Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Requêtes jointes ; Recevables

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8408/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1979-12-13;8408.78 ?

Analyses :

(Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8408/78 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 13 December 1979 on the admissibility of the application DÉCISION du 13 décembre 1979 sur la recevabilité de la requ9t e
A rticle 26 of the Convention : Personal incidental expenses imposed on the accused after a decision to discontinue the proceedings due to a procedural impediment. Situation different from those in Applications Nos. 6281173 (Neubecker) and 6650175 (Liebig), so that an appeal to the Federal Constitutional Court ought to be attempted.
Article 26 de la Convention : Débours personnels laissés A la charge de l'accusé aprés un non-lieu d0 A un empêchement de caractére procédural . Situation différente de celle des requêtes N° 6281/73 INeubeckerl et 6650/75 (Liebig), de sorte qu'un recours A la Cour constitutionnelle fédérale devait être tenté.
I français : voir p. 212 )
Summery of the relevent /ects
In 1976 the Dtstrict Court of Kiel convicted the applicant and fined her 300 DM for defamation and acquitted her on a charge of coercion IN6tigungl . The Public Prosecutor and the defence appealed . In the meantime the applicant had transferred her domicile to Bavaria and she requested the Regional Court of Kiel to grant her an advance of 1, 130 DM to cover travel in a lying position, required by her state of health . Upon this, the Court of Appeal decided to stay provisionally the proceedings, according to Section 205 of the Code on Criminal Procedure . The applicant appealed unsuccessfully against this decision . The Court of Appeal, after three requests from the applicanr, and with the consent of the Public Prosecutor, decided to discontinue indefinitely the proceedings under Section 206 of the Code of Criminal Procedure . The Court ordered that th e
- 209 -
public treasury should pay the costs of the proceedings except the applicant's personal incidental expenses incurred in connection with the charge of defamation under Section 467 (3) No . 2 of the Code on Criminal Procedure . The Court reasoned that in the present state of proceedings it was likely that the appeal would have been rejected and the conviction confirmed . Thls consideration was repeated by the Regional Court of Appeal in August 1978, on the appficant's appeal.
THE LAW (Extract ) The applicant (further) complained of the court orders according to which she has to bear her own necessary expenses on the ground that her appeal against conviction would probably have been unsuccessful . She has invoked Article 6, paragraph 2 of the Convention in this respect which embodies the principle of presumption of innocence . However, the Commission is not required to decide whether or not the facts alleged by the applicant disclose any appearance of a violation of this provision as, under Article 26 of the Convention, it may only deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law . In the present case the applicant failed to lodge a constitutional appeal to the Federal Constitutional Court (Bundesverfassungsgericht) . This court has already stated that the principle of "presumption of innocencé" is embodied in the constitution (Grundgesetz) of the Federal Republic (see BVerfGe 22, p . 254 et seq ., at p . 265) . It is true that in the decision cited the Federal Constitutional Court examined the question whether or not Section 467 (2) of the Code on Criminal Procedure IStP01 violated the said principle and came to a negative result . However the decision was given in 1967 and the provision has in the meantime been modified . In the present case the orders concerning costs were based on Section 467, paragraph 3, No . 2 of the Code on Criminal Procedure . This also distinguishes the case from Applications Nos . 6281/73 and 6650/75 which the Commission declared admissible on 5 May 1976 and 17 July 1976 respectively (Decisions and Reports, 5, pp . 13 and 58) . There the question of personal expenses had been settled by the German courts on the basis of a Section 467, paragraph 4 of the Code on Criminal Procedure and a panel of three judges of the Federal Constitutional Court had in the matter No . 6281/73 on 15 May 1973 rejected a constitutional appeal . In the two previous cases cited the proceedings were discontinued on account of the trivial nature IGeringfügigkeitl of the cases while in the present case the proceedings had to be discontinued on account of a procedural impediment (Verfahrenshindernis) .
- 210 -
Section 467 SiPO reads as follows : para . 1 "If the accused is acquitted, or if the opening of the main proceedings against him is refused, or if the proceedings against him are disconlinued the costs of the proceedings and the necessary expenses incurred by the accused shall be borne by the Treasury . "
para . 2 "The costs of the proceedings caused by any culpable failure of the accused's shall be imposed on him . The necessary expenses incurred by him to this extent shall not be imposed on the Treasury . "
para . 3 "The accused's necessary expenses shall not be imposed on the Treasury if the accused has caused the public charge to be preferred by pretending in an information laid against himself that he committed the offence of which he stands accused . The court may refrain from imposing the necessary expenses incurred by the accused on the Treasury if h . caused the public charge to be preferred by incriminating himsel f e1 in essential points, contrary to the truth or in contradiction to any subsequent statements of his, or withheld essential facts that might have exonerated him, although he did make a statement in respect of the accusation, o r 2 . is not convicted of an offence for the sole reason that there is a procedural impediment . " para . 4 "If the court discontinues the proceedings in accordance with a provision which permits this by leaving it to the court's discretion, it may refrain from imposing the necessary expenses incurred by the accused on the Treasury . "
para . 5 "The necessary expenses incurred by the accused shall not be imposed on the Treasury if, following provisional discontinuance ISection 153 a) the proceedings are discontinued definitely . " The Commission finds that the present case is as regards the factual and legal situation distinguishable from the cases which were before it and before the Federal Constitutional Court . The Commission also notes that the court orders complained of by the applicant were given two years after the Commission had declared Applications Nos . 6281 /73 and 6650/74 admissible . The Federal Constitutional Court was thus aware that the Commissio n - 211 -
attached a certain importance to the problems raised in connection with the application of Section 467 of the Code on Criminal Procedure . , In all these circumstances it cannot be found that a constitutional appeal would have been wholly ineffective and the applicant can therefore not be considered to have exhausted the remedies available to her under German law (cf . decision on admissibility of Application No . 702/60, Retimag v . the Federal Republic of Germany, Yearbook 4, pp . 385 and 406) . Moreover, an examination of the case does not disclose the existence of any special circumstances which might have absolved the applicant, according to the generally recognised rules of international law, from exhausting the domestic remedies at his disposal . It follows that the applicant has not complied with the condition as to the exhaustion of domestic remedies and her application must in this respect be rejected under Article 27, paragraph 3 of the Convention .
Résumé des faits pertinents En 1976, le tribunal cantonal de Kief a condamné la requérante 8 3 0 0 DM d'amende pour diffamation et l'a acquittée du chef de contrainte I Nôtigungl . Le ministére public et la défense ont fait appel. Entre temps la requérante avait transporté son domicile en Baviére et elle demanda à la cour d'appel (tribunal régionan de Kiel de lui accorder une avance de 1 130 DM pour frais de voyage à Kie/ en position couchée, vu son état de santé . Sur ce, la cour d'appel décida de suspendre provisoirement la procédure, selon l'article 205 du code de procédure pénale . La requérante recourut sans succés contre cette décision . Aprés trois demandes de la requérante, la cour d'appel, sur avis conforme du parquet, décida la suspension définitive de l'instance, selon l'article 2LX 'i (a) du code de procédure pénale . La cour ordonna que les frais de la requérante soient é/a charge du Trésor, à l'exception de ses débours personnels relatifs à l'accusation de diffamation, selon f'article 467, paragraphe 3, chapitre 2, du code de procédure pénale . La cour motiva sa
- 212 -
décision en déclarant qu'en l'état de la procédure, il était probable que l'appel aurait é té rejeté et la condamnation confirmée. Cette considération fut répétée par le tribunal régional supérieur en ao0t 1978, sur recours de la requérante .
(TRADUCTION) EN DROIT IExtrait l La requérante se plaint (en outre) des décisions judiciaires l'obligeant à supporter ses débours personnels, au motif que l'appel qu'elle avait interjeté contre la condamnation aurait sans doute été rejeté . A cet égard, elle invoque l'article 6, paragraphe 2 de la Convention, qui consacre le principe de la présomption d'innocence . Toutefois, la Commission n'est pas appelée à décider si les faits allégués par la requérante révélent l'apparence d'une violation de cette disposition ; en effet, aux termes de l'article 26 de la Convention, elle ne peut être saisie d'une affaire qu'aprés épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus . En l'occurrence, la requérante n'a pas introduit de recours auprés de la Cour constitutionnelle fédérale IBundesverfassungsgerichtl . Or, cette derniére a dAjà affirmé que le principe de la « présomption d'innocence » est contenu dans la loi fondamentale de la République fédérale (cf . BVerfGE 22, p . 254 ss . à la p . 265) . II est vrai que dans l'arrêt cité, la Cour constitutionnelle fédérale a examiné la question de savoir si l'article 467, paragraphe 2 du Code de procédure pénale (StPO) porte atteinte é ce principe et elle a conclu négativement . L'arrêt en question a toutefois été rendu en 1967 et ces dispositions ont été modifiées depuis lors . En l'occurrence, les décisions concernant les débours se fondaient sur l'article 467, paragraphe 3, ch . 2 du Code de procédure pénale . Sur ce point également, la présente affaire différe des requêtes N° 6281/73 et 6650/75, que la Commission a déclaré recevables les 5 mai et 17 juillet 1976 respectivement IDécisions et Rapports 5, pp . 13 et 58 ss) . Dans le cas de ces requêtes, la question des débours avait été tranchée par les tribunaux allemands sur la base de l'article 467, paragraphe 4, du Code de procédure pénale et, dans la requête N° 6281/73, un comité de trois juges de la Cour constitutionnelle fédérale avait rejeté un recours constitutionnel . Dans les deux requêtes citées, une décision de non-lieu avait été rendue en raison de la futilité IGeringfiigigheitl de l'affaire, tandis que dans la présente affaire, le non-lieu a été décidé en raison d'un obstacle de procédure (Verfahrenshindernis) .
- 213 -
L'article 467 du Code de procédure pénale est libellé comme suit : par. 1• 1 « En cas d'acquittement ou si l'ouverture des débats principaux est refusée, ou en cas de non-lieu, les dépens ainsi que les débours personnels de l'intéressé sont à la charge du Trésor . » par. 2 « Les dépens causés par une défaillance coupable de l'inculpé doivent être supportés par celui-ci . Dans ce cas, le Trésor n'est pas tenu de supporter les débours personnels . » par.3 : « Le Trésor n'est pas tenu de supporter les débours personnels de l'intéressé si celui-ci a provoqué son inculpation en prétendant lors de l'instruction préparatoire qu'il avait commis le délit dont il était accusé . Le tribunal peut renoncer à mettre à la charge du Trésor les débours personnels de l'inculpé si celui-c i 1 . a provoqué son inculpation en s'accusant sur des points essentiels, contrairement à la vérité ou en contradiction avec des déclarations ultérieures, ou en taisant lors de ses déclarations à propos des chefs d'accusation, des faits essentiels qui auraient pu le disculper, ou bie n 2 . n'est pas condamné, pour le seul motif qu'il existe un obstacle de procAdure . » par. 4 « Si le tribunal rend un non-lieu en vertu de dispositions qui laissent une telle décision à son appréciation, le tribunal peut renoncer à mettre les débours personnels de l'inculpé à la charge du Trésor . »
par. 5 : « Le Trésor n'est pas tenu de supporter les débours personnels de l'inculpé si, à la suite d'une suspension provisoire d'instance larticle 153 a), un non-lieu est prononcé . » La Commission considére qu'en fait et en droit, la présente affaire est différente des affaires dont elle-même et la Cour constitutionnelle fédérale ont déji3 été saisies . La Commission constate également que les décisions judiciaires dont se plaint la requérante ont été rendues deux ans aprés que la Commission ait déclaré recevables les requêtes N° 6281/73 et 6650/75 . La Cour constitutionnelle fédérale savait donc que la Commission attachait une certaine importance aux problémes soulevés par l'application de l'article 467 du Code de procédure pénale .
Les circonstances ne permettent donc pas d'affirmer qu'un recours constitutionnel aurait été entiérement inefficace et l'on ne peut donc pa s - 214 -
considérer que la requérante a épuisé les voies de recours à sa disposition en droit allemand (cf . décision concernant la recevabilité de la Requête N° 702/60, Retimag c/République Fédérale d'Allemagne, Annuaire 4, pp . 385, 406) . De plus, l'examen de cette affaire n'a fait apparaitre aucune circonstance particuliére de nature à dispenser la requérante, selon les principes de droit international généralement reconnus en la matière, d'épuiser les voies de recours internes . Il s'ensuit que la requérante n'a pas satisfait à la condition relative à l'épuisement des voies de recours internes et que sa requête doit être rejetée conformément à l'article 27, paragraphe 3 de la Convention .
- 215 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 13/12/1979

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.