce qui concerne leurs biens, des inconvénients tels qu'ils équivalent à une atteinte injustifiée du droit au respect de leurs biens . Selon les requérantes, permis et interdictions n étaient nécessaires ni au regard de la législation suédoise, ni au regard de la Conventiôn, . de sorte qu'il y a violation des articles 17 et 18 de la Convention .
Le Gouvernement défendeur soutient de son côté que permis n'affectent pas les droits de propriété des requérantes et qu'ils ne restreignent 'donc pas le droit des requérantes au respect de leurs biens . Ceci demeure vrai, selon le Gouvernement, indépendamment de la durée de validité du permis d'exproprier . Toutefois, s'il était admis que la durée de validité du permis peut être considérée comme une limitation . apportée à l'usage d u
-30-
bien, une telle limitation devrait, selon le Gouvernement, Ptre considérée comme nécessaire pour réglementer l'usage du bien dans l'intérét général, comme l'autorise le paragraphe 2 de l'article 1 - du Protocole . Il semble en découler que le Gouvernement estime les requêtes incompatibles avec cet article . En outre, selon le Gouvernement défendeur, les articles 17 et 18 de la Convention ne sont pas d'application en l'espéce . L'article 1 - du Protocole additionnel est ains! libellé : u Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens . Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte au droit que possédent les Etats de mettre en vigueur les lois qu'ils jugent nécessaires pour réglementer l'usage des biens conformément à l'intérét général ou pour assurer le paiement des impôts ou d'autres contributions ou des amendes . » La Commission remarque en premier lieu que le point de savoir si les biens des requérantes seront finalement expropriés dépend d'une décision de faire usage des permis d'exproprier, décision que prendra ultérieurement la municipalité de Stockholm . Dans l'attente d'une décision de la municipalité d'utiliser lesdits permis, les requérantes restent propriétaires des biens en question . Il est donc évident qu'elles n'ont pas, jusqu'é présent, été privées de leurs biens . Il s'ensuit qu'il n'y a pas apparence d'une violation des droits énoncés dans la deuxiéme phrase du 1° paragraphe de l'article 1^ 1 du Protocole . La Commission en vient maintenant à la question de savoir si la durée pendant laquelle les permis d'exproprier et les interdictions de construire sont demeurés en vigueur sans étre utilisés peut être considérée comme équivalent à une atteinte au droit des requérantes au respect de leurs biens, telle que le leur garantit l'article 1• 1 du Protocole, paragraphe 1, premiére phrase . Toute atteinte résultant d'une limitation à l'usage du bien en question devrait alors être examinée par la Commission sous l'angle du deuxième paragraphe de l'article 1^ 1 du Protocole et ne pourrait être justifiée que dans les conditions qui y sont précisées . En liaison avec cet examen, la Commission pourrait également avoir à prendre en considération les articles 17 et 18 de la Convention . La Commission fait remarquer que si la nécessité de mettre en vigueur pareille législation semble être laissée à la discrétion de l'Etat, l'article 1• 1 prévoit, semble-t-il, un contrôle limité des mesures d'exécution pour ce qui concerne leur légalité et leur objet . Même lorsque leur légalité ne fait aucun doute et que leur objet apparait d'emblée légitime, la question peut se pose r
- 31 -
de savoir si la persistance de restrictions équivaut à une atteinte qui pourrait devenir injustifiée comme outrepassant l'objectif légitime ou lui étant disproportionnée . La Commission estime toutefois que les questions qui se posent ainsi sur le terrain de l'article 1• 1 du Protocole additionnel pris soit isolément, soit en liaison avec les articles 17 et 18 de la Convention, sont des questions complexes touchant à l'interprétation de la Convention et nécessitant, pour en décider, un examen du fond de l'affaire . Il s'ensuit que cette partie des requêtes ne saurait être considArée comme manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, par . .2, de la Convention, et doit donc être déclarée recevable, aucun autre motif d'irrecevabilité n'ayant été établi . 2 . Les requérantes se plaignent en outre que les questions d'expropriation et d'indemnisation - et donc en même temps leurs droits civils - n'ont pas été tranchées dans un délai raisonnable . Elles ont déclaré qu'aucun recours recevable devant le tribunaux civils ne s'offrait à elles tant que la municipalité de Stockholm n'a pas décidé de faire usage de ses permis d'exproprier . De leur point de vue toutefois, elles ont droit à ce que leur cause soit entendue équitablement et publiquement dans un délai raisonnable, comme le prescrit l'article 6, par . 1, de la Convention et ce dés le début du processus d'expropriation, c'est-B-dire à partir du moment où les permis d'exproprier ont été • accordés à la municipalité . Le Gouvernement défendeur soutient que l'article 6, par . 1, de la Convention ne saurait être intérprété de manière à exiger de la municipalité qu'elle décide dans un délai raisonnable d'exproprier ou non les requérantes . Il fait valoir en outre que les permis d'exproprier n'affectent pas les droits légaux des requérantes et que les interdictions de construire doivent être tolérées même si elles diminuent la valeur vénale des biens en question . Aussi le Gouvernement estime-t-il que les requérantes n'ont aucune base juridique pour asseoir leur demande d'indemnisation . Le Gouvernement affirme enfin qu'aucun droit civil n'étant en cause en l'espèce, les requérantes n'ont pas droit à faire entendre leur cause au stade actuel de la procédure . La première phrase de l'article 6, par . 1, de la Convention est ainsi libellée «7oute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitable-
ment, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi . » La première question est celle de savoir si le grief concerne un «droit civil», au sens de cette disposition . La notion de adroits et obligations de caractére civil» ne peut être interprétée uniquement par référence au droi t
- 32 -
interne de l'Etat défendeur . La Commission a constamment déclaré, de même que récemment la Cour européenne des Droits de l'Homme Icf . Affaire Kônig, arrêt du 28 juin 1978, par . 88), que la notion de droit civil est une notion autonome, ce qui n'exclut pas, toutefois, que la législation de l'Etat concerné doive être prise en considération . Pour savoir si un droit doit être considéré comme de caractére civil au sens de l'article 6, par . 1, de la Convention, il faut se référer au contenu matériel et aux effets que lui confére le droit interne de l'Etat en cause . Dans l'exercice de ses fonctions de contrôle, la Commission doit également tenir compte de l'objet et du but de la Convention et des systémes de droit interne des autres Etats contractants (cf . l'arrêt susmentionné dans l'affaire Kônig, par . 89) . Le point de savoir si, en l'espéce, un droit civil est ou non en jeu, dépend des prétentions émises par les requérantes soit en raison de l'expropriation éventuelle portant sur leurs biens, soit en raison de toute demande d'indemnisation, par exemple, que les requérantes pourraient présenter pour atteinte éventuelle injustifiée au droit au respect de leurs biens, au sens de l'article 1• 1 du Protocole additionnel . Si l'une ou plusieurs des prétentions élevées par les requérantes constituent une prétention à un droit civil au sens que cette expression reçoit dans la Convention, il découle de l'article 6 que les requérantes ont un droit d'accès aux tribunaux pour qu'il soit décidé de ce droit civil dans un délai raisonnable . La Commission rappelle que le droit d'accés aux tribunaux constitue un élément inhérent au droit énoncé par l'article 6, par . 1, de la Convention Icf . Cour européenne des Droits de l'Homme, arrêt du 7 mai 1974 rendu dans l'affaire Golder, série A, Vol . 18, p . 18, par . 36) . Après examen des informations et des arguments présentés par les parties, la Commission estime toutefois que le point de savoir si les contestations élevées par les requérantes relévent de la Convention, notamment de son article 6, par . 1 et, dans l'affirmative, s'il y a eu ou non violation de la Convention en l'occurrence, sont des questions complexes touchant à l'interprétation de la Convention et dont la réponse appelle un examen du fond de l'affaire .
Il s'ensuit que cette partie des requétes doit étre déclarée recevable . 3 . Les requérantes se sont plaintes enfin, d'étre victimes d'une discrimination contraire 8 l'article 14 de la Convention, non seulement par rapport à ceux des propriétaires qui n'ont pas été expropriés mais également par rapport à ceux qui l'ont été d'une maniére acceptable, tant en droit suédois que selon les termes de la Convention . Le Gouvernement estime qu'il n'y a pas, en l'espéce, apparence de violation de l'article 14 de la Convention, puisqu'une éventuelle distinction faite entre les requérantes et d'autres propriétaires contre lesquels des mesures de ce genre n'ont pas été prises se fonde sur des motifs objectifs et raisonnables .
- 33 -
L'article 14 stipule que « la jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation . » La Commission a déjé reconnu les requétes recevables comme posant un probléme au regard de diverses dispositions matérielles de la Convention . Les allégations des requérantes au regard de l'article 14 de la Convention concernent les mêmes faits et circonstances que les allégations formulées sous l'angle des autres articles . Vu l'interprétation que la Cour européenne des Droits de l'Homme a donné de la compétence que lui confére l'article 45 de la Convention (cf . arrêt De Wilde, Ooms et Versyp du 18 juin 1971, Série A, N° 12, pp . 29-30, par . 49 et 51 ; arrèt Handyside du 7 décembre 1976, Série A, N° 24, p . 20, par . 41), la Commission estime que la question précitée ne saurait être tranchée au stade de la recevabilité des requêtes mais qu'elle appelle un examen au fond .
Par ces motifs, la Commissio n DECLARE RECEVABLES et retient les requêtes, tout moyen de tond étant réservé .
-34-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 05/03/1979

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.