Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Radiation partielle du rôle ; Frais et dépens - demande rejetée (deuxième requérant)

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8518/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1980-03-14;8518.79 ?

Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8518/7 9 X . v/ the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/RÉPUBLIOUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISiON ol 14 March 1980 on the admissibility ol the application DÉCISION du 14 mars 1980 sur la recevablité de la requèt e
Article 3 of the Convention :Forced adminisvarion of inedicines to a menrally abnormal prisoner in a psychiatric hospital, subject to judicial control. Manifestly ill-founded . Article 8 of the Convention : Menrally abnormal offender provided wirh a guardian in particular to authorise ntedical trearntent . Lawful interference justified, in this case, as necessary for the prevention of disorder and crime.
Article 3 de la Convention : Administration forcée de médicaments à un malade rnental interné en clinique psychiatrique . .sous contrBle iudictaire Défaut manifeste de fondement . Article 8 de la Convention : Délinquant malade rnental pourvu d'un cur.vteu r appe% notamrnent à donner son consentement à des trairemenrs rnédicaux ingérence prévue par la loi et /iisrifiée, en /'espéce, comme nécessaire à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales.
Summary of the relevant facts I fian çais : voir p. 1961 In 1971 the applicant was sentenced to two years imprrsonment for inder,enr assault . He was held to be of diminished responsibiliry and the Court ordered him to be confined in a psychratric hospital pursuant to Article 42, paragraph b of the German Criminal Code In 1973 the Court of K and in 1978 the Courr of H. concluded, after investigat%,~ and expert evidence, that the applicant was still dangerous and could not be released.
- 193 -
Meanwhile, in 797.5, the Court of W decided to appoint a guardian over the applicant IGebrechlichskeitsp/legerl to adminrsrer his property and to authorrse rhe medical treatment which the applicant was required to undergn at rhn /r .sychrbtrir hospital. The applicanr principally complains that the drugs psychopharmaca and neuro%ptir have heen administered with the guardian's authorisation, but .a ;rgain .sr his own will.
THE LAW IExtracl l The applicant has lalsol complained about the guardianship as well as about the medical treatment which he has to undergo . The Commission has in the first place considered this part of the case tinder Article 3 ot the Convention which provides that "no one shall be sublected io lorture or io inhuman or degrading treatntent or punishment" . In examining the presenl complaints the Commission has had particular regard lo Ihe decisions given on . . . July and Oclober 1978 by the District Court al W as well as to the decision, dated . . . November 1978, of the H . District Coun . From the decisions of theW . District Court it clearly appears that after the applicant had started to refuse the medical treatment, his psychological state had also deteriorated . According to a medical opinion it was only by means of psychopharmaca that an improvement of the applicant's health could be obtained Also the H . District Court carefully examined the applicant's state of health on the basis of medical expert opinions The Court concluded, however, that the applicant was as much as ever in need of medical treatment since his illness was still continuing . It was convinced funhermore that it was to be expected that the applicant's psychological state of mind wotdd rapidly deteriorate if the regular taking of medicine was discontinued . Moreover, having examined the case, the Commission finds nothing to show Ihat the adminislralion of inedicaménls in quesGon : even if carried out under constraint, is not appropriate in respect ol the malady of which the , . . applicant is sufferin g The Commission understands the difficulties of the applicant's situation However, in the light of all Ihe aforegoing information it concludes that Ihere is no indication that the medical treatment of the applicant can be considered to .amount to an inhuman or degrading treatment within the meaning of Article 3 of the Convention .194 -
The Commission has in the second place also examined this part of the application under Article 8 of the Convention which provides as follows : "1 . Everyone has the right to respect for his private and family life, his home and his correspondence 2 There shall be no interlerence by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessaty in a democratic society in the interests of national security, public salety or Ihe economic well-being of the cournry, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the rights and freedoms of others " The Commission accepts that, when a person is put under guardianship which includes a power of the guardian to decide on persooal rnatters, such as, in the present case, lo aulhorise a particular medical tre ;itment, these are facts that constitute an interference with his right to respect fur his private life wiihin the meaning of Article 8, paragraph 1, of the Convention . Therelore, it remains to be considered whether this interferunce can be juslified on any of the grounds enunierated in Article 8, paragraph 2 . Again the Commission has had close regard to Ihe decisions given by the Gernian courts, wherein reasons are given for the necessity, on the one hand, of appointing him to medical treatment . The decision lo appoint a guardian who could consent to the medical Irealment was clearly "in accordance with the law", namely Article 1910 of the Civil Code in conjunction with Article 38 of the Act on Non-contentious Proceedings . in the Comniission's view this was furtherniore a measure that was necessary in a democratic society for the prevention of disorder or crime within Ihe meaning ol Article 8, paragraph 2, of the Convention because it appeers from Ihe facts of the case that when the applicant did not take the proper riedicaments he felt menaced and persecuted, and threatened co-patients and warders with murder In svpport of this opinion the Commission refers to the reasons given under Articlo 3 as well as to the decision given by the District Co .rrt of W .
In all the circunisrances, and even on the assumption that Ihe applicant has exhausted his domestic remedies, an examination by the Conmission of this part of the application does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedorns set oui in the Corivenfion and in particular in Articles 3 and 8 thereof . It follows thal the reinainder ol the application is lalsol manifestly ill-founded within the nieaning of Article 27, paragraph 2, of the Convention .
- 195 -
Résumé des faits pertinents En 1971, le requérant a éré condamné à deux ans d'emprisonnement pour arrentat à la pudeur Sa responsabilité ayant été jugée restreinte, le rribunal ordonna en outre son internement en clinique psychiatrique con/ormément é l'article 42 Ibl du code pénal allemand. En 1973 le tribunal de K ., puis en 1978 ce/ui d'H. esrimérent, après enquète et expertise, que le requérant demeurait dangereux et ne pouvait étre mis en liberté. Par ailleurs, le tribunal de W décida en 1975 d'imposer au mquérant un curateur (Gebrechlichskeirspfleger) chargé d'administrer ses biens et de donner son consentement aux traitements médicaux que le requérant érait appelé à subir à la clinique psychiatrique . Le requéranrse plaint notamment de s'étre vu administrer, avec le consententent du curateur mais contre son propre gré, des substances psychopharmaceutiques et des neuroleptiques.
I TRADUCTION I
EN DROIT (Extrait ) Le requérant se plaint légalementl de la curatelle qui lui a été imposée et du iraitement médical qu'il a dû subir . La Commission a examiné cette partie de la requête en premier lieu sous l'angle de l'article 3 de la Convention qui dispose que a Nul ne peut étre soumis à la iorture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants » . En examinant les présents griefs, la Commission a tenu compte en particulier des jugements rendus les . . . juillet et . . octobre 1978 par le tribunal cantonal de W ainsi que du jugement, en date du . . . novembre 1978, du tribunal cantonal d'H Des jugements du tribunal cantonal de W ., il ressort clairement qu'aprés que le requérant a commencé à refuser le traitement médical, son état mental s'est aggravé . Selon un avis médical, ce n'est que par l'administration de substances psychopharmaceutiques que l'on pouvait obtenir une amélioration de son état mental . Le tribunal cantonal d'H . a lui aussi examinéd'une maniére approfondie l'état de santé du requérant en se fondant sur les avis d'experts médicaux Il a conclu que le requérant avait plus que jamais besoin d'un traitement médical car l'affection dont il était atteint persistait . Il était en outre convaincu qu'il fallait s'attendre à voir l'état mental du requérant s'aggraver rapidement si celui-ci cessait de prendre réguliérement des médicaments .
- 196 -
D'autre part, aprés examen du dossier, la Commission estinte que rien n'indique que l'administration des médicaments en question, méme si elle est effectuée sous la contrainte, ne soit pas appropriée, eu égard à l'affection dont le requérant est atlein t
La Comntission comprend les difficultés de la situation du requérant Néanmoins, contpte tenu de toutes les informations qui précèdent, elle n'a trouvé aucun indice perntettant de considérer le traitement médical administré au requérant comme un Iraiternent inhumain ou dégradam, au sens de l'article 3 de la Convention . En second lieu, la Commission a également examiné cette partie de la requête sous l'angle de l'article 8 de la Convention, aux lermes duquel : « 1 Toute personne a droit au respect de sa vie privée el familiale, de son domicile et de sa correspondance . 2 . II ne peut y avoir ingérence d'une autorité pubiique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une rnesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sOreté publique, au bienêtre économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infraclions pénales, é la protection de la santé ou de la morale, ou à la prolection des droits et Gbertés d'autrui . » La Comniission reconnait que lorsqu'une personne est placée sous curatelle . situation dans laquelle le curateur est habilité à prendre des déclsions sur certaines questions personnelles, comme, en l'espèce, celle d'auloriser un Iraitement ntédical particulier . pareille situation constitue tine ingérence dans l'exercice de son droil au respect de sa vie privée . au sens de l'article 8, paragraphe 1, de la Convention . II reste donc à exantiner si ceue ingérence petit se justifier par l'un des motifs énumérés à l'article 8, paragraphe 2 LA encore . la Commission a exarniné attentivement les jugements rendus par les tribunaux allemands, o0 sont exposés les motifs rendant nécessaire, d'une part, la désignation d'un curateur au requérant et, de l'autre, l'application à celui-ci d'un haitement médical . La décision de désigner un curateur habilité à autoriser un traitement médical était manifestement « prévue par la loi », à savoir l'article 1910 du Code civil, combiné avec l'article 38 de la Loi sur la juridiction gracieuse En outre . il s'agissalt lé, de l'avis de la Corimnission . d'une mesure qui, dans une sociélé démocratique, étail nécessaire à la prévemion des infractions pénales, au sens de l'article 8 . paragraphe 2, de la Convention car il ressort des faits de la cause que, lorsque le requérant ne prenait pas les n,édicaments indiqués, il se sentait menacé et persécuté et proférait des menaces de mort à l'encontre des autres malades et du personnel soignant . A l'appui de cet avis, la Commission renvoie au considérant ci-dessus concernant l'article 3 . ainsi qu'au jugement rendu par le tribunal cantonal de W 197
Coniple tenu de ces circonstances et même à supposer que le requérant ait épuisé les voies de recours internes, l'examen par . la Commission de cetle partie de la requête ne permet pas de déceler l'apparence d'une violation des droits et libertés garantis par la Convention, en particulier par ses articles 3 et 8 . Il sensuit que le reste de la requéte est Ilui aussi) manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Conventio
n-198

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 14/03/1980

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.