Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8873/80
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-05-13;8873.80 ?

Analyses :

(Art. 6-1) ACCUSATION EN MATIERE PENALE, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUEI'E N° 8873/8 0 X . v/UNITED KINGDO M X . c/ROYAUME-UN f DECISION of 13 May 1982 on the admissibility of the application DÉCISION du 13 mai 1982 sur la recevabilité de la requête
The declaration made under this provision Article 63 of the Convention shows that this island does not form irttegral part of [he United Kingdom . Article 3 of the First Protocol Residents of Jersey unable to participate in elections to the United Kingdotn Parliament. In spite of the legislative competence which the latter exercises occasionally with regard to Jersey, it cannot be argued that the United Kingdom in ratifping the First Protoeol had intended tn alter u constitutiotml relationship in existence since numerous centuries .
Article 63 de la Convention La déclaration faite en application de cette disposition à('égard de Jersey montre que cette i!e ne fait pas partie iruégrmue du Rovauwne-Uni . Article 3 du Protocole additionnel : Absence de droit de vote des habitants de Jersev lors de !'élection du Parlement de Westrninster . Malgré les compétences législatives que ce dernier exerce parfois à l'égard de Jersey, on tie peut admettre qu'en ratifiant le Protocole additionnel, le Rovaurne-Uni ait entendu modifier un régime constitutionnel déjà vieux de plusieurs siècles .
(français : voir p. 106)
THE FACTS
The facts as they have been submitted by the applicant may be summarised as follows : The applicant is a United Kingdom citizen, residing in Jersey, Channel Islands . He complains that as such, he is not entitled to vote in an election for the Westminster Parliament, although he is resident on the Island of Jersey . - oc _
He points out that no other resident of Jersey is entitled to vote, since the United Kingdom Parliament is comprised of 635 constituencies, of which there are none in respect of British territories outside the United Kingdom such as Jersey . Nevertheless the applicant points out that the United Kingdom Parliament is competent to and does legislate in respect of Jersey, although Jersey also has a local legislature, the States, and certain constitutional conventions restrict the normal operation of the United Kingdom Parliament's legislative competence .
COMPLAINT S The applicant complains that exclusion from eligibility to vote in the elections to the United Kingdom Parliament as a resident in Jersey, although the United Kingdom Parliament is in his view a legislature in respect ol Jersey, constitutes a breach of Article 3 of the First Protocol to the Convention .
PROCEEDINGS BEFORE THE COMMISSIO N The present application was introduced on 14 May 1978 and registered on 8 January 1980 . On 6 October 1981 the Commission decided to declare part of the application inadmissible and to bring the remainder of the application to the notice of the United Kingdom Government, pursuant to Rule 42 . paragraph 2(b) of the Commission's Rules of Procedure and to invite them to submit observations on its admissibility and merits as far as the complaint relating to the applicant's non participation in elections to the United Kingdom Parliament is concerned . The United Kingdom Government's observations on the admissibility on this aspect of the application are dated 22 January 1982 . On 15 February 1982 the President of the Commission, acting in accordance with Rule 7 of the Addendum to the Commission's Rules of Procedure (Legal Aid) decided that legal aid should be granted to the applicant, who appointed Mr W .A . Nash, solicitor, of London . to represent him . The applicant's observations in reply to those of the United Kingdom Government are dated 19 March 1982 .
SUBMISSIONS OF THE GOVERNMEN T The Government first point out that entitlement of vote in elections to the United Kingdom Parliament depends upon Section 1 of the Representation of the People Act 1949, and includes the requirement that an elector is included on a register of parliamentary electors for a particular parliamentary constituency . They point out that there are no constituencies in respect o f
- 100 -
British territories outside the United Kingdom and that therefore there are no constituencies in respect of Jersey, which is such a British territory . They add that the electoral law of Jersey, relating to elections to the States, the Jersey legislative assembly, is dependant upon having attained the age of majority, being ordinarily resident in a parish in Jersey, and complying with certain nationality and other citizenship requirements, including being a British subject, or a citizen of the Republic of Ireland . The Government submit that the Bailiwick of Jersey is not part of the United Kingdom but is a dependancy of the Crown with its own legislative assentbly (States), courts of law, legal, administrative and fiscal systems . The United Kingdom Government is responsible however for defence matters and international relations and the British Crown is ultimately responsibte for Jersey's good government . The Crown fulfills this responsibility through the Privy Council, and in particular through the Home Secretary who is the Minister with prime responsibility for island affairs . The principle sources of law in Jersey are : a . the Royal Charters of which none have been granted for 300 years . b . Prerogative orders made by the Sovereign in Council . of which only one has recently been made, relating to territorial waters . c . Acts of the United Kingdom Parliament . d . Laws passed by the States of Jersey, which have received the assent of the Sovereign in Council . e . Regulations passed by the States of Jersey, which do not require the assent referred to in d ., but have a maximum validity of three years . Although an Act of the United Kingdom Parliament may apply directly to Jersey, by constitutional convention such Acts are not passed in respect of matters which are entirely domestic to the island without the agreement of the Jersey authorities . Mixed provisions, relating partially to Jersey's domestic affairs but to which international considerations apply, will not norrnally be legislated upon without consultation with the Jersey authorities and direct legislation by the United Kingdom Parliament is thus very rare . A further possibility arises when an Act of Parliament may contain a provision empowering the Sovereign in Council to extent the Act in question to Jersey by order in Council, subject to adaptations as may be required . which will themselves be established by the Jersey authorities . Thus, in the United Kingdom Government's submission, to all intents and purposes Jersey is autonomous in respect of its intemal affairs . In addition the States may pass further legislation apart from the ordinances referred to above, these being "projets de loi" which are submitte d - 101 -
to the Sovereign in Council for the Royal assent, which, with the exception of financial provisions, is required for their coming into effect . With respect to the admissibility of the application, the United Kingdom Government refer to Application No . 1065/6 1 , X and others against Belgium (Yearbook 4 . p . 260), which relates to the electoral status of a Belgian citizen domiciled in the Belgian Congo (now the Republic of Zaire) . They thus maintain that a High Contracting Party may exclude certain categories of citizen . such as for example, overseas residents, from voting in parliamentary elections . provided that such exclusion does not prevent the free expression of the opinion of the people in the choice of the legislature . The United Kingdom government therefore submits that the present application in incompatible with the provisions of the Convention . In the alternative the United Kingdom Government submits that the application should be declared manifestly ill-founded, in that the electoral law of the United Kingdom enables only those on the electoral register for a constituency at the time of a parliamentary election to vote in that constituency at that election . and that it is not unreasonable that a person, who is not ordinarily resident in any constituency in the United Kingdom should be debarred from voting in such a constituency . SUBMISSIONS OF THE APPLICANT The applicant does not dispute the summary of the electoral and legislative position in the United Kingdom and Jersey submitted by the United Kingdom Government . However the applicant points out that the constitutional convention whereby the United Kingdom Parliament does not normally legislate for matters which are domestic to Jersey is subordinate to the supremacy of the United Kingdom Parliament itself . In consequence there is no doubt in his submission that as a matter of constitutional law the United Kingdom Parliament can if it wishes legislate for the Island of Jersey, even against the wishes of the local legislative assembly, or without consultation with the local authorities . Furthermore the applicant points out that the United Kingdom Government merely indicates that the incideuce of direct legislation without consultation is ° very rare", but thereby concedes that in appropriate circumstances the United Kingdom Government can and does legislate directly . The applicant therefore submits that the United Kingdom Parliament is a " legislature" with respect to Jersey within the meaning of Article 3 First Protocol . In respect of the admissibility of the application, the applicant points out that the Contmission itself has reviewed its decision in Application N° 1065/61 in its subsequent consideration of Applications No . 6745 and
- 102 -
6746/74, W . . X ., Y . and Z . against Belgium (D .R . 2, p . 110) and relies in particular on the following passage at page 116 :"the Contmission understands this to mean that States may impose certain restrictions on the right to vote . . . provided that they are not arbitrary and do not interfere with the free expression of the people's opinion . It is for the Commission to decide in each case whether or not this negative condition is fulfilled . " The applicant distinguishes the present case from cases where the Commission has considered the situation of persons resident abroad, or subject to age limits for voting purposes . or deprived of their civil rights by reason of an order of a court . In the present case he is directly effected by Acts of the United Kingdom Parliament but neither he . nor any other resident upon Jersey . posseses the right to vote for the legislature . He points out that the position of Channel Island residents, as well as those of the Isle of Man, to whom similar restrictions apply, constitutes a significant minority of the population of the United Kingdom who are disenfranchised without justification and submits that this situation does not ensure "the free expression of the opinion of the people" as provided for by Article 3 Frist Protocol . Finally, with specific reference to the United Kingdom Government's submission that the present application should be declared inadmissible as manifestly ill-founded . the applicant submits that allowing the United Kingdom to determine electoral eligibility by reference to whether or not an individual is resident in an existing constituency would permis the abolition of a large proportion of the present constituencies of the United Kingdom without, apparently, infringing Article 3 of the First Protocol . The applicant submits that such an interpretation of this provision would be ntanifestly absurd, and that his application should therefore be declared admissible .
THE LA W The applicant complains that as a resident of Jersey he is unable to participate in elections to the United Kingdom Parliament notwithstanding that the latter has and exercises legislative jurisdiction over Jersey . He invokes Article 3 of the First Protocol, which provides as follows : "The High Contracting Parties undertake to hold free elections at reasonable intervals by secret ballot, under conditions which will ensure the free expression of the opinion of the people in the choice of the legislature . " The Commission observes first that amongst the conditions commonly imposed in Convention countries on their parliamentary elections are citizenship . residence and age . The Conimission regards these requirements as conditions referred to in this provision, which provided they are not arbitrary, ensure the free expression of the people in the choice of the legislature .
- 103 -
The Commission has examined the requirement of residence in previous cases (e .g . Application No . 7730/76 X . v . the United Kingdom, D .R . 15, pp . 137 .at 139) . and has concluded in particular that a non-resident citizen may not be able to claim to be affected by the acts of the political bodies in respect of which he may be denied a vote when compared with a resident citizen . The direct, practical consequences of non-residence may therefore justify the denial of a vote to a non-resident who might otherwise prima jacie fulfil the requirements of voting in an election, wittiout infringing Article 3 of the First Protocol . Inthe presenrcase, the applicant is a British subject who is resident in .
Jersey . As such he is not resident in the United Kingdom, since although Jersey is a British territory, and is one of the British Islands, it does not form an integral and territorial part of the United Kingdom itself . - TheCommission recalls that the sovereignty of the British Crown is recognised in respect of Jersey by virtue of Jersey forming part of the Duchy of Normandy . which is annexed to the Crown . Thus although the United Kingdom Parliament's legislative competence is constitutionally paramount, Jersey has its own elected legislature, the States, and legislation emanating fromthe United Kingdom Parliament is formally registered by the Jersey Royal Court . As far as the States itself is concerned, it is a legislative body whose voting members are elected either by direct suffrage, in the case of senators and deputies, or by the parish assemblies in the case of constables . Senators are elected for a term of 6 years, half of them retiring every three years, and deputies are elected for a three year term . Thus elections are held at three yearly intervals, in which the conditions for voting include nationality (British or Irish), majority and ordinary residence in one of the parishes for which the members of the States are elected . The applicant therefore has the right to vote in elections for the voting members of the States which do conform to the requirements of Article 3 First Protocol in as far as they provide opportunities for the free expression of the opinion of the people of Jersey at reasonable intervals by secret ballot . As a result of the local competence of ~the States, which is a democratically elected body, to legislate on matters which are domestic to Jersey . which derives from the historical and constitutional relationship between Jersey and the United Kingdom, Jersey has never been an electoral constituency for the United Kingdom Parliament . The specific constitutional status of Jersey has been recognised in th e system of the European Convention on Human Rights because the Convention was formally extended to Jersey under Article 63 of the Convention . This reflects the fact that Jersey is treated as a territory for whose internationa l - 104 -
relations the United Kingdom is responsible but which does not . in itself, form part of the United Kingdont . It follows therefore that residents of Jersey, even if they are British subjects, are not ipso facto residents of the United Kingdom . The applicant has contended that the United Kingdom Parliament's technical competence to legislate for Jersey, which is exercises rarely in practice but undoubtedly exists, results in Jersey residents being so directly affected by Acts of the United Kingdom Parliament that they are some of "the people" in respect of that legislature for the purposes of Article 3 First Protocol . He therefore maintains that residents of Jersey who othenvise fulfil voting requirements in the United Kingdom should be entitled to vote in its elections by virtue of Article 3 First Protocol . The Commission considers that this contention must be seen in the light of the specific constitutional relationship between Jersey and the United Kingdom which was in existence before the United Kingdom became a party to the First Protocol to the Convention . Whereas the ratification of this provision might have involved the amendment of electoral practice in respect of established constituencies, the Commission finds that it could not have imposed an obligation on the United Kingdom to alter its long standing constitutional relationship with a territory outside the constitutional boundary of the United Kingdom, which was not at that time part of any existing constituency . In particular the Commission notes that while the legislation relationship between the United Kingdom and Jersey is unusual, this is only an aspect of the exceptional constitutional relationship which has arisen for historical reasons long predating the Convention . It follows that the applicant's complaint is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . For these reasons, the Commissio n
DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
- 105 -
(TRADUCTION) EN FAIT Les faits, tels qu'ils ont été exposés par le requérant peuvent se résumer comme suit : Le requérant est un ressortissant du Royaume-Uni . habitant Jersey, dans les lies anglo-normandes . Il se plaint qu'en cette qualité, il n'est pas autorisé à participer aux élections au parlement de Westminster, bien qu'il réside su . rIïledJsy Il souligne qu'aucun autre habitant de Jersey n'a ce droit de vote puisque le parlement du Royaume-Uni se contpose des représentants des 635 circonscriptions dont aucune ne concerne les territoires britanniques situés hors du Royaume-Uni comme Jersey . Néanmoins, comme le souligne le requérant . le parlement du Royaume-Uni a compétence, et l'exerce effectivement . pour légiférer en ce qui conceme Jersey . alors que l51e dispose pourtant d'un parlement local, ~ les Etats 4 . et que certaines conventions constitutionnelles restreignent l'exercice normal de la compétence législative du parlement britannique S
.GRIEF
Le requérant se plaint que lui interdire de voter aux élections au parlement du Royaume-Uni parce qu'il habite Jersey alors que . selon lui, ce parlement légifère pour Jersey, constitue une violation de l'article 3 du Protocole additionnel à la Convention . PROCÉDURE DEVANT LA COMMIS IO N La présente requête a été introduite le 14 mai 1978 et enregistrée le 8 janvier 1980 . Le 6 octobre 1981, la Commission a décidé de la déclarer irrecevable pour partie et, conformément à l'article 42, paragraphe 2 ( b) de son Règlement intérieur, de la porter pour le surplus à la connaissance du Gouvernentent du Royaume-Uni en invitant ce dernier à lui présenter ses observations sur la recevabilité et le bien-fondé du grief relatif à la nonparticipation du requérant aux élections au parlement du Royaume-Uni . Les observations du Gouvernement du Royaume-Uni sur la recevabilité de cette partie de la requête sont datées du 22 janvier 1982 . Le 15 février 1982 ; agissant conformément à l'article 7 de l'Addendum au Règlement intérieur de la Commission (assistance judiciaire), le Président de la Commission a décidé d'accorder l'assistance judiciaire au requérant . qui a désigné pour le représenter M . W .A . Nash . solicitor à Londres . Les observations du requérant, faites en réponse à celles du Gouvernement du Royaume-Uni, portent la date du 19 mars 1982 .
- 106 -
OBSERVATIONS DU GOUVERNEMEN T Le Gouvemement souligne en premier lieu que le droit de voter lors des élections au Parlement du Royaume-Uni est régi par l'article 1• , de la loi de 1949 sur la représentation du peuple (Representation of the People Act 1949) et subordonné à la condition que l'électeur soit inscrit sur les listes électorales dans une circonscription parlententaire déterntinée . Or, comme il n'existe pas de circonscription dans les territoires britanniques situés hors du RoyaumeUni, il n'y en a donc pas pour Jersey, qui est territoire britannique . Le Gouvernement ajoute que, pour les élections aux . Etats+ . c'est-à-dire à l'assemblée législative de Iile, la loi électorale de Jersey précise qu'est électeur la personne majeure résidant habituellement dans une paroisse de Jersey et répondant à certaines conditions de nationalité et de citoyenneté . notamment celle d'être un sujet britannique ou un ressortissant de la République d'Irlande . Le Gouvernement fait valoir que le baillage de Jersey ne fait pas partie intégrante du Royaume-Uni mais est une dépendance de la Couronne, dotée en propre d'une assemblée législative (les Etats), de tribunaux et de systèmes juridique, administratif et fiscal distincts . Le Gouvernement du Royaunie-Uni assure cependant la défense et les relations internationales de 157e et l'Etat britannique est, en dernier ressort, responsable de la bonne administration de Jersey . L'Etat exerce cette responsabilité par l'intermédiaire du Conseil privé de la Couronne (Privy Council) et, notamment, par le truchement du Ministre de l'Intérieur, à qui incombe la responsabilité prentière des affaires de Iile . A Jersey, les p ri ncipales sources du droit sont : a . Les chartes royales, dont aucune n'a été accordée depuis 300 ans . b . Les ordonnances royales prises par le Souverain en son Conseil, dont une seule est récente ( elle concerne les eaux territoriales) . c . Les lois votées par le Parlement du Royaume-Uni . d . Les textes législatifs votés par .les Etats» de Jersey, qui ont re ç u l'assentiment du Souverain en son Conseil . e . Les règlements votés par .les Etats• de Jersey, qui n'exigerit pas l'assentiment évoqué sous d . mais ne sont valables que pour trois ans au maximum . Même si une loi votée par le Parlement du Royaume-Uni peut s'appliquer directement à Jersey, il est prévu par convention constitutionnelle que le Parlement de Westminster ne se prononce pas sur des questions totalement internes de Iile sans l'accord des autorités de Jersey . Les dispositions de caractère mixte, qui concernent en pa rt ie les affaires de Jersey mais auxquelles s'appliquent des considérations d'ordre international, ne sont généralement pas votées sans consulter les auto ri tés de Jersey . Ainsi la législation directe du Parlement du Royaume-Uni est-elle très rare .
- 107 -
Une autre possibilité existe lorsqu'une loi du Parlement britannique contient une disposition habilitant le Souverain en son Conseil à étendre par ordonnance royale la loi en question à Jersey, sous réserve des ajustements nécessaires, que les autorités jersiaises établiront elles-mémes . Aussi bien, selon le Gouvernement du Royaume-Uni, Iile de Jersey est-elle à tous égards autonome pour ses affaires internes . peuvent.Enoutre,«lsa voter une législation complémentaire au x ordonnances précitées : il s'agit de . projets de loi ., soumis à l'assentiment royal du Souverain en son Conseil, assentiment nécessaire pour leur donner effet, exception faite des dispositions financières . Pour ce qui est de la recevabilité de la présente requête, le Gouvernement du Royaume-Uni renvoie à la requête N° 1065/61 X . et consorts c/Belgique (Annuaire 4 . p . 260), qui concerne le statut d'électeur d'un ressortissant domicilié au Congo belge (aujourd'hui République du Zal're) . Il soutient en conséquence qu'un Etat contractant peut enlever à certaines catégories de ressortissants, par exemple des résidents outre-mer, le droit de participer aux élections parlementaires, à condition que cette exclusion n'empêche pas la libre expression de l'opinion du peuple sur le choix du corps législatif . Le Gouvemement du Royaume-Uni soutient en conséquence que la présente requête est incompatible avec les dispositions de la Convention . A titre subsidiaire, le Gouvernement fait valoir que la requête doit être déclarée manifestement mal fondée, puisque la loi électorale du Royaume-Uni ne permet qu'aux citoyens inscrits sur les listes électorales d'une circonscription au moment d'une élection parlementaire de voter à cette occasion dans cette circonscription, et qu'il n'est pas déraisonnable d'empêcher une personne qui ne réside pas habituellement dans une circonscription du Royaume-Uni de voter dans cette circonscription-là .
OBSERVATIONS DU REQUÉRAN T Le requérant ne conteste pas le résumé de la situation électorale et législative du Royaume-Uni et de Jersey présentée par le Gouvernement du Royaume-Uni . Il souligne cependant que la convention constitutionnelle, par laquelle le Parlement du Royaume-Uni ne légifère généralement pas pour des questions internes à Jersey est subordonnée à la suprématie du Parlement lui-même . En conséquence, il ne fait pour lui aucun doute qu'en droit constitutionnel . le Parlement du Royaume-Uni peut, s'il le désire, légiférer pour lile de Jersey même contre le vo:u de l'assemblée législative locale et sans consulter les autorités locales . En outre, le requérant souligne que le Gouvemement du Royaume-Uni indique simplement que l'incidence de la législation directe sans consultation
-108-
est « très rare , reconnaissant par là qu'il peut, le cas échéant, légiférer directement et qu'il le fait . Le requérant soutient e n conséquence que le Parlement du Royaume-Uni est, à l'égard de Jersey, un •corps législatif ., a u sens de l'article 3 du Protocole additionnel . Quant à la recevabilité de la requête, le requérant signale que la Commission elle-même est revenue sur la décision qu'elle avait rendue dans la requête N° 1065/61 en examinant ultérieurement les requêtes N° 6745/74 et 6746/74, W, X, Y et Z contre Belgique ( D .R . 2, p . 110) et il invoque notamment le passage suivant extrait de la page 113 : .La Commission déduit de ce texte que les Etats peuvent assigner au droit de vote . . . certaines limites, pour autant que celles-ci ne soient pas arbitraires et ne portent pas atteinte à la libre expression de l'opinion du peuple . Il appa rt ient à la Commission, saisie d'un cas d'espèce, d'apprécier si cette condition négative est remplie ou non • . Le requérant distingue la présente affaire de celles où la Commission a examiné la situation de personnes résidant à l'étranger, ou soumises à des limites d'âge pour leur droit de vote ou encore, privées de leurs droits civiques par décision judiciaire . En l'espèce, le requérant est directement affecté par les lois votées par le Parlement du Royaume-Uni mais ni lui ni aucun autre résident de Jersey ne possède le droit d'élire le corps législatif . Il souligne que les résidents des lies anglo-normandes, ainsi que ceux de Iile de Man auxquels i appliquent des restrictions analogues, représentent une importante minorité de la population du Royaume-Uni qui se trouve ainsi privée du droit de vote sans justification . Selon lui, cette situation ne garantit pas « la libre expression du peuple sur le choix du corps législatif ., comme le stipule l'article 3 du Protocole additionnel . Enfin, se référant expressément à l'argument du Gouvernement selon lequel la présente requête devrait être déclarée irrecevable pour défaut ntanifeste de fondement, le requérant soutient qu'auto ri ser le Royaume-Uni à décider des conditions de pa rt icipation électorale en se référant au fait qu'un individu réside ou non dans une circonscription donnée permettrait de supprimer une grande partie des circonscriptions actuelles du Royaume-Uni, sans enfreindre . semble-t-il, l'a rt icle 3 du Protocole additionnel . Le requérant soutient qu'une telle interprétation serait manifestement absurde et que sa requête doit donc être déclarée recevable T
.ENDROI
Le requérant se plaint qu'en tant que résident à Jersey il ne peut pas participer aux élections au Parlement du Royaume-Uni bien que cet organe possède et exerce un pouvoir législatif sur Jersey . Il invoque à cet égard l'article 3 du Protocole additionnel, ainsi libellé : .Les Hautes Parties contractantes s'engagent à organiser, à des intervalles raisonnables, des élections libres au scrutin secret, dans des condi-
- 109 -
tions qui assurent la libre expression de l'opinion du peuple sur le choix du corps législatif . . La Commission relève tout d'abord que, parmi les conditions communément imposées dans les pays signataires de la Convention lors des élections parlementaires, figurent la nationalité, la résidence et l'âge . Elle estime que ces exigences doivent être considérées comme des conditions qui, sauf arbitraire . assurent la libre expression de l'opinion du peuple sur le choix du corps législatif . La Commission a déjà examiné la condition de la résidence ( par exemple dans la requête N° 7730/76 X . c/Royaume-Uni, D .R . 15, pp . 137-139) et estimé notamment qu'un citoyen non résident peut ne pas être en mesure de se prétendre affecté, au même degré qu'un résident, par les actes des organes politiques à l'égard desquels il peut se voir refuser le droit de vote . Les conséquences directes et pratiques de la non-résidence peuvent donc justifier qu'un non-résident qui, autrement, à première vue, remplirait lés conditions requises pour participer à une élection, se voie refuser le droit de vote sans qu'il y ait méconnaissance de l'a rticle 3 du Protocole additionnel . En l'espèce, le requérant est un ressortissant britannique qui réside à Jersey . En tant que tel, il n'est pas résident au Royaume-Uni puisque Jersey, certes territoire b ritannique et l'une des îles b ri tanniques, n'est cependant pas partie intégrante du terri toire du Royaume-Uni lui-mémeLa Commission rappelle que la souveraineté de la Cou r onne b ri tannique sur Jersey s'explique par l'appa rtenance de Jersey au duché de Normandie, annexé à la Couronne . Si la compétence législative du Parlement du RoyaumeUni est constitutionnellement très importante, Jersey dispose en propre d'un corps législatif élu, .Ies Etats ., et la législation émanant du Parlement du Royaume-Uni est officiellement enregistr eée par le tribunal royal de Jersey . Quant aux •Etats ., ils sont un organe législatif dont les membres sont élus soit au suffrage direct, dans le cas des sénateurs et des députés, soit par les assemblées paroissiales dans le cas des connétables . Les sénateu rs , élus pour un mandat de six ans, sont renouvelés par moitié tous les trois ans et les députés sont élus pour trois ans . Les élections se tiennent donc à des inte rvalles triennaux et parmi les conditions pour y participer figurent la nationalité ( b ri tannique ou irlandaise), la majo rité et la résidence habituelle dans l'une des paroisses au titre desquelles sont élus les membres des .Etats . . Le requérant a donc le droit d'élire les membres des •Etats ., lors d'élections qui répondent aux exigences de l'a rt icle 3 du Protocole additionnel puisqu'elles permettent d'exp rimer librement l'opinion du peuple de Jersey à des inte rv alles raisonnables et au scrutin secret . En raison de la compétence locale des • Etats ., organe démocratiquement élu et chargé de légiférer sur les questions internes à Jersey (compétenc e
- :tn-
qui découle des rapports historiques et constitutionnels instaurés entre Jersey et le Royaume-Uni), Jersey n'a jamais été une circonscription électorale pour le Parlement du Royaume-Uni . Le statut constitutionnel propre à Jersey a été reconnu dans le système instauré par la Convention européenne des Droits de l'Homme, puisque la Convention a été formellement étendue à Jersey conformément à son article 63 . Cette extension traduit l'idée que Jersey est traité comme un territoire dont le Royaume-Uni assure les relations internationales mais qui n'est pas en soi partie intégrante du Royaume-Uni . Il s'ensuit que les résidents de Jersey, même s'ils sont sujets britanniques, ne sont pas ipso facto résidents du Royaume-Uni . Le requérant a«soutenu que la compétence technique du- Parlement du Royaume-Uni de légiférer pour Jersey, rarement exercée en pratique mais dont l'existence est incontestable, aboutit à ce que les résidents de Jersey sont si directement affectés par les lois votées par le Parlement du Royaume-Uni qu'ils font, à l'égard de ce corps législatif, partie du •peuple• aux fins de l'article 3 du Protocole additionnel . Il estime en conséquence que les résidents de Jersey qui répondent par ailleurs aux conditions requises pour voter au Royaume-Uni devraient être autorisés à participer aux élections britanniques à raison de l'article 3 du Protocole additionnel . Selon la Commission, il faut examiner cette thèse à la lumière des rapports constitutionnels particuliers unissant Jersey et le Royaume-Uni qui ont existé avant déjà que ce dernier ne devienne partie au Protocole additionnel à la Convention . La Commission estime que la ratification de cette disposition aurait pu emporter modification de la pratique électorale à l'égard des circonscriptions existantes, mais qu'elle ne pouvait pas imposer au Royaume-Uni l'obligation de modifier des rapports constitutionnels très anciens avec un territoire situé hors des frontières constitutionnelles du Royaume-Uni et qui ne faisait à cette époque pas partie d'une circonscription . La Commission relève en particulier que si les rapports législatifs qu i unissent le Royaume-Uni et Jersey ont un caractère inhabituel, ils ne sont qu'un aspect des liens constitutionnels exceptionnels tissés pour des raisons . Il s'ensuit que le g rief formulé par le requérant est manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
Par ces motifs, la Commissio n DÊCLARE LA REQUETEIRRECEVABLE .
. 'historquebnavlCoti

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 13/05/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.