Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Radiation partielle du rôle ; Frais et dépens - demande rejetée (deuxième requérant)

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8289/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1980-03-05;8289.78 ?

Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REl1UETE N°8289/7 8 X .v/AUSTRI A X . c/AUTRICH E DECISION of 5 March 1980 on the admissibility of the application DÉCISION du 5 mars 1980 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6 of the Convention : In the area of criminal law, the safeguards of Artic% 6apply in principle to appeal proceedings which only concern sentence . Article 6, paragraph 1, of the Convention : Equality of arms. In the course of criminal appeal proceedings before the Supreme Court, written communications between the Judge Rapporteur and the Attorney-General allegedly kept secret from the defence. Complaint declared admissible . Article 6, paragraph I and 3 ( c) of the Convention : Convicted prisoner not authorised to attend in person the trial before the appeal jurisdicttbn . Question as to whether his presence was necessary for the Court to arrive at its opinion. Complaint declared admissible . Article 6, paragraph 2, of the Convention : The principle of presumption of innocence does not apply to appeal proceedings that only concern sentence and not guilt. Article 14 of the Convention in conjunction wfth Article 6, paragraph 1 and 3 Icl of the Convention : Rules of Procedure according to which convicted persons at liberty are entit/ed to appear in person before the appeal court, while convicted persons in detention can only appear by permission of the Court . Complaint declared admissible 6 de la Convention : En matiére .Article pénale, les garanties de l'article 6 s'appliquent en principe à une procédure d'appel ne portant que sur la mesure de la peine . Article 6, paregraph 1, de la Convention : Egalité des armes. Lors d'une procédure de recours en matière pénale devant la Cour Suprême, communications écrites entre le juge rapporteur et le Procureur général prétendOment dissimulées à la défense. Grief déclaré recevable . - 160 -
Artic% 6, paragraphes 1 et 3, titt . c, de la Convention : Condamné détenu non autorisé é comparaitre en personne 8/'audience de la juridiction d'appel. Question de savoir si sa présence était nécessaire pour contribuer 2/a formation de l'opinion de la cour. Grief déclaré recevable . Artic% 6, peragraphe 2, de la Convention : Le principe de la présomption d'innocence ne s'applique pas dans une procédure d'appel porrant non sur la culpabilité mais seulement sur la mesure de la peine. Article 14 de la Convention, combiné avec l'article 6, paragrephes 1 et 3, litt. c, de la Convention : Régle de procédure selon laquelle les condamnés détenus ne peuvent comparaître que sur décision de la cour . Grief recevable .
THE FACTS
I/ran(;ais : voir p . 1641
The facts of the case as they appear from the submissions of the applicant's lawyer, Dr Michael Graff, a barrister practising in Vienna, may be summarised as follows 1 . The applicant is an Austrian citizen born on . . . January 1957 who is at present serving a long-term prison sentence at the penitentiary of Garsten . On . . . August 1977, he was convicted by the Regional Court of Vienn a sitting as a jury court, of the crime of aggravated robbery Is . 142 (1), 143 of Ihe Penal Code) . He was found guilty of having committed this crime, together with another person, on . . . January 1977, by assaulting two men one of whom was killed and the other seriously injured, and depriving them of their money . The court pronounced a sentence of ten years imprisonment, i .e . the minimum penalty provided for by the law in the case of aggravated robbery resulting in the death of a person Is . 143 of the Penal Code, last phrase) . 2 The applicant filed a plea of nullity and appealed from the sentence, this later appeal being based on grounds of extraordinary mitigation Is 41 . para . 2 of the Penal Code) which allow to reduce a sentence below the minimum penalty . The Public Prosecutor likewise appealed from the sentence which in his opinion did not adequately reflect the guilt of the applicant . 3 . On . . . December 1977, the Supreme Court fixed a public hearing for . . . January 1978 . At the same time it summoned the applicant's lawyer and informed the applicant that he could only appear through his lawyer insofar as his plea of nullity was concerned . As regards the appeal from the sentence, the applicant was informed that it was not envisaged to bring him before the court to attend the hearing Is . 344 of the Code of Criminal Procedure) .
- 161 -
4 . The file had in the meantime been examined by the member of the Supreme Court who had been appointed Rapporteur . On . . . November 1977, the Judge Rapporteur transmitted the file to the Attorney-General with a request for his comments . This request was accompanied by the following confidential statement :
"p .d . 1= pro domo) : The supplementary questions have not been included in the judgment . This violation of s . 342 CCP-which has not been complained of-does not, however, give rise to nullity (EvBl . 1966/466 , 1973/100, most recently 10 Os 67/76 etc .) . The receipt of a payment by X . of AS 2000 .-- to the SOS-Kinderdorf is attached to the transcript of deliberations" . 5 . In reply to this request, the Attorney-General submitted a so-called Croquis, an unsigned copy of which could be obtained by the applicant's lawyer from the Registry of the Suprme Court, under a practice established pursuant to earlier applications brought against Austria with the European Commission of Human Rights The copy of the croquis which was made available to the applicant's lawyer contained the Attorney-General's consent to the holding of a public hearing, and legal submissions concerning the plea of nullity . The original of the croquis, however, which was not made available to the applicant's lawyer, contained additional comments in reply to the above pro domo statement of the Judge Rapporteur (which itself was not disclosed either to the applicant or his lawyer) . The confidential comments were worded as follows : "pro domo :
1 . The information on the law IRechtsbelehrungl was in accordance with the rule contained in the last phrase of s . 321 121 CCP as it contained a reference to the limitation of the maximum penalty of s . 143 PC brought about by virtue of s . 36 PC'1 . There is, however, an error concerning the facts in that it was wrongly stated that both applicants had not completed their 20th year of age at the time of the commission of the crime 1 . . . .1 .19771 . (arg . "as both . . ."1 . In the case of Y (the co-accused of the present applicant) who is born on .2 .1956 this condition was already met on . . . .2 .1976 . In the opinion of the Attorney-General, this information on the law is not, however, in itself sufficient to deny the nullity of the judgment under s . 345 para . 1 No 13 CCP, and to assume that the jury cour t
' This section of the Penal Code provides Ihat a life sentence may not be imposed in the case of a person who has not vet attained the age of 20 at the date of committing the Crime .
- 162 -
-although omitting an express reference to s . 36 PC in the judgmenthas in fact taken into account the penalty provided for by the law as modified by this provision . This is contradicted i .a . by the fact that this part of the information on the law has been struck out in the same way as the information concerning the supplementary questions . 2 . The supplementary questions originally included in the questions put to the jury and the related part of the information on the law may have been struck out before the list of questions was handed to the jury, on the basis of the confessions made by both accused on the second day of the trial (p . 485, Vol I of the file) . Their omission from the judgment would then have been justified . " The applicant submits that it was not possible for his lawyer to obtain a photocopy of the original of the croquis, containg the above confidential statement . He therefore requests the Commission to invite the respondent Government to submit this document . 6. Al the public hearing before the Supreme Court, on . . . January 1979, the applicant's lawyer, referring to the Convention of Human Rights, objected to the exclusion of the applicant from the hearing . Nevertheless the hearing was continued in the absence of the applicant, and the Supreme Court dealt both with the plea of nullity and with the appeal from the sentence . It was only after the deliberations of the Court that the President of the Chamber informed the applicant's lawyer of the court's decision to reject the above objection which had to be construed as an application to bring the applicant before the court . The reason given was that no grounds had been produced which would have necessitated the applicant's appearance . In its judgment of the same day which was served upon the applicant on . . . March 1978 the Supreme Court rejected both the applicant's plea of nullity and his appeal from the sentence, while upholding the Public Prosecutor's appeal . As a consequence, the original 10 years sentence was increased to 12'h year s Complaints 1 . The applicant complains, first, that he was not allowed to be present and plead at the hearing of the Supreme Court on his appeal from the sentence .
a . Section 296, paragraph 3 of the Code of Criminal Procedure' provides that a person who is not in prison has a legal right to be sommoned ' The lezt of thi s provision reads as follows :"In all other cases, the Supreme coun shall take a decision on the appeal either at the public court sitting called upon to deal with the plea of nullity or, where the plea of nullity has already been decided upon at the non-public sitting, at a public court sitling devoted to Ihe appeal The fixing of the date end organisation of the sitting shall b e
subiect to the provisions ol paragraphs 286 and 2 87, it bei ng underslood that an accused who is not under ar/est must ahveys be summoned !o aDpeat and that an accused under a/TSt may a/sO be /eouire0 (o appear -163 -
to a public hearing of the Supreme Court on his appeal from sentence . If he is present, he has a right to state the reasons of his appeal, and to make a concluding remark Is . 296 para . 3, 287 para . 3 CCP) . In the case of a person under arrest, however, it is wholly in the discretion of the court whether or not it decided that the person concerned shall appear before it . The applicant considers that it is especially important for an accused to be present at the hearing on an appeal from sentence which does not concern legal questions, but the determination of the penalty having regard to the personality of the accused . He does not understand why a complicated procedure has to take place before a jury court which is called upon to decide on the conviction and sentence under the immediate impression of the personality of the accused and the evidence againt him, if the appellate jurisdiction can revise this sentence to his detriment without ever having seen him and without forming an opinion on his personality . The applicant considers that in such a procedure he is not treated as a subject, but as an object of the proceedings and thereby violated in his human dignity . He is of the opinion that the procedure followed is in itself contrary to the requirement of a fair hearing which is laid down in Article 6 .1 of the Convention, and to the presumption of innocence laid down in Article 6 .2 . Moreover, he considers that there is discrimination between an accused who is at liberty and an accused who is under arrest, because the law provides that the former has an absolute and unqualified right to be present at the appeal hearing whereas the latter has no right at all and his possibility to be present at the hearing depends entirely on the discretion of the court . He believes that the circumstance that in one case there are legal grounds for detention whereas they are lacking in another case does not justify this difference of the procedural position . b . Apart from the above general complaint, the applicant also complains of the position taken by the court in the particular case He alleges that it was unfair of the Supreme Court, and contrary to Article 6 .1 of the Convention, to construe as an application to bring the applicant before the court, the objection filed by his lawyer at the public hearing on . . . January 1978, and to reject the said application for failure to submit reasons . In the applicant's submissions the Supreme Court had already decided on . . . December 1977 that he would not be brought before the court . The law does not provide for an application in this respect, and in any event it would have been useless to make such application after the Supreme Court had already decided . But even if his lawyer's above objection could be construed as an application, it was unfair to dismiss it for lack of reasons without drawing the lawyer's attention to the fact that further reasons would be required . Moreover, the lawyer had in fact given a reason by referring to the applicant's rights under th e
- 164-
Convention . Finally, it is alleged that it was unfair of the Supreme Court to pronounce its decision concerning the question of the applicant's appearance only after rendering its judgment on the substance of the case . 2 . The applicant's second complaint is related to the confidential exchange of communications between the Supreme Court's Rapporteur and the Attorney-General in relation to factural and legal circumstances concerning his plea of nullity . a . He considers that the procedure followed in his case violated the principle of equality of arms which is inherent in the notion of a fair trial, and that it gives rise to serious doubts as to the impartiality of the court, because the prosecution authorities were given a privileged position by obtaining an opportunity to know, and comment on, legal considerations of the Judge Rapporteur without any knowledge of the accused or his lawyer . In the applicant's opinion, an argument to the effect that the Attorney General is not a prosecution authority can no longer be maintained . The President of the Supreme Court, Mr Pallin, has himself written the following : "As regards the existing constitutional and legal situation, there should be no doubt as to the position of the Attorney-General being a party to the proceedings before the Supreme Court and also a prosecution authority . . . The Attorney-General therefore is the representative of the State in the proceedings before the Supreme Court and the officer responsible for the prosecution ITriger der Anklage) at this stage of the proceedings" fOberster Gerichtshof und Generalprokuratur, Festschrift für Christian Broda, Vienna 1976, at p . 221) . b . In addition, the applicant complains that the croquis of the AttorneyGeneral is not communicated, as of right, to the accused or to the defence, and that the defence is not given the opportunity to submit written comments in reply . Even apart from the special circumstances of the present case which have involved a confidential exchange of communications between the Judge Rapporteur and the Attorney-General, the applicant considers that also the normal practice introduced as a result of earlier applications filed with the Commission is still unsatisfactory . In his view it is not justified, and in fact humiliating for the defence counsel that he must ask at the court's registry for an unsigned copy of the croquis, and that there is no legal right of the defence to be informed of, and to reply to any written communications made by the other party in the proceedings . He considers that also this practice is contrary to the principle of equality of arms and in violation of Article 6 .1 of the Convention .
- 165 -
THE LAW 1 . The applicant has first complained of his exclusion from the hearing of the appeals against the sentence which led to an increase of the sentence by two and a half years . He considers that his right to a fair hearing under Article 6 .1 of the Convention and his right to be presumed innocent under Article 6 .2 of the Convention have thereby been violated . The Commission first observes that Article 6 is in principle applicable to appeal proceedings concerning the sentence . As it has already stated in its decision on the admissibility of Application No . 4623/70 ICollection of Decisions 39, pp . 66, 74), "the determination of a criminal charge, within the meaning of Article 6 .1 of the Convention, includes not only the determination of the guilt or innocence of the accused, but also in principle the determination of his sentence" . The applicant's above complaint cannot therefore be rejected as being incompatible ratione materiae with the provisions of the Convention . However, the Commission is of the opinion that the presumption of innocence in Article 6 .2 only relates to the guilt of the accused, and cannot be invoked in relation to an increase of the sentence by the appeal court . The Commission therefore limits its examination of the complaint to the issue arising under Article 6 .1 of the Convention . Article 6 .3 .c according to which everyone charged with a criminal offence has inter alia the minimum right "to defend himself in person or through legal assistance . . ." may also be pertinent . The Commission has stated in its earlier case law that the Convention does not as such guarantee an accused person's right to be present at the hearing of his appeal . It is necessary to take into account the whole situation of the defence and not only the person of the accused when judging whether his rights and in particular his rights under Article 6 .1 and 6 .3 .c of the Convention have been violated by his exclusion from an appeal hearing (cf . Applications Nos 1169/61, Yearbook 6, p . 520 ; 2635/65, Collection of Decisions 28, pp . 43, 49 ; and 7138/75, Decisions and Reports 9, p . 50) . The Commission observes that the situation in the present case involved an appreciation by the Supreme Court of the relative weight of grounds of mitigation and grounds of aggravation following an appeal not only by the applicant himself, but also by the prosecution against the sentence imposed by a jury court . The supreme Court's decision in fact resulted in a considerable increase of the sentence and it was not necessarily limited to an examination of points of law . As regards the relevant facts, including the ciréumstances of the commission of the crime and the applicant's personality structure, the statements contained in the jury court's judgment were moreover limited to an absolute minimum . It is true that th e
- 166-
applicant's lawyer pleaded the applicant's case at the appeal hearing before the Supreme Court . However, the Commission considers that the question of whether or not, in all the circumstances of the case, the applicant's personal appearance at the appeal hearing was required in order to secure to him a fair hearing within the meaning of Article 6 .1 and the right under Article 6 .3 .c of the Convention to defend himself in person or through legal assistance is of such complexity that its determination should depend on an examination of the merits . 2 . The applicant has further complained of the difference of treatment to which he was subjected as a person under arrest in relation to persons at liberty with regard to his procedural rights in the above appeal proceedings . Section 296 131 of the Code of Criminal Procedure in fact gives a legal right to be summoned besides his lawyer to any accused who is at liberty, whereas in the case of a detained person the decision whether or not he will be allowed to appear at the appeal hearing depends entirely on the discretion of the court . Although the applicant has not invoked any particular provision of the Convention in this respect, the Commission has examined this complaint under Article 14 of the Convention, read in conjunction with Article 6 .1 and 6 .3 .c . Article 14 secures to everyone the enjoyment of the rights and freedoms set forth in the Convention without discrimination on any ground such as, for instance, status . The question which arises in the present case is whether the status of the applicant as a detained person justified a different treatment in comparison with a person at liberty regarding his procedural rights under Article 6 .1 and 6 .3 .c of the Convention in criminal appeal proceedings . The Commission has carried out a preliminary examination of the parties' submissions on this point . However, it again considers that the complaint raises complex issues under the above Articles of the Convention whose determination should depend on an examination of the merits . 3 . The applicant has finally complained of a confidential exchange of communications between the Judge Rapporteur and the Attorney-General in the Supreme Court proceedings dealing with his plea of nullity . He considers that the principle of equality of arms was thereby violated in his case and that accordingly there has been a breach of his right to a fair trial as guaranteed by Article 6 .1 of the Convention . Insofar as he submits that this violation of the Convention consisted already in the fact that the Attorney-Genral's croquis was not served upon his defence lawyer in the ordinary way and that the lawyer could get hold of this document only by requesting it at the Attorney-General's office, the Commission fails to see any appearance of a violation of Article 6 .1 . The principle of equality of arms enshrined in the notion of fair trial does not call for a particular form of communication of the contents of the file, or of an y
- 167-
part of it, to the defence . As long as the available procedure is not particularly onerous and does not in essence deprive the defence of the practical possibility of making use of his rights it cannot be said that the right to a fair trial has been impaired . The Commission therefore limits its consideration of this complaint to those jransactions between the Judge Rapporteur and the Attorney-General which were in fact kept secret from the defence . In this respect, the Commission notes the various arguments put forward by the parties as to the position of the Attorney-General as a prosecuting authority or otherwise, and as to the possible effect of the confidential exchange of communications on the effective exercise of the rights of the defence . It considers that complex and difficult issues relevant to the interpretation and application of Article 6 .1 of the Convention are raised which should depend on an examination of the merits . 4 . In conclusion, it follows that the application cannot be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 .2 of the Convention and must therefore be admitted, no other ground for declaring it inadmissible having been established .
For these reasons, the Commission, without prejudging the merits , DECLARES THE APPLICATION ADMISSIBLE :
(TRADUCTION ) EN FAI T Les faits de la cause tels qu'ils ressortent des exposés présentés par le conseil du requérant, Me . Michael Graff, avocat au barreau de Vienne, peuvent se résumercomme suit :
1 . Le requérant, ressortissant autrichien né le . . . 1957, purge présentement une peine de longue durée au pénitencier de Garsten . Le . . . août 1977, il a été condamné pour brigandage qualifié (articles 142, paragraphe 1, et 143 du Code pénall par le tribunal régional de Vienne siégeant comme cour d'assises . II a été reconnu coupable d'avoir perpétré ce crime de concert avec une autre personne, le . . . janvier 1977, en attaquant deux hommes, dont l'un a été tué et l'autre griévement blessé, et
- 168 _
en les dépouillant de leur argent . Le tribunal l'a condamné é dix ans de prison, soit la sanction minimale prévue par la loi pour l'auteur d'un brigandage qualifié ayant entrainé mo rt d'homme (article 143 du Code pénal, derniére phrase) . 2 . Le requérant a introduit un pou rvoi en cassation et a interjeté appel quant à la peine prononcée en invoquant pour cet appel les motifs d'atténuation extraordinaires ( anicle 41, paragraphe 2, du Code pénal ) , qui permettent de réduire une condamnation au-dessous de la peine minimale . Le ministére public a aussi fait appel, la peine ne correspondant pas bien, selon lui, à la culpabilité du requérant . 3 . Le . . . décembre 1977, la Cour Suprême a fixé une audience publique au . . . janvier 1978 . Simultanément, elle a convoqué l'avocat du requérant et informé ce dernier qu'il ne pourrait comparaître que par l'entremise de son avocat, s'agissant de son pou rvoi en cassation . Pour ce qui é tait de l'appel, le requérant a été informé qu'il n'était pas envisagé de l'amener devant la Cour pour assister é l'audience (article 344 du Code de procédure pénalel . 4 . Dans l'intervalle, le dossier avait été examiné par le membre de la Cour Suprême désigné comme Rapporteur . Le . . . novembre 1977, le Juge rapporteur a communiqué le dossier au Procureur Général en lui demandant de lui faire part de ses observations . Celte demande était accompagnée de la remarque confidentielle suivant e «Les questions supplémentaires n'ont pas été incluses dans l'arrêt . Cette violation de l'a rt icle 342 du Code de procédure pénale - qui n'a pas été soulevée - n'est toutefois pas un motif de cassation . IEvBI . 1966/468 ; 1973/100, tout récemment 10 Os 67/76, etc .) .
L'accusé de réception d'un versement de 2 000 schillings autrichiens effectué au SOS-Kinderhof est annexé à la transcription des délibérations » . 5 . En réponse é cette demande, le Procureur Général a soumis un «çroquis», dont l'avocat du requérant a pu se procurer un exemplaire non signé au greffe de la Cour Suprême, conformément à une pratique qui s'est instaurée é la suite de requétes introduites contre l'Autriche auprés de la Commission européenne des Droits de l'Homme . La copie du «croquis» communiquée A l'avocat du requérant contenait l'accord du Procureur Général pour la tenue d'une audience publique, ainsi que des arguments juridiques concernant le pourvoi en cassation . L'original du «croquis», qui n'a pas été communiqué à l'avocat du requérant, contenait des observations supplémentaires en réponse à la remarque «à usage internen susmentionnée du Juge rapporteur Iremarque qui n'a été révélée ni au requérant, ni à son avocat) .
- 169 -
Ces remarques confidentielles étaient les suivantes a A usage interne : 1 . Les informations juridiques fournies aux jurés (Rechtsbelehrung) ont été conformes à la régle figurant dans la derniére phrase de l'article 321, paragraphe 2 du Code de procédure pénale car elles contenaient une référence à la limitation de la peine minimale visée à l'article 143 du Code pénal, instituée par l'article 36 du Code pénal' . Toutefois, il existe une erreur de fait en ce qu'il a été déclaré à tort que les deux requérants n'avaient pas 20 ans révolus au moment de la commission du crime 110 .1 .19771 . Iconsidérant a attendu que les deux . . . nl . Dans le cas de Y . Ico-accusé du présent requérantl, né le . . . 1956, cette condition a été remplie dés le . . . 1976 . Selon le Procureur Général, les informations juridiques ne sont toutefois pas suffisantes en elles-mêmes pour exclure la cassation conformément à l'article 345, paragraphe 1, N° 13, du Code de procédure pénale et pour justifier la présomption que le tribunal siégeant comme cour d'assises - bien qu'ayant omis de faire expressément référence à l'article 36 du Code pénal dans l'arrêt - a bien pris en considération la sanction prévue par la loi, telle que modifiée par cette disposition . Ceci est contredit, notamment, par le fait que cette partie des informations juridiques a été rayée de la même maniére que les informations concernant les questions supplémentaires . Les questions supplémentaires initialement incluses dans les ques.2 tions posées au jury, ainsi que la partie y relative des informations juridiques ont peut-étre été rayées avant que la liste de questions ne soit soumise au jury, en raison des aveux faits par les deux accusés le deuxième jour du procés (p . 485, Vol . I du dossier) . Leur noninclusion dans l'arrêt aurait alors été justifiée » . Le requérant prétend que son avocat a été dans l'impossibilité de se procurer une photocopie de l'original du acroquis», contenant la déclaration confidentielle ci-dessus . II a demandé, en conséquence, à la Commission d'inviter le Gouvernement défendeur à produire ce document . 6 . A l'audience publique de la Cour Suprême, le . . . janvier 1979, l'avocat du requérant, invoquant la Convention des Droits de 'Homme, a protesté contre la non-admission du requérant àI'audience . Celle-ci s'est néanmoins poursuivie en l'absence du requérant, et la Cour Suprême a examiné à la fois le pourvoi et l'appel . Ce n'est qu'aprés les délibérations de la Cour que le Président de Chambre a avisé l'avocat du requérant de la décision de la Cour de rejeter l'objection susmentionnée, qui devait être interprétée comme un e - Cet article du Code pénal prévoit qû une condamnation à vie ne pem pas être inIllgAe à une oe rs onne oui n'avait oas 20 ans rBvolus lorsqûelie a commis le crime .
- 170 -
requête tendant à obtenir la comparution du requérant devant la Cour . La raison invoquée était qu'aucun motif n'avait été avancé qui aurait rendu nécessaire la présence du requérant . Dans sa décision du méme jour, signifiée au requérant le . . . mars 1978, la Cour Supr@me a rejeté tout à la fois le pourvoi en cassation du requérant et son appel, mais a donné suite à l'appel du ministére public . La peine initiale de dix ans a ainsi été portée à douze ans et demi . GRIEFS 1 . Le requérant se plaint d'abord de ne pas avoir été autorisé à assister et plaider sa cause à l'audience de la Cour Surpéme portant sur son appel . a . L'article 296, paragraphe 1, du Code de procédure pénale' stipule qu'une personne qui n'est pas détenue a le droit d'être convoquée à une audience publique de la Cour Supréme portant sur son appel . Si elle est présente, elle a le droit d'exposer les motifs de son appel et a la parole la derniére (articles 296, paragraphe 3, 287, paragraphe 3, Code de procédure pénalel . Dans le cas d'une personne détenue toutefois, le tribunal est souverain pour décider ou non de sa comparution devant lui . Le requérant juge particuliérement important pour un accusé d'assister à l'audience portant sur un appel concernant la peine, qui ne concerne pas des points de droits, mais de détermination de la sanction compte tenu de la personnalité de l'accusé . Il ne comprend pas pourquoi une procédure complexe doit se dérouler devant une cour d'assises qui est appelée à se prononcer sur la culpabilité et la peine sous l'impression directe de la personnalité de l'accusé et des éléments de preuve à charge, si la juridiction d'appel peut modifier cette peine à son détriment, à lui accusé, et ce sans l'avoir jamais vu et sans s'être forgé une opinion sur sa personnalité . Le requérant estime qu'avec cette procédure, il n'est pas traité comme un sujet mais comme un objet de l'instance et que sa dignité d'homme est par lé-méme violée . Il estime que la procédure suivie est en elle-méme contraire à l'exigence d'un procés équitable figurant à l'article 5, paragraphe 1, de la Convention, ainsi qu'é la présomption d'innocence posée à l'article 6, paragraphe 2 . De surcroit, il estime qu'il y a discrimination entre un accusé en liberté et un accusé détenu, puisque la loi prévoit que le premier a un droit absolu et inconditionnel d'assister à l'audience d'appel, tandis que le second n' a ' Le teKte de cette disoosition est le suivant : « Dans tous les autres cas, la COur SuerEme statue sur l'appel eoit IOre de la sAance publiqu e
qonant sur le oowvoi en cassmion, soit, lorsaue le oourvol en cassation a dAia lait l'obiet d'une dAcision en sAance nonpublique, lors d'une séance publique ponant sur l'appel . La fixation de le date et l'organisation de la sEance sont rAgies par les articles 286 et 287 . étant entendu au'un accusé aui n'esr pas en Atat d'9neslarion doit rouiours ErrB convoauA nour comq9rdrrre et qu'un accus@ en état d'anestation peur aussi @f/e apaelA B cornp3raitr9 . . . I.
- 171 -
aucun droit et que sa présence à l'audience dépend~ entiérement du bon vouloir de la cour . Il pense que la circonstance qu'il existe,des motifs de détention dans un cas alors qu'il n'en existe pas dansl'autre ne justifie pas cette différence de traitement au niveau de la procédure . b . Abstraction faite du grief général ci-dessus,'ie : requérant se plaint aussi de l'attitude de la Cour à son endroit . Il prétendqu'il a'été inéquitable de la part de la Cour Suprême, et contraire à l'article-6,paragraphe 1, de la Convention, d'interpréter l'objection soulevée pars .son -avocat à l'audience publique du . . . janvier 1978 comme une requéte tendant :àle faire comparaitre devant elle, et de rejeter ladite requête pour insuffisance de motifs . Le requérant estime que dés le . . . décembre 1977, :1a Cour Supréme avait décidé de ne pas le faire comparaître devant elle . La loi ne prévoit pas la possibilité d'une requête à cet égard et, quoi qu'il en doit, il .-aurait été inutile d'en introduire une aprés que la Cour eut déjé pris sa, décision . Mais méme si l'objection de son avocat pouvait àtre interprétée commeune requête, il était inéquitable de la rejeter pour absence de motifs sansr :attirer l'attention de l'avocat sur le fait que des motifs supplémentaires,seraient nécessaires . En outre, l'avocat avait bien fait état d'un motif en invoquantles droits garantis au requérant par la Convention . Enfin, le requérant estime qu'il était inéquitable de la part de la Cour Suprême de ne se prononcer•sun .la question de la comparution du requérant qu'àprês avoir rendu sa décision au fond . 2 . Le second grief du requérant vise l'échange decommunications confidentielles entre le Juge rapporteur de la Cour Suprémeet le Procureur Général au sujet des circonstances de faitet de droit :entourant son pourvoi . a . Il considére que la procédure suivie dans son cas a violé le principe de l'égalité des armes inhérent à la notion de procés équitable,-et qu'elle fait sérieusement douter de l'impartialité de la cour, étant donné que le ministère public s'est vu conférer une position privilégiée, ayant eu'lapossibilité de prendre connaissance des considérations juridiques du Juge rapporteur et de les commenter sans que celles-ci aient été portées'A laconnaissance de l'accusé ou de son avocat . Le requérant estime qu'on ne peut continuer de prétendre . que le Procureur Général n'est pas une autorité depoursuite . Le Président .de la Cour Supr@me, M . Pallin, a d'ailleurs lui-même écrit : « Dans l'actuelle situation constitutionnelle et légale, il ne devrait pas y avoir de doute quant au fait que le Procureur Général est tout à la fois panie à l'instance devant la Cour Surpême et autorité depoursuite . . . Le Procureur Général est donc à la fois le représentant'de l'Etat dans la procédure qui se déroule devant la Cour Suprême et .le titulaire de l'action publique (Tràger der,Anklagel à ce stadede' la procédure . x (Oberster Gerichtshot und Generalprokuratur, Festschrift für Christian Broda, Vienna 1976, p . 221) .
-' 172 -
b . De surcroit, le requérant se plaint que le a croquis » du Procureur Général ne soit pas communiqué de plein droit à l'accusé ou à la défense, et qu'on ne donne pas à cette dernière la possibilité de soumettre par écrit des observations en réponse . Même si l'on fait abstraction des circonstances particuGéres de la présente affaire, qui ont donné lieu à un échange de communications confidentielles entre le Juge rapporteur et le Procureur Général, le requérant estime que la pratique normale instituée à la suite des requétes précédemment soumises à la Commission est encore peu satisfaisante . Il juge injustifié, et même humiliant pour l'avocat de la défense que celui-ci doive demander au greffe de la Cour une copie non signée du «croquisn, et que la loi ne donne pas à la défense le droit d'étre informée des communications faites par écrit par l'autre partie à la procédure et de répondre à ces communications . Il considère que cette pratique également est contraire au principe de l'égalité des armes et à l'article 6, paragraphe 1, . de la Convention .
EN DROI T 1 . Le requérant se plaint en premier lieu de ne pas avoir été admis à l'audience portant sur son appel, qui a abouti à un allongement de 2 ans et demi de sa peine . Il allégue de ce fait une violation de son droit à un procés équitable, protégé par l'article 6, paragraphe 1 de la Convention, ainsi que de son droit à étre présumé innocent, conformément à l'article 6, paragraphe 2 de la Convention . La Commission observe d'abord que l'article 6 est en principe applicable aux appels portant sur la peine infligée . Comme elle l'a déjé déclaré dans sa décision sur la recevabilité de la requéte N° 4623/70 (Recueil 39, pp . 66, 74), « la détermination du bien-fondé d'une accusation en matiére pénale, au sens de l'article 6, paragraphe 1 de la Convention, comprend non seulement une décision sur la culpabilité ou l'innocence de l'accusé, mais également en principe une décision sur la peine » . Le présent grief ne peut donc pas être rejeté comme étant incompatible ratione materiae avec les dispositions de la Convention . Toutefois, la Commission estime que la présomption d'innocence figurant à l'article 6, paragraphe 2 ne vise que la culpabilité de l'accusé et ne peut pas être invoquée au sujet d'une aggravations de la peine prononcée par la juridiction d'appel . La Commission limite en conséquence son examen des griefs à la question se posant sous l'angle de l'article 6, paragraphe 1 de la Convention . L'article 6, paragraphe 3 Icl, aux termes duquel toute personne accusée d'une infraction a droit notamment à « se défendre lui-même ou avoir l'assistance d'un défenseur . . . » peut aussi étre pertinent . - 173-
La Commission a déclaré dans sa jurisprudence antérieure que la Convention ne garantit pas comme tel à l'accusé le droit d'être présent à l'audience portant sur son appel . Il convient de tenir compte de l'ensemble de la situation de la défense et non seulement de la personne de l'accusé pour apprécier si ses droits, et en particulier les droits que lui reconnaissent l'article 6, paragraphe 1 et l'article 6, paragraphe 3 Icl de la Convention, ont été violés du fait de sa non-admission à l'audience d'appel (cf . N° 1169/61, Annuaire 6, p . 520 ; N° 2635/65, Recueil 28, pp . 43, 49 ; et 7138/75, Décisions et rapports 9, p . 50) . La Commission observe que la situation, en l'espéce, impliquait une appréciation par la Cour Suprême du poids relatif des motifs d'atténuation et des motifs d'aggravations à la suite d'un appel interjeté non seulement par le requérant lui-même mais encore par le ministére public contre la peine prononcée par une cour d'assises . La décision de la Cour Supréme a entrainé une forte aggravation de la peine et elle n'a pas été nécessairement limitée à l'examen de points de droit . S'agissant des faits pertinents, et notamment des circonstances de la commission de l'infraction et de la structure de la personnalité du requérant, les déclarations contenues dans l'arrét de la Cour d'assises étaient limitées au minimum . Il est exact que l'avocat du requérant a plaidé le dossier de celui-ci à l'audience d'appel devant la Cour Supréme . Toutefois, la Commission considére que la question de savoir si, vu l'ensemble des circonstances de l'affaire, la comparution personnelle du requérant à l'audience d'appel était nécessaire pour lui assurer un procés équitable au sens de l'article 6, paragraphe 1, ainsi que la question du droit protégé par l'article 6, paragraphe 3(c) de la Convention de se défendre en personne ou d'avoir l'assistance d'un défenseur, sont d'une complexité telle que leur solution reléve d'un examen du fond de l'affaire . 2 . Le requérant se plaint en outre du traitement différent qui lui a été réservé du fait qu'il était détenu, par rapport à celui accordé aux personnes en liberté, quant aux droits procéduraux dans la procédure d'appel susmentionnée . L'article 296, paragraphe 3 du Code de procédure pénale confére effectivement à tout accusé en liberté le droit d'être appelé à comparaitre aux cbtés de son avocat, alors que, dans le cas d'une personne détenue, la cour est souveraine pour autoriser ou non cette personne à comparaitre à l'audience d'appel . Bien que le requérant n'ait invoqué aucune disposition particuliére de la Convention à cet égard, la Commission a examiné ce grief sous l'angle de l'article 14 de la Convention, en combinaison avec l'article 6, paragraphe 1 et paragraphe 3(c) . L'article 14 garantit à chacun la jouissance des droits et libertés reconnus dans la Convention sans distinction aucune fondée notamment sur une situation . La question qui se pose en l'espéce est celle de savoir si la situation du requérant en tant que personne détenue justifiait un traitement différent par rapport à une personne en liberté, en ce qui concern e
- 174 -
ses droits procéduraux garantis par les articles 6, paragraphe 1 et 6, paragraphe 3 Icl de la Convention dans une procédure d'appel criminelle . La Commission a procédé à un examen préliminaire des exposés des parties sur ce point . Ici également, elle considére que le grief souléve des questions complexes sur le terrain des articles susmentionnés de la Convention, dont la solution reléve d'un examen du fond de l'affaire .3 . Le requérant se plaint enfin d'un échange de communications confidentielle entre le Juge rapporteur et le Procureur Général au cours de la procédure de la Cour Supréme portant sur son pourvoi en cassation . Il considére que le principe de l'égalité des armes a été violé de ce fait dans son cas et qu'il y a donc eu violation de son droit à un proéès équitable, protégé par l'article 6, paragraphe 1 de la Convention . Dans la mesure où il fait valoir qu'une telle violation de la Convention réside déjà dans le fait que le « croquis » du Procureur Général n'a pas été signifié à son avocat suivant la procédure ordrnaire et que l'avocat n'a pu se procurer ce document qu'en en faisant la demande au bureau du Procureur Général, la Commission ne voit pas l'apparence d'une violation de l'article 6, paragraphe 1 . Le principe de l'égalité des armes contenu dans la notion de procés équitable ne requiert pas une forme particuliére de communiration é la défense du contenu du dossier, ou d'une partie de celui-ci . Tant que la procédure disponible n'est pas particuliérement onéreuse et n'aboutit pas à priver la défense de la possibilité pratique d'exercer ses droits, on ne peut pas direqu'il y ait atteinte au droit à un procés équitable . La Commission limite donc l'examen de ce grief aux communications entre le Juge rapporteur et le Procureur Général qui ont été effectivement dissimulées à la défense . - A cet égard la Commission a pris note des divers arguments présenté s par les parties au sujet de la position du Procureur Général en tant que membre de l'autorité de poursuite ou dans une autre qualité, ainsi qu'é l'effet possible de l'échange de communications confidentielles sur l'exercice effectif des droits de la défense . Elle considére qu'il se posé des questions complexe . paragraphe 1 de l sanetdélica'nrpoetdalic 're6 Convention, questions dont la solution reléve d'un examen du fond de l'affaire .4 . En conclusion, la requête ne peut pas être rejetée commé manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention et elle doit donc étre retenue, aucun autre motif d'irrecevabilité n'ayant été constaté .
Par ces motifs, la Commission, tout moyen de fond étant réservé , DECLARE LA REQUETE RECEVABLE .
- 175 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 05/03/1980

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.