Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X., Y. et Z. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9285/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-07-06;9285.81 ?

Analyses :

(Art. 34) RECOURS, (Art. 34) VICTIME, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE


Parties :

Demandeurs : X., Y. et Z.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9285/8 1 X ., Y . and Z . v/the UNITED KINGDO M X ., Y . et Z . c/ROYAUME-UN I DECISION of 6 July 1982 on the admissibility of the application DECISION du 6 juillet 1982 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph 1, of the Convendon : Provision not applicable to proceedings concernirtg residence permits for alieru. Artlcle 8 of the Convention : Deport ation of a man who is husband and father corrsidered as an interference in his family life, but nevertheless justified as necessa ry for the defence of order. this concept equally covering the enforcement of an immigration policy . in pa rt icular in a case where the individual cortcerned has tried to deceive the competeru authorities . Arllcle 14 of the Conventlon, In co qjunctbn with Ardcb 8 of the Conventio n A State which as far as immigration of married persons is concerned gives preference to citizens of those countries with whom it has particularly close links ( in the present case the Commonwealth) does not practise discriminatiort, Ariicle 17 of the Convention : Examination of the question whether in a particular case the classification of an alien as an overs tyaer while he was initialiv treated as an illegal immigrant may lead to an abusivé limitation of his rights . Commlulon'a competence ratione matedae : The Convention does not guarantee. as such . ariv right to ent ry into a panicular State, nor the right of abode or to settle there.
Article 6, peragrephe I, de la Convention : Disposition inapplicable aux litiges concernant les autorisations de séjour des étrangers . Article 8 de la Convention : Expulsion d'un homme marié et père de famille considérée comme une ingérence dans sa vie familiale, mais pouvant néanmoins se justifier comme nécessaire à la défense de l'ordre. cette notion s'étendant à
- 205 -
la mise err aeuvre d'une politique d'immigration, notamnren[ dans un cas où !'intéressé a tenté d'abuser les autorités compétentes.
Arllcle 14 de la Convention, combiné avec l'article 8 de la Convention : Ne commet pas une discrimination ('Etat qui donne priorité, quant à l'immigration de personnes rnariées. aux ressortissants de pavs avec lesquels il entretient des relations particulièrement étroites (en l'espèce, le Commonwealth) . Arllcle 17 de la Comentlon : Examen du point de savoir si, dans un cas donné. le fait de traiter un étranger comme un visiteur dont le permis de séjour est échu (overstayer) . après ['avoir traité comme immigrant clandestin (illegal intmigrant), peut aboutir à une limitation abusive de ses droits garantis . Compétence mllone materlae de la Commleelon : La Convention ne garantit, comme tel. aucun droit d'entrer sur le territoire d'un Etat étranger . d ÿ demeurer ou de s'v établir .
THE FACTS
(français : voir p. 213 )
The first applicant is a Pakistani citizen born in 1957 . His wife, the second applicant, is also a Pakistani citizen, born in 1962, but lawfullv sett led in the United Kingdom since August 1977 . The third applicant, his son, is a United Kingdom citizen born in 1980 . Thev are represented before the Commission bv Messrs . Harwood & James, Solicitors, A ., where the familv has its home . The application arises out of the deportation proceedings against the first applicant . The undisputed facts according to the submissions of the parties and various documents were best summarised by the Adjudicator hearing the f9rst applicant's appeal against deportation as follows : The first applicant came to the attention of the immigration authorities in Mav 1980 as a result of a denunciatory letter . He was interviewed bv an Immigration Officer, whom he informed that his name was J ., born in October 1957 . He said that he had first come to the United Kingdom in 1970 with his f'ather and his brothers, having been granted an entrv clearance at the British Embassy in Rawalpindi shortly before arrival here . He had married his wiPe in February 1979 in the United Kingdom ; she was expecting his child . Subsequent checks made bv the imniigration authorities did not serve to substantiate these claims, and the immigration authorities made two urisuccessf'ul attempts, during August 1980, to re-interview the applicant . In the event, solicitôrs acting for him contacted the Immigration Officer and an interview took place at the solicitor's office on I Septentber 1980 .
- 206 -
On that occasion the first applicant said that he was now prepared to tell the truth and gave his real name as X ., born in August 1957 and the son of A . and B . He clained to have entered the United Kingdont in September 1974, having been granted an entry clearance as a student in Muscat . Several months after arriving he had assumed the identity of J . with the consent of the real J . ; he had destroyed his original passport and had obtained a replacement in the name of J . giving his date of birth as 15 October 1957 . This story was checked against records both of the Home Office and the British Embassv in Muscat ; these disclosed the grant of an entry clearance to an X ., born on 8 August 1954, and also the arrival in the United Kingdom of an X . in October 1974 . However, the details did not completely coincide with the story told to the Imniigration Officer in September 1980 ; there were discrepancies as to the names of the parents and of the alleged sponsor . The X . admitted to the United Kingdom in October 1974 had told the Immigration Officer that he was returning for the second year of an engineering course at London Polytechnic, whereas the entry clearance which had been issued in Muscat had been to enable him to take a course in Business Studies at Redditch College in Worcestershire . At Heathrow Airport the X . who arrived on 2 October 1974 was given leave to enter the United Kingdom for 12 months on conditions that he did not enter emplovment or engage in any business or profession without consent . Enquiries ot' Redditch College confirmed that X . had been offered a place on their Business Studies course . He had attended for the first term ontv ; shortlv after the start of the second term the college had received an airmail letter purporting to come from the applicant saying that he had returned to Pakistan and would not be continuing with the course . As a result of these discrepancies the Secretarv of State was not satisfied lhat the applicant was in fact X . as he claimed, nor did it appear that the applicant had entered the United Kingdom lawfully . The Secretary of State therefore concluded that the applicant was an illegal entrant and on 25 November 1980 he gave directions for the removal of the applicant to Pakistan, such removal to be implemented after the birth of the applicant's child . In lhe event the child was born in December 1980 . In the light of further representations made to the Secretary of State and also the fact that both the wit'e and the child were experiencing minor illnesses, the removal of the applicant was deferred . The applicant gave further information, both to the Minister of State and at interviews with Immigration Otticers which took place in Mav and Julv 1981 . The broad effect of lhis further information was to reconcile the discrepancies which arose out of the applicant's earlier story in such a way as to satisfy the Secretary of Stat e
- 207 -
that the applicant was, on the balance of probabilities, the X . to whom limited leave to enter the United Kingdom had been given in 1974 . As a result the applicant was advised in August 1981 that he was no longer regarded as an illegal entrant . Having regard however, to the entire history of this matter, the Secretary ol' State decided to deport the applicant as an overstayer under the provisions of Section 3 (5)(a) of the Immigration Act 1971, giving directions for his removal to Pakistan . On appeal against the decision to make a deportation order, the first applicant submitted to the Adjudicator that neither his wife nor her family had known of hisoverstaying and that she was pregnant again . All her family is in the United Kingdom where she would probably remain, supported by the welfare state . His mother in Pakistan also depended on financial support from him . This support he wasable to give only whilst employed in the United Kingdom . In Pakistan he would suffer hardship . If his wife were to follow him, she would lose her status as a lawful resident in the United Kingdom atter two years and the child, which was about to be born, would, under the provisions of the new British Nationality Act 1981, be rendered stateless . The Adjudicator concluded, however, that in the circumstances of the case the compassionate circumstances of the family did not outweigh the other factors . 7 he appeal was accordingly dismissed on 30 November 1981 . Leave to Appeal to the Immigration Appeal Tri bunal was dismissed .on 20Janua ry 1982 . It séems that the first applicant was to be deported on I March 1982 .
COMPLAINT S The applicants complain that the deportation of the first applicant constitutes a breach of Articles 1, 3, 6 . 8, 14, 17 and 25 ôf the Convention .
THE LA W 1 . The applicants complained of the deportation of the first applicant to Pakistan from the United Kingdom where the wife and child have the ri ght of abode . They claim that the deportation is in breach of Article 8 of the • Convention the relevant part of which provides that : "I . Everyone has the right to respect for his . . . family life . . . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessarv in a democratic society in the interests of national securitv, public safetv or the economic well-being of the country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . "
-208-
The Commission refers to its constant jurisprudence that there is no right to enter or reside in a pa rt icular count ry guaranteed as such by the Convention (cf . e .g . Decisions on admissibilitv, Applications No . 214/56, De Becker v . Belgium . Yearbook 2, pp . 214 at 224 and No . 3325/67, X ., Y ., Z ., V . and W . v . the United Kingdom, Yearbook 10, p . 528) . However, the Commission has also held that, in view of the right to re spect for family life ensured by Art icle 8 the exclusion of a person from a count ry in which his close relatives reside may raise an issue under this provision of the Convention (cf . e .g . Decisions on admissibility in Applications No . 6357/73, X . v . the Federal Republic of Germanv . Decisions and Report s 1, p . 77, and No . 7816/77, X . and Y . v . the Federal Republic of Germany, Decisions and Report s 9, pp . 219 at 220) . In the present case the Commission notes, however, that the first applicant's deportation is based on his defiance of immigration controls and that his marriage to the second applicant was contracted at a time when he was full_v aware that he was at risk with his irregular immigration status . There do not appear to be any insurmountable obstacles to the second and third applicants' following him to Pakistan . The second applicant is also a Pakistani citizen who onlv acquired the right of abode in the United Kingdom in 1977 . The third applicant, although having United Kingdom citizenship by birth in the United Kingdom, is ot' an adaptable age . In the circumstances of the present case, even though the first applicant's deportation constitutes an interference with the family's right to respect for family lit'e under Article 8, the Commission must attach significant weight to the reasons for his deportation . It finds with regard to the second paragraph of Article 8 that there are no elements conceming respect for family life which might outweigh valid considerations relating to the proper enforcement of immigration controls . In this respect the Commission would emphasise the close connection between the policv of immigration control and considerations pertaining to public order . The Commission is of the opinion therefore that the interference with the applicants' right to respect for family life was in accordance with the law (the Immigration Act 1971) and justified as being necessary in a democratic society for the "prevention of disorder" under the second paragraph of Article 8 as a legitimate measure of immigration control . Accordingly this part of the application must be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2, of the Convention . 2 . The applicants also contplained that the deportation constituted sexual and racial discrimination contrarv to Article 14 of the Convention in conjunction with their ri ght to respect for family life ensured by Article 8 .
- 209 -
Article 14 provides that : "The enjoyment of the rights and freedoms set forth in this Convention shall be secured without discrimination on any ground such as sex, race . . . or other status . " The Commission notes, however, as regards the facts of the present case, that the regulations applicable to the deportation of the first applicant as an overstaver make no distinction on the basis of the sex of the penon concerned . It is true that Section 2 (2) of the Intmigration Act 1971 grants the right of abode in the United Kingdom to a woman who is a Commonwealth citizen and who is the wife of a citizen of the United Kingdom and Colonies . However neither the first nor second applicants are Comntonwealth citizens . Therefore the apparent difference in treatment of the sexes in respect of Commonwealth citizens did not affect them . Furthermore, the Commission finds that the measures taken against the first applicant were in no way based on race, but on the particular circumstances of his case . The legislation in question does create differences in treatment on grounds of national origin . However the Commission refers firstly to the jurisprudence of the European Court of Human Rights in the "Belgian Linguistic Case" which laid down criteria for consideration of differences in treatment : the objective and reasonable justification of a measure and the reasonable relationship of proportionality between the means employed and the aim sought to be realised (Judgment of 23 July 1968, Series A . p . 34, para . 10) . In respect of the present case the Commission considers that the difference in imntigration rights between a Commonwealth citizen and an alien in the United Kingdom has an obvious objective and reasonable basis, i .e . in acknowledging the right of a country to limit the number of foreign persons who are entitled to reside in its territory, a State .may reasonablv give priority to the citizens of ttiose countries with whom ~it has the closest links . The applicants have also referred to the differénee'in treatment provided for in Immigration Rules issued in March 1980 (HC 394) whereby only women born in the United Kingdom, or one of whose parents was born'there, would be entitled to be joined bv their foreign husbands or fiancés in the United Kingdom . However, the deportation of the first applicant was not based on these Rules in any way . They are, therefore, of no relevance to the circumstances of the case . In conclusion, the Commission finds that the present application does not disclose evidence of sexual or racial discrimination contrary to Article 14 of the Convention in conjunction with Article 8 . It follows that this part of th e
-210-
application is also manifestlv ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2, of the Convention . 3 . The applicants have invoked other provisions of the Convention (Article I concerning the general securement of Convention rights, Article 3 prohibiting inhunian or degrading treatment and Article 6 ensuring the right to a fair hearing in the determination of civil rights and obligations) in relation to the Imntigration Rules of March 1980 . The Commission refers, however, to the above flnding that these Rules are of no relevance to the circumstances of the present case and accordingly rejects these further complaints as being manifestly ill-f'ounded under Article 27, paragraph 2, of the Convention . 4 . The second applicant has contplained that the deportation measures against her husband constituted a denial of her right to a fair hearing in the determination of civil rights and obligations ensured by Article 6, paragraph 1, ot'the Convention . She claims to be affected by these proceedings, because if she follows her husband and stays away from the United Kingdom, she will lose her right of abode after two vears . The Commission refers to its jurisprudence on the question of the applicability of Article 6, paragraph 1, of the Convention to deportation ntatters . In the case of Singh/Uppal against the United Kingdom in which parents were to be deported from the United Kingdom where their dependant children and grandparents had the right of abode, the Commission stated that, in such cases , . . . a decision as to whether an alien should be allowed to stav in a country is a discretionary act by a public authority . Consequently, the decisions to expel the applicant parents in the present case were ofan administrative order and they were ntade in the exercise of the discretionary powers of the immigration authorities . They did not therefore involve as such the determination of civil rights within the meaning of Article 6, paragraph I, of the Convention and- even assuming that the respective rights of grandparents, parents and children to maintain a life in common is a civil right within the meaning of that provision, the decision of the United Kingdom immigration authorities to expel the applicant parents does not determine such a right . " Accordingly, Article 6, paragraph 1, was not applicable to the case (Application No . 8244/78, D .R . 17, p . 157) . As regards the circumstances of the present case, the Commission notes, in addition to the fact that the conferment of settled status upon the second applicant, a Pakistan citizen, was within the discretion of the immigration authorities, that she is not being compelled to follow her husband . Furthermore, it' she does follow him, she may return to the United Kingdom at regular intervals, thereby avoiding the loss of her present right of abode .
- 211 -
The Commission concludes that the decision of the United Kingdom immigration authorities to deport the first applicant did not determine the civil rights and obligations of the second applicant . It follows that Article 6, paragraph 1, is not applicable in the present case and that the complaint of the second applicant of having been denied a fair hearing is manifestly iflt'ounded within the meaning of Article 27, paragraph 2, of the Convention . 5 . The applicants have next complained that the change of attitude by the Secretary of State to the first applicant's immigration status (from illegal immigrant to overstayer) constituted a manipulation of internal administrative decisions in breach of Article 17 of the Convention . Similarly it allegedly interfered with the applicants' right of individual petition, the etTective exercise of which is ensured bv Article 25iof the Convention . The Commission considers, however, that the classification of the first applicant as an overstayer can ontv be deemed advantageous to himas it provided him with significant procedural guarantees against deportation including a right of full appeal to the Adjudicator and Immigration Appeal Tribunal, both bodies having the power to overturn the Secretary of State's decision to deport . ' Accordingly, the Commission concludes that the applicants have not submitted any evidence whatsoever that might indicate that the measures taken against the first applicant were aimed at the destruction of any of the family's Convention rights or limited them to a greater extent than is provided for in the Convention in breach of Article 17 of the Convention . It tbllows that this aspect of the case is also manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2, of the Convention and that there is no basis to pursue the matter under Article 25 n
.Forthesan,Cmio
1 . DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE , 2 . DECIDES TO TAKE NO FURTHER ACTION in iespect of the alleged interference with the effective exercise of the right of individual petition .
- 212 -
(TRADUCTION) EN FAIT Le premier requérant est un ressortissant pakistanais, né en 1957 . Son é pouse, la seconde requérante, est également ressortissante pakistanaise, née en 1962, mais légalement établie au Royaume-Uni depuis août 1977 . Leur fils, troisième requérant, est un ressortissant du Royaume-Uni, né en 1980. Ils sont représentés devant la Commission par MM . Harwood & James, solicitors à A ., o ù la famille est domiciliée . La requête est née de la procédure d'expulsion engagée contre le premier requérant . Les faits non contestés, tels qu'ils ressortent des conclusions des parties et de divers documents, ont été cor rectement résumés par le fonctionnaire compétent (-Adjudicator .) saisi du recours du premier requérant contre la mesure d'expulsion . Ces faits sont les suivants : La situation du premier requérant a été signalée aux Se rvices d'immigration en mai 1980 par une lettre de dénonciation . L'intéressé eut un ent re tien avec un agent de ces Se rv ices, à qui il déclara s'appeler J . . né en octobre 1957 . 11 indiqua être arrivé au Royaume-Uni en 1970, accompagné de son père et de ses frères, après avoir obtenu de l'Ambassade britannique à Rawalpindi un visa d'entrée peu avant son arrivée au Royaume-Uni . 1l s'y était marié en février 1979, et sa femme était enceinte .
Les vérifications faites ulté ri eurement par les Services d'Immigration n'ont pas confirnté ces affirmations et en août 1980 les autorités firent deux tentatives infructueuses pour avoir un nouvel entretien avec le requérant . Finalement, les solicitors du requérant prirent contact avec les Se rvices d'immigration et un entretien eut lieu à leur étude le 1°' septembre 1980 . Le premier requérant déclara alors être maintenant disposé à dire la vérité et à indiquer sa véritable identité : X . né en août 1957 et fils de A et de B . 1l prétendit être arrivé au Royaume-Uni en septemb re 1974, après avôir obtenu à Muscat une autori sation d'entrée comme étudiant . Plusieurs' mois après son arrivée, il avait pris l'identité de J . avec le consentement dû véritable J . ; il avait détruit son passeport et en avait obtenu un autre au nom de J, en indiquant comme date de naissance le 15 octobre 1957 . Cette version fut confrontée aux registres du ministère de l'Intérieur et de l'ambassade britannique à Muscat ; effectivément, selon les registres, un permis d'entrée avait été délivré à X . né le 8 août 1954 . et arrivé àu Royaume-Uni en octobre 1974 . Cependant, les détails de cette version ne cdreidaient pas totalement avec celle donnée aux Services d'immigration en septembre , 1980 ; il y avai t
- 213 -
notamntent divergences sur les noms des parents et du prétendu correspondant au Royaume-Uni . Le dénommé X, autorisé à entrer au Royaume-Uni en octobre 1974, avait indiqué aux Services d'immigration qu'il revenait faire sa deuxième année d'études d'ingénieur à l'Ecole polytechnique de Londres alors que le permis d'entrée délivré à Muscat était destiné à lui permettre de suivre un cycle d'études commerciales au Collège de Redditch . dans le Worcester shire . A son arrivée à l'aéroport d'Heathrow le 2 octobre 1974, le dénommé X, fut autorisé à entrer au Royaume-Uni pour 12 mois à condition de ne prendre aucun emploi et de n'entrer dans aucun commerce ni profession libérale sans autorisation .
L'enquête menée au collège de Redditch confirma qu'X . était inscrit aux cours d'études coninterciales, mais ne les suivit que durant le premier trimestre ; peu après le début du second, le collège reçut une lettre par avion émanant apparemment du requérant et disant qu'il était retourné au Pakistan et ne continuerait pas ses études . Vu ces divergences, le ministère n'était pas convaincu que le requérant fût en réalité X . comme il le prétendait et qu'il fût entré légalement au Royaume-Uni . Le ministère en conclut que le requérant était un immigrant clandestin et, le 25 novembre 1980, donna l'ordre de le renvoyer au Pakistan, l'expulsion devant avoir lieu après la naissance de l'enfant du requérant . L'enfant naquit en décenibre 1980 . Compte tenu des nouvelles protestations adressées au ministère et également du fait que l'épouse et l'enfant de l'intéressé souffraient de maladies légères . l'expulsion du requérant fut différée . Le requérant fournit un complément d'information tant au ministre qu'aux Services d'immigration lors d'entretiens qui eurent lieu en mai et juillet I981 . .En gros, ce complément d'information eut pour effet d'aplanir les divergences constatées dans la première version du requérant, de manière à convaincre le ministre que l'intéressé était très probablement le dénommé X . à qui l'autorisation d'entrer au Royaume-Uni avait été donnée en 1974 . En conséquence, le requérant fut avisé en août 1981 qu'il n'était plus considéré comme immigrant clandestin . Cependant . compte tenu des antécédents dans leur ensemble, le ministre décida conformément àux dispositions de l'article 3, paragraphe 5 (a) de la loi de 1971 sur l'immigration d'expulser le requérant pour avoir dépassé le délai de séjour autorisé et donna l'ordre qu'il soit renvoyé au Pakistan . Lorsde son recours contre la décision d'expulsion, le premier requérant fit valoir au fonctionnaire compétent que ni son épouse ni sa famille n'avaient su qu'il avait dépassé le délai de séjour autorisé et que sa femme était à nouveau enceinte . Par ailleurs, toute sa famille est au Royaume-Uni où elle restera sans doute à la charge de l'assistance sociale . Le premier requérant subvient financièrement aussi aux besoins de sa ntère . restée au Pakistan . Il a pu le faire pendant qu'il était entployé au Royaume-Uni, mais au Pakistan i l - 214 -
lui sera très difficile de continuer . D'autre part, si son épouse devait le suivre, elle perdrait au bout de deux ans son statut de résident légal au Royaume-Uni et l'enfant à naître en deviendrait apatride, conformément aux dispositions de la nouvelle loi de 1981 sur la nationalité britannique . Le fonctionnaire saisi du recours en conclut néanmoins que, dans les circonstances de l'espèce, les considérations familiales et humanitaires ne l'emportaient pas sur les autres éléments . Le recours fut donc rejeté le 30 novembre 1981 . L'autorisation d'interjeter appel devant le tribunal de recours en matière d'immigration (Immigration Appeal Tribunal) fut refusée le 20 janvier 1982 . Il semblerait que le prentier requérant ait été expulsé le 1 - mars 1982 .
GRIEFS Les requérants se plaignent que l'expulsion du premier requérant a constitué une violation des articles 1, 3, 6, 8 . 14, 17 et 25 de la Convention .
EN DROI T 1. Les requérants se sont plaints de l'expulsion au Pakistan du premier requérant alors que l'épouse et l'enfant ont droit de séjour au Royaume-Uni . Selon eux, l'expulsion serait contraire à l'article 8 de la Convention, dont la partie pertinente est ainsi libellée : - I . Toute personne a droit au respect de sa vie . . . familiale . . . 2 . II ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui . dans une société déntocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays . à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits ou libertés d'autrui . La Commission se réfère à sa jurisprudence constante selon laquelle la Convention ne garantit, comme tel, aucun droit d'entrer ou de résider dans un pays déterntiné ( cf . par exemple décision sur la recevabilité des requêtes n° 214/56 . De Becker c/Belgique . Annuaire 2, p . 214 à la p . 224 et n` 3325/67 X, Y, Z . V et W c/Royaume-Uni, Annuaire 10, p . 528) . Cependant, la Commission a également déclaré que, compte tenu du droit au respect de la vie familiale, protégé par l'a rt icle 8, le renvoi d'une personne d'un pays où vit sa proche famille peut poser problème au regard de cette disposition de la Convention ( cf . par exemple décisions sur la recevabilité de s -215-
requêtes n° 6357/73, X . contre la République Fédérale d'Allemagne . D .R . l, p . 77 . et n° 7816/77, X . et Y . c/République Fédérale d'Allemagne, D .R . 9, p . 219, à la p . 220) . En l'espèce, la Commission relève cependant que l'expulsion du premier requérant est fondée sur le fait qu'il a fraudé le contrôle à l'immigration et que son mariage avec la seconde requérante a été contracté à un moment où il avait pleinement conscience de sa situation précaire . vu sa position irrégulière en matière d'immigration . Il ne semble pas y avoir d'obstacles insurmontables à ce que les deux autres requérants suivent l'intéressé au Pakistan . La seconde requérante est également une ressortissante pakistanaise . qui n'a acquis le droit de résider au Royaume-Uni qu'en 1977 . Le troisième requérant a certes la nationalité britannique en raison de sa naissance sur le territoire britam nique, mais est d'un àge où l'adaptation est facile . Dans les circonstances de l'espèce, et même si l'expulsion du premier requérant constitue une ingérence dans l'exercice du droit des membres de la fantille au respect de la vie familiale, garanti par l'article 8, la Commission doit accorder une importance particulière aux motifs de l'expulsion . Elle constate, au regard du second paragraphe de l'article 8, qu'il n'existe en l'espèce aucun élément relatif au respect de la vie familiale qui pourrait l'emporter sur les considérations valables de stricte application du contrôle de l'immigration . A cet égard, la Commission souligne le rapport étroit entre la politique du contrôle de l'immigration et les considérations relatives à l'ordre public . Elle estime en conséquence que l'ingérence dans l'exercice du droit des requérants au respect de leur vie familiale était prévue par la loi (la loi de 1971 sur l'iinntigration) et justifiée . en tant que mesure légitime de contrôle de l'inintigration, parce que nécessaire à=la défense de l'ordre . dans une société démocratique . La requête doit donc, sur ce point, être rejetée comme manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . 2 . Les requérants se sont plaints également que l'expulsiôn constituait une mesure de discrimination fondée sur le sexe et la rade, contrairement à l'article 14 de la Convention, lu en liaison avec le droit au respect de la vie familiale que protège l'article 8 . L'article 14 est ainsi libellé : . La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Conven . tion doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la .race . . . ou tout autre situation . . La Commission relève cependant, en ce qui concerne les faits de la cause, que la règlementation applicable à l'expulsion du premier requérant pour avoir dépassé le'délai de séjour autorisé ne fait aucune distinction fondée sur le sexe de l'intéressé . Certes, l'article 2, paragraphe 2 de la loi de 1971su r - 216 -
l'immigration accorde le droit de résidence au Royaume-Uni à la femme qui, étant ressortissante du Commonwealth, est aussi l'épouse d'un ressortissant du Royaume-Uni et des colonies . Cependant, ni le premier ni le second requérants ne sont ressortissants du Commonwealth . En conséquence, la différence apparente de traitement entre les sexes pour ce qui concerne ces ressortissantslà ne les affecte pas . En outre, la Commission constate que les mesures prises à l'encontre du premier requérant n'étaient nullement fondées sur la race, mais sur les circonstances propres à son cas d'espèce . La législation en question crée effectivement des différences de traitement pour des raisons d'origine nationale . Cependant . la Commission renvoie en premier lieu à la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'Affaire linguistique belge, qui a fixé des critères pour examiner la différence de traitement : justification raisonnable et objective de la mesure et rapport raisonnable de proportionnalité entre les moyens employés et le but visé (arrêt du 23 juillet 1968 . Série A, p . 34, par. 10) . En l'espèce, la Commission estime que la différence faite dans le droit à l'immigration entre un ressortissant du Commonwealth et un étranger au Royaume-Uni a manifestement un fondement objectif et raisonnable : étant admis qu'un pays a le droit de limiter le nombre d'étrangers autorisés à résider sur son territoire, un Etat peut raisonnablement accorder la priorité aux ressortissants des pays avec lesquels il entretient des rapports étroits .
Les requérants ont également fait référence à la différence de traitement que prévoit la réglementation sur l'immigration publiée en mars 1980 (HC 394) : seules les femmes nées au Royaume-Uni ou dont l'un des parents y est né auront le droit de voir leur époux ou fiancé étranger les rejoindre au Royaunte-Uni . Toulefois, l'expulsion du premier requérant ne se fondait nullement sur cette règlementation qui n'a donc aucune pertinence en l'espèce . En conclusion, la Commission constate que la présente requête ne révèle aucun indice de discrimination fondée sur le sexe ou la race, contraire à l'article 14 de la Convention, lu en liaison avec l'article 8 . 11 s'ensuit que la requête est, sur ce point également, manifestement mal fondée, au sens de l'article 27 . paragraphe 2, de la Convention . 3 . A propos de la réglementation sur l'immigration parue en mars 1980, les requérants ont invoqué d'autres dispositions de la Convention : l'article 1°' relatif à la jouissance générale des droits protégés par la Convention, l'article 3 prohibant les traitentents inhumains ou dégradants et l'article 6 garantissant le droit à un procès équitable pour décider de droits et d'obligations à caractère civil . La Commission renvoie cependant à sa constatation précédente selon laquelle cette règlementation n'a aucune pertinence en l'espèce et rejette en conséquence ces autres griefs comme manifestement mal fondés, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 217 -
4 . La seconde requérante s'est plainte de ce que les mesures d'expulsion de son époux équivalaient à lui refuser, contrairement à l'article 6, paragraphe 1, de la Convention, le droit à un procès équitable pour faire décider de ses droits et obligations de caractère civil . Elle soutient que cette procédure d'expulsion l'affecte personnellement car si elle suit son mari au Pakistan et quitte le Royaume-Uni . elle perdra, au bout de deux ans, le droit de résider dans ce pays . La Contmission renvoie à sa jurisprudence sur l'applicabilité de l'article 6, paragraphe 1 . de la Convention aux questions d'expulsion . Dans l'affaire Singh/Uppal, qui concernait l'expulsion de parents du territoire britannique où enfants et grands-parents à charge avaient droit de résidence, la Commission a déclaré que . dans ce genre d'affaires . . . . . la décision d'autoriser ou non un étranger à rester dans un pays est un acte discrétionnaire des autorités publiques . Il s'ensuit qu'en l'espèce, la décision d'expulser les parents requérants, qui est de nature administrative . a étè prise dans l'exercice des pouvoirs discrétionnaires des autorités d'immigration . Elle n'implique donc pas, comme telle, des droits de caractère civil au sens de l'article 6, paragraphe 1 . de la Convention . Même si l'on admettait que les droits des grands-parents . des parents et des enfants de ntener une vie commune soient des droits de caractère civil, au sens de cette disposition . la décision des autorités d'immigration du Royaume-Uni d'expulser les parents requérants ne comporte pas décision d'une contestation portant sur de tels droits . En conséquence . l'article 6 . paragraphe 1 . était inapplicable dans cette affaire (requête n° 8244/78 . D .R . 17, p . 165) . Quant aux circonstances de l'espèce, la Contntission relève, outre le fait que la décision de conférer un statut durable à la seconde requérante, ressortissante pakistanaise, relevait du pouvoir discrétionnaire des Services d'immigration, que l'intéressée n'est pas obligée de suivre son mari . Cependant, si elle le suit . elle pourra retourner au Royaume-Uni périodiquement, de façon à éviter de perdre son actuel droit de résidence . La Commission estime que la décision des Services d'immigration du Royaume-Uni d'expulser le premier requérant n'emporte pas détermination des droits et obligations à caractère civil de la seconde requérante . Il s'ensuit que l'article 6, paragraphe 1, est inapplicable en l'espèce et que le grief de la seconde requérante qui se serait vu refuser le droit à un procès équitable est manifestentent mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . 5 . Les requérants se sont plaints ensuite que le revirement du ministre quant au statut du requérant en matière d'immigration (d'abord, immigrant clandes(in, puis ayant dépassé le délai de séjour autorisé) revenait à manipule r
- 218 -
de .s décisions adntinistratives internes, contrairement à l'article 17 de la Convention . Ce changement aurait également porté atteinte au droit de recours individuel des requérants, dont l'article 25 de la Convention protège l'exercice effectif . La Commission estime cependant que le fait de classer le premier requérant dans la catégorie de ceux qui avaient dépassé la durée de séjour autorisée n'avait que des avantages pour lui : cela lui donnait en effet d'importantes garanties de procédure contre l'expulsion, notamment le droit de former un recours devant le fonctionnaire compétent et devant le tribunal de recours en matière d'immigration, deux instances habilitées à réformer la décision d'expulsion prise par le ministre . En conséquence, la Commission estime que les requérants n'ont soumis aucun élément pouvant indiquer que les mesures prises contre le premier requérant visaient à anéantir l'un quelconque des droits garantis à leur famille par la Convenlion ou à les limiler plus que n'y autorise la Convention, ct ce, contrairement à l'article 17 de la Convention .
Il s'ensuit que la requéte est, sur ce point aussi, manifestement mal fondce, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention et qu'il n'y a pas de raison de poursuivre l'affaire sur le terrain de l'article 25 . Par ces motifs, la Commissio n 1 . DÉCLARE LA REQUETE IRRECEVABL E 2 . DECIDE QU'IL N'Y A PAS LIEU DE DONNER SUITE aux allégations des requérants quant à de prétendues entraves à l'exercice efficace du droit de recours individuel .
- 219 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 06/07/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.