Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. Allemagne

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8334/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-05-07;8334.78 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : Allemagne

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8334/78 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/REPUBLIQUE FÉDËRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 7 May 1981 on the admissibility of the application DECISION du 7 mai 1981 sur la recevabililé de la requête
Article 3 of the Convention : The obligation to comply with a court order issued by the criminal court to submit to a psychiatric examination, even though it implies on behalf of that court certain doubts on the mental state of health of the person concerned does not, as such, constitute degrading treatment. Article 5, paragraph I of the Convention : Threatening with detention in accordance with the !aw could not constitute a breach of Article 5 . However, threatening with arbitrary or unjustified detention can infringe the right to security of person . Article 8, peragreph I of the Conventio n a) The obligation to submit to a psychiatrlc examination constitutes an interference in the exercise of the right to respect for private life . b) Preserving in the files a report concerning an attempted suicide and photocopies of private documents comes within the scope of Article 8 of the Convention . Article 8, pera grsph 2 of the Conventio n a) The obligation for an accused to submit to a psychiatric examination forms part of the investigations to which the court if necessary must proceed and, as such . must be considered necessary for the prevention of crime. It is irrelevant in this respect at what stage of the proceedings it is ordered .
b) The court's making use of an old police report in order to assess the criminal responsibility of the accused may be considered necessary for the prevention of crime . Article 26 of the Convention : The person who was unaware, at the time when it was committed, of an act which causes him a prejudice, is not absolved from exercising available remedies as soon as he becomes aware of this act .
- 103 -
Article 3 de la Conventlon : Ne constitue pas . en soi, un traitentent dégradant. l'obligation imposée par le juge pénal de se soumettre à une expertise psychiatrique, alors même qu'elle implique de la part du juge certains doutes sur l'état mental de l'intéressé. Article 5, paragraphe l, de la Conventlon : La menace d'une détention conforme à la loi ne saurait violer l'article 5 . Par contre . la menace d'une détention arbitraire ou injustifiée peut porter atteinte au droit à la sûreté . AAlcle 8, paragraphe 1, de la Conventlo n a) L'obligation de se soumettre à une expertise psychiatrique est une ingérence dans l'exercice du droit au respect de la vie privée. b) Relève de l'article 8 la conservation dans les dossiers de police d'un rapport relatif à une tentative de suicide et de photocopies de documents de caractère privé . Article 8, paragraphe 2, de la Convention a) L'obligation faite à un inculpé de se soumettre à une expertise psychiatrique fait partie des investigations auxquelles le juge, le cas échéarrt . doit procéder et . cornnte telle, doit Etre considérée comme nécessaire à la prévention des infractions pénales ; peu iniporte, à cet égard, lors de quelle phase de la procédure elle est prescrite.
b) L'usage par le_juge d'un ancien rapport de police utile à l'appréciation de la responsabilité pénale de l'inculpé peut étre considéré comme nécessaire à la prévention des infractions pénales . Article 26 de la Convention : Cehti qui n'a pas eu connaissance . au moment où il a été accompli, d}tn acte qui lui fait tort, n'est pas dispensé de tenter les recours disponibles au mornent ori il acquiert connaissance de cet acte .
(francais : voir p . 108 )
Summary of the relevant facts
The applicanr . a lawyer, was submitted to criminal investigations for fraud . Considering that he formed the subject of machinations by the public prosecutor, he brought a hierarchical appeal against him and subsequently requested the institution of criminal proceedings against him . The applicant further filed objections against the indictment which had been drawn up against himself. The court then decided to obtain a psychiatric expert opinion on the applicant, in particular having learned through a police report. drawn up nine years earlier that the applicant had attempted suicide. The applicaru denied this . The report equally refened to certain documents which had been photocopied in the applicant's office while he was in hospital.
- 104-
The Court of Appeal, on appeal of the applicant, confrrrned the court order for the psychiatric examination and the Constitutional Court also rejected an appeal by the applicant on this point .
The applicant first refused to submit to a psychiatric exrnination but urrder the threat of six weeks compulso ry committal to a nrenta l institution with a view to this exnminatiorr- finally surrendered. The expert corrcluded that the applicant had full crirniral responsibility . Some tinre later the applicant was given a suspetrded sentence of one year emprisonment .
THE LAW (Extract ) I . The applicant has first complained that the order for his psychiatric examination in connection with the criminal proceedings instituted against hint was unjustifled, in particular at the stage prior to the admission of the indictment . In this respect he alleges that he has been subjected to degrading treatment contrary to Article 3 of the Convention and that there has been an interference with the right to the respect for his private life contrary to Article 8 of the Convention . The Commission considers, however, that the issue of a court order for the psychiatric examination of a person against whom criminal charges have been raised, even if it is taken at an early stage prior to the opening of the main proceedings, is a normal procedural decision which must be permitted whenever there are any doubts as to the criminal responsibility of the accused . It is true that such a measure presupposes certain doubts as the state of mind of (he person concerned and might for this reason alone cause him certain disadvantages such as throwing a doubt on his reputation and undermining the confidence of other persons in him, and in the particular case of a lawyer, the confidence of his clients . It is therefore understandable that a person affected by such a measure has an interest that it should not be taken unless objective circumstances prevailing at the relevant time so require . The Commission does not, however, consider that an order for a psychiatric examination in connection with criminal proceedings can as such amount to degrading treatment within the meaning of Article 3 of the Convention . Also in the particular case there is no indication that the treatment suffered by the applicant was in any way degrading . His complaint under Article 3 of the Convention must therefore be rejected as being manifestly ill-founded within the nteaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . 2 . As regards the alleged interference with the applicant's right to the respect of his private life (Article 8 of the Convention) a distinction must be drawn in the present case between a) the relevant court order itself and the measures taken for its execution, b) the court's use of a police report unconnected with the applicants's criminal case, and finally c) the preservatio n
- I05 -
of this report by the police, and its transmission to the court many years after the events recorded there . a) The Commission accepts that the court's decision to order the applicant' s psychiatric examination, and the measures taken for its execution, did in fact involve an interference with the applicant's right to the respect for his private life within the meaning of Article 8(1) of the Convention . However, like other inquiries made in the context of criminal investigations which may also relate to the private life of the accused (and even of other persons) a psychiatric examination must be permitted as long as the criteria of Article 8 (2) of the Convention are met, i .e . if the measure in question is lawful and can reasonably be considered as necessary in a democratic society for any of the purposes enumerated in this provision . As it is the criminal court's duty, in the interest of the accused himself and for the protection of society, to investigate any circumstances which may be relevant for the assessment of the criminal responsibility of the accused, it must be accepted that the measures taken for this purpose are necessary in a democratic society for the prevention of crime, even if the investigated facts of the accused person's private life are not in themselves criminally relevant . If it was not particularly indicated, in the present case, to examine the applicant's criminal responsibility already prior to the opening of the trial proceedings (as the Court of Appeal expressly admitted), it is nevertheless clear that the court had to make a finding on this question at some stage of the proceedings . The moment it considered as appropriate for this is a matter of judicial expediency and cannot, in the Commission's opinion, make any difference as to the justification of the measure as such . A question as to the lawfulness does not arise in this case as the domestic proceedings have clarified that the court was legally entitled to order a psychiatric examination even during the committal proceedings . The Commission therefore concludes that the order for the applicant's psychiatric examination was as such justifled under Article 8, paragraph 2 of the Convention . b) Insofar as the applicant further complains in this context of the court's making use of a police report unconnected to the criminal case before it, the Commission considers that this, too, can be justified as a measure necessary in a democratic society for the prevention of crime . The criminal court apparently had no jurisdiction to review the lawfulness of the procedure by which this information had been made available to it, because this was a matter for decision by the Administrative Court (see sub-paragraph c) below) . Nor could it simply disregard the police report submitted to it unless it considered that its contents were completely irrelevant to the criminal case before it . It was, however, believed that the data concerning the applicant's earlier private life contained in the report might at least indirectly be relevant as an element for the assessment of his criminal responsibility . In these circumstances there is no appearance that the court's use of the police report in question might itself have been unjustified under Article 8, paragraph 2 of the Convention . -106-
c) Insofar as the applicant complains that the police prepared a report on the incident of 1969 and kept it in a personal file in his name together with copies of certain private documents, the Commission is not required to examine the justification of the original action taken by the police because the applicant did not at the relevant time exhaust his domestic remedies and in any event did not lodge a complaint under the Convention within the six-months' time limit provided for in Article 26 . The only issue which can arise in this context is therefore the question of the justification of the preservation of the police file until the year 1978 and its transmission to the court at this time . This is indeed an issue of data protection which comes within the broad scope of Article 8 of the Convention . The Government have submitted that the applicant has failed to exhaust the domestic remedies in this respect because he did not turn to the responsible authority, the Munich Police Headquarters, in the first place nor file an action with the Administrative Court . The applicant objects that he could not be expected to use these remedies as he was unaware of the continued existence of the police report in question . The Commission notes, however, that the report was referred to in the Regional Court's decision of . . . March 1978, and that the applicant could at least from this moment avail himself of the reniedies indicated by the Government which must have been known to him as a lawyer and which, moreover, would have afforded him an effective protection if one takes into account the possibility of asking for an interlocutory injunction, which, if issued . would certainly have influenced the further conduct of the proceedings by the criminal courts . The applicant, however, limited himself to challenging the use of the police report by the criminal court and did not take the appropriate legal action against the police itself although it transpires from his various submissions to the court that it was in particular the police and the prosecution authorities about whom he was aggrieved because they had produced the file and transmitted it to the court . The Commission considers that in these circumstances the applicant cannot be considered as being absolved from having recourse to the above remedies, and for this reason it can only conclude that he failed to comply with the conditions of Article 26 of the Convention in relation to his above complaint . This complaint must accordingly be rejected under Article 27, paragraph 3 of the Convention . 3 . The applicant has further complained that his right to liberty and security of person (Art . 5) was violated by the court threatening him with detention if he did not undergo the psychiatric examination voluntarily . The Conimission observes, however, that there has been no actual deprivation of liberty, and that the applicant's right to security of person could only be infringed if he had been threatened with arbitrary or unjustified detention . The Commission considers that this was not the case here and that the above complaint is therefore manifestly ill-founded .
- 107 -
RésumA des faits pertinents Le requérant, qui est avocat, a fait l'objet de poursuites pénales pour escroquerie. S'estimant l'objet d'une machination ourdie par un membre du parquet, il déposa contre lui une plainte hiérarchique puis une plainte pénale. Le requérant fit opposition à l'acte d'accusation dressé contre lui. Le juge décida alors de le soumettre à une expertise psychiatrique, notamment après avoir eu connaissance d'un rapport de police établi neuf ans plus tbt et dont il ressortait que le requérant aurait fait une tentative de suicide . Le requérant nie pareille tentative . Le rapport faisait également éta( de certains documents qui auraient été photocopiés au cabinet du requérant durant un séjour de celui-ci à l'hôpital. La cour d'appel, sur recours du requérant, confirma l'ordonnance d'expertise et la Cour constitutionnelle rejeta un recours du requérant sur ce point . Le requérant refusa d'abord de se soumettre à l'expertise psychiatrique mais, menacé par le juge d'un internement de six semaines aux fins d'expertise, il finit par s'incliner. L'expert conclut à la pleine responsabilité pénale du requérant, lequel fut condarnné quelque temps plus tard à un an de prison avec sursis .
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait) 1 . Le requérant se plaint en premier lieu que l'ordonnance d'examen psychiatrique prise par le tribunal en liaison avec les poursuites pénales engagées contre lui ne se justifiait pas, notamment pendant la phase précédant la mise en accusation . Il allègue à cet égard un traitement dégradant contraire à l'article 3 de la Convention et une atteinte à son droit au respect de sa vie privée, contrairement à l'article 8 de la Convention . La Commission estime toutefois que la délivrance par le tribunal d'une injonction de se soumettre à un examen psychiatrique à l'encontre d'une personne faisant l'objet d'accusations pénales, même si elle se situe très tôt avant l'ouverture de l'audience de jugement, est une décision de procédure normale qui doit être admise chaque fois que pèsent des doutes sur la responsabilité pénale de l'accusé . Ce genre de mesure suppose évidemment l'existence de doutes quant à l'état mental de l'intéressé et peut, pour cette seule raison, entrainer certains inconvénients, par exemple, jeter une ombre sur la réputation de l'intéressé ou saper la confiance d'autrui, ici celle des clients pour l'avocat dont il s'agit . Il est dès Iors compréhensible qu'une personne touchée par une telle mesure a intérêt à ce que l'ordonnance ne soit prise que si des circonstances objectives l'exigent à l'époque des faits .
-108-
Cependant . aux yeux de la Commission, une ordonnance d'examen psychiatrique prononcée en liaison avec une poursuite pénale ne peut pas être en soi l'équivalent d'un traitement dégradant au sens de l'a rt icle 3 de la Convention . En l'espèce d'ailleurs, rien n'indique que le traitement imposé au requérant fût aucunement dégradant . Le g ri ef que tire l'intéressé de l'a rt icle 3 de la Convention doit donc être rejeté comme manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . 2 . Quant à l'atteinte alléguée par le requérant au droit au respect de sa vie privée (art . 8 de la Convention), il faut en l'espèce distinguer entre a) l'ordonnance judiciaire en question et les mesures prises pour son exécution ; b) l'utilisation par le tribunal d'un rapport de police n'ayant aucun lien avec le délit reproché au requérant, et enfin c) la conservation de ce rapport par la police et sa transmission au tribunal plusieurs années après les événements qui y sont consignés . La Commission reconnait que la décision du tribunal d'ordonner l'exame n .a psychiatrique du requérant et les mesures prises pour la faire appliquer supposaient bien une atteinte au droit du requérant au respect de sa vie privée . au sens de l'article 8, paragraphe 1, de la Convention . Cependant, tout comme les autres enquêtes qui, dans le contexte d'une instruction pénale, peuvent également toucher à la vie privée de l'accusé (et même de tiers), un examen psychiatrique peut être autorisé si les conditions posées à l'article 8, paragraphe 2, de la Convention sont réalisées, autrement dit si la mesure en question est conforme à la loi et peut raisonnablement être considérée comme nécessaire, dans une société démocratique, à l'un des objectifs énumérés dans cette disposition . Comme le tribunal pénal a le devoir, dans l'intérêt même du prévenu et pour la protection de la société, d'enquêter sur toute circonstance permettant d'apprécier la responsabilité pénale de l'intéressé, il faut admettre que les mesures prises en ce sens sont nécessaires, dans une société démocratique . à la prévention des infractions pénales, même si les éléments de la vie privée de l'accusé qui sont examinés n'ont en eux-mémes pas de lien avec l'infraction . Si, en l'espèce, il n'était pas particulièrement indiqué d'examiner la responsabilité pénale du requérant avant même d'avoir ouvert le procès (comme la cour d'appel l'a expressément reconnu), il n'en demeure pas moins évident que le tribunal devait, à un stade quelconque de la procédure, se prononcer sur la question . Le choix du moment jugé opportun relève de la sagesse du tribunal et ne saurait, de l'avis de la Commission, faire aucune différence quant au bien-fondé de la mesure elle-même . Il ne se pose en l'espèce pas de question de régularité puisque la procédure interne a montré que le tribunal était habilité par la loi à ordonner un examen psychiatrique même pendant la phase de la mise en accusation . La Commission estime en conséquence que l'ordonnance d'examen psychiatrique du requérant était, comme telle, justifiée au regard de l'article 8, paragraphe 2, de la Convention .
- 109 -
b . Dans la mesure où le requérant se plaint en outre que le tribunal a utilisé un rapport de police sans aucun lien avec l'affaire criminelle dont il était saisi, la Commission estime aussi que cela peut se justifier comme une mesure nécessaire, dans une société démocratique, à la prévention des infractions pénales . Le tribunal n'était apparemment pas compétent pour examiner la régularité de la procédure selon laquelle cette information lui avait été soumise, puisque cette question relève du tribunal administratif (voir cidessous c .) . Il ne pouvait pas non plus écarter purement et simplement le rapport de police qui lui était soumis, à moins qu'il ait considéré que son contenu n'avait absolument rien à voir avec l'affaire criminelle portée devant lui . Il a toutefois estimé que les renseignements figurant dans le rapport sur la vie privée du requérant pouvaient, indirectement du moins, servir à apprécier la responsabilité pénale de l'intéressé . Dans ces conditions, rien ne montre que l'utilisation par le tribunal du rapport de police en question ait pu en soi étre injustifiée au regard de l'article 8, paragraphe 2, de la Convention . c . Dans la mesure où le requérant se plaint que la police a établi sur l'incident de 1969 un rapport qu'elle a conservé dans un dossier nominatif contenant copie de certains documents à caractère privé, la Commission n'est pas appelée à examiner le bien-fondé de ces mesures prises à l'époque par la police, puisque le requérant n'a pas, au moment des faits, épuisé les voies de recours internes à sa disposition et qu'il n'a du reste pas introduit de requête, conformément à la Convention, dans le délai de six mois prévu à l'article 26 . Le seul point litigieux é ventuel est donc ici celui de savoir s'il était justifié que la police conse rve le dossier jusqu'en 1978, date où elle l'a transmis au t ribunal . Il y a là une question de protection des données qui relève du vaste domaine de l'article 8 de la Convention . Le Gouvernement a soutenu que le requérant n'avait pas à cet égard épuisé les voies de recours internes, puisqu'il ne s'était pas d'abord ad ressé au se rvice responsable . la direction de la police munichoise, et n'avait pas non plus introduit de recours auprès du t ribunal administratif . Le requérant réplique qu'il n'était pas censé utiliser ces voies de recours, puisqu'il ne connaissait pas l'existence du rapport de police en question . La Commission relève cependant que le rapport ayant été évoqué dans la décision du tribunal régional en date du . . . mars 1978 . le requérant aurait pu, à part ir de ce moment-là du moins, se prévaloir des recours indiqués par le Gouvernement et qu'en tant qu'avocat il devait d'ailleurs connaît re . Ces recours lui auraient du reste fourni une bonne protection vu la possibilité de demander une ordonnance de référé qui, si elle avait été défivrée, aurait ce rtainement influé sur le déroulement ulté ri eur de la procédure devant les tribunaux pénaux . Cependant, le requérant s'est borné à contester l'utilisation du rapport de police par le tribunal pénal sans engager l'action approp riée contre la police elle-même, alors qu'il resso rt de ses exposés au tribunal que c'est surtout de la police et du parquet qu'il se plaignait, pour avoir fourni l e
- 110-
dossier au tribunal . La Commission estime que, dans ces conditions, le requérant ne peut pas @tre considéré comme ayant été dispensé de faire usage des voies de recours précitées . Aussi doit-elle décider que ce grief, faute de satisfaire aux conditions de l'article 26 de la Convention, doit être rejeté conforméntent à l'article 27, paragraphe 3, de la Convention . 3 . Le requérant s'est plaint en outre que son droit à la liberté et à la sûreté de la personne (art . 5) a été enfreint par le tribunal, qui l'a menacé de d:lention s'il ne se souniettait pas de son plein gré à l'examen psychiatrique . La Commission remarque cependant qu'il n'y a pas eu en fait privation de liberté et que le requérant ne pouvait voir enfreint le droit à la sGreté que s'il avait été menacé d'une détention arbitraire ou injustifiée . La Commission estime que tel n'étant pas le cas en l'espèce, ce grief est manifestement mal fondé .
- ]ll -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 07/05/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.