Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ VERBAND DEUTSCHER FLUGLEITER e.v. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8865/80
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-07-10;8865.80 ?

Analyses :

(Art. 11) LIBERTE DE REUNION ET D'ASSOCIATION, (Art. 6-1) ACCES A UN TRIBUNAL, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) PROCES PUBLIC, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL


Parties :

Demandeurs : VERBAND DEUTSCHER FLUGLEITER e.v.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8865/80 VERBANDDEUTSCHER )) v/theFEDERALREPUBLICOFGERMANY FLUGLEITER e .v . ) c/ la RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 10 July 1981 on the admissibility of the application DECISION du 10 juillet 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Article 25 of the Convention : The person who complains of a judgment in a civil case who has concluded with his opponent an agreement according to which the judgntent will not be executed and will be replaced by a settlement cannot claim to be a victint of a breach of the Convention .
Articie 25 de la Convention : Ne peut se prétendre victime d'une violation de la Convention celui qui se plaint d'un jugement civil alors qu'il a conclu avec sa partie adverse un accord aux termes duquel le jugement ne sera pas exécuté et est rentplacé par une transactiou .
(jran(ais : voir p . 255)
THE FACTS
1 . The applicant association, Verband Deutscher Flugleiter e .V . (Union of German Flight Contro0ers, registered association abbreviated VDF), is composed of petsons (most of them civil servants) employed in the air traffic control of the Federal Republic of Germany . It is represented by Rechtsanwalt Barten, a lawyer practising in Hannover and instructed by the association's chairman . 2 . In 1973 action ( "go slow", "work to rule", "sick out") of flight controllers led to major disturbances of air traffic causing substantial financial losses to travel agencies and airport companies . The Federal Court ( Bundesge ri chtshof), in a judgment of 16 June 1977 (BGHZ 69, 128) . held that the flight controllers engaged in that action had violated their official duties vis-à-vis the travel agencies affected by the action and decided that, unde r
- 2ç2 -
Article 34, first sentence, of the Basic Law (Grundgesetz)*, the Federal Republic was liable to compensate the agencies . 3 . The Federal Republic had in the meanwhile instituted civil proceedings against the VDF seeking a declaratory judgment to the effect that the VDF was obliged to reimburse the Federal Republic for all damages suffered as a result of the industrial action . The application for declaratory judgment was dismissed by the Regional Court (Landgericht) of Hannover on 25 January 1974 and, on appeal (Berufung), by the Court of Appeal (Oberlandesgericht) of Celle on 30 November 1976, but upheld, on further appeal on points of law (Revision), by the Federal Court on 31 January 1978 . The VDF filed a constitutional appeal (Verfassungsbeschwerde), but on 2 July 1979 a Committee of three judges of the Federal Constitutional Court (Bundesverfassungsgericht), finding that the appeal did not offer a sufficient prospect of success . refused to accept it for decision . 4 . Subsequent negotiations between the parties finally led to a settlement of 22 October 1980 which contained, in particular, the following elements : - the VDF undertook to pay to the Federal Republic, in settlement of all its claims under the Federal Court's judgment of 31 January 1978, a sunt of 1 .500 .000 DM by six annual instalments ; - the VDF undertook to pay the costs of the proceedings and of the subsequent settlement ;
- the Federal Republic stated that it would refrain from claiming further damages from individual flight controllers who had participated in the action in 1973 . The settlement was according to its preamble "valid for all those who took part in the flight controllers' action" and resolved "all claims for loss or damage resulting therefrom" . 5 . It does not appear that the representatives of the Federal Republic were at any stage of the above settlement negotiations informed of the association's present application to the Commission .
•"Verletzt jeniand in Ausübung eines ihm anvertrauten iiffentlichen Amtes die ihm einem Dritten gegenüber obliegende Amtspflicht, so trifft die Verantwortlichkeit grundsatzlich den Staat oder die Kürperschaft, in deren Dienst er stehl . " ("If any person . in the exercise of a public office entrusted to hini . violates his official obligations to a third party . liability shall rest in principle on the state or the public body which employs him .")
-253-
Complaint s
The VDF submits that : - Article 6 of the Convention was violated in the proceedings before the the Federal Constitutional Court ; - the judgment of the Federal Court and the decision of the Federal Constitutional Court violated Article 10 of the Convention, in that the VDF, because of public statements of its representatives during the action in 1973, was held liable for the damage caused by that action - the same decisions violated Article 11 of the Convention, in that the VDF was held liable for the said damage on the ground that it had aided flight controllers in action regarded by the Federal Court as incompatible with their status as civll servants ; - the decisions complained of also violated Articles 17 and 18 of th e Convention . The VDF considers that the settlement of 22 October 1980 does no t affect the present proceedings before the Commission .
THE LA W The applicant association submits that its rights under Articles 6, 10, 11, 17 and 18 of the Convention were violated by the declaratory judgment of the Federal Court of 31 January 1978 and the decision of the Federal Constitutional Court of 2 July 1979 . The Commission considers that, in its examination of the admissibility of the application, it must also have regard to the subsequent settlement of 22 October 1980 . _ One of the conditions for the admissibility of an application under Article 25 of the Convention is that, at the relevant time-i .e . the time of the Commission's decision or of the adoption of its Report-, the applicant may claim to be a victim of an action or omission, by a High Contracting Party, which in his view violates his rights under the Convention (cf . the Commission's Report (with further references) and the Resolution of the Committee of Ministers in the Preikhzas Case, Decisions and Reports 16, pp . 5-17 and 18) . In the present case the applicant association, when introducing the application on 8 January 1980, complained of the judgment of the Federal Court and the decision of the Federal Constitutional Court . On 22 October 1980, however, it concluded a contract with the Federal Republic at the domestic level which replaced the contested court decisions by an agreed settlement . This comprehensive contractual arrangement not only settled the issues of the civil proceedings between the parties to the present application ; in addition, it also constituted an agreed Gmitation of civil claims by th e
-254-
Federal Republic of Gerrnany against third persons, namely, individual flight controlle rs who had pa rticipated in the indust ri al action . It follows that, since 22 October 1980, the relations between the pa rties have been govemed by the terms of the above settlement, and that the Federal Government can no longer vis-à-vis the applicant association avail itself of the judgment of the Federal Court, confirmed by the Federal Constitutional Court and complained of in the p resent application . The Commission concludes that, following the settlement of 22 October 1980, the applicant association can no longer claim to be a victim of the judgment of the Federal Court, or of the decision of the Federal Constitutional Cou rt re fusing to accept the constitutional appeal from that judgment . It therefore can no longer re quest the Commission to determine the compatibility with the Convention, in pa rticular Article 11, of the domestic decisions complained of . It follows that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . For these reasons, the Conventio n
DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION) EN FAIT 1 . L'association requérante, Verband Deutscher Flugleiter e .V . (Union des contrôleurs aériens allemands, association déclarée, en abrégé la VDF), se compose essentiellement de fonctionnaires employés à contrôler la circulation aérienne de la Répubhque Fédérale d'Allemagne . Elle est représentée par Me Barten, avocat à Hanovre et mandaté par le président de l'association . 2 . En 1973, les actions revendicatives (grève perlées, grève du zèle, prétendues maladies) des contrôleurs aériens ont entraîné de fortes perturbations du trafic aérien et donc des pertes financières importantes pour les agences de voyage et les compagnies aériennes . La Cour fédérale (Bundesgerichtshof) a, dans un arrêt du 16 juin 1977 (BGHZ 59, 128), déclaré que les contrôleurs aériens associés à ces actions avaient manqué aux devoirs de leur fonctio n'onvis-àdeagc ytuhéesparldicontéque
- 255 -
application de l'article 34, première phrase, de la Loi Fondamentale (Grundgesetz)* . la République Fédérale était tenue d'indemniser les agences en question . . 3 . Dans l'intervalle, la République Fédérale avait actionné civilement la VDF pour obtenir un jugement déclarant que la VDF était tenue de lui rembourser le montant des réparations versées pour tous les dommages subis à la suite des actions revendicatives . Cette demande de jugement déclaratoire fut rejetée par le tribunal régional (Landgericht) de Hanovre le 25 janvier 1974 et, en appel (Berufung), par la Cour d'appel (Oberlandesgericht) de Celle le 30 novembre 1976 mais admise en cassation (Revision) par la Cour fédérale le 31 janvier 1978 . La VDF forma un recours constitutionnel (Verfassungsbeschwerde), qu'un comité de trois juges de la Cour constitutionnelle (Bundesverfassungsgericht) refusa le 2 juillet 1979 de soumettre à la décision de la Cour au motif qu'il n'avait pas de chance de succès .
4 . Les négociations menées ulté rieurement entre les part ies conduisirent le 22 octobre 1980 à une transaction comportant notamment les éléments suivants : - la VDF s'engageait à payer à la République Fédérale en règlement de toutes ses prétentions au titre de l'arrêt rendu par la Cour fédérale le 31 janvier 1978 . une somme de 1 500 000 DM en six annuités ; - la VDF s'engageait à payer les frais de procédure et de conciliation ; - la République Fédérale renonçait à réclamer d'autres dommagesintérêts aux contrôleurs aériens, pris individuellement, qui ont pris part aux actions revendicatives de 1973 . La transaction était, selon son préambule . . applicable à quiconque avait pris part aux actions revendicatives des contrôleurs aériens - et éteignait « toute action en dommages-intérêts ou indemnisation du préjudice pécuniaire en résultant = . 5 . 11 ne semble pas que les représentants de la République Fédérale aient été à un moment quelconque de la conciliation précitée, informés de la présente requête introduite par l'association devant la Commission .
• . .Verletzt jemand in Ausübung eines ihm anvenrauten üffenrlichen Amies die ihm einem Dritten gegenüber obliegende Amtspflicht, so trifft die Verantuortlichkeit grundsav.lich den Staat oder die Kôrperschaft, in deren Dienst er Steht . " (« Si quelqu'un dans l'exercice de la charge publique qui lui est confiée, viole les obligations que lui impose cette charge à l'égard d'un tiers, la responsabili (é en incombe par principe à l'Etat ou à l'organisme au se rv ice duquel il se trouve . • )
- 256 -
Griefs La VDF soutient que : - l'article 6 de la Convention a été enfreint dans la procédure devant la Cour constitutionnelle fédérale ; - l'arrêt de la Cour fédérale et la décision de la Cour constitutionnell e fédérale sont contraires à l'article 10 de la Convention car la VDF a été, en raison des déclarations publiques faites par ses représentants lors des actions revendicatives de 1973, tenue pour responsable des dontmages causés par ces actions ; - ces mêmes décisions sont contraire à l'article 11 de la Convention, la VDF ayant été tenue responsable desdits dommages pour avoir aidé les contrôleurs aériens dans des actions que la Cour fédérale a jugées incompatibles avec leur statut d'agent de l'Etat ; - enfin, les décisions en question constituent également une atteinte aux a rt icles 17 et 18 de la Convention . La VDF estime que la transaction du 22 octobre 1980 n'affecte en rien la présente procédure devant la Commission .
EN DROI T L'association requérante soutient que l'arrét déclaratoire rendu par la Cour fédérale le 3 1 janvier 1978 et la décision de la Cour constitutionnelle en date du 2 juillet 1979 ont enfreint les droits que lui reconnaissent les articles 6 . 10. 11, 17 et 18 de la Convention . La Commission estime que, dans son examen de la recevabilité de cette requête, elle doit également tenir compte de la transaction intervenue ultérieurement le 22 octobre 1980 . L'une des conditions de recevabilité d'une requête introduite en vertu de l'article 25 de la Convention est qu'à l'époque considérée - c'est-à-dire celle où la Commission prend sa décision ou adopte son rapport - le requérant puisse se prétendre victime d'une action ou d'une omission de la part d'une Haute Partie Contractante qui, selon lui, a enfreint les droits que lui reconnaît la Convention (cf . le rapport de la Commission (avec les références complémentaires) et la résolution du Comité des Ministres dans l'affaire Preikhzas . Décisions et Rapports 16, pp . 5-17 et 18) . Or, en l'espèce, lorsqu'elle a introduit sa requête le 8 janvier 1980, l'association requérante se plaignait de l'arrêt de la Cour fédérale et de la décision de la Cour constitutionnelle . Le 22 octobre 1980 cependant, elle concluait sur le plan interne un accord avec la République Fédérale, qui remplaçait les décisions judiciaires contestées par une transaction . Cet arrangement contractuel global ne se bornait pas à régler les questions en litige dans le procès civil entre les parties à la présente requête . mais constituait e n
-257-
outre un accord limitant les possibilités d'actions civiles que la RépubBque Fédérale d'Allemagne pourrait intenter contre des tiers, à savoir chacun des contrôleurs aériens ayant pris part aux actions revendicatives . Il en découle que, depuis le 22 octobre 1980, les rapports entre les parties sont régis par les termes de la transaction précitée et que le Gouvernement fédéral ne peut plus se prévaloir, à l'égard de l'association requérante, de l'arrêt objet de la présente requéte, rendu par la Cour fédérale et confirmé par la Cour constitutionnelle . La Commission est d'avis qu'après la transaction intervenue le 22 octobre 1980, l'association requérante ne peut plus se prétendre victime de l'arrét rendu par la Cour fédérale, ni de la décision de la Cour constitutionnelle rejetant le recours constitutionnel formé contre cet arrêt . Elle ne peut donc plus demander à la Commission de se prononcer sur la conformité à la Convention, notamment à son article 11, des décisions internes incriminées . Il s'ensuit que la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2 . de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n
DÉCLARE LA REQUETEIRRECEVABLE .
-2.58-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 10/07/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.