Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9403/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-05-05;9403.81 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9403/8 1 X . v/the UNITED KINGDO M X . c/ROYAUME-UN I DECISION of 5 May 1982 on the admissibility of the application DÉCISION du 5 mai 1982 sur la recevabilité de la requêt e
Article 5, paragraph I of the Convention The term "lawful detention" implies that the domestic law which permits it must be sufficiently accessible and enable the person concerned to foresee the consequences of his acts . Article 5, paragraph 1(f) of the Convention : Confronted with a law which allows for the detentiort perrding deportation of illegal entrants the Commission eramines whether the applicant was reallv an illegal entrant in order to establish whether the detenrion was "lawful".
Article 5, paragraph 4 of the Convention Leaving aside the question of the speed with which the Court nnrst decide (°speedily' ), the person who has in the meanwhile been released can no longer invoke this pmvision ;
Article 5, paragraphe 1, de la Conventlon L'expression . déterrtion régulière . implique que la loi nationale qui l'autorise doit être suffisamment accessible et pernrettre à l'intéressé de prévoir les conséquences de ses actes . Article 5, paragraphe 1, 11(t . f), de la Convention : Face à une loi qui autorise la détention des immigrants clandestins en vue de leur expulsion, la Commission examine si le requérant était réellement un immigrant clandestin aux fins d'établir si la détention était • régulière . . Article 5, paragraphe 4, de la Convention Abstraction faite de la question du .bref délai . dans lequel le tribunal doit statuer, la personne qui a été remise en liberté ne peut plus se prévaloir de cette disposition .
- 235 -
(f rancais : voir p . 239)
Summa ry of the relevant facts
The applicant who claims to be a citizen of Pakistan states that he enrered the United Kingdom clandestinely in 1971 . In 1974 an amnesty was announced in favour of clandestine immigrants . The applicant applied for the amnesty and was granted indefinite leave to remain in 1975. On the basis of information provided bv an informant, whose identity was never disclosed to the app(icant . the immigration authorities came to learn subsequently that the applicant's real name was Y. who had entered the United Kingdom lawfully with a permission to stay as a visitor for ten days. It was therefore by usurping X's identity that the applicant has benefited from the amnesty, since the amnesty did not concern overstayers . The applicant was arrested in January 1978 as an illegal entrant pursuant to paragraph 16(2) Schedule 2 of the 1971 Act, which provides for the detention pending removal of illegal entrants . He was released two days later for the examination of his file . He was rearrested and redetained pending remova l in April 1978 and two months later he made an application for habeas corpus. He was conditionallv released and his application converted in an application for judicial review. The application was dismissed in October 1978 and the applicant appealed to the Court of Appeal. His appeal was dismissed in Februa ry 1980. After unsuccessfull representations to the Home Office, he was deported in February 1981 .
THE LAW (Extract ) Article 5(1 ) 3 . The applicant complains, under this provision, that the relevant legal rules governing his arrest and detention as an "illegal entrant" were not sufficiently certain or foreseeable and thus violate his right to "security of person" . He further submits that the right to security of person implies adequate judicial control of arrest and detention . In the alternative he submits that his detention was not "in accordance with a procedure prescribed by law" or "lawful" within the meaning of Article 5(1)(f) . 4 . In so far as is relevant for the present case, Article 5(1) states as follows : "Everyone has the right to liberty and security of person . No one shall be deprived of his liberty save in the following cases and in accordance with a procedure prescribed by law :
- 236 -
(f) the lawful arrest or detention of a person to prevent his effecting an unauthorised entry into the country or of a person against whom action is being taken with a view to deportation or extradition . " 5 . The Commission considers that the applicant's complaints in respect of "security of person" need not be examined separately since they are in substance covered by consideration of Article 5(1)(1) and 5(4) . 6 . The applicant was detained under paragraph 16(2), Schedule 2 of the 1971 Act pending the giving of directions for his removal as an illegal entrant . The removal of the applicant was the declared and uncontested purpose of his detention . It follows therefore that the 'lawfulness' of the detention was dependent upon whether the applicant was an "illegal entrant" liable to removal under the 1971 Act . It falls to be considered therefore whether the applicant was in fact an "illegal entrant" according to the law of the United Kingdom . 7 . The Commission notes that accounts of his entry to the United Kingdom vary . On the one hand the applicant claims that he entered the country clandestinely as X . in 1971 and benefited from an amnesty in 1975 . On the other hand the Immigration authorities considered that his real identity was that of Y . who, by presenting himself tothe authorities as X . had fraudulently obtained an amnesty for which he was ineligible . 8 . After a full analysis of the evidence presented by both parties the Court of Appeal concluded that the Secretary of State had reasonable grounds for finding that the applicant was an "illegal entrant" and thus liable for removal . It attached particular weight to the varying accounts that the applicant had provided the authorities of his journey from Paris to the United Kingdom in 1971 and the precision of the detailed information given by the informant .
9 . The Commission finds no evidence submitted by the applicant that puts this conclusion seriously in question and therefore considers that in this respect the applicant's detention is "lawful" within the meaning of Article 5(1)( 0 . 10 . The applicant has also submitted that his detention was unlawful because the legal rutes relating to the concept of "illegal entrant" were not sufficiently precise or foreseeabte . In this respect the Commission recalls the following passage from the decision of the European Court of Human Rights in the Sunday Times Case concerning the meaning of the expression "prescribed by law" where it appears in the Convention . "In the Court's opinion, the following are two of the requirements that flow from the expression "prescribed by law" . Firstly, the law must be adequately accessible : the citizen must be able to have an indication that is adequate in the circumstances of the legal rules applicable to a given case . Secondly, a norm cannot be regarded as a "law" unless it is formulated with sufficient precision to enable the citizen to regulate his conduct : he must be able-if need be with appropriate advicé-to fore-
see, to a degree that is reasonable in the circumstances, the consequences which a given action may entail . Those consequences need not be foreseeable with absolute certainty : experience shows this to be unattainable . Again, whilst certainty is highly desirable, it may bring in its train excessive rigidity and the law must be able to keep pace with changing circumstances . Accordingly, many laws are inevitably couched in terms which to a greater or lesser extent, are vague and whose interpretation and application are questions of practice . " 11 . It is clear from the above that the requirements of accessibility and foreseeability are also applicable to the expression "lawful" in Article 5 of the Convention . In the present case the applicant has been found by the Court of Appeal to have obtained indefinite leave to remain in the United Kingdom by deception (i .e . by assuming the identity of another person) . The Commission finds that in such circumstances there can be no doubt that the applicant must have been able to foresee that, if discovered, he would be liable to detention with a view to deportation . 12 . The Commission therefore finds that the applicant's detention was justified under Article 5(1)(D as being the lawful arrest and detention of a person against whom action was being taken with a view to deportati6n .
Artic(e 5(4 ) 13 . The applicant has also complained that the proceedings before the Courts in the United Kingdom did not involve a decision as to the "lawfulness" of his detention, as required by Article 5(4) . Article 5(4) states as follows :
"Everyone who is deprived of his liberty by arrest or detention shall be entitled to take proceedings by which the lawfulness of his detention shall be decided speedily by a court and his release ordered if the detention is not lawful . " 15 . The Commission notes that the applicant was detained firstly for two days (8-11 January . . .) and subsequently from 2 April - 8 June . . .) . He applied for habeas corpus on 2 June . . . and was then released on 8 June . . . pending the outcome of the proceedings . Following the applicant's release his application for habeas corpus became an application for judicial review of the decision to remove him as an illegal entrant . His action was dismissed by the Divisional Court on 26 October . . . The Commission is of the opinion that the purpose of Article 5(4) is to .16 provide a safeguard against arbitrary detention by enabling a person to challenge the legality of his detention . It follows from this that once a detainee has been released from detention Article 5(4) ceases to be applicable in this way .
Accordingly, apart from questions concerning the "speed" of the proceedings which are not at issue in the present case, this provision can no longer be invoked by a person who is not actually in detention . 17 . It follows therefore that the applicant's complaints under Article 5 must be rejected as manifestly ill-founded in accordance with Article 27(2) of the Convention .
Résumé des faits pertinent s Le requérant, qui se dit pakistanais, déclare étre entré clandestinement mt Rovaume-Uni en 1971 . En 1974, une antnistie fut annoncée en faveur des irnrnigrés clandestins . Le requérant s'en prévalut et obtint au début de 1975 une autorisation de séjour illintité. Sur la foi de renseignements fournis par un informateur, dont l'identité ne fut jamais révélée au requérant, les autorités d'intrnigration acquirent par la suite la conviction que le requérant était ett réalité un certain Y. . régulièrenient entré au Rovaume-Uni en 1971 muni d'une dutorisation de séjour pour dix jaurs comme touriste. C'est dwic en usurpant l'identité de X . que le requérmtt avait frauduleusement obtenu le bénéfice de l'antnistie, celle-ci ne visant pas les persotines derneurées au Royaume-Uni après l'échéance de leur autorisation de séjour (overstayers) .
Le requérant fut an@té en janvier 1978 comme immigrant clandestin, en application de l'article 2, paragraphe 16 (2) de la loi de 1971, qui prévoit la détention de personnes susceptibles d'étre expulsées, notamment pour immigation clandestiqe. Il fut remis en liberté deux jours plus tard pour examen de son dossier. . Il fut arr@té à nouveau en avril 1978 en vue d'être expulsé et, deux nwis plus tard . présenta une demande d'habeas corpus . Le requérant fut remis en liberté provisoire etsa demande convertie en requête en réexamen judiciaire (judicial review) . CeQe-ci fut rejetée en octobre 1978 et le requérant s'adressa à la Court of Appeal. Son recours fut rejeté en février 1980 . Après de vaines démarches auprès du Ministère de l'/ntérietlr, le requéram fut expulsé en février 1981 .
- 239 -
(TRADUGT/ON) EN DROIT (Extrait) Sur l'article 5, paragraphe 1 3 . Le requérant s'est plaint, (à cet égard), que les dispositions légales régissant son arrestation et sa détention comme .immigrant clandestin . n'avaient pas un caractère suffisamment certain ou prévisible et ont donc emporté violation de son droit à la • sûreté • . II fait savoir en outre que le droit à la sûreté suppose un contrôle judiciaire approprié de l'arrestation et de la détention . A titre subsidiaire, il soutient que sa détention n'était ni ordonnée • selon les voies légales • ni . régulière . au sens de l'article 5, paragraphe 1 f) . 4 . Dans la mesure où il concerne la présente affaire, l'article 5, paragraphe 1, est ainsi libellé : .Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté . Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales :
(f) S'il s'agit de l'arrestation ou de la détention régulières d'une personne pour l'empêcher de pénétrer irrégulièrement dans le territoire, ou contre laquelle une procédure d'expulsion ou d'extradition est en cours . . 5 . La Commission estime qu'il n'est pas nécessaire d'examiner séparément les griefs formulés par le requérant à propos de la • sGreté . car ils se trouvent couverts pour l'essentiel par l'examen pratiqué sur le terrain de l'article 5 . paragraphe 1(f) et paragraphe 4 . 6 . Le requérant a été détenu conformément à l'article 2, paragraphe 16 (2) de la loi de 1971, en attendant que soient données les instructions concernant son expulsion comme immigrant clandestin . L'expulsion du requérant a été le but déclaré et incontesté de sa détention . II en découle de la . régularité . de la détention dépend du point de savoir si le requérant était bien un . immigrant clandestin . susceptible d'être expulsé aux termes de la loi de 1971 . II échet donc d'examiner si le requérant était un •immigrant clandestin• selon la législation du Royaume-Uni . 7 . La Commission relève que les récits de son entrée au Royaume-Uni varient . D'un côté, le requérant prétend être entré clandestinement dans le pays en 1971 sous le nom de X . et avoir bénéficié d'une amnistie en 1975 . De l'autre, les Services de l'immigration estiment que sa véritable identité est celle de Y . qui, en se faisant passer pour X . auprès des autorités, a frauduleusement obtenu une amnistie à laquelle il n'avait pas droit .
8 . Après une analyse approfondie du dossier produit par les deux parties, la cour d'appel a conclu que le Ministre avait des motifs raisonnables de penser que le requérant était un .immigrant clandestin• et, donc, passible d'expulsion . Elle a accordé une importance particulière aux différences parmi les récits que le requérant a faits aux autorités de son voyage de Paris au Royaume-Uni en 1971 et à la précision des détails fournis par l'informateur . 9 . La Commission ne constate chez le requérant aucun élément qui mettrait sérieusement en doute cette conclusion et estime en conséquence qu'à cet égard la détention est . régulière . au sens de l'article 5, paragraphe 1(f) . 10 . Le requérant a également soutenu que sa détention est 'vrégulière parce que les dispositions légales liées à la notion d' .immigrant clandestin . ne sont pas suffisamment précises ou prévisibles . A cet égard, la Commission rappelle le passage suivant extrait de l'arrèt rendu par la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'affaire du Sunday Times à propos du sens des mots •prévues par la loi ., telle qu'ils apparaissent dans le texte de la Convention . .49 . Aux yeux de la Cour, les deux conditions suivantes comptent parmi celles qui se dégagent des mots •prévues par la loi . . Il faut d'abord que la .loi . soit suffisamment accessible : le citoyen doit pouvoir disposer de renseignements suffisants, dans les circonstances de la cause, sur les normes juridiques applicables à un cas donné . En second lieu, on ne peut considérer comme une toi . qu'une norme énoncée avec assez de précision pour permettre au citoyen de régler sa conduite ; en s'entourant au besoin de conseils éclairés, il doit être à même de prévoir, à un degré raisonnable dans les circonstances de la cause, les conséquences de nature à dériver d'un acte déterminé . Elles n'ont pas besoins d'étre prévisibles avec une certitude absolue : l'expérience la révèle hors d'atteinte . En outre la certitude, bien que hautement souhaitable, s'accompagne parfois d'une rigidité excessive ; or le droit doit savoir s'adapter aux changements de situation . Aussi beaucoup de lois se servent-elles, par la force des choses, de formules plus ou moins vagues dont l'interprétation et l'application dépendent de la pratique . .
I1 . Il ressort clairement de cet extrait que les conditions d'accessibilité et de prévisibilité s'appliquent également à l'expression •régulière . figurant à l'article S de la Convention . En l'espèce, la Cour d'appel a constaté que c'est frauduleusement (c'est-à-dire en prenant une autre identité) que le requérant a obtenu l'autorisation de séjour illimité au Royaume-Uni . La Commission estime que . dans ces conditions, il ne fait aucun doute que le requérant devait être en mesure de prévoir que, s'il était découvert, il risquait d'être détenu en vue d'expulsion . 12 . La Commission estime en conséquence que la détention du requérant se justifiait au regard de l'a rt icle S, paragraphe 1(f), puisqu'il s'agissait de
- 241 -
l'arrestation et de la détention régulières d'une personne à l'encontre de qui des mesures d'expulsion étaient en cours . Sur l'article 5, paragraphe 4 13 . Le requérant s'est plaint égalementque la procédure n'a pas amené les juridictions du Royaume-Uni à statuer sur la • légalité » de sa détention, comme l'exige l'article 5, paragraphe 4 . 14 . L'article 5, paragraphe 4, est ainsi libellé : -Toute personne privée de sa liberté par arrestation ou détention a le droit d'introduire un recours devant un tribunal, afin qu'il statue à bref délai sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale, . 15 . La Commission relève que le requérant a été détenu d'abord deux jours (du 8 au 11 janvier . . .), puis du 2 avril au 8 juin . . . . Il a formulé une demande d'habeas corpus le 2 juin . . . et a été remis en liberté le 8 juin . . . en attendant l'issue de la procédure . Après remise en liberté du requérant, la demande d'habeas corpus est devenue une demande de contrôle judiciaire (judicial review) de la décision d'expulser l'intéressé comme immigrant clandestin . La demande a été rejeté par la Divisional Court le 26 octobre . . . 16 . La Commission estime que l'article 5, paragraphe 4, vise à protéger l'individu contre la détention arbitraire en lui permettant de contester la légalité de sa détention . Il en découle qu'une fois le détenu remis en liberté, l'article 5, paragraphe 4, cesse de s'appliquer de la sorte . En conséquence, hormis pour les questions de célérité de la procédure, qui ne sont pas en jeu en l'espèce, cette disposition ne peut plus être invoquée par une personne qui n'est plus effectivement détenue . 17 . II s'ensuit donc que les griefs tirés par le requérant de l'article 5 doivent être rejetés comme manifestement mal fondés au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 242 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 05/05/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.