Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ SINGH ET UPPAL c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8244/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1979-05-02;8244.78 ?

Analyses :

(Art. 10-1) LIBERTE D'EXPRESSION, (Art. 10-2) INGERENCE, (Art. 10-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 10-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI


Parties :

Demandeurs : SINGH ET UPPAL
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8244/78 Harbhajan Singh UPPA L Gurmeet Kaur UPPAL I v/the UNITED KINGDOM Parminder SINGH 1 . . Jaitinder SING I c/ROYAUME-UN I HAjitSING H Chanan SING DECISION of 2 May 1979 on the admissibility of the application DÉCISION du 2 mai 1979 sur la recevabilité de la requèt e
Article 6, paragraph 1 of the Convention : Proceedings concerning a request for a residence permit or those concerning deportation of an alien do not indue a determination of a civil right . Article 8 of the Convention : A family of indian origin comprising three generations living together in the United Kingdom . Threat to deport the parents, the grand parents and the children being allowed to settle in the United Kingdom . Complaint declared admissible . Article 13 of the Convention : The possibility for an alien, who is subject to a deportation order from the United Kingdom, to appeal first to a competent authority IAdjudicatorl and then to the Immigration Appeal Tribunal meets the requirements of Article 13 in so far as it is alleged that deportation would consiture a violation of the right to respect for family life (Artcile 81 . Article 14 of the Convention, in conjunction with A rticle 8 of the Convention : Amnesty for illegal immigrants but not for legal immigrants who have overstayed. Complaint declared admissible .
Article 6, paragraphe 1, de fa Convention : La procédure d'octroi d'une autorisation de séjour ou d'expulsion d'un étranger n'implique pas décision d'une contestation portant sur des droits et obligations de cractére civil .
- 149-
Article 8 de /a Convention : Famille d'origine indienne comprenant trois généations vivant ensemble au Royaume-Uni. Menace d'expulsion des parents, les grands parents et les enfants ayant, quant à eux, le droit d'étabfissement au Royaume-Uni. Grief déclaré recevable. Article 13 de la Convention : La possibilité pour un étranger sous le coup d'une mesure d'expulsion du Royaume-Uni de recourir au fonctionnaire compétent (Adjudicator) puis au tribunaf de recours en matière d'immigration Ilmmigration AppeafTribunafl répond aux exigences de l'article 13, dans la mesure où il est allégué que l'expulsion violerait le droit au respect de la vie familiale (art . 8) . Article 14 de la Convention, combiné avec l'article 8 de la Convention : Amnistie au bénéfice des étrangers ayant immigré iffégafement, mais non des étrangers qui, entrés régufièrement, sont demeurés dans le pays au-delà de l'échéance de leur autorisation de séjour . Grief décfaré recevable .
THE FACTS
(franCais : voir p . 158)
According to the submission of the applicants, made on their behalf by Messrs Arnold Gilbert and Karsberg, Solicitors, London, their backgrounds are as follows Mr Harbahajan Singh Uppal, usually known as Harbhajan Singh, is an Indian citizen, born in 1947 and is a motor car assembler by profession .
Mrs Gurmeet Kaur Uppal, also known as Surinder Kaur, is an Indian citizen, born in 1950 and a housewife by occupation . ' They married in 1959 in accordance with the Sikh religion but began their married life together in 1964 . Their first child, a boy, was born in 1965, but died in 1973 from severe burns after an accident . This child's death apparently still troubles Mrs Uppal to the extent that she requires medical care . Recently she has been admitted to a mental hospital for periods of observation . A second boy was born in 1968 but lived only a few weeks . A gril was born in 1969 and now lives with Mrs Uppal's parents . Mr Ajit Singh, a british subject and Indian citizen, was born in 1903 . He is Mr Harbhajan Sing Uppal's father . He was unconditionally allowed to enter the United Kingdom in 1966, has remained there ever since and is entitled to continue to live there . ' Mr and Mrs Uppal have had two children, Parminder Singh and Jaitinder Singh,born in the Unhed Kingdom in 1975 and 1977 respectively The oresent application has also been introduced on their behalf .
- 150-
Mrs Chanan Kaur Singh, a British subject and Indian citizen, was born in 1909, lawfully joined her husband in the United Kingdom in 1970 and is also entitled to continue to live there . Mr and Mrs Singh had 5 children : 2 boys and 3 girls . The eldest boy was murdered in India (date uncertain, but about 1960) and the three daughters are all lawfully settled in the United Kingdom . The application arises out of the Home Secretary's decision of 5 December 1977 to issue two deportation orders against Mr and Mrs Uppal, in accordance with the Immigration Act 1971 . Mr Uppal arrived in the United Kingdom on 4 December 1968 and sought admission to visit his sister and brother-in-law for a 2-3 month holiday . He produced a return ticket to India . He stated that he had three sisters in the United Kingdom and that his wife, Surinder Kaur and one child were in India . He was permitted to enter for a 5-week holiday, employment being prohibited . He did not ask for an extension of that perio d Mr Uppal wished to remain in the United Kingdom to be with his family and hoped that his wife and daughter could join him there . He left his sister's home and went to live at a permanent address in Strood, Kent, where he was employed with British Gypsum (March 1969- September 1971) . He has been a contributor to the National Insurance Scheme for employees since December 1968 . Police enquiries failed to trace the applicant . On 19 May 1969 the Home Office wrote to the applicant's brother-in-law asking if the applicant had left . The applicant's sister replied that he had left for Brussels on 3 January 1969 . It was assumed that he had . In 1970 Mr Uppal applied to the Indian High Commission in London for a new passport . The High Commission wrote to the Home Office about the applicant in this connection, referring to an address in the Midlands for the applicant . Local police were told by the occupier of that address that he knew no one of the applicant's name . Further inquiries by the police revealed nothing . In early 1971 the occupier of the 'said address repeated that he did not know of the applicant . In June 1971 Mrs Uppal, using her name Surinder Kaur, applied to the United Commission in India for entry certificates for herself and her 2 children to join her husband . Enquiries at the Kent address she had given concluded that Mr Uppal had moved and no trace of him was found . The Home Office received information in October 1971 that the applicant was at a Derby address, but local police inquiries reported that the house was occupied by Mr Uppal's brother-in-law who did not know of the applicant's whereabouts .
- 151 -
The applicant states that he moved from Kent to East London in September 1971 where he worked for a Walthamstow company until the end of that year . In March .1972 he began assembly work with Ford at Dagenham, where he was employed until Spring 1978 . In early 1972 the Home Office asked their High Commission in India to interview Mrs Uppal . In May 1972 Mrs Uppal informed the High Commission that she had had no communication from her husband . She withdrew her entry application in November 1973 . The Home Office concluded that the applicant had unlawfully overstayed his leave to remain in the country and on 13 August 1973 served a notice of intended deportation on him at his last known address (presumably the Kent address) in accordance with Section 3 151(a) of the Immigration Act 1971 . The notice was returned by the Post Office marked "Gone Away" . Mr Uppal had no actual knowledge of the notice . Upset at the death of her son, Mrs Uppal, using her name Gurmeet Kaur, came to the United Kingdom on 25 July 1974 to join her husband . She said that she wished to marry Harbhajan Singh and was given a three month entry permit . The authorities were not able to make a link with Mr Uppal's full name Harbhajan Singh Uppal . Concerned that their Sikh marriage would not be recognised, the Uppals married in the English fdrm on 16 August 1974 . Mrs Uppal did not apply for the lifting of the three month period limitation after its expir y In early 1975 the Uppals bought a house in East London where they have lived ever since with Mr Uppal's parents, Mr and Mrs Singh, whom they help to support . In April 1975 Parminder Singh Uppal was born to Mr and Mrs Uppal and in June 1977 Jaitinder Singh Uppal was born . Aware of amnesties given by the Home Secretary to illigal immigrants who entered the country prior to the coming into force of the Immigration Act 1971 (i .e . 1 January 19731, the applicants, on consulting the Asian Immigration Advisory Service in August 1976, applied, through the Service, for permission to settle permanently in the United Kingdom . The amnesties, however, didnot, in principle, apply to overstayers and, in view of the steps already taken to deport Mr Uppal and after considering the applicants' circumstances, the Home Secretary decided to maintain his intention to deport . Mr Uppal was informed of his rights of appeal out of time against the notice of intention to deport of August 1973 . Mrs Uppal, not having a husband settled in the country, had no right to remain, had had no right to overstay and her application was also refused, notice of intention to deport being served on her on 23 December 1976 .
- 152-
Mr Uppal's application for leave to appeal out of time was refused on 14 February 1977 by the Adjudicator, who held that the notice of intention to deport was properly served on the applicant, personal service being impeded by the applicant's evasive action . The Immigration Appeal Tribunal upheld this decision on 10 March 1977 . Mrs Uppal's application was dismissed by the Adjudicator on 20 May 1977, further leave to appeal being refused by the Immigration Appeal Tribunal on 12 August 1977 . Various correspondence then ensued between the Home Secretary and the Uppals, in an attempt to change the former's decision, to protect the children's interest and, subsequently, to defer the decision to allow the Uppals sufficient time voluntarily to leave the country . After careful consideration of the applicants' circumstances, the Home Secretary made deportation orders against the Uppals on 5 December 1977 . The orders were served on 26 January 1978 . They were not arrested, but given 14 days to finalise their affairs . Representations were made by the Asian Immigrants Advisory Service and the applicants' Member of Parliament for the suspension of the deportation orders to allow the Uppals extra time to wind up their affairs . The Home Secretary maintained his decision, emphasising that the patrial rights of the children, Parminder and Jaitinder, by virtue of their birth in the United Kingdom, did not confer rights on the parents who had evaded the authorities and lengthily overstayed their leave of entry . Should the children accompany the parents back to India the Government undertook to pay their fares . Since this time the police have visited the Uppals' address on 18 April 1978 and 2 June 1978 with the intention of deporting them, but an elderly lady at that address informed them that she had never heard of the Uppals . In fact, on March 1978 the Uppals moved from their home to stay in rooms to avoid deportation in the hope of being allowed to stay in the country . After a few weeks they returned to their house as Mrs Uppal had become pregnant and it was thought she would not be deported in that condition . Mr Uppal, however, still did not sleep there, to avoid deportation . As a result of recent unsuccessful domestic proceedings concerning the lawfulness of the Home Secretary's decision pending the determination of the present applications by the Commission, the Uppals are co-operating with the authorities . Mr Uppal now lives at home, his employer's address is known to the authorities and he reports every day to the police station in pursuance of a restriction order dated 3 October 1978 .
- 1 53 -
As mentioned above, Mrs Uppal has now been admitted to a mental hospital for observation and the Home Secretary has apparently intimated that their deportation will not be effected whilst she is in hospital .
COMPLAINTS The applicants complain that the decision of 5 December 1977 to deport Mr and Mrs Uppal and the pending execution of that decision constitute a violation of their right to respect for family life secured by Article 8 of the Convention, a violation aggravated by being discriminatory contrary to Article 14, not only as regards race but also as regards birth and the artificial distinction in the status of illegal immigrant or overstayer . The Uppals also complain that the immigration procedures constitute a denial of their right under Article 6 .1 to have their civil rights determined at a fair hearing by an impartial tribunal and a failure by the State to provide an effective remedy for their complaints, in accordance with Article 13 .
THE LAW 1 . The applicants have first complained that the threatened deportation of Mr and Mrs Uppal, pursuant to deportation orders made against them on 5 December 1977, constitutes a violation of their right to respect for family life ensured by Article 8 of the Convention which provides tha t "1 . Everyone has the right to respect for his private and family life, his home and his correspondence . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessary in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of the country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . "
They have complained that this alleged violation is aggravated, being adversely discriminatory on the grounds of race, birth and the Uppals' status as overstayers as distinguished from illegal immigrants . In this respect they invoke Article 14 of the Convention which provides that : "The enjoyment of the rights and freedoms set forth in this Convention shall be secured without discrimination on any ground such as sex, race, colour, language, religion, political or other opinion, national or social origin, association with a national minority, property, birth or other status ."
- 154-
The Government submitted that the decision to deport Mr and Mrs Uppal does not constitute an interference with the Uppal/Singh family's right to respect for family life, there being no right for aliens to remain in a particular member State guaranteed by the Convention, the nationality rights of the children not conferring rights on their parents, the fact that Mr Uppal has remained unlawfully in the United Kingdom not creating a "prescriptive" right to stay and the fact that no legal barriers exist preventing the Uppal/ Singh ramily continuing its family life in India . They submitted that no violation of Article 14 has occurred, all aliens being treated in the same way and the distinction between overstayers and illegal immigrants under the amnesties granted only to the latter under the Immigration Act 1971 having an objective and reasonable justification . The Commission notes that allegations of an unjustified interference with their right to respect for family life, contrary to Article 8 of the Convention, have been made by three generations of the Singh/Uppal family : the grandparents, the parents and the children . This implies that family life has been invoked on three family levels involving three family relationships . As regards the children it is not in dispute between the parties that, having been born in the United Kingdom, they have a right under United Kingdom law to remain as citizens of that country . If their parents were to be deported this would clearly result in a separation of the family unless the children were to accompany them . As regards the parents it is clear that, being aliens, they have no right as such under United Kingdom law or under the Convention to remain in the United Kingdom . However, deporting them would result in a separation from their parents, and also their children if it were decided that they should stay behind . The Commission has held in certain exceptional cases that such exclusion of a close family member may raise an issue under Article 8 of the Convention All applicants submit that their situation is different from that considered by the Commission in earlier cases because they are a large and close family unit, including three adult married sisters, whose family life centres in the United Kingdom and has for many years been already well established there . The same argument is made by the grandparents who, like the children, have a right of abode in the United Kingdom and are exempt from deportation . The grandparents also allege in this context that they are partly dependent financially on their son and wholly dependent on him in all other ways . In their case the further question arises to what extent they would be responsible under the law of the United Kingdom for the well-being of the children if the children were to remain in the United Kingdom following the deportation of their parents .
- 155 -
The Commission also observes from the parties' submissions that the applicant parents would not be deported if Mr Uppal had illegally entered the territory of the United Kingdom in 1968 as, in that case, he would fall under the amnesties for illegal immigrants announced in Parliament on 11 April 1974 and 29 November 1977 . Mrs Uppal would also therefore under the relevant legislation be allowed to remain in the United Kingdom with her husband . To that extent it is alleged that, in the enjoyment of their right to respect for family life, these applicants, who on the face of it entered legally and overstayed, have been treated differently from those immigrants who have entered the United Kingdom illegally and that this difference in treatment is without justificatio n The Commission notes, on the other hand, that the applicant parents have been resident in the United Kingdom in clear violation of the immigration laws for many years, which has been possible by reason of the fact that the competent authorities have a liberal policy of not obliging aliens to register with them and of not closely surveying them . The Commission considers that the issues arising in the present case under Article 8 of the Convention and under Article 14 read in conjunction with Article 8 in relation to all applicants are so complex in regard to the facts and the law that their determination should depend on an examination of the merits of the case . In particular, this part of the application cannot be regarded as manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 .2 of the Convention, and no other ground for declaring it inadmissible has been established . 2 . The applicants also complained that the immigration/deportation procedure involved in the case constituted a denial of their right under Article 6 .1 of the Convention which ensures "in the determination of his civil rights and obligations . . . a fair and public hearing within a reasonable time by an independent and impartial tribunal established by law" . Finally, they have complained of a violation of Article 13 of the Convention which provides that : "Everyone whose rights and freedoms as set forth in this Convention are violated shall have an effective remedy before a national authority notwithstanding that the violation has been committed by persons acting in an official capacity . " The Government have submitted that deportation, being a public law matter not determining civil rights and obligations, did not attract the guarantees of Article 6 .1 and that as no violation of the Convention was disclosed by the application no violation of Article 13 was disclosed either . They conclude that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 .2 of the Convention .
- 1 56 -
The Commission has considered, in the context of previous cases brought before it, the question of the applicability of Article 6 .1 of the Convention to deportation matters . The Commission has held in these cases that a decision as to whether an alien should be allowed to stay in a country is a descretionary act by a public authority . Consequently, the decisions to expel the applicant parents in the present case were of an administrative order and they were made in the exercise of the discretionary powers of the immigration authorities . They did not therefore involve as such the determination of civil rights within the meaning of Article 6 .1 of the Convention and, even assuming that the respective rights of grandparents, parents and children to maintain alite in common is a civil right within the meaning of that provision, the decision of the United Kingdom immigration authorities to expel the applicant parents does not determine such a right . It follows that Article 6 .1 of the Convention is not applicable in the present cas e As regards the applicants' complaint under Article 13 of the Convention the Commission finds that the possible appeals to the Adjudicator and Immigration Appeal Tribunal, who are empowered under the Immigration Act 1971 to review and reverse the Home Secretary's decision, constitute effective remedies should the subject of a deportation order claim that the Home Secretary has failed fully to consider his family situation . The fact that, in the present case, the appeals made to the Adjudicator and Immigration Appeal Tribunal were unsuccessful cannot amount to a breach of Article 13 of the Convention . It follows that these parts of the application are manifestly ill-founded in accordance with Article 27 .2 of the Convention .
For these reasons, the Commissio n 1 . DECLARES INADMISSIBLE the application insofar as it relates to the alleged failure by the United Kingdom to respect the applicants' right to a fair hearing under Article 6 .1 of the Convention and to provide for an effective remedy in accordande with Article 13 of the Convention . 2 DECLARES ADMISSIBLE the remainder of the application, without in any way prejudging its merits .
- 157 -
(TRADUCTION ) EN FAI T Conformément à l'exposé des requérants, représentés par MM . Arnold, Gilbert et Karsberg, solicitors à Londres, leur situation est la suivante : M . Harbhajan Singh Uppal, plus connu sous le nom de Harbhajan Singh, est un citoyen indien né en 1947 ; il exerce la profession de monteur d'automobiles . Mme Gurmeet Kaur Uppal, connue également sous le nom de Surinde r Kaur, est une citoyenne indienne née en 1950 ; elle est maitresse de maison' . Leur mariage a été célébré en 1959 selon la religion Sikh, mais leur vie commune a commencé en 1964 . Leur premier enfant, un garçon, est né en 1965 mais a succombé en 1974 à de graves brûlures à la suite d'un accident . Il semble que le décés de cet enfant affecte encore Mme Uppal au point qu'elle a besoin de soins médicaux . Elle a été récemment admise dans un hôpital psychiatrique pour des périodes d'observation . Un second garçon est né en 1968 mais n'a vécu que quelques semaines . Une fille est née en 1969 et habite actuellement avec les parents de Mme Uppal . M . Ajit Singh, ressortissant du Royaume-Uni et de l'Inde, est né en 1903 . II est le père de M . Harbhajan Singh Uppal . Il a reçu une autorisation d'entrée définitive au Royaume-Uni en 1966, y est resté depuis lors et a le droit d'y demeurer . Mme Chanan Kaur Singh, ressortissante du Royaume-Uni et de l'Inde, est née en 1909 a rejoint légalement son mari au Royaume-Uni en 1970 et a, elle aussi, le droit d'y demeurer . M . et Mme Singh ont eu 5 enfants : 2 garçons et 3 filles . L'ainé des garçons a été assassiné en Inde (date incertaine, mais vers 19601 et les 3 filles sont toutes établies légalement au Royaume-Uni .
La requête a pour objet la décision prise le 5 décembre 1977 par le Ministére de l'Intérieur (Home Secretary) de décerner deux ordonnances d'expulsion à l'encontre de M . et de Mme Uppal, conformément à la Loi de 1971 sur l'immigration (Immigration Act 1971) . M . Uppal est arrivé au Royaume-Uni le 4 décembre 1968 et a demandé une autorisation d'entrée pour un sAjour de vacances de 2 à 3 mois afin de rendre visite à sa saur et à son beau-frére . II a présenté un billet de retour en Inde . Il a déclaré qu'il avait 3 so :urs au Royaume-Uni et que sa femme, Surinder Kaur, et un enfant, se trouvaient en Inde . Il a été autorisé à entrer au Royaume-Uni pour un séjour de vacances de 5 semaines, avec interdiction d'emploi . II n'a pas demandé de prolongation de cette période . ' M . et Mme Uppal ont deux enlants, Panninder Singh et Jairmder Singh, nés au Royaume-Uni, en 1975 et 1977, respecivement . La présente reouéte a éga iement été introduite en leur nom -1 58
-
M . Uppal souhaitait demeurer au Royaume-Uni pour y retrouver sa famille et espérait que sa femme et sa fille pourraient l'y rejoindre . Il a quitté le domicile de sa sceur pour prendre un domicile à Strood, Kent, où il a trouvé un emploi à la British Gypsum (mars 1969 - septembre 1971) . II est affilié à la Caisse Nationale d'assurance des employés (National Insurance Scheme) depuis décembre 1968 . Les enquêtes de la police n'ont pas permis de retrouver la trace du requérant . Le 19 mai 1969, le Ministre de l'Intérieur a écrit au beau-frére du requérant pour lui demander si ce dernier avait quitté le Royaume-Uni . La sceur du requérant a répondu qu'il était pani pour Bruxelles le 3 janvier 1969 . Cette réponse a été tenue pour vraie . En 1970, M . Uppal s'est adressé à la Commission indienne (Indian High Commission) à Londres pour obtenir un nouveau passeport . Cette commission a écrit à ce propos au Ministére de l'Intérieur pour obtenir des renseignements sur le requérant, en mentionnant une adresse de ce dernier dans les Midlands . La personne habitant à cette adresse a déclaré à la police locale qu'elle ne connaissait personne du nom du requérant . Une nouvelle enquPte de la police ne conduisit à aucun résultat . Au début de 1971, la personne habitant à l'adresse indiquée a confirmé qu'elle ne connaissait pas le requérant . En juin 1971, Mme Uppal, utilisant le nom de Surinder Kaur, s'est adressAe à la Commission du Royaume-Uni en Inde (United Kingdom High Commission) pour obtenir un permis d'entrée pour elle-même et ses deux enfants afin de rejoindre son mari . Les renseignements obtenus à l'adresse qu'elle avait indiquée dans le Kent ont permis de conclure que M . Uppal avait déménagé et la trace de ce dernier n'a pu étre retrouvée . Le Ministére de l'Intérieur a été informé en octobre 1971 que le requérant habitait à Derby, mais l'enqu@te effectuée par la police locale a établi que la maison était occupée par le beau-frére de M . Uppal, qui ignorait l'adresse du requérant . Le requérant déclare qu'il a quitté le Kent pour East London en septembre 1971, où il a travaillé pour une société de Walthamstow jusqu'é la fin de cette année-lé . En mars 1972, il a commencé à travailler comme monteur chez Ford à Dagenham, où il a été employé jusqu'au printemps de 1978 . Au début de 1972, le Ministère a demandé à la Commission du Royaume-Uni en Inde d'interroger Mme Uppal . En mai 1972, Mme Uppal a informé cette commission qu'elle n'avait reçu aucune nouvelle de son mari . Elle a retiré sa demande de permis d'entrée en novembre 1973 . Le Ministére en a conclu que le requérant avait prolongé illégalement la durée de son séjour dans le pays et lui a envoyé, le 13 ao0t 1973, un avis de menace d'expulsion à sa derniére adresse connue Ic'est-A-dire celle du Kent), conformément à l'article 3, paragraphe 5 (a) de la Loi de 1971 sur l'immi-
- 159-
gration . L'avis a été retourné par la poste avec la mention « n'habite plus à cette adresse n . M . Uppal n'a pas eu connaissance de cet avis . Bouleversée par le décés de son fils, Mme Uppal, utilisant le nom de Gurmeet Kaur, vint rejoindre son mari au Royaume-Uni le 25 juillet 1974 . Elle a déclaré qu'elle désirait épouser Harbhajan Singh et a obtenu un permis d'entrée valable 3 mois . Les autorités n'établirent pas une relation avec le nom complet de M . Uppal, Harbhajan Singh Uppal . Craignant que leur mariage Sikh ne soit pas reconnu, les Uppal se sont mariés conformément à la loi anglaise le 16 ao0t 1974 . Mme Uppal n'a pas demandé que la limitation du permis de séjour à trois mois soit levée aprés l'expiration de celui-ci . Au début de 1975, les Uppal ont acheté une maison dans East London ils y habitent depuis avec les parents de M . Uppal, M . et Mme Singh, et contribuent à leur entretien . M . et Mme Uppal ont eu deux enfants : Parminder Singh Uppal en avril 1975 et Jaitinder Singh Uppal en juin 1977 . Informés de l'amnistie accordée par le Ministére de l'Intérieur aux immigrants entrés illégalement dans le pays avant l'entrée en vigueur de la Loi de 1971 sur l'immigration 11• 1 janvier 1973), les requérants, après avoir consulté le Service de conseils aux immigrés d'Asie (Asian Immigration Advisory Servicel en ao0t 1976, ont demandé par l'intermédiaire de ce service l'autorisation de s'établir définitivement au Royaume-Uni . Toutefois, l'amnistie ne s'appliquait pas, en principe, aux immigrants ayant dépassé la durée de séjour autorisie et, étant donné les mesures déjà prises pour l'expulsion de M . Uppal et aprés examen de la situation des requérants, le MinistAre a décidé de maintenir sa décision de menace d'expulsion . M . Uppal a été informé qu'il avait le droit de recourir hors délais contre la menace d'expulsion d'août 1973 . Son mari n'étant pas établi dans le pays, Mme Uppal n'avait ni le droit de rester ni de prolonger son séjour ; sa demande fut elle aussi refusée et une menace d'expulsion lui fut notifiée le 23 décembre 1976 . Le recours hors délais de M . Uppal a été rejeté le 14 février 1977 par le fonctionnaire compétent ladjudicatorl, qui a estimé que la menace d'expulsion avait été notifiée selon les régles au requérant, la notification à personne ayant été emp@chée par le fait que le requérant s'était tenu dissimulé . Le Tribunal de recours en matière d'immigration (Immigration Appeal Tribunal) a confirmé cette décision le 10 mars 1977 .
La demande de Mme Uppal a été rejetée par le fonctionnaire compétent le 20 mai 1977 et une nouvelle autorisation de recours a été refusée par le Tribunal de recours en matière d'immigration le 12 ao0t 1977 . Une correspondance a ensuite été échangée entre les Uppal et le Ministère de l'Intérieur afin d'essayer de modifier la décision de ce dernier, de protéger les intéréts des enfants et ultérieurement de différer la décision pour laisser aux Uppal le temps de quitter volontairement le pays .
- 160 -
Aprés un examen attentif de la situation des requérants, le Ministére ordonna l'expulsion des Uppal le 5 décembre 1977 . Ces ordonnances furent notifiées le 26 janvier 1978 . Les Uppal ne furent pas arrétés mais un délai de 14 jours leur fut accordé pour régler leurs affaires . Des démarches ont été faites par le Service de conseils aux immigrés d'Asie et par le député des requérants pour la suspension des ordonnances d'expulsion afin que les Uppal bénéficient d'un délai supplémentaire pour régler définitivement leurs affaires . Le Ministére maintint sa décision, en soulignant que les droits de citoyenneté britannique acquis par les enfants Parminder et Jaitinder du fait de leur naissance au Royaume-Uni ne conféraient pas de droits aux parents, qui avaient échappé au contrôle des autorités et dépassé depuis longtemps la durée de séjour autorisée par leur permis d'entrée . Si les enfants accompagnaient les parents lors de leur retour en Inde, le Gouvernement s'engageait à prendre en charge le coût de leur voyage . Par la suite, la police s'est rendue à l'adresse des Uppal le 18 avril 1978 et le 2 juin 1978 dans l'intention de procéder à l'expulsion, mais une vieille dame habitant à cette adresse a répondu qu'elle n'avait jamais entendu parler d'eux . En fait, les Uppal avaient quitté leur domicile en mars 1978 pour habiter en garni afin d'éviter l'expulsion et dans l'espoir d'être autorisés à rester dans le pays . Ils sont rentrés chez eux quelques semaines après, alors que Mme Uppal était enceinte, pensant que celle-ci ne serait pas expulsée dans son état . Cependant, M . Uppal continuait à ne pas passer la nuit é son domicile pour échapper à l'expulsion . A la suite de l'échec d'une procédure judiciaire portant sur le point de savoir si la décision du Ministére demeurait légale étant donné la présente requête pendante devant la Commission, les Uppal ont adopté une attitude coopérative à l'égard des autorités . M . Uppal habite maintenant chez lui, l'adresse de son employeur est connue des autorités et il se présente chaque jour à la police en exécution d'une ordonnance Irestriction order) datée du 3 octobre 1978 . Comme indiqué ci-dessus, Mme Uppal a maintenant été admise dans un hôpital psychiatrique pour observation et le Ministère de l'Intérieur a apparemment fait savoir aux Uppal que leur expulsion n'aurait pas lieu tant qu'elle serait hospitalisée .
GRIEF S Les requérants se plaignent que la décision du 5 décembre 1977 d'expulser M . et Mme Uppal et l'exécution imminente de cette décision constituent une violation de leur droit au respect .de la vie familiale garanti par l'article 8 de la Convention, violation aggravée par le fait qu'elle est ,
- 161 -
contrairement aux dispositions de l'article 14, discriminatoire du point de vue non seulement de la race mais aussi de la naissance et de la distinction artificielle établie entre le statut d'immigrant illégal et celui d'immigrant ayant dépassé le durée de séjour autorisée .les Uppal se plaignent en outre que la procédure d'immigration méconnaît leur droit, garanti par l'article 6, paragraphe 1, à ce que les contestations portant sur leurs droits civils soient tranchées équitablement par un tribunal impartial ; elle constitue également un refus par l'Etat de leur octroyer, conformément à l'article 13, un recours effectif à raison de leurs griefs
T
.ENDROI
1 . Les requérants se plaignent en premier lieu que la menace d'expulsion de M . et de Mme Uppal en exécution des ordonnances d'expulsion prises à leur encontre le 5 décembre 1977, constitue une violation de leur droit au respect de la vie familiale garânti par l'a rt icle 8 de la Convention . Cet a rt icle stipule :
« 1 . Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance . II ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercic e .2 de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-étre économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droit's et libert és d'autrui . » Ils alléguent que cette violation est aggravée par le fait qu'elle constitue, à leur détriment, une discrimination fondée sur la race, la naissance et sur la distinction entre le statut des Uppal en tant qu'immigrants ayant dépassé la durée de séjour autorisée et celui des immigrants illégaux . Ils invoquent, à cet égard, l'a rt icle 14 de la Convention, qui stipule : « la jouissance des droits et libe rtés reconnus dans la présente Convention doit étre assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appa rtenance à une minorité nationale, la fo rt une, la naissance ou toute autre . situation . »
Le Gouvernement soutient que la décision d'expulser M . et Mme Uppal ne constitue pas une violation du droit au respect de la vie familiale de la famille Uppal/Singh car la Convention ne garantit aucun droit aux étranger s - 162-
de demeurer sur le territoire d'un Etat membre, la nationalité des enfants ne confére aucun droit à leurs parents, le fait que M . Uppal soit resté illégalement au Roayume-Uni ne crée pas un droit acquis d'y séjourner et aucun obstacle juridique ne s'oppose à ce que la famille Uppal/Singh poursuive sa vie familiale en Inde . Il estime qu'il n'y a aucune violation de l'article 14 car tous les étrangers sont soumis au méme régime, et la distinction établie, entre les immigrants dont la durée de séjour autorisée a été dépassée et les immigrants illégaux dans le cadre de l'amnistie accordée uniquement à ces derniers conformément à la Loi de 1971 sur l'immigration a une justification objective et raisonnable . La Commission note que l'allégation d'une atteinte injustifiée au droit au respect de la vie familiale et donc contraire à l'article 8 de la Convention, est formulée par trois générations de la famille Singh/Uppal : les grandsparents, les parents et les enfants . Cela implique que la vie familiale est invoquée à trois niveaux familiaux, faisant intervenir trois types de relations familiales . En ce qui concerne les enfants, il n'ést pas contesté entre les parties qu'étant nés au Royaume-Uni, ils ont le droit, en vertu de la législation de ce pays, d'y demeurer en qualité de citoyens . Si leurs parents .devaient être expulsés, il en résulterait évidemment une séparation de la famille, à moins que les enfants ne les accompagnent . En ce qui concerne les parents, il est clair qu'étant étrangers, ils n'ont aucun droit de rester au Royaume-Uni, en vertu de la législation du Royaume-Uni ou selon la Convention . Cependant, leur expulsion les séparerait de leurs propres parents et aussi de leurs enfants s'il était décidé que ceux-ci restent au Royaume-Uni . La Commission a, dans certains cas exceptionnels, estimé que cette exclusion d'un membre proche de la famille peut soulever un problème au titre de l'article 8 de la Convention . Tous les présents requérants font valoir que leur situation est différente de celles examinées par la Commission dans des cas antérieurs, parce qu'ils constituent une cellule familiale nombreuse et aux relations étroites, comprenant trois sosurs adultes mariées, dont la vie familiale a son centre au RoyaumeUni et y est déjé bien établie depuis de nombreuses années . Le même argument est avancé par les grands-parents qui, comme les enfants, ont un droit de séjour au Royaume-Uni et ne peuvent en être expulsés . Les grands-parents soulignent aussi, à cet égard, qu'ils sont partiellement à la charge de leur fils sur le plan financier et entièrement à sa charge dans tous les autres domaines . En ce qui les concerne, une autre question se pose, celle de savoir dans quelle mesure ils seraient responsables, en droit du Royaume-Uni, du bien-être des enfants, si ceux-ci devaient rester au Royaume-Uni après l'expulsion de leurs parents .
- 163 -
La Commission note également que, selon les explications des parties, les parents requérants ne seraient pas expulsés si M . Uppal était entré illégalement sur le territoire du Royaume-Uni en 1968, puisque, dans ce cas, il bénéficierait de l'amnistie accordée aux immigrants illégaux, annoncée au Parlement le 11 avril 1974 et le 29 novembre 1977 . Mme Uppal serait donc aussi autorisée, conformément à la législation en vigueur, à rester au Royaume-Uni avec son mari . C'est pourquoi il est allégué que, dans la jouissance de leur droit au respect de la vie familiale, ces requérants qui sont entrés apparemment légalement au Royaume-Uni et ont dépassé la durAe de séjour autorisée, sont traités différemment des immigrants entrés illégalement au Royaume-Uni et que cette différence de traitement est sans justification . La Commission note, d'autre part, que les parents requérants résident au Royaume-Uni depuis de nombreuses années en violation évidente des lois sur l'immigration, ce qui a été rendu possible par le fait que les autorités compétentes ont une politique libérale consistant à ne pas obliger les étrangers à se faire enregistrer auprés d'elles et à ne pas les surveiller étroitement . La Commission considére que les questions qui se posent dans le cas présent au titre de l'article 8 de la Convention et de l'article 14 combiné avec l'article 8 en ce qui concerne tous les requérants, sont si complexes en fait et en droit qu'elles ne pourront être résolues qu'après un examen du fond de l'affaire . Cette partie de la requête ne peut être considérée comme manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention, et aucune autre raison de la déclarer irrecevable n'a été constatée . 2 . Les requérants se plaignent également que la procédure d'immigration et d'expulsion appliquée dans leur cas constitue une méconnaissance des droits que leur reconnaît l'article 6, paragraphe 1, de la Convention, qui stipule notamment : « Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera . . . des contestations sur ses droits et obligations de caractére civil . . . D . Enfin, ils alléguent une violation de l'article 13 de la Convention, qui stipule
« Toute personne dont les droits et libertés reconnus dans la présente Convention ont été violés, a droit à l'octroi d'un recourseffectif devant une instance nationale, alors même que la violation aurait été commise par des personnes agissant dans l'exercice de leurs fonctions officielles . » Le Gouvernementa avancé que l'expulsion, étant une question de droi t public n'impliquant pas de droits et d'obligations de caractère civil, ne tombait pas sous le coup des garanties de l'article 6, paragraphe 1 et que, comme la requête ne révéle aucune violation de la Convention, elle ne révéle _164_
par conséquent aucune violation de l'article 13 . II conclut que la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . La Commission a déjà examiné, à l'occasion de requétes : antérieures dont elle a eu à connaître, la question de l'applicabilité de l'article 6, paragraphe 1, de la Convention aux questions d'expulsion . Elle a estimé dans ces cas que la décision d'autoriser ou non un étranger à rester dans un pays est un acte discrétionnaire des autorités publiques . Il s'ensuit qu'en l'espéce, la décision d'expulser les parents requérants, qui est de nature administrative, a été prise dans l'exercice des pouvoirs discrétionnaires des autorités d'immigration . Elles n'impliquent donc pas, comme telles, des droits de caractère civil, au sens de l'article 6, paragraphe 1, de la Convention . Méme si l'on admettait que les droits des grands-parents, des parents et des enfants de mener une vie commune soient des droits de caractère civil, au sens de cette disposition, la décision des autorités d'immigration du Royaume-Uni d'expulser les parents requérants ne comporte pas décision d'une contestation portant sur de tels droits .
Il s'ensuit que l'article 6, paragraphe 1, de la Convention est inapplicable en l'espèce. En ce qui concerne le grief tiré par les requérants de l'article 13 de la Convention, la Commission estime que la possibilité de recourir auprés du fonctionnaire compétent (adjudicator) et au Tribunal de recours en matiére d'immigration, autorités habilitées selon la Loi de 1971 sur l'immigration, à revoir et à annuler la décision du Ministére de l'Intérieur, constituent des recours efficaces lorsque la personne menacée d'expulsion fait valoir que le Ministére a négligé d'examiner complètement sa situation familiale . Le fait qu'en l'espéce les recours au fonctionnaire compétent et au Tribunal de recours aient été infructueux ne peut être assimilé à une violation de l'article 13 de la Convention . Il s'ensuit que le reste de la requéte est manifestement mal fondé, a u sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
Par ces motifs, la Commissio n 1 . DÊCLARE LA RE Q UETE IRRECEVABLE, dans la mesure où elle porte sur une prétendue violation par le Royaume-Uni du droit des requérants à ce que leur cause soit entendue équitablement, conformément à l'article 6, paragraphe 1, de la Convention, et sur une prétendue violation de l'article 13 de la Convention en ce que le Royaume-Uni aurait manqué d'assurer aux requérants l'octroi d'un recours effectif ;
2 . DECLARE LA RE Q UETE RECEVABLE pour le surplus, tout moyen de fond étant réservé .
- 165-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 02/05/1979

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.