Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. SUISSE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8485/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-03-17;8485.79 ?

Analyses :

(Art. 41) PREJUDICE MORAL


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : SUISSE

Texte :

APPLICATION /REQUETE N° 8485/79 X . v/SWITZERLAND
X . c/SUISS E DECISION of 17 March 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 17 mars 1981 sur la recevabilité de la requ@t e
Arricle 5, paragraph 3 of the Convention : The Zürich District Attorney is an "Officer authorised by law to exercise judicial power" (Reference to the judgmerrt of the European Court of Human Rights in the Schiesser case). In the present case, the District Attorney before whom the applicant was brought after his arrest did not exercise prosecuting functions against the applicarrt . Article 5, paragraph 4 of the Convention : Examination of the procedural requirements of this provision . In the circumstances of the present case, appeal p roceedings before a court which are exclusively in writing meet these requirements .
Article 5, paragraphe 3, de la Convention : Le procureur de district, à Zurich, est un « magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires » (Référence à l'arrêt de la Cour européenne des Droits de l'Homme danr l'affaire Schiesser.) . En l'espèce, le procureur de distrlct devant lequel le requérant a comparu après son arrestation n'a pas exercé l'action publique conlre lui . Article 5, paragraphe 4, de la Convention : Examen des exigences de procédure contenues dans cette disposition . Dans les circonstances du cas d'espPce, une procédure de recours exclusivement écrite devant des tribunaux répondait à ces exigences.
- 131 -
(français : voir p . 136 )
Summery of the facts
In June 1978, the applicant* was arrested and brought the same day before the Zürich District Attorney . The latter informed him that he was suspected of drugs trafficking and ordered his detention on remand. The applicant who first denied the facts, confessed in part the next dav . Three days after the arrest, the Zürich District Attorney transferred the case to the District Attorney in Hinwil for jurisdictional reasona . The /atter had issued a warrant for the applicant's arrest one week before . He was transferred to the Hinwil prison and released one month later. On the indictment filed by the Hinwil District Attorney, the applicant was convicted in 1980 by the Hinwit district court and sentenced to 18 months imprisonment . Shôrtfy after the applicant's transfer to the Hinwil prison at the end of 1978, the president of the local court had ordered, without a hearing, that the applicant be kept in detention . The applicant appealed against this decision through his counsel to the Indictment Chamber of the Ztïrich Court of Appeal who, after written pleadings, rejected the appeal. The applicant lodged a public law appeal to the Federal Court invoking in particular Articles 5, paragraphs 3 and 4 of the Convention. This appeal was dismissed in August 1978 .
THE LA W 1 . The applicant has alleged violation of Article 5 (3) and (4) of the Convention in connection with his detention on remand . He has raised these complaints in his constitutional appeal and the Swiss Federal Court considered them on their merits in its decision of . . . August 1978 . It is therefore of,no importance that the applicant failed to raise them also on an earlier occasion and he can be considered to have exhausted domestic remedies . 2 . The applicant has first complained that his detention on remand was ordered by a district attorney and not by a judge . The European Court of Human Rights has held, in the judgment on th e Schiesser case given on 4 December 1979, that detention ordered by a Winterthur District Attorney was in conformity with Article 5(3)of the Convention . According to the Court an "officer authorised to exercise judicial power" in the sense of Article 5 (3) must satisfy the following conditions :
• The applicant was represented in the proceedings before the Commission by Mr E . Sch6nenberger, a lawyer practising in Zürich .
- 132 -
- he must be independent of the executive and of the parties, which does not, however, mean that he may not to some extent be subordinate to other officers who enjoy similar independence ; - he must himself hear the individual brought before hi m - he must be under an obligation to review the circumstances militating for or against detention and to decide, by reference to legal criteria, whether there are reasons to justify detention, and to order release if there are no such reasons . (para . 31 of said judgment ) The Cou rt then noted that the status of the Dist ri ct A ttorney and his powers in the matter of detention on remand are laid down in detail in various Acts . In pa rt icular, the Cou rt stated, the Code on C riminal Procedure (StPO) sets out clearly the reason and procedure for placing someone in detention . As in the present case, the applicant Schiesser had not alleged any failure to comply with Cantonal law . In that case, as in the present case, it is the Zurich law as such which is called in question . In this connection the Court recalled that it cannot undertake an abstract review of rules, but must . as far as possible confine its examination to the manner in which the Zurich law has been applied in the particular circumstances . In this respect the Court found in the Schiesser cas e - that the Department of Justice and the Public Prosecutor never give District Attorneys orders or instructions concerning the placing of a given suspect in detention ; - and that also, in the case at issue, the Winterthur District Attorney had not received any advice or instruction from higher authorities before ordering Mr Schiesser's detention . The Court concluded that the Winterthur District Attorney, in ordering Mr Schiesser's detention on remand, exercised the personal discretion conferred on him by law (para . 35) . The Court stated in addition that the Winterthur District Attorney intervened exclusively in his capacity as an investigating authority and did not exercise concurrent investigating and prosecuting functions . Therefore the Court did not feel called upon to determine whether the converse situation would have been in conformity with Article 5 (3) of the Convention (para .34) . In view of the last-mentioned statements, the applicant argues that in the present case the converse situation is given because the Zurich District Attorney only acted as representative of the Hinwil District Attorney, who later assumed the role of prosecutor .
- 133 -
The Commission is not of the opinion that the facts of the present case can be distinguished from those of Schiesser . The applicant was interrogated on . . . June 1978 by the Zurich District Attorney, Mr N ., who also issued the detention order . The function of prosecutor was later assumed by another District Attorney, namely the District Attorney at Hinwil, Mr E . Although Mr E . had, on . . . June 1978, already issued a warrant to appear against the applicant, there is nothing to show that he gave any advice or instruction to his colleague . Mr N ., who, in any event, would not have been obliged to respect any such intervention . It follows that in the light of the findings of the Court in the judgment conceming the Schiesser case, the applicant's contention that he was not, after his arrest, brought before a judge or "an officer authorised by law to exercise judicial power" is manifestly ill-founded and must be rejected under Article 27(2) of the Convention . 3 . The applicant has fu rther alleged a violation of Article 5 (4) of the Convention, arguing that the Swiss system of judicial control with regard to detention on remand does not offer the guarantees required by the Convention . The European Court of Human Rights has already examined a similar complaint of an even more serious nature in the Neumeister case (judgment of 27 June 1968) . In that case, the decisions relating to the appGcant's detention on remand were given after the prosecuting authority had been heard in the absence of the applicant or his legal representative, on the written request made by them (para . 22 of the judgment) . The Court indicated that it was inclined to take the view that such a procedure was contrary to the principle of °equality of arms" but it decided that the notion of fair trial mentioned in Article 6 (1) was not applicable to proceedings relating to requests for release from detention on remand . The term "court" employed in Article 5 (4) implied, according to the Court, only that the authority called upon to decide on requests for release must possess a judicial character (paras . 22 and 24 of the judgment) . It is tme that in itsjudgments concerning the Vagrancy cases (18 June 1971) and the Winterwerp case (24 October 1979) the Court has admitted that the procedure envisaged in Article 5 (4) must afford "the fundamental guarantees of procedure applied in matter of deprivation of liberty" and thereby moderated its former jurisprudence (see Vagrancy judgment p . 41, para . 76, and Winterwerp judgment para . 60) . However, both the Vagrancy cases and the Winterwerp case are distinguishable from the present case . The Vagrancy cases concerned detention of vagrants ordered in summary procedure by the police court against the decision of which a remedy was not open to the persons concerned . None of the applicants was represented by a lawyer at the hearing before the police court .
- 134 -
The Winterwerp case related to the Netherlands legislation on detention of persons of unsound mind and the applicant in that case, being detained, was never associated, either personally or through a representative, in the proceedings leading to the various detention orders made against him . The Court stated in the Winterwerp judgment : "It is essential that the penon concerned (by a detention order) should have access to a court and the opportunity to be heard either in person or, where necessary, through some form of representation . . . " In the present case the applicant was represented by a lawyer and he had the possibility of appealing to the Court of Appeal as well as to the Federal Court . Although the decisions of these courts were given in written proceedings, without a hearing of the applicant or his representative, the Commission considers that the procedure before these courts is of a judicial character . First it has to be noted that the prosecuting authority was not heard either . Furthermore, the applicant had been informed about the charges laid against him and the reasons for his arrest at the oral hearing before the Zurich District Attorney . They were also stated in the arrest order . The Commission therefore considers that it was possible for the applicant to question the lawfulness of his detention on remand without having been given, at the early stage of the investigation proceedings, the possibility of examining the files . The Court of Appeal carefully examined, in its decision of . . . July 1978, the arguments advanced by the applicant's counsel, and found that the results of the investigation justified the applicant's continued detention, as there was a strong suspicion that he had committed a criminal offence and that there was danger of collusion and of absconding if the applicant were released .
In these circumstances there is nothing to show that the proceedings in question did not afford the applicant the guarantees required in matters of deprivation of liberty (cf . D .R . 16 . (115)) . An examination by the Commission of this complaint does not, therefore, disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Cônvention and in particular in Article 5 (4) . It follows that this part of the application is also manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n
DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBL E
- 135 -
Résumé des faits En juin 1978, le requérant * a été arrété et conduit le même jour devant le procureur de district de Zurich . Ce dernier l'informa qu'il était soupçonné de trafic de stupéfiants et ordonna sa mise en détention provisoire . Le requérant, qui avait commencé par nier les faits, fit des aveux pa rt ie(s dès le lendemain . Trois jours après l'arrestation, le procureur de district de Zurich se dessaisit, pour raison de conrpétence territoria(e, en faveur du procureur du district de Hinwil, qui avait décerrré une semaine plus tdt un mandat d'amener contre le requérant . Celui-ci fut alors transféré à!a nraison d'arrêts de Hinwil et mis en libert é un mois p(us tard. Sur acte d'accusation du procureur du district de Hinwi/, le requérant fut condamné en juin 1980 par le tribunal de ce tte ville à 18 mois d'emprisonnement . Peu après le transfert du requérant à la maison d'arrêts de Hinwil, fin juitt 1978, le président du tribunal de cette ville avait ordonné sans audience son maintien en détention . Contre cette décision, le requérant recourut par son avocat auprès de la chambre d'accusation de la cour d'appel de Zurich qui, après une procédure écrite, rejeta le recours . Le requérant forma un recours de droit public au Tribunal fédéral en invoquant notamment l'article 5, paragraphes 3 et 4, de la Convention. Ce recours fut rejeté en aotlt 1978.
(TRADUCT/O M EN DROI T 1 . Le requérant allègue, à propos de sa détention provisoire, une violation de l'article 5, paragraphes 3 et 4 de la Convention . Comme il a formulé ces griefs dans son recours de droit public et que le Tribunal fédéral suisse en a examiné le bien-fondé dans son arrêt du . . . août 1978, il est sans importance que le requérant ne les ait pas soulevés aussi à un stade moins avancé de la procédure . On peut donc estimer qu'il a épuisé les voies de recours internes . 2 . Le requérant s'est plaint d'abord que sa détention provisoire a été ordonné par un procureur de district et non par un juge . Dans l'arrét qu'elle a rendu dans l'affaire Schiesser le 4 décembre 1979, la Cour européenne des Droits de l'Homme a déclaré que l'internement ordonné pa r
* Le requérant était représenté devant la Commission par M• E . Schbnenberger, avocat à Zurich .
- 136 -
un procureur du district de Winterthur était conforme à l'article 5, paragraphe 3 de la Convention . Selon elle, un . autre magistrat habilité à exercer des fonctions judiciaires •, au sens de l'article S, paragraphe 3, doit remplir les conditions suivantes : - être indépendant à l'égard de l'exécutif et des parties, ce qui n'exclut pas toute subordination à d'autres juges ou magistrats pourvu qu'ils jouissent eux-mêmes d'une indépendance analogue ; - entendre personnellement l'individu traduit devant lui ; - examiner les circonstances qui militent pour ou contre la détention et se prononcer selon des critères juridiques sur l'existence de raisons la justifiant et, en leur absence, ordonner l'élargissement (paragraphe 31 de l'arrêt) . La Cour a ensuite constaté que le statut du procureur de district et ses atttibutions en matière de détention provisoire sont fixés en détail dans diverses lois . En particulier, déclare la Cour, le code de procédure pénale (StPO) indique clairement les motifs et la procédure de mise en détention . Comme en l'espèce, le requérant Schiesser n'avait pas allégué l'inobservation du droit cantonal et, comme en l'espèce encore, c'était la législation zurichoise qu'il attaquait en tant que telle . Or, la Cour a rappelé sur ce point qu'elle ne doit pas se livrer à un contrôle abstrait de normes mais limiter son examen, dans la mesure du possible . à la manière dont ladite législation a été appliquée dans les circonstances de la cause .
La Cour a déclaré à cet égard dans l'affaire Schiesse r - que la Direction de la justice et le Procureur général n'adressent jamais aux procureurs de district d'ordres ou d'instructions sur la mise en détention d'une personne suspecte : - et également que, dans le cas précis, le procureur du district de Winterthur n'avait reçu des instances supérieures ni conseils ni instructions avant de placer M . Schiesser en détention provisoire . La Cour en a conclu qu'en ordonnant la détention provisoire de M . Schiesser, le procureur de district avait exercé le pouvoir de décision propre que lui attribuait la loi . Elle a déclaré en outre que le procureur de district de Winterthur était intervenu exclusivement comme organe d'instruction et qu'il n'avait donc pas cumulé des fonctions d'instruction avec des fonctions de poursuite . Aussi a-t-elle estimé qu'elle ne se trouvait pas appelée à déterminer si la situation contraire eGt cadré avec l'article 5, paragraphe 3 de la Convention (par . 34) . Au vu de ces considérants, le requérant soutient qu'en l'espèce c'est précisément de la situation contraire qu'il s'agit, puisque le procureur du district de Zurich n'a agi que comme représentant du procureur du district de Hinwil qui a, par la suite, assumé les fonctions de partie poursuivante . - 137 -
La Commission n'estime pas, quant à elle, que les faits de la présente espèce se distinguent de ceux de l'affaire Schiesser . En effet, le requérant fut interrogé le . . . juin 1978 par le procureur du district de Zurich, M . N ., qui a également émis le mandat d'arrêt . Le rôle de partie poursuivante fut assumé par la suite par un autre procureur de district, celui de Hinwil, M . E . Certes, celui-ci avait le . . . juin 1978, déjà lancé un mandat d'amener contre le requérant, mais rien ne prouve qu'il ait donné conseil ou instruction à son collègue, M . N . qui, du reste, n'aurait pas été tenu de donner suite à pareille intervention .
Il s'ensuit qu'à la lumière des conclusions de la Côur dans l'arrêt Schiesser, la thèse du requérant selon laquelle il n'a pas été, après son arrestation, traduit devant un juge ou . autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires . est manifestement mal fondée et doit donc être rejetée par application de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention . 3 . Le requérant allègue en outre une violation de l'article 5, paragraphe 4 de la Convention, en soutenant que le système suisse de contrôle juridictionnel de la détention provisoire n'offre pas les garanties voulues par la Convention . La Cour européenne des Droits de l'Homme a déjà examiné un grief, analogue mais plus grave, forrnulé dans l'affaire Neumeister (arrêt du 27 juin 1968) . Dans cette affaire, les décisions concernant la détention provisoire avaient été rendues après que le Ministère public eut été entendu en l'absence du requérant et de son avocat au sujet de la demande écrite présentée par eux (par . 22 de l'arrêt) . La Cour indiqua qu'elle inclinait à admettre que ce fait est contraire au principe de l'égalité des armes mais déclara que la notion de procès équitable inscrite à l'article 6, paragraphe 1 n'est pas applicable à l'examen des demandes de mise en liberté provisoire . Selon la Cour en effet, le tertne . tribunal . utilisé à l'article 5, paragraphe 4 implique simplement que l'autorité appelée à statuer sur les demandes de mise en liberté doit avoir un caractère judiciaire (par . 22 et 24 de l'arrêt) . Certes, dans ses arrêts sur les affaires de vagabondage (18 juin 1971) et Winterwerp (24 octobre 1979), la Cour a admis que la procédure envisagée à l'article 5, paragraphe 4 doit offrir . les garanties fondamentales de procédure appliquées en matière de privation de liberté ., tempérant par là même sa jurisprudence antérieure (voir Arrêt sur les Affaires de vagabondage p . 41, par. 76 et Arrêt Winterwerp, par . 60) . Cependant ces deux affaires se distinguent l'une et l'autre du cas d'espèce . Les premières concemaient l'internement de vagabonds, ordonné selon une procédure sommaire par le tribunal de police, et l'absence pour les intéressés de recours contre cette décision . Aucun des requérants n'était représenté par un avocat à l'audience du tribunal de police .
- 138 -
L'affaire Winterwerp, elle, avait trait à la législation néerlandaise sur l'internement des aliénés et le requérant, alors détenu en asile psychiatrique, ne fut jamais associé en personne ou par le truchement d'un représentant, aux procédures qui conduisirent aux diverses autorisations d'internement décernées contre lui . La Cour déclara dans l'arrêt Winterwerp : . Encore faut-il que l'intéressé ait accès à un tribunal et l'occasion d'être entendu lui-même ou, au besoin, moyennant une certaine forme de représentation . . . . (par . 60 de l'arrêt) . En l'espèce, en revanche, le requérant était représenté par un avocat et a eu la possibilité de se pourvoir devant la cour d'appel et devant le Tribunal fédéral . Même si ces juridictions ont statué au terme d'une procédure écrite, sans que le requérant ou son représentant aient comparu lors d'une audience, la Commission estime que la procédure suivie devant ces instances a bien un caractère judiciaire . Il faut d'abord relever que le parquet n'y a pas non plus comparu et qu'en outre, le requérant avait été informé, à l'audience devant le procureur de district de Zurich, des raisons de son arrestation et des accusations portées contre lui . Celles-ci étaient également mentionnées dans le mandat d'arrêt . La Commission estime en conséquence que le requérant a eu la faculté de contester la légalité de sa détention provisoire même sans avoir eu, au début de la phrase d'instruction, la possibilité d . econsultrdi La cour d'appel a soigneusement pesé, dans son arrêt du . . . juillet 1978, les arguments avancés par l'avocat du requérant et a estimé que les résultats de l'enqu@te justifiaient le maintien en détention du requérant qui était fortement soupçonné d'avoir commis une infraction pénale et compte tenu des risques de collusion et de fuite en cas de mise en liberté . Dans ces conditions, rien ne montre que les procédures litigieuses n'aient pas offert au requérant les garanties requises en matière de privation de liberté (cf. D .R . 16, p . 111, 115) . L'examen de ce grief par la Commission ne révèle en conséquence aucune apparence de violation des droits et libertés énoncés dans la Convention, notamment en son article 5, paragraphe 4 . Il s'ensuit que cette partie de la requt?te est, elle aussi, manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n
DECLARE LA REQUETEIRRECEVABLE .
- 139 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 17/03/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.