Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ RASMUSSEN c. DANEMARK

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8777/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-12-08;8777.79 ?

Analyses :

(Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-1-e) ALIENE, (Art. 5-2) INFORMATION DANS LE PLUS COURT DELAI, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS


Parties :

Demandeurs : RASMUSSEN
Défendeurs : DANEMARK

Texte :

APPLICATION /REQUETE N° 8777/79 Per Krohn RASMUSSEN v/DENMAR K Per Krohn RASMUSSEN c/DANEMAR K DECISION of 8 December 1981 on the admissibility of the application DECISION du 8 décembre 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Arilcle 14 of the Convention In conjunction with Artlclee 6 end 8 of the Convention : Legislation which imposes a time-limit of five years from a child's birth within which a man may institute afjzliation proceedings, whereas a woman may institute them at any time . Does this amount to discrimination? (Complaint declared admissible) .
Articte 14 de la Convention, combiné avec les artlclee 6 et 8 de la Conventton : Législation aux termes de laquelle l'homme doit intenter l'action en désaveu de parternité dans un délai de cinq ans à compter de la naissance de l'enjant, alors que lalemme peut intenter en tout temps une action en constestation de parternité de son enfant . Y a-t-il discrimination ?(Requéte déclarée recevable l
((ranCuis : voir p . 120)
THE FACTS
The facts, as submitted by the appticant, may be summarised as follow s The applicant is a Danish citizen, born in 1945 and residing in Nyborg . He is a senior clerk by profession . The applicant got married in 1966 . In the Spring of 1970 his wife told him that she had been unfaithful to him, and when she bore a femate child on 20 January 1971, doubts arose as to whether the applicant was the father . He, however, decided not to institute a paternity suit in order to save the marriage . On 9 August 1973 the applicant and his wife separated . He did not bring up the paternity question at that stage either, and was ordered to pay maintenance for the child .
- 105 -
On 28 April 1975 the applicant and his wife signed an agreement by which she, on the one hand, renounced all claim for maintenance for the child in the period from 1 June 1975 to 20 January 1989 and he, on the other hand, renounced his right to institute patemity suit in spite of his wife having declared that he was probably not the child's father . On 16 July 1975 the applicant and his wife got divorced . On 16 January 1976 the applicant's ex-wife wrote to him maintaining that she was not bound by the agreement of 28 April 1975 and that she would claim maintenance for the child from him .
On 27 January 1976 the applicant applied to the Court of Appeal (Ostre Landsret) Copenhagen for leave to institute proceedings to ascertain the paternity of the child . The applicant's wife opposed his application which was refused by the Court of Appeal by a decision of 12 April 1976 . The applicant maintains that his attorney did not get a copy of the decision until 23 April 1976 and he himself did not receive the copy until late in the evening of 25 April, the time-limit for appeal expiring on 26 April (i .e . 14 days) . Owing to this short notice the applicant states that he was unable to find new facts in support of his appeal . Consequently he did not appeal . On 27 July 1976 he petitioned the Ministry of Justice for leave to appeal out of time to the Supreme Court . This was refused on 3 September 1976 . He then petitioned the Parliamentary Ombudsman (Folketingets Ombudsman) who, in a letter dated 22 December 1976, stated that he could not find any faults in the Ministry of Justice's handling of the case . On 3 February 1977 the applicant reapplied to the Ministry of Justice, which by a letter dated 18 February 1977 stated that the Ministry must stick to its former decision of 3 September 1976 . The applicant has also applied to the Chairntan of the Judicial Committee of the Danish Parliament, as well as to the Prime Minister, but to no avail . On 21 November 1978 the applicant reapplied to the Court of Appeal (Ostre Landsret) for leave to institute a paternity suit . As grounds for his reapplication he stated i .a . that it was very uncertain that he had sexual intercourse with his wife at the probable conception period of the child, that his ex-wife had in a statement to the police on I I March 1976 revealed the name of the probable father, and that this man had publicly stated that he was the father . The applicant's ex-wife opposed this application, on the grounds that a paternity suit would have detrimental effect on the child . In a decision of 11 December 1978 the Court of Appeal (Ostre Landsret) refused the application on the grounds that the applicant had not institute d
- 106 -
the paternity suit within the time-lintit prescribed in A rt icle 5 (2) in the Act of the Status ot' Children, No . 200, 18 May 1960 . and the Cou rt did not find that the conditions laid down in A rt icle 5(3), cf. the Judicature Act, Article 456 r . (4) to be fulftlled so as to grant him leave to institute a paternity suit after the tinte-liniit had expired « . The applicant appealed the decision of the Court of Appeal of I I Decentber 1 978 to the Supreme Court, which upheld it by a decision of 12 January 1979 .
COMPLAINTS The applicant complains that he is denied access to the Danish courts to have the paternity of the above-mentioned child determined, although there are valid reasons to believe that the child is not his flesh and blood . This denial is based on the time-lintit laid down by the aforecited law without, in the applicant's opinion, taking into account the hunian aspect of the case, the child's welfare and the belated delivery of the decision of the Court of Appeal (Ostre Landsret), which he maintains prevented hini from appealing to the Supreme Court in tinte . This the applicant considers to be a violation of his huntan rights . Further, the applicant points out that this time-limit to institute a paternity suit according to the law, applies solely to the husband, but not to the wife . • Art . 5 (2) ol'the Act of the Status of children provides (Translation) : "A paternity suit ntust be instituted by the husband within onc year after he becomes axare ol' the facts which can justify his renouncenient of patcrnity, and ar the latesl within live years of the birth of the child . " Art . 5( 3 ) of the same Act provides (Translation ) "l'he Coun of Appeal can grant leave to institute a paternity suit although the time limit in para . (2) has expired provided the conditions of Art . 456 r . (4) of the Judicature Act arc fullilled . " "fhe Court of Appeal moy allow a case to be reopened after the linte-limit in para . (3) has expired when quite exceptional reasons are given for not having requested a review earlier, and the circumstances in general show strong grounds for reopening a case and further it it appears ihal a review of Ihe case will not cause the child great inconvenience . It the case was ultintately dealt with by the Suprente Court, leave for a relrial is granled by ihat coun . If the condilions of the first sentence ol' this paragraph are fulfilled . Ihe Court of Appeal ntay also grant leave to appeal against a first instance decision, which otherwise would not be appealable . The decisions of the Court of Appeal, applying the albrementioned rules ntay be appealed to the Supreme Court in accordance with the Provisions of Chapter 37 . When the Supreme Court is dealing with such a case ii has power to grant leave to appeal against a judgntent which otherwise would not be appealable, instead ol'reopening the case . "
- 107 -
This, in the applicant's opinion, constitutes sexual discrimination between men and women .
PROCEEDINGS BEFORE THE COMMISSION The application was introduced with the Commission on 21 May 1979 and registered on 12 October 1979 . On 9 July 1980 the Commission decided to conimunicate the application to the Danish Government, in accordance with Rule 42 (2) (b) of the Rules of Procedure, and to invite them to submit observations in writing on the admissibility and the merits of the application, under Article 14 in relation to Articles 6 and 8 of the Convention . The Government were asked to deal in particular with the reasons why the time-limit provided for in Article 5, paragraph 2 of the Act on the Status of Children, No . 200, 18 May 1960, to bring an action denying paternity, applies solely to the husband but not to the wife . The Government submitted-(after an extention of the time-limit)-their written ôbservations on 18 March 1981 and the applicant submitted his observations in reply on 21 April 1981 .
SUBMISSIONS OF THE PARTIE S A . The Government Danish law relating to the right of men and women to institute affiliation proceedings with respect to a child born in wedloc k 1 . Statutory law and case law prior to the entry into force of the Children's Act of 196 0 The Children's Act (Act No . 200 of 18 May 1960-Full title : The Lega l Status of Children Act) entered into force on 1 January 1961 . It replaced the Illegitimacy Act (Act No . 131 of 7 May 1937) and the Legitimacy Act (Act No . 132 of 7 May 1937) . Pursuant to section 3 of the Legitimacy Act affiliation proceedirigs with respect to a legitimate child could be instituted by the mother, the husband, the child or a .person appointed guardian of the child . The Act set no time-limit for institution of proceedings . In case law and in legal writing it was held, however, that a husband could be debarred from renouncing paternity of achi)d born in wedlock if, knowing that his wife had had sexual intercourse with another man during the relevant period, he openly acknowledged after the child's birth that he was the father ("the doctrine of acknowledgement") .
-108-
The question was first decided by judgment of the Supreme Court, published in the Law Report , Ugeskrift for Retsvaesen (hereinafter referred to as U .f.R .) 1956, page 107, cf . the annotation by Supreme Court Justice Frost in Tidsskrift for Rettsvitenskap (hereinafter referred to as T .f.R .) 1956, p . 347 . The facts of the case were these : The husband (H) and the wife (W) married in November 1942 . In January 1943, the child (C), which H knew was not his child, was born . In December 1950 when C was nearly 8 years old, H and W were judicially separated and custody was given to W . H was not ordered to pay for the maintenance of C because he was incapacitated for work, but W reserved the right to claim maintenance at a later stage . In March 1951, W filed a petition for maintenance . Following that, H instituted affiliation proceedings . Even though biologically H could not be the father of C . an affiliation order was made against him "in view of the fact that, on the evidence adduced, he had since 1943 treated C and assumed the position towards C as being his and W's legitimate child . . . he should not now be able arbitrarily to deprive the child of the status it had thus acquired in family law" . In case law prior to the Children's Act there does not appear to have been any instances of women having instituted affiliation proceedings in circumstances w•here the doctrine of acknowledgment could be of relevance in relation to women, but it was held in legal writing that the doctrine of acknowledgment applied also to women, cf . Ernst Andersen, Aegteskabsret 1, 1954, page 95 ff . 2 . Repon ojthe Paternity Committee By Royal Order of 2 December 1949, the Ministry of Justice set up a committee-the Paternity Committee-to consider amendments of the law relating to children born out of wedlock, and possibly certain questions with respect to children born in wedlock . In June 1955 the Committee submitted Report No . 126/1955 on amendment of the rules relating to determination of paternity . In its Report the Committee recommended as to the husbant's right to institute affiliation proceedings with respect to a child born in wedlock that time-limits be fixed of, respectively, six months from the time the husband became cognizant of circumstances which could afford grounds for renouncement of paternity and five years from the birth of the child . The Ministry of Justice should, however, be allowed, in special circumstances, to grant exemption from the time-limits . As a motivation for the recommendation the Committee stated (i) that a right to institute proceedings if not limited in time could entail undesirable uncertainty in fantily relations, (ii) that often there would a priori be no point in instituting proceedings several years after the child's birth because of difficulty in adducing proof, (iii) that proceedings instituted by the husband in spite of the argument set out in (ii) could ruin th e
- 109 -
marriage and, consequently, the security of the child, and (iv) that affiliation proceedings instituted several years after the child's birth would place the child in a poorer position than if proceedings had been instituted earlier, because the court would possibly have to give judgment in favour of the husband on the basis of the blood group determination, while it would be difficult to obtain an affiliation order against another man . The Committee found, therefore, that considerations for the welfare of the child (and the marriage) required that the status of the child should be established as soon as possible and that the husband's separate interests would have to yield to these considerations (page 60) . As to the question whether corresponding time-limits should be fixe d also for the child's and the mother's right to institute affitiation proceedings the Commi tt ee stated, "that the child's right to institute proceedings should not be subject to any time-limit" considering (i) that it must, in principle, be in the interests of the authorities that the right to institute proceedings is open to such an extent that legal paternity as far as at all possible becomes identical with biological paternity, and (ii) that the views which might lead to restricting the husband's right to institute proceedings are notof relevance in the case of proceedings instituted by the child . For the same reasons there should be no time-limit either with regard to proceedings instituted by the child's guardian or the mother ." ( ibid . page 59) . The Committee fu rt hermore discussed in its Report , page 62, whether the doctrine of acknowledgment should be laid down by statute . The Committee would not, however, recommend that because it "found it better to leave such cases, which may be of a highly va ry ing character, to be decided by case law as heretofore, so that a stance can be taken in each case as to whether the husband by his conduct after the birth of the child may be presumed to have renounced with binding effect his right to contest the status of the child in aftiliation proceedings at a later stage" . Legal status under the Children's Ac t a. The Children's Act In section 5, subsection 2 of the Children's Act (Act No . 200 of 18 May 1960), which entered into force on I January 1961, time-limits were laid down, in conformity with the recommendations of the Paternity Committee, for the husband's right to institute affiliation proceedings . The time-limits were, however, fixed at 12 months and five years, respectively . Furthermore . section 5, subsection 3 allowed for exentption from the time-lintits, but the competence to grant exemption was vested in the Court of Appeal (Landsretten) . Decisions of the Court of Appeal pursuant to the above provision may be appealed against to the Suprente Court in conforntity with the general provisions governing appeal . - 110 -
b . The doctrine of acknowledgemen t The Children's Act imposes no restrictions on the mother's right to institute affiliation proceedings with respect to a child born in wedlock, and the Explanatory Memorandum accontpanying the Bill does not mention the possibility of laying down such a restriction, nor does it deal with the question whether the doctrine of acknowledgement may still affect the husband's right to renounce paternity . In case law and in legal writing it is, however, firmly held that the doctrine of acknowledgement remains applicable to both men and women, cf . Ernst Andersen, Familieret . 3 . udgave, 1971, page 45 ff., J6rgen Graversen (ed .), Familieret, 1980, page 42 ff ., Spleth, U .f .R ., 1966 B, page 262, Trolle, U .f.R ., 1973 B . page 165, and the cou rt decisions mentioned below . There are no legal restrictions on the right of women to institute affi liation proceedings, but in consequence of the doctrine of acknowledgement the cou rt may debar the wife from adducing evidence . e .g . in the form of statements by witnesses or findings of the form of statements by witnesses or findings of genetic investigations, in suppo rt of her allegation that the husband is not the father of the child, cf . Section 456 h of the Adniinistration of Justice Act, which provides that the cou rt is ex offrcio under obligation to see that the case is elucidated and U .f.R . 1980, page 1085 ( Judgntent passed by the Court ot Appeal (Ostre Landsret)) (cf . L . 5 ., Case 13) . where the court refused perforniance of genetic investigations because the wife was debarred according to the doctrine of acknowledgement front contesting the husband's paternity . Even where it has been proved that the husband cannot be the father, the mother may be debarred from contesting the paternity . cf. L, 5 ., Cases 10-12 . The circumstances which according to the doctrine of acknowledgement debar the husband from contesting paternity will, as a general rule, also tnilitate decisively against granting hint leave to institute af7ifl iation proceedings , cf . Bitsch, Lov om b6rns retsstilling med Kommentarer, 2 . udgave, page 50, and Spleth, U .f.R ., 1966 B . page 263 . The prejudicial decision granting leave does not, however, have the force of res judicata in subsequent atTiliation proceedings, and especially on account of the better basis which affiliation proceedings provide for eliciting information, the husband could, even though he has been granted leave, be fixed with the paternity, cf . I ., 4 ., Cases 2 and 4, and Trolle, U .I .R . . 1974 B, page 165 . 4 . Further details on the husband's de facto possibilities of contesting his paternity of a [egitintate child 4 .1 .
Case law
As a point of departure the husband is debarred by law from contesting his paternity after the expiry of the time-limits set out in section 5, sub- Ill -
section 2 of the Children's Act . The point of departure is, however, modified by the fact that leave to institute affiliation proceedings may be granted pursuant to section 5, sub-section 3 of the Act . To illustrate the husband's de facto possibilities of contesting his paternity a review is presented in the following of the cases which have been reported in U .f.R . for the period 1970-80 . As for previously reported court decisions, predominantly of the Court of Appeal, reference is made to Bitsch . l .c . In U .f .R . for 1970-80 are reported seven decisions, six of them by the Supreme Court, on applications by husbands for leave to institute affiliation proceedings and twojudgments in affiliation proceedings by which husbands were granted leave to institute . Tn five of these cases the husbands had refrained from instituting affiliation proceedings during the marriage in order to preserve the marriage . But within a reasonable period after cessation of cohabitation, judicial separation or divorce, where the child remained in the custody of the mother, they took steps to institute or apply for leave to institute affiliation proceedings . In all five cases leave was granted . In Cases 2 and 4, concerning the subsequent affiliation proceedings, one of the husbands was set free from paternity while the other was fixed with paternity under the doctrine of ackowledgement . These cases are referred to as follows : U .f.R ., 1970, page 79 (Decision of the Court of Appeal (Ostre Landsret)) U .f.R ., 1974, page 83 (Supreme Cou rt Judgment)
U .f.R ., 1975, page 963 (Supreme Cou rt Decision ) U .f.R ., 1977, page 907 (Judgment by Court of Appeal (Ostre Landsret)) U .f.R ., 1979, page 893 (Supreme Cou rt Decision ) In two cases the cohabitation of husband and wife had ceased p ri or t o the birt h of the child, and the husbands didnot take steps to contest their paternity until several years later when, in connection with separation or divorce, petitions for maintenance orders were filed . In both cases leave was granted to institute affiliation proceedings . Cf. : Case 6 U .f .R ., 1972, page 954 ( Supreme Decision) Case 7 U .f .R ., 1972, page 529 ( Supreme Decision ) In two cases the husbands had lived together with the children until judicial separation/divorce but did not until long after separation/divorce take steps to contest paternity . In the first case the reason for the delay was that the mother had waived maintenance at the time of judicial separation . Leave was granted . In the second case the application was not submitted until 11 years after the birth of the child . The delay was not reasonably founded and leave was refused . Cf. :Case 8 U .f .R ., 1973 . page 97 (Supreme Court Decision) Case 9 U .f .R ., 1978, page 879 (Supreme Court Decision )
- 112 -
The Government submit that a comparison of the present application with Case 8 would seem to imply that the decisive reason why the Court of Appeal rejected Mr Krohn Rasmussen's application was that he had not taken steps to institute afliliation proceedings in connection with the judicial separation, notwithstanding the fact that he was ordered to pay for the maintenance of the child and that more than 18 months passed before the parties made an agreentent for discontinuation of maintenance .
5 . Further details on the wife's possibiliries Legally, the wife has an unrestricted right to institute affiliation proceedings with respect to a child born in wedlock . But de facto this right is restricted by the doctrine of acknowledgement which intplies (i) that the court may refuse adduction of additional evidence, and (ii) that the court may fix the husband with paternity even where pursuant to the provisions of Section 2 of the Children's Act it can be ruled out that he is the father . During the period from the entry into force of the Children's Act on I January 1961 and up to the end of 1980, altogether 4 judgments in affiliation proceedings instituted by women with respect to children born in wedlock and one decision in such a case concerning performance of genetic investigations have been reported in U .f.R . Three of the judgments refer to cases in which, following judicial separation or divorce, custody was given to the husband, and in which the wife subsequently instituted affiliation proceedings . In all three cases the wife was considered to be debarred from contesting the husband's paternity . Cf. :-
Case 10 U .f.R ., 1964, page 343 (City Court Judgment ) Case 11 U .f.R ., 1965, page 204 (Judgment by Court of Appeal (0stre Landsret) ) Case 12 U .f.R ., 1975, page 486 (Judgment by Court of Appeal (Ostre Landsret) ) One reported decision refers to a case in which the wife instituted affiliation proceedings while a separation suit in which she as well as the husband claimed custody was sub judice . The Court of Appeal decided that genetic investigations should not be performed because the wife must be debarred l'ront contesting the husband's paternity . Cf. :Case 13 U .f.R ., 1980, page 1085 (Decision of the Court of Appeal (Ostre Landsret )
Case 14 U .f.R ., 1969 . page 76 (Suprente Court Judgment )
- 113 -
6 . Relationship between the de facto possibilities of men and women to contest the husband's paternity 6 .1 .
General remarks
The Government point out that the right of the wife and the right of the husband to contest the husband's paternity are, as a point of departure, very different . Legalty, the wife has an unrestricted right to institute affiliation proceedings while the husband, as point of departure, is debarred from instituting proceedings after the expiry of the time-limits . The points of departure are modified by the fact that the wife, according to the doctrine of acknowledgement, may be debarred from adducing additional evidence and, in other respects, from contesting the husband's paternity, while the husband may be granted leave to institute proceedings after the expiry of the timelimits . In judging the relationship between the de facto possibilities of contesting paternity account should be taken of the differing situations in which the wife and the husband are interested in contesting patemity . The Government submit that a distinction must thus be made between the following situations : A . The child follows the husband on cessation of cohabitation, judicial separation or divorce, or the husband wants to maintain personal contact with the child even though it stays with the mother . In that situation it will, as a general rule, be in the interests of the wife alone to contest the husband's paternity, and the husband will, as a general rule, be opposed to annulment of his paternity . B . The child follows the mother, and the husband does not want to maintain contact with the child that situation it may be in the interests of both the wife and th e .In husband, but typically the husband, to contest the husband's paternity . If the husband institutes affiliation proceedings, the wife may either be opposed or agree to annulment of the husband's paternity . If the wife institutes proceedings, the husband will, as a general rule, agree to the wife's contention . Hence, the following situation may arise : a . the husband institutes proceedings and the wife agrees ; b . the husband institutes proceedings and the wife protests c . the wife institutes proceedings, and the husband agrees . As for the relative possibilities of husband and wife of contesting the husband's paternity, situation A, where the wife institutes proceedings and th e
- 114 -
husband protests, is comparable to situation B .b, where the husband institutes proceedings and the wife protests . Situation B .a where the husband institutes proceedings and the wife agrees, is comparable to situation B .c where the wife institutes proceedings and the husband agrees . Situation A v . situation B .b Even though, in situation A the wife, legally, has an unrestricted right to institute afliliation proceedings, the Government point out that she was in all the four reported case (Cases 10-1 3 ) debarred from contesting the husband's paternity . By way of comparison, it should be noted that in eight out of the nine reported cases, in the vast majority of which the wife must be presumed to have been opposed to affiliation proceedings (Cases 1-8), the husbands were granted leave to institute proceedings . The Government submit that there is thus no basis in the reported case law for the assumption that a husband's de facto possibility of contesting paternity is more restricted than that of a woman . Situation B .a v. situation B . c Where the parents are agreed the presumption is, on the one hand, that the husband's possibility of being granted leave is greater than in the cases where the wife protests . cf . Cases 1-9, and, on the other, that the wife could have the husband's paternity annulled, cf. Case 14, always provided that the wishes of the parents are not contra ry to the interests of the child . There is not in these situations either any basis in the repo rted case law for presuming that there is an essential de facto difference between the right of the husband and the right of the wife to contest the husband's paternity .
6 .2 .
The relative positions of husband and wife in the present application
The Government point out that the present application is of the situation B .b type where the husband, against the wife's protest, tries but is rel'used leave to institute affiliation proceedings . Assuming for the sake of comparison, that the wife had instituted proceedings and the husband protested, the case would be of the situation A type . In this hypothetical situation where the wife, against the husband's protest, institutes proceedings at an arbitrary stage, about 2'/~ years after judicial separation and at a time when the child has attained the age of S and does not know the biological father, it seems evident, in the light of the case law herein presented, that in this situation the wife would be debarred according to the doctrine of acknowledgement from contesting the husband's paternity .
- 115 -
Thus, the Government submit that there is not in the present application either any basis for presuming that the husband would legally be in a poorer position than a woman in a comparable situation .
7 . Deliberations as to amendment ojthe Children's Act 7 .1 . The Government point out that it will be seen from the Report of the Paternity Commission, cf. 1 .2 . of the present Statement, that in thedrafting of the Children's Act it was apparently not taken into consideration that women, in practice, could be interested in contesting the husband's paternity of a child born in wedlock where annulment of the husband's paternity is deemed to be contrary to the child's interests . Judging by the review in these observations, 1 .4 .1 ., of the Case law reported since the entry into force of the Children's Act, affiliation proceedings were instituted only in cases where, following judicial separation or divorce, custody had been given to the husband or where, in separation or divorce proceedings, both parents pleaded for custody . No reported decisions or judgments are seen to exist on similar cases prior to the entry into force of the Children's Act . This is presumably ascribable to the fact that previously it was more unusual that custody of young children was given to the husband . Even though family relationships have developed differently from what was envisaged in the Children's Act, the Government submit that the law courts have been able, by extended application of the doctrine of acknowledgement, to adapt the application of the law to the changed conditions . As a result there is, according to the Government, hardly any ascertainable difference between a ntan's and a woman's de jacto right to contest the husband's paternity of children born in wedlock . Against this background there seems to be no urgent practical need to amend the provisions ot'the Children's Act . On the other hand, the Government admit that it seems desirable, for reasons of formal equality and procedural technique, that the same procedural rules should apply to the right of men and women to institute aftiliation proceedings with respect to children bom in wedlock . 7 .2 . In 1969, the Ministry of Justice set up a committee (the Matrimonial Contmittee) to consider to what extent the changed social conditions, the change in the social status of women . and the resultant changes in the conception of the matrimonial institution have generated a need for amending, inter alia, the provisions governing the legal status of children during marriage and after judicial separation and divorce . In its Report No . 8 : Cohabitation without Marriage 1(No . 915/1980) . which was published at the end of January 1981, the Matrimonial Committe e
- 116 -
discusses, in connection with the question of amending the provisions of the Guardianship of Children Act relating to parental authority, the question of amending some of the provisions of the Children's Act, including the provisions ot' section 3, subsections 2 and 3 . Following a brief review of the subject matter of these provisions, the Report states, on page 72 : "There is consensus in the Conintittee that also the mother's right to institute afliliation proceedings and request reopening should be subject to a relatively short time-limit, for example corresponding to the timelimits which today apply to the father . Furthermore, the Committee is to some degree in favour of an absolute tinte-limit, applicable to all, for instituting and re-opening affiliation proceedings . " 7 .3 . On the basis now existing the Ministry of Justice has decided to propose, in connection with amendment of other provisions of the Children's Act, that the provisions of section 5, subsections 2 and 3 be amended so that the same procedural rules as to institution of affiliation proceedings will apply to men and women . The relevant Bill is expected to be tabled in the autumn of 1981 and the ensuing Act to enter into force on I July 1982 .
Concluelone of the Govememen t In the light of the foregoing review of the rules of Danish statutory law and case law as to the right to institute affiliation proceedings with respect to children born in wedlock and the facts of the present application, the Government are of the opinion that the applicant has not been a victim of discrimination so far as regards the right of access to court . Consequently, the Government consider that the rejection of the applicant's petition for leave to institute aftiliation proceedings is not in violation of Article 6, cf . Article 14 of the Convention . In consequence of the above, the Governntent find, moreover, that the applicant has not been a victim of any treatment which is in violation of Article 8, cf . Article 14 of the Convention . Against this background the Governntent subntit that the application be declared inadmissible as nianifestly ill-founded, cf . Article 27, para . 2 of the Convention . The Government would, however, have no objection if the Commission were to decide to defer its decision as to the admissibility of the application pending the enactment of the proposed antendments of the Children's Act . In that event the Government would keep the Commission informed about the tabling of the relevant Bill in the Folketing (parliament) and the outcome of the deliberations thereon in the Folketing .
- 117 -
B . The Applicent The applicant maintains that there is a clear sexual discrimination between husband and wife concerning the right to institute affiliation proceedings under the Children's Act, No . 200 of 18 May 1960, as the time-limit laid down in Article 5 (2) of the Act applies only to the husband but not to the wife . This, the applicant submits, is also admitted by the Government since they now have decided to amend the law so that the same procedural rules as to instituting affiliation proceedings will apply to men and women . The applicant submits that the doctrine of acknowledgement promoted by the Government does not alter this fact . In any event the applicant is of the opinion that the Commission should examine his application in the light of the present legislation which was in force and applied wrongly against him when he tried to institute the affiliation proceedings . The applicant refers, in this connection to Case No . 5 quoted in the Government's observations (U .f.R ., 1979, page 893 Supreme Court Decision), where the Supreme Court granted a husband leave to institute affiliation proceedings when he had exceeded the time-limit by two months, whereas the applicant was refused such leave although he had only exceeded the time-limit by 7 days . The applicant contends that he actually started his efforts to institute the affiliation proceedings in March/April 1975, (by applying for legal aid), but not in the spring of 1976, as maintained by the Government . However, he withdrew his application for legal aid when he signed the "Gentleman's Agreement" with his wife on 28 April 1975 . The applicant has also drawn attention to Case No . 8 quoted in the Government's observations (U .f.R ., 1973, page 97, Supreme Court Decision) which he maintains is analogous to his case . In that case the Supreme Court granted leave, although refusing the same to the applicant . The applicant underlines that he has not seen the child since it was 21h years of age . It has been living with its mother, who re-married on 24 January 1976 . The applicant maintains that the Danish authorities have tried to hide or distort the real facts of his case, and that the courts misjudged the actual situation of his case . He further submits that it would have been in the best interest of the child, had he been granted leave to institute the affiliation proceedings, as the child has the right to know who is its biological father . The applicant feels that the observations of the Government are misleading for his case . and he protests strongly against the Government's submission that his application be declared inadmissible as being manifestly illfounded under Article 27 (2) of the Convention . On the contrary, the applicant maintains that his case is well-founded and should be examined on the merits under Article 14 in connection with Articles 6 and 8 of the Convention . - 118 -
THE LA W The applicant has complained that he is denied access to the Danish Courts to have the paternity of a child that his wife bore on 20 January 1971 established, although there are valid reasons to believe that it is not his . This denial is based on the fact that the applicant did not institute affiliation proceedings within the time-limit laid down in Article 5 (2) of the Act of Status of Children, No . 200, 18 May 1960, and the Courts did not find that the conditions laid down in Artilce 5(3) of the Judicature Act, Article 456 r (4) were fulfilled so as to grant him leave to institute such proceedings after the time-limit had expired . The applicant points out that the time-limit to institute affiliation proceedings according to the above Act applies solely to the husband, but not to the wife . He sees this as a discrimination based on sex which should be exantined on the merits under Article 14 in connection with Articles 6 and 8 of the Convention . The respondent Government has submitted that, whatever the formal technical distinction between husband and wife under the relevant legislation ntay be, there is no basis in the facts of the present application to suggest that the applicant has been subjected to discrimination contrary to Article 14 read in conjunction with Articles 6 and B of the Convention . The Commission has carried out a preliminary examination of the inforntation and arguments submitted by the parties with regard to the applicant's above contplaint . It considers that the complaint raises important questions under the Convention and is of such complexity that its determination should depend on an examination of its merits .
It follows that it cannot be regarded as manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . and no other ground for declaring the application inadmissible has been established, or has even been submitted . For these reasons, the Commissio n DECLARES ADMISSIBLE and retains the application without in any way prejudging its merits .
- 119 -
(TRADUCTION) EN FAI T Les faits, tels qu'ils ont été exposés par le requérant, peuvent se résumer comme suit . Le requérant est un resso rt issant danois, né en 1945 et habitant Nyborg . ll est chef de bureau de son état . Le requérant contracta ma ri age en 1966 . Au p ri ntemps de 1970, sa femme lui déclara avoir été infidèle et lorsqu'elle accoucha d'une fille le 20 janvier 1971 . il y eut doute quant à la paternité du requérant . Ce dernier décida cependant, pour sauver son ménage, de ne pas engager une action en désaveu de paternité .
Le 9 août 1973, le requérant et son épouse se séparèrent . Comme le mari ne souleva pas non plus à ce moment-là la question de la paternité, il fut condamné à verser une pension alimentaire pour l'enfant . Le 28 avril 1975, le requérant et son épouse signèrent un accord : elle renon ç ait à réclamer une quelconque pension alimentaire pour l'enfant entre le 1- juin 1975 et le 20 janvier 1989 et, de son côté, il renon çait à son droit d'engager une action en désaveu de paternité, bien que sa femme lui eGt déclaré qu'il n'était probablement pas le pè re de l'enfant . Le 16 juillet 1975, le requérant et sa femme obtinrent le divorce . Le 16 janvier 1976 . l'ex-épouse du requérant lui écrivit en soutenant qu'elle n'était pas liée par l'accord du 28 avril 1975 et qu'elle lui réclamerait une pension alimentaire pour l'enfant . Le 27 janvier 1976, le requérant demanda à la cour d'appel (Ostre Landsret) de Copenhague l'auto ri sation d'engager une action en désaveu de paternité . L'ex-épouse forma opposition à cette demande, que la cour d'appel rejeta dans un arrét du 12 avril 1976 . Le requérant soutient que son avocat n'eut copie de cet arrêt que le 23 avril 1976 et que lui-inéme n'en a reç u copie que tard dans la soirée du 25 avril, alors que le délai d'appel (15 jours) expirait le 26 avril . A cause de ce très court préavis, le requérant déclare n'avoir pas été e n mesure de trouver des moyens nouveaux pour étayer un appel éventuel, qu'il n'a par conséquent pas formé . Le 27 juillet 1976, il demanda au ministère de la Justice l'autorisation de se pourvoir hors délais devant la Cour Suprême . Cette demande fut rejetée le 3 septembre 1976 . Le requérant s'adressa alors au Commissaire parlementaire (Folkestingets Ombudsman) qui, dans une le tt re du 22 décembre 1976, indiqua ne trouver aucun vice dans la manière dont le ministère de la Justice avait traité l'affaire .
-120-
Le 3 février 1977, le requérant s'adressa à nouveau au ministère de la Justice, qui, par une lettre du 18 février 1977, déclara devoir s'en tenir à sa précédente décision du 3 septembre 1976 . Le requérant s'était également adressé au président de la commission judiciaire du Parlement danois, ainsi qu'au Premier Ministre, mais sans résultat . Le 21 novembre 1978 . le requérant demanda à nouveau à la cour d'appel (Ostre Landsret) l'autori sation d'engager une action en désaveu de paternité . A l'appui de cette nouvelle demande, il déclarait notamment n'être pas du tout certain d'avoir eu des rapports sexuels avec son épouse à la date probable de la conception de l'enfant, que, d'ailleurs, dans une déclaration faite à la police le Il mars 1976 . son ex-épouse avait révélé le nom du père probable et que cet homme avait publiquement reconnu être le père . L'exépouse fit opposition à cette demande au motif qu'une action en désaveu de paternité aurait des effets nuisibles sur l'enfant . Dans un arrêt du Il décembre 1978, la cour d'appel (Ostre Landsret) rejeta la requête, le requérant n'ayant pas engagé l'action en désaveu dans le délai prévu à l'article 5, paragraphe 2 . de la loi sur le statut de l'enfant (N° 200 . 18 mai 1960) . Selon la cour, les conditions fixées à l'article 5 paragraphe 3 et prévues à l'article 456 paragraphe 4 de la loi sur l'organisation judiciaire n'étaient pas remplies pour que le requérant puisse être autorisé à engager hors délai une action en désaveu de paternité' . • L'article 5 . paragraphe 2, de la loi sur le statut de l'enfant est ainsi libellé (traduction) : •L'époux peut engager une action en désaveu de paternité dans l'année qui suit l a connaissance des faits pouvant justifier le désaveu, et au plus tard dans les cinq ans après la naissance de l'enfanl . . L'article 5 . paragraphe 3 . de la ntéme loi stipule (traduction ) -La cour d'appel peut autoriser à engager une action en désaveu de patemité mêm e après expiration du délai prévu au paragraphe 2 si se trouvent remplies les conditions de l'article 456 . paragraphe 4 . de la loi sur l'organisation judiciaire . • L'article 456 . paragraphe 4, de la loi sur l'organisation judiciaire es( ainsi libellé (traduction) : «La cour d'appel peut autoriser la réouverture d'une affaire après expiration du délai prévu au paragraphe 4 . lorsque a) le demandeur invoque des raisons tout-à-fait exceptionnelles pour n'avoir pas demandé plus tôt la révision par le juge, b) que les circonstances ntontrent, d'une favon générale, l'existence de raisons puissantes de rouvrir le dossier ei c) qu'en outre il sentble qu'une révision de l'affaire n'entrainera pas pour l'enfant d'inconvénient grave . Si l'affaire a été jugée en dernier ressort par la Cour suprême . c'esi cette inslance qui accordera l'autorisation de rouvrir le procès . Si les conditions prévues à la première phrase de ce paragraphe se trouvent remplies . la cour d'appel peut également accorder l'autorisation d'interjeter appel conlre une décision de première instance qui, autrement, ne serait pas susceptible d'appel . Les décisions de la cour d'appel prises en application des règles sus-mentionnées sont susceptibles de recours devant la Cour suprême . conformément aux dispositions du chapitre 37 . Lorsque la Cour supr@me est ainsi saisie, elle peut, au lieu de rouvrir l'affaire, accorder l'autorisation de faire appel d'un jugement qui, autrement, ne serait pas susceptible d'appel . .
- 121 -
Le requérant recourut contre l'arrêt rendu par la cour d'appel, le 11 décembre 1978, auprès de la Cour suprême, qui confirma l'arrêt par décision du 12 janvier 1979 .
GRIEF S Le requérant se plaint de s'être vu refuser l'accès aux tribunaux danois pour faire trancher la question de la paternité de l'enfant susdit, alors qu'il y a des raisons valables de penser que l'enfant n'est pas né de ses o .uvres . Ce refus se fondait sur le délai prévu par la loi précitée mais, selon le requérant, sans tenir compte de l'aspect humain de l'affaire, de l'intérêt de l'enfant ni de la signification tardive de l'arrêt de la cour d'appel (0stre Landsret), ce qui l'aurait empéché de s'adresser à temps à la Cour suprême . Le requérant estime que c'est là une violation de ses droits de l'homme . En outre, le requérant souligne que le délai prévu pour engager une action en désaveu de paternité conformément à la loi ne s'applique qu'au mari et non à la femme, ce qui constitue . selon lui, une discrimination fondée sur le sexe .
PROCÉDURE DEVANT LA COMMISSIO N La requête a été introduite auprès de la Commission le 21 mai 1979 et enregistrée le 12 octobre 1979 . Le 8 juillet 1980, la Commission a décidé de la porter à la connaissance du Gouvernement danois, conformément à l'article 42, paragraphe 2 (b), de son Règlement intérieur et d'inviter ce Gouvemement à lui soumettre par écrit ses observations sur la recevabilité et le bien-fondé de la requête par rapport à l'article 14, combiné avec les articles 6 et 8 de la Convention . Le Gouvemement a été invité à préciser notamment pourquoi le délai prévu à l'article 5, paragraphe 2 . de la loi sur le statut de l'enfant (N° 200, 18 mai 1960) pour intenter une action en désaveu de paternité ne s'applique qu'au mari et non à l'épouse . Le Gouvernement a présenté ses observations écrites le 18 mars 1981 (après prorogation du délai) et le requérant y a répondu le 21 avril 1981 .
ARGUMENTATION DES PARTIES Le Gouvernemen t
Législation danoise relative au droit pour l'homme et la femme d'engager une action en désaveu de paternité d'un enfant né dans le mariage . - 122 -
I . Dispositions légales e( jurisprudence antérieures à!'en[rée en vigueur de la toi de 1960 sur le statut de l'enfan t La loi sur le statut de l'enfant (loi N° 200, du 18 mai 1960, dont le titre complet est : loi sur le statut juridique de l'enfant) est entrée en vigueur le 1° , janvier 1961 . Elle remplaçait la loi sur les enfants illégitimes (loi N° 132, du 7 mai 1937) . En vertu de l'article 3 de cette dernière loi, l'action en désaveu de paternité légitime pouvait être engagée par la mère, l'époux, l'enfant ou le tuteur de l'enfant . La loi ne fixait aucun délai pour engager l'action . Cependant, la jurisprudence et la doctrine tenaient qu'un mari pouvait se voir refuser le désaveu de paternité d'un enfant né dans le mariage si, sachant que son épouse avait eu des rapports sexuels avec un autre homme pendant la période de conception, il avait néanmoins ouvertement reconnu, après la naissance de l'enfant, qu'il en était le père ( .théorie de la reconnaissance •) . La question a été tranchée pour la première fois par un arrêt de la Cour suprême, publié dans le Recueil de jurisprudence Ugeskrift for Retsvaesen (ci-après U .f .R .) 1956 . page 107 - voir le commentaire du juge Frost dans le Recueil Tidsskrift for Rettsvitenskap (ci-après T .f .R .) de 1956, page 347 . Les faits de la cause étaient les suivants : Le mari (M) et la femme (F) avaient contracté mariage en novembre 1942 . En janvier 1943, naissait l'enfant (E) . que M savait ne pas être le sien . En décembre 1950, alors que E allait atteindre l'âge de huit ans . M et F obtinrent la séparation légale et la garde de l'enfant fut confiée à F . M n'eut pas de pension alimentaire à verser pour E car il était invalide, mais F se réserva le droit de réclamer une pension ultérieurement . En mars 1951, F réclama une pension alimentaire, à la suite de quoi M engagea une action en désaveu de paternité . Même si, biologiquement, M ne pouvait pas être le père de E, une assignation à père putatif fut rendue contre lui -étant donné qu'au vu des élénients produits, il avait depuis 1942 traité E et s'était comporté vis-à-vis de E comme si ce dernier était l'enfant légitime de F et de lui-méme . . . II ne pouvait pas maintenant priver arbitrairement l'enfant du statut ainsi acquis selon le droit de la famille . . Dans la jurisprudence antérieure à la loi sur le statut de l'enfant il n e
semble pas y avoir eu de cas où une femme aurait engagé une action en recherche de paternité dans des conditions où la théorie de la reconnaissance aurait pu être invoquée ; cependant, selon la doctrine, la théorie de la reconnaissance était également valable pour la femme (cf . Ernst Andersen, Aegteskabsret 1, 1954, page 95 ff) . Rapport de la Cornmission sur la paternité Par décret royal du 2 décembre 1949, le ministère de la Justice a créé une commission - la commission sur la paternité - chargée d'envisager des
- 123 -
modifications à la législation sur les enfants nés hors mariage et d'étudier éventuellement certaines questions relatives aux enfants nés dans le mariage . En juin 1955 . la commission a présenté le rapport n° 126/1955 sur la modification des règles d'établissement de la paternité . Le rapport recommandait que des délais fussent fixés quant à l'exercice par le mari de son droit d'engager une action en désaveu de paternité à l'égard d'uti enfant né dans le mariage : respectivement six mois à partir du moment où le mari a eu connaissance des circonstances pouvant justifier un désaveu de sa paternité et cinq ans à partir de la naissance de l'enfant . Le ministère de la Justice devait toutefois être autorisé, dans certaines circonstances . à accorder des exceptions à ces délais . A l'appui de sa recommandation, la commission soulignait (i) que le droit d'engager une telle action, s'il n'est pas limité dans le temps . ferait peser sur les rapports familiaux une incertitude peu souhaitable ; (ii) que, bien souvent, il serait à priori inutile d'engager une telle action plusieurs années après la naissance de l'enfant vu la difficulté d'administrer les preuves ;(iii) que l'action engagée par le mari malgré l'argumentation développée sous (ii) poùrrait briser le ménage et, par conséquent, nuire à la sécurité de l'enfant et (iv) que l'action en désaveu de paternité engagée plusieurs années .après la naissance de l'enfant placerait ce demier en plus mauvaise position que si l'action avait été ouverte plus tôt car le tribunal devrait peut-étre . sur la foi du groupe sanguin, rendre un jugement favorable au mari alors qu'il serait difficile d'obtenir une assignation à père putatif contre un autre homme . La commission estimait en conséquence qu'en raison de considérations touchant à l'intérêt de l'enfant (et du ménage), le statut de l'enfant devait être fixé le plus tôt possible et que ces considérations devaient l'emporter sur les intérêts propres du mari (page 60) . ,Sur la question de savoir si des délais analogues devaient être fixés également pour l'exercice du droit de l'enfant et de la mère d'engager une action concernant la patemité, la commission a déclaré que .le droit de Î'enfant d'engager cette action ne devrait être assujetti à aucun délai» considérant (i) qu'il doit être en principe de l'intérêt des autorités d'ouvrir le droit à une telle action de façon à faire coYncider autant que possible paternité juridique et paternité biologique ; (ii) que les considérations pouvant conduire à limiter le droit pour le mari d'engager une action ne valent pas lorsque cette action est engagée par l'enfant . Pour les mêmes raisons, il ne devrait pas y avoir de délais non plus en ce qui concerne l'action engagée par le tuteur de l'enfant ou la mère . (Ibid . page 59) . La commission a en outre examiné (page 62 de son rapport) si la théorie de la reconnaissance devait être consignée dans une loi . Elle ne l'a cependant pas recommandé parce qu'elle - a estimé préférable de laisser au juge le soin de continuer à trancher en fonction des cas l'espèce, qui peuvent être de nature très variable, pour que, dans chaque cas, puisse être présumé que, par son comportement après la naissance de l'enfant, le mari a ou non renonc é - 124 -
irrévocablement à son droit de contester ultérieurement le statut de l'enfant par une action en désaveu de paternité• . 3 . Statut juridique selon !a toi sur le statut de !'enfan t a . La loi sur le statut de l'enfant L'article 5, paragraphe 2, de la loi sur le statut de l'enfant (loi N° 200 du 18 mai 1960), entrée en vigueur le J" janvier 1961, fixe, conformément aux recommandations de la commission sur la paternité, des délais pour l'exercice par le mari de son droit d'engager une action en désaveu de paternité . Ces délais sont toutefois arrêtés respectivement à 12 mois et 5 ans . En outre, l'article 5 . paragraphe 3, autorise une dérogation aux délais mais seule la cour d'appel (Landsretten) a compétence pour en décider . Les décisions prises par la cour d'appel en vertu de la disposition ci-dessus sont susceptibles de recours à la Cour suprême, conformément aux dispositions générales régissant la cassation . b . La théorie de la reconnaissance La loi sur le statut de l'enfant ne fixe aucune limitation au droit de la mère d'engager une action concernant la paternité d'un enfant né dans le mariage . De même, l'exposé des motifs qui accompagnait le projet de loi ne mentionnait pas la possibilité d'une telle limitation et n'abordait pas non plus la question de savoir si la théorie de la reconnaissance peut encore affecter le droit pour le mari de désavouer sa paternité . La jurisprudence et la doctrine déclarent toutefois fermement que la théorie de la reconnaissance demeure applicable à l'homme comme à la femme (cf . Ernst Andersen, Familieret, 3, udgave, 1971, page 45 if . ; J6rgen Graversen (ed .) ; Trolle . U .f .R ., 1973 B, page 165 et les décisions judiciaires mentionnées ci-après) . Il n'existe pas de restrictions légales au droit de la femme d'engager une action concernant la paternité mais, en raison de la théorie de la reconnaissance, le tribunal peut refuser à l'épouse de produire des preuves, par exemple témoignages ou conclusions d'examens génétiques, à l'appui de ses allégations selon lesquelles le mari ne serait pas le père de l'enfant (cf . article 456 h de la loi sur l'administration de la justice, qui prévoit que le tribunal doit veiller d'office à ce que l'affaire soit éclaircie et U .f .R . 1980, page 1085 (arrêt de la cour d'appel) (Ostre Landsret) ; cf . 1, 5, affaire 1 3, où le tribunal a refusé de faire pratiquer les examens génétiques parce qu'en vertu de la théorie de la reconnaissance l'épouse ne pouvait pas contester la paternité de son mari) . Mênie lorsqu'il a été prouvé que le mari ne peut pas être le père, la mère peut se voir interdire de contester la paternité légitime (cf. I . 5, affaires 10-12) . Les circonstances qui, en vertu de la théorie de la reconnaissance, empêchent le mari de désavouer sa paternité, l'empêcheront également, e n
-125-
règle générale, d'obtenir l'autorisation d'intenter une action en patemité (cf. Bitsch, Lov om b6rns retsstilling med Kommentarer, 2 . udgave, page 50, et Spleth, U .f.R ., 1966 B, page 263) . La décision préjudicielle lui accordant l'autorisation d'intenter l'action n'a cependant pas force de chose jugée lors d'une action ultérieure en paternité et, compte tenu notamment de la meiueure base que l'action en paternité fournit pour élucider les faits, le mari pourrait, même après avoir eu l'autorisation d'intenter l'action, se voir néanmoins attribuer la paternité (cf . 1, 4, affaires 2 et 4, et Trolle, U .f .R ., 1974 B, page 165) . 4 . Précisions sur les possibilités dont dispose en fait le mari pour contester sa paternité d'un enfant légitim e
4 .1 . Jurisprudence La règle de base est que la loi empêche le mari de contester sa paternité après expiration des délais fixés à l'article 5, paragraphe 2 de la loi sur le statut de l'enfant . Cette règle est toutefois tempérée par le fait que l'autorisation d'intenter une action en désaveu de paternité peut être accordée en vertu de l'article S, paragraphe 3 de la loi . On illustrera les possibilités dont le mari dispose en fait pour contester sa paternité en en faisant ci-dessous l'inventaire grâce aux affaires qui ont été rapportées dans U .f .R . pour la période de 1970 à 1980 . Pour les décisions judiciaires déjà citées, surtout celles de la cour d'appel, il est fait référence à Bitsch, 1 c . Dans U .f .R ., sept décisions sont rapportées pour 1970 à 1980, dont six rendues par la Cour Suprême, saisie par des maris qui demandaient l'autorisation d'engager une action en désaveu de paternité, ainsi que deux jugements rendus dans une action en désaveu que le mari avait été autorisé à engager . Dans cinq de ces cas, le mari s'était abstenu d'intenter l'action en désaveu pendant le mariage afin de préserver le ménage . Mais dans un délai raisonnable après la fin de la cohabitation, après la séparation judiciaire ou le divorce, lorsque l'enfant avait été confié à la garde de la mère, le mari avait pris des mesures pour engager une action en désaveu de paternité ou solliciter l'autorisation de le faire . Dans les cinq cas, l'autorisation a été accordée . Dans les affaires 2 et 4, qui concernent l'action subséquente en désaveu de paternité, l'un des maris a été dégagé de la paternité alors que l'autre se l'est vu attribuer conformément à la théorie de la reconnaissance . Voici les références de ces affaires : U .f .R ., 1970, page 79 (Arrêt de la cour d'appel (Ostre Landsret)) U .f .R ., 1974, page 83 (Arrêt de la Cour suprême ) U .f .R ., 1975, page 963 (Décision de la Cour suprême) U .f .R ., 1977, page 907 (Arrêt de la cour d'appel (Ostre Landsret) )
U .f .R ., 1979, page 893 (Décision de la Cour suprême) - 126 -
Dans les deux cas, la cohabitation avait cessé entre le ma ri et la femme avant la naissance de l'enfant, mais le mari n'a entrepris de contester sa patemité que plusieurs années après, lorsqu'à l'occasion d'une séparation ou d'un divorce, il y eut dépôt de demandes de pension alimentaire . Dans l'un et l'autre cas, l'autori sation a été accordée d'engager une action en désaveu de paternité . Cf . : Affaire 6 U .f.R ., 1972 page 954 (Décision de la Cour suprême) Affaire 7 U .f.R ., 1972, page 529 ( Décision de la Cour suprême) Dans les deux cas, le ma ri a vécu avec l'enfant jusqu'au moment de la séparation judiciaire ou du divorce mais n'a entrepris que très longtemps après de contester sa paternité . Dans le premier cas, le retard s'explique par le fait que la mère avait renoncé à la pension alimentaire au moment de la séparation judiciaire . L'autorisation d'intenter l'action fut accordée . Dans le deuxième cas, la demande ne fut présentée que onze ans après la naissance de l'enfant le retard n'était pas raisonnablement motivé, l'auto ri sation fut refusée . Cf . Affaire 8 U .f .R ., 1973, page 97 ( Décision de la Cour suprême) Affaire 9 U .f .R ., 1978, page 879 ( Décision de la Cour suprême ) Le Gouvernement soutient que si l'on compare la présente requête avec l'affaire 8 . cela semblerait impliquer que le motif décisif de rejet de la demande de M . Rasmussen par la Cour d'appel était qu'il n'avait pas p ri s les ntesures pour engager une action en désaveu de paternité au moment de la séparation judiciaire, nonobstant le fait qu'il avait été condamné à payer la pension alimentaire de l'enfant et que plus de 18 mois s'étaient écoulés avant que les parties ne signent un accord sur l'intermption de la pension alimentaire .
5 . Précisions sur les possibilités don( l'épouse dispose en fai( Juridiquement, l'épouse a le droit illimité d'engager une action concernant la paternité à l'égard d'un enfant né dans le mariage . Mais ce droit est limité de facro par la théo rie de la reconnaissance, qui suppose ( i) que le tribunal peut refuser la présentation d'adminicules et (ii) que le tribunal peut attribuer la paternité au mari même si, conformément à l'article 2 de la loi sur le statut de l'enfant, il peut @tre établi qu'il n'est pas le père . Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le statut de l'enfant, le 1 - janvier 1961, et jusqu'à la fin de 1980, quatre jugements au total ont été rendus dans des actions engagées par des femmes à l'égard d'enfants nés dans le ntariage : l'une de ces décisions concernant des examens génétiques a été rapportée dans U .I .R . Trois de ces jugements concernent des affaires où, après séparation judiciaire ou divorce, la garde de l'enfant a été confiée au mari et où l'épouse a ultérieurement engagé une action concernant la paternité . Dans les trois cas . - 127 -
le juge a estimé que l'épouse ne pouvait pas contester la paternité du ma ri . Cf . : Affaire 10 U .f .R ., 1964, page 343 (Jugement du t ribunal d'instance) Affaire ll U .f .R . . 1965, page 204 (Arrêt de la cour d'appel (Ostre Landsret) ) Affaire 12 U .f .R ., 1975, page 486 (Arrêt de la cour d'appel (Ostre Landsret) ) L'une des décisions rappo rt ées concerne une a ff aire où l'épouse avait engagé une action en contestation de paternité alors qu'était pendante une action en séparation dans laquelle son ma ri et elle réclamaient tous deux la garde de l'enfant . La cour d'appel a décidé qu'il ne fallait pas procéder aux examens génétiques parce que l'épouse ne pouvait pas contester la patemité du mari . Cf . : Affaire 13 U .f .R ., 1980, page 1085 ( Décision de la cour d'appel (Ostre Landsret) )
Affaire 14 U .f .R ., 1969, page 76 (Arrêt de la Cour suprême) . 6 . Rapport entre les possibilités qu'on( en fait l'homme et la femme de cm i tester !a paterni(é du mari 6. 1 .
Observations générale s
Le Gouvernement souligne que le droit de l'épouse et celui du mari de contester la paternité de ce dernier sont au départ très différents . Juridiquement . la femme a le droit illimité d'engager une action en contestation de paternité, alors que le mari en est empêché après expiration des délais légaux . Cependant, cette règle de base se trouve modifiée par le fait qu'en vertu de la théorie de la reconnaissance, l'épouse peut se voir interdire de produire des adminicules et . à d'autres égards . de contester la paternité du mari, alors que celui-ci peut se voir autorisé à engager une action en désaveu même après expiration des délais . Pour juger du rapport entre les possibilités qui existent en fait de contester la paternité . il faut tenir compte des situations différentes dans lesquelles mari et Femme ont intérêt à contester cette paternité . Selon le Gouvernement, il faut donc faire la distinction entre les situations suivantes : A . L'enfant suit le mari lorsque cesse la cohabitation, ou qu'intervient la séparation judiciaire ou le divorce, ou bien le mari désire maintenir un contact personnel avec l'enfant même lorsque celui-ci reste avec la mère . En pareil cas, ce sera en général l'intérêt de l'épouse seule de contester la paternité du mari et, d'une façon générale . celui-ci s'opposera à la contestation de sa paternité . B . L'enfant suit la mère et le mari ne désire pas maintenir un contact avec l'enfant . Dans cette situation, ce peut être l'intérêt de l'épouse comme d u
- 128 -
mari, mais surtout de celui-ci, de contester la paternité . Si le mari engage une action en désaveu, l'épouse peut s'y opposer ou accepter le désaveu de paternité du mari . Si elle engage une action, le mari y souscrira en général . On voit donc que les situation suivantes peuvent se présenter : a . le mari engage l'action et la femme y souscrit b . le mari engage l'action et la femme s'y oppose c . la femme engage l'action et le mari y souscrit . Quant aux possibilités relatives du mari et de la femme de contester la paternité de l'époux, la situation A, où l'épouse engage l'action et le mari s'y oppose, est comparable à la situation B (b), où le mari engage l'action et où l'épouse s'y oppose . Parallèlement, la situation B (a), où le mari engage l'action et où la femme y souscrit est comparable à la situation B (c) où l'inverse se produit . Situation A opposée à si(uation B (b ) Même dans la situation A où l'épouse a juridiquement le droit ill'unité d'engager une action en contestation de paternité, le Gouvernement souligne que dans les quatre cas signalés (affaires 10 à 13), elle a été empêchée de contester la paternité de son mari . A titre de comparaison, il faut noter que dans huit des neuf cas signalés, où il faut présumer que l'épouse s'est opposée à l'action en contestation de paternité (affaires 1 à 8), le mari a eu l'autorisation d'engager l'action . Le Gouvernement soutient qu'on ne trouve donc dans la jurisprudence rien qui permette de supposer qu'une possibilité de facto du mari de désavouer sa patemité serait plus limitée que celle dont dispose la femme . Situafion B (a) opposée à situation B(c ) Lorsque les parents sont d'accord, l'hypothèse est, d'une part, que la possibilité pour le mari de se voir autorisé à engager l'action est plus grande que lorsque l'épouse s'oppose à l'action (cf . affaires 1 à 9) et, d'autre part, que l'épouse peut faire annuler la patemité de son mari (cf . affaire 14) à condition toujours que les désirs des parents ne soient pas contraires à l'intérêt de l'enfant . Or, dans ces cas-là non plus, la jurispmdence ne permet absolument pas de présumer qu'il existe en fait une différence fondamentale entre le droit du mari et celui de l'épouse de contester la patemité du mari . 6 .2 .
La situation respective des époux dans la présente requête
Le Gouvemement souligne que la présente requête relève du modèle B (b) où le mari essaie, contre la volonté de son épouse, d'engager une action en désaveu de paternité, mais où l'autorisation lui en est refusée . En supposant, à titre de comparaison, que l'épouse ait engagé l'action et que le mari s'y soit opposé, l'affaire relèverait du modèle A . Dans cette situation hypothétique où
- 129 -
l'épouse, contre la volonté du mari, engage une action à un moment arbitrairement choisi, quelque deux ans et demi après la séparation judiciaire et alors que l'enfant a atteint l'âge de cinq ans et que l'épouse ne connaît pas le véritable père, il semble évident, au vu de la jurisprudence présentée en l'espèce, que l'épouse se verrait alors interdire, conformément à la théorie de la reconnaissance, de contester la paternité de son mari . Aussi le Gouvemement soutient-il que rien dans la présente requête ne permet de fonder l'hypothèse que le mari serait juridiquement en moins bonne position que l'épouse dans une situation comparable . 7 . Conimentaires sur la modification de !a( oi relative aux enfants 7 .1 . Le Gouvernement souligne qu'il ressort du rapport de la commission sur la paternité (cf . 1 .2 . du présent Rapport) que, dans la rédaction de la loi sur le statut de l'enfant, le législateur n'a apparemment pas pris en considération le fait qu'en pratique la femme peut avoir intérêt à contester la patemité du mari d'un enfant né dans le mariage alors qué la contestation de paternité du mari est jugée contraire à l'intérêt de l'enfant . Si l'on en juge par l'inventaire de la jurisprudence fait plus haut sous 1 .4 .1 . depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le statut de l'enfant, les actions en contestation de paternité n'ont été engagées que lorsqû après une séparation ou un divorce, la garde de l'enfant avait été confiée au mari ou que, dans la procédure avant séparation ou divorce, les deuxparents réclamaient la garde . Aucune décision ni jugement n'a été répertorié dans des affaires analogues avant l'entrée en vigueur de la loi . Cela tient sans doute au fait qu'il était alors plus rare que la garde de jeunes enfants soit confiée au mari . Méme si les rapports familiaux ont évolué de manière différente de ce qu'envisageait la loi sur les enfants, le Gouvernement fait valoir que, grâce à une application élargie de la théorie de la reconnaissance, les juridictions ont pu adapter la loi à l'évolution sociale . Aussi, selon'lui, ne peut-on guère discerner de différence entre le droit dont disposent de facto un homme et une femme de contester la paternité du mari à l'égard des enfants nés dans le mariage . Dans ces conditions, il ne semble ni urgent ni nécessaire en pratique de modifier les dispositions de la loi sur le statut de l'enfant . En revanche, le Gouvemement reconnait qu'il apparaît souhaitable, pour des raisons d'égalité formelle et de technique procédurale, que les mêmes règles s'appliquent au droit de l'homme et de la femme d'engager une action en contestation de paternité d'un enfant né dans le mariage . 7 .2 . En 1969, le ministère de la Justice a créé une commission (la commission sur le mariage) pour étudier dans quelle mesure les mutations sociales, l'évolution de la condition de la femme dans la société et les transforrnations conséquentes dans la conception de l'institution du mariage ont créé le besoin de modifier notamment les dispositions régissant le statut juridique de l'enfant pendant le mariage des parents et après la séparation judiciaire ou le divorce .
-130-
Dans son rapport n° 8 (la cohabitation hors mariage 1, N° 915/1980), publié fin janvier 1981, la commission sur le ma riage examine, à propos de la modification éventuelle des dispositions de la loi sur la garde des enfants relatives à l'autorité parentale, s'il faut amender certaines de ces dispositions, notamment l'article 3, paragraphes 2 et 3 . Après avoir passé en revue l'objet de ces dispositions, le rapport déclare à la page 72 : • 11 y a accord au sein de la commission sur l'idée que le droit de la mère d'intenter une action en contestation de paternité et de demander la réouverture du dossier doit, lui aussi, être soumis à un délai relativement court, correspondant par exemple à ceux qui s'appliquent aujourd'hui au droit du père . En outre, la commission est en partie favorable à un délai absolu, applicable à tous, pour engager et rouvrir une action en contestation de paternité . . 7 .3 . Sur cette base, le ministère de la Justice a proposé, en liaison avec la modification d'autres dispositions de la loi sur le statut de l'enfant, d'amender l'article 5, paragraphes 2 et 3, pour appliquer les mêmes règles de procédure à l'homme comme à la femme désireux d'engager une action en contestation de paternité . Le projet de loi y afférent doit être déposé à l'automne de 1981 et la loi qui en sortera devrait entrer en vigueur le 1•r juillet 1982 . Conclusions du Gouvernemen t Etant donné la révision prochaine des règles de la législation et de la jurisprudence danoises concernant le droit d'ouvrir une action en contestation de paternité d'un enfant né dans le mariage et vu les faits de la présente espèce, le Gouvernement est d'avis que le requérant n'a pas été victime d'une discrintination pour ce qui concerne son droit d'accès à un tribunal . Il estime en conséquence que le rejet de la demande d'autorisation, présentée par le requérant pour intenter une action en désaveu de paternité, n'est pas contraire à l'article 6, lu en liaison avec l'article 14 de la Convention .
Aussi, le Gouvernement estime-t-il que le requérant n'a pas non plus été victime d'un traitement contraire à l'article 8 . combiné à l'article 14 de la Convention . Dans ces conditions, le Gouvemement soutient que la requête doit être déclarée irrecevable comme manifestement mal fondée, conformément à l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Le Gouvernentent ne verrait toutefois aucune objection à ce que la Commission décide de surseoir à sa décision quant à la recevabilité de la requéte en attendant la promulgation des amendements proposés à la loi sur le statut de l'enfant . En ce cas . le Gouvernement tiendrait la Commission informée du dépôt du projet de loi y afférent devant le Folketing (Parlement) et de I'issue des débats parlententaires sur la question .
- 131 -
B . Le requéran t Le requérant soutient qu'il existe une discrimination nette fondée sur le sexe concernant le droit pour le mari et la femme d'engager une action en contestation de paternité en vertu de la loi sur le statut de l'enfant n° 200 du 18 mai 1960, puisque le délai prévu à l'article 5, paragraphe 2, de la loi ne s'applique qu'au mari et non à la femme . D'ailleurs, cette discrimination est, selon lui, reconnue par le Gouvernement, qui a maintenant décidé de modifier la législation pour que les mêmes règles de procédure s'appliquent en la matière à l'homme et à la femme . Le requérant fait valoir que la théorie de la reconnaissance invoquée par le Gouvernement ne change rien à ce fait . Au demeurant, il estime que la Commission devrait examiner sa requête à la lumière de la législation en vigueur et qui lui a été appliquée à tort lorsqu'il a essayé d'engager une action en désaveu de paternité . II se réfère à cet égard à l'affaire n° 5, citée dans les observations du Gouvemement (U .f.R ., 1979, p . , 893, décision de la Cour suprême), où la Cour suprême a autorisé un mari à engager une action en désaveu de paternité nonobstant le délai expiré depuis deux mois, alors que lui-même s'est vu refuser cette autorisation quand il n'avait dépassé le délai que de sept jours . Ix requérant soutient avoir effectivement tenté d'engager l'action en désaveu de paternité en mars/avril 1975 (en demandant l'aide judiciaire) et non au printemps de 1976 comme le dit le Gouvernement . Cependant, il a retiré sa demande d'aide judiciaire lorsqu'il a signé avec son épouse l'accord amiable du 28 avril 1975 . Le requérant signale également l'affaire n° 8, citée dans les observations du Gouvernement (U .f .R ., 1973, page 97, décision de la Cour suprême) qui serait analogue à son propre cas . Or, dans cette affaire, la Cour suprême avait accordé au mari l'autorisation qui a été refusée au requérant . Le requérant souligne qu'il n'a pas vu l'enfant depuis que celui-ci avait deux ans et demi . L'enfant vit avec sa mère qui s'est remariée le 24 janvier 1976 . Le requérant soutient que le Gouvernement danois a essayé de dissimule r ou de déformer les faits réels de la cause et que les tribunaux ont méjugé de l'affaire . Il soutient en outre que l'intérêt de l'enfant aurait voulu qu'il soit autorisé à engager l'action, car l'enfant a le droit de savoir qui est son véritable père . . , . Le requérant estime qu'en I'espèce les observations du Gouvernement sont trompeuses et proteste énergiquement contre l'argumentation selon laquelle la requête devrait être déclarée irrecevable comme manifestement mai fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Il soutient au contraire que son affaire est bien fondée et qu'elle doit être examinée au fond sous l'angle de l'article 14, lu en liaison avec les articles 6 et 8 de la Convention .
- 132 -
EN DROI T Le requérant se plaint de s'être vu refuser l'accès aux tribunaux danois pour faire établir la paternité d'un enfant à qui sa femme a donné le jour le 20 janvier 1971, alors qu'il y a des raisons valables de penser que cet enfant n'est pas celui du requérant . Ce refus se fondait sur le fait que le requérant n'avait pas engagé l'action dans le délai prévu à l'article 5 . paragraphe 2, de la loi n° 200, du 18 mai 1960, sur le statut de l'enfant . D'autre part, les tribunaux n'ont pas estinté remplies les conditions prévues à l'article 5, paragraphe 3, de cette loi ni à l'article 456 r (4) de la loi sur l'organisation judiciaire pour que le requérant puisse être autorisé à intenter l'action même après expiration du d'clai . Le requérant souligne que le délai prévu pour intenter l'action en contestalion de la paternité aux terntes de la loi précitée ne s'applique qu'au niari et non à l'épouse . Il voit là une discrintination fondée sur le sexe, qui devrait faire l'objet d'un examen au fond sous l'angle de l'article 14, lu en liaison avec les articles 6 et 8 de la Convention . Le Gouvernenient défendeur soutient de son côté que, quelle que soit la distinction technique formelle établie entre mari et femme par la législation pcrtinente, rien dans les faits de la présente requête ne peut donner à penser que le requérant ait été victime d'une discrimination contraire à l'article 14, lu en liaison avec les articles 6 et 8 de la Convention .
La Commission a effectué un examen préliminaire des informations et de l'argumentation présentées par les parties sur le grief précité'du requérant . Elle estime que ce grief, vu sous l'angle de la Convention, pose d'importantes questions dont la complexité appelle, pour en décider, un examen au fond . II s'ensuit que la requête ne saurait être considérée comme manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention, aucun autre motif d'irrecevabilité n'ayant été établi ni même articulé . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE RECEVABLE et retient la requéte . tous moyens de fond réservés .
- 133 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 08/12/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.