Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ LINDSEY et autres c. ROYAUME-UNI


Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8364/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1979-03-08;8364.78 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : LINDSEY et autres
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATIQN/REQUETE N° 8364/7 8 Kennedy LINDSAY and others v/the UNITED KINGDO M Kennedy LINDSAY et autres c/ROYAUME-UN I DECISION of 8 March 1979 on the admissibility of the application DÉCISIQN du 8 mars 1979 sur la recevabilité de la requêt e
Article 3 of the First Protocof : Can the European Parfiament, in view of the nature of its powe rs, today be considered as a"fegis/ative body" ? (Question not pursued) . The proportional representetion system with "single transferable vote" !s not contrary to Article 3. The application of a particular electoral system to a part of a country-in particular when it tends to protect a minority- does not interfere with the free expression of the opinion of the people .
Article 14 of the Convention, in conjunction with Article 3 of the First Protocof : Application of a particular electoral system to part of a country . Objective and reasonable justification, not disproportionate means .
Article 3 du Protocole edditionnef : En raison de la nature de ses pouvoirs, le Parlement Européen peut-if être considéré aujourd'hui comme un n corps fégisfatif u? IQuestion non résolue) avec « vote unique transférable » n'est pa s .Larepésntio el contraire à l'artic% 3. L'application d'un système électoral particulier à une partie du pays surtout forsqu'i/ tend à la protection d'une minorité - ne porte pas atteinte à la libre expression du peuple. Article 14 de la Convention, combiné avec l'article 3 du Protoco% edditionnef : Application d'un systéme électoral particulier à une partie du pays . Justification objective et raisonnab/e, moyens non dfsproponionnés .
- 247 -
I Français : voir p: 253)
The facts of the case as submitted by the applicants may be summarised as follows : The applicants, Professor Lindsay, MM . Wisely, Beattie, Gregg and Ferson, are respectively leader, chairman, vice-chairman and acting national secretary of the British Ulster Dominion Party with its seat in Newtonabbey, Northern Ireland . From the statements and document submitted by the applicants i t appears that the European Assembly Elections Act 1978 specifies that the elections of the United Kingdom representatives to the European Assembly shall be held and conducted under the simple majority system of voting in England, Scotland and Wales and under the proportional representation system of the single transferable vote (STV) in Northern Ireland . In the applicant's opinion this arrangement is in violation of the Convention and, as there is no remedy within the United Kingdom against an act of Parliament, no question under Article 26 arises . The applicants submit that, firstly, they lodge the application âs Britis h
subjects resident in the . United Kingdom ; secondly, as voters in Norther ; and, thirdly, asofficers of the British Ulster Dominion Party . nIrelad They state that in a free and democratic election a vote must have the same consequence irrespective of the area of the State in which it is cast . For example, the electors of Alsace should not be forced to vote under one system and those in the remainder of France under another . This would be so no matter how eager the Government in Paris might be to ensure a predetermined election resultin Alsace .In their opinion the imposition of a particular form of voting on one area only, namely Northern Ireland, with the calculated and deliberate intention of depriving a section of the inhabitants of representation which they would otherwise, achieve deprives them of rights, status and .dignity as citizens of the United Kingdom and is degrading treatment within the meaning of Article 3 ot the Convention . They further allege that the Europeân Assembly Elections Act1978 discriminates on each of the grounds listed in Article 14 of the Convention, for these are the characteristics which differentiate the British electors in Northern Ireland (a . minority within the United Kingdom) from the ones of the Irish Republican irredentist community . The British (or Loyalist) inhabitants are descended mainly from Scottish and English pioneers who settled the area in the early 17th Céntury . They are Protestants with a small number of Roman Catholics, Jews, Moslems, etc . Their children are taught only English at school and their political aspiration, in the main, has been to perpetuate the position of Northern Ireland as an integral part of the United Kingdom .
The Irish Republican voters, in contrast, are descended partly from 19th and 20th Century immigrants from southern and western areas of what is now the Irish Republic and partly from local Irish, They are almost entirely Roman Catholic . Their children are taught both English and Irish at school and their political aspiration is to have Northern Ireland incorporated into the Irish Republic . They further submit that the Irish Republican irredentist community is the seat of continuing civil unrest which has included terrorist activities such as the incident in Birmingham in 1974 in which 19 people were killed and 182 injured . The motive for the imposition of STV proportional representation on Northern Ireland is to appease or bribe this community into less hostile attitudes to the United Kingdom Government . Rt . Hon . Merlyn Rees is Secretary of State for the Home Department and was responsible for the drafting of the European Assembly Elections Bill 1978 and supervising its passage through Parliament . He pointed out in the House of Commons 125 April 1977) that, in the United Kingdom general elections of February 1974, the Irish Republican community had been able to elect only one out of the twelve members of Parliament for Northern Ireland and explained that STV voting was to be applied in that area because "the chance for the minority community in Northern Ireland to get someone elected to Europe might have an ameliorative effect . Rt . Hon Jeremy Thorpe, spokesman of the Liberal Party on Foreign and Commonwealth Affairs and advocate of the STV system of voting for the whole of the United Kingdom, referred to the same fact in a speech in the Commons 120 April 1977) . "It would be very odd", he said, "if STV were used in Northern Ireland and that the best system was provided only when the gunman intervened first . . " The applicants then point out that Northern Ireland is part of the United Kingdom in the same way as are England, Scotland and Wales . This fact cannot be disputed as it is set out clearly and unequivocally in the Government of Ireland Act 1920 ; Ireland Act 1949 ; Northern Ireland ITemporary Provisions) Act 1972 ; Northern Ireland Constitutional Act 1973 and, in addition, has been spelled out in statements and commitments by the British Government such as the Downing Street Declaration of 1969 . During the various debates in Parliament in connection with the European Assembly Elections Act 1978, not a single suggestion was made by a member of either chamber or in the press that Northern Ireland was other than an integral area of the United Kingdom and had identical standing with all other areas . Rt . Hon . William Whitelaw, spokesman of the Conservative Party on Home Affairs and former Secretary of State for Northern Ireland, emphasised in the House of Commons (7 July 1977) that the area was essentially part of the United Kingdom and hence when taking part in United Kingdom elections should do so on the same basis as the rest of the country . Mr Morrison, a member of the same political party, commented in th e
- 249 -
Commons (25 April 1977) :"there is a series of varying minorities throughout the whole of the United Kingdom . It seems a little odd and inconsistent to recognise the special circumstances of one minority but not of others . " The applicants finally-submit that Article 3 of Protocol No . 1 binds the United Kingdom to hold free elections under conditions which will ensure the free expression of the opinion of the people in the choice of the legislature . The imposition by the European Assembly Elections Act 1978 of a different form of voting on one area only of the United Kingdom in order to make probable a particular outcome in that area is gerrymadering and a violation of this Article s .Complaint The applicants now complain that for the reasons set out above the Government of the United Kingdom by the European Assembly Elections Act 1978 have violated Articles 3 and 14 of the Convention and Article 3 of Protocol No . 1 .
THE LAW 1 . The Commission has first considered the applicants' complaint that the United Kingdom, by enforcing the European Assembly Elections Act 1978 and imposing a particular form of voting in one area only, namely Northern Ireland, violates Article 3 of ProtocolNo . 1 . This Article provides that "the High Contracting Parties undertake to hold free elections at reasonable intervals by secret ballot, under conditions which will ensure -the free expression of the opinion of the people in the choice of the legislature" . The Commission has held that this Article implies a recognition of the principle of universal suffrage and, in this context, individual rights, namely the right to vote and the righi to stand for election to the legislature (cf . Applications Nos . 6745/76 and 6746/76 v . Belgium, Decisions and Reports 2, p . 113, 116) . In the present case, however, the applicants' complaint concerns th e right to vote in the direct elections of the European Parliament of the European Communities as provided in the Act of 20 September 1976 concerning the election of the representatives of the Assembly bydirect universal suffrage (Official Journal of the European Communities, No . L 278 ) . The question therefore arises whether A-rticle 3 of Protocol No . 1 also coversthe right to vote in these elections . :"High Contracting Parties . '.ThewordingfAtcl3 . in the choice o f the legislaturé' shows that the national legislature was meant by the drafters of the Convention when this Article was adopted .
- 250 -
This does not, however, exclude the possibility that developments in the structure of the European Communities require the High Contracting Parties to grant the right protected under Article 3 of Protocol No . 1 in respect of new representative organs partly assuming the powers and functions of national legislatures . Today, the European Parliament has no legislative power in the strict sense except for Article 95, paragraph 3 ECSC-Treaty . It is an advisory organ as to legislation and it has certain budgetary and control powers Icomp . Article 137, 199 seq . EEC-Treaty) . Assuming that Article 3 of Protocol No . 1 is applicable in the present case, the Commission does not find any indication that the elections complained of would not be "free elections" within the meaning of the Article . The right to free elections primarily signifies that the elections must not be influenced by any form of pressure as to the choice of one or more candidates or one party or another Icf . Application No . 7140/75, X . v . the United Kingdom, Decisions and Reports 7, p . 95) . Article 3 of Protocol No . 1 does not impose a particular kind of electoral system . The simple majority system and the proportional representative system are compatible with this Article (cf . Application No . 7140/75, X . v . the United Kingdom, Decisions and Reports 7, p . 95) . The system of the single transferable vote-as to be applied to Northern Ireland-is a system of proportional representation in line with Article 3 of Protocol No . 1 . The applicants allege that the application of a different electoral system in Northern Ireland as compared with the rest of the United Kingdom is in violation of Article 3 of Protocol No . 1 . However, Article 3 of the Protocol only lays down that the conditions of the elections must be so as to ensure the free expression of the opinion of the people . A system of proportionate representation will lead to the minority being represented in situations where people vote generally on ethnic or religious lines and one group is in a clear minority throughout all electoral districts . Where such a situation exists only in a specific region of a country-as it does in Northern Ireland-the Commission cannot find that the application of a system more favourable to the minority in this part of the country is not in line with the condition that the people should be able to express its opinion freely . Rather on the contrary, a system taking into account the specific situation as to majority and minority existing in Northern Ireland must be seen as making it easier for the people to express its opinion freely .
It follows that this part of the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . 2 The applicants have also complained that the application of the proportional representation system would amount to discrimination contrary t o
- 251 -
Article 14 of the Conjunction with-Article 3 of Protocol No . 1 because the majority in Northern Ireland will gain less seats ihan a comparable majority in the rest of the United Kingdom . Article 14 provides tha t "The enjoyment of the rights and freedoms set forth in this Convention shall be secured without discrimination on any groûnd such as sex, race, colour, language, religion, political or other opinion, national or social origin, association with a national minority, property, birth .or other status : " As the Commission has stated above, the United Kingdom has specific reasons for applying a different elecioral system in one part of the country, namely thé protection of the rights of a minority . ' . ' The electoral system complained of is, therefore, based on reasonable and objective criteria which justify the differentiation appGed . .Moreover,- it does not appear that there is no reasonable relationship of proportionality between the means employed and the aim sought tobe realised . Therefore, there is no discrimination under Article 14 asinterpreted b y the European Court of Human Rights (judgment of 23 July 1968 in the "Case relating to certainaspects of the laws on the use of languages in education in Belgium", Series A, p . 34 seq .) . It followsthat this part of the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 121 of the Convention .3 . The applicants have finally complained that the enforcement of the Ac t deprives them of rights, status and dignity as citiiens of the United Kingdom and is degrading treatment within the meaning of Article 3of the Convention . Article 3 of the Convention provides that no one shall be subjected to torture or to inhuman or degrading treatment or punishment . The Commission cannot find thatthe application of a particular electbral system inthis casé could amount to degrading treatment . ' It fol ows that thispart of the application is manifestly il -founde d within the meaning of Article 27 121 of the Convention . n
- 252 -
. .Forthesan,Comis
( TRADUCTION) EN FAI T Les faits de la cause, tels qu'ils ont été exposés par les requérants, peuvent se résumer comme suit : Les requérants, le Professeur Lindsay et MM . Wisely, Beattie, Gregg et Ferson, sont respectivement leader, président, vice-président et secrétaire national par interim du British Ulster Dominion Party, qui a son siége à Newtonabbey, Irlande du Nord . II ressort des déclarations et du document présentés par eux que, aux termes de la loi de 1978 sur les élections à l'Assemblée Européenne, l'élection des représentants du Royaume-Uni à l'Assemblée Éuropéenne aura lieu selon le système de la majorité simple en Angleterre, en Ecosse et au pays de Galles, et sur la base du a systéme de représentation proportionnelle à une seule voix transférable »(STV) en Irlande du Nord . Lesrequérants estiment que ces dispositions portent atteinte à la Convention et que, aucun recours ne pouvant être introduit au Royaume-Uni contre une loi votée par le Parlement, aucune question ne se pose au sujet de l'article 26 ,
Les requérants déclarent saisir la Commission en qualité (1) de sujets britanniques résidant au Royaume-Un ; i(2)d'électursnIa Nod 131 de membres du Bureau du British Ulster Dominion Party . Ils soutiennent que, dans une élection libre et démocratique, une voix d'électeur doit avoir le même effet quelle que soit la région de l'Etat dans laquelle elle a été exprimée . Par exemple, les électeurs d'Alsace ne devraient pas se voir imposer un système de vote différent de celui des autres régions de la France . II devrait en être ainsi, même si le Gouvernement de Paris avait l'ardent désir d'assurer un résultat électoral prédéterminé en Alsace . Aux yeux des requérants, le fait d'imposer un mode de scrutin particulier dans une seule région - l'Irlande du Nord - afin de priver de façon préméditée et délibérée une partie des habitants de la représentation qu'ils obtiendraient autrement, enléve à ces habitants les droits, le statut et la dignité de citoyens du Royaume-Uni et constitue un traitement dégradant au sens de l'article 3 de la Convention . Les requérants soutiennent en outre que la loi de 1978 sur les élections à l'Assemblée européenne introduit une discrimination à propos de chacun des points mentionnés à l'article 14 de la Convention, car ce sont 19 les caractéristiques qui distinguent les électeurs britanniques en Irlande du Nord (minorité au sein du Royaume-Uni) de ceux de la communauté irrédentiste républicaine irlandaise . Les habitants britanniques (ou loyalistes) descenden t
- 253 -
essentiellement de pionniers écossais et anglais qui se sont établis dans la région au début du 17• siécle : Ils sont protestants mais comptent parmi eux un petit nombre de catholiques, de juifs, de musulmans, etc . A l'école° seul l'anglais est enseigné à leurs enfants, et, sur le plan politique, . ils aspirent essentiellement à perpétuer la pôsition de l'IFlande du Nord entanCque partie intégrante du Royaume-Uni . . En revanche, IeséÎécteurs irlandais républicains descendent soit d'immigrants venus aux 19 et 20- siècles du sud et de l'ouest de,l'actuelle République irlandaise, soit de la population irlandaise de souche locale ., Ils sont presque tous catholiques . A l'école, on enseigne à lafois l'anglais et l'irlandais à leurs enfants et, sur le plan politique, ils aspirent 91'intégrationde l'Irlande du Nord dans la République irlandaise . 'Les requérants'déclarent par ailleurs que la corrimunauté irrédentiste est la source d'une agitation permanente au sein de la populatiôn, qui a notamment donné lieu à des activités terroristes telles que l'incident su rvenu en 1974 à Birmingham au coursduquel 19 personnes furent tuées et 182 blessées . La représentation proportionnellea STV » a été imposée .en Irlande , du Nord pour apaiser cette communâûté .et, pour ainsi dire, la soudoyer de maniére qu'elle adopte une attitude moins hostile à l'égard du Gouvernement du Royaume-Uni . M . Merlyn Rees, .Ministre de l'Intérieur, é tait responsable de la rédaction du projet de loi de 1978 sur les é lections à Î'Assemblée européenne et devait en contrôler l'adoption par le Parlement . Il a fait obse rver . à la Chambre des Communes (25 avril 1977) que lors des élections générales bri. tanniqLes de février 1974, ..1a communautérépublicaine irlandaise n'avait pu élire qu'un seul des 12 représentànts parlementaires de l'Irlànde du Nordet~i être-appliqué dans cetteÎadéclrquemosctinaSTV»dev région parce què « lapossibilité de voir la communauté minoritairé en'Irlande du Nord réussir à envoyer un représentant à l'Assemblée européenne pourrait avoir un effet d'apaisement . n Le 20 avril 1977, M . Jeremy Thorpe, porte parole du Pa rt i libéral pour les affaires étrangéres et, le Commonwealth et pa rt isan del'introduction du mode,de scrutin « STV » sur, tout le territoire du Royaume,Uni, a évoqué la même question devant la Chambre desCommunes en ces termes : « Il serait bien é trange de voir le mode de scrutin_aSTV » . . utilisé en Irlande du Nordet~de ne voir retenu .le meilleur systéme qu'aprés` l'inte rv ention des tireurs . . . » . Les .requérants font .obse rver ensuite que l'Irlande du Nord fait pa rt ie d u Royaume-Uni au même titreque l'Angleterre, l'Ecosse et le pays de Galles . Ce fait ne peut être contesté car il ressort clairement etsans é quivoque de la - . loi de 1920 .sur le Gouvernement dé l'Irlande, de la loi de 1949 sur l'Irlande, dela loi de 1972 sur les dispositions temporaires relatives à l'Irlande du Nord et de la loi constitutionnelle de 1973 sur l'Irlande du Nord ; en outre, il a ét é
-'254 -
claiFement exposé dans des déclarations et engagements du Gouvernement britannique tels que la Déclaration de Downing Street de 1969 . Au cours des divers débats que le Parlement a consacrés à la loi de 1978sur les élections à l'Assemblée Européenne, il n'a pas été avancé une seule fois dans aucune des deux Chambres ni dans aucun journal que l'Irlande du Nord . ne serait pas partie intégrante du Royaume-Uni et n'aurait pas la méme statut que les diverses autres régions . M . William Whitelaw, porte-parole du Parti conservateur pour les affaires intérieures et ancien Ministre chargé de l'Irlandedû Nord, a souligné le 7 juillet 1977 devant la Chambre des Communes que la région faisait partie intégrante du Royaume-Uni et, partant, devait participer aux élections britanniques dans les mêmes conditions que le reste du pays . M . Morrison, membre du même parti politique, a déclaré le 25 avril 1977 devant Ia-Chambre des Communes : « II existe un certain nombre de minorités d'importance variable sur tout le territoire du Royaume-Uni . Il semble un peu étrangeet:illogique de reconnaître les particularités d'une d'entre elles mais non celles~dés .autres . » Les requérants soutiennent finalement que l'article 3 du Protocole additionnel impose au Royaume-Uni l'obligation d'organiser des élections libres dans des conditions qui assurent la libre expression de l'opinion du peuple sur le~choix du corps législatif . Le fait que la loi de 1978 sur les élections à l'Assemblée Européenne impose un mode de scrutin différent à une seule région du Royaume-Uni pour rendre probable une certaine issue dans cette régiom revient à manipuler les élections et constitue une violation de cet article .
Griefs Les requérants font valoir que, pour les raisons exposées ci-dessus, le Gouvernement du Royaume-Uni a, du fait de la loi de 1978 sur les élections à l'Assemblée européenne, violé les articles 3 et 14 de la Convention et l'article 3 dw Protocole additionnel - DROI T
1: La Commission a examiné d'abord le grief des requérants selon lequel le• Royaume-Uni, en faisant appliquer la loi de 1978 sur les élections à l'Assemblée Européenne et en imposant un mode de scrutin particulier à une seule région, l'Irlande du Nord, a violé l'article 3 du Protocole additionnel . Cet article stipule que « les Hautes Parties Contractantes s'ehgagent à organiser, à des intervalles raisonnables, des élections libres au scrutin secret, dans les conditions qui assurent la libre expression de l'opinion du peup!e sur le choix du corps législatif n .
- 255 -
La Commission a admis qûe .cet article implique la reconnaissance du , principe du suffrage universel et,'Bcesujet, des droits individûels :suivants : présenler auxélections législatives ( cf . Re ='ledroitv des quétes Nos 6745/76 . et 6746/76' c/Bèlgiqde,'Décisions . et Rapports 2, . pp . 113, 116 ) . Cependant, le grief des requérants a trait au droitde vote Jors des élections directes au Parlement .des Communàutés Européennés, tel~qu'il es 0 septembre 1976 concernant I :élection des .représen-rtpévudansl'Ace2 tarits de l'Assembléé .aû suffragé universel direct ( Journal Officiel des Communautés Européennes,N° L 278) . La question se posedonc de-savoir s Protocole additionnel .vise également le droit de vote à l'occasio nil'artce3du
de ces é lections . Le libéllé del'articlé 3la Les Hautes Partiés Contractantes ` : .surle choix du corps législatif nl-rnontre que les rédacteurs de la _Convèntion pensaient aû corps législàtif nàtional loisqûe cet afticle a :étéâdopté . ' e-Cepndat,cfi'xlupsqeévotindCEriro = muaüés péénnes puisse contrâindre les Hautes Parties Contractantes à- reconnaitre le droit garantipar ledit~article . à J'égard de 'nouveaux organes représentatifs assumanten partie les pouvoirs et fonctions des corps législatifs nationëux . A l'heure actûéÎle,-le Parlement Européen n'exerce pas le pouvolr législatif au sèns strict,'exception fàite des dispositions de l'article 95,paragraphé 3, du Traité de'la CECA Ilcoristitue ûn organe çonsultatif en matiére IégisÎativé ét exerce certains pouvoirs budgétaires'etde contrôlé (cf . Articles 137, 199et suivants du Traité instituant la CEE) . ' Méme à supposer que l'article 3 du Protocole additionnel soitapplicable, en l'occurrence, IaCommission ne reléve rien qui indique que les élection quifontl'bjedTésraintpde é lectionslibres n,'au sen ss dudit article .Le droit à des'élections libres signifie essentiellemént qû'aucune • contrainte nedoit•étre exércéequant au choix des candidatsoudes pàrti . RequSteN° 7140/75, X . c . Royaume-Uni, Décisionset Rapports 7, p . 95 )s(cf . L'article 3 du Protocole additionnel n'impose'aucun mode é lectora . . Le systéme majoritaire simple comme celui de la représentatio nlparticue proportionnelle répondent aux disposition s de, cet article . ( cf . Requète N° .7140/75,X . c . Royaume-Uni, Décisions et Rapporis 7,p .95) . le,système du vote unique transférable -', tel qu'il .doit @tre appliqué'en Irlande du Nor d - réposé sur la ieprésentation proportionnelle, qui réspecte les disposition s de l'article 3.du Protocole additionnel . . . . ' Les requérànts soutiennent qùe le fait dé recourir en Irlande du Nord é lectoral différent de .celui qui esYutilisé dans le reste duRoyaume àûnmode Uni porte atteinteà l'article 3 du Protocole additionnel Or, l'articlé-3 d u
Protocole stipule seulement que les élections doivent avoir lieu dans des conditions qui assurent la libre expression de l'opinion du peuple . Un systéme fondé sur la représentation proportionnelle aboutira à la représentation de la minorité là où les électeurs se prononcent généralement en fonction de considérations ethniques ou confessionnelles et où un groupe est clairement minoritaire dans toutes les circonscriptions électorales . Lorsqu'une telle situation n'existe que dans une certaine région d'un pays - comme en Irlande du Nord -, la Commission ne saurait conclure que l'utilisation d'un système plus favorable à la minorité dans cette partie du pays n'est pas conforme à la clause selon laquelle la libre expression du peuple doit é«e assurée . Au contraire : un systéme tenant compte de la situation particuliére qui existe en Irlande du Nord du point de vue de la majorité et de la minorité doit être considéré comme facilitant la libre expression de l'opinion du peuple . Il s'ensuit que cette partie de la requéte est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention . 2 . Les requérants ont fait valoir en outre que le recours au systéme de représentation proportionnelle reviendrait à introduire une discrimination incompatible avec l'article 14 de la Convention, combiné avec l'article 3 du Protocole additionnel, étant donné que la majorité en Irlande du Nord remportera moins de sièges qu'une majorité comparable dans les autres parties du Royaume-Uni . L'article 14 stipule que :
« la jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit @ire assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation » . Comme la Commission l'a indiqué ci-dessus, c'est pour une raison précise - la protection des droits d'une minorité - que le Royaume-Uni a recours à un système électoral différent dans une partie du pays . Le systéme électoral visé par la requête est donc fondA sur des critères raisonnables et objectifs qui justifient la différence faite en l'occurrence . En outre, il ne semble pas qu'il y ait disproportion entre les moyens employés et les objectifs fixés . II n'y a donc pas de discrimination, au sens de l'article 14, tel que l'interprète la Cour européenne des Droits de l'Homme (arrêt du 23 juillet 1968 dans l'Affaire relative à certains aspects du régime linguistique de l'enseignement en Belgique, Série A, p . 34 et suivantes) .
- 257 -
Il s'ensuit que cette partie de la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention . 3 . Les requérants se plaignent enfin que l'applicatiôn de la loi pôrte atteinte à leurs droits, à leur statut et à leur dignité de citoyens du RoyaumeUni et constitue un traitement dégradant au sens de l'article 3 de la Convention . L'article 3 de la Convention stipule que nul ne peut étre soumis 9la torture ni à des peines outraitements inhumains ou dégradants . La Commission ne saurait conclure que l'application d'un systéme électoral particulier peut, en l'occurrence, constituer un traitement dégradant . Il s'ensuit que cette partie dela requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article'27, paragraphe 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commission DÉCLARE LA REt7UÉTE IRRECEVABLE .
- 258 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 08/03/1979

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.