Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8227/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1979-05-07;8227.78 ?

Analyses :

(Art. 10-1) LIBERTE D'EXPRESSION, (Art. 10-2) INGERENCE, (Art. 10-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 10-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8227/78
X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY X . c/REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGN E DECISION of 7 May 1979 on the admissibility of the application DÉCISION du 7 mai 1979 sur la recevabilité de la requêt e
Article 13 of the Convention, in conjunction with Article 3 of the First Protocol : The requirement that an appeal challenging (he result of legislative elections should be supported by a minimum number of signatories is not contrary to Article 13. Article 13 de la Convention, combiné avec l'article 3 du Protocole additionnel : Il n'est pas contraire à l'article 13 d'exiger qu'un recours en contestation du résultat d'une élection législative soit contresigné par un nombre minimum d'électeurs .
(français : voir p . 181 )
Summary of the relevant facts
The applicant is a German citizen who presides the founding committee of a political party called "Human Rights Party" IMenschenrechtspartetl . In November 1976, the applicant acting in official capacity, filed an objection against the validity of the election to the Bundestag which had just taken place, challenging in particular the system of state subsidies for the electoral campaign which, according to him, placed the smaller parties in a unfavourable position . (It appears in fact that his party had not succeeded in presenting candidates . l After the Bundestag had rejected his objection, the applicant wanted to seize rhe Federal Constitutional Court . This appeal was declared inadmissible for not having been supported by 700 signatures as required by the law. A later appeal by the applicant to challenge the elections of the Lower Saxony Diet was rejected on the same grounds by the Federal Constitutional Court.
- 179-
THE LAW (Extract ) The Commission now turns to the applicant's complaint that his constitutional complaint regarding the 1976 elections to the Bundestag, and his complaint regarding the 1978 elections in Lower Saxony were found to be inadmissible because in each case they had not been endorsed by 100 signatures of members of the electorate supporting these complaints, as required by the applicable legislation (Section 48 of the Act on the Federal Constitutional Court ; Section 2 of the Statute on political parties) . The Commission first observes that it is only competent to examine these complaints under the provisions of the European Convention of Human Rights . The applicant's references, in this context, to provisions of the nauonal law and of the Universal Declaration of Human Rights are therefore i«elevant . As regards Article 5 of the Convention which the applicant has also invoked, the Commission finds that this provision is not applicable to the facts before it . The right to security of person has nothing to do with a person's procedural rights in proceedings by which he wants to challenge the results of an election . The Commission considers that such a complaint can only be considered under Article 3 of Protocol No . 1 taken in combination with Article 13 of the Convention . This latter provision ensures to everyone whose rights 'and freedoms as set fonh in theConvention are violated a right to an effective remedy before a national authority notwithstanding that the violation has been committed by persons acting in an official capacity . In the present case, the applicant wanted to complain to the competent national authorities that the conditions under which certain elections were held were not in conformity with Article 3 of Protocol No . 1 to the Convention . There is no doubt that the national law provides for a remedy by which such a complaint can be made, and the only question before the Commission is therefore whether or not the requirement that such complaint must be supported by 100 signatures of members of the electorate deprives that remedy of its effectiveness . - In this connection, the Commission recalls its earlier case-law where i t has already found that the requirement that candidatures must be supported . by a certain number of signatures from members of the electorate does not violate Article 3 of Protocol No . 1 Icf . the Commission's decisions on the admissibility of Applications No . 6850/74, Decisions and Reports 5, p . 90, and No . 7008/75, Decisions and Reports 6, p . 120) . The Commission now finds that an electoral law which subjects the possibility to challenge the result of the elections to the same condition can also be justified . It is neither unreasonable nor arbitrary having regard to the principles of a democrati c
- 180 -
society that the procedural rights related to the exercise of the right to stand as a candidate or to propose candidates, reflect the character of the elections as a public political process, and that these rights are accordingly circumscribed in such a way that they cannot be exercised by an individual acting alone, but only with the support of a certain minimum number of persons holding the same views . The requirement that a complaint against the result of an election must be supported by at least 100 signatures is a condition which can easily be fulfilled by any group susceptible to assume political responsibility, even outside Parliament, and the Commission therefore concludes that there is no appearance of a violation of the right of the applicant, and of the association represented by him, to an effective remedy by which the rights guaranteed by the Convention, and more particularly, the right to free elections under the conditions laid down in Article 3 of Protocol No . 1 to the Convention, could be secured before a national authority . It follows that this complaint, too, must be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention .
Résumé des faits pertinents Le requérant est un citoyen allemand qui préside le comité de fondation d'un parti politique nommé n Parti des droits de l'homme u( n Menschenrechtspartei ») . En novembre 1976, le requérant, agissant ès-qualité, forma une opposition aux é/ections au Bundestag qui venaient d'avoir lieu, en contestant noramment le systéme des subsides officiels pour la campagne électorale, systéme qut; selon lui, défavorise les petits partis. I Son parti, en effet, n'étair apparemment pas parvenu A présenter des candidats . ) L'opposition ayant été rejetée par le Bundesrag, le requérant voulut satsir la Cour constitutionnelle fédérale . Son recours fut déclaré irrecevable pour n'avoir pas été contresigné par cent électeurs, ainsi que l'exige la loi . Un recours ultérieur du requérant çontre les é/ections B /a diète de Basse-Saxe fut rejeté pour le méme motif par la Cour constitutionnelle fédérale. - 181 -
(TRADUCTION) EN DROIT ( Extrait ) La Commission en arrive au grief du requérant selon lequel son recours constitutionnel relatif aux élections de 1976 au Bundestag, et son recours relatif aux élections de 1978 en Basse-Saxe, ont été déclarées irrecevables au motif qu'ils n'avaient, ni l'une ni l'autre, été contresignés par 100 électeurs les appuyant, conformément à la législation applicable (article 48 de la Loi relative à la Cour Constitutionnelle Fédérale : article 2 du Statut des partis politiques) . La Commission fait observer,• en premier lieu, que sa compétence se limite à l'examen de ce grief à la lumiére des dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme . Le rappel, fait par le requérant, dans ce contexte, de dispositions du droit national et de la Déclaration universelle des droits de l'homme, n'est par conséquent pas pertinent . Quant à l'article 5 de la Convention, que le requérant a également invoqué, la Commission èstime qu'il ne peut s'appliquer aux faits dont elle est saisie . Le droit à la sOreté de la personne n'a rien à voir avec les droits procéduraux de celui qui agit pour contester les résultats d'une élection . Lâ Commission considére qu'un tel grief ne peut être examiné qu'à la lumiére de l'article 3 du Protocole additionnel à la Convention, en liaison avec l'article 13 de celle-ci . Cette derniére disposition garantit à toute personne dont les droits et libertés reconnus dans la Convention ont été violés, le droit à l'octroi d'un recours effectif devant une instance nationale, alors même que la violation aurait été commise par des personnes agissant dans l'exercice de leurs fonctions officielles . En l'espéce, le requérant entendait se plaindre auprés des autorités nationales compétentes de ce que les conditions dans lesquelles certaines élections s'étaient déroulées n'étaient pas conformes aux dispositions de l'article 3 du Protocole additionnel à la Convention . Il ne fait aucun doute que le droit national prévoit une voie de recours par laquelle une telle plainte peut étre introduite, et la seule question que la Commission doit trancher est celle de savoir si l'obligation de faire contresigner une tellè plainte par 100 1 électeurs prive ce recours de sôn caractére effectif . A ce propos, la Commission rappelle ses décisions antérieures où elle a admis que la condition selon laquelle des candidatures doivent être appuyées par la signature d'un certain nombre d'électeurs ne viole pas lesdispositions de l'article 3 du Protocole (cf . les décisions de la Commission sur la recevabilité des requêtes N° 6850/74, DR . 5, p . 90 et N° 7008/75, DR . 6, p . 120) . La Commission estime aujourd'hui qu'une loi électorale, qui subordonne la possibilité de contester le résultat des élections à l'accomplissement de la même condition, peut également se justifier . Il est ni déraisonnable ni arbi-
- 182 -
traire - compte tenu des principes régissant une société démocratique que les droits procéduraux liés à l'exercice du droit de se porter candidat ou de proposer des candidats, correspondent au caractère des élections, en tant que processus politique public, et que ces droits soient définis en conséquence de façon à ne pouvoir être exercés par un particulier agissant isolément, mais uniquement avec l'appui d'un nombre minimum précis de personnes ayant les mémes opinions . La condition selon laquelle un recours en contestation du résultat d'une élection doit nécessairement avoir recueilli 100 signatures au moins est une condition que tout groupe susceptible d'assumer des responsabilités politiques, même en dehors du Parlement, peut aisément remplir . La Commission conclut, par conséquent, qu'il n'y a pas apparence de violation du droit du requérant, et de l'association qu'il représente, à un recours effectif gràce auquel les droits reconnus dans la Convention, et plus particuliérement le droit à des élections libres aux conditions énoncées à l'article 3 du Protocole additionnel à la Convention, sont garantis devant une instance nationale . Il s'ensuit que ce grief doit, lui aussi, être rejeté pour défaut manifeste de fondement, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 183 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 07/05/1979

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.