Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. Ltd. et Y. c. ROYAUME-UNI


Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8710/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-05-07;8710.79 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X. Ltd. et Y.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8710/79 X . Ltd . and Y v/UNITED KINGDO M X . Ltd . et Y . c/ROYAUME-UN I DECISION of 7 May 1982 on the admissibility of the application DECISION du 7 mai 1982 sur la re cevabilitb de la re quête
Artlcle 7, paregraph I of the Conventlon : Where under rules of common or customary law an act constitutes a criminal offence, the courts may clarlfy the constituent elements of the offence but not change them to the detriment of the accused. The manner in which the cou rt s will define these constituent oreseeable for any person with appmpriate legal advice. elements must be f Artlcle 10, paragraph 2 of the Convention : A sanction is "prescrlbed by law" where it is pronounced for an act which constitutes an offence according to domestic law within the meaning of Article 7 paragraph I . Where a restriction or a sanction consists in private criminal prosecutions, the Depa rt ment of the Public Prosecutor having decided not to prosecute, the justifying ground is limited to the protection of the rights of others.
If it is accepted that religious feelings deserve protection, prosecution for blasphemy at, the request of the offended person is propo rtionate to the aim pursued .
Artlcle 7, paragraphe I, de la Conventlon : Lorsqu'un acte est érigé en infraction pénale par le droit coutumier ou la jurisprudence, le juge peut préciser les éléments corutitutijs de l'infraction, mais non les modifier au détriment de l'accusé. La manière dont un juge définira ces éléments constiturifs doit étre prévisible par toute personne juridiquement conseillée. Article 10, paragraphe 2, de la Convention : Une sanction est 'prévue par la loi " lorsqu'elle est prononcée pour un acte qui constituait une infraction d'aprés le droit national, au sens de l'article 7, paragraphe I . Lorsqu'une restriction ou sanction consiste en des poursuites pénales intentées par un particulier, le ministère public n'ayant pas jugé bon d e
- 77 -
poursuivre, la justification qui peut être invoquée se limite à la protection de la réputation et des droits d'autrui. Une fois admis que les sentiments religieux méritent protectiorb on peu[ corisidérer que la répression pénale du blasphème à(a demande de particuliers est une mesure proportionnée au but visé .
(jrancais : voir p . 84 )
Summa ry of the retevant [acts
The applicant company X . is the publisher and applicant Y . the editor of a magazine the readership of which consists mainly of homosexuals . One of the issues of this magazine carried a poem "purponed to describe in explicit detail acts of sodomy and fellatio with the body of Christ immediately after His death and ascribe to him during His lifetime promiscuous homosexual practices with the Apostles and other man" (Headnote of the House of Lord's decisiorr) . The poem was illustrated with a drawing . Private prosecution was brought against Y. and company X . by Mrs W., the Director of Public prosecutions having decided not to prosecute . The Central Criniinal Court com•icted both applicants imposing a fine of £1000,- on the ftrst applicant and a sentence of nine months suspended imprisonment plus a firre of L500,- on the second applicant for blasphemous libel, a common law offence very rarely established since the X/Xth century . The judge considered ia panicular that it was su~cient that the publication was considered as blasphemous and that the intention to publish was established, whereas it was not necessary to establish the intent to blaspheme .
The applicants appealed, submitting that the intent to blaspheme must be considered as a necessary element of the offence . The Court of Appeal refused leave to appeal against conviction to the House of Lords . The House of Lords granted the appeals but fina!!v dismissed them by three votes against two .
THE LAW (Extract ) 1 . The applicants who are respectively the publisher and the responsible editor of a journal for homosexuals, were found guilty of the common law offence of blasphemous libel in connection with the publication of a certain poem . They complain that this conviction amounted to an unjustified interference with their freedom of expression as guaranteed by Article 10 of the Convention . They further claim that the publication of the poem amounted to an exercise of their right to freedom of thought and religion within the meaning of Article 9 of the Convention, and that the interference with this right was likewise unjustified . Apart from the argument that the restriction imposed on them was not necessary in a democratic society for any of the legitimate purposes enumerated in th e
- 78 -
above two Convention Articles, the applicants submit in particular that their conviction was based on legal principles which had not existed, or at least had not been defined with sufficient clarity at the time of the commission of the offence . In this respect they claim that the restriction was not "prescribed by law" as required under paragraph 2 of Articles 9 and 10, and they allege in addition a violation of Article 7 of the Convention . The applicants finally complain that they have been discriminated, contrary to Article 14 of the Convention, in the exercise of their freedom under Articles 9 and 10 of the Convention . 2 . The principal issues arise under, or in connection with, Article 10 of th : eConvtiwhcradsfol "1 . Everyone has the right to freedom of expression . This right shall include freedom to hold opinions and to receive and impart information and ideas without interference by public authority and regardless of frontiers . This Article shall not prevent States from requiring the licensing of broadcasting, television or cinema enterprises . 2 . The exercise of these freedoms, since it carries with it duties and responsibilities, may be subject to such formalities, conditions, restrictions or penalties as are prescribed by law and are necessary in a democratic society, in the interests of national security, territorial integrity or public safety ; for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, for the protection of the reputation or rights of others, for preventing the disclosure of information received in confidence, or for maintaining the authority and impartiality of the judiciary . " 3 . There can be no doubt that the applicants' freedom of expression, and ntore particularly their freedom to express ideas which is expressly included in Article 10 (1) of the Convention, has been interfered with, and that this interference which took the special form of a penalty, needs to be justified under the second paragraph of this Article . 4 . This provision requires, first, that any restrictions of the freedom of expression should be "prescribed by law" . However, in the particular case of restrictions on the freedom of expression taking the form of criminal sanctions, Article 7 niust be taken into account in addition to the more general requirement of lawfulness laid down in Article 10 (2) . As a specific provision applicable to the legal basis of any criminal sanctions, this Article in fact sets out much more elaborate criteria in particular as regards a possible retrospective effect of the law . Paragraph I of the Article reads as follows : "No one shall be held guilty of any criminal offence on account of any act or omission which did not constitute a criminal offence under national or international law at the time when it was committed . Nor shall a heavier penalty be imposed than the one that was applicable at the time the criminal offence was committed . "
5 . In the present case, the parties are first of all in disagreement as to whether the criminal offence of blasphemous libel was defined with sufficient certainty in the common law principles which were applied by the courts . The existence of the offence, i .e . the fact that it has not fallen in desuetudo, is apparently no longer challenged even by the applicants themselves . But they contend that essential elements of the offence, in particular the principle of strict liability (i .e . the necessity to prove only the intent to publish but not the intent to blaspheme), had not been laid down in pre-existing rules of law but were developed by the cuurts only in the course of the proceedings in their own case . In this connection it is alleged that even the majority of the House of Lords themselves recognised the law-making function of their decision when they took up this particular issue . The Government, on the other hand, deny that the courts, including the House of Lords, created new law in this case when they applied a standard of strict liability . They merely clarified the existing law and in doing so based themselves on established case-law without departing from the views expressed in recent leading textbooks . 6 . The Commission first observes that not only written statutes, but also rules of common or other customary law may provide a sufficient legal basis both for restrictions of fundamental rights subject to exception clauses such as the one contained in Article 10 (2) of the Convention, and for the criminal convictions envisaged in Article 7 of the Convention . The problem in the present case therefore does not reside in the fact that the offence of blasphemous libel was not a statutory, but a common law offence (cf . para . 47 of the E .C .H .R .'s judgment of 26 April 1979 in the Sunday Times case) . 7 . The crucial point is rather one of the certainty of the law, and the functions of the courts in clarifying or developing vague legal provisions or concepts . Also this problem was considered in the Sunday Times case both by the Commission (paras . 201-204 of its Report of 18 May 1977) and the Court . In paragraph 49 of its judgment of 26 April 1979 (Publications of the Court, Series A, Vol . 30, p . 31), the Court said the following : "In the Court's opinion, the following are two of the requirements that flow from the expression "presttibed by law" . Firstly, the law must be adequately accessible : the citizen must be able to have an indication that is adequate in the circumstances of the legal rules applicable to a given case . Secondly, a norm cannot be regarded as a "law" unless it is formulated with sufficient precision to enable the citizen to regulate his conduct : he must .be able-if need be with appropriate advice-to foresee, to a degree that is reasonable in the circumstances, the consequences which a given action may entail . Those consequences need not be foreseeable with absolute certainty : experience shows this to be unattainable . Again, whilst certainty is highly desirable, it may bring in its train excessive rigidity and the law must be able to keep pace with changing circumstances . Accordingly, many laws are inevitably couched in term s
- 80 -
which, to a greater or lesser extent, are vague and whose interpretation and application are questions of practice . " B . These considerations are of a general nature, but the Commission has also dealt with the more particular question of extensive interpretation of criminal law, and its relevance under Article 7(I) of the Convention . One case (Applicatibn No . 8490/79, X . Y . Austria)', was in fact declared admissible because the Commission considered lhat the extensive interpretation of a certain statutory provision, applied for the first time by the courts after the contntission of the acts of which the applicant was accused, could raise an issue under this provision . In another case brought against the Federal Republic of Gerntany the Commission rejected a similar complaint on the ground that the application of a specific article of the Penal Code to certain facts had not gone beyond the limits of a reasonable interpretation of the provision in question . It stated that Article 7(1) of the Convention forbids the retrospective application oP the criminal law to the detriment of the accused and stipulates in a general way the principle of the legality of crintinal offences and penalties ("nullum crimen, nulla poena sine lege") . What is, among other things, prohibited is the application of the penal law "in ntalam partem" in retation to facts which the text of the law cannot reasonably extend to (decision on the admissibility of Application No . 8866/80, of 5 October 1981, unpublished) . A similar test had already been applied in an earlier case (Application No . 1852/63 , YB 8, pp . 191, 201) . 9 . The Commission considers that the same principles also apply to the interpretation and application of the comnton law . While this branch of the law presents certain particularities for the very reason that it is by definition law developed by the courts, it is nevertheless subject to the rule that the lawmaking function of the courts ntust remain within reasonable limits . In particular in the area of the criminal law it is excluded, by virtue of Article 7(I) of the Convention, that any acts not previously punishable should be held by the courts to entail crintinal liabitity, or that existing offences should be extended to cover facts which previously clearly did not constitute a criminal ofTence . This implies that constituent elements of an offence such as e .g . the particular form of culpability required for its completion may not be essentially changed, at least not to the detriment of the accused, by the case law of the courts . On the other hand it is not objectionable that the existing elements of the oll'ence are clarified and adapted to new circumstances which can reasonably be brought under the original concept of the offence . The Commission notes lhat the Law Commission has criticised the stat e .10 of the law of blasphemous libel in particular with regard to its lacking clarity, but it nevertheless considers that the courts in the present case in fact did not go beyond the limits of a reasonable interpretation of the existing law . Th e • See D .R .22, p . 140 .
_81 -
House of Lords in part icular was aware of the limits of its law-making functions in the area of the c ri minal law which had been circumsc ri bed in the practice statement of 1966 and put into operation in the case of Knuller v . D .P .P . (1973) A .C . 435 . The courts of all degrees confirmed the continued existence of the offence of blasphemous libel . Th ere was only one point which was not clear, namely the pa rt icular requirements as to the mens rea of a person who commits this offence . Th is question was answered in the same way by each of the cou rts .Despite the admission by the Cou rt of Appeal and the majority of the House of Lords that a point of p ri nciple was involved in the determination of this question which required cla ri fication, it is equally clear that the application of a test of strict liability and the exclusion of evidence as to the publisher's and editor's intention to blaspheme did not amount to the creation of new law in the sense that earlier case law clearly denying such strict liability and admitting evidence as to the blasphemous intentions was overruled . By stating that the mens rea in this offence did only relate to the intention to publish, the court s therefore did not overstep the limits of what can still be regarded as an acceptable clarification of the law . The Commission fu rt her considers that the law was also accessible to the applicants and that its interpretation in this way was reasonably foreseeable for them with the assistance of appropriate legal advice . In conclusion the refore the Commission finds that there is no appearance of a violation of Article 7(1 ) of the Convention in this case, and the applicants' complaint in this respect must accordingly be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . From that it follows that the requirement under Article 10 (2) of the Convention that any rest riction on the freedom of expression must be "prescribed by law" has also been complied with . 11 . As regards the applicants' fu rt her allegation that the rest riction of their freedom of expre ssion did not pursue a legitimate purpose covered by Article 10 (2) of the Convention, the Commission notes that the Government have invoked three grounds of restriction included in this provision, namely p re vention of disorder, protection of morals, and protection of the rights of others . All these grounds may be pertinent, but the Commission nevertheless finds it appropriate to observe that in this case the public authorities themselves did not consider it necessary to institute criminal proceedings against the applicants either for blasphemous libel or obscenity . The case was therefore brought only on the basis of a private prosecution, and although this procedure required the consent of a public authority, namely leave by a single judge, it cannot be said that the public interest (prevention of disorder and protection of morals) was so preponderant that it provided the real basis for the interference with the applicants' right to freedom of expression . In the circumstances, the justifying ground for the restriction must therefore primarily be sought in the protection of the rights of the private prosecutor- The Commission considers that the offence of blasphemous libel as it is construe d
under the applicable common law in fact has the main purpose to protect the right of citizens not to be offended in their religious feelings by publications . This was the thrust of the arguments put before the jury by the trial judge, arguments which were subsequently confirmed by the higher cou rts in this case . The Comntission therefore concludes that the restriction was indeed covered by a legitimate purpose recognised in the Convention, namely the protection of the rights of others . 12 . It remains to be seen whether the restriction imposed on the applicants for this purpose can also be considered as necessary within a democratic society . In this respect, the Commission first observes that the existence of an offence of blasphemy does not as such raise any doubts as to its necessity : If it is accepted that the religious feelings of the citizen may deserve protection against indecent attacks on the ma tt ers held sac red by him, then it can also be considered as necessa ry in a democratic society to stipulate that such a tt acks, if they attain a ce rt ain level of severi ty, shall constitute a criminal offence triable at the request of the offended person . It is in principle left to the legislation of the State concerned how it wishes to define the offence, provided that the principle of proportionality, which is inherent in the exception clause of Article 10 ( 2), is being respected . The Commission considers that the offence of blasphemous libel as laid down in the common law of England in fact satisfies these crite ri a . In pa rt icular it does not seem dispropo rt ionate to the aim pursued that the offence is one of strict liability incurred irrespective ot'the intention to blaspheme and irrespective of the intended audience and of the possible avoidability of the publication by a ce rtain member of the public . The issue of the applicants' journal containing the incriminated poem was on sale to the general public, it happened to get known in some way or other t otheprivascuowhadeplyofnthasedciok proceedings against the publication of this poem, and the outcome of these proceedings showed that not only the p rivate prosecutor herself, but also the judicial authorities of all degrees were convinced of its blasphemous nature . The Commission there fore considers that the application of the blasphenty law could be considered as necessary in the circumstances of this case . The applicants' complaint that it was not necessa ry and therefore contra ry to Article 10 (2) of the Convention is therefore again manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 ( 2) of the Convention .
Résumé des faits pertinent s La société requérante X . est ( 'éditeur et le requérant Y. le rédacteur en chef d'un périodique destiué principalement aux homosexuels . Dans un rntrnéro de ce périodique a été publié un poème . censé décrire en détail des actes de sodornie et de fellatio sur le corps dn Christ immédiatement après sa rnort et attribuant au Christ durant sa vie sur terre des pratiques homosexuelles en groupe avec les apôtres et d'autres hommes • ( Sommaire précédant l'arrêt de la Charnbre des Lords en l'espèce). Le poème était illustré d'un dessin .
Des poursuites péna(es furent intentées contre Y . et contre la société X. par une darne W., le mirristère public avmit estimé ne pas devoir poursuivre. La Central Crirninal Court condamna la société à une amende de 1000 £ et le rédacteur en chef à une amende de 500 L, plus 9 rnois de prison avec sursis pour . diffamation blasphématoire•, infraction de droit coutumier assez rarement retenue depuis le X!X° siècle . Le (ribunal jugea en particulier que l'infraction était réalisée si la publication était considérée comrne blasphématoire et si l'intention de publier était établie, sans qu'i( soit nécessaire de prouver ('intention de blasphémer . Les requérants interjetèrent appel en soutenant que l'intention de blasphérner devait être considérée comme un des éléments constitutifs de l'iufraction . Ils furent déboutés par la Court of Appeal, qui n'autorisa pas le recours à la Chambre des .Lords . Celle-ci, toutefois, autorisa elle-même le recours rrrais le rejeta finalement à la majorité de trois voix contre deux .
EN DROIT (Extrait ) I . Les requérants, qui sont respectivement l'éditeur et le rédacteur en chef d'un journal destiné aux homosexuels, ont été déclarés coupables de l'infraction connue dans la .common law• sous le nom de diffamation blasphématoire, pour avoir publié un certain poème . Ils se plaignent de cette condamnation comme d'une ingérence injustifiée dans l'exercice de la liberté d'expression que leur garantit l'article 10 de la Convention . lls prétendent en outre que la publication dudit poème relevait de l'exercice de leur droit à la liberté de pensée et de religion, au sens de l'article 9 de la Convention et que l'atteinte à ce droit était, elle aussi, injustifiée . Outre l'argument selon lequel la restriction qui leur a été imposée n'était pas nécessaire dans une société démocratique à l'un des objectifs légitimes énumérés dans les deux articles précités de la Convention, les requérants soutiennent notamment que leur condamnation se fondait sur des principes juridiques qui n'existaient pas ou du moins qui n'avaient pas été définis avec suffisamment de clarté au momen t
où l'infraction a été commise . Ils prétendent à cet égard que la restriction n'était pas • prévue par la loi ., comme l'exige l'alinéa 2 des articles 9 et 10 ; ils allèguent en outre une violation de l'article 7 de la Convention . Enfin, les requérants se plaignent d'avoir été, contrairement à l'article 14 de la Convention, victimes d'une discrimination dans l'exercice des libertés que leur reconnaissent les articles 9 et 10 de la Convention . 2 . Les principales questions en litige se posent au regard ou à propos de l'article 10 de la Convention, ainsi libellé : - 1 . Toute personne a droit à la liberté d'expression . Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière . Le présent article n'empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d'autorisations . 2 . L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions, prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire » .
3 . ll est indéniable qu'il y a eu atteinte à la liberté d'expression des requérants, plus particulièrement à leur liberté d'exprimer des idées, telle que l'énonce l'article 10, paragraphe 1, de la Convention, et que cette atteinte, qui a pris la forme particulière d'une sanction, doit pouvoir se justifier au regard du deuxième paragraphe de cet article . 4 . Cette disposition exige tout d'abord que toute restriction à la libe rt é d'expression soit •prévue par la loi , Cependant, dans le cas particulier des restrictions à la libe rt é d'expression qui prennent la forme de sanctions pénales, il faut tenir compte de l'article 7 en sus de la condition plus générale de légalité prescrite à l'a rticle 10, paragraphe 2 . En tant que disposition spécifique applicable au fondement juridique de toute sanction pénale, l'article 7 fixe en réalité des c ri tères beaucoup plus élaborés, concernant notamment une éventuelle rétroactivité de la loi . Le paragraphe 1°' de cette disposition est ainsi libellé : . Nul ne peut être condamné pour une action ou une omission qui, au moment où elle a été commise, ne constituait pas une infraction d'après le droit international . De même, il n'est infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'infraction a été commise• .
5 . En l'espèce, les parties sont en désaccord sur le point de savoir si l'infraction pénale de diffamation blasphématoire était définie avec suffisamment de précision dans les principes de la .common law . appliqués par les tribunaux . L'existence de l'infraction, c'est-à-dire le fait qu'elle n'est pas tombée en désuétude, ne semble apparemment plus contestée, même par les requérants . Cependant, ceux-ci soutiennent que les principaux éléments constitutifs de l'infraction, notamment le principe de la responsabilité objective (c'est-à-dire la nécessité de prouver seulement l'intention de publier, et non celle de blasphémer), n'ont pas été inscrits dans les règles préexistantes mais développés par les seuls tribunaux au cours de l'examen des causes qui leur étaient soumises . Ils allèguent à cet égard que même la majorité de la Chambre des Lords a reconnu la fonction normative de sa décision lorsqû elle a examiné ce point particulier . Le Gouvernement, en revanche, nie que les tribunaux, notamment la Chambre des Lords, aient créé un droit nouveau dans cette affaire lorsqu'ils ont appliqué la règle de la responsabilité objective . lls ont simplement précisé le droit existant et, ce faisant, se sont fondés sur une jurisprudence constante sans s'écarter du point de vue exprimé dans la doctrine récente . 6 . La Commission remarque en premier lieu que non seulement les règles de la loi écrite mais aussi celles de la •common law . peuvent constituer un fondement juridique suffisant tant pour restreindre les droits fondamentaux dans les limites de clauses d'exception comme celles figurant à l'article 10, paragraphe 2, de la Convention, que pour définir les condamnations pénales envisagées à l'article 7 de la Convention . En l'espèce, le problème ne réside donc pas dans le fait que l'infraction de diffamation blasphématoire n'était pas prévue par la loi mais par la • common law+ (cf . par. 47 de l'arrêt rendu par la C .E .D .H . le 26 avril 1979 dans l'affaire Sunday Times) . 7 . La question cruciale est plutôt celle de la certitude du droit et du rôle des tribunaux pour préciser ou développer des dispositions ou des notions juridiques vagues . Ce problème a également été examiné dans l'affaire du Sunday Times tant par la Commission (par . 201-204 de son rapport du 18 mai 1977) que par la Cour . Au paragraphe 49 de son arrêt du 26 avril 1979 (publications de la Cour, Série A, vol . 30, p . 31), la Cour déclare : «Aux yeux de la Cour, les deux conditions suivantes comptent parmi celles qui se dégagent des mots «prévues par la loi . . 11 faut d'abord que la .loi» soit suffisamment accessible : le citoyen doit pouvoir disposer de renseignements suffisants, dans les circonstances de la cause, sur les normes juridiques applicables à un cas donné . En second lieu, on ne peut considérer comme une • loi . qu'une norme énoncée avec assez de précision pour permettre au citoyen de régler sa conduite ; en s'entourant au besoin de conseils éclairés, il doit être à même de prévoir, à un degré raisonnable dans les circonstances de la cause, les conséquences de nature à dériver d'un acte déterminé . Elles n'ont pas besoin d'être prévisibles avec une certitude absolue :
l'expérience la révèle hors d'atteinte . En outre, la certitude, bien que hautement souhaitable, s'accompagne parfois d'une rigidité excessive ; or le droit doit savoir s'adapter aux changements de situation . Aussi beaucoup de lois se servent-elles, par la force des choses, de formules plus ou moins vagues dont l'interprétation et l'application dépendent de la pratique . . 8 . Ces considérations sont de caractère général, mais la Commission a également été saisie de la question plus précise de l'interprétation extensive du droit pénal au regard de l'article 7, paragraphe 1, de la Convention . Dans un cas, la Commission a déclaré une requéte recevable (requête N° 8490/79, X . c/Autriche)• parce qu'elle a estimé que l'interprétation extensive d'une disposition légale, interprétation adoptée pour la première fois par les tribunaux postérieurement aux actes dont le requérant était accusé, posait un problème au regard de cette disposition . Dans une autre affaire, concemant la République fédérale d'Allemagne, la Commission a rejeté un grief analogue au motif que l'application à certains faits d'un article précis du code pénal n'avait pas excédé les limites d'une interprétation raisonnable de la disposition litigieuse . Elle a déclaré que l'article 7, paragraphe 1, de la Convention interdit l'application rétroactive de la loi pénale au détriment de l'accusé et pose d'une manière générale le principe de la légalité des infractions et des sanctions pénales ( .nullum crimen, nulla poena sine lege .) . Ce qui est notamment interdit, c'est d'appliquer la loi pénale .in malam partem» à propos de faits auxquels le texte de la loi ne saurait raisonnablement s'étendre (décision sur la recevabilité de la requête N° 8866/80, du 5 octobre 1981, non publiée) . La Commission avait déjà appliqué un critère analogue dans une précédente affaire (requéte N° 1852/63, Annuaire 8, pp . 191, 201) . 9 . La Commission estime que les mêmes principes s'appliquent également pour interpréter et appliquer la .common law . :Si cette brançhe du droit présente certaines particularitéspour la raisonqu'il s'agi Lt-par définition d'un droit développé par les tribunaux, elle n'en deméurepà`s môinssôumise à la règle selon laquelle le rôle normatif des tribunéux doiirresterdans les limites raisonnables . Dans le domaine du droit pénal notamment, il est exclu, par le jeu de l'article 7, paragraphe 1, dela Convention, que tôùt acte qùi n'était pas jusqu'alors punissable se voie attribuer par les tribunaux un caractère pénal, ou que la définition d'infractions existantes soient élargie de façon à englober des faits qui jusqu'alors, ne constituaient pas clairement ùneinfraction pénale . Cela suppose que la jurisprudence ne modifie pas~ substantiellement, du moins au détriment de l'accusé, les éléments constitutifs d'une infraction, par exemple la forme de culpabilité requise pour que l'infraction soit réalisée . En revanche, il n'y a rien à objecter à ce que les éléments constitutifs existants de l'infraction soient précisés et adaptés à des circonstances nouvelles pouvant raisonnablement rentrer dans la conception originelle de l'infraction .
• Voir D .R . 22, p . 140.
10 . La Commission relève que la commission consultative du droit (Law Commission) a c ri tiqué l'état du droit en matière de diffamation blasphématoire . en insistant notamment sur son imprécision . Néanmoins, elle estime qu'en l'espèce les tribunaux n'ont pas dépassé les limites d'une interprétation raisonnable du droit positif . La Chambre des Lords en pa rticulier connatt les limites de son rôle normatif en droit pénal, précisé par la déclaration de pratique de 1966 et mis en oouvre dans l'affaire Knuller v . D .P .P . (1973) A .C . 435 . Les juridictions de tous degrés ont confirmé le maintien de l'infraction appelée diffamation blasphématoire . La seule imprécision po rtait sur les conditions requises quant à l'intention de l'auteur de l'infraction . Chacun des tribunaux a répondu à la question de la même manière . Bien que la Cour d'appel et la majo ri té de la Chambre des Lords aient admis que sur ce point une question de p ri ncipe était en jeu qui appelait des précisions, il est clair cependant que l'application du c ri tère de la responsabilité objective et la dispense de prouver l'intention de blasphémer chez l'éditeur et le rédacteur en chef n'équivalaient pas à créer un droit nouveau en renversant une ju ri sprudence antérieure nettement contraire à la responsabilité objective et exigeant la p reuve de l'intention blasphématoire . En déclarant que l'intention, chez l'auteur de l'infraction, n'était que l'intention de publier, les t ri bunaux n'ont donc pas excédé les limites de ce que l'on peut persister à qualifier de clarification normale du droit . La Commission estime en outre que la connaissance du droit était également à la po rt ée des re quérants qui, moyennant des conseils juridiques approp riés, pouvaient raisonnablement prévoir cette interprétation . Enconclusion, la Commission estime qu'il n'y a, en l'espèce . aucune apparence de violation de l'a rt icle 7, paragraphe 1, de la Convention et que le grief des requérants à cet égard doit être rejeté comme manifestement mal fondé, au sens de l'a rt icle 27, paragraphe 2, de la Convention . Il découle de ce qui précède que la condition posée à l'article 10, paragraphe 2, de la Convention, selon laquelle toute rest ri ction à la libert é d'expression doit être . prévue par la loi», a été également respectée . Il . Quant à l'allégation des requérants selon laquelle la restriction à leur liberté d'expression n'avait pas l'un des objectifs légitimes énumérés à l'article 10, paragraphe 2, de la Convention, la Commission relève que le Gouvernement a invoqué trois motifs de restrictions figurant dans cette disposition : défense de l'ordre, protection de la morale et celle des droits d'autrui . Aussi pertinents que soient ces motifs, la Commission n'en relève pa s moins qu'en l'espèce, les pouvoirs publics n'ont pas jugé nécessaire d'engager eux-mêmes des poursuites pénales contre les requérants ni pour diffamation blasphématoire . ni pour publication obscène . L'affaire n'a donc été menée que sur la base de poursuites privées . Certes, cette procédure exigeait l'autorisation des pouvoirs publics, à savoir celle d'un magistrat, mais on ne saurait dire que l'intérêt général (défense de l'ordre et protection de la morale) fût tellemen t
- 88 -
primordial qu'il constituait le fondentent réel de l'ingérence dans l'exercice du droit des requérants à la liberté d'expression . Dans ces conditions, la justification de la restriction doit donc se situer avant tout dans la protection des droits du particulier auteur des poursuites . Selon la Commission, l'infraction de diffamation blasphématoire, telle qu'interprété dans la «common law . applicable, vise surtout à protéger le droit des citoyens de ne pas voir leurs sentiments religieux offensés par des publications . Tel était le principe des arguments soumis au jury par le juge de première instance et confirmés par la suite par les juridictions supérieures . La Commission estime en conséquence que la restriction litigieuse répondait bien à l'un des objectifs légitimes énumérés dans la Convention, à savoir la protection des droits d'autrui . 12 . 11 reste à examiner si la restriction imposée aux requérants dans ce but pouvait aussi être qualifiée de nécessaire dans une société démocratique . A cet égard, la Commission remarque tout d'abord que le fait d'ériger le blasphème en infraction pénale ne suscite en soi aucun doute quant à sa nécessité : si l'on admet que les sentiments religieux du citoyen méritent protection contre les attaques jugées indécentes sur des questions que l'intéressé estime sacrées, on peut alors également juger nécessaire, dans une société démocratique, de stipuler que ces attaques, lorsqu'elles atteignent une certaine gravité, constituent une infraction pénale dont la personne offensée peut saisir le juge . C'est en principe à la légistation de l'Etat en cause de préciser comment définir l'infraction, sous réserve de respecter le principe de proportionnalité inhérent à la clatise échappatoire figurant à l'article 10, paragraphe 2 . La Commission estime que l'infraction appelée diffamation blasphématoire, telle qu'elle existe dans la •common law . d'Angleterre, satisfait à ces conditions . En particulier, il ne semble pas disproportionné au but poursuivi que l'infraction emporte responsabilité objective indépendamment de l'intention de blasphémer, de l'audience visée et de la possibilité pour un citoyen déterminé de s'abstenir de prendre connaissance de la publication . Le numéro du journal des requérants contenant le poème religieux a été mis en vente au public et vint à la connaissance, d'une manière ou d'une autre, de l'auteur des poursuites, qui fut si profondément offensé qu'il décida d'engager des poursuites contre la publication de ce poème . D'ailleurs, l'issue de la procédure a montré que non seulement l'auteur des poursuites, mais les instances judiciaires à tous les degrés furent convaincus du caractère blasphématoire de la publication . La Commission estime en conséquence que l'application du droit relatif au blasphème pouvait étre jugé nécessaire dans les circonstances de l'espèce . L'argument des requérants selon lequel il n'était pas nécessaire et était contraire à l'article 10, paragraphe 2, de la Convention est donc, lui aussi, manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 07/05/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.