Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Radiation partielle du rôle ; Frais et dépens - demande rejetée (deuxième requérant)

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8581/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1980-03-06;8581.79 ?

Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8581/7 9
X . v/the UNITED KINGDO M X . c/ROYAUME-UN I DECISION of 6 March 1980 on the admissibility of the applicatio n DECISION du 6 mars 1980 sur la recevabilité de la requéte
Arllcle 3 of the Convention : The expulsion or extradition of an individual towards a country where there are serious reasons to believe that he will be subjected to treatment contrary to Article 3 of the Convention, raises a problem under this provision . Does this also apply when the danger does not arise from the public authorities but from autonomous groups against which the authorities allegedly do not protect the individual concerned ? (Question non pursued) .
Arilcle 3 de la Convention : L'expulsion ou l'extradition d'un individu vers un pays où il y a de sérieuses raisons de croire qu'il sera soumis à un traitement contraire à l'article 3, pose un problème sous l'angle de cet article . En va-t-il de même si le danger provient non d'autorités publiques mais de groupes indépendants contre lesquels les autorités ne protègeraient pas l'intéressé ? (Quéstion non résolue) ,
(français : voir p . 56)
THE FACTS
The facts of the case, according to the latest statement by the applicant • and subject to some inconsistencies and dispute as to details between the part ies, are as follows : • The applicant was represented before the Commission by Mr L . Grant, solicitor, of Messrs . Seifert, Sedley & Co . . solicitors . London .
-q8-
The applicant is a Turkish citizen who was born in Turkey in 1955 . When introducing his application he was detained in HM Prison Pentonville, London, awaiting deportation from the United Kingdom back to Turkev . The applicant states that since 1970 widespread violent political disturbances have been caused by feuding between the extreme right wing MHP (the Milliyetci Haraket Partisi) or the Nationalist Action Party and the extreme left wing THKO (Turk Halk Kurtukus Ordusu) . The trouble tirst started on 18 March 1970 when the THKO bombed Ankara Universitv, killing seven students and wounding several army and police ofiicers . This led to the arrest ot' some 27 THKO members, three of whom were executed and the rest sentenced to lite imprisonment . The applicant joined the MHP in 1972 when he was still at high school in Istanbul, although he was not an activist against the THKO until 1972 . He was also a member ot'the MHP's youth commandos or the "Grey Wolves" . He said that he carried arms for self protection only . However his main involvement was as an informer . He tirst gave evidence to the police in 1973 arising out of the THKO kidnapping of a group of British technicians working in Turkey . The evidence he gave on this and subsequent occasions led to arrests and was used in proceedings against the THKO although, in accordance with the martial law, he never had to testifv in court .
In 1973 there was a change of Government in Turkev and manv of the prisoners involved in the 1970 bombing were amnestied . Since when thev have apparentlv revenges themselves against those involved in their trial and other MHP members . After the killing of two of the applicant's friends and the Director of the youth hostel which the applicant hélped to run, he began to fear for his life . His medical studies, commenced in 1974 at Istanbul University, were disrupted bv terrorist activities and at one point he was injured in a bomb explosion Ieaving him deaf in his right ear . He claims that he did not leave Turkey straight awav as protection was promised by the Government but this did not prevent and has not prevented the murder of several persons whom he cites, including allegedlvhis two brothers who were kidnapped in order to discover the applicant's whereabouts, but later murdered . His father was also allegedly kidnapped in 1978 to force disclosure of the applicant's whereabouts but released when the kidnappers accepted that the applicant was already in the United Kingdom . In apparent fear for his life, although no mention of his difiiculties was made to the British immigration authorities at that time, the applicant went to England . He was given leave to enter for one month on 8 September 1975 to do voluntary work at an agricultural camp . At the camp's request the permit was extended until 3 November 1975 .
- 49 -
There then followed a period of apparent evasion of the immigration authorities by the applicant : statements that he was pursuing studies, that he was at particular addresses . etc ., but the police were unable to trace him . The applicant claims that he was not being deceitful but that he had passport difticulties with the Turkish Consulate and needed that regularised flrst . He also states that he did follow a course of studies until late 1976 and that alleged inconsistencies in his statements must have been due to language misunderstandings between himself and the authorities . Nothing was heard from the applicantbv the Home Ofiice until 4 November 1977 when they received information from a purported fiancée of the applicant . The applicant was arrested at the address she had given and charged with knowingly remaining the United Kingdom beyond the specified time limit of his permitted stay (Section 24, para . I .b of the Immigration Act 1971 . hereafter reterred to as the Act) and with giving a false statement as to his address (Section 26, para . I .c of the Act) . He pleaded guilty, and was convicted on 25 Januarv 1978, fined £100 and recommended for deportation . His appeal against the tine and the recommendation was dismissed on 12 July 1978 . On 18 Julv 1978 the applicant applied for political asvlum and described his political difficulties for the first time although he said he had actually been a prosecution witness at the 1970 bombers' trial (as he had told the Commission originallv) and that his two vounger brothers were both kidnapped and later found dead . The Home Ot'tice decided to look into the applicant's situation although , in the nieantime, a deportation order against the applicant was signed bv the Home Secretarv on 20 July 1978 and its execution suspended . Inquiries were made, inter alia, with the British Embassv in Ankara and the Foreign and Commonwealth OBice in London . Although it was recognised that there was violent feuding between the extreme left and extreme right political factions in Turkcv and that MHP informers would be a target for the former, the applicant was not consideredto be in a-special . position of risk and, therefore, there was no overriding ieason inhibiting his deportation to Turkey . On i 1 December 1978 the deportation order was served on the applicant and he was detained at HM Prisori Pentonville . He was handed a letter informing him that he had been refused political asvlum : Further representations to the Home Secretary by the applicant, his Member of Parliament and the Joint Council for the Welfare of Immigrants did not bring to light fresh evidence to warrant a review of the deportation decision . The United Nations High Commissioner for Refugees decided that the applicant was not a refugeé for the purposes of the United Nations Convention Relating to the Status of Refugees .
-50-
The applicant appealed to an Adjudicator against destination but it was dismissed on 4 Januarv 1979 as he was unable to show that anv other countrv would accept him . He had mentioned going to the United States, but the applicant claims that his immigration inquiries at the United States, Canadian and New Zealand Consulates have been rebuffed as he is the subject of a deportation order . The Home Secretary intends deporting the applicant to Turkey as soon as possible, although he has been released from custody for the time being and the Government have been making inquiries as to whether another country would accept the applicant it' his passport were returned to him . The applicant fears for his safety if he is returned to Turkey as he is not contident in view of'the manv sectarian murders which have already occurred that the Turkish authorities can adequatelv protect him .
COMPLALNT S The applicant complains of his imminent deportation to Turkey where he claims his lil'e is endangered by the terrorist activities ot' the party of the Turk Hal Kurtukis Ordusu .
SUMMARY OF THE OBSERVATIONS OF THE PARTIE S Submisslons of the Govemment (Extract )
As to the tacU The Government then set out the relevant facts of the case most of which are incorporated in THE FACTS above . particular they . seek to show the applicant's deceitt'ul and evasiv e •In behaviour with the United Kingdom immigration authorities and inconsistencies which would not be due to language diNiculties in view of the usual presence of an interpreter on such occasions . As a result ot' inquiries, including those through the British Embassv in Ankara and the Foreign and Commonwealth Office in London, it is recognised that there was violent feuding between exlreme left and right wing political Factions and that all MHP members including inforniers such as .the applicant are potential targets ot' the left wing extremists . However the applicant is not considered to be in any special position of risk which would constitute a n
-51-
overriding re ason not to return - him to Turkey . The Government would be willing to depo rt him elsewhere•if•the applicant could show that he would be admitted bv another countrv y
.AstoadmielbW
Insofar as the applicant's . claim concerns only treatment which~he says he is at risk of suffering in Turkev, the Government recognise the Commission's previous jurisprudence~that the extradition ot'someone to~a,pa rticular count ry mav in exceptional circumstances raise an issue under Article 3 of the Convention although there is ,- no fre edom from extradition or . expulsion guaranteed as such bv the Convention . In most of the relevant previous cases before the Commission the th reat of ill-treatment came from recéiving :5tate authorities not private individuals or factions and thev all concerned re ceiving countries which were not Party to the Convention and where the respondent Government could not give guarantees as to the deportee's tre atment in the receiving country . However the present caseinvolves Turkey which is a High .Contracting Party to the Convention and has unde rtaken to secure Convention rights and freedoms to everyone within their territory . The present Turkish , Government have strongly condemned political violence and have taken measures to deal with it, such as the imposition•of ma rt ial law . The Government submit that the United Kingdom Government have taken all reasonable steps conceining the applicant in their ca reful inqui ries not only in the United Kingdom but also in Turkey ( . . .) . The United Nations Commissioner for Refugees has considered the case . Fu rt hermore even though the Government find no overri ding reason why the applicant should not go back to Turkey,thev : would be prepared to remove him to any other country ( cf. Application No : 7234/75, D .R . S . p . 144) . On this basis the Government conclude that the applicant's claim is manifestly ill-founded (Article 27, para . 3) . The Government also submit that the applicant has not shown~that his life is in fact at risk in Turkev :he staved in Turkey . until 1975, two years after his informer activities had begun and the amnesties to THKO .members were announced ; he tirst mentioned these sûpposed'politica6-difficulties in July 1978, three years after his leave to remain in the United Kingdom had expired ; the Government and the United Natiôns Commissioner for Refugees do not find that he qualities for refugee status . In the Government's view, the question of political asylum arises only in relation to persecution from the authorities of a country, or, exceptionally, where law andorder have completely broken down . Turkey~is presently suffering f'romviolent political disturbances, but there is no evidence to show that the applicant is at special risk and bound to be the subject ot' attack . It was not submitted that the Turkish authorities would persecute the applicant . Thus .thé .Government request the Commission to declare the applicationmanifestly ill-founded .
-52-
Submlwlons of the applicant (Extract )
As to rhe facti The applicant offers explanations for the apparent inconsistencies in his behaviour between November 1975 and November 1977 . He states that he has not deliberatelv evaded the immigration authorities du ri ng this pe ri od and it is an injustice to imptv that he has lied to the police and other ofticials, who must have misunderstood his statements and information given or the interpreter used has not correctty translated him . As regards discrepancies in his account of his political background, the applicant claims that the United Kingdom authorities have misunderstood him or he has been misinterpreted . He maintains that account set out in THE FACTS above . He mentions that he had not left Turkey earlier as it was only in April 1975 when he was injured that he realised that he was a specific target for the terrorists . Once he realised this, it took several months to leave Turkey as he had not only to obtain exemption from military service but also to obtain a student passport which involved delavs as the Turkish Government scrutinise such cases very carefully and they made extensive inquiries into his background . The applicant maintains his claim that if he were returned to Turkey it would mean certain death . He refutes the Government's claim that they have made detailed inquiries and given caret'ul consideration to his case in view of the allegedly superticial way officials have treated him at interviews . He states that if returned to Turkey, he will be unable to leave for at least three vears in view ot' his time atreadv spent abroad and his liability for military service . The applicant states that he is at special risk . It is obvious that not all members of the MHP are assassination targets as it has two million members . Onl,vi certain of them have been singled out and he is one of them . He claims that law and order have completely broken down in Turkey and that the Turkish Government will not be able to protect his life . He cites many examples of people who have been murdered by terrorists whose lives were obviouslv not so protected . As manv were important figures, he submits that his relatively insigniticant life would attract even less protection . In the submission lodged bv his legal representative the applicant states that in view ot' the leftish leaning of the present Turkish Government, he suspects that he may also be persecuted by the Government authorities on untounded allegations of bombings andcrimes ot' vengeance against com-
-53-
munist groups, crimes for which alreadv 154 people are awaiting execution in Turkev . He submits that he has not raised these aspects of his case with the Home ORice for fear that the Turkish Govemment, if approached, would be encouraged to request his extradition . The applicant comments that he would be willing to go to another countrv rather than be returned to Turkey but that, for example, his applications to the Canadian, New Zealand and United States Consulates were ret'used, the latter because he was subject to a deportation order in the United Kingdom . Consideratlons of admiselbWty .
The applicant contends that Turkey is unable to a fl'ord him the necessary protection for his life and the mere fact that Turkey is a High Contracting Part _v to the Convention does not exclude investigation of his claims . He notes that the United Kingdom Government have granted political asylum to persons menaced by non-governmental factions ( cf . Ahmet v . the Secreta ry of State, Immigration Appeals Adjudicator, 16 January 1975, TH/3317/74) .
THE LAW The applicant has complained of his imminent depo rt ation to Turkey where he claims that his life would be endangered bv the terro ri st activities of the pa rt y ot'the Turk Halk Ku rt ukus Ordusu . Article 3 of the Convention forbids, inter alia, inhuman or degrading treatment and the Commission has consistently held that the expulsion or extradition of a person could, in ce rt ain exceptional circumstances, infringe Article 3 where there is se ri ous reason to believe that the depo rt ee will be subjected to treatment prohibited by the A rt icle in the receiving country (cf. e .g . the Commission's decision on admissibility in Applications Nos 7216/75, X . v . the Federal Republic ot Germany, D .R . 5, p . 137 and 7334/76, X . v . the Federal Republirof Germahv, D .R . 5, p . 154) . The Government have submi tt ed that, according to their inquiries, althougfi the violent t'euding between the extreme le ft and extreme right political factions in Turkey is recognised, the applicant is considered to be in no special position ot' risk and that there is rio overriding re ason why he should not be depo rted to Turkev . The applicant, in replv, has maintained his claim that he would be a target for reprisals and added that he now feared persecution from the Turkish authorities, not just private factions . It is not necessarv to decide here whether the Commission, in examinin g a case ofthis kind from the standpoint of Article 3, may take into account a n
-54-
alleged danger arising, not from public authorities, but from autonomous groups . for the applicant has not provided evidence to substantiate his claims . It is noteworthy that there has been a lack of frankness in his various accounts and he remained in Turkey for a long time after the terrorist activities of which he complains were well underway . The Government have made inquiries but 1'ound no basis 1'or making a special case of the applicant in granting him political asvlum . Of pa rt icular significance is the result oP inquiries made by the London OBice of the United Nations High Commissioner for Refugees . Despite his apparent competence to examine, in ce rt ain circumstances, an individual's tear of persecution from non-governmental factions under the United Nations Convention relating to the Status of Ret'ugees (ct'. "Handbook on procedures and c ri teria for determining refugee status under the 1951 Convention and the 1967 Protocol relating to the Status of Refugees", a publication of the Oflice ol' the United Nations High Commissioner for Refugees, Geneva, September 1979, in pa rticular page 17, para . 65), the United Nations High Commissioner for Refugees found that there were no grounds for affording the applicant refugee status . Moreover, the applicant has not submitted evidence to substantiate his recent claim that he feared persecution trom Turkish governmental authorities . The Commission tinds that the applicant has failed to substantiate his allegation that he would be at special ri sk if re turned to Turkey bv vi rt ue of his political views and thus he has failed to substantiate his claim against the United Kingdom Govemment ot' a potential breach of the Convention should they deport him . The Commission concludes that an examination of the complaint, as it has been submitted, does not disclose any appearance ot' a violation of the rights and freedoms set out in the Convention, and in pa rt icular in Article 3 . It follows that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . For this reason, the Commissio n DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
-55-
1%*
(TRADUCTION) EN FAIT Selon l'exposé le plus récent fait par le requérant' . et sous rése rve de quelques contradictions et points de détails litigieux entre les parties, les faits de la cause sont les suivants : Le requérant est un ressortissant turc, né en Turquie en 1955 . Au ntoment de l'introduction de sa requête, il était détenu à la p rison de Pentonville à Londres en attendant d'être expulsé du Royaume-Uni en Turquie . Il affirme que, depuis 1970, les dissensions entre le MHP ( Milliyetci Haraket Partisi) ou parti d'action nationaliste d'extrême droite, et le THKO (Turk Halk Ku rt ukus Ordusu), d'extrême gauche, provoquent de violents désordres politiques . Les troubles ont commencé le 18 mars 1970 lorsque le THKO a déposé à l'Université d'Ankara une bombe qui a tué sept étudiants et blessé plusieurs militaires et policiers . Cet attentat a conduit à l'arrestation de 27 membres du THKO , dont trois ont été exécutés et les autres condamnés à la prison à perpétuité . Le requérant a adhéré au MHP en 1972 . alors qu'il se trouvait encore au lycée d'Istamboul, mais n'avait pas jusqu'alors mené d'activités contre le THKO . Il fut également membre des commandos de jeunes du MHP, appelés encore - les loups gris . . Il affirme que s'il était armé, c'était uniquement pour se protéger et qu'il se rv ait essentiellement d'indicateur . C'est en 1973 que, pour la première fois, il témoigna devant la police sur l'enlèvement par le THKO d'un groupe de techniciens b ri tanniques travaillant en Turquie . Les dépositions qu'il fit à ce moment-là et par la suite ont conduit à diverses arrestations et ont été utilisées dans des poursuites judiciaires contre le THKO, bien qu'en application de la loi martiale, le requérant n'ait jamais eu à lémoigner en justice . En 1973 . il y eut changement de gouvernement en Turquie et nombre de prisonniers impliqués dans l'attentat de 1970 furent amnistiés . Par la suite, ils se sont apparemment vengés de ceux qui avaient témoigné à leur procès et de différents membres du MHP . Après l'assassinat de deux de ses amis et du direcleur du foyer de jeunes où il avait réussi à se réfugier, le requérant commen ç a à craindre pour sa vie . Ses études médicales, entamées en 1974 à l'Université d'Istamboul, furent entravées par les activités terroristes et, à un moment donné, le requérant fut blessé lors d'un attentat à la bombe qui le rendit sourd de l'oreille droite . Il prétend que s'il n'a pas tout de suite quitt é
• Le requérant était représenté devant la Commission par Maitre L . Grant, solicitor, du Cabinet Seifert, Sedley & C° à Londres .
-56-
la Turquie, c'est que le Gouvernement avait promis de la protéger, mais cela n'empêcha pas le meurtre de plusieurs personnes dont il cite les noms, parmi lesquels ses deux frères, qui auraient été enlevés pour leur faire dire où se trouvait le requérant et assassinés par la suite . Son père aurait, lui aussi, été enlevé en 1978 pour l'obliger à révéler où se trouvait le requérant, mais il fut relàché lorsque les kidnappeurs se rendirent compte que son fils se trouvait déjà au Royaume-Uni . Craignant apparemment pour sa vie, mais sans faire mention à cette époque de ses difficultés devant les Services d'immigration britannique, le requérant se rendit en Angleterre . Le 8 septembre 1975 . il obtint une autorisation de séjour, valable pour un mois, afin de travailler bénévolement dans un camp agricole . A la demande des dirigeants du camp, l'autorisation fut prorogée jusqu'au 3 novembre 1975 . Survint alors une période pendant laquelle le requérant s'est apparemment soustrait aux Services d'immigration : déclarations selon lesquelles il poursuivait des études . se trouvait à certaines adresses, etc . . . alors que la police n'était pas en mesure de retrouver sa trace . Le requérant prétend qu'il ne cherchait pas à tromper les autorités mais se heurtait, au Consulat turc, à des difficultés de passeport qu'il lui fallait résoudre avant tout . Il affirme également avoir suivi un cycle d'études jusqu'à la fin de 1976 et, selon lui, les incohérences relevées dans ses déclarations s'expliqueraient par des malentendus linguistiques entre les autorités et lui .
Le Ministère de l'Intérieur n'eut aucune nouvelle du requérant jusqu'en 1977, date à laquelle il reçut des informations émanant d'une prétendue fiancée du requérant . Celui-ci fut arrêté à l'adresse qu'elle avait donnée et inculpé de séjour délibéré au Royaume-Uni au-delà du délai fixé sur son permis de séjour (article 24, par . 1 b) de la loi de 1971 sur l'immigration, ci-après - la loi .) et pour fausses déclarations concernant son adresse (article 26, par . 1 c) de la loi) . Il plaida coupable et fut condamné le 25 janvier 1978 à une amende de 200 livres, le juge recommanda de l'expulser . Le 12 juillet 1978, le requérant fut débouté de l'appel qu'il avait interjeté contre l'amende et la proposition d'expulsion . Le 18 juillet 1978, le requérant sollicita l'asile politique en exposant pour la première fois ses difficultés politiques ; il indiqua toutefois avoir été effectivement témoin à charge au procès des responsables de l'attentat de 1970 (comme il l'a déclaré au début à la Commission) et ajouta que ses deux jeunes frères avaient été tous deux enlevés et leurs cadavres ultérieurement découverts . Le Ministère de l'Intérieur décida d'approfondir la situation du requérant même si . dans l'inte rv alle, le ministre avait signé, le 20 juillet 1978, un ordre d'expulsion à l'encontre du requérant, puis en avait suspendu l'exécution .
-57-
Des enquêtes furent menées notamment auprès de l'Ambassade du Royaume-Uni à Ankara et auprès du Ministère des Affaires étrangères à Londres . Tout en reconnaissant qu'il existait en Turquie de violentes dissensions entre les factions politiques extrémistes de gauche et de droite et que les indicateurs du MHP étaient visés par les premiers, le ministère en conclut que le requérant n'encourait aucun risque précis et qu'il n'y avait donc aucune raison majeure de ne pas l'expulser en Turquie . Le 11 décentbre 1978, le requérant se vit signifier l'arrêté d'expulsion et fut incarcéré à la prison de Pentonville où on lui remit une lettre l'informant que l'asile politique lui était refusé . Les réclamations adressées ultérieurement au Ministre de l'Intérieur par le requérant, son député et la commission mixte d'assistance aux immigrés n'apportèrent aucun élément nouveau justifiant de revenir sur la décision d'expulser . Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés décida par ailleurs que le requérant n'était pas un refugié au sens de la Convention des Nations Unies relative au statut des'réfugiés .
Le requérant fit appel à un fonctionnaire supérieur (Adjudicator) pour faire changer le pays de destination . mais son recours fut rejeté le 4 janvier 1979 car il ne pouvait pas prouver qu'un autre pays accepterait de le recevoir . Il avait indiqué qu'il se rendrait aux Etats-Unis . mais prétend que les demandes d'immigration déposées auprès des consultats des Etats-Unis, du Canada et de la Nouvelle-Zélande ont été rejetées parce qu'il fait l'objet d'un arrété d'expulsion . Le Ministre de l'Intérieur se propose d'expulser dès que possible le requérant à la Turquie . Cependant, l'intéressé a été remis en liberté et le Gouvernement cherche à savoir si un autre pays accepterait de le recevoir si son passeport lui était rendu . Le requérant craint pour sa sécurité lorsqu'il retournera en Turquie et . vu les nombreux assassinats de factieux commis dans ce pays, n'est pas sûr que les autorités turques puissent assurer sa protection .
GRIEFS Le requérant se plaint de la décision de l'expulser sans délai à l a Turquie où, selon lui , sa vie est mise en danger par les activités terrori stes du parti turc Halk Kurtukus Ordusu (THKO) .
-58-
RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS DES PARTIE S Argumentation du Gouvernement (Extrait )
Sur les fait s Le Gouvernement a exposé les faits de la cause, qui figurent pour l'essentiel ci-dessus dans la partie intitulée EN FAIT veut notamment souligner le comportement équivoque et évasif d u .Il requérant vis-à-vis des Se rv ices b ri tanniques d'immigration et les incohérences de ses récits relatifs à ses difficultés politiques en Turquie . Ces incohérences ne sauraient être attribuées à des obstacles linguistiques puisqu'il est d'usage de faire appel à un interprète en ces occasions . Les informations fournies notamment par l'Ambassade du Royaume - Uni à Ankara et le Ministère des Affaires étrangères à Londres reconnaissent l'existence de violentes dissensions entre les factions politiques extréntistes de gauche et de droite et le fait que tous les membres du MHP, y contpris les indicateurs contme le requérant, sont des cibles potentielles pour les extrémistes de gauche . On estime cependant que le requérant ne court pas un danger précis constituant une raison majeure de ne pas le renvoyer en Turquie . Le Gouvernentent serait disposé à l'expulser vers tout autre pays prêt à l'accueillir, si le requérant pouvait en apporter la preuve .
Sur la recevabilit é Dans la mesure où le grief du requérant ne concerne que le risque qu'il dit encourir en Turquie, le Gouvernement admet que, selon la jurisprudence de la Commission, l'extradition d'un individu à un pays donné peut, dans des circonstances exceptionnelles, faire naître un problème au regard de l'article 3 de la Convention, bien que la Convention ne garantisse pas en tant que tel le droit de ne pas être extradé ou expulsé . Dans la plupart des affaires dont la Commission a été saisie, la menace de mauvais traitement provenait des autorités de l'Etat d'arrivée et non d'individus ou de factions privées et ces affaires concernaient toutes des pays d'arrivée qui n'étaient pas signataires de la Convention et pour lesquels le Gouvemement défendeur ne pouvait pas donner d'assurances quant au traitement que recevrait l'expulsé à son arrivée . Cependant . la présente affaire concerne la Turquie . Haute Partie Contractante à la Convention qui a pris l'engagement d'assurer la jouissance des droits et libertés garantis par la Convention à quiconque se trouve sur son territoire . L'actuel Gouvernement turc a énergiquement condamné la violence politique et pris des mesures pour l'enrayer . en décrétant par exemple la loi martiale . Le Gouvernement du Royaume-Uni soutient avoir pris toutes le s
-59-
mesures raisonnables concernant le requérant lors des enquêtes méticuleuses faites non seulement au Royaume-Uni mais aussi en Turquie ( . . .) . Le Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés a, lui aussi, examiné le dossier . Par ailleurs, tout en ne voyant aucune raison majeure de ne pas renvoyer le requérant en Turquie . le Gouvernement serait prêt à l'expulser vers un autre pays (cf . requête N° 7234/75, D .R . 5, p . 144) . Aussi le Gouvernement estime-t-il le grief du requérant manifestement dépourvu de fondement (article 27, par . 2) . Le Gouvernement affirme également que le requérant n'a pas montré que sa vie serait réellement en danger en Turquie : en effet, l'intéressé est demeuré en Turquie jusqu'en 1975, soit deux ans après le début de ses activités d'indicateur et la proclamation des amnisties des membres du THKO ; il n'a mentionné ces prétendues difficultés politiques qu'en juillet 1978, soit trois ans après l'expiration de son permis de séjour au Royaume-Uni ;]e Gouvernement britannique et le Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés n'estiment pas que l'intéressé remplisse les conditions pour obtenir le statut de réfugié . Selon le Gouvernement, la question de l'asile politique ne se pose que lorsqu'il y a persécution par les autorités d'un pays ou, exceptionnellement, lorsque l'anarchie est totale dans ce pays . Certes, la Turquie souffre actuellement de violents troubles politiques, mais rien ne prouve que le requérant coure un risque particulier et y soit forcément attaqué . Il n'a pas été allégué que les autorités turques allaient persécuter le requérant . Aussi le Gouvernement demande-t-il à la Commission de déclarer la requéte manifestement dépourvue de fondement . Argumentation du requérant (Extrait )
Sur les fait s Le requérant offre d'expliquer les incohérences apparentes constatés dans son comportement entre novembre 1975 et nombre 1977 : fl affirme ne s'être pas délibérément soustrait aux Services d'immigration pendant cette période . Selon lui, il est injuste de supposer qu'il a menti à la police et aux autres responsables, alors que ceux-ci n'ont pas compris ses déclarations ou les informations fournies ou que l'interprète ne les a pas correctement traduites . De même, s'agissant des variations constatées dans le récit de ses antécédents politiques, le requérant prétend que les autorités du Royaume-Uni l'ont mal compris ou qu'il a eu un mauvais interprète . Il maintient le récit tel qu'exposé plus haut dans la partie EN FAIT . Il indique qu'il n'avait pas quitté la Turquie plus tôt parce que c'est seulement en avril 1975 qu'il fut blessé et se rendit compte qu'il était une cible pour les terroristes . Après l'avoir compris, il lui fallut plusieurs mois pour quitter la Turquie : il dut non seulement se faire dispenser du service militaire, -mais aussi se procurer u n
- 60 -
passeport pour étudiant, ce qui suppose des délais car le Gouvernement turc passe ce genre de dossiers au crible et a fait une enquête complète sur son passé . Le requérant maintient que son retour en Turquie signifierait pour lui une mort certaine . Vu la manière superficielle dont les responsables ont traité l'affaire lors des entretiens, il réfute l'argument du Gouvernement selon lequel des enquêtes approfondies et une étude très soigneuse auraient été menées à son sujet . Il affirme que . s'il revient en Turquie, il ne pourra pas en repartir avait trois ans au moins, compte tenu du temps qu'il a déjà passé à l'étranger et de la nécessité de faire son service militaire . Le requérant affirme qu'il court un risque précis . Il est évident que tous les niembres du MHP ne sont pas des cibles pour les tueurs puisque le parti compte deux millions de ntembres . Seuls, certains ont été choisis et il en fait partie . Selon lui, il règne une anarchie complète en Turquie et le Gouvernement turc ne pourra pas le protéger . Il cite quantité d'exemples de gens, assassinés par des terroristes, dont la vie n'était manifestement pas protégée par les autorités . Comme plusieurs d'entre eux étaient des personnalités importantes . sa propre existence, relativement insignifiante, appellera une protection encore moindre . Dans les observations déposées par son avocat, le requérant affirme qu'en raison de l'orientation à gauche du Gouvernement turc du moment, il redoute d'être un jour persécuté aussi par les autorités gouvernementales qui l'accuseraient à tort d'attentats à la bombe et de représailles contre des groupes communistes, accusations pour lesquelles 154 personnes déjà attendent l'exécution capitale en Turquie . 1l prétend n'avoir pas abordé cet aspect de l'affaire avec le Ministère de l'intérieur par crainte d'inciter indirectement le Gouvernement turc à réclamer son extradition . Le requérant indique qu'il souhaiterait se rendre dans un autre pays plutôt qu'être renvoyé en Turquie, mais que ses demandes adressées par exemple aux consulats du Canada, de Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis ont été rejetées, pour ce dernier pays parce que le demandeur faisait l'objet en Angleterre d'un arrêté d'expulsion . Considérations de recevabilit é Le requérant soutient que la Turquie n'est pas en mesure de lui off ri r la protection nécessaire et le simple fait que ce pays est Partie à la Convention n'empêche pas d'enquêter sur ce grief . 1l relève que le Gouvernement du Royaume-Uni a accordé l'asile politique à des personnes menacées par des factions non gouvernententales ( cf . Ahniet v .the Secretary of State . Immigration Appeals Adjudicator, 16 janvier 1975, TH/3317/74) .
-61-
EN DROIT Le requérant se plaint de son expulsion imminente à la Turquie, où sa vie serait mise en danger par les activités des terroristes du parti turc Halk Kurtukus Ordusu . L'article 3 de la Convention interdit notamment les traitements inhumains ou dégradants et la Commission a constamment déclaré que l'expulsion ou l'extradition d'un individu peut, dans certaines circonstances exceptionnelles, se révéler contraire à l'article 3, lorsqu'il existe des raisons sérieuses de croire que cet individu sera exposé dans le pays d'arrivée à des traitements prohibés par cette disposition (cf . par exemple la décision de la Commission sur la recevabilité des requêtes N° 7216/75 X . c/République Fédérale d'Allemagne, D .R . 5, p . 137 et 7334/76 X . c/République Fédérale d'Allemagne . D .R . 5 . p . 154) . Le Gouvemement a soutenu que, selon ses propres informations et tout en reconnaissant l'existence en Turquie de violentes oppositions entre les factions politiques extrémistes de gauche et de droite, il ne considère pas que le requérant coure un risque particulier et ne voit aucune raison majeure de ne pas l'expulser à la Turquie . Le requérant a répliqué en maintenant qu'il fera l'objet de représailles et ajouté qu'il redoutait à présent d'être persécuté non seulement par des groupements factieux, mais aussi par les autorités turques . Il n'est pas nécessaire de décider ici de la question de savoir si la Commission, en examinant une affaire de ce genre sous l'angle de l'article 3, peut tenir compte d'un prétendu danger provenant non pas d'autorités publiques, mais de groupements autonomes car le requérant n'a produit aucun élément pour appuyer sa thèse . Il est à remarquer que ses divers récits sont dépourvus de franchise et que l'intéressé est demeuré en Turquie longtemps après le début des activités terroristes dont il se plaint . Le Gouvernement a procédé à des enquêtes mais n'a pas trouvé sur quelle base il pourrait considérer le requérant comme un cas à part pour lui accorder l'asile politique . Le résultat des enquêtes menées par le bureau londonien du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés est à cet égard significatif . Bien que la Convention des Nations Unies relative au Statut des réfugiés lui donne apparemment compétence pour examiner, dans certains cas, les craintes émises par un individu sur la persécution par des factions non gouvernementales (voir le Manuel des procédures et critères d'obtention du statut de réfugiés conforrnément à la Convention de 1951 et au Protocole de 1967 relatifs au Statut des réfugiés, publié par le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés . Genève, septembre 1979, notamment à la page 17, par . 65), le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés n'a pas trouvé de motif de reconnaitre au requérant le statut d e
- 62 -
réfugié . Au surplus, le requérant n'a soumis aucun élément pour expliquer pourquoi il redoute à présent des persécutions de la part du Gouvernement turc . La Conintission constate que le requérant n'a pas é tayé l'allégation selon laquelle ses opinions politiques lui feraient courir un risque particulier s'il revenait en Turquie et n'a donc pas établi le bien-fondé de cette allégation que le Gouvernement du Royaume-Uni agirait contrairement à la Convention en l'expulsant . La Commission estime qu'un examen de ce grief, tel qu'exposé par le requérant, ne révète aucune apparence de violation des droits et libertés consacrés par la Convention, notamment par son article 3 . Il s'ensuit que la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n DECLARE LA REQUÊTEIRRECEVABLE .
- 63 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 06/03/1980

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.