Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Frais et dépens - demande rejetée ; Préjudice moral - réparation pécuniaire ; Dommage matériel - demande rejetée

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8741/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-03-10;8741.79 ?

Analyses :

(Art. 41) PREJUDICE MORAL


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ALLEMAGNE

Texte :

APPLiCA77ON/REQUETE N° 8741/79
X . v/ the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 10 March 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 10 mars 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Article 8 of the Convention : The wish to have his ashes scattered on one's own land is so closely related to private /ife that it falls within the sphere of Article 8 . However, given the personal choice(s) it allows for, every regulation on bttrials does not constitute an irtterference with the exercise of the right to respect for private life. Article 9 of the Convention : The term "practice" does not cover each act which is motivated by a religion or a belief . !n the present case, the applicant's wish to have his ashes scattered on his own land cannot be considered as a rnanifestation of his belief by a"practice".
Adlcle 8 de le Conventlon : Le voeu de faire disperser ses cendres dans sa propriété est si intimentent lié à/a vie privée qn'!l ressortit au chantp d'applicatiorr de !'article 8 . Toutefois, vu les choix persomtels qu'e![e autorise . totrte règlententation sur les irthunmations ne corestitue pas une irtgérence dans !'exercise du droit au respect de la vie privée . Article 9 de le Convention : Le mot "pratiques" rte recouvre pas tous les actes qui peuvent être déterminés par une religion ou une conviction . Dans le cas d'espéce, le v¢u du requérant de faire disperser ses cendres dans sa propriété ne peut être considéré comme la manifestation de ses convictions par des pratiques.
((rancais : voir p . 140)
Summary of the facts
The Hamburg administrative authorities refused the applicant the righ t to have his ashes scattered on his own land on his death . The Admirtistrative - 137 -
Court quashed this decision allowing the applicant to stipulate that his ashes . provided they were contained in an urn . be buried on his land . However. the Administrative Court ojAppea! quashed this judgment and ruled in the same sense as the administrative authorities . The applicant's subsequent appeals were rejected in last instance by the Federal Constitutional Court . The applicant died in the course of the proceedings before the Commission and his son has continued the proceedings in his own name. THE LAW The original applicant complained that he was denied the right to practice his religious belief by having his ashes scattered on his own land after his death and that he was obliged to be buried against his personal convictions in a cemetery with Christian symbols . In this connection, he alleged violations of Articles 8 and 9 of the Convention . 1 . Article 9(I) of the Convention provides that everyone has the right to freedom of thought, conscience and religion . This right includes the freedom to manifest his religion or belief in worship, practice and observance . The question arises whether the applicant's wish to have his ashes scattered in his garden may fall within the ambit of the right to freedom to religion and may therefore be seen as a belief protected by Article 9 (1) . The applicant saw a violation of Article 9 in the obligation to be buried in a public cemeterey . The Commission observes, however, that the applicant is not obliged to have a religious funeral and a tomb with Christian symbols . On the contrary he is free to have his tomb decorated according to his personal wishes . Article 9 (1) of the Convention does not confer on him the right to prevent other people from individually decorating their tombs in a public cemetery including the decoration with religious symbols . It remains to be determined whether or not the applicant's wish to be buried on his own land according to his religious beliefs is protected by Article 9(1) as being the manifestation of a belief in practice . The Commission recalls that the term "practicé" as employed in Article 9 (1) does not cover each act which is motivated or influenced by a religion or a belief (cf . Arrowsmith v . the United Kingdom, Report of the Commission, para . 71) . The Commission considers that in the present case the applicant's wish to be buried on his own land cannot be considered as a manifestation of belief in practice in the sense of Article 9(1) of the Convention . Tbe desired action has certainly a strong personal motivation . However, the Commission does not find that it is a manifestation of any belief in the sense that some coherent view on fundamental problems can be seen as being expressed thereby . Th e
- 138 -
decisions of the German authorities and courts did not interfere with the exercise of his rights under this provision . 2 . The applicant's complaint must also be examined under Article 8 of the Convention which secures to everyone the right to respect for his private live . It may be doubted whether or not this right includes the right of a person to choose the place and determine the modalities of his burial . Whilst those arrangements are made for a time after life has come to an end, this does not mean that no issue concerning such arrangements may arise under Article 8 since persons may feel the need to express their personality by the way they arrange how they are buried . The Commission therefore accepts that the refusal of the German authorities to allow the applicant to have his ashes scattered in his garden on his death is so closely related to private life that it comes within the sphere of Article 8 of the Convention . The next question which must be answered in the present case is whether the contested decision of the German authorities which was in accordance with the legislation on cemeteries constitutes an interference with the right to respect for private life of the original applicant . While a large proportion of the law existing in a given State has some immediate or remote effect on the individual's possibility of freely pursuing the development and fulfilment of his personality, not all of these can be considered to constitute an interference with the right to respect for private life in the sense of Article 8 of the Convention .
The Commission notes that in the present case the legislation on cemeteries gives everybody a certain freedom in choosing the means of his burial . Although burials of corpses and crematorial ashes outside cemeteries are generally forbidden, exceptions are permitted in particular cases . Everybody can choose between a burial of his corpse or a cremation . There is no obligation to have a religious funeral and a tomb with Christian symbols . The legislation concerning cemeteries is intended to protect public interets . The legislator had regard to such factors as to securing a peaceful resting place for human remains, an adequate treatment of corpses and crematorial ashes, the protection of public health and public order and also urban and road planning . In this respect the Commission observes that there is not one Member State of the Convention which has not, in one way or another, set up legal rules in this matter . The German Federal Constitutional Court has referred to the regulation for burials in other European countries . It can be seen therefrom that the choice of the circumstances and of the place of burial is gènerally not left solely to the individual's discretion . The Commission therefore finds that not every regulation for burials constitutes an interference with the right to respect for private life .
- 139 -
It considers that Article 8 (1) of the Convention cannot be interpreted as meaning that burials of corpses or crematorial ashes are, as a principle, solely a matter of the persons directly concerned . In view of this situation the Commission does not find that the legislation on which the refusal of the original applicant's request was based constitutes an interference with his right to respect for his private life . An examination by the Commission of the application as it has been submitted does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Convention and in particular in the above Articles . It follows that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . For these reasons, the Commission DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE :
Résumé des faits Le requérmtt s'est vu refuser par l'adrninistration de Hambourg l'autorisation que ces cendres soient dispersées dans sa propriété . Le tribunal administratif a réformé cette décision en autorisant le requérant à prévoir que ses cendres, comenues dans une urne, seraient enterrées dans sa propriété. Toutefois la cour d'appel administrative annula ce jugement et statua dans le même sens que l'administration . Les recours ultérieurs du requérant furent rejetés, en dernier lieu par la Cour constitutionnelle fédérale. Le requérant est décédé au cours de la procédure devant la Commission et son fils s'est substitué à lui.
(TRADUCTION) EN DROIT Le requérant s'est plaint de s'être vu refuser le droit de mettre en pratique ses convictions religieuses en faisant disperser ses cendres sur sa - 1qp -
propriété après sa mort, et d'être contraint, contre ses convictions personnelles, de se faire enterrer dans un cimetière, entouré de symboles chrétiens . Il allègue à cet égard la violation des articles 8 et 9 de la Convention . 1 . L'article 9 . paragraphe 1, de la Convention dispose que toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion . Ce droit implique la liberté de ntanifester sa religion ou sa conviction par le culte, les pratiques et l'accomplissement des rites . La question se pose de savoir si le vo_u du requérant de faire disperser ses cendres dans son jardin relève du droit à la liberté de religion et peut par conséquent être considéré comme une conviction protégée par l'article 9, paragraphe 1 . Le requérant soutient que l'obligation de se faire enterrer dans un cimetière public constitue une violation de l'article 9 . La Commission observe cependant que le requérant n'est pas obligé de se faire enterrer religieusement ni de faire orner sa tombe de symboles chrétiens . Au contraire, il est libre de faire décorer sa tombe conformément à ses inclinations personnelles . L'article 9, paragraphe 1, de la Convention ne lui donne pas le droit d'empêcher ses semblables de décorer individuellement, y compris à l'aide de symboles religieux, les tombes qui leur sont concédées dans un cimetière public . Il reste à déterminer si le vo.u du requérant de se faire inhumer dans sa propriété, en conformité avec ses principes religieux, bénéficie de la protection de l'article 9, paragraphe 1, comme étant la manifestation, par la pratique, d'une conviction .
La Commission rappelle que l'expression «pratiques• utilisée à l'article 9, paragraphe I, ne recouvre pas tous les actes qui peuvent étre déterminés ou influencés par une religion ou une conviction (cf . Arrowsmith c/Royaume-Uni, Rapport de la Commission, paragraphe 71) . La Commission estime que le désir du requérant de se faire inhumer dans sa propriété ne peut, en l'occurrence, être considéré comme une manifestation par des pratiques de ses convictions, au sens de l'article 9, paragraphe 1, de la Convention . Ce vo.u a certainement une forte motivation personnelle . Cependant, la Commission ne considère pas qu'il s'agit là d'une manifestation de conviction, au sens où elle pourrait être interprétée comme l'expression d'une vision cohérente sur des problèmes fondamentaux .Les décisions des autorités et des tribunaux allemands n'ont pas entravé l'exercice des droits du requérant au regard de ces dispositions . 2 . La demande du requérant doit également être examinée sous l'angle de l'article 8 de la Convention, qui reconnait à toute personne le droit au respect de sa vie privée . On peut se demander si ce droit comprend le droit d'un individu au choix du lieu et des modalités de son inhumation . - 141 -
Bien que ces mesures concernent une époque à laquelle la vie à pris fin, cela n'implique pas qu'aucun problème ne puisse surgir au regard de l'article 8, puisque certaines personnes peuvent ressentir le besoin d'exprimer leur personnalité par la manière dont elles décident de disposer de leur corps . La Commission admet par conséquent que le refus des autorités allemandes d'autoriser le requérant à faire disperser ses cendres dans son jardin après sa mort est si intimement lié à sa vie privée qu'il ressortit auchamp d'application de l'article 8 de la Convention . Il convient ensuite de répondre à la question de savoir si la décision contestée des autorités allemandes, prise en conformité avec législation sur les cimetières . a constitué une ingérence dans l'exercice du droit au respect de la vie privée du requérant . Si une partie importante de l'édifice législatif d'un Etat donné a une influence immédiate ou lointaine sur la possibilité, pour chaque individu, de poursuivre librement le développement et l'accomplissement de sa personnalité . il ne s'ensuit pas que tôute cette législation constitue une ingérence dans l'exercice du droit au respect de la vie privée, au sens de l'article 8 de la Convention . La Commission relève que la législation sur les cimetières laisse en l'occurrence à chacun une certaine liberté de choix en ce qui concerne les modalités de son inhumation . Si, en règle générale . l'inhumation des dépouilles et des cendres humaines en dehors des cimetières est interdite, des exceptions sont autorisées dans des cas particuliers . Toute personne a le droit de choisir, soit de se faire enterrer, soit de se faire incinérer . Personne n'est obligé d'avoir des funérailles religieuses ni de faire orner sa tombe de symboles chrétiens . La législation sur les cimetières est conçue dans un but de protection des intérêts publics . Le législateur s'est montré notamment soucieux d'assurer aux morts un lieu de repos paisible et un traitement convenable des dépouilles ou des cendres, de protéger la santé et l'ordre publics, en tenant également compte de l'aménagement urbain et routier . La Commission relève à cet égard que, parmi les Etats parties à la Convention, on n'en trouve aucun qui n'ait, d'une manière ou d'une autre, réglementé ce domaine . La Cour Constitutionnelle de la République Fédérale a fait référence à la réglementation des inhumations existant dans d'autres pays européens . On constate en fait que la détermination des conditions et du lieu d'inhumation n'est généralement pas laissée à l'entière discrétion des individus . La Commission conclut donc que toute réglementation des inhumations ne peut être considérée comme constitutive d'une ingérence dans l'exercice du droit au respect de la vie privée . Elle considère que l'article 8, paragraphe l, de la Convention ne peut être interprété comme posant le principe que l'ensevelissement des dépouille s -142-
et des cendres humaines doit être laissé à la seule discrétion des personnes directement concernées . Compte tenu de cette situation, la Commission estime que la législation sur laquelle s'est fondée la décision de rejet de la demande du requérant ne constitue pas une ingérence dans l'exercice de son droit au respect de la vie privée . L'examen de la requéte telle qu'elle a été présentée ne révèle par conséquent aucune apparence de violation des droits et libertés reconnus par la Convention, notamment dans les articles précités . Il s'ensuit que la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Par ces motifs, la Conimissio n DÉCLARE LA REQU6TEIRRECEVABLE .
- 143 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 10/03/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.